Navigation – Plan du site

Le vignoble de Buhl

The vineyard of Buhl
Der Weinberg von Buhl
Christian Chéray
p. 81-96

Résumés

Le vignoble de Buhl se situe dans la vallée de la Fecht, sur les territoires de l’abbaye de Murbach. Si les origines de son implantation sont obscures, on peut suivre l’histoire du vignoble, l’un des plus hauts d’Alsace, depuis la fin du Moyen Âge. Le cas de Buhl permet de suivre l’évolution d’un vignoble en fonction de l’évolution de la population du village qui, devenue ouvrière, continue à cultiver la vigne qui disparaît dans les années 1970. En 1993, cependant, on assiste à un retour de vignerons qui remettent des parcelles en culture.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Buhl
Haut de page

Texte intégral

Les origines

  • 1  EHRET, Luzian, Weinbau, Weinhandel und Weinverbrauch in Gebweiler: ein Beitrag zur Wirtschaftsgesc (...)

1Dès 1932, Luzian Ehret livre1 un tableau très complet du vignoble de la vallée du Florival qui comprend celui de Buhl. L’image traditionnellement véhiculée montre un vignoble alsacien recouvrant les collines sous-vosgiennes. Or, le Sundgau, la plaine et les vallées ont aussi vu pousser la vigne : le val de Villé, jusqu’à Breitenbach, la vallée de la Fecht (le vignoble de Wihr-au-Val est toujours présent), Buhl dans la vallée de la Lauch. La particularité du vignoble de Buhl est d’avoir connu un développement important jusqu’au XIXe siècle, puis une quasi disparition à la fin du XXe siècle avant de renaître récemment.

2Selon Pline l’ancien en l’an 70 après Jésus-Christ, la culture de la vigne était déjà en usage dans les tribus celtes des Séquanes et des Rauraques. Quelques mots latins issus de la culture de la vigne rappellent cette période. Ils sont passés en français ou en allemand, également en alsacien, tels que :

3VINUM - WEIN - VIN - WI
VINITOR - WINZER -VIGNERON - WENZER
MOSTUM - MOST - MOÛT - MOSCHT
VAS - FASS (tonneau) - FÁSS
CUPETTLA - KÜBEL - CUVEAU - KEWELL
CELLA - KELLER - CAVE - KALLER

4L’empereur Domitien, craignant que le vignoble ne devienne dominant par rapport à la culture des céréales, fit paraître un édit ordonnant l’arrachage des vignes dans toute la Gaule. En 280 après Jésus-Christ, l’empereur Probus permit la réimplantation de la vigne. C’est ainsi que vers l’an 300 cette culture s’établit durablement en Alsace.

5De ce fait, il est bien certain, que la vigne était présente dans notre vallée, étant donné sa situation ensoleillée, et ce bien avant l’arrivée des moines et leur implantation à Murbach. Ceux-ci d’abord installés à proximité du Bühele (ancien nom de Buhl) au lieu-dit Katrinabuckel ne migrèrent dans la vaste solitude du Muorbach que plus tard. Le Bühele (petite colline) était déjà occupé par les peuplades préceltiques, du fait de sa situation stratégique bien défendable, au pied du Demberg, montagne sacrée sur laquelle se pratiquaient les rites propres au paganisme. Toujours selon L. Ehret, une villa gallo-romaine (aussi appelée marca) se trouvait à Buhl, un domaine agricole comprenant des champs, un vignoble, des forêts, des pâturages.

  • 2  Sur la formation du patrimoine et la transformation du territoire de l’abbaye en principauté : BIS (...)

6C’est en 728 que le comte Eberhard (de la souche des futurs comtes d’Eguisheim) dota le monastère de Murbach, geste complété par d’autres donateurs, au long du Moyen Âge. L’abbaye acquiert ainsi de nombreuses terres aux alentours et aussi très éloignées telles que Lucerne en Suisse2.

  • 3  Ehret, op. cit.
  • 4  Ehret, op. cit.

7De 650 à 900, on compte en Alsace 119 sites de vignobles, qui deviennent 172 au XIIIe siècle3. Les pentes ensoleillées du Florival ont inspiré le moine Frulandus au XIe siècle4. Il affirme dans sa Vie de saint Léger (saint patron de l’abbaye de Murbach) que le Florival est « une vallée bénie, telle un bijou céleste, dans laquelle le sang de la vigne coule à flots ».

  • 5  Quelques noms datant du Moyen-âge désignent des mesures, des surfaces et des récipients qui sont t (...)
  • 6  Notons cependant que selon les vignobles, les vins d’un même cépage pouvaient porter des appellati (...)

