Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XVIIIe - XIXe siècle

Frantz (Ernest), Strasbourg 1870. Le récit du siège d’après le journal inédit d’Ernest Frantz

Editions Place Stanislas, 240 p., 2011
Claude Muller
p. 558
Référence(s) :

Frantz (Ernest), Strasbourg 1870. Le récit du siège d’après le journal inédit d’Ernest Frantz, Editions Place Stanislas, 240 p., 2011

Texte intégral

1Voici indéniablement une pièce majeure du puzzle de la guerre franco-prussienne, exhumée pour la grande joie des amoureux de Clio. Annoncée en quelque sorte dans Saisons d’Alsace, no45, 2010, p. 28‑29, la pièce est de choix, donc de grande valeur. Elle apparaît grâce à la découverte de David Bourgeois d’un journal à l’abri d’un livre de la bibliothèque, journal qui compte aussi de nombreuses photographies, récemment présentées à la Médiathèque André Malraux à Strasbourg, du 8 octobre au 15 décembre 2010, dans le cadre d’une belle exposition.

2Ouvrage désormais incontournable par sa valeur de source documentaire de première importance, le récit d’Ernest Frantz, outre sa précieuse chronologie, vaut pour deux points un peu occultés dans l’introduction à trois voix d’Aline Bouche, David Bourgeois et Marie-Claire Vitoux. Tout d’abord apparaît un parfait exemple de fièvre obsidionale, maladie qui touche les assiégés confrontés à un siège. Emporté dans le tourbillon d’un chaos qui le dépasse, Eugène Frantz décrit méticuleusement le point de chute des deux cent mille obus qui éclatent partout et sort totalement démoralisé du siège. On le serait à moins.

3Vient aussi l’aspect confessionnel. Frantz est luthérien. « Le clergé en masse, le jésuitisme, masqué du nom de société de Saint-Vincent-de-Paul, ont ajouté à l’antipathie naturelle des Français contre les Allemands, à la haine du catholique contre le protestant… Les saintes gens se frottent les mains, parlent déjà du triomphe du catholicisme sur l’hérésie… Le protestantisme devenait gênant et on verra à le supprimer en France. » Il est forcément hostile à la politique de Napoléon III de par son appartenance confessionnelle. Or, quoique protestant, Frantz ne goûte guère à la victoire de la protestante Prusse. Le 15 septembre 1870, il s’écrie : « La destruction de la bibliothèque de Strasbourg mettra dans l’histoire le nom du roi Guillaume au regard de celui d’Omar qui mit le feu à la bibliothèque d’Alexandrie. Mais le roi Guillaume est un roi si pieux ! » Surtout Frantz ajoute que les Allemands « n’ont pas respecté non plus le Temple Neuf, une église protestante pourtant » [rappelons que la bibliothèque se trouvait dans le chœur désaffecté du Temple Neuf].

4Ce qui nous amène à une réalité intemporelle. Que serait la mémoire de l’Alsace, sans l’apport des mémorialistes protestants ? Il se trouve, toutefois, qu’il existe aussi le mémoire en partie inédit de l’abbé François Charles Spitz, conservé aux archives des sœurs de la Charité de Strasbourg, exposant les mêmes faits, mais un peu autrement. Il reste donc encore un travail historiographique à mener, pour compléter le prisme de la mémoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Frantz (Ernest), Strasbourg 1870. Le récit du siège d’après le journal inédit d’Ernest Frantz », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 558.

Référence électronique

Claude Muller, « Frantz (Ernest), Strasbourg 1870. Le récit du siège d’après le journal inédit d’Ernest Frantz », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1130

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page