Navigation – Plan du site

L’organisation professionnelle du vignoble d’Alsace

Professional organisation of the Alsatian wine producers
Die professionelle Organisation des elsässischen Weinberges
Pierre Bouard
p. 135-149

Résumés

Le vignoble d’Alsace et ses vignerons sont souvent considérés comme un monde à part occupant sur les collines dominant la plaine le site le plus pittoresque de la province avec ses villages typiques, ses vignes escarpées et un art de vivre de ses habitants souvent enviés pour leur prospérité.

Mais l’on ignore généralement comment le monde viticole alsacien a su, au fil des années, s’organiser pour s’imposer comme l’une des grandes régions viticoles françaises à appellation d’origine contrôlée.

C’est grâce à la ténacité de ses vignerons qui ont eu très tôt la volonté et la clairvoyance de s’unir sur l’ensemble du vignoble du Haut-Rhin et du Bas‑Rhin qu’a pu être constituée progressivement une vraie entité économique régionale encadrée par des structures professionnelles solides et efficaces qui ont mené inlassablement, à tous les niveaux, une dynamique politique de qualité des vins d’Alsace.

Haut de page

Texte intégral

1Le vignoble d’Alsace produit près du cinquième de tous les vins blancs français à appellation d’origine contrôlée, hors effervescents, avec un volume commercialisé de 150 millions de bouteilles pour un chiffre d’affaires annuel de 500 millions d’euros. Bien connu pour ses trois appellations AOC Alsace, Alsace grand cru et Crémant d’Alsace, ses deux spécialités Vendanges tardives et Sélection de grains nobles ainsi que pour ses cépages originaux spécifiques, il figure aujourd’hui parmi les grandes régions à vins fins de notre pays.

2La montée en puissance de sa production au cours des soixante dernières années a certes bénéficié de conditions économiques favorables, voire exceptionnelles, durant les années 70, 80 et 90 du XXe siècle, mais résulte largement de la stratégie des acteurs du vignoble d’avoir mis tout en œuvre pour améliorer constamment la qualité de leurs produits, les valoriser au maximum au départ de leur région à travers une diversification raisonnée d’appellations, de terroirs, de cépages, et toujours avec le souci d’une bonne adaptation de l’offre à la demande.

3Ce résultat a été obtenu grâce au dynamisme d’une profession qui a su petit à petit mettre en place un véritable statut des vins d’Alsace et s’organiser méthodiquement en unissant ses efforts à l’intérieur d’une solide interprofession viticole formée autour du Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace et de ses composantes professionnelles syndicales, l’Association des Viticulteurs d’Alsace, le Syndicat des Vignerons Indépendants d’Alsace, Coop de France-Alsace, le Groupement des Producteurs-Négociants du Vignoble Alsacien, elles-mêmes complétées par plusieurs autres structures viticoles.

Le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA)

4Le Conseil Interprofessionnel des vins d’Alsace, appelé à l’origine Comité Interprofessionnel du Vin d’Alsace, est une structure professionnelle de droit privé mise en place volontairement par les organismes les plus représentatifs du vignoble alsacien pour constituer une plateforme durable de concertation et d’échanges entre les différents acteurs de la filière Vins d’Alsace soucieux de rechercher la meilleure adaptation possible de la production aux besoins du marché. Il constitue une structure à vocation économique et promotionnelle tournée vers la mise en marché  du produit pour tous les acteurs du vignoble.

5Créé par décret du 22 avril 1963 modifié, il est composé paritairement de dix-huit délégués de la Production et de dix-huit délégués du Négoce (dont six assesseurs chacun), et est soumis, comme les autres interprofessions agricoles, au contrôle de l’Etat. Son siège se situe depuis 1982 à Colmar à la Maison des Vins d’Alsace qui héberge également l’Association des Viticulteurs d’Alsace et le site Alsace de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité avec un centre commun de dégustation.

6Les dispositions économiques qu’il met en œuvre prennent appui sur la loi du 10 juillet 1975 relative à l’organisation interprofessionnelle agricole et sont codifiées à l’intérieur d’accords triennaux de campagne rendus obligatoires, par arrêtés d’extension, à tous les membres des professions concernées.

