Navigation – Plan du site

Frédéric Kirschleger : son apport dans la nomenclature botanique et dans les noms des plantes d’Alsace

Michel Hoff
p. 229-254

Résumés

Professeur de botanique à l’Ecole de Pharmacie de Strasbourg, F. Kirschleger (1804-1869) a profondément marqué la botanique régionale du XIXe siècle par son enseignement, ses nombreux travaux et la publication de la Flore d’Alsace (1852-1862). Dans cet ouvrage de référence F. Kirschleger a proposé plusieurs règles propres de nomenclature pour la dénomination des plantes, concernant notamment la citation des synonymies anciennes, la citation des auteurs pour les genres et pour les espèces qui changent de genre et sur la règle de l’antériorité. Ce code de la nomenclature, utilisé dans ses publications, est présenté et discuté au regard des règles actuelles. F. Kirschleger a également décrit de nouvelles espèces ou variétés et proposé des combinaisons. Ces taxons sont présentés et leur validité actuelle est discutée. Enfin quelques botanistes ont dédié des taxons à F. Kirschleger.

Haut de page

Texte intégral

1Frédéric Kirschleger (1804-1869) (figure 1) a marqué profondément la botanique régionale durant le XIXe siècle (G. Ochsenbein, 1988, 2005). Professeur de botanique à l’École de Pharmacie de Strasbourg, il a publié plus d’une centaine de travaux dont le principal reste les trois s de la « Flore d’Alsace », parus entre 1852 et 1862.

2Par ses travaux, F. Kirschleger a contribué à de nombreuses disciplines de la botanique, notamment en taxonomie, en morphologie et tératologie, en géographie botanique et en histoire des sciences, en horticulture et en arboriculture. Seul l’apport en floristique : taxonomie, nomenclature et systématique, sera abordé dans le présent article.

3F. Kirschleger a publié quatre ouvrages successifs sur la flore d’Alsace. Le premier, « Statistique de la Flore d’Alsace et des Vosges » (1831) énumère les espèces par cinq régions : la région rhénane, la région de la plaine inférieure et supérieure, la région calcaire, la région des montagnes, subdivisée en région inférieure et région supérieure, et la région subalpine. Pour la plupart des espèces, il indique succinctement soit la formation végétale, soit le nom du botaniste qui a fait l’observation. Le second ouvrage, le « Prodrome de la Flore d’Alsace » (1836), complète le « Statistique » et cite des espèces ou variétés nouvelles pour la science. Il est suivi par un « Appendice » en 1838. L’oeuvre majeure est la « Flore d’Alsace et des contrées limitrophes » publiée d’abord en fascicules, puis en trois s (1852, 1857 – en trois parties – et 1862). Cet ouvrage est également précieux car il décrit minutieusement de très nombreuses excursions botaniques en Alsace et dans les Vosges. Les informations relatives à ces excursions sont disponibles sur l’Atlas de la Flore d’Alsace (figure 2). Enfin, après sa mort, la « Flore vogéso-rhénane » (1870-1871) corrige et complète la première édition de la Flore d’Alsace. Tous ces travaux ont été numérisés et sont disponibles sur le site du Service Commun de Documentation de l’Université Louis Pasteur.

Fig. 1 : Frédéric Kirschleger vers 1869

Fig. 1 : Frédéric Kirschleger vers 1869

Fig. 2 : Répartition géographique des herbiers et des observations floristiques de F. Kirschleger

Fig. 2 : Répartition géographique des herbiers et des observations floristiques de F. Kirschleger

(Atlas de la Flore d’Alsace, Société Botanique d’Alsace, 2006)

Frédéric Kirschleger et la nomenclature botanique

Qu’est ce que la nomenclature botanique ?

4Précisons d’abord le vocabulaire sur les trois notions de taxonomie, de nomenclature et de systématique en botanique.

5La taxonomie est l’art de décrire les plantes et de leur donner un rang dans la hiérarchie botanique. Comment décrit-on les plantes ? Le taxonomiste rédige une diagnose. Ce texte décrit la morphologie de la plante : la tige et son écorce, les bourgeons et les rameaux, puis les feuilles sont détaillées, le limbe avec sa marge, le sommet et la base, le pétiole. La partie la plus importante est la description de la fleur, de sa position dans l’inflorescence, des sépales et du calice, des pétales de la corolle, des étamines, des carpelles, de la position de l’ovaire et des ovules. Elle se termine par le fruit et la graine. La description des genres met en évidence les caractères communs à plusieurs espèces proches. Les familles, ensembles plus vastes rassemblent des genres voisins. Les sous-espèces et les variétés identifient des ensembles présentant des variations morphologiques ou biologiques plus fines à l’intérieur d’une même espèce. Ces descriptions se font sur le matériel vivant, mais aussi et surtout sur des spécimens séchés. Les planches d’herbiers peuvent rassembler beaucoup d’individus d’une même espèce, provenant de régions géographiques ou de milieux écologiques variés, récoltés à diverses dates et donc permettent de mesurer et de préciser la variabilité dans les dimensions, la forme, la pilosité, les couleurs, etc. des populations appartenant à la même espèce.

6La nomenclature est la science qui donne un nom scientifique à un taxon, quelque soit son rang hiérarchique. Généralement c’est à des espèces que l’on s’adresse. Pour cela, le botaniste compare la description d’une plante dont il cherche le nom avec celles qui sont déjà publiées dans des monographies, des revues ou des flores. Mais ces descriptions sont plus ou moins précises et complètes. Carl von Linné (1717-1778), par exemple, en 1753, dans son « Species plantarum » avait créé des espèces relativement polymorphes. Par la suite, d’autres botanistes ont identifié des ensembles plus homogènes et ont ainsi subdivisé une espèce polymorphe en plusieurs espèces. Très vite il est apparu qu’il fallait plus qu’une description et un dessin, il fallait un spécimen d’herbier de référence – un type – qui permettra de savoir très exactement à quelle population biologique un nom a été donné. La nomenclature est donc liée à l’étude des herbiers et à la littérature scientifique. Elle a pour but de donner un nom qui soit unique, constant et universel à une plante. C’est donc aussi la science qui consiste à donner des noms aux nouvelles espèces inconnues auparavant. Pour cela un code a été rédigé, qui est revu tous les cinq ans. Les principes du code sont les suivants :

  1. L’application des noms de groupes taxonomiques est déterminée par la méthode des types nomenclaturaux.

  2. La nomenclature d’un groupe taxonomique se fonde sur la priorité de la publication.

  3. Chaque groupe taxonomique de délimitation, position et rang donnés, ne peut porter qu’un nom correct, à savoir le plus ancien en conformité avec les règles, sauf exceptions spécifiées – c’est le principe d’antériorité.

  4. Les noms scientifiques des groupes taxonomiques sont réputés latins, quelle que soit leur étymologie.

  5. Les règles de la nomenclature ont un effet rétroactif, sauf indication contraire.

7Enfin la systématique consiste à placer les taxons, donc leurs noms, dans un système cohérent, dans une classification, qui soit conforme à l’idée que l’on se fait de l’organisation de la nature. Linné, qui était fixiste, avait élaboré un système basé sur le nombre de pièces florales (nombre d’étamines, de carpelles, de pétales, de sépales, etc.). A.L. Jussieu et A.P. de Candolle, par la suite, ont proposé une classification naturelle au début du XIXe siècle, en rapprochant les groupes les plus semblables et en tenant compte de l’ensemble des caractères des plantes. Les classifications évolutives proposent un ordre d’apparition des divers groupes taxonomiques, et distinguent des familles primitives et des familles évoluées. C’est l’époque de l’arbre de la vie dans lequel chaque groupe avait des ancêtres et des descendants. Actuellement, la classification est phylogénétique et tient compte, outre de la morphologie, de la chimie, de l’anatomie, de la structure génétique de l’ADN des plantes.

Quelle est la place de F. Kirschleger dans ces trois disciplines ?

