Navigation – Plan du site

L’armement colmarien du XIVe au XVIIe siècle

Francis Lichtlé
p. 61-70

Résumés

Depuis le XIIIe siècle, Colmar se sent en sécurité derrière son enceinte médiévale. Entre 1579 et 1618, elle adapte son ancien rempart à l’évolution des techniques d’armement et édifie de nouvelles fortifications et fossés selon des plans établis par Daniel Specklin, tout en renforçant son artillerie qui devient la fierté de la cité. Cette puissance de feu de plusieurs dizaines de canons, de centaines de mousquets et d’arquebuses s’écroule soudainement en 1673 lorsque, sur ordre de Louis XIV, les remparts sont détruits et l’artillerie confisquée.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Colmar
Haut de page

Texte intégral

1Au début du XIIIe siècle, les Colmariens érigent les premiers fondements de leur défense en entourant le cimetière de l’église Saint-Martin d’un mur pour s’y réfugier en cas de nécessité. Pour financer cette enceinte primitive, ils vendent des terrains communaux à l’abbaye cistercienne de Pairis. Le rempart s’agrandit entre 1216 et 1220, englobant une agglomération de 19 hectares. L’extension urbaine favorise la création de trois faubourgs qui sont intégrés dans le système défensif au cours des XIIIe et XIVe siècles. Au milieu du XIVe siècle, la nouvelle enceinte, comprenant près de 25 tours et tourelles, couvre alors 68 hectares. Ses fossés sont alimentés par deux canaux, le Tiefenbach et le Muhlbach et la défense de la cité est assurée par ses habitants.

Le premier canon

  • 1  Archives municipales de Colmar (A.M.C.) CC 142.

2Au début du Moyen Âge, l’épée, l’arc, la lance sont les principales armes auxquelles s’ajoute plus tard l’arbalète. Quelques machines sont utilisées lors des grands sièges. L’apparition des premières armes à feu bouleverse les systèmes de défense de l’époque. Les registres de la Douane mentionnent l’armement colmarien dès la fin du XIVe siècle1. En septembre 1392, la Ville dépense 12 livres pour la fourniture de 40 arbalètes. Colmar s’adapte aux nouvelles armes. La première mention d’une arme à feu date de mai 1401, où la Ville commande un canon d’un poids d’un quintal et 15 livres. La même année, elle signe un contrat pour la livraison de 60 arbalètes. A cette époque, l’arbalétrier Cuntz Kieffer (Küffer) s’est engagé à fournir annuellement 4 nouvelles arbalètes à raison d’une livre chacune. Les armes à feu prennent de plus en plus d’importance. En 1431, la Ville nomme Claus Westermann dit zem Balmen aux fonctions de Büchsenmeister (maître de l’artillerie). Sa rétribution annuelle est fixée à 12 gulden, 6 aunes de toile et 6 foudres de bois dont le transport est à ses frais. Chargé de l’entretien de l’artillerie, il perçoit en outre, 2 livres Pfennig pour chaque quintal de poudre fabriqué. L’un des Stettmeister, Margwart von Rust, appose son sceau au bas de la convention.

3Au cours du XVe siècle, l’arbalétrier fournit régulièrement 4 nouvelles arbalètes tout en veillant à l’entretien des anciennes. Ainsi, en 1432, il en répare 42, puis en 1440, il en nettoie et en contrôle 40. Sont mentionnés à l’époque Wernlin Armbruster, Thomann der Armbruster, Clefelin der Armbruster. Le Magistrat développe les armes à feu tout en investissant dans l’armement classique. La Ville fait réparer et renouveler régulièrement ses stocks d’arbalètes. En 1436, elle passe commande à Strasbourg de « Handbüchsen » (arme à feu portative - arquebuse)et procède à l’achat de 6 quintaux de cuivre pour la confection de « Stabbüchsen ». La même année, en mars, elle achète à Strasbourg, 5 creusets de Vienne pour la fonte de canons à raison de 2 florins.

4Lors du passage des Armagnacs en 1439, la Ville accorde 2 livres 4 schillings à Clauwelin zem Balmen, maître d’artillerie, et à son fils Hansen, à chacun 11 journées de travail, pour la mise en batterie des canons entre les fossés. Plus tard, ils perçoivent à nouveau 12 schillings pour avoir réintégré l’artillerie intra muros et avoir mis la poudre en sécurité. De même, Spengelin, fabricant d’arbalètes, est indemnisé pour avoir aidé Wernlin Armbruster à contrôler et à réparer les arbalètes. Les armes à feu prennent de plus en plus d’importance. A partir de cette époque, la Ville achète régulièrement du plomb qu’elle fait fondre à l’usage de projectiles. Ainsi en 1444, Georges Enderlin est indemnisé pour en avoir fondu 2 quintaux.