7Les ressources du CIVA sont assurées par une cotisation interprofessionnelle obligatoire versée par l’ensemble des producteurs et négociants du vignoble sur la totalité de leurs ventes de vins d’Alsace. À sa création et jusqu’au milieu des années 1970, le budget du CIVA n’était alimenté que par une taxe parafiscale dont le taux à la discrétion des pouvoirs publics et notoirement insuffisant ne permettait pas d’entreprendre les actions interprofessionnelles d’une plus grande ampleur souhaitées. D’où plusieurs initiatives de mise en place de cotisations volontaires à caractère non obligatoire qui ont fait long feu jusqu’à la promulgation en 1975 de la loi précitée. Le CIVA dispose actuellement d’un budget annuel de 8 millions d’euros lui permettant d’assurer les missions économiques, techniques et publicitaires de l’entité « l’entreprise Vins d’Alsace » constituée de :

  • 5 000 exploitations viticoles dont plus de 1500 petits producteurs vendent leur production à l’état de raisins et 500 autres à l’état de vins en vrac à 40 maisons de négoce. Près de 3 000 producteurs apportent de leur côté leurs raisins à 14 coopératives vinicoles ;

  • 16 000 hectares de vignes en production avec une production moyenne annuelle de 1,1 million d’hectolitres dont 250 000 hl de crémant d’Alsace et 50 000 hl de grands crus ;

  • 150 millions de cols annuellement commercialisés dont 25% à l’export par quelque 900 opérateurs dont 200 seulement assurent 90% de ces ventes ;

  • 500 millions de chiffre d’affaires annuel.

8Ses missions se déclinent selon trois axes :

  • Missionéconomique du CIVA qui centralise d’une façon permanente (et désormais informatiquement) toutes les études et enquêtes statistiques sur la production (déclarations de surfaces en production, de récolte, de stocks) et la commercialisation du produit (enregistrement et suivi de la totalité des ventes en vrac et en bouteilles, mesures d’échelonnement de la mise en marché, modalités de paiement des raisins, contrôles de maturité préalables aux vendanges…) ;

  • Mission d’assistance technique du CIVA qui soutient les actions des organismes régionaux de recherche et d’expérimentation (INRA, ITV) avec lesquelles des conventions de collaboration ont été conclues en vue de l’amélioration permanente de la qualité et de la typicité des vins d’Alsace dans leurs trois appellations. Dans cette mission, on recense des actions de formation notamment à la dégustation, des actions de sélection et de multiplication de matériel végétal clonal grâce à un service spécialisé du CIVA, la poursuite de l’organisation du grand concours annuel des vins d’Alsace de Colmar créé il y a maintenant près de 40 ans par le CIVA en vue de distinguer les vins les plus typiques du dernier millésime ;

  • Mission d’information et de promotion à travers une stratégie concertée de communication générale sur les vins d’Alsace en France et à l’étranger s’appuyant sur une analyse marketing permanente. Cette mission qui n’a cessé de se développer sur tous les marchés depuis la création du CIVA est la plus grosse consommatrice du budget interprofessionnel. Elle se décline à travers :

  • un service d’accueil et de documentation permanent à la Maison des vins d’Alsace à Colmar ouvert à la Profession et au grand public. Ce service est lui-même complété par une bibliothèque et une photothèque spécialisées ainsi que par le site Internet du CIVA www.vinsalsace.com présentant une riche documentation sur les divers aspects du vignoble et des vins d’Alsace eux-mêmes déclinés dans de nombreux documents-papier édités par le CIVA ;

  • un service conférences et formations, outil relationnel entre l’amont et l’aval du marché destiné à valoriser l’image des vins d’Alsace en expliquant le produit et en le faisant goûter en métropole et plus largement à l’export ;

  • un service de relations publiques et d’événementiel dirigé vers des prescripteurs ciblés, en particulier la presse nationale voire étrangère et chargé également de développer l’œnotourisme autour de la célèbre Route des vins d’Alsace ;

  • un service marketing chargé notamment de la « collective des vins d’Alsace » signant les campagnes de communication en faveur des vins d’Alsace dans différents supports de la presse nationale, voire de plusieurs marchés-cible à l’export et plus récemment sur Internet.

9Enfin, relevons aussi les actions de promotion auprès de diverses enseignes de la grande distribution en liaison avec des opérateurs du vignoble.