En systématique

8D’abord éliminons d’emblée la systématique. F. Kirschleger n’a pas laissé d’écrit sur ce sujet. Il suivait la classification en vigueur à l’époque donc très globalement la classification en familles de A.L. de Jussieu (du Muséum national d’histoire naturelle de Paris – 1748-1836) dans le système et la méthode mise en place par A.P. De Candolle (botaniste à Genève – 1778-1841), avec quelques modifications selon S. Endlicher (professeur de botanique à Vienne, 1804-1849 et auteur d’un système naturel en 1836-1840). La classification de A.L. de Jussieu était également utilisée pour la jardin botanique de Strasbourg (D. Rusque, 2003). Cette classification allait être ensuite modifiée et complétée, en tenant compte des immenses découvertes des plantes exotiques, par G. Bentham (1800-1884) et W.J. Hooker (1785-1865). À la fin des années 1850. F. Kirschleger est au courant de la tendance à classer les plantes selon « l’histoire évolutive ou génétique des espèces » Fl. Als, 2 : III (1857), mais « À cet égard, nous nous sommes bornés à mentionner, à signaler, en peu de mots, les considérations les plus importantes, et à renvoyer nos lecteurs aux divers mémoires si ingénieux et si savants de MM. H. Wydler, Ch. Schimper, J. Röper, Al. Braun, etc. » Fl. Als, 2 : III (1857). Il n’en tient que peu compte dans la rédaction proprement dite de sa Flore.

9Pour identifier les espèces, F. Kirschleger utilise des clés dichotomiques (ou parfois trichotomiques ou quadrichotomiques), qu’il qualifie de « clé linnéenne destinée à faciliter à l’élève la recherche du nom d’une plante ». Le lecteur a le choix entre deux possibilités contraires et doit suivre un cheminement, « un fil d’Ariane », en répondant à toute une série de questions pour arriver au nom de l’espèce, en plusieurs paliers. F. Kirschleger adapte la clé linnéenne à la Flore d’Alsace. D’abord le floriste identifie une famille (parfois un genre) dans une première grande clé. Puis, au niveau de chaque famille, se situe une clé des genres. Dans chaque genre, une clé permet d’identifier les espèces. Et enfin, pour une espèce ayant des sous-espèces et des variétés, une dernière clé arrive au nom de taxon le plus précis possible.

Fig. 3 : Partie de la clé linnéenne de F. Kirschleger

Fig. 3 : Partie de la clé linnéenne de F. Kirschleger

7. Périanthe double : aller à 8.

Périanthe simple : aller à 27.

8. Pétales libres : aller à 9.

Pétales cohérents : aller à 18

...

27. Ovaire infère : aller à Thesium vol. 2, page 35.

Ovaire supère : aller à 28.

etc.

En taxonomie

La description des taxons

10En taxonomie, F. Kirschleger était un maître de la description. « Une Flore est la description méthodique des plantes qui croissent spontanément dans une contrée plus ou moins vaste. » Fl. Als, 2 : I (1857). Dans la « Flore d’Alsace » (1852-1862), les caractères de chaque rang taxonomique sont précisés. Les divisions, les classes, les ordres sont décrits succinctement. Chaque famille (figure 4) et chaque genre (figure 5) est ensuite décrit minutieusement, ainsi que, si nécessaire, les rangs intermédiaires comme les tribus et les sous-tribus. Enfin les espèces (figure 6) sont clairement présentées, avec leur répartition géographique, leurs usages et leur intérêt pédagogique, en un texte de 5 à 10 lignes. Par contre, dans la « Flore vogéso-rhénane » (1870-1871), les descriptions sont plus succinctes, la description des espèces est limitée le plus souvent à une phrase de diagnostic.

Fig. 4 : Description de la famille des Fagaceae appelée Quercacées en 1857

Fig. 4 : Description de la famille des Fagaceae appelée Quercacées en 1857

Fig. 5 : Description du genre Quercus

Fig. 5 : Description du genre Quercus

Fig. 6 : Notice sur Quercus petraea, le chêne sessile, appelé en 1857 Quercus sessiliflora

Fig. 6 : Notice sur Quercus petraea, le chêne sessile, appelé en 1857 Quercus sessiliflora

Les caractères diagnostiques

11À ce propos, Kirschleger se lance, comme souvent, dans un petit règlement de compte avec d’autres botanistes car il était d’usage, vers 1850, de mettre des « phrases diagnostiques pour les espèces », c’est-à-dire des descriptions succinctes et standardisées qui ont servi, avant Linné, à nommer les plantes. C’est en fait des dénominations polynomiales des auteurs pré-linnéens. Kirschleger dit à juste titre que ces phrases sont arbitraires et subjectives et « En général, ces phrases, tout en admettant qu’elles soient bonnes et acceptables aujourd’hui, seront demain fausses, incomplètes, insuffisantes » Fl. Als, 2 : IX (1857). Il préfère, comme dans nos flores modernes, fondre les phrases diagnostiques dans la description et décrire plus complètement la plante en mettant en évidence (par des italiques) les caractères spécialement différentiels.

12Dans le « Statistique » (1831), F. Kirschleger donne dans certains cas et pour des taxons infra-spécifiques, une dénomination polynomiale, comme Hieracium murorum glaudescens acutifolium, obtusifolium et incisum ou Hieracium umbellatum alpestre pauciflorum, Stat. : 105 (1831).

La notion d’espèce

13F. Kirschleger discute aussi de la notion d’espèce, de sa variabilité, de son polymorphisme. « Il nous reste encore une grande question philosophique à effleurer, c’est celle de l’idée absolue ou relative de l’espèce » Fl. Als, 2 : X (1857). Très schématiquement, faut-il créer une espèce ou une sous-espèce absolue chaque fois qu’il y a quelques petits caractères qui changent ou faut-il préférer des espèces plus relatives à morphologie plus plastique ? Ce débat continue de nos jours entre les diviseurs et les rassembleurs, notamment dans la famille des orchidées et dans les groupes complexes comme les ronces, les potentilles, les violettes, les pissenlits, les épervières, les épilobes, les menthes, etc. F. Kirschleger ne s’engage pas dans ce débat, mais il dit se tenir « au centre gauche », utilisant dans sa flore plutôt la notion d’espèce ou des sous-espèce absolue, ce qui est facile à voir tant les sous-espèces et variétés sont nombreuses, mais il dit tenir compte de ce polymorphisme mais sans le traduire dans son texte.

En nomenclature

14En nomenclature, F. Kirschleger propose plusieurs pistes, à une époque où le Code de la nomenclature botanique n’était pas encore rédigé. Certaines de ses propositions ont été validées et d’autres ont été rejetées.

15La citation des auteurs avant Linné (1753)

« Il est d’usage, parmi les botanistes modernes (Decandolle, Koch, Fries), et leurs écoles), de ne pas citer, après le nom d’un genre ou d’une espèce, des auteurs antérieurs à Linné (Tournefort excepté pour les genres). Cet usage nous a paru souverainement injuste envers les Pères de la Botanique aux XVIe et XVIIe siècle. Aussi nous n’y sommes nous pas conformé ». Fl. Als, 1 : VII (1852) (figure 7).

Fig. 7 : Citation des synonymes et description du Lis martagon (Lilium martagon L.)

Fig. 7 : Citation des synonymes et description du Lis martagon (Lilium martagon L.)

Outre Carl Christian Gmelin 1762-1837 (Gmel.), Johann Adam Pollich 1740-1780 (Poll.) et Ludwig Reichenbach 1793-1879 (Rchnb.), qui sont des auteurs contemporains, F. Kirschleger cite également Caspard Bauhin 1560-1624 (C.B.), Marc Mappus 1666-1736 (Mapp.), Tabernaemontanus 1588 (Tabernae.), Hieronymous Bock dit Tragus 1498-1554 (Trag.), Otto Brunfels 1488-1534 (Brunf.), Pierandrea Matthioli 1500-1577, Rudolf Jacob Camerarius 1665-1721 (Camer.) et Léonard Fuchs 1501-1566 qui sont des auteurs pré-linnéens.