  • 2  A.M.C BB 51.

5Dans le livre des serments de 1474, l’arbalétrier s’engage à fournir annuellement 4 nouvelles arbalètes, tout en étant responsable du bon fonctionnement de l’artillerie municipale. A ce titre, la Ville lui verse 4 gulden comme loyer et 4 foudres de bois2. En mai 1476, le Magistrat dépense 17,5 livres pour la fonte d’un canon – eine grosse Schlange (une grosse couleuvrine) – et un an plus tard, maître Lienhart fournit 73 Handbüchse pour 17,5 livres et 5 schillings. A la fin du XVe siècle, le Büchsenmeister voit sa rétribution annuelle augmenter à 20 gulden.

Colmar et ses fortifications vers 1673

Colmar et ses fortifications vers 1673

A l’aube du XVIe siècle

  • 3  A.M.C EE 6/73.
  • 4  A.M.C. EE 19/67.

6Au début du XVIe siècle, Colmar aligne une quinzaine de pièces, principalement des arquebuses (Hacken ou Hackenbüchse). 5 Hackenbüchse défendent le Kerkertor et 3 le Theinheimertor. 2 Hacken sont placés dans la tourelle à l’arrière du couvent des Franciscains tandis que le Steinbruckertor abrite une cartanne (pièce de gros calibre) et 2 Hackenbüchse. Un fauconneau (Falken ou Falconet) est également posté « an dem gewolb am Vischer Staden ». En décembre 1520, la Ville reconnaît avoir commandé à Joerg (Jerg), fondeur de canons et de cloches à Strasbourg, 2 canons d’un poids total de 112 quintaux et 27 livres. Le prix est fixé à 11,5 gulden le quintal. Le Magistrat s’engage à payer les 900 gulden restants en plusieurs termes3. Quelques années plus tard, lors de la guerre des paysans, la Ville aligne 13 canons, 3 Doppelhacken (grosse arquebuse à crocs) et 16 Hacken répartis comme suit4 :

Am Bollwerk am Fischerstaden

1 Falken

1 Halbschlange

(couleuvrine de faible calibre)

Am Steinbruckertor zwischen die Porten

1 Halbschlange

1 Falken

Uff dem selben Turm

1 Halbschlange

1 Doppelhacken

2 Hacken

Am Kerkertor zwischen die Porten

2 Halbschlange

Uff dem selben Turm

1 Falken

2 Doppelhacken

Uff dem usseren Turm

2 Hacken

Am Theiheimertor zwischen die Porten

2 Halbschlange

Uff dem Turm

1 Falconet

2 Hacken

Zu dem Weiden

2 Halbschlange

Zu Weiden uff dem Turm

6 Hacken

Im Closter in Weiden

4 Hacken

  • 5  A.M.C. EE 6/74-76.
  • 6  A.M.C. EE 19/63.

7A l’issue de la guerre, la Ville reconnaît la nécessité d’appuyer sa défense sur une artillerie importante. A cet effet, elle commande chez Joerg von Guntheim, maître fondeur à Strasbourg, entre 1532 et 1536, 12 canons pour un prix de 1 200 florins – deux pièces de 20 quintaux chacune, 2 autres à 15, 2 à 10 et 6 à 5 quintaux –. Pour le transport entre Strasbourg et Colmar, probablement par voie d’eau en remontant l’Ill, le Magistrat demande à l’évêque la franchise de douane5. Au milieu du XVIe siècle, en 1545, la Ville établit un état de l’armement des corporations en cas de mobilisation. Les membres des 10 corporations possèdent 239 hallebardes, 383 piques, 156 Büchsen et 4 épées de combat. Pour la défense de ses remparts, la Ville aligne en différents endroits, 10 fauconneaux (Falken), 3 Halbschlange, 6 Doppelhacken et 60 Hacken. Trente ans plus tard, en 1575, Colmar a pratiquement triplé son artillerie le long des fortifications6.

