Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Meyer (Anne-Doris), Au service de l’Alsace, Lettres d’Hugo Haug à Henri Albert (1904-1914)

Société Savante d’Alsace et Musées de Strasbourg, Strasbourg, 280 p., 2010
François Igersheim
p. 586
Référence(s) :

Meyer (Anne-Doris), Au service de l’Alsace, Lettres d’Hugo Haug à Henri Albert (1904-1914), Société Savante d’Alsace et Musées de Strasbourg, Strasbourg, 280 pages, 2010

Texte intégral

1Au service de l’Alsace ? Le titre de l’ouvrage est apparemment passe-partout. Qui n’était pas « au service de l’Alsace » dans la population alsacienne dans la période du Reichsland. Pourtant, c’est une prise de position de l’auteur, qui évoque – et se démarque ? – du « Au service de l’Allemagne », du livre d’un grand inspirateur du groupe des « francophiles » strasbourgeois, Barrès consacré à son modèle Pierre Bucher.

2Dans cette publication commentée d’un choix de lettres de la correspondance entre Hugo Haug, secrétaire de la Chambre de Commerce de Strasbourg et Henri Albert (Haug) journaliste au Journal des Débats et au « Messager d’Alsace », conservées dans le fonds 81 Z 41 des AVCU Strasbourg, A.‑D. Meyer nous fait entrer dans une des officines du réseau alsacien-lorrain de Paris pendant la période du Pays d’Empire. Elle le reconnaît sans peine, s’agissant d’un journaliste d’une presse fort peu lue en Alsace-Lorraine, la source est partielle. Le choix du plan thématique a pour inconvénient de nous mettre dans le rond-point d’un parc où part l’étoile des allées que l’on parcourt et qui font perdre de vue l’ensemble. Ces thèmes explorent d’ailleurs, avec des commentaires approfondis, des aspects déjà bien connus de l’histoire alsacienne et lorraine de la fin du siècle (vie théâtrale, musicale, association des anciens, Exposition de Nancy etc…). D’autant plus bienvenue l’étude des expositions allemandes et en particulier celle de Dresde. Peut-être aurait-on dû compléter cette partie avec les papiers de la Chambre de commerce ? Car le secrétaire de la Chambre de commerce mesure clairement l’importance du marché allemand, de même que celle des métiers d’arts pour l’économie strasbourgeoise. Le commerce extérieur de l’Alsace-Lorraine avec la France est alors moins important que celui qu’elle entretient avec la Belgique et la Suisse (Hau), et Haug ne peut l’ignorer. Il insiste sur l’importance de cette exposition auprès de son frère, qui cependant « ne consacrera aucun article à l’exposition de Dresde, ni dans le Messager ni dans le Journal des Débats » alors que nombre d’Alsaciens ont été primés. Et Hugo Haug se promet « d’obtenir qu’on y envoie les professeurs et élèves de notre école d’art industriel ». Bien au contraire, de Paris, le critique d’art Girodie fait la leçon aux artistes et artisans alsaciens, qui courent les prix dans les expositions allemandes, et négligent « le devoir de conserver dans les expositions françaises, la nuance du goût alsacien ». Mais Haug ne l’ignore pas : « les Alsaciens de France ne veulent pas comprendre notre manière de voir et nous traitent de renégats » (16/11/1907). Cette passion pour les arts décoratifs ou industriels, des milieux économiques strasbourgeois (alsaciens et allemands), à partir de la fondation de l’Ecole des arts décoratifs et de l’exposition de 1895, comme vecteurs du réveil de l’économie alsacienne devrait encore faire l’objet d’une étude approfondie. Les lettres d’Hugo Haug à son frère nous mettent également en présence d’un autre réseau, celui de la politique libérale et démocratique à Strasbourg, où les « vieux-allemands » prennent toute leur place (Strassburger Burgerzeitung Strassburger Zeitung de Wolf, Eccard, Schickelé… et Charles Frey, alors correspondant de la Frankfurter Zeitung). Hugo Haug fut le bras droit du député démocrate de Strasbourg pendant l’après-guerre, et l’un des leaders du parti démocrate et candidat aux élections législatives. C’est dire que l’on n’a pas épuisé l’intérêt de cette correspondance, qu’Anne‑Doris Meyer a le mérite de publier et de commenter de façon approfondie et pertinente, dans un ouvrage qui comporte une bibliographie papier et internet, un index des personnes et une table.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Meyer (Anne-Doris), Au service de l’Alsace, Lettres d’Hugo Haug à Henri Albert (1904-1914) », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 586.

Référence électronique

François Igersheim, « Meyer (Anne-Doris), Au service de l’Alsace, Lettres d’Hugo Haug à Henri Albert (1904-1914) », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 20 août 2011, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1165

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page