8On peut penser que la culture de la vigne connaît peu d’évolution entre l’époque gallo-romaine et l’époque moderne5. Il faut cependant attendre le XVIIe siècle pour connaître quelques noms de cépages cultivés dans la vallée6 : weiss und rot Klaffner, Rüschling, Muskateller, klein und gross Edel, weiss/silber, gross Schlitzer, Fürderling.

  • 7  Ehret, op. cit.
  • 8  Ehret, op. cit.

9À la fin du XVIIe siècle, le poète Arnold7 compare le kitterle (kiderle) à du Kopfinfyrer : « chauffeur de tête » et le poète Auguste Stoeber8 l’appelait Wadenbrecher ou « briseur de mollet ».

Buhl au cœur du Florival

  • 9  Source transmise oralement par les anciens historiens de Buhl.
  • 10  Usage spécifique aux domaines de l’abbaye de Murbach. Une quantité définie de vin était redevable (...)

10Buhel est cité sous son nom primitif en 1135, dans un document du prieuré augustin de Goldbach9. Buhl, village propriété de l’abbaye de Murbach, lui était redevable de l’impôt en nature : Gefürstweinpflichtig10, ainsi que de la dîme en vin.

11Buhl est situé au centre de la vallée du Florival, au pied des Hautes-Vosges, dominé par le Grand Ballon (1 424 m) et le Petit Ballon (1 272 m). Le ban communal couvre une superficie de 880 hectares. Le village est entouré de plusieurs massifs forestiers : le Demberg (628 m), le Hohrupf (813 m), le Geisskopf (735 m), l’Ebeneck (859 m), le Hochkopf (545 m), le Schimberg (582 m). Buhl est traversé par la Lauch, rivière prenant sa source dans le massif du Breitfirst.

  • 11  Le Schimberg est cité en 1250. Le mot « Schin » signifie soleil.
  • 12  Archives municipales de Buhl, plan de 1750.

12Très vraisemblablement, les vignes furent plantées dès les VIIe et VIIIe siècles, lorsque la villa gallo-romaine devient un hameau puis un village. La majorité du vignoble se trouvait sur les coteaux du Schimberg11 à l’est du village. Il s’étendait de l’Appenthalrunz au Schwarzenbach (ancienne carrière de grès rose) aux versants très raides, atteignant par endroit 45 à 50%. La superficie maximale cultivée au Schimberg était de 62 hectares12, avec une altitude allant jusqu’à 440 m. À noter que plusieurs carrières de grès rose longent les hauteurs du Schimberg. Elles étaient réputées pour la taille des meules pour moulin.

13Buhl peut prétendre avoir un des vignobles les plus hauts d’Alsace et le plus proche des hauts sommets : Grand Ballon, Klinzkopf et Petit Ballon. La chaîne de montagnes le protège des violentes intempéries venant de l’ouest ainsi que du vent du nord. L’ensoleillement exceptionnel et le sous-sol, truffé de nombreuses sources, permettent un mûrissement précoce.

14Sur les flancs du Demberg à l’ouest du village (Tenneberg en 1250), se trouvait une autre implantation de vignes sur une superficie maximale de 8,50 hectares. Les pentes sont moins raides, mais aussi moins exposées au soleil. Ce petit vignoble s’étendait du Finsterbiechle au Kandelacker au sol constitué de terre forestière qui a été améliorée pour la culture des vignes.

Les lieux-dits dans le vignoble

  • 13  Liste dressée d’après les sources suivantes : livre des fiefs de l’abbaye de Murbach, 1250 (ADHR, (...)

15Dès son origine, le ban de chaque commune est réparti en une série de lieux-dits, dont l’origine remonte souvent à la nuit des temps. Dans le vignoble du Schimberg nous trouvons les lieux-dits suivants13 :

  • 14  Il est fort possible qu’au haut Moyen Âge, un pressoir (Trotte) se trouvait en plein air à cet end (...)