A la porte de Theinheim

1 Cartanne

1 Falken

3 hommes

Au Kertertor

1 Halbschlange

1 fauconneau

3 hommes

Au Steinbruckertor

1 Halbschlange

1 Falken

3 hommes

Sur le retranchement de Ste-Catherine

1 Notschlange (type de couleuvrine)

1 Halbschlange

1 Halbcarthan (cartanne de faible calibre)

1 Feldgeschütz

8 Doppelhacken

9 hommes

Sur le retranchement près de St-Guidon au jardin de l’hôpital

1 Halbschlange

1 Halbcarthan

2 Feldgeschütz

2 Falken

8 Doppelhacken

7 hommes

Sur le retranchement de St-Pierre

1 Notschlange

1 Halbschlange

1 Falken

2 Feldgeschütz

7 hommes

Sur le retranchement de Ste-Anne

1 Halbschlange

1 Halbcarthaune

2 Feldgeschütz

1 Falken

8 hommes

Sur le bastion extérieure de Ste-Anne

4 Halbfalken

6 hommes

Près du Fischerstaden

1 Feldgeschütz

6 Doppelhacken

7 hommes

Dans la tour verte près du siège des boulangers

1 Scharpfenthin (petit canon)

3 Doppelhacken

3 hommes

Dans la tour intérieure au Steinbruckertor

2 Halbfalken

2 Doppelhacken

4 hommes

  • 7  A.M.C. EE 17/14-23.

8Il ne s’agit là que de l’emplacement principal des pièces d’artillerie. En de nombreux autres endroits, le Magistrat prévoit l’installation de plusieurs armes à feu. En cas d’alerte, les remparts sont défendus par 34 canons et 128 Doppelhacken servis par 154 hommes. A la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, la Ville réalise d’imposants travaux aux fortifications selon les plans de Daniel Specklin et complète son artillerie. Aux canons, il faut rajouter l’armement privé des membres des corporations qui comprend en 1602, 275 arquebuses, 124 mousquets, 68 longues piques, 67 hallebardes, 28 épées, 101 cuirasses. La corporation des vignerons et celle de la Bonne Vie ne font pas la différence entre arquebuse et mousquet mais utilisent le terme de Schutzen. Il convient donc de rajouter 174 Schutzen à l’ensemble des armes à feu soit un total de 573 fusils de calibre différent7.

  • 8  A.M.C. EE 19/92.
  • 9  Chronique de la Douane.

9De son côté, la Ville poursuit la modernisation de son armement. Au début du XVIIe siècle, Les comptes de l’arsenal mentionnent l’entretien et l’achat d’armes et de poudre. L’année 1604 est particulièrement féconde. En janvier, la Ville achète à la foire de Noël de Strasbourg à Jacob Wundell de Sul (Allemagne), 66 mousquets pour 288 gulden. Un mois plus tard, elle verse à Georges Nagelin de Nuremberg 170 gulden pour l’achat de 34 cuirasses et casques à la même foire de Strasbourg. En juin, Jacob Riechardten de Cologne livre 36 cuirasses et du petit matériel. Un mois plus tard, Johann Schönwetter nettoie 96 mousquets ainsi qu’une dizaine de canons de mousquets. A son tour, Paul Zoffinger nettoie 96 mousquets et une douzaine de canons de mousquets. En novembre, une seconde livraison de 42 cuirasses faite par Jacob Riechardten revient à 189 gulden. L’année 1604 s’achève par l’achat de 42 mousquets à Conrad Dausing de la seigneurie de Hammelberg en Allemagne pour 183 gulden8. En 1617, le Magistrat charge Zacharias Rohr de fondre 4 nouveaux canons de type couleuvrine. Le 3 juin 1618, ils sont officiellement vérifiés et pèsent 40 quintaux9.

Colmar en 1643

Colmar en 1643

Evocation par J. Rothmuller. Lithographie de Hahn et Vix, Vue pittoresque de l’Alsace, 1839.

La fierté du Magistrat

10Au fil du temps, Colmar s’était dotée d’une remarquable puissance de feu pour une cité qui ne comptait à l’époque que quelques milliers d’habitants. Le passage des différentes troupes met l’arsenal municipal à rude épreuve. En 1633-1634, il livre, entre autres, aux régiments de Nassau et de Hanau, 196 mousquets, 217 grandes piques, 15,5 quintaux de poudre, 29 500balles de mousquet soit 15quintaux, 6quintaux de plomb en barres, 74boulets de canon, 50quintaux de mèches, 52 haches et un canon de 25 quintaux, le tout estimé à 2 661gulden.

  • 10  A.M.C. EE 72/24-25.

