Navigation – Plan du site

La maison Fernet-Branca

Fernet-Branca
Die Firma Fernet - Branca
Antoine Mislin
p. 199-207

Résumés

La société Fernet-Branca, société de droit italien, était précurseur en matière de mondialisation, car, en 1906 déjà, elle délocalisa son savoir faire en Alsace, en terre d’Allemagne, pour conquérir de nouveaux marchés. Elle fit de même à Nice pour obtenir le marché français.

La fabrication de cette liqueur à base de plantes macérées dans un alcool, l’embouteillage et l’expédition dans toute l’Allemagne étaient confiés à cette nouvelle usine implantée à Saint-Louis, tout à côté de la gare, pour en rationaliser les coûts de transport.

Plus d’un demi-siècle durant, cette unité de fabrication, coiffée de l’aigle, sigle de la compagnie Fernet-Branca, a marqué de son empreinte, l’univers industriel de Saint-Louis.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Liqueur

Keywords :

Liqueur

Géographique :

Saint-Louis (68)

Schlagwortindex :

Likör
Haut de page

Texte intégral

Sources

Archives municipales de Saint-Louis
Notes de M. Forlen
Expertise du cabinet Eckel
Historique de Mme Meyer, archiviste
Extraits du livre De Michelfelden à Bourglibre d’Antoine Mislin

1Construit le long d’un chemin longeant l’ancienne gare, au 2 rue du Ballon (Belchenweg), l’immeuble, connu sous le nom de « Fernet-Branca », est cadastré : section BN. no38 d’une superficie de 26,29 ares. Il porte encore de nos jours le nom de ses propriétaires et fondateurs de l’époque, les Fratelli Branca de Milan.

2L’importation à Saint-Louis de la célèbre liqueur nous est connue depuis 1904 par le négociant et courtier en alcool Giuseppe Fossati propriétaire de filiales à Berlin, Frankfurt et Chiasso. Joseph Fossati dépositaire et importateur du fameux digestif, établit une nouvelle succursale en notre ville.

3Depuis le 1er janvier 1905, les premiers dépôts de Fernet-Branca importés par la société Joseph Fossati se situaient d’abord dans un entrepôt loué à madame veuve Morat, rue de la Paix, puis dans les dépendances du restaurant « à la ville de Bâle » de M. Lemius, rue de Bâle.

4C’est le 22 juillet 1907 que fut déposé par l’entreprise de construction Broggi et Appiani une demande de construire une distillerie, selon des plans de l’architecte milanais G. Erlini. La demande fut accordée le 25 juillet par le maire Jules Tilger.

  • 1 La maison Eckel fut une agence d’expertise et de renseignements commerciaux établie à Saint-Louis d (...)

5La production du renommé digestif aux plantes amères (Magenbitter Fabrikation) commence en 1909. Le bâtiment fut estimé en 1910 par le cabinet d’expertise Th. Eckel1, à environ 100 000 marks. L’aigle qui le surplombe fut évalué à 18 000 marks, et le budget publicité annuel annoncé pour 300 000 marks.

La distillerie en 1912

La distillerie en 1912

Très rare vue de la distillerie en 1912, avant que les remblais SNCF ne masquent la prestigieuse façade.

Extrait de « Illustriertes Eisenbahn-Album des Reichslandes »

6La société Fernet-Branca, crée par les frères Branca existe depuis 1845 à Milan. En 1902, la célèbre maison revient à madame Maria Scala veuve de Stéphano Branca et à ses enfants Bernardino, Carolina et Doloreses. Seule la dernière nommée est mariée comtesse Dolfin Boldi. Le frère de la propriétaire, l’avocat Francesco Scala, administrera la société. Le même rapport d’expertise estime la fortune de la veuve Branca à plus d’un million de marks, en biens immobiliers investis à Saint-Louis et à Milan.

7Dès 1845, les frères Branca créent la société « Fernet-Branca » pour exploiter le mélange de plantes et herbes médicinales réduites en poudre par le docteur Fernet, médecin et herboriste milanais. C’est Bernardino Branca qui va transformer en liqueur la recette du docteur Fernet.

8Présentée comme étant à la fois apéritif et digestif, cet alcool (titrant 42% de vol.) a acquis sa renommée lors des épidémies de choléra qui ont sévi en Italie au milieu du XIXe siècle. Il était considéré comme potion magique à titre préventif et curatif.

9Le premier directeur de la société ludovicienne connu, le signor Orlando Del Conte, était italien. Il s’installa à Saint-Louis.

10Dès 1909 commence la production destinée au marché allemand, Sanckt-Ludwig se trouvant idéalement placé à côté de Bâle d’où arrivaient les matières premières d’Italie par train direct de Milan. Joseph Fossati sous-loua dans le nouvel immeuble, son activité de négoce.

11Dans les caves, 10 fûts géants destinés au vieillissement de la liqueur sont élevés sur place par l’artisan tonnelier Rodolphe Fruhinsholz de Strasbourg, célèbre dans le monde entier pour la qualité de ses tonneaux.

12La composition d’herbes, de racines, de gommes et autres substances végétales des quatre coins du monde mises au point par le docteur Fernet est évidemment gardée secrète. Les ingrédients sont mis à macérer dans l’alcool pur après infusion dans de l’eau et extraction des sucs sous de puissantes presses. Après un an de macération et d’échange des subtils arômes et décoctions, à l’abri de la lumière et des écarts de température, la liqueur est mise en bouteille et commercialisée.