Organisations professionnelles viti-vinicoles représentées au CIVA

Production

Association des Viticulteurs d’Alsace
Coop de France- Alsace
Syndicat des Vignerons Indépendants d’Alsace
Syndicat des Pépiniéristes d’Alsace
Groupe Viticulture des Jeunes Agriculteurs d’Alsace

Négoce

Groupement des Producteurs-Négociants du Vignoble Alsacien
Groupe des Jeunes Négociants du Vignoble Alsacien
Syndicat des Courtiers en vins et Spiritueux d’Alsace
Syndicat des départements du Rhin du Commerce des vins et spiritueux

L’Association des Viticulteurs d’Alsace (AVA)

10Créée en 1911 et la plus ancienne des organisations viticoles alsaciennes, l’Association des Viticulteurs d’Alsace (AVA) est le syndicat général de défense du vignoble d’Alsace et des diverses appellations de ses vins pour le compte de l’ensemble des viticulteurs alsaciens et remplit à ce titre une importante fonction juridique et de liaison tant avec les pouvoirs publics qu’avec les diverses instances nationales. Son siège est à la Maison des Vins d’Alsace à Colmar.

11L’AVA fédère les syndicats viticoles locaux, au nombre de 99, des différents villages du vignoble. Ces syndicats sont des cellules de base actives tenant réunions périodiques d’information, de discussion et de dégustation et sont représentés aux assemblées générales annuelles du syndicat général. Les syndicats locaux sont eux-mêmes regroupés en six sous-régions pour tenir compte de leur grande dispersion géographique et faciliter la concertation indispensable à tous les échelons dans la recherche des solutions les plus opportunes.

12Toutes ces structures constituent autant de relais efficaces des réflexions et propositions de la politique viticole à mener par l’Association des Viticulteurs et ses organes de direction, un bureau et un conseil d’administration de trente membres dont trois pour chacune des sous-régions et douze désignés par les syndicats ou groupes professionnels ayant des intérêts spécifiques à défendre et à promouvoir tels que :

  • Le Syndicat des Vignerons indépendants ;

  • Coop de France-Alsace ;

  • Le Groupement des Producteurs-Négociants ;

  • Le Syndicat des Pépiniéristes viticoles d’Alsace, assurant la fourniture des plants de vigne aux vignerons ;

  • Le syndicat des Producteurs de Crémant d’Alsace ;

  • Les sous-groupes de l’AVA des Vignerons vendeurs de raisins et vendeurs de vins en vrac au Négoce, des Producteurs de Grands Crus et Vendanges tardives ;

  • Les Jeunes viticulteurs des CDJA 67 & 68.

13La mission de défense du patrimoine viticole alsacien est bien évidemment conduite en parfaite coordination avec les autres organismes viticoles de la région, en particulier le CIVA depuis 1963, voire avec les autres régions viticoles pour les questions d’intérêt national, par exemple au sein de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité et de la Confédération Nationale des Appellations d’Origine Contrôlées.

14Un statut des vins d’Alsace avait été préparé dès la fin de la Première Guerre mondiale par l’Association des viticulteurs d’Alsace dont les membres avaient eu très tôt l’ambition de faire évoluer le vignoble vers une production de vins fins de qualité seule compétitive dans le concert des autres vins de France. Mais ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que les premières bases de ce statut furent promulguées par l’ordonnance du 2 novembre 1945 qui créait l’appellation d’origine régionale Alsace pour les vins produits dans une aire Alsace à délimiter et selon des règles précises.

15Le Comité régional d’experts des vins d’Alsace avait alors été institué pour la délimitation de l’aire et pour le contrôle des règles. Ce Comité qui est désormais composé des membres du Comité régional de l’INAO est toujours en vigueur et est le seul organisme à disposer, pour les vins d’Alsace, du pouvoir de proposition auprès des pouvoirs publics en matière de délimitation et de règles de récolte.

16Des modifications ainsi que de nombreuses améliorations furent ensuite apportées au premier statut de 1945 après de longues et âpres négociations du Syndicat de défense avec les viticulteurs eux-mêmes dans le cadre de leurs organisations syndicales et avec les pouvoirs publics auprès desquels un lobbying de circonstance est souvent nécessaire, lois, décrets, arrêtés se succédant jusqu’à nos jours pour parvenir au statut actuel.

Principaux textes législatifs et réglementaires fondant le statut des vins d’Alsace

Ordonnance du 2 novembre 1945 puis décret du 3 octobre 1962 définissant l’appellation d’origine simple puis l’appellation d’origine contrôlée Alsace ou vin d’Alsace.

Décret du 20 mai 1955 puis arrêtés du 13 mai 1959, 5 mars 1964 et 2 janvier 1975 réglementant l’emploi de la flûte à vin du Rhin.