11En automne 1634, les troupes françaises remplacent les Suédois. A la demande de l’ambassadeur Melchior de l’Isle, la Ville et le commissaire à l’artillerie Isaac de Hellin dressent, du 10 au 25 octobre, un inventaire de l’artillerie colmarienne10. La description en est étonnante. La ville est défendue par 86 canons répartis en 13 endroits différents ainsi qu’à l’arsenal. Les bastions les mieux armés sont celui de la tour Sigelin (10 pièces), de la tour de la scierie (Segturm) (9 pièces), du bastion de Saint-Pierre (7 pièces) et du Hirschengraben (7 pièces). Douze canons proviennent de villes voisines (Turckheim, Kaysersberg, Brisach, Ensisheim, Thann et de la seigneurie de Hohlandsberg). Ils ont probablement été achetés au fur et à mesure des besoins de la ville. 46 canons sont millésimés. Le plus ancien, une « alte Feldschlange », de 11 pieds de long (3,60 m), commandée par le Magistrat en mai 1476, est toujours en service au bastion Sainte-Catherine. Elle porte les armes de la Ville et de l’Empire. 39 pièces dataient du XVIe siècle dont les deux Notschlange fondues en 1520 par maître Jerg de Strasbourg, respectivement de 15 et 16 pieds de long (près de 5 m), frappées aux armes de la Ville et de l’Empire. L’une se trouve au bastion Saint-Pierre, l’autre à celui de Sainte-Catherine. Des 12 canons commandés jadis à Joerg von Guntheim, 9 sont encore en fonction et portent le millésime 1533. Parmi les canons du XVIe siècle, 3 pièces sont renommées. Fondues en 1568, 2 proviennent du château de Hohlandsbourg : « die Katz » et « der Haas »,respectivement long de 10 et 13 pieds. Ces canons sont marqués des armes de Maximilien II et de l’Empire. Le troisième, d’une longueur de 8 pieds, « der Löwe » est installé au bastion de l’hôpital et porte les armes de la ville. Les pièces les plus récentes, au nombre de 7, datent de 1613, 1617 et 1634. Les deux cartannes datées de 1634, ont été fondues à Benfeld par Christian Quinckelberger. La Ville lui règle une grande partie des frais en vin.

12Parmi cette artillerie, 7 pièces figurent parmi les plus imposantes. 4 cartannes tirent des boulets de 24 et de 30 livres, le canon « der Haas » envoie des projectiles de 25 livres et les deux Notschlange de 1520, des boulets de 15 livres. Les 79 canons restants se répartissent entre des charges d’un quart de livre à 6 livres. Afin d’assurer l’approvisionnement de ses canons, la Ville stocke à l’arsenal 30 408 boulets de toutes grandeurs ainsi que deux tonneaux de petits boulets en fer et 49 grandes et petites grenades appartenant à l’armée suédoise. Les réserves de poudre pour canon et mousquets sont stockées dans cinq dépôts différents (Sigelinsturm - Gewölb im Spital Gatten - Gewölb Sankt Peter - Gewölb im runden Turm et Turm bey Sank Catharina Wehr), s’élevant à 5 481 livres de poudre pour cartanne, 2 228 livres pour fauconneaux et 14 801 pour mousquets. A ce chiffre, il convient de déduire 1 560 livres appartenant à l’armée suédoise soit un total de 13 241 livres ou 127 quintaux colmariens contenus dans 209 tonneaux, 3 caisses, 2 tonnelets en chêne et une cuve.

13L’armement plus léger se compose de Doppelhacken d’une longueur de 3 à 6 pieds (1 à 1,80 m). Au nombre de 169 dont 108 en fer et 61 en laiton, ils sont répartis en 22 endroits défensifs y compris l’arsenal. Les mousquets sont stockés en trois endroits, 75 à l’arsenal, 91 à Saint-Jacques et 74 au Koïfhus soit 240 mousquets neufs. A cela s’ajoutent 429 vieux mousquets de tout genre dont la plupart ne sont pas équipés. Le dépôt de Saint-Jacques stocke également 237 arquebuses (Hacken) neuves et le Koïfhus en abritent 11 anciennes. Les deux dépôts et l’arsenal stockent également 108 « Bandelier Rohr ». Pour le fonctionnement de toutes ces armes à feu individuelles, les magasins conservent des balles de mousquets et d’arquebuses ainsi que des barres de plomb non fondues, le tout estimé à un poids de 14 516livres.