16Sur ce point de nomenclature, F. Kirschleger n’a pas été suivi. Il souhaitait mettre le nom du premier descripteur de l’espèce ou du genre, même si le nom avait été publié avant l’ouvrage fondamental de Linné, le « Species Plantarum » de 1753 qui marque le début de la botanique moderne. Il voulait ainsi voir apparaître les noms de Otto Brunfels (1488-1534), Hieronymus Bock dit Tragus (1498-1554), Pierandrea Mattioli (1500-1577), Conrad Gesner (1516-1565), Jacob Theodor Carolus Clusius (1526-1609), Tabernaemontanus (?-1590), Leonard Fuchs (1501-1566), Rembert Dodonaeus (1518-1585), Mathias de Lobel (1568-Johannes Bauhin (1541-1613), Caspard Bauhin (1560-1624), Rudolf Jacob Camerarius (1665-1721), Marc Mappus (1666-1736), etc., botanistes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Un congrès international de botanique a décidé que le point zéro de la botanique étant l’ouvrage de Linné (1707-1778) de 1753, les noms de plantes et leurs auteurs pré-linnéens ne sont pas valides et doivent être ignorés. Cela permet de clarifier la nomenclature, surtout que les ouvrages des auteurs pré-linnéens sont assez peu accessibles, et que les noms de plantes pouvaient souvent être discutés. La nomenclature n’était pas binomiale mais plurinomiale, une espèce était caractérisée par une phrase descriptive plus ou moins longue qui parfois pouvait correspondre à plusieurs espèces linnéennes.

Dénominations proposées par Kirschleger

Dénominations correctes actuelles

Digitalis purpurea (Fuchs)

Digitalis purpurea L.

Eryngium campestre (Dodonaeus)

Eryngium campestre L.

Veronica saxatilis (J. Bauhin)

Veronica saxatilis L.

Solanum tuberosum (C. Bauhin)

Solanum tuberosum L.

La notion de genre

17Le genre est un niveau taxonomique qui rassemble, parfois une, mais le plus souvent plusieurs espèces ayant un grand nombre de caractères communs. C’est une notion intuitive pour le grand public et souvent le niveau utilisé dans le langage courant. Les amateurs de fleurs distinguent sans problèmes les violettes (Viola), les tulipes (Tulipa), les iris (Iris), les chênes (Quercus), les primevères (Primula), etc., sans entrer dans le détail des plus ou moins nombreuses espèces rassemblées dans ces genres. Pour d’autres groupes par contre, « L’idée de Genre est essentiellement vague et arbitraire : c’est une pure abstraction scholastique ». Fl. Als, 1 : VII (1852). F. Kirschleger rappelle que la plupart des genres avaient déjà été établis par les anciens (Fuchs, Clusius, Tragus, Dodonaeus, Lobel, les frères Bauhin, Gesner, etc.). Même s’il y eu par la suite des corrections et des compléments, « il est impossible de ne pas voir que les Genres européens ont été conçus et compris avec un rare bonheur par quelques anciens, et notamment par Clusius et Dodonaeus » Fl. Als, 1 : VIII (1852). F. Kirschleger décide que « Lors donc que ces auteurs ont fondé un genre, nous ne voyons pas pourquoi nous ne rendrions pas à leur nom l’honneur qu’il mérite » Fl. Als, 1 : VIII (1852).

18Il s’insurge, avec raison, contre l’idée développée par certains botanistes à cette époque, mais abandonnée maintenant, de faire suivre le nom d’un genre par l’auteur qui en a fait la plus récente synthèse. Cela aurait apporté une grande confusion si plusieurs auteurs modifient en même temps la conception d’un genre et donc les espèces qui s’y rattachent.

La citation des espèces synonymes à la suite de changement de genre

19F. Kirschleger s’élève contre une pratique courante à l’époque, celle de démembrer des anciens genres et de placer les espèces soit dans d’autres genres, soit dans des nouveaux genres, de ne citer comme auteur de l’espèce que le botaniste ayant procédée à ce que l’on appelle une recombinaison.

« Une autre hérésie que nous nous sommes permise ... consiste dans le refus de nous soumettre à un usage universellement adopté, celui de faire suivre le nom d’une espèce, détachée d’un ancien genre dans un autre genre ou dans un genre nouveau, du nom de l’auteur qui a fait subir ce démembrement à un genre ancien. » Fl. Als, 1 : VIII (1852).

20Linné, avec les herbiers, le matériel et les connaissances disponibles à l’époque, avait créé peu de genres, et souvent ces genres étaient très vastes, polymorphes, et avec de très nombreuses espèces. Il est apparu, par la suite, que beaucoup de genres linnéens pouvaient être subdivisés en plusieurs entités, de niveau générique, plus homogènes. Par exemple, Linné ne reconnaissait que le genre Ranunculus, les renoncules, qu’elles aient des fleurs blanches ou des fleurs jaunes, qu’elles soient aquatiques ou terrestres. De Candolle crée le sous-genre Batrachium pour les renoncules aquatiques à fleurs blanches. Fries et Wimmer élèvent ce sous-genre au rang de genre. Donc, et c’est mécanique, toutes les renoncules aquatiques à fleurs blanches doivent passer dans le genre Batrachium. L’usage actuel est de mettre entre parenthèse le nom de l’auteur qui a le premier décrit l’espèce, suivi du nom de l’auteur qui a fait la combinaison. La paternité scientifique du découvreur de l’espèce est ainsi conservée, ainsi que la paternité de l’auteur de la recombinaison. Par contre, au courant du XIXe siècle, le nom du premier descripteur était supprimé au profit du seul recombinateur. F. Kirschleger explique en conséquence que :

« Nous avouons franchement que ce procédé nous paraît fort peu convenable, quoique suivi par les plus hautes illustrations ... enfin pas tous, excepté par Reichenbach, qui a parfaitement senti ce que ce procédé avait d’illogique » Fl. Als, 1 : IX (1852).

21F. Kirschleger en profite également pour égratigner son collègue F. Schultz, « M. F. Schultz, adoptant avec empressement ce genre Batrachium, appellera toutes les espèces de Batrachium, que Wimmer n’a pas admises dans sa Flore de Silésie, de son nom illustre : Batrachium Baudotiii F. Schultz ; Batrachium Drouetii, F. Schultz, etc., etc. » Fl. Als, 1 : IX (1852).

22La postérité lui a donné raison. Il faut admettre que le fait d’omettre le nom du premier auteur de l’espèce a rapidement conduit à des confusions – il pouvait s’agir soit d’une nouvelle espèce et dans ce cas le nom devenait invalide s’il existait un nom spécifique identique préexistant dans le genre ou il pouvait s’agir d’une recombinaison. Il n’était pas possible de le distinguer clairement. Cela a également conduit à des erreurs qui subsistent encore actuellement dans certains grands genres.

Les noms des renoncules d’Alsace avant la Flore de F. Kirschleger

23Les noms des renoncules d’Alsace avant la Flore de F. Kirschleger :

Linné 1753
Ranunculus aconitifolius L.
Ranunculus acris L.
Ranunculus alpestris L.
* Ranunculus aquatilis L.
Ranunculus arvensis L.
Ranunculus auricomus L.
Ranunculus ficaria L.
Ranunculus flammula L.
Ranunculus glacialis L.
* Ranunculus hederaceus L.
Ranunculus platanifolius L.
Ranunculus repens L.
Ranunculus reptans L.
Ranunculus scleratus L.

Lamarck 1779
* Ranunculus fluitans Lam.

Sibthrop 1794
* Ranunculus circinatus Sibthrop

Chaix 1795
* Ranunculus trichophyllus Chaix

Godron 1840
* Ranunculus baudotii Godron

(*) taxons qui seront placés dans le genre Batrachium

Les noms des renoncules d’Alsace après la création du genre Batrachium

24Les noms des renoncules d’Alsace après la création du genre Batrachium :

Noms non modifiés

Ranunculus aconitifolius L.
Ranunculus acris L.
Ranunculus alpestris L.
Ranunculus arvensis L.
Ranunculus auricomus L.
Ranunculus bulbosus L.
Ranunculus ficaria L.
Ranunculus flammula L.
Ranunculus glacialis L.
Ranunculus platanifolius L.
Ranunculus repens L.
Ranunculus reptans L.
Ranunculus scleratus L.

Noms modifiés

Sans tenir compte du premier auteur
Batrachium aquatilis Dumort.
Batrachium hederaceus Gray
Batrachium fluitans Wimmer
Batrachium circinatus Spach
Batrachium trichophyllus Bosch
Batrachium baudotii F.W. Schultz

En tenant compte du premier auteur, selon le souhait de Kirschleger
Batrachium aquatilis (L.) Dumort.
Batrachium hederaceus (L.) Gray
Batrachium fluitans (Lam.) Wimmer
Batrachium circinatus (Sibthrop) Spach
Batrachium trichophyllus (Chaix) Bosch
Batrachium baudotii (Godron) F.W. Schultz

La citation des genres synonymes

25Dans le même ordre d’esprit,

« Nous avons, par un procédé très simple, rendu à chacun l’honneur qui lui est dû. À l’auteur du genre nouveau détaché d’un genre ancien, nous avons laissé le mérite d’avoir élevé un ancien sous genre au rang de genre, en y attachant son nom. ... et, pour plus de sûreté, nous avons indiqué en parenthèse le genre sur lequel l’auteur ancien a décrit l’espèce en question » Fl. Als, 1 : IX (1852).