16Röhrthal, cité en 1453, (carte Murbach)
Schwartzenbach, cité en 1250, (fiefs Murbach)
Kandel, cité en 1453, (carte Murbach)
Müch, cité en 1502, (carte Murbach)
Strangen, cité 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Striemen, cité 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Gross-Schátz, cité 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Trottberg, cité en 1384, (carte Murbach)14
Obertrottberg, cité en 1384, (carte Murbach)
Appenthal, cité en 1250, (fiefs Murbach)
Oberappenthal, cité en 1250, (fiefs Murbach)
Neuberg, cité en 1750
Laeger, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Taesch, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Neubrück, cité en 1545, (Stift Lautenbach)
Metzger Garten, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Schaetzen, cité en 1453, (carte Murbach)
Sechs-Schatz, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Rupsen, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Thiemen, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Lutt ou Litt, cité en 1453, (carte Murbach)
Thal, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Weingarten, cité en 1453, (carte Murbach)
Falkenstein, cité en 1250
Hoher Mauer.

17Du côté du Demberg, cité en 1250, (fiefs Murbach), nous trouvons :

18Kandelacker, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Andresengut, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Grossacker, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Beerenhag, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl)
Finsterbiechle, cité en 1683, (terrier de la paroisse de Buhl).

19Sur la liste ci-dessus, les noms des lieux-dits sont presque tous d’origine alémanique. Ils désignent un lieu historique, topographique ou géographique. Pour un seul lieu dénommé Lutt ou Litt, aucune précision n’a pu être trouvée. À noter qu’un ancien sentier appelé S’Armasender Pfedla (le sentier des pauvres pécheurs) traverse ce lieu.

Le Schimberg, vers 1940

Le Schimberg, vers 1940

La vigne et les vignerons

20Le village se développe dans le cadre de la principauté de Murbach et au fil des siècles le vigneron devient l’aristocrate de la classe paysanne. Plante de la civilisation, la vigne devient une plante de luxe. Elle n’est plus travaillée pour nourrir son homme, mais pour l’enrichir. Alors on peut concevoir que les moines de l’abbaye ont tout fait pour promouvoir la culture de la vigne dans ces domaines, là où le climat et la structure du sol la rendaient possible : le prince-abbé encaissait la dîme sur les récoltes, mais aussi le loyer des terres louées.

21Grâce à un terrier de 1681 (donné en annexe), nous connaissons la liste de personnes possédant des vignes à Buhl. Il faut préciser que cette liste a été établie après la guerre de Trente Ans, alors que les vignes et terres agricoles ne sont plus entretenues pendant plusieurs années, et que s’amorce seulement la reconstruction des campagnes.

22Selon cette liste, 31 vignerons exploitaient une surface de 52 hectares. Venaient s’ajouter 28 Schatz appartenant au chapitre de Lautenbach, ce qui donnait une superficie de 80 hectares.

  • 15  LEGIN (Philippe), Die Abtei von Murbach, p. 49.

23En 1653 l’abbaye de Murbach avait décidé que les vignes et terres non cultivées ou en friche seraient louées à d’autres personnes15. Un aperçu de cette situation est donné par le chapitre de Lautenbach qui possédait sept maisons avec dépendances à Buhl, un champ et quatre grands prés. Mais plusieurs de ces domaines étaient en mauvais état ou à l’abandon.

  • 16  Archives municipales de Buhl.

24Le vignoble de Buhl connaît, durant le XVIIIe siècle, quelques modifications majeures. Sur un plan datant de 175016, le vignoble avait seulement une superficie de 125 arpents et 46 perches. En prenant en compte la mesure de l’arpent royal, le vignoble était réduit de 80 à 52 hectares. Mais sur ce plan, le Trottberg, l’Obertrottberg et l’Appenthal sont désignés comme pâturages ainsi que le versant du Kandelacker sur le Demberg. De 1750 à 1753 une parcelle de 4,70 hectares, située au Schimberg fut déboisée et dessouchée en vue d’une nouvelle plantation au lieu-dit Neuberg qui devient un des plus hauts vignobles d’Alsace.

25Après la révolution de 1789, tous les biens de l’abbaye de Murbach furent vendus comme biens nationaux. Tout le vignoble passa donc aux mains de particuliers. Ce transfert de propriété n’affecte pas le visage essentiellement agricole de la commune dont la population, au début du XIXe siècle, vit surtout des produits de la terre (vigne, agriculture) et de l’élevage. Des équipes de bûcherons exploitent la forêt. Les carriers travaillent la pierre dans les gisements de grès rose sur les flancs du Schimberg. Dans le village se trouvent les artisans tels que forgerons, charrons, tonneliers, meuniers, voituriers. Boulangers et bouchers proposent pain et viande pour l’alimentation journalière. La petite église consacrée en 1775 avec son vieux clocher millénaire domine le village. Toute cette structure traditionnelle, en place depuis des centaines d’années, allait être profondément bouleversée avec le développement de l’industrie textile dans la vallée où se fixent, dès 1810 et jusqu’en 1853, plusieurs manufactures (filatures et tissages).