Décret du 18 octobre 1965 et arrêté du 6 décembre 1965 réglementant la taille des vignes Alsace AOC.

Loi du 2 janvier 1970 et décret du 30 juin 1971 relatifs au statut des vins d’Alsace.

Loi du 5 juillet 1972 sur la mise obligatoire en bouteilles des vins d’Alsace dans la région de production.

Décrets du 19 octobre 1974 relatif aux examens analytiques des vins d’Alsace et au rendement des vignobles AOC.

Décrets du 20 novembre 1975, 23 novembre 1983 et 17 décembre 1992 définissant l’AOC Alsace Grand Cru.

Décret du 24 août 1976 définissant l’AOC Crémant d’Alsace.

Décret du 1er mars 1984 définissant  les mentions Vendanges Tardives et sélections de grains nobles.

17Au-delà des dispositions du statut précité et en application de la loi d’orientation agricole du 5 janvier 2006 visant à adapter l’agriculture française au nouveau cadre réglementaire européen, les procédures de contrôle des vins AOC ont été modifiées au plan national.

18L’Association des Viticulteurs d’Alsace a depuis lors été agréée comme Organisme de Défense et de Gestion (ODG) des AOC Alsace, Alsace Grand Cru et Crémant d’Alsace et à ce titre chargée de mettre en œuvre l’organisation des contrôles internes des conditions de production des vins d’Alsace. Des contrôles externes par l’Organisme d’Inspection des Appellations d’Origine (OIAL) viennent compléter ce dispositif mis en place par l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) qui peut être appelé à prendre des sanctions contre les opérateurs.

19Dans cette nouvelle organisation, l’opérateur (viticulteur, vinificateur, négociant…) doit disposer d’une habilitation à produire l’AOC en respectant le cahier des charges reprenant les règles du statut des vins d’Alsace.

20On notera en outre la responsabilité pratique de l’AVA dans l’organisation des nombreuses dégustations de contrôle qui se déroulent tout au long de l’année au Centre interprofessionnel de dégustation de la Maison des Vins de Colmar ou à l’extérieur pour la plupart des concours de vins d’Alsace.

21Compte tenu de la complexité des nombreuses et diverses règles à respecter par les acteurs du vignoble dans leur production et leur commercialisation de vins, l’AVA publie une revue mensuelle destinée à ses membres et aussi au grand public sous le titre « La Revue du Vignoble - Les Vins d’Alsace » qui rend compte de l’actualité du vignoble et suit en permanence les évolutions constatées dans la réglementation

Le Syndicat des Vignerons Indépendants d’Alsace (SYNVIRA)

22Créé en 1971 sous l’enseigne « Groupement des Propriétaires Viticulteurs d’Alsace », le Syndicat des Vignerons Indépendants d’Alsace (SYNVIRA) s’est vu d’emblée assigner la mission de répondre aux besoins spécifiques des exploitations viticoles produisant, vinifiant et commercialisant elles‑mêmes leurs vins en bouteilles.

23Le Syndicat complète ainsi les attributions du CIVA et de l’AVA avec lesquels il œuvre en étroite collaboration. Son siège se situe 16, rue Mermoz à Colmar à proximité immédiate de la Maison des Vins d’Alsace.

24Ses membres, au nombre de 500 environ, s’échelonnent tout au long de la Route des Vins avec des domaines viticoles de surface très variable où ils se font un devoir de respecter « la charte du vigneron indépendant », gage d’une production de vins personnalisés, typiques et de qualité.Ils accueillent avec plaisir les amateurs de vins d’Alsace auxquels ils se plaisent à faire déguster, dans leur cave ou leur caveau, les cépages qu’ils ont eux‑mêmes vinifiés.

25Les vignerons Indépendants commercialisent en bouteilles environ 20% de la production alsacienne et ce majoritairement en métropole.

26Le syndicat met régulièrement sur pied des sessions de formation pour ses adhérents dont il contribue à perfectionner la technicité tant en viticulture qu’en vinification, commercialisation et fiscalité afférente à leur corporation. La publication du SYNVIRA éditée trois fois l’an sous le titre « Vigneron d’Alsace(s) », diffuse une information d’actualité ou de fond à quelque 3 000 professionnels du monde du vin et complète celle de son site Internet grand public www.alsace-du-vin.com.