26Ainsi, le genre Dipsacus L. a été subdivisé en Dipsacus et Cephalaria par Grenier et Godron. L’espèce Dipsacus pilosus L. s’appellera chez F. Kirschleger Cephalaria pilosa (L. sub Dipsaco). Actuellement, si l’on admet ce démembrement de genre, il faut écrire : Cephalaria pilosa (L.) Gren. et Godr. Il n’est pas recommandé de préciser le genre sous lequel l’espèce a été décrite la première fois.

Les synonymies modernes

27La plupart des espèces ont été décrites plusieurs fois, et donc ont plusieurs noms scientifiques. Lorsque la même entité biologique, la même espèce, a été décrite par deux auteurs sous des noms différents, et que la comparaison des spécimens d’herbier montre que les deux entités biologiques sont identiques, il faut choisir un seul nom, le nom correct. Ce sera le plus ancien des deux d’après le code de la nomenclature botanique. L’autre nom, plus récent, devient un nom synonyme. F. Kirschleger a souvent omis les synonymies contemporaines « Ainsi, la plupart des synonymes modernes, nous les avons négligés, comme parfaitement inutiles à notre but, à moins que ces synonymes n’éclaircissent l’histoire de l’espèce » Fl. Als, 1 : X (1852).

28Cette pratique est généralement admise actuellement. On ne cite en général dans une flore que les synonymies régionales récentes et celles qui peuvent prêter à confusions. N’oublions pas qu’il y a environ 70 000 noms de plantes en France pour environ 6 000 espèces. Chaque espèce a donc en moyenne une dizaine de noms synonymes. Il vaut mieux mettre cette synonymie dans un ouvrage spécialisé que dans une flore de terrain.

29Dans le cas de la Flore de Kirschleger cependant, certains noms d’espèces posent des problèmes de synonymie, car ils ne sont plus utilisés depuis un siècle. Comme F. Kirschleger n’a pas cité systématiquement les synonymes modernes, il est parfois difficile de trouver le nom correct actuel.

30Exemple de citation de synonymie :

31Quercus petraea Liebl. 1784

32= Quercus sessiliflora Salisb. 1796

33Quercus robur L.

34= Quercus pedunculata Ehrh.

35Ranunculus aquatilis L.

36= Ranunculus heterophyllus Weber
= Ranunculus radians Revel
= Batrachium carinatum Schur
= Ranunculus acutilobus Merino
= Ranunculus longifolius (Rossm.) Hegi
= Batrachium gilibertii Krecz
= Batrachium mongolicum (Krylov) Krecz

Le principe d’antériorité

37F. Kirschleger ne reconnaît pas toujours le principe d’antériorité. « Dans le conflit de plusieurs noms, nous avons préféré celui qui exprime une qualité, une propriété évidente ou manifeste » Fl. Als, 2 : IX (1857). Il préfère choisir un nom plus conforme à la plante, à ses caractères morphologiques, à ses propriétés ou à sa répartition. Cette entorse à une règle universelle de la nomenclature botanique pourrait créer, si elle était appliquée sans discernement, une très grande confusion dans les noms des plantes. Il sera toujours possible à un auteur de préciser, voire de corriger un nom et donc de semer le trouble. Cette possibilité a cependant été maintenant admise par la communauté botanique, dans des cas très précis, c’est ce que l’on appelle des noms conservés. Il s’agit souvent de garder un nom scientifique en usage depuis longtemps, même si un botaniste a trouvé un binôme plus ancien rarement voire jamais utilisé ou tombé en désuétude. Ces noms conservés ne peuvent cependant être adoptés qu’après un vote lors d’un congrès international de botanique.

La citation des taxons infra-spécifiques (sous-espèces, variétés, formes)

38F. Kirschleger ne distingue pas les différents niveaux actuels de la hiérarchie des taxons infra-spécifiques en sous-espèces, variétés, sous-variétés, formes, sous-formes. Il place tous les taxons infra-spécifiques au même niveau hiérarchique. Dans ce cas, le Code de la Nomenclature botanique indique qu’il faut les considérer comme des sous-espèces.

Frédéric Kirschleger dans les noms des plantes, Taxonomie et nomenclature de F. Kirschleger dans la Flore d’Alsace

39F. Kirschleger a décrit peu de taxons nouveaux, un peu plus d’une trentaine. Au total, on compte 13 espèces, 5 sous-espèces, 11 variétés et 5 formes dont 6 espèces, 2 sous-espèces, 7 variétés et 3 formes sont actuellement reconnues comme valides et correctes, soit la moitié. Il a publié 10 combinaisons. 12 sensu ont été répertoriés et 3 taxons lui ont été dédiés.

40La lecture nomenclaturale des Flores de F. Kirschleger n’est pas facile. Il omet régulièrement d’associer son nom à un nouveau taxon, mettant parfois Nobis, ce qui signifie nouveau pour les espèces, mais pas pour les sous-espèces et les variétés. Il indique également souvent une autre dénomination, issue de ses publications antérieures. Maintenant le code de la nomenclature est clair, pour créer un nouveau nom de taxon, il faut sans ambiguïté associer son nom à la nouvelle appellation en mettant spec. nov. ou var. nov.

41Plusieurs auteurs ont déjà abordé la place de F. Kirschleger dans les noms des plantes : G. Ochsenbein (1969), P. Jaeger (1971), C. Zimmermann (1992) et G.H. Parent (1996).

42L’analyse nomenclaturale des taxons a été réalisée à partir de la Banque de Données Nationale de la Flore de France, version 4.02 (tela-botanica, 2007), du référentiel de la Flore d’Allemagne de Wisskirchen et Haeupler (1998), de l’Index de Kew (Index Kewensis, 1993), de la liste floristique du Bade-Wurtemberg (K.P. Buttler et K.H. Harms, 1998) et des travaux propres à l’Herbier de l’Université Louis Pasteur (M. Hoff, en préparation).

Taxons créés par Kirschleger

Taxons corrects

Asteraceae

43Hieracium vogesiacum (Monnier ex F. Kirschleger) J.B. Mougeot ex E.M. Fries
= Hieracium cerinthoides Linnaeus var. vogesiacum Monnier ex F. Kirschleger
F. Kirschleger a décrit une variété des Vosges d’Hieracium cerinthoides L. qui a été élevée au rang d’espèce par E.M. Fries. Cette variété avait déjà été identifiée par Monnier, mais sans avoir été validement publiée. De plus J.B. Mougeot avait également prévu de l’élever au rang d’espèce, mais également sans le publier d’une manière valide.
Distribution régionale : Alsace, Escarpements rocheux du sud-est du Hohneck, du Frankenthal, des Spitzköpfe, du Rothenbachkopf (Rotabac) et du Grand-Ballon, sur grauwackes, vers 1350-1380 m d’altitude.

44Leontodon hispidus L. var. alpestris F. Kirschleger
Distribution régionale : Du Brézouard au Grand-Ballon par le Hohneck.

45Senecio helenitis (Linnaeus) G. Cufodontis forma pratensis (F. Kirschleger) L. Bruneyre
= Senecio spathulaefolius A.P. De Candolle var. pratensis F. Kirschleger
Distribution régionale : Alsace, prairies du ried ello-rhénan de Huningue à Erstein, Benfeld, Herbsheim, Ohnenheim, Marckolsheim. Abondante entre Sélestat et Colmar.

Caryophyllaceae

46Dianthus siegolsheimensis F. Kirschleger
Individus probablement tératologiques.

Polygalaceae

47Polygala vulgaris Linnaeus var. montana F. Kirschleger
Distribution régionale : Crête centrale des Vosges du Grand-Ballon au Hohneck.

Rosaceae

48Prunus avium Linnaeus var. silvestre F. Kirschleger (G. Ochsenbein, 1969).

