Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Muller (Claude), Alsace. Une civilisation de la vigne du VIIIe siècle à nos jours

Editions Place Stanislas, 350 p., ill. n. et bl. et coul., 2010
Georges Bischoff
p. 566-567
Référence(s) :

Muller (Claude), Alsace. Une civilisation de la vigne du VIIIe siècle à nos jours, Editions Place Stanislas, 350 p., ill. n. et bl. et coul., 2010

Texte intégral

1Lors de la soutenance de sa thèse d’Etat sur le diocèse de Strasbourg au XIXe siècle, un membre du jury a fait observer à Claude Muller que le vignoble alsacien ne partageait pas l’anticléricalisme de régions françaises plus bachiques que bigotes. Est-ce à cette remarque que l’auteur doit sa conversion à l’histoire de la vigne et du vin ? Est-ce l’effet d’un compagnonnage illustré par la grande figure cléricale et ampélographique de Médard Barth ?

2Toujours est-il que ses vendanges historiques sont abondantes : des centaines d’articles, une dizaine d’ouvrages en solo, une demi-douzaine en collaboration en moins de vingt ans, une véritable pastorale à laquelle il manquait encore un catéchisme. C’est désormais chose faite, avec cette synthèse bien informée et agréable à manipuler.

3L’approche est celle qu’on attendait : un découpage chronologique cohérent, dans la tradition des manuels de B. Vogler, des repères commodes et, de temps à autre, quelques trouvailles pédagogiques – des titres comme « du divin au vin », « d’un tonneau trop vide à un tonneau trop plein » qui soutiennent l’attention du lecteur. L’exposé est nourri (ou abreuvé) aux meilleures sources, ce qui est d’autant plus précieux que les citations sont nombreuses et pertinentes : le témoignage des chroniques et les récits de voyage donnent une image très concrète des saisons et des jours, plus largement, de l’activité économique de ce vignoble singulier. L’agencement des faits qui relèvent de la conjoncture et ceux qui appartiennent à l’évolution générale est bien vu : on va à l’essentiel, à partir des observations de terrain, et de textes qui sont restés bien souvent inédits avant que l’auteur ne les publie.

4Les apports les plus neufs du travail de Claude Muller concernent les deux tiers de cette histoire en aval de cette Renaissance qu’on a qualifiée de « siècle d’or ». La « vignomanie » du XVIIIe siècle ne s’arrête pas aux figures bien connues d’Ortlieb et de Faudel : elle éclaire un contexte général de recherches, à un moment où la production explose. Au reste, l’arrivée de l’ère statistique permet de mesurer la chose, avec les deux vendanges exceptionnelles de 1804 (1,55 M hl pour un peu moins de 24 000 ha et de 1875, 1,855 M hl, pour 26 500 ha) qui montrent que la roche tarpéienne est proche du Capitole, en l’occurrence, de crises de surproduction et de mévente. S’ensuivent alors d’autres paramètres : qualitatifs – les maladies de la vigne, et notamment le phylloxéra qui débarque en 1876, quantitatifs – en terme d’offre et de demande, politiques et fonciers. Le dernier chapitre et la conclusion qui le suit sont de l’histoire immédiate, où l’auteur devient lui-même chroniqueur – ou reporter de guerre économique.

5Reste à justifier le titre de ce livre : la civilisation de la vigne.

6C’est le cœur du sujet – traité au fil du texte, comme une évidence ininterrompue. Les belles illustrations regroupées en cahiers mériteraient des commentaires plus développés que leurs légendes (à ce propos, rectifier celle de la jaquette, bel autochrome qui se rapporte à Guebwiller et non à Rouffach). Elles appelleraient sans doute quelques chapitres de synthèse et des questionnements que des cartes, des plans ou des tableaux permettraient d’étayer : que la viticulture soit une activité agricole est une chose, qu’elle soit un artisanat urbain en est une autre. Peut-être faudrait‑il souligner davantage ce trait, qui créée des villes et des bourgs, et des identités locales bien assumées. De là, quels sont les réseaux, les enjeux géopolitiques (et politiques, sans doute essentiels pour le maintien – et l’image – de la viticulture) ? Et quelle est la culture de cette bourgeoisie et de ce clergé des vignes ? Enfin, comment s’opère la mise en scène de ce vignoble apparemment si proche de sa tradition, et somme toute, plutôt « démocratique », sans très grands propriétaires après la Révolution française – à l’exception des industriels reconvertis en gentlemen-farmer – Schlumberger à Guebwiller, Herzog au Logelbach…– ? Quelle est la part du vignoble dans la richesse globale de l’Alsace ? Et du coup, dans son environnement le plus large par rapport aux pays voisins ou plus lointains ?

7Le lecteur trouvera ici les réponses à ses questions. Il dégustera la chronologie des années fastes et fera connaissance de quelques vedettes de cette belle histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Muller (Claude), Alsace. Une civilisation de la vigne du VIIIe siècle à nos jours », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 566-567.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Muller (Claude), Alsace. Une civilisation de la vigne du VIIIe siècle à nos jours », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1139

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page