  • 17  Source : état-civil de la commune de Buhl.

26Ces implantations industrielles suscitent un besoin important de main-d’œuvre auquel répond l’arrivée de nouveaux venus des villages de la Hardt, des localités d’autres vallées vosgiennes, du vignoble, souvent issus de petites familles agricoles aux terres insuffisantes pour les nourrir. C’est ainsi qu’en un siècle, la population triple17, en deux mouvements bien distincts : sous la Monarchie de Juillet et au début de l’époque du Reichsland.

Répartition de la population

Répartition de la population

27En quelques décennies, la population devient à majorité « ouvrière » ou plutôt « ouvrière-paysanne », car la plupart des familles cultivent un coin de jardin et quelques ares de vignes. Même les anciennes familles de vignerons ou de cultivateurs envoient quelques membres de leur famille travailler à l’usine pour assurer un revenu. Ce changement a pu être douloureux pour ces « enfants de la terre » obligés d’abandonner le travail au champ ou à la vigne pour aller dans les usines, contraints de suivre le rythme des machines et de côtoyer les « miséreux » de la classe ouvrière.

28Quant au vignoble, il est exploité au maximum. La vente des biens de l’abbaye de Murbach à partir de 1790 et les partages ultérieurs entre héritiers, provoquent un morcellement accru. Le nombre de parcelles se multipliant avec le nombre des exploitants, celles-ci se divisent en largeur au fur et à mesure et se transforment en lanières longues et étroites.

29Au début du XXe siècle, la situation du village est florissante : industries en pleine activité, artisans et commerçants dynamiques en nombre grandissant, Buhl est en pleine expansion. C’est grâce à l’industrie et à l’arrivée considérable de travailleurs ruraux, avec cette composition sociale d’ouvriers-paysans, que le vignoble buhlois a pu être conservé dans son intégralité. L’industrie a soutenu l’agriculture. Cette situation se prolonge jusqu’après la Seconde guerre mondiale, bien que la maladie du phylloxera ait fragilisé la vigne pendant un certain temps.

  • 18  Archives municipales de Buhl, rapport de présentation du plan d’occupation des sols de la commune.

30De 1900 à 1957, la surface exploitée18 reste stable au Schimberg, à part quelques petites parcelles qui ont été abandonnées au Neuberg. Du côté du Demberg, après 1945, des parcelles étaient encore exploitées au Beerenhag, au Finsterbiechlen et au Kandelacker (environ 80 ares). Elles vont complètement disparaître dans les années 1960.

31En 1962, au Schimberg, le déclin n’est pas encore amorcé, car 36 hectares sont classés en AOC (appellation d’origine contrôlée). Puis au fil des années, une parcelle après l’autre n’est plus cultivée. Les ouvriers-paysans ont complètement oublié les traditions ancestrales. La fierté d’être propriétaire d’une parcelle de vigne et de quelques ares de jardin n’existe plus : on est fier d’avoir sa voiture, sa télévision. Les remises où le matériel viticole était abrité sont transformées en garage. Les cuves, tonneaux et autres ustensiles ont fini comme bois de chauffage. Les pressoirs, pour la plupart, sont dispersés comme antiquités ou élément de décoration. Le niveau de vie a fortement augmenté, les conditions de vie sont devenues plus confortables, alors pourquoi aller piocher les vignes ?

L’image du vignoble

32Presque 8 kilomètres (exactement 7,819 km) de chemins ont été aménagés au fil du temps pour permettre aux vignerons de rejoindre leurs parcelles. Comme le vignoble a été aménagé en terrasses, des kilomètres de murets de pierres, en grès rose, ont été nécessaires pour consolider les chemins. La hauteur de ces murets était variable, allant de 20 centimètres à 4 mètres de hauteur, selon la configuration du terrain. La longueur des murets le long des chemins est d’environ 16 kilomètres.

  • 19  Selon le compte-rendu de la séance du conseil municipal de Buhl du 3 mars 1910.

33Les murs de soutènement des propriétés viticoles sont à la charge des propriétaires et les murs de soutènement du chemin à la charge de la commune. Malgré ce principe, leur entretien donna lieu à des discussions passionnées et même à des empoignades sévères au conseil municipal19. Le 3 mars 1910, sous la présidence du maire Louis Neyer, maire de Buhl du 22 août 1908 au 10 décembre 1913 et du 17 septembre 1921 au 21 juin 1928, il a été décidé que l’entretien des murs du vignoble incomberait aux propriétaires, ce qui provoqua des réactions indignées.

