Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Grodwohl (Marc), Habiter le Sundgau 1500-1636. La maison rurale en pans de bois. Techniques, culture et société

Altkirch, éd. Société d’histoire du Sundgau, 274 p., 2010
Jean-Michel Boehler
p. 563-565
Référence(s) :

Grodwohl (Marc), Habiter le Sundgau 1500-1636. La maison rurale en pans de bois. Techniques, culture et société, Altkirch, éd. Société d’histoire du Sundgau, 274 p., 2010

Texte intégral

1Le nouveau Grodwohl est arrivé ! La publication de cet ouvrage, signé par un vieux routier de l’archéologie médiévale, près de quarante ans après la création de l’Association « Maisons paysannes d’Alsace » (1972) et plus de trente ans après la sortie de Maisons paysannes du Sundgau (1979), produit en collaboration avec Antoine Gardner, mérite pour le moins une explication, de façon à en éclairer la genèse. Le parcours de l’auteur s’est déroulé en trois phases : celle de la passion de la découverte (1970-1980), au cours de laquelle Marc Grodwohl conciliait avec bonheur l’enquête sur le terrain (observation et interprétation ; démolition, restauration ou reconstruction selon les cas) et l’éclairage apporté par les archives (essentiellement notariales) ; celle des contraintes administratives lorsqu’il était en charge de l’Ecomusée d’Alsace (1980-2006), dont il fut le créateur, période féconde du point de vue du remontage de maisons anciennes et de l’accumulation d’un corpus documentaire de première main qu’il sera contraint de laisser derrière lui lors de son départ en 2006 ; enfin celle de la réflexion (2006-2010, cette dernière date n’étant nullement limitative) que facilite la distanciation dans le temps comme dans l’espace ; son séjour en Iran, puis ses fouilles en Kabylie, confèrent une nouvelle dimension à sa recherche tout en autorisant d’intéressants rapprochements.

2C’est dire que cet ouvrage témoigne à la fois d’un mûrissement, indissociable d’une expérience cumulée, et d’un nouveau départ : relevés et contacts sur le terrain se substituent à la documentation rassemblée autrefois, mais devenue irrémédiablement inaccessible et autorisent un nouveau questionnement autant que le rejet de certaines certitudes anciennes. Le périmètre spatio-temporel reste, à peu de choses, le même. Marc Grodwohl reste fidèle au Sundgau, en focalisant cependant son étude sur une période plus courte (de la fin du XVIe au début du XVIIe siècle), ce qui lui aura permis de remplir quelque peu les blancs de l’étude initiale : en amont, la plus ancienne maison datée (Friesen, 1500) ; en aval, à la fin de la période dévastatrice de la guerre de Trente Ans, une maison (Hindlingen, 1636) révélée par la récente campagne dendrochronologique entreprise par l’auteur. Après la construction en pierre, abondamment étudiée en 1973/1974, ce dernier concentre son étude sur celle en pans de bois, en totalité ou occasionnellement associée à un rez-de-chaussée en pierre. Prenant ses distances par rapport à une typo-chronologie « à l’allemande », descriptive et statique mais indispensable en début de parcours, l’auteur s’interroge à présent sur les règles qui ont conduit à produire un espace familial et social. L’archéologue du bâtiment se mue en ethnologue, ce qui est d’ailleurs conforme à la double vocation de Marc Grodwohl, soucieux de « déconstruire » à partir des vestiges subsistant matériellement et de « reconstruire » en fonction de la pensée présumée de l’opérateur du XVIe ou du XVIIe siècle.

3Sans verser dans un étroit technocentrisme, la partie descriptive fait appel à l’arsenal technique traditionnel : rapport de la maison au sol matérialisé, dans son horizontalité, par les sablières, le seuil ainsi que les poutres soutenant les travées à l’étage ; plans verticaux, selon un principe d’axialité, des murs de refond, des poteaux et contreventements ; utilisation des bois courts qui coexistent avec les bois longs avant de se substituer progressivement aux premiers ; moyens de portage, selon des plans inclinés, du pignon et du toit ; construction à portiques ou à charpente couchée ; utilisation fréquente de « demi-étages »…

4Mais là n’est pas l’essentiel : ces données techniques n’occultent jamais les aspects humains, la transition pouvant résider dans le caractère de démontabilité qui confère un statut propre à la construction dont la propriété est distincte de celle du terrain d’assiette. Mais surtout la maison rurale, « écoutant » et « captant » des images, fait figure d’espace de vie qui procède d’une co-création entre le maître de l’ouvrage qu’est son occupant et le maître d’œuvre qu’est son réalisateur, selon des besoins fonctionnels eux-mêmes évolutifs, car les deux parties participent à culture commune. Resterait à appréhender ces maîtres d’œuvre de la construction rurale, d’ordinaire plus souvent rapidement évoqués que réellement connus.