49Rosa x wasserburgensis F. Kirschleger
= Rosa gallico-collina F. Kirschleger
Le rosier de Wasserbourg a été observé par F. Kirschleger dès 1823.
Distribution régionale : Ruines de Wasserbourg derrière Soultzbach-les-Bains, Hirtzenstein près de Wintzfelden et Frankenthal.

Scrophulariaceae

50Orobanche alsatica F. Kirschleger
F. Kirschleger fait sur cette espèce une erreur de nomenclature dans sa flore. Il décrit Orobanche alsatica dans son prodrome en 1836. Mais dans sa flore, il préfère le nom d’Orobanche cervariae Suard, publié dans la Flore de Lorraine de D.A. Godron en 1843, car la répartition de cette espèce dépasse largement le cadre de l’Alsace, elle s’étend de l’est de la France à la Chine. Or le nom le plus ancien prime, selon la règle de l’antériorité, et donc, malgré l’avis de F. Kirschleger, c’est bien Orobanche alsatica qui est le nom actuellement correct.
Distribution régionale : Collines calcaires de Rouffach, Sigolsheim, Tuckheim, Ingersheim et Dorlisheim ; Vosges au Vogelsteine, Rossberg ; Sundgau à Illfurth et Ferrette.

51Veronica serpyllifolia Linnaeus subsp. serpyllifolia var. alpina F. Kirschleger
Cité par Lemasson dans sa Flore du Hohneck, sans référence plus précise.
Distribution régionale : Sommets des Spitzköpfe.

Violaceae

52Les violettes rhénanes et le genre Viola étaient l’une des grandes spécialités de Kirschleger, dont il a publié en 1840 un mémoire : « Notice sur les violettes de la vallée du Rhin ». Il crée un espèce et plusieurs sous-espèces et variétés.

53Viola canina Linnaeus
subsp. coerulea F. Kirschleger
var. allionii F. Kirschleger
var. nemoralis (Kützing) F. Kirschleger
var. turfosa F. Kirschleger
subsp. sylvatica F. Kirschleger ex E.M. Fries
var. vulgaris F. Kirschleger
lusus alpestris F. Kirschleger

54Viola kochii (F. Kirschleger) F. Kirschleger
= Viola canina Linnaeus subsp. kochii F. Kirschleger
Distribution régionale : Prairies du Ried de Colmar à Haguenau.

Poaceae

55Bromus grossus Desfontaines ex Lamarck et A.P. De Candolle var. grossus forma glabrescens (F. Kirschleger) B. Tournay
= Bromus segetalis A. Braun et Döll var. triticeus F. Kirschleger
= Bromus segetalis A. Braun et Döll var. triticeus F. Kirschleger forma glabrescens Kirschleger
= Bromus multiflorus sensu F. Kirschleger non J.E. Smith
Localité indiquée : Dans les champs de froment, presque partout (sic).

56Lasiagrostis argentea F. Kirschleger
= Calamagrostis argentea = Stipa calamagrostis (Florenliste Baden-Württemberg, K.P. Buttler et al. 1998). Non cité dans l’Index Kewensis (1993).
Distribution régionale : Jura.

Taxons maintenant synonymes

Apiaceae

57Petroselinum sativum Hoffm.
=
Petroselinum vulgare F. Kirschleger ?

Asteraceae

58Hieracium inuloides Tausch subsp. tridentifolium (K.H. Zahn) K.H. Zahn
=
Hieracium strictum F. Kirschleger

59Senecio helenitis (Linnaeus) G. Cufodontis var helenitis
= Senecio spathulaefolius A.P. De Candolle var. nemorensis F. Kirschleger

Boraginaceae

60Pulmonaria mollis Wulfen ex Hornenann subsp. mollis.
= Pulmonaria angustifolia [Clus. et Tabern.] auct. non Linnaeus var. mollis major F. Kirschleger

Brassicaceae

61Sinapis alba Linnaeus subsp. alba.
= Leucosinapis sativa F. Kirschleger

Cistaceae

62Helianthemum grandiflorum (Scopoli) A.P. De Candolle in Lamarck et A.P. De Candolle var. grandiflorum.
= Helianthemum nummularium (Linnaeus) Miller subsp. ovatum (Viviani) Schinz et Thellung var. serpyllifolium F. Kirschleger

Onagraceae

63Epilobium duriaei J. Gay ex D.A. Godron
=
Epilobium montanum Linnaeus subsp. hohneckianum F. Kirschleger
Cette synonymie est discutée, G. Ochsenbein (1969) maintient qu’il s’agit d’une bonne sous-espèce vosgienne et non pas d’un synonyme d’une espèce pyrénéenne, l’épilobe de Durieu.

Polygonaceae

64Rumex thyrsiflora Fingerhut
=
Rumex intermedius F. Kirschleger et auct. non A.P. De Candolle
=
Rumex acetosa Linnaeus var. montana F. Kirschleger

Rosaceae

65Rosa tomentosa Smith
= Rosa sufferi F. Kirschleger
Distribution régionale : Forêts de la Hardt.

Scrophulariaceae

66Orobanche reticulata Wallroth
=
Orobanche serotina F. Kirschleger

Solanaceae

67Solanum villosum Miller subsp. miniatum (Willdenow) J.M. Edmonds
=
Solanum villosum Miller subsp. puniceum (F. Kirschleger) J.M. Edmonds
=
Solanum puniceum C.C. Gmelin.

Violaceae

68Viola jordanii H. Henry
=
Viola canina Linnaeus subsp. persicaefolia F. Kirschleger var. elatior provincialis F. Kirschleger
=
Viola elatior provincialis F. Kirschleger
=
Viola provincialis F. Kirschleger ex W. Becker

69Viola lutea W. Hudson subsp. Lutea
= Viola lutea W. Hudson subsp. elegans (F. Kirschleger) W. Becker

70Viola persicifolia W. Roth
=
Viola persicaefolia F. Kirschleger
=
Viola billotii F.W. Schultz ex F. Kirschleger

Poaceae

71Avenella pubescens (W. Hudson) Dumortier
= Avena balloniana F. Kirschleger

72Deschampsia cespitosa (Linnaeus) Palisot de Beauvois
= Aira cespitosa Linnaeus forma alpestris F. Kirschleger

73Micropyrum tenellum (Linnaeus) Link forma tenellum.
=
Agropyron halleri Reichenbach ex F. Kirschleger

En conclusion

74F. Kirschleger a surtout travaillé sur les Asteraceae, les Rosaceae, les Violaceae et les Poaceae. Pour les autres familles, il ne fait qu’ajouter quelques sous-espèces ou variétés des Hautes-Vosges à des espèces déjà bien identifiées.

Combinaisons faites par F. Kirschleger

75Une combinaison est une procédure en taxonomie et en nomenclature qui consiste principalement à :

76F. Kirschleger a réalisé une dizaine de combinaisons dont la plupart sont encore valides.

77Cicerbita plumieri (Linnaeus) F. Kirschleger
= Sonchus plumieri Linnaeus
La laitue de Plumier, du nom d’un botaniste de Marseille, a été découverte dans les Alpes, près de la Grande Chartreuse, puis identifiée dans les Pyrénées, au Mont Dore dans le Massif Central, dans le Valais, dans le Forez et dans les Vosges par Nestler (G. Ochsenbein, 1969). F. Kirschleger l’a placé dans le genre Cicerbita.

78Taraxacum glaucescens (Koch) F. Kirschleger
= Taraxacum glaucescens M. Bieb.

79Campanula glomerata Linnaeus subsp. farinosa (Andrz. in Besser) F. Kirschleger
= Campanula farinosa Andrz. in Besser

80Sedum telephium Linnaeus subsp. fabaria (W.D.J. Koch) Syme
=
Sedum telephium Linnaeus subsp. fabaria (W.D.J. Koch) F. Kirschleger

81Sedum telephium Linnaeus subsp. maximum (Linnaeus) F. Kirschleger
=
Sedum maximum (Linnaeus) Hoffmann
=
Sedum telephium Linnaeus var. maximum Linnaeus

82Pisum sativum Linnaeus subsp. sativum var. sativum.
=
Pisum leptolobum (Reichenbach) F. Kirschleger.