27Le SYNVIRA a également créé avec les autres vignerons indépendants de France un logo stylisé « Vigneron Indépendant » véhiculé par les capsules-congés des bouteilles qu’il rétrocède à ses adhérents et qui contribue à identifier l’origine vigneronne du produit.

28D’autres initiatives du SYNVIRA sont mises en œuvre pour la promotion des vins d’Alsace des Vignerons Indépendants, par exemple l’organisation depuis plusieurs années, lors du week-end de la Pentecôte, du « Pique-nique chez le vigneron » qui rencontre toujours un grand succès auprès du public de la région, friand de faire la connaissance de nouvelles caves ou de retourner chez son vigneron attitré et qui sera prochainement étendu au plan national.

Coop de France Alsace (FCVA)

29Coop de France-Alsace est la nouvelle dénomination de la structure fédérative qui regroupe les caves coopératives du vignoble après la fusion en 2008 de l’ancienne Fédération des Coopératives Vinicoles d’Alsace et des fédérations bas-rhinoise et haut-rhinoise des coopératives agricoles. Son siège se situe Route des Vins à Beblenheim.

30Les coopératives vinicoles d’Alsace, actuellement au nombre de quatorze après plusieurs fusions, ont toutes pris leur essor à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Les premières dans le centre du vignoble gravement sinistré où la reconstruction des installations détruites, en vue de vinifier et loger les nouvelles récoltes, ont pu être créées rapidement en partie grâce aux dommages de guerre. Les suivantes dans les années 1950 et 1960 au vu de la réussite des premières qui a convaincu de nombreux viticulteurs de se regrouper sous la même forme coopérative pour mettre en place collectivement la collecte de leurs raisins, leur vinification et leur mise en marché direct sans passer par le négoce traditionnel.

31Les quatorze caves coopératives sont :

32Cave de Beblenheim, cave Bestheim à Bennwihr, cave de Cleebourg, cave de Pfaffenheim, cave d’Eguisheim, cave de Hunawihr, cave d’Ingersheim, cave de Kientzeim-Kaysersberg à Kientzheim, cave d’Obernai, cave d’Orschwiller-Kintzheim, cave de Ribeauvillé, cave de Traenheim, cave de Turckheim, cave du Vieil-Armand à Wuenheim.

33Ces caves ont disposé d’emblée d’installations modernes techniquement de pointe qui ont permis, grâce à l’apport obligatoire par les viticulteurs adhérents de la totalité de leur récolte de raisins et à un personnel compétent comprenant des œnologues expérimentés, de produire des vins de grande qualité qui ont d’ailleurs fait école dans le vignoble et ont permis de développer rapidement le marché des vins d’Alsace en bouteilles d’abord sur le territoire métropolitain puis petit à petit à l’export.

34Aujourd’hui ces entreprises commercialisent près de 40% des vins d’Alsace vendus dans les divers circuits de distribution français et étrangers, la vente directe à emporter au départ des caves qui disposent toutes de beaux caveaux de dégustation pour l’accueil du public, étant un atout supplémentaire.

35Les quatorze caves comptent 2 700 adhérents convaincus d’avoir fait le bon choix en adhérant à leurs coopératives qui sont d’ailleurs devenues des lieux de rencontre et de débat entre collègues viticulteurs sur tous les sujets d’actualité viticole. Leur structure fédérative organise régulièrement toutes réunions d’information ou de formation susceptibles d’être utiles à ses membres et peut, en cas de besoin, leur apporter un appui économique voire juridique.

36Coop de France-Alsace les représente auprès des diverses instances du vignoble pour une coordination des actions de défense syndicale à entreprendre aux plans régional, national et communautaire. Elle développe des opérations spécifiques de promotion de l’image de la coopération viticole alsacienne et de ses vins. Elle participe aussi, quand l’occasion se présente, à des foires et salons.

Le Groupement des Producteurs-Négociants du Vignoble Alsacien (GPNVA)

37Le Groupement des Producteurs-Négociants du Vignoble Alsacien est une structure de défense professionnelle réunissant les entreprises spécialisées dans la vente des vins d’Alsace traditionnellement installées dans le vignoble alsacien et disposant d’un domaine viticole généralement important exploité par elles-mêmes. Son siège se situe à la Chambre de commerce de Colmar.

38Il constitue au plan interprofessionnel, en tant que leader du Négoce, le pendant de l’Association des Viticulteurs d’Alsace, leader de la Production, ces deux fractions de l’Interprofession qui siègent à parité au sein du CIVA, étant appelées à valider par un vote unanime les décisions interprofessionnelles.

