Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XXe siècle et deuxième guerre mondiale

Vincler (Jeanne), Communautés juives en péril, Alsace-Lorraine 1933-1939

Ed. Serpenoise, Metz, 228 p., 2010
François Igersheim
p. 559
Référence(s) :

Vincler (Jeanne), Communautés juives en péril, Alsace-Lorraine 1933-1939, Ed. Serpenoise, Metz, 228 p., 2010

Texte intégral

1Ce petit ouvrage de Jeanne Vincler, professeur au collège de Boulay, est à la fois déroutant et riche d’informations. Déroutant par sa forme : le récit de l’historienne est ponctué de ses fiches et sources, essentiellement les rapports de police ou tableaux nominatifs, non inintéressants mais qu’on aurait vus en annexe. Riche, car il nous renseigne sur l’immigration en France de la population juive d’Allemagne à partir de 1933, sur l’attitude des autorités et des communautés juives résidentes. L’Allemagne compte 550 000 Juifs en 1933 et 65 000 vont émigrer dès 1933. Dont 25 000 en France. Les autorités policières de l’Est de la France constituent donc une des sources essentielles pour appréhender ce phénomène. L’organisation des secours se met en place au niveau national – Comité d’accueil et d’entraide aux Juifs d’Allemagne victimes de l’antisémitisme, Comité Gourévitch, LICA – et au plan local. À Strasbourg, le Comité d’informations et d’aide aux Juifs allemands, présidé par Henry Lévy, président du comité strasbourgeois de l’Alliance israélite universelle, vice président du consistoire et conseiller général du Bas-Rhin. Les réserves s’expriment tout aussi vives : Chambre de Commerce de Strasbourg, sur l’impulsion des patrons tailleurs, des cordonniers et des commerçants protestant contre la création de grands magasins, Chambre de Commerce de Metz. Le tableau des investissements réalisés par le patronat du grand commerce allemand, immigré en France, ou des participations dans des entreprises alsaciennes est fort intéressant. C’est ainsi qu’une partie des membres de comités d’aide aux juifs réfugiés allemands estiment que la France ne peut qu’être une étape vers la Palestine. C’est le cas de l’antenne strasbourgeoise du Keren Kayemeth Israel (KKL), animé à Strasbourg par l’avocat Myrtil Bloch ou du Comité Netter regroupement de différents autres comités d’aide strasbourgeois. C’est également ce qui encourage la poursuite en Alsace et en Moselle (Altwies) de l’œuvre allemande des Hakssharoth (fermes-écoles), destinés à préparer les jeunes émigrants vers la Palestine à leur métier d’agriculteurs. L’école d’agriculture de la Moselle accepte aussi de former quelques dizaines de jeunes immigrés. Cette œuvre était strictement non-religieuse et il n’est pas sûr que l’opinion des communautés juives alsaciennes et lorraines ait adhéré unanimement à la formule « aider les réfugiés allemands ne pouvait se faire qu’en soutenant la cause sioniste », sur laquelle conclut Vincler, dans son étude précieuse pour l’ensemble des informations qu’elle apporte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Vincler (Jeanne), Communautés juives en péril, Alsace-Lorraine 1933-1939 », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 559.

Référence électronique

François Igersheim, « Vincler (Jeanne), Communautés juives en péril, Alsace-Lorraine 1933-1939 », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1132

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page