83Solanum nigrum Linnaeus subsp. nigrum.
=
Solanum nigrum Linnaeus subsp. luteovirescens (C.C. Gmelin) F. Kirschleger
=
Solanum nigrum Linnaeus subsp. luteum (Miller) F. Kirschleger

84Viola canina Linnaeus subsp. kochii F. Kirschleger var. nemoralis (Kützing) Kirschleger
=
Viola nemoralis Kützing ?

85Viola canina Linnaeus subsp. schultzii (C. Billot) G. Rouy et Foucaud
=
Viola schultzii (C. Billot in F.W. Schultz) F. Kirschleger
=
Viola canina Linnaeus subsp. kochii F. Kirschleger var. schultzii (C. Billot in F.W. Schultz) F. Kirschleger

86Allium lusitanicum Lamarck
= Allium petraeum (A.P. De Candolle) F. Kirschleger.

Les sensu

87Les sensu sont des erreurs d’interprétation d’un taxon. F. Kirschleger a ainsi donné un nom d’espèce qu’il croyait correct à une entité biologique qui avait déjà un autre nom correct. Prenons un exemple récent. La plupart des auteurs des Flores en France utilisaient le binôme de Linné, Potentilla verna L. pour la potentille printanière qui se développe dès mars sur toutes les pelouses des collines calcaires. Or, après l’étude du spécimen d’herbier de l’herbier Linné, il s’avère que notre potentille printanière n’est pas celle que Linné a décrite en 1753, qui correspond à une plante scandinave. Il a donc fallu rechercher la première description suivante de cette espèce bien connue, et c’est celle de L. Reichenbach de 1832, Potentilla neumanniana qui a été retenue. Ce sont des erreurs difficiles à rectifier car il faut être sûr de l’interprétation taxonomique qu’en a donnée l’auteur. Ces difficultés ne se résolvent qu’en étudiant avec attention les spécimens d’herbier de référence, en comparant le spécimen de F. Kirschleger avec celui de l’auteur de l’espèce.

88Hieracium vogesiacum (Monnier ex F. Kirschleger) J.B. Mougeot ex E.M. Fries
= Hieracium alpinum sensu F. Kirschleger non Linnaeus

89Myosotis laxa Lehm.
= Myosotis sparsiflora sensu F. Kirschleger ex Mutel

90Knautia dipsacifolia (Host) K.J. Kreutzer
= Knautia longifolia sensu F. Kirschleger
La scabieuse forestière à longue feuille, d’abord décrite comme une variété de Knautia sylvatica, a été élevée au niveau d’une espèce par F. Kirschleger : Knautia longifolia F. Kirschleger, créant une confusion avec une espèce déjà connue des Alpes orientales (Autriche, Tirol) et des Carpathes également dénommée Knautia longifolia (Waldstein et Kitaibel) W.D.J. Koch. La plante vosgienne, sensu F. Kirschleger, F.W. Schultz, M. Grenier et D.A. Godron, etc., est très probablement Knautia dipsacifolia.

91Stachys officinalis (Linnaeus) Trévisan
= Betonica vulgaris sensu F. Kirschleger

92Stachys officinalis (Linnaeus) Trévisan var. montana (Gaudichaud) Hoff comb. nov. prov.
= Betonica alpestris sensu F. Kirschleger non A. Jourdan et P.J. Fourreau

93Epilobium duriaei J. Gay ex D.A. Godron
=
Epilobium origanifolium sensu F. Kirschleger

94Epilobium x waterfallii E.S. Marshall
= Epilobium rivulare sensu F. Kirschleger non Wahlenberg
L’épilobe de ruisseau, Epilobium rivulare est un hybride entre Epilobium hirsutum et Epilobium parviflorum (Ochsenbein, 1969), mais ne correspondrait pas à l’Epilobium rivulare de Wahlenberg, d’ou la nécessité de lui donner un autre nom correct, postérieur à celui de Wahlenberg.

95Veronica serpyllifolia Linnaeus subsp. serpyllifolia var. humifusa (Dickson) J.E. Smith
=
Veronica borealis F. Kirschleger nom. inval.

96Solanum villosum Miller subsp. villosum.
= Solanum nigrum Linnaeus subsp. luteum (Miller) F. Kirschleger

97Potamogeton x natans Linnaeus
= Potamogeton x spathulatus sensu F. Kirschleger

Taxons dédiés à Kirschleger

98Cirsium x kirschlegeri F.W. Schultz
= Cirsium palustri-acaulon F. Kirschleger
Type : Glacis de la Citadelle de Strasbourg, 1841, F. Kirschleger.
Distribution régionale : Localisé au sud de Strasbourg et au Parc de la Citadelle de l’Esplanade.
L’hybride Cirsium oleraceum x Cirsium tuberosum, s’il est valide taxonomiquement, est endémique d’Alsace et du Sud du Palatinat. Rieds de Blotzheim, Village-Neuf, Herrlisheim, Ohenheim, Heidolsheim, graviers entre Artzenheim et Marckolsheim, Ried de Reichstett. Cet hybride n’existe plus qu’en une seule station dans le Palatinat.

99Hieracium laevigatum Willdenow
subsp. magistri (D.A. Godron ex Nyman) K.H. Zahn
= Hieracium magistri D.A. Godron
Ce taxon a été dédié à F. Kirschleger par D.A. Godron.
Type : Hohneck, 27/07/1839, Herbier Perrin (P,STR).

100Corydalis x kirschlegeri E. Issler
= Corydalis fabacea (Retzius non Willdenow) Persoon x Corydalis solida (Linnaeus) Swartz.
Localité du type indiquée : Pâturages du Frankenthal au Hohneck (Vosges).
Distribution régionale : Une seule station dans le vallon du Frankenthal au pied du Hohneck, vers 950 m d’altitude, sur une pente située au-dessous de la ferme métairie. La station est traversée par un ruisseau.
Curieusement, peu d’espèces nouvelles ont été dédiées à F. Kirschleger. Il est vrai que trouver de nouvelles espèces en Alsace ou dans les Vosges est difficile, et ce sont surtout des hybrides fixés qui sont reconnus.

Conclusion générale

101Il faut placer F. Kirschleger dans son temps et le comparer à ses collègues et à ses correspondants. C. Koch (1809-1879), auteur d’une « Flore d’Allemagne », a décrit près de 200 espèces, F.W. Schultz (1804-1876), auteur de la « Flore du Palatinat » (1846) plus d’une centaine, D.A. Godron (1807-1880), auteur de la « Flore de Lorraine » (1857) a décrit plus de 150 espèces, C.C. Gmelin (1762-1837), dans se « Flore du Pays de Bade » (1805 à 1828) a décrit plus de 50 espèces. Et l’on pourrait citer A. Jordan de Lyon (1814-1897) qui a créé des centaines de taxons et plus tard l’abbé M. Gandoger (1850-1926) qui voulait tout renommer.

102F. Kirschleger se place plutôt dans la lignée des J. Thurmann (1804-1855) « Flore de Porrentruy et du Jura » (1848 et 1849), C. Contejean (1824-1907), « Flore des environs de Montbéliard » (1853 à 1856), J.C. Döll (1808-1885), « Flore Rhénane » et « Flore du Pays de Bade », J.A. Pollich (1840-1880), « Flore du Palatinat », D. Villars (1745-1814), « Flore du Dauphiné ». Ce sont tous des botanistes de grand talent qui ont publiés des Flores qui ont marquées l’histoire de la botanique européenne, mais c’étaient d’abord d’excellents floristiques qui ne décrivaient que quelques nouvelles espèces locales, une dizaine en moyenne pour chacun de ces botanistes.

103Il faut cependant relativiser le travail effectué. La France se dote actuellement d’un index national des noms de plantes (Brisse et Kerguélen, 1994). Mis en place par Michel Kerguélen, il rassemble tous les noms de plantes qui ont été au moins une fois utilisés en France, soit plus de 80 000. Or, M. Kerguélen nous a indiqué qu’il n’avait pas eu le temps de compiler les travaux des auteurs alsaciens, notamment la Statistique et le Prodrome de F. Kirschleger, comme d’ailleurs la Flore de F.W. Schultz.
Il est certain qu’une relecture attentive des Flores de F. Kirschleger montrerait qu’il a cité et décrit certainement d’autres variétés ou formes qu’il n’est actuellement couramment admis.