34Cette affaire est portée devant le tribunal administratif (ce dernier donnant raison à la commune). En 1928 (six mois avant l’élection d’un nouveau conseil municipal), certains propriétaires refusent de payer les réparations et envoient les factures à la mairie, ce qui provoque à nouveau des discussions passionnées. Le maire J. Bildstein, maire de Buhl du 17 octobre 1920 au 27 août 1928, propose alors de mettre les pierres à disposition, mais il se fait accuser de « filouterie » (Bauernfängerei). Actuellement, l’entretien des murs de soutien des chemins est de la responsabilité de la mairie et ceux des terrains à la charge des propriétaires, ce qui ramène à la situation de 1910.

35Même à l’intérieur des parcelles, souvent très raides, plusieurs murets en grès rose ont été érigés. Ils soutiennent les terrasses et facilitent la culture tout en protégeant les sols de l’érosion. De même, en cas d’intempéries ou de gros orages, ils protègent des effets du ruissellement. L’accumulation de la chaleur journalière dans les pierres des murets, permet une régulation thermique nocturne bénéfique aux raisins.

36Combien de kilomètres ont été implantés ? Le chiffre de 50 kilomètres (avec ceux des chemins) n’est pas exagéré. Les pierres se trouvant à proximité dans les carrières, le long du Schimberg, leur exploitation en était facilitée. En tout cas, des milliers de mètres cubes ont été nécessaires pour créer l’infrastructure du vignoble.

Murets de soutènement

Murets de soutènement

Le travail du vigneron

37Sous l’Ancien Régime, le rythme des travaux est réglé d’après les fêtes religieuses : taille, attachage et piochage sont terminés le 23 avril à la Saint-Georges. Liage, sarclage ne doivent pas dépasser la Saint-Jean d’été et le second sarclage le 24 août, la Saint-Barthélemy. Vendanges, vente et commerce des vins tombent également sous le coup d’une réglementation rigoureuse.

38La configuration des parcelles ne permettait pas de travailler le sol avec cheval et charrue. Le travail de la terre en coteau n’est possible que de bas en haut. Donc le travail se faisait avec la pioche (piocher les vignes : Rawahäcka). Si la pioche dans la vigne a le même effet que la charrue dans le champ, le vigneron doit assumer un travail supplémentaire car il fallait de temps en temps remonter la terre du bas des terrasses vers le haut, travail pénible, qui se faisait à dos d’hommes avec des hottes spéciales.

39Après 1790, les contraintes communautaires sont désormais imposées non plus par l’abbaye mais par le conseil municipal qui définit, avant les vendanges, la fermeture du vignoble pour les personnes non propriétaires et fixe le jour de l’ouverture des vendanges. Du personnel supplémentaire de garde est embauché pour surveiller le vignoble quelques semaines avant les vendanges jusqu’à ce que celles-ci soient terminées (aide garde-champêtre : Hilfsbammert).

40La vente du vin nouvellement produit est essentielle et constitue avant 1790 un droit seigneurial : le Zwing un ban zu Bühel (Droits et Contraintes de Buhl) de 1453 donne des directives concernant le vignoble :

So sol min herre han sinen winban im hoffe ze Wigere sins gewechsedes, drye wuchen vor sùngeht, drye dar nach. Noch sol nieman enkein win verkouffen mit dem kleinen mesz in den sechs wüchen, wann an sanct Johanns abent von einer none zur andren. Und sol ein (l.eim) gesesznen man getrùwen unez an V s.

So der winban usz kompt, dar nach in den siben nechsten sol er han uergolten. Und sol der win usz gon als man den schlecht.

So sol man uszer dem hoffe zen winegen ein malter viertel erweisz vnd ein malter ymin salezes.

41Traduction :

  • 20  Ancienne dénomination du Vivarium Perigrinorum, nom primitif de l’abbaye de Murbach.

« Mon maître doit avoir la priorité de vente du vin seigneurial du domaine de la cour du Wigere20. Cette vente doit être faite trois semaines avant le solstice d’été et trois semaines après. Personne ne doit vendre son vin avec la petite mesure (valant environ 1,45 litre) dans les six semaines à partir de la Saint-Jean et à partir de 3 h de l’après-midi. Il ferait amende de 5 livres. Si la vente nous revient, elle doit être réglée dans les 7 prochains jours, s’il nous donne du vin, il ne doit pas être mauvais. Le domaine nous doit aussi 1 quart de « muid » (poids) et une mesure de sel ».

