Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XXe siècle et deuxième guerre mondiale

Strauss (Léon), Réfugiés, expulsés, évadés d’Alsace et de Moselle (1940-1945)

Jérôme-Do Betzinger, Colmar, 362 p., 2010
François Igersheim
p. 560-561
Référence(s) :

Strauss (Léon), Réfugiés, expulsés, évadés d’Alsace et de Moselle (1940-1945), Jérôme-Do Betzinger, Colmar, 362 p., 2010

Texte intégral

1Cet ouvrage paru à l’occasion de la commémoration du 70e anniversaire des expulsions de Mosellans et d’Alsaciens de l’année 1940 se divise en trois parties. La première est consacrée à une étude sur la vie de Patriotes Réfractaires à l’Annexion de Fait (PRAF) due à Léon Strauss, la seconde à la publication d’une collecte de témoignages sur la vie réfugiée qui s’est opérée à partir des années 1990, par les présidents départementaux des PRAF du Bas-Rhin (Embser) et de Moselle (Gaston Heitz), la troisième enfin, à une étude sur le retour des réfugiés en 1945-1946, et le rôle qui joua le GERAL.

2On attendait cet ouvrage d’un spécialiste reconnu de la période et de la question traitée dans l’ouvrage. Il explique lui-même « qu’il a eu trop peu de temps » pour la synthèse qu’il ambitionnait de faire, ni même pu utiliser tous les documents dont il disposait. Il vrai que l’historiographie des réfugiés d’Alsace et de Lorraine a bien progressé depuis quelques années. Les parties que Strauss consacre à cette histoire constituent dans cet ensemble une pierre de plus, souvent irremplaçable, même si on regrette que les impératifs de cet ouvrage de commémoration l’aient privé des références indispensables aux sources utilisées, et que l’ouvrage ne comporte pas de table. Mais Strauss s’est engagé à fournir une édition électronique avec l’appareil critique de rigueur. Les chapitres relatifs aux réfugiés (populations concernées, politique d’accueil et d’assistance de l’Etat français) sont particulièrement précieux. Les exposés sur les associations de réfugiés (GERAL, AERAL) et sur la presse réfugiées sont irremplaçables. On expose ce qu’ont été La Pinède et la MALAN, mais n’aurait-on pas dû évoquer le GERAL-Algérie ? De même, n’aurait-on pas dû être un peu plus complet sur les communautés juives alsaciennes de Limoges, Périgueux, Agen ? Il nous semble que le récit des protestations alsaciennes et lorraines devant l’incorporation de force, prévue depuis les débuts, est incomplet : la protestation des députés présents en zone libre – très peu étudiés par l’auteur – avait été considérée par le Service d’Alsace et de Lorraine du GPRF comme susceptible de les relever de leur inéligibilité (p. 146-154). Strauss insiste bien sur la protection qu’accorde Pétain, à la demande du GERAL, aux réfugiés alsaciens-lorrains et qui se manifeste après l’occupation de la zone dite libre, par le maintien du régime des réfugiés, et par un régime de STO en zone « libre », mais cela ne remplace pas les proclamations solennelles que demandaient les organisations alsaciennes vichystes les plus patriotiques, qui passent à la résistance. Le parcours de quelques Alsaciens dans les grands réseaux de résistance nationaux qu’étudie Strauss est bienvenu : mais ils ne remplacent pas « les représentants de l’Alsace » que l’on cherchait en vain pour l’ACP à Alger, et que ne peuvent pas plus occuper les chefs de « la résistance alsacienne » issus de l’extrême-droite et partie prenante des réseaux vichysto-résistants, fort anti-gaullistes. Deux études paraissent particulièrement précieuses : la description de la vie et de l’action à l’Université de Strasbourg repliée, et l’étude sur les Juifs d’Alsace et de Moselle pendant la Shoah, où l’on montre bien qu’après février 1943, la nationalité française n’est plus une protection garantie pour les Juifs de la zone ex-libre, exposés aux rafles des autorités allemandes et des milices collaborationnistes.

3Les témoignages des réfugiés et expulsés de la deuxième partie, découpés selon la chronologie des évènements relatés, sont fort intéressants et livrent des détails que ne donnent pas les synthèses.

4Tout aussi indispensable l’étude sur « le retour ». Deux points retiennent l’attention : la difficulté à obtenir la restitution des biens séquestrés et vendus aux enchères, et celle de la concurrence des mémoires, qui va freiner les demandes d’une indemnisation allant au delà de l’attribution du titre de Patriote réfractaire à l’annexion de fait (arrêté de 1973). Aujourd’hui se pose la question de la transmission de la mémoire de ces années sombres, dans un cadre associatif.

5Et c’est cette conclusion qui donne son sens à l’ouvrage de Strauss. Sans sacrifier la rigueur scientifique du récit, c’est bien un travail de mémoire, où l’historien s’exprime parfois à la première personne, que celui qu’il nous donne. Et qui fait son prix ! Et renforce l’encouragement lancé aux jeunes historiens de compléter le récit par de nouvelles recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Strauss (Léon), Réfugiés, expulsés, évadés d’Alsace et de Moselle (1940-1945) », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 560-561.

Référence électronique

François Igersheim, « Strauss (Léon), Réfugiés, expulsés, évadés d’Alsace et de Moselle (1940-1945) », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1134

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page