39Un Syndicat Régional des Courtiers en Vins d’Alsace lui est associé. C’est en effet par l’intermédiaire des membres de cette corporation établis dans les différentes localités viticoles que se pratiquent traditionnellement les approvisionnements  des négociants en vins, en vrac durant toute l’année et en raisins pendant les vendanges.

40Les achats correspondants donnent lieu, en application des accords interprofessionnels triennaux de campagne visant à la transparence du marché, à l’établissement systématique de contrats de vente entre acheteurs et vendeurs qui sont immédiatement enregistrés auprès du CIVA.

41À côté du GPNVA, le Syndicat des départements du Rhin du Commerce des Vins et Spiritueux, principalement constitué d’entreprises établies sur les grandes places de consommation telles que Strasbourg et Mulhouse et pratiquant le commerce de vins de toutes provenances, complète la partie Négoce de l’Interprofession.

42Les missions du Groupement des Producteurs-Négociants sont :

  • La défense des intérêts spécifiques de leur corporation et la promotion de l’image de marque de leurs maisons produisant et élevant exclusivement les vins d’Alsace provenant de leur propre récolte ou de leurs approvisionnements en raisins ou en vins auprès des vignerons de la région parfois liés avec elles par contrats pluriannuels ;

  • Le développement des relations contractuelles entre leurs membres et les producteurs ;

  • L’information, la formation des membres et l’assistance aux entreprises ;

  • L’amélioration constante des relations entre les différents acteurs de la filière et de leurs organismes syndicaux ;

  • La poursuite continue d’une politique intransigeante de la qualité des vins d’Alsace, clé du succès pour le vignoble alsacien.

43Le Groupement des Producteurs-Négociants regroupe aujourd’hui quelque quarante maisons importantes de négoce de vins d’Alsace alors qu’il en avait compté dans le passé jusqu’à une soixantaine avant le phénomène de concentration des entreprises du secteur viticole de ces cinquante dernières années.

44Ces maisons commercialisent actuellement 42% de la totalité des vins d’Alsace et réalisent 52% des exportations du vignoble.

45Préalablement à sa création en 1936 sous la dénomination de Groupement professionnel des Propriétaires-Négociants et Gourmets-Propriétaires du Vignoble Alsacien, le GPNVA avait été précédé, dès 1913 avec un changement de statut en 1921, par le Syndicat des Négociants en Vins Viticulteurs du Vignoble Alsacien. Ce premier organisme ayant pour double vocation la sauvegarde des intérêts des négociants du vignoble alsacien et la promotion des vins d’Alsace par opposition aux intérêts divergents des grandes firmes de négoce en gros de vins de toutes provenances qui étaient installées sur les grandes places de consommation comme Strasbourg.

46Le Syndicat des Négociants en Vins Viticulteurs laissa ensuite au Groupement des Producteurs-Négociants, nouvellement créé, le soin de défendre, avec les producteurs de l’Association des Viticulteurs, les seuls intérêts professionnels du vignoble alsacien, conservant lui-même ses autres attributions qui étaient une activité de commerce de vins d’Alsace dont les profits étaient destinés à des actions de prospection et de promotion.

47C’est ainsi qu’avaient été constituées plusieurs sociétés comme les vins Alsace Monopole ou Les Grands Crus d’Alsace exploitant le fameux restaurant parisien La Cigogne ou bien le pavillon Alsace de l’exposition Internationale de 1937 où étaient servis exclusivement (bien sûr !) des vins d’Alsace. De multiples autres actions dites de « propagande » avaient aussi été déployées par le Syndicat aux expositions de Bruxelles en 1924, de Bordeaux et de Paris (à l’exposition coloniale) en 1925, ainsi qu’à la Fête nationale des vins de France en 1936. En 1933 avait même été produit le premier film consacré aux vins d’Alsace sous le titre L’Ami Fritz.

48Le Syndicat poursuivait dans le même temps le développement des premières exportations de vins d’Alsace en Belgique et Grande‑Bretagne, prenait des participations financières dans plusieurs opérations patrimoniales puis, après la Seconde Guerre mondiale, créait pour élargir l’éventail de ses débouchés, le Syndicat de propagande des Producteurs de grands Crus d’Alsace dont la dissolution fut prononcée en 1976 avant celle de la Société des Grands Crus d’Alsace en 1982, les actions publicitaires du CIVA ayant rendu caduc l’objet de ces deux structures dont il faut bien reconnaître qu’elles avaient été les promoteurs des vins d’Alsace dès la première heure.