104F. Kirschleger s’est montré prudent dans les controverses scientifiques, il adopte la systématique admise à l’époque, celle du Prodrome de A.P. De Candolle, sachant que les progrès des connaissances allaient faire évoluer ce système. Il se dit plutôt en faveur des espèces assez polymorphes, mais cite ou publie un très grand nombre de variétés ou de formes. Il innove cependant dans sa Flore par la qualité de la description des genres et des espèces. C’est peut-être l’aspect le plus important de sa taxonomie. Sur les règles de nomenclature, il agit avec bon sens, certaines de ses innovations sont aujourd’hui reconnues, comme de citer toujours l’auteur de base dans une combinaison de genre, ou de conserver certains noms en n’appliquant pas le principe d’antériorité. Par contre, la citation des noms des auteurs pré-linnéens est interdite par le code. Enfin, F. Kirschleger dit ne citer que peu de synonymes, alors qu’au contraire, il en cite un très grand nombre, ce qui est d’ailleurs très utile car il cite pratiquement tous les noms donnés par les auteurs pré-linnéens.

105En conclusion, F. Kirschleger aura été la figure marquante de la botanique alsacienne du XIXe siècle. Sa Flore est d’un usage facile et agréable, ce qui n’est pas souvent le cas des autres Flores contemporaines. Il n’a pas innové en systématique ni en nomenclature ni dans la définition de l’espèce : ce n’était pas son créneau. Il a créé les nouvelles espèces nécessaires et a fait les combinaisons qu’il estimait justifiées, sans entrer dans les controverses scientifiques qu’il estimait inutiles ou improductives.

Remerciements

106Le texte de cet article a fait l’objet d’une communication au colloque « Kirschleger » qui s’est tenu à Munster le 5 juin 2004. Le colloque a été organisé par MM. Gérard Leser – Société d’Histoire du Val et de la Ville de Munster et Bernard Stoehr – Société d’Histoire Naturelle et d’Ethnographie de Colmar.

Haut de page

Bibliographie

BRISSE, H., KERGUELEN, M., 1994. Code Informatisé de la Flore de France – CIFF. Bull. de l’A.I.A.B., 1 : 1-128.

BUTTLER, K.P., HARMS, K.H., 1998. Florenliste von Baden-Württemberg. Landesanstalt für Umwelstchutz Baden-Württemberg. Fachdienst Naturschutz, Naturschutz-Praxis, Artenschutz 1 : 1-489.

CONTEJEAN, C., 1853, Enumération des plantes vasculaires des environs de Montbéliard. Mémoires Soc. Emulation Doubs, 1853/1854, sér. 2 (4) : 1-112.

CONTEJEAN, C., 1853. Enumération des plantes vasculaires des environs de Montbéliard. Mémoires Soc. Émulation Doubs, 1853/1854, sér. 2 (5) : 38-173.

CONTEJEAN, C., 1856. Additions et rectifications à l’Enumération des plantes vasculaires des environs de Montbéliard. Mémoires Soc. Emulation Doubs, 2 (8) : 15-46, Besançon.

CONTEJEAN, C., 1856. Additions et rectifications à l’Enumération des plantes vasculaires des environs de Montbéliard. : 1-32, 1 carte, Besançon.

CONTEJEAN, C., 1856. Énumération des plantes vasculaires des environs de Montbéliard. : 1-247. Imp. d’Outhenin Chalandre Fils, Besançon.

GMELIN, C.C., 1805. Flore Badensis, Alsatica et confinium regionum. 1 : 1-768. Carlsruhae (Karlsruhe).

GMELIN, C.C., 1806. Flore Badensis, Alsatica et confinium regionum. 2 : 1-717. Carlsruhae (Karlsruhe).

GMELIN, C.C., 1808. Flore Badensis, Alsatica et confinium regionum. 3 : 1-796.

GMELIN, C.C., 1826. Flore Badensis, Alsatica et confinium regionum. Suppléments. Carlsruhae (Karlsruhe).

GODRON, D.A., 1857. Flore de Lorraine (Ed. 2). Paris, J.B. Baillière et Filset V. Masson, Nancy, Grimblot, Vve Raybois et Co., Libr. Ed. Metz, vol. 1, : 1-12 + 1-504.

GODRON, D.A., 1857. Flore de Lorraine (Ed. 2). Paris, J.B. Baillière et Filset V. Masson, Nancy, Grimblot, Vve Raybois et Co., Libr. Ed. Metz, vol. 2, : 1-557.

Index Kewensis on Compact Disc. 1993. Royal Botanic Gardens Kew. Oxford University Press.

JAEGER, P. 1971. Un grand homme - Une grande œuvre. Frédéric Kirschleger 1804-1869. Saisons d’Alsace, 38 : 189-212.

KIRSCHLEGER, F., 1831. Statistique de la flore d’Alsace et des Vosges qui font partie de cette province. Statistique générale du département du Haut-Rhin, Mulhouse, Société Industrielle, : 1-118.

KIRSCHLEGER, F., 1836. Prodrome de la Flore d’Alsace. Strasbourg, Colmar, Mulhouse : I-XVIII, : 1-252.

KIRSCHLEGER, F., 1838. Appendice « Supplément » au Prodrome de la Flore d’Alsace. Strasbourg, Imp. G. Silbermann, : 1-30.

KIRSCHLEGER, F., 1840. Notice sur les violettes de la Vallée du Rhin, depuis Bâle jusqu’à Mayence, des Vosges et de la Forêt-Noire. Mém. Soc. Sci. Nat. Strasbourg, Strasbourg, Berger-Levrault, 3 (1re livraison), 4 : 1-19 + 3 pl. h.t.

KIRSCHLEGER, F., 1852. Flore d’Alsace et des contrées limitrophes. I. Plantes dicotylées pétalées. Strasbourg, chez l’auteur, Paris, V. Masson, Premier vol., I-XVII + 1-662.

KIRSCHLEGER, F., 1857. Flore d’Alsace et des contrées limitrophes. Revue bibliographique et historique des travaux littéraires relatifs à la flore d’Alsace et des Vosges depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. Strasbourg, Paris, Deuxième vol., I-C.

KIRSCHLEGER, F., 1857. Flore d’Alsace et des contrées limitrophes. Clé linéenne. Strasbourg, Paris, Deuxième vol., : CI-CXXIV.

KIRSCHLEGER, F., 1857. Flore d’Alsace et des contrées limitrophes. Strasbourg, Paris, Deuxième vol., : 1-612.

KIRSCHLEGER, F., 1862, [1858]. Flore d’Alsace et des contrées limitrophes. Troisième vol. Deuxième partie. Guide du botaniste herborisateur et touriste à travers les plaines d’Alsace et les montagnes des Vosges. Strasbourg, Paris. 189-364.

KIRSCHLEGER, F., 1870. Flore vogéso-rhénane ou description des plantes qui croissent naturellement dans les Vosges et dans la Vallée du Rhin. Paris, Baillière et fils, Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1 : 1-503

KIRSCHLEGER, F., 1870. Flore vogéso-rhénane ou description des plantes qui croissent naturellement dans les Vosges et dans la Vallée du Rhin. Paris, Baillière et fils, Strasbourg, Treuttel et Würtz, 2 : 1-275.

KIRSCHLEGER, F., 1870. Guide du botaniste à travers les plaines de l’Alsace et les montagnes des Vosges. In « Flore vogéso-rhénane ou description des plantes qui croissent naturellement dans les Vosges et dans la Vallée du Rhin ». Paris, Baillière et fils, Strasbourg, Treuttel et Würtz, 2 : 277-311.

OCHSENBEIN, G., 1969. Le souvenir de Kirschleger dans la nomenclature des noms de plantes. In : « Frédéric Kirschleger », Ann. Soc. Histoire du Val et de la Ville de Munster, 1969, 24 : 57-64.

OCHSENBEIN, G., 1988. Kirschleger, Frédéric. In : « Nouveau Dictionnaire de Biographie alsacienne », Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, 21 : 1972.

OCHSENBEIN, G., 2005. Frédéric Kirschleger et sa flore après lui. In : Leser, G., Stoehr, B., « Actes du Colloque Kirschleger. À l’occasion du 200e anniversaire de sa naissance. 5 juin 2004. Munster ». : 15-18. Jérôme Do Bentzinger Editeur.