42Avant comme après 1790, le vin récolté était vendu en gros aux négociants et surtout aux aubergistes. En 1850, Buhl compte six auberges pour 830 habitants. Puis, parallèlement au développement de l’industrie, la commune s’enrichit de quatre hôtels et dix-neuf auberges. En 1930, on compte dix-neuf cafés, restaurants et hôtels. Actuellement il reste un hôtel, trois restaurants et un café. Les propriétaires de ces divers établissements possédaient également des parcelles de vignes et écoulaient leur propre récolte.

43Certains vignerons indépendants procédaient à la vente directe du vin (Ewer d’Stross). Les consommateurs locaux cherchaient le vin le samedi dans des bonbonnes (Getterla) et ils se réservent le meilleur pour Pâques et pour Noël. Les petits récoltants produisaient du vin pour un usage courant (Trinck Wi). La première pression donnait le Purra, puis les raisins étaient pressés une seconde fois et on rajoutait de l’eau sucrée ce qui donnait de la piquette (d’r Puppri). Il était également d’usage de se rendre dans l’un ou l’autre des bistrots notamment à l’issue de la messe du dimanche, et l’on commandait des pichets (bickerlà), un demi-litre (d’r Schoppà), voire un litre entier (d’r Litter wi).

44Lorsque le vignoble de Buhl tomba en friche, la population s’approvisionna auprès de viticulteurs des alentours, des coopératives, commerces et dans les supermarchés. Puis le temps de la grande consommation de vin se ralentit avec les campagnes contre l’alcool au volant, l’interdiction de consommer de l’alcool sur les lieux de travail et l’apparition de nouveaux types de boisson. Mais la qualité de la production se relève, un Alsacien digne de ce nom appréciant un bon vin du terroir.

Le retour de la vigne

45Vers la fin du XXe siècle, le vignoble est devenu une friche, seules quelques parcelles sont encore exploitées au Trottberg. On n’entend plus le bruit de la pioche s’enfonçant dans la terre et l’ambiance joyeuse des vendanges s’est éteinte. Fini les causettes des vignerons près du trou d’eau, remplissant leurs réservoirs pour traiter les vignes.

46Le vignoble est devenu un lieu de promenade. Qu’il fait bon flâner le long des chemins en appréciant le magnifique panorama du Vieil-Armand, du Grand Ballon, du Klinzkopf au Petit Ballon. Il est vrai que notre vignoble aurait pu être classé comme « Vignoble des Hautes Vosges »

47Mais en 1993, à Buhl, tout le monde en parle : « Tiens, le vignoble renaît ». En effet, trois vignerons venant des villages de Bergholtz et Pfaffenheim, rejoint en 2005 par un vigneron de Westhalten, vont redonner vie à ces friches. Le vignoble renaît là où tant d’hommes et de femmes ont peiné et travaillé pour produire du vin.

Le vignoble Bernard Simon

Le vignoble Bernard Simon

48Les quatre hommes, avec courage, audace et beaucoup d’énergie, ont fait le pari du vignoble buhlois. Ils le transforment en utilisant les techniques adaptées à une exploitation et production moderne. Un important investissement humain et financier a été nécessaire pour défricher, niveler et replanter ce lieu de production millénaire.

Bernard Simon

Viticulteur de Bergholtz
Qualité : coopérateur Wolfberger
Arrivé en 1988
Surface cultivée : 4 ha
Terrain volcanique
Lieu-dit : Tasch (vers l’Appenthal)
Cépages : Pinot auxerrois, Pinot gris, Gewurtztraminer

Daniel Lichtlé

Viticulteur de Pfaffenheim
Qualité : coopérateur à Pfaffenheim
Arrivé en 1993
Surface cultivée : 1,3 ha
Terrain volcanique
Lieu-dit : Metzgergarten
Cépages : Pinot gris

Jean-Jacques Loberger

Viticulteur de Bergholtz
Qualité : vigneron récoltant
Arrivé en 1995
Surface cultivée : 2 ha
Terrain érosion de grès rose
Lieu-dit : Neuberg
Cépages : Pinot gris, Riesling, Pinot noir

Jean-Jacques Miclo

Viticulteur de Westhalten
Qualité : coopérateur Bestheim
Arrivé en 2000, 1ère récolte en 2005
Surface cultivée : 4 ha
Terrain érosion de grès rose
Lieu-dit : Lutt
Cépages : Pinot auxerrois, Pinot gris, Sylvaner, Riesling

49Aujourd’hui, près de 15 hectares sont de nouveau exploités. En 1948, le village de Buhl figurait sur la carte de la « Route des Vins ». Pourrions-nous figurer à nouveau sur cette carte ?

