Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age

Schott-Toullec (Laetitia) et Metz (Bernhard), Un château de plaine à Steinbrunn-le-Bas. La résidence des Truchsess de Wolhusen

Altkirch, Société d’Histoire du Sundgau – ANTEA Archéologie, 2009 (Découvrir le Sundgau), 108 pages
Nicolas Lefort
p. 549
Référence(s) :

Schott-Toullec (Laetitia) et Metz (Bernhard), Un château de plaine à Steinbrunn-le-Bas. La résidence des Truchsess de Wolhusen, Altkirch, Société d’Histoire du Sundgau – ANTEA Archéologie, 2009 (Découvrir le Sundgau), 108 pages.

Texte intégral

1En 2007, un projet de lotissement sur la commune de Steinbrunn‑le‑Bas conduit le Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan (PAIR) à effectuer des sondages qui confirment la présence d’un château sur le site. Une campagne de fouilles préventives est réalisée pendant l’été 2008 par Antea-Archéologie sous la direction de Laetitia Schott-Toullec. Le présent ouvrage est le fruit de la collaboration entre cette équipe d’archéologues et l’historien Bernhard Metz, collaboration ayant permis de confronter les données archéologiques aux sources écrites, et de corroborer la datation précise du château.

2Dans une première partie, Bernhard Metz rappelle que contrairement aux ruines des Vosges, les châteaux de plaine alsaciens, pourtant bien plus nombreux, restent méconnus du grand public et peu étudiés par les spécialistes. Cette situation s’explique par la sous-représentation des châteaux de plaine dans les sources écrites, la rareté des vestiges monumentaux, en raison de leur destruction ou de leur transformation au cours des siècles, et le très faible nombre de fouilles archéologiques complètes réalisées jusqu’ici. Ces lacunes montrent le caractère exceptionnel et le grand intérêt de l’opération menée à Steinbrunn-le-Bas, qui a permis de mettre au jour un château de plaine ayant conservé sa structure d’origine.

3L’étude des sources d’archives montre que le château de Steinbrunn‑le‑Bas est un édifice tardif, commencé à partir de 1519, c’est-à-dire à une époque où de nombreux châteaux sont déjà abandonnés en raison du changement de goût de la noblesse et du développement de l’artillerie. Mais Hans Truchsess von Wolhusen, bailli de Landser, originaire de Lucerne, souhaitant mieux affirmer son pouvoir, consacre toute sa fortune à la construction d’un château d’allure médiévale, donc suranné.

4Les fouilles ont révélé un château modeste constitué de deux bâtiments, le bâtiment principal servant de logis, et le second bâtiment ayant certainement une fonction agricole. Le logis est un édifice simple, de faibles dimensions, de forme rectangulaire, et flanqué de deux tourelles d’angles. Il est fortifié par l’adjonction de deux autres tourelles d’angle au cours du XVIe siècle, et mis partiellement au goût du jour par la construction d’un massif d’entrée monumental et le creusement d’un vaste bassin au XVIIe siècle. Cependant, le bâtiment souffre de la guerre de Trente Ans, de l’humidité du terrain et de défauts de construction : à partir de 1695, un manoir est édifié à proximité pour le remplacer. Le château primitif est progressivement abandonné au début du XVIIIe siècle : la récupération des matériaux de construction a été totale, rendant difficile tout essai de restitution en élévation des bâtiments qui étaient couverts de tuiles plates.

5Le site étant très humide, de nombreux bois ont été retrouvés dans un excellent état de conservation ce qui a permis leur étude par dendrochronologie.

6Parmi le mobilier découvert, on compte peu d’objets métalliques, mais une céramique aux fonctions variées attestant un mode de vie noble à la fois modeste et raffiné : par exemple, la découverte d’un plat à barbe montre le souci de l’hygiène de ses occupants, et celui de pipes à tabac, l’usage des dernières nouveautés. Par contre, la fonction défensive du château n’est pas représentée dans le mobilier.

7Pour que cette étude du château de Steinbrunn-le-Bas soit vraiment complète, il resterait à fouiller la basse-cour, et à réaliser l’étude architecturale du manoir et de l’église Saint-Laurent situés à proximité. Cependant, le devenir de ce patrimoine d’un grand intérêt reste incertain, en raison du maintien du projet de lotissement, et de l’absence de mesures de protection au titre des monuments historiques…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « Schott-Toullec (Laetitia) et Metz (Bernhard), Un château de plaine à Steinbrunn-le-Bas. La résidence des Truchsess de Wolhusen », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 549.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « Schott-Toullec (Laetitia) et Metz (Bernhard), Un château de plaine à Steinbrunn-le-Bas. La résidence des Truchsess de Wolhusen », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 18 août 2011, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/1106

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page