Le Syndicat des Producteurs de Crémant d’Alsace

49Le crémant d’Alsace est devenu en quelques années leader en France des vins effervescents (hors Champagne) avec plus de 30 millions de cols commercialisés qui représentent 22% de la vente de tous les vins d’Alsace.

50Les vins mousseux de méthode traditionnelle élaborés en Alsace en petite quantité depuis la fin du XIXe siècle jusqu’en 1976 par l’une ou l’autre de nos entreprises et qui étaient déjà appréciés pour leur finesse, ont vu leur production se développer d’une façon spectaculaire lorsque a été instituée l’appellation d’origine contrôlée crémant d’Alsace par décret du 24 août 1976.

51Il faut dire que les règles nouvelles, aussi sévères que celles appliquées par les producteurs champenois eux-mêmes, aux élaborateurs alsaciens, étaient de nature à garantir l’élaboration d’un vin effervescent d’une qualité irréprochable par la finesse de ses bulles et sa fraîcheur discrètement fruitée pleine de charme.

52Les cépages utilisés, vendangés plus précocement que pour les AOC Alsace et Alsace Grand Cru pour préserver l’heureux équilibre recherché et qui peuvent être assemblés entre eux, sont limités aux pinots blanc, gris et noir, au riesling ainsi qu’au chardonnay, ce dernier n’étant autorisé en Alsace que pour le crémant.

53Le Syndicat des Producteurs de Crémant d’Alsace rassemble environ 500 entreprises du vignoble alsacien qui ont généralement ajouté l’élaboration de crémant d’Alsace à leur production traditionnelle de vins des AOC Alsace et Alsace Grand Cru. Il apporte aide et assistance aux élaborateurs en liaison avec les autres organismes du vignoble auxquels ils peuvent avoir une adhésion croisée.

54Son siège se situe 12, avenue de la Foire aux Vins à Colmar sur le site de la Maison des Vins d’Alsace.

55Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA)
Maison des Vins d’Alsace
12, avenue de la foire aux vins 68012 - BP 1217 - Colmar cedex
Tel : 0389201620 - Fax : 0389201630 - E-mail : civa@civa.fr
www.vinsalsace.com

56Association des Viticulteurs d’Alsace (AVA)
Maison des Vins d’Alsace
12, avenue de la Foire aux Vins - 68012 - BP 91225 Colmar cedex
Tel : 0389201650 - Fax : 0389201660 ‑ E-mail : info@ava-aoc.fr

57Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO)
Maison des Vins d’Alsace
12, avenue de la Foire aux Vins - 68012 - BP 1233 Colmar cedex
Tel : 0389201680 - Fax : 0389201689 -
E-mail : inao-colmar@inao.gouv.fr - www.inao.gouv.fr

58Coop de France-Alsace
Espace Alsace Coopération
Route des Vins - 68930 Beblenheim
Tel : 0389479133 - Fax : 0389479944 - E-mail : fcva@eac-alsace.com

59Syndicat des Vignerons Indépendants d’Alsace (SYNVIRA)
16, rue Mermoz BP 41541 - 68015 Colmar cedex
Tel : 0389414104 - Fax : 0389230197 - E-mail : synvira@calixo.com
www.alsace-du-vin.com

60Syndicat des Producteurs de Crémant d’Alsace
12, avenue de la Foire aux vins - 68000 Colmar
Tel : 0389200717 - Fax : 0389295594 -
E-mail : olivier.cremant@orange.fr

61Groupement des Producteur-Négociants du Vignoble Alsacien (GPNVA)
1, place de la Gare - BP 40007 - 68001 Colmar cedex
Tel : 0389202060 - Fax : 0389238495 - E-mail : gpnva@colmar.cci.fr

La Maison des Vins d’Alsace à Colmar

La Maison des Vins d’Alsace à Colmar

Photo CIVA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Maison des Vins d’Alsace à Colmar
Crédits Photo CIVA.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bouard, « L’organisation professionnelle du vignoble d’Alsace », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 135-149.

Référence électronique

Pierre Bouard, « L’organisation professionnelle du vignoble d’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1193 ; DOI : 10.4000/alsace.1193

Haut de page

Auteur

Pierre Bouard

Ingénieur agronome, directeur honoraire du CIVA

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page