14L’armement classique n’est pas négligé. L’infanterie colmarienne est armée de 166 longues piques (Langspiess), 171 hallebardes, 17 épées de combat et 281 cuirasses. En outre, l’arsenal conserve une réserve non négligeable de fers de lance et de bois de hallebardes. A tout cet armement, il convient de rajouter 9 532livres de mèches et tout un matériel destiné à l’entretien des fossés et aux corvées en général : 250 livres de corde, 73 haches, 29 pics avec manche et 12 sans, 60 houes avec manche et 40 sans, 336 pelles avec manche et 243 sans, 30 pioches avec manche, 12 massues et 9 tambours.

Grandeur et décadence

  • 11  A.M.C. EE 19/91-120.
  • 12  A.M.C. BB 45.

15Au début des années 1640, le théâtre des opérations militaires de la guerre de Trente Ans s’éloigne. Plusieurs canons ont été réquisitionnés par les troupes de passage. Le Magistrat en profite pour compléter son artillerie. En mars 1641, il charge Abraham Rohr de fondre 4 pièces d’un poids total de 34,5 quintaux. En octobre de la même année, Andres Isenhut répare 7 fauconneaux. En octobre 1642, Abraham Rohr fond à nouveau 5 canons d’un poids de 50,5 quintaux. Un mois plus tard, la Ville achète des mousquets à Francfort pour une somme de 600 florins valeur de Strasbourg. Quelques années plus tard, en janvier 1658, la Ville fait fondre 3 petites pièces pesant près de 8 quintaux. En avril 1659, Abraham Rohr fond 2 cartannes pour lesquelles il reçoit 200 thaler11. En avril 1664, le Magistrat ordonne la réparation de l’enceinte près de Saint-Pierre et décide de commander quelques canons. Il demande à la bourgeoisie de vendre le métal encore disponible à domicile et permet également de payer les impôts de la taille et de la Schatzung avec du métal. Toute exportation de métal est strictement interdite12.

16En 1673, Louis XIV prévoit l’extension des opérations militaires en Alsace pour contrer une éventuelle intervention de l’empereur dans la guerre de Hollande, et mettre au pas les villes de la Décapole. Le 28 août, la cavalerie de Coulanges occupe la ville. Le mercredi 30 août, se rendant à Brisach, Louis XIV passe devant Colmar et ordonna le démantèlement des remparts. Le Magistrat, partagé entre tristesse et indignation, n’a guère d’alternative que d’entretenir la troupe et les hommes employés à la démolition. Dans un courrier rédigé le même jour, Pellison Fontanier, témoin oculaire, nous renseigne sur l’état de l’armement colmarien « l’artillerie claire et luisante, comme seroit la batterie de cuisine d’un bourgeois flamand ; mais très peu d’affuts en état de servir, pas un gabion, peu de munitions de guerre… On a ce matin commencé à faire sortit leur artillerie pour la conduire à Brisac, ce qui leur a fait répandre beaucoup de larmes… Il y avait soixante huit pièces, et entre celles-là deux couleuvrines d’une grandeur et d’une beauté admirables, que nous avons trouvé sur ce chemin (sic) ».

17Artillerie confisquée, fortifications démolies, fossés comblés, Colmar devient une ville ouverte, nostalgique de son passé impérial. Après la capitulation de Strasbourg en 1681, Louis XIV revient à Colmar et autorise le Magistrat à reconstruire, à ses frais, une nouvelle enceinte selon les plans de Vauban et sous le contrôle Nicolas Mavette de Lorgerie, commandant de la place. En réalité, il ne s’agit plus que d’une simple muraille, « un peu plus élevé que l’enceinte d’un jardin animalier d’un grand seigneur », sans intérêt militaire.

Haut de page

Notes

1  Archives municipales de Colmar (A.M.C.) CC 142.

2  A.M.C BB 51.

3  A.M.C EE 6/73.

4  A.M.C. EE 19/67.

5  A.M.C. EE 6/74-76.

6  A.M.C. EE 19/63.

7  A.M.C. EE 17/14-23.

8  A.M.C. EE 19/92.

9  Chronique de la Douane.

10  A.M.C. EE 72/24-25.

11  A.M.C. EE 19/91-120.

12  A.M.C. BB 45.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Colmar et ses fortifications vers 1673
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Colmar en 1643
Légende Evocation par J. Rothmuller. Lithographie de Hahn et Vix, Vue pittoresque de l’Alsace, 1839.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Lichtlé, « L’armement colmarien du XIVe au XVIIe siècle », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 61-70.

Référence électronique

Francis Lichtlé, « L’armement colmarien du XIVe au XVIIe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/121 ; DOI : 10.4000/alsace.121

Haut de page

Auteur

Francis Lichtlé

Conservateur des Archives de la Ville de Colmar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page