Haut de page

Annexe

Propriétaires de parcelles de vignes en 1691

Date

Noms

Propriétaire mitoyen

Surface et Lieu

1681

Frantz, Jacob WAGNER

Franz MUNSCHI

1 Schatz RÖHRTHAL

1681

Claus VOGELIUS

Heinrich GRUNDLER

1 Schatz LUTT, Vignes de la paroisse

1681

Mathias SCHWARTZ

Claus STAEBLIN

1 Schatz SCHAETZEN

1681

J. RISSER

1 Schatz SCHAETZEN

1681

Martin STABLIN

1 Schatz RÖHRTHAL

1681

Christian MARTIN

Heinrich GRUNDLER

1 Schatz LUTT

1681

Jacob RIEDINGER

Johann KERGÄNRICH

½ Schatz LUTT Guebwiller

1681

Joachim STÄBLIN

1 Schatz TROTTBERG

1681

Joachim STÄBLIN

1 Schatz HOHER MAUER

1681

Peter HUYUMB

1 Schatz THAL

1681

Caspar UNTERNEHR

Hans Jacob CLAWAY

1 Schatz KANDEL

1681

Heinrich WAGNER

Christian MARTIN

3 Schatz Stefan

GRUNENWALD SCHWARTZENBACH

1681

Heinrich GRUNDLER

Michel HUGA

½ Schatz TRAENCH

1683

Boshard BATSCHER

1 Schatz RÖHRTHAL

1683

Frantz SCHWARTZ

4 Schatz MITTELBERG

1683

Hans Jacob WAGNER

Jacob CLAWEY

1 Schatz WEINGARTEN

1683

Peter VONÄSCH

Peter HUYUMB, Michel HUGA, Hans Jacob WAGNER

1683

MÖSLIN

Johann BRAND

1 Schatz KANDEL

Murbach Andreas HUGEL

1683

Frantz Conrad GOTZMANN

3 Schatz BEERENHAG

1683

Hans JENG

Hans DIEBOLD

½ Schatz TROTTBERG, SCHLOSSER

1683

Michel GUTSCHENREITER

Hans FISCHER

1 Schatz THEMBERG

1683

Mathias HILDENBRAND

Hans HALLER

1½ Schatz THAL

1683

Andreas HOSSENLLOP

Mathias HILDENBRAND

1 Schatz SCHAETZEN

Heinrich GRUNDLER

1683

Peter HUYUMB

Christian MARTIN

½ Schatz LUTT

Mathias HILDENBRAND

1683

Caspar STÄBLIN

1½ Schatz BEERENHAG

1683

Hans Frantz GRUNDLER

Andreas HOSSENLOPP

1 Schatz SCHAETZEN

1683

J. HERTZOG

Michel KERGLIN

1 Schatz STRANGEN

1683

Joachim RISSER

1 Schatz SCHAETZEN

1683

J. HERTZOG

Andreas GILG

1 Schatz WEINGARTEN

Jacob WAGNER

1683

Frantz Heinrich MAUER

Heinrich WAGNER

1 Schatz LUTT

Heinrich STAEBLIN

1683

Hans Heinrich GRUNDLER

Jacob CLAWAY

1 Schatz STRANGEN

Marghareth CLAWAY

1683

Frantz Jacob WAGNER

Peter VONESCH

1 Schatz

1683

Mathias SCHWARTZ

1 Schatz SCHAETZEN

1683

Joseph BULKS

Margareth CLAWAY

1 Schatz SCHAETZEN

Jacob DREIZEHNJAHR

1683

Christian MARTIN

1 Schatz SCHWARTZENBACH

1683

Nicolaus STABLEIN

Christian MARTIN

1 Schatz RÖHRTHAL

1683

Hans RISSER

Caspar STABLIN

1 Schatz DEMBERG

1683

Andreas CLAD

Mathias HILDENBRAND

1 Schatz SCHAETZEN Lautenbach-Zell

Heinrich GRUNDLER

1 Schatz LUTT, Mathias HILDENBRAND

1683

Hans Heinrich STAEBLIN

Andreas HOSSENLOPP

1 Schatz LUTT

1683

Heinrich WAGNER

Caspar STAEBLIN

1½ Schatz SCHWARTZENBACH

Christian MARTIN

1683

Frantz Heinrich HALLER

Michael FROTZING

1 Schatz LUTT

1683

Allries MÖSSLIN

Johann BRAND

1 Schatz KANDEL

Andreas HUGEL

1683

Joseph BULKS

Johann STÄBLIN

1 Schatz RÖHRTHAL

1683

Hans Jacob WAGNER

Peter VONÄSCH

1 Schatz RÖHRTHAL

Jacob STÄBLIN

1683

Joachim STÄBLIN

Hans FISCHER

1 Schatz DEMBERG

Hans FISCHER

½ Schatz BÄRENHAG

1683

Mickael GUTSCHENREÜTER

1 Schatz SCHÜNBERG

1683

Peter HUYUMB

Jacob MAUER

1 Schatz THAL

1683

Joachim FISCHER

1 ½ Schatz VOGELSANG

1683

Johannes BRAND

½ Schatz SCHWARTZENBACH

1683

Samuel HAASS

Heinrich GRUNDLER

1 Schatz LUTT

1683

Andreas HOSSENLOPP

Johannes BRAND

½ Schatz SCHWARTZENBACH

