Navigation – Plan du site
L'atelier de l'historien

Ressources alsatiques sur Internet

Anne-Doris Meyer
p. 501-538

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De plus en plus d’archives, mais aussi d’ouvrages imprimés libres de droits sont accessibles en ligne. L’offre est de plus en plus abondante, mais également de plus en plus dispersée : il n’est pas toujours évident de se repérer dans le maquis des bibliothèques numériques et autres plateformes d’édition.

2Cet article a vocation de renseigner le chercheur sur les ressources offertes par Internet dans le domaine des sources manuscrites, imprimées et iconographiques qui intéressent l’histoire de l’Alsace. Il n’est pas exhaustif, tant les ressources sont nombreuses et variées : néanmoins, le développement des bibliothèques numériques, leur institutionnalisation, de même que la légitimité maintenant acquise par bien des plateformes d’édition électronique rend cette offre pérenne : aussi nous a-t-il semblé utile d’en répertorier les fondamentaux.

3Nous avons choisi, dans un premier temps, de référencer l’offre émanant des institutions alsaciennes. Mais il nous a semblé utile d’élargir le propos en énumérant aussi les offres d’autres dépôts publics, tant en France qu’à l’étranger.

4Les sites référencés ici se consacrent soit à la publication numérique de documents anciens ; soit à la publication d’ouvrages et d’articles récents, à destination de la communauté scientifique et de la recherche en sciences humaines et sociales.

Choix et partis pris

5Nous n’avons répertorié que les sites qui proposent une offre gratuite, et qui, à quelques exceptions près, encouragent ce qu’on nomme l’accès libre. Les sites d’accès payant, les sites qui requièrent une consultation à partir d’un poste localisé (en bibliothèque), les bibliothèques universitaires qui demandent un identifiant spécifique (carte d’étudiant) ne sont donc pas mentionnés.

  • 1 Cet article étant par ailleurs construit à partir de mes propres outils de recherche, j’ai logiquem (...)

6Pour chaque site, nous donnons quelques exemples de documents proposés. Les mots-clefs les plus généralement utilisés ont été « Alsace », « Bas-Rhin », « Haut-Rhin » et « Strasbourg ». Les documents répertoriés concernent d’abord l’histoire d’Alsace des XIXe et XXe siècles : toutes matières et domaines confondus, c’est évidemment pour ces périodes que l’offre numérique est la plus large1.

7Dans l’ensemble, nous avons privilégié les initiatives de mutualisation des ressources, qui regroupent des fonds de provenance diverse (dépôts d’archives et bibliothèques). Il ne s’agit donc pas d’un recensement de sites internet institutionnels ou privés, concernant l’histoire de l’Alsace, mais bien d’une tentative de recensement de sources primaires et secondaires.

8Enfin, on trouvera en fin d’article un glossaire répertoriant les termes techniques utilisés.

I Bibliothèques numériques et ressources alsaciennes

  • 2 http://www.normannia.info/
  • 3 http://www.e-corpus.org/
  • 4 http://www.alsatica.eu/

9Nous énumérons ici les ressources numériques (archives, manuscrits, imprimés, iconographie) proposées par des institutions alsaciennes. L’offre est très dispersée : le Grand Est ne bénéficie pas d’une bibliothèque numérique mutualisée. On peut regretter que des initiatives régionales telles que Normannia2 (la bibliothèque numérique normande) ou e-corpus3 (qui collecte des documents concernant l’espace euro-méditerranéen) ne soient pas imitées. Ces sites rassemblent en effet des documents numérisés issus de divers dépôts (archives départementales et municipales, musées, bibliothèques, etc.), tous accessibles à partir d’un même moteur de recherche. Le site Alsatica-portail des savoirs en Alsace4, initié en 2009 par le Conseil régional, permet certes d’effectuer une recherche bibliographique sur l’ensemble des bases de données de ses partenaires contributeurs : il ne s’agit pas pour autant d’une bibliothèque numérique qui aurait vocation de mutualiser les différentes ressources accessibles en ligne et concernant l’Alsace, tous les acteurs n’étant pas présents.