PARENT, G.H., 1996. La Lorraine et l’Alsace dans la nomenclature botanique, zoologique et paléontologique, en minéralogie, en stratigraphie et en préhistoire. Étude critique. Bull. Acad. et Soc. Lorraines des Sciences, 35 (1) : 23-67.

RUSQUE, D., 2003. Cabinets d’histoire naturelle et jardin botanique à Strasbourg au XVIIIe siècle : de la curiosité à la classification. Institut d’Histoire d’Alsace. Association Jean-Daniel Schopflin. Presses Universitaires de Strasbourg. Chantiers historiques en Alsace 6 : 37-53.

SCHULTZ, F.W., 1846. Flora der Pfalz enthaltend ein Verzeichniss aller bis jetzt in der bayerische Pfalz und den angrenzen den Gegenden ... G.L. Lang, Speyer : 1-76 + 1-575 + 1-35.

SCHULTZ, F.W., 1846. Flora der Pfalz. G.L. Lang, Speyer (Reprint 1971), : 1-76 + 1-575 + 1-35.

Service Commun de Documentation de l’Université Louis Pasteur : http://num-scd-ulp.u-strasbg.fr:8080/

Société Botanique d’Alsace. M. HOFF (coord.). (2006). - Atlas de la Flore d’Alsace, Base de données « BRUNFELS » de la Société Botanique d’Alsace, Base de données de botanique alsaciennes (H. TINGUY), Base de données SOPHY (P. de RUFFRAY et H. BRISSE) de l’Association Informatique Appliquée à la Botanique, Base de données de l’Herbier de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg.

Tela-Botanica, 2007. Banque de Données Nationale de la Flore de France, version 4.02.

THURMANN, J., 1848. Énumération des plantes vasculaires du district de Porrentruy. Archives de la Soc. Jurass. d’Emulation, Porrentruy, V. Michel, : 1-55.

THURMANN, J., 1849. Essai de phytostatique appliquée à la chaîne du Jura et aux contrées voisines. Étude de la dispersion des plantes vasculaires envisagée principalement quant à l’influence des roches soujacentes. Berne et Soleure, Jent et Gassmann, vol. 1 : I-XII + 1-444, vol. 2 : 1-373.

WISSKIRCHEN, R., HAEUPLER, H., 1998. Standardliste der Farn- und Blütenpflanzen Deutschland. Bundesamt für Naturschutz, : 1-765.

ZIMMERMANN, C., 1992. Frédéric Kirschleger. La valeur impérissable d’une œuvre. Mémoire de Diplôme d’État de Docteur en Pharmacie, UER Sciences pharmaceutiques, Université Louis Pasteur, Strasbourg : 1-93.

Haut de page

Annexe

Plantes patrimoniales d’Alsace

Photos M. Hoff

Allium victoriale L. (Alliaceae)

Allium victoriale L. (Alliaceae)

L’ail victorial fleurit en été sur les pentes rocheuses des cirques glaciaires des Hautes-Vosges. L’espèce est protégée en France.

Phyteuma orbiculare L. (Campanulaceae)

Phyteuma orbiculare L. (Campanulaceae)

Le raiponce orbiculaire est une plante des prairies et pâturages maigres et ensoleillés des collines et des montagnes. Il est protégé en Alsace.

Polygonum bistorta L. (Polygonaceae)

Polygonum bistorta L. (Polygonaceae)

La renouée bistorte colore les prairies humides des Vosges des sommets aux fond des vallées à la fin du printemps.

Trollius europaeus L. (Ranunculaceae)

Trollius europaeus L. (Ranunculaceae)

Le trolle d’Europe ou boule d’or ne se trouve en Alsace que dans les pelouses des Hautes-Vosges et du Jura alsacien. Il fait partie des plantes de la liste rouge Alsace.

Pulsatilla alpina (L.) Delarbre (Ranunculaceae)

Pulsatilla alpina (L.) Delarbre (Ranunculaceae)

La pulsatille alpine est localisée dans les pelouses et les landes des hautes chaumes des Vosges centrales. Elle est protégée en Alsace.

Cicerbita plumieri (L.) Kirschleger (Asteraceae)

Cicerbita plumieri (L.) Kirschleger (Asteraceae)

La cicerbite de Plumier caractérise les prairies humides à hautes herbes et des éboulis de l’étage supérieur des Vosges. L’espèce est sur la liste rouge de la Flore d’Alsace.

Dianthus superbus L. (Caryophyllaceae)

Dianthus superbus L. (Caryophyllaceae)

L’œillet superbe est une plante des prairies humides du ried alsacien. Il est protégé au niveau national.

Hieracium aurantiacum L. (Asteraceae)

Hieracium aurantiacum L. (Asteraceae)

L’épervière orangée est caractéristique des hautes chaumes des sommets vosgiens. Elle est protégée au niveau régional.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Frédéric Kirschleger vers 1869
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 2 : Répartition géographique des herbiers et des observations floristiques de F. Kirschleger
Crédits (Atlas de la Flore d’Alsace, Société Botanique d’Alsace, 2006)
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 3 : Partie de la clé linnéenne de F. Kirschleger
Légende 7. Périanthe double : aller à 8.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 4 : Description de la famille des Fagaceae appelée Quercacées en 1857
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 5 : Description du genre Quercus
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 6 : Notice sur Quercus petraea, le chêne sessile, appelé en 1857 Quercus sessiliflora
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 7 : Citation des synonymes et description du Lis martagon (Lilium martagon L.)
Légende Outre Carl Christian Gmelin 1762-1837 (Gmel.), Johann Adam Pollich 1740-1780 (Poll.) et Ludwig Reichenbach 1793-1879 (Rchnb.), qui sont des auteurs contemporains, F. Kirschleger cite également Caspard Bauhin 1560-1624 (C.B.), Marc Mappus 1666-1736 (Mapp.), Tabernaemontanus 1588 (Tabernae.), Hieronymous Bock dit Tragus 1498-1554 (Trag.), Otto Brunfels 1488-1534 (Brunf.), Pierandrea Matthioli 1500-1577, Rudolf Jacob Camerarius 1665-1721 (Camer.) et Léonard Fuchs 1501-1566 qui sont des auteurs pré-linnéens.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Allium victoriale L. (Alliaceae)
Légende L’ail victorial fleurit en été sur les pentes rocheuses des cirques glaciaires des Hautes-Vosges. L’espèce est protégée en France.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Phyteuma orbiculare L. (Campanulaceae)
Légende Le raiponce orbiculaire est une plante des prairies et pâturages maigres et ensoleillés des collines et des montagnes. Il est protégé en Alsace.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Polygonum bistorta L. (Polygonaceae)
Légende La renouée bistorte colore les prairies humides des Vosges des sommets aux fond des vallées à la fin du printemps.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Trollius europaeus L. (Ranunculaceae)
Légende Le trolle d’Europe ou boule d’or ne se trouve en Alsace que dans les pelouses des Hautes-Vosges et du Jura alsacien. Il fait partie des plantes de la liste rouge Alsace.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Pulsatilla alpina (L.) Delarbre (Ranunculaceae)
Légende La pulsatille alpine est localisée dans les pelouses et les landes des hautes chaumes des Vosges centrales. Elle est protégée en Alsace.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Cicerbita plumieri (L.) Kirschleger (Asteraceae)
Légende La cicerbite de Plumier caractérise les prairies humides à hautes herbes et des éboulis de l’étage supérieur des Vosges. L’espèce est sur la liste rouge de la Flore d’Alsace.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Dianthus superbus L. (Caryophyllaceae)
Légende L’œillet superbe est une plante des prairies humides du ried alsacien. Il est protégé au niveau national.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Hieracium aurantiacum L. (Asteraceae)
Légende L’épervière orangée est caractéristique des hautes chaumes des sommets vosgiens. Elle est protégée au niveau régional.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1046/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Hoff, « Frédéric Kirschleger : son apport dans la nomenclature botanique et dans les noms des plantes d’Alsace », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 229-254.

Référence électronique

Michel Hoff, « Frédéric Kirschleger : son apport dans la nomenclature botanique et dans les noms des plantes d’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1046 ; DOI : 10.4000/alsace.1046

Haut de page

Auteur

Michel Hoff

Maître de Conférences à l’Université Louis Pasteur, Strasbourg. Conservateur de l’Herbier d’Alsace

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page