Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Wilmouth (Philippe), Les camps de prisonniers de guerre en Moselle 1940-1948

Ed. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2009
François Igersheim
p. 594
Référence(s) :

Wilmouth (Philippe), Les camps de prisonniers de guerre en Moselle 1940-1948, Ed. Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2009

Texte intégral

1Il y avait deux stalags en Moselle annexée, et aucun en Alsace, qui il est vrai, abrite le camp du Struthof. L’ouvrage ne répond pas à cette question. La réponse nous éclairerait-elle sur les différences des politiques d’annexion appliquées en Alsace et en Moselle ? L’installation des camps en Moselle procède au départ de l’abondance de prisonniers faits dans les installations de la ligne Maginot, concentrés d’abord dans des Frontstalag puis évacués par les stalags de l’intérieur du Reich, à l’exception des Alsaciens-Lorrains libérés après avoir admis être deutschstämmig. Puis ces Frontstalag se transforment en Stalag permanents, à Metz (Stalag XII E) transféré à Bialystock en janvier 1942 et à Sarrebourg, transféré ultérieurement à Forbach (Stalag XII F), mais comptent de nombreuses installations également en Sarre et dans la province de Trèves. Les prisonniers de guerre français (23 000 en juin 1942) sont transférés dans ces installations, et sont remplacés dans les installations mosellanes par des Russes (31 000 en septembre 1944), des Serbes (5 200), des Italiens (22 000). L’économie de guerre mosellane, mines et sidérurgie repose en partie sur l’exploitation du travail des prisonniers et celui des travailleurs, surtout des femmes requises, les « Ostarbeiterinnen », polonaises, lithuaniennes, ukrainiennes etc. Malheureusement, l’auteur ne nous donne pas de chiffres permettant d’estimer la part du travail forcé dans la production.

2En 1945, les prisonniers allemands faits par les Américains – y compris les incorporés de force alsaciens et lorrains dont on refuse d’examiner la situation – sont évacués rapidement vers les camps de l’arrière, de Chalons-sur-Marne aux Etats-Unis… Par contre, à partir de la fin de la guerre, la France a réclamé des prisonniers de guerre allemands comme main d’œuvre pour la reconstruction. Le traitement des prisonniers de guerre allemands est évidemment fort différent de celui qu’infligeaient les gardes allemands aux prisonniers soviétiques. Là encore, l’essentiel de l’effectif est affecté aux mines, 16 000 prisonniers (28,7% de l’effectif ouvrier), alors que 7 000 se retrouvent dans l’agriculture. D’après Michel Frick, Les dépôts de prisonniers de guerre de l’Axe en Alsace et en Moselle (1945-1948), p. 12, CR RA 2003), les dépôts d’Alsace (Mutzig, Colmar, Haguenau, Mulhouse, Strasbourg) réunissaient 37 000 prisonniers de guerre allemands, majoritairement employés dans la « reconstruction » (32%), et l’agriculture (23%). La Libération – et la fermeture des dépôts » aura lieu au courant de 1947 et 1948, la France exprimant cependant de nombreuses réticences face aux pressions américaines. Une partie des PG allemands accepte d’être employés comme travailleurs libres.

3Voici donc, avec ses défauts – pour l’essentiel de grandes lacunes dans le référencement des sources – et ses grandes qualités, une contribution non négligeable à cette histoire européenne des prisonniers de guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Wilmouth (Philippe), Les camps de prisonniers de guerre en Moselle 1940-1948 », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 594.

Référence électronique

François Igersheim, « Wilmouth (Philippe), Les camps de prisonniers de guerre en Moselle 1940-1948 », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 21 août 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1186

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page