5Ainsi Marc Grodwohl montre que l’apparence générale que l’on donne à la maison – et non à ses seuls détails ornementaux – est signifiante du contexte social qui lui est contemporain : un système sous-jacent, non visible, attesterait des connaissances théoriques « vitruviennes », assimilées, et non copiées, par les maîtres d’œuvre et d’ouvrage, sans qu’ils ne les empruntent nécessairement au répertoire antique associé à la Renaissance vitruvienne. Il y aurait donc lieu de rattacher l’architecture rurale à un tronc théorique commun avec une architecture savante, la théorie produisant des effets visibles fort différents en fonction du contexte, en particulier selon qu’ils concernent la ville ou la campagne. Du coup, les oppositions traditionnelles (savant/populaire, urbain/rural, neuf/ancien) perdent une partie de leur pertinence pour qui cherche à « saisir » la maison d’autrefois.

6En tout cas, l’auteur réfute l’hypothèse simpliste selon laquelle la construction rurale se rattacherait, en raison d’une « sous-culture » ou par simple mimétisme et décalage dans le temps, aux normes d’une culture savante, qui serait celle de la ville, et aux théories architecturales de la Renaissance codifiées selon des canons vitruviens, même si ces derniers ont tendance à se diffuser à partir du milieu du XVIe siècle. Si le regard de l’élite intellectuelle sur les habitudes paysannes autoriserait à le penser, l’architecture de la campagne n’est jamais une copie servile de celle de la ville, ne serait-ce qu’en raison de sa nécessaire adaptation à un milieu et à des besoins spécifiques. L’outillage vitruvien aura certes permis de « produire » des formes nouvelles, mais également de « dramatiser » des formes anciennes qui sont en fait le produit d’un choix de représentation du monde. La priorité revient en effet aux aspects traditionnels d’organisation intérieure (Stube et Kammer) ou aux rapports de la maison avec son environnement (le « dedans » et le « dehors », l’espace domestique et l’espace public). L’essentiel réside donc dans la force de la tradition, respectueuse d’un certain ordre, mais d’un ordre transmis par les ancêtres : revendication de droits anciens en opposition avec toute velléité de reprise en mains du pouvoir politique ou religieux ?

7Certes une maison du Sundgau ne ressemble pas à une autre maison du Sundgau et il serait illusoire de prétendre qu’elles sont interchangeables, que leur construction obéit à des codes préétablis, tant la diversité des modèles et l’individualisation croissante au sein d’une même communauté s’affirment. La maison est un élément de la construction d’un statut social et l’expression d’un niveau socio-économique. Voilà qui n’empêche pas l’auteur, attentif au croisement entre les formes héritées de la tradition et les formes nouvelles qui trahissent une autonomisation des individus, de tenter un classement par « groupes stylistiques » : celui de la Largue centrale (lui-même subdivisé en deux sous-groupes) ; celui de l’Ill supérieure ; celui d’entre Ill et Largue ; celui de la Doller ; celui du talus oriental…

8Et d’affirmer que la diversité des formes, ces dernières n’étant pas prisonnières d’une implacable répétitivité à l’intérieur d’un habitat groupé, relève essentiellement d’une concurrence inter-personnelle et d’une l’individualisation qui confèrent, sous réserve de moyens disponibles, un éventail de possibilités très ouvert. Voilà de quoi réfuter la théorie déterministe de l’habitat rural et sa démarche conduit l’auteur à reconnaître que sa propre perception du Sundgau a bien changé au cours des ans. En passant de ses passions de jeunesse à une maturité nourrie d’expérience et d’épreuves, Marc Grodwohl n’a en rien démérité. Il nous livre aujourd’hui en ouvrage aussi complexe dans ses analyses que riche en questionnements et interprétations nouvelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Boehler, « Grodwohl (Marc), Habiter le Sundgau 1500-1636. La maison rurale en pans de bois. Techniques, culture et société », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 563-565.

Référence électronique

Jean-Michel Boehler, « Grodwohl (Marc), Habiter le Sundgau 1500-1636. La maison rurale en pans de bois. Techniques, culture et société », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/1137

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Boehler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page