Navigation – Plan du site

Du schnaps et des bouilleurs de cru

et de ce qu’il en reste dans la mémoire alsacienne
Spirits in Alsace
Die elsässischen Branntweine
Paul Eschbach
p. 185-197

Résumés

Inventé en Egypte, il y a plus de deux mille ans, introduit en Europe par les Arabes, l’art de la distillation a été porté en Alsace à un haut degré de raffinement. Il est à l’origine d’une vaste gamme d’eaux-de-vie de fruits dont la fabrication et la consommation ont engendré les rites et les traditions d’un riche folklore. Des abus aussi, que les ligues antialcooliques ont combattus en exigeant la suppression du privilège des bouilleurs de cru. À présent, une vaine campagne ! D’origine fermière ou professionnelle, les eaux-de-vie blanches n’ont plus la cote et les distillateurs alsaciens se mettent eux-mêmes à produire whiskys et vodkas. Au village cependant quelques nostalgiques s’obstinent à maintenir la tradition.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

distillation, eau-de-vie

Keywords :

Distillation, spirits

Schlagwortindex :

Branntwein, Destillation
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2014.

Plan

Un facteur de prospérité : le Brandwinn des Brennherren de Colmar
Les bouilleurs de cru prennent la relève
Passe et repasse
De la rincette matinale au Bethipserle
Boire n’est pas déguster
Ne pas confondre privilège et droit de distiller

Aperçu du texte

« Chez nous », écrivait Jean Egen, « tous les fruits sont appelés aux béatitudes de l’alambic, et de la quetsche au gratte-cul, ils sont tous élus ». Pour nous exprimer plus prosaïquement que l’auteur des Tilleuls de Lautenbach, disons que l’Alsace – et sa sœur la Lorraine – forment la région en Europe où l’on produit la plus grande variété d’eaux‑de‑vie de fruits. Et les meilleures, de surcroît.

Cette particularité a une histoire : elle est née des faveurs d’un terroir, elle a généré des traditions, un folklore, des rites, mais aussi des abus. On serait enclin à dire qu’il y avait une culture de la goutte, ou du schnaps, comme il y a une culture du vin. Au reste, dans un passé plus lointain, et s’agissant plus spécialement de l’Alsace, le vin et l’eau‑de‑vie avaient déjà fait cause commune. Avant de distiller les fruits, c’est du vin – et du vin exclusivement – que l’on tirait en quantités significatives les premières eaux‑de‑vie à vocation alimentaire.

Un facteur de prospérité : le ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Eschbach, « Du schnaps et des bouilleurs de cru », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 185-197.

Référence électronique

Paul Eschbach, « Du schnaps et des bouilleurs de cru », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 21 avril 2014. URL : http://alsace.revues.org/1222

Haut de page

Auteur

Paul Eschbach

Historien

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page