Hans Jacob WAGNER

1683

Mathias HILDENBRAND

Marghareth CLAWAY

1 Schatz NEUBRUCK

Joseph HERTZOG

1683

Frantz H.GRUNDLER

Jacob DREIZEHNJAHR

1 Schatz RÖHRTHAL

Source : terrier de la commune de Buhl (Archives municipales de Buhl).

Haut de page

Notes

1  EHRET, Luzian, Weinbau, Weinhandel und Weinverbrauch in Gebweiler: ein Beitrag zur Wirtschaftsgeschichte der Fuerstabtei Murbach. Heidelberg, 1932.

2  Sur la formation du patrimoine et la transformation du territoire de l’abbaye en principauté : BISCHOFF (Georges), Recherches sur la puissance temporelle de l’Abbaye de Murbach (1229 à 1525), Strasbourg, 1975.

3  Ehret, op. cit.

4  Ehret, op. cit.

5  Quelques noms datant du Moyen-âge désignent des mesures, des surfaces et des récipients qui sont toujours en usage : OHMEN (OHMA) – FUDER – MSS ; SCHTZ soit 6.98 ares ; BITTICH (BETTI) ; KIDERLE, cépage ayant donné son nom à GETTERLA (bonbonne d’environ 10 L, entourée d’osier avec anse) ; LOGEL ou LOGALA, tonnelet portable.

6  Notons cependant que selon les vignobles, les vins d’un même cépage pouvaient porter des appellations différentes.

7  Ehret, op. cit.

8  Ehret, op. cit.

9  Source transmise oralement par les anciens historiens de Buhl.

10  Usage spécifique aux domaines de l’abbaye de Murbach. Une quantité définie de vin était redevable au prince-abbé et était prélevée lors  des vendanges. En moyenne pour un Schatz de vigne l’exploitant devait fournir six Ohmen de vin. Cette loi se modifie au cours des âges et perdure jusqu’à la Révolution.

11  Le Schimberg est cité en 1250. Le mot « Schin » signifie soleil.

12  Archives municipales de Buhl, plan de 1750.

13  Liste dressée d’après les sources suivantes : livre des fiefs de l’abbaye de Murbach, 1250 (ADHR, 9 G fiefs 1), carte de Murbach en 1453, terrier de la paroisse de Buhl, terrier de 1545 (fonds de la collégiale de Lautenbach).

14  Il est fort possible qu’au haut Moyen Âge, un pressoir (Trotte) se trouvait en plein air à cet endroit. En ce lieu-dit était implantée la famille noble des Trotthofen, déjà citée en 1250.

15  LEGIN (Philippe), Die Abtei von Murbach, p. 49.

16  Archives municipales de Buhl.

17  Source : état-civil de la commune de Buhl.

18  Archives municipales de Buhl, rapport de présentation du plan d’occupation des sols de la commune.

19  Selon le compte-rendu de la séance du conseil municipal de Buhl du 3 mars 1910.

20  Ancienne dénomination du Vivarium Perigrinorum, nom primitif de l’abbaye de Murbach.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Schimberg, vers 1940
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Répartition de la population
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Murets de soutènement
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Le vignoble Bernard Simon
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Chéray, « Le vignoble de Buhl », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 81-96.

Référence électronique

Christian Chéray, « Le vignoble de Buhl », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1120 ; DOI : 10.4000/alsace.1120

Haut de page

Auteur

Christian Chéray

Association « Amis du Retable »

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page