Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Umbrecht (Véronique), Un art de vivre français ? Les Messieurs du Conseil souverain d’Alsace dans leurs demeures au XVIIIe siècle

Publications de la Société savante d’Alsace, t. 80, Strasbourg, 287 p., 2010
Claude Muller
p. 569
Référence(s) :

Umbrecht (Véronique), Un art de vivre français ? Les Messieurs du Conseil souverain d’Alsace dans leurs demeures au XVIIIe siècle, Publications de la Société savante d’Alsace, t. 80, Strasbourg, 287 p., 2010

Texte intégral

1Après les ouvrages de François Burckard, de Georges Livet et de Nicole Wilsdorf, enfin de Jean-Luc Eichenlaub, tous consacrés au Conseil souverain d’Alsace, voici celui de Véronique Umbrecht prolongeant les recherches précédentes sans plagiat aucun. À la fois historienne et historienne de l’art, l’auteure s’intéresse aux demeures des Messieurs en utilisant avec bonheur les copieux inventaires après décès entre autres.

2Débutons notre propos par deux bribes archivistiques. « Me voilà à la veille de finir mon château de haute Alsace où il ne manque plus que le dessus des cheminées», s’exclame François Joseph de Klinglin au printemps 1747 (Georges Brordmann, Annuaire Hardt Ried no19, 2006-2007, p. 39‑44). Le bâtiment qui s’élève comprend un enclos, un fossé, une cour, un verger, un jardin potager, un logement pour les domestiques, une chapelle et un colombier, un bassin à pyramide d’eau alimenté par le canal Vauban. Christophe de Klinglin, premier président du Conseil souverain, l’acquiert le 11 mai 1758. La deuxième bribe est due à Jean d’Aigrefeuille : « Les premier et second présidents sont partis avec leurs maisons pour leurs campagnes. Le président de Salomon pour Ingersheim, à une lieue de cette ville, au pied de la montagne. Le premier président pour son château à Oberhergheim, à trois lieues de cette ville et au-delà de Sainte-Croix-en-Plaine » (ADHR, C 1579).

3Ces deux citations n’ont d’autre but que de planter le décor. Les Messieurs possèdent de belles demeures, non seulement une, mais souvent deux, l’une en ville à Colmar, l’autre à la campagne. L’auteure en dresse une liste exhaustive dans les copieuses annexes, remarquables inventaires. La principale conclusion de Véronique Umbrecht, après une démonstration parfaitement aboutie, consiste dans la mise en lumière d’un art de vivre français prolongeant en quelque sorte dans la pierre le nouveau pouvoir politique et en corollaire linguistique. On lira de beaux développements sur les appartements de commodité, la décoration, le mobilier, les tableaux et les bibelots, illustrant au passage tout l’intérêt de l’interdisciplinarité bien comprise. Un silence toutefois : les chapelles privées, attestées chez Klinglin et Spon, avec l’orfèvrerie et le linge adéquats, ainsi que les innombrables objets de piété ou bondieuseries selon l’opinion.

4Comme toujours un tel ouvrage, bien ciselé, suscite de nouvelles questions. Les protestants colmariens suivent-ils cette mode ? Oui, si l’on en juge par l’hôtel particulier Goll ? La mode touche-t-elle seulement Colmar ou l’Alsace entière ? Les élites allemandes le long du Rhin sont‑elles aussi sensibles à l’impulsion venant de Versailles ? Pour terminer, rappelons la formule : « Un roi, une loi, une foi ». À la lecture du stimulant opus de Véronique Umbrecht, ne faudrait-il pas dire : « Un roi, une loi, une foi, un toit » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Umbrecht (Véronique), Un art de vivre français ? Les Messieurs du Conseil souverain d’Alsace dans leurs demeures au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 569.

Référence électronique

Claude Muller, « Umbrecht (Véronique), Un art de vivre français ? Les Messieurs du Conseil souverain d’Alsace dans leurs demeures au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1141

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page