Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XVIIIe - XIXe siècle

Düsterhaus (Donatus), Die Revolution als Schwester des Krieges. Deutungen und Wahrnehmungen von Lutheranern im Elsass in der Zeit der Französischen Revolution und des Napoleonischen Empires (1789-1815)

Aschendorff Verlag, Münster, 2011, 310 p.
Claude Muller
p. 554
Référence(s) :

Düsterhaus (Donatus), Die Revolution als Schwester des Krieges. Deutungen und Wahrnehmungen von Lutheranern im Elsass in der Zeit der Französischen Revolution und des Napoleonischen Empires (1789-1815), Aschendorff Verlag, Münster, 310 p.,2011

Texte intégral

1Disciple du professeur Anton Schindling, en poste à Tübingen, Donatus Düsterhaus nous livre un petit bijou, parfait reflet d’un courant historiographique allemand vieux d’une quinzaine d’années, lequel s’interroge sur les liens entre la guerre et la religion. L’auteur qui, dans un premier temps, s’était intéressé aux catholiques, a finalement jeté son dévolu sur les protestants, à cause du relatif vide historiographique pendant la période de 1789 à 1815.

2Sous-tendu par un impressionnant dépouillement d’archives (p. 269‑277, même si 1M 217 cité p. 269 n’existe pas et qu’il faut le remplacer par 1M61) et par une bibliographie fournie (p. 277‑310), l’ouvrage qui prend magistralement de la hauteur par rapport à la documentation consultée évoque la profonde transformation de l’Eglise luthérienne de la Révolution à l’Empire. Donatus Düsterhaus souligne d’abord l’espoir des protestants en la Révolution, vu leur situation difficile sous l’Ancien Régime quand le catholicisme est religion d’Etat. Entre 1793 et 1794, à cause de la volonté déchristianisatrice du Comité de Salut Public, les pasteurs prêchent une distanciation… s’ils le peuvent. Jean Jacques Fischer de Dorlisheim paye de sa vie ses opinions.

3Comme la plupart de ses prédécesseurs travaillant sur cette période, l’auteur ne donne que peu d’indications sur la période du Directoire, laissée pour compte une fois de plus. En revanche, la période napoléonienne, abondamment traitée, montre une adhésion des luthériens à l’Empire. Toutefois Donatus Düsterhaus n’insiste pas assez, du moins à mes yeux, sur le grand écart obligé de cette minorité influente et intelligente : la fidélité à la langue de Luther, soit l’allemand, d’une part ; l’utilisation de la langue du nouveau maître, ayant donné par les Articles Organiques un statut, soit le français, d’autre part.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Düsterhaus (Donatus), Die Revolution als Schwester des Krieges. Deutungen und Wahrnehmungen von Lutheranern im Elsass in der Zeit der Französischen Revolution und des Napoleonischen Empires (1789-1815) », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 554.

Référence électronique

Claude Muller, « Düsterhaus (Donatus), Die Revolution als Schwester des Krieges. Deutungen und Wahrnehmungen von Lutheranern im Elsass in der Zeit der Französischen Revolution und des Napoleonischen Empires (1789-1815) », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 18 août 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1114

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page