13La marque déposée Fernet-Branca décrocha les plus hautes récompenses et médailles lors d’expositions internationales dans le monde.

14Jusqu’en 1918, la distillerie ludovicienne ne produira que pour le marché allemand, le marché français étant assuré par la succursale des frères Branca sise à Nice.

15En 1918, la distillerie niçoise fut fermée au profit de l’entreprise ludovicienne. Une autre unité de production fut ouverte à Stuttgart pour desservir l’Allemagne.

16Après 1918, l’entité juridique fut modifiée en SARL Fernet Branca, au capital de 150 000 fr.

17Jusqu’en 1939, début des hostilités de la 2e Guerre mondiale, la firme produisit en moyenne 300 000 bouteilles par an, et employa quelque 20 personnes.

18En 1939, l’établissement est évacué à Marseille.

19De 1940 à 1944, le bâtiment abrita les bureaux de la Komandatur de l’occupant pour gérer ses usines d’armement.

20En 1944, lors des journées de la Libération, les caves servirent de prison aux FFI.

21En 1946, le dernier directeur, Roger Meyer, administra la société jusqu’à son déclin, les actionnaires majoritaires de la famille Branca ne souhaitant plus continuer l’exploitation.

22Le 22 juillet 2000, sonne le glas et la fermeture définitive de la célèbre succursale ludovicienne de Fernet Branca.

23À 20 m de hauteur, au niveau de la toiture du bâtiment, un globe de verre survolé par un aigle d’une envergure de 9 m tenant dans ses serres une bouteille de la célèbre liqueur (emblème de la maison Fernet-Branca), fut scellé sur une assise de béton. La structure métallique du globe a été réalisée à Saint-Louis par les ateliers de serrurerie de M. Ruhlmann, tandis que l’aigle provient du pavillon Fernet-Branca de l’exposition internationale de Milan en 1906.

24Le député-maire Jean Ueberschlag, dans un souci louable de défense du patrimoine local sollicita le directeur régional des Affaires culturelles, pour le classement de la façade principale surmontée de l’aigle surplombant le globe terrestre à l’inventaire des monuments historiques.

25Par arrêté préfectoral no95/155 du 4 juillet 1996, la mise sous protection de la façade surmontée de l’aigle des mers, le pygargue, emblème de la maison Fernet-Branca, fut assuré par l’inscription au registre des bâtiments historiques.

Dessins à la plume de Célestin Meder

Dessins à la plume de Célestin Meder

26En 2004, la municipalité a négocié un contrat de location avec l’actuel propriétaire, le comte Nicollo Branca di Romanico, (descendant de Bernardino?) président du conseil d’administration de la société Fernet‑Branca.

27Le loyer annuel de 1 500 € (les premières années) sera payé par la SEM la Coupole, signataire du contrat de bail. C’est également la SEM La Coupole qui assurera la maîtrise d’œuvre pour les transformations nécessaires à l’implantation d’un musée d’art moderne, selon des plans de l’architecte parisien Jean-Michel Wilmotte.

28Les transformations, pour un montant de un million d’euros (obtenu auprès de la Banque Populaire et assuré pour moitié par une garantie communale), concernent 4 000 m2 dont 1 700 m2 en rez-de-chaussée et 600 m2 en étage et 1 700 m2 en cave où reposent les massives cuves de macération de la liqueur. Cette cave recevra le futur musée de l’entreprise Fernet‑Branca.

Le musée d’art contemporain Fernet-Branca

(abrév. M.F.B.) exposera temporairement les œuvres d’artistes contemporains ainsi que des expositions thématiques aussi variées que la photographie ou l’architecture.

Un musée de la distillerie Fernet-Branca est en cours de réalisation au sous-sol.

L’Association pour le musée d’art contemporain Fernet-Branca

Organisatrice de la gestion culturelle du musée, elle devra, en sous-locataire de la « SEM La Coupole », lui verser sous forme de loyer, le remboursement des annuités de l’emprunt. Cette nouvelle association bénéficiera pour son lancement d’une subvention municipale exceptionnelle de 130 000 €. Son premier président est M. Daniel Reibel.

Le 15 juin 2004, l’exposition de l’artiste coréen Lee Ufan, marqua l’ouverture de ce nouveau temple de l’art contemporain à Saint-Louis, en parallèle avec l’ouverture de Art’Basel, marché mondial de l’art contemporain.

Voici la série des expositions d’artistes contemporains de renommée mondiale :

Voici la série des expositions d’artistes contemporains de renommée mondiale :
Haut de page

Notes

1 La maison Eckel fut une agence d’expertise et de renseignements commerciaux établie à Saint-Louis dont un registre est consultable à la SAP.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La distillerie en 1912
Légende Très rare vue de la distillerie en 1912, avant que les remblais SNCF ne masquent la prestigieuse façade.
Crédits Extrait de « Illustriertes Eisenbahn-Album des Reichslandes »
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Dessins à la plume de Célestin Meder
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Voici la série des expositions d’artistes contemporains de renommée mondiale :
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Mislin, « La maison Fernet-Branca », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 199-207.

Référence électronique

Antoine Mislin, « La maison Fernet-Branca », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 26 août 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1229 ; DOI : 10.4000/alsace.1229

Haut de page

Auteur

Antoine Mislin

Président fondateur de la société d’Histoire de Saint-Louis « Les Amis du Patrimoine »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page