I.1 Bibliothèques

10L’offre numérique des bibliothèques alsaciennes se compose essentiellement de documents iconographiques. On regrette toutefois l’absence d’une politique de numérisation des périodiques et des revues ; comme pour les imprimés (usuels ou ouvrages spécialisés), l’offre alsatique est bien plus abondante sur les sites des grandes bibliothèques numériques généralistes (françaises, allemandes, mais aussi américaines) énumérés en II et III. Nous n’avons pas jugé utile de signaler ici les bibliothèques et médiathèques alsaciennes dont le catalogue est la seule ressource en ligne accessible. De même, nous n’avons pas répertorié les bibliothèques dont la collection, bien que numérisée, n’est accessible que sur place.

Dénomination

URL

Commentaires

Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg

http://www.bnu.fr/​

Onglet « collections » puis « bibliothèque numérique »

- Manuscrits de la mystique rhénane ;

- Journaux de tranchée (1914-1918) : recherche plein texte non disponible ;

- Images d’Alsace (collections iconographiques) ;

- Collections numismatiques ;

- Cartes d’Alsace.

Bibliothèque humaniste de Sélestat

http://www.selestat.fr/​spip_bh/​

Onglet « BH numérique »

Démarré en 2009, le programme de numérisation ne semble cependant pas se poursuivre très activement

- Catalogue des documents numérisés en ligne ;

- Livres imprimés (XVIe siècle) : recherche plein texte non disponible ;

- Manuscrits (XIe-XVe siècle) ;

- Correspondance de Beatus rhenanus.

Bibliothèque alsatique du Crédit Mutuel (Strasbourg)

http://www.bacm.creditmutuel.fr/​Accueil.html

- l’offre numérique concerne uniquement l’iconographie : on trouvera par exemple les copies de l’Hortus Deliciarum (1818).

I.2 Dépôts d’archives

11L’offre numérique s’est bien étoffée en ce qui concerne les archives départementales des Haut et Bas-Rhin, mais elle reste inexistante pour les dépôts municipaux. Nous avons jugé utile de mentionner ici les ressources proposées par les régions voisines : les archives départementales du Territoire de Belfort proposent un grand nombre de documents en accès libre, et l’interface du site est remarquable. Les archives départementales de Moselle ne disposent pour l’instant d’aucune ressource en ligne.

  • 5 http://www.geneinfos.fr/

12NB : le site Généinfos5 propose sur sa page d’accueil une carte interactive des archives départementales françaises dont l’état civil est en ligne. De façon générale, les sites de généalogie recensent de façon très précise les ressources en ligne proposées par les dépôts d’archives départementales ou municipales : voir par exemple le site guide.généalogie.com.

Dénomination

URL

Commentaires

Archives départementales du Bas-Rhin.

http://archives.cg67.fr/​

- Registres paroissiaux catholiques et protestants (XVIe-XVIIIe siècle) ;

- Tables décennales et registres d’état civil (1793 à 1902) ;

- Registres de prise de nom par les Juifs (1808).

Archives départementales du Haut-Rhin.

http://www.archives.cg68.fr/​

- Registres d’état civil (1793-1892) ;

- Armoiries des communes du Haut-Rhin ;

- Plans de finage de l’Intendance (inventaire numérisé) ;

- Victimes des deux guerres mondiales du Haut-Rhin ;

- Liste des maires des communes du Haut-Rhin de la Révolution à nos jours ;

- État des registres paroissiaux du Haut-Rhin (inventaire).

Archives départementales du Territoire de Belfort.

http://www.archives.cg90.fr/​

- La plupart des inventaires sont accessibles en ligne ;

- Plans des villages dressés en 1760-1761 pour l’intendance d’Alsace ;

- Cadastre napoléonien (1806-1837) ;

- Cartes postales (Territoire de Belfort, Vosges, Haut-Rhin, Haute-Saône) ;

- Plans de l’atlas des fortifications (XIXe siècle) ;

- Registres paroissiaux et état civil (fin du XVIe siècle à 1902) ;

- Matricules militaires : classes 1867 à 1936 et fiches des conscrits pour les classes 1867-1895 ;

- Recensements de la population (1836-1936) ;

- Le siège de Belfort (novembre 1870 - février 1871).

I.3 Sites universitaires (sites institutionnels, groupes de recherche et collections universitaires)

13On notera la richesse des ressources en matière de cartographie (Atlas historique d’Alsace, Histcarto, cartes d’Alsace sur le site de la BNUS), d’autant plus abondantes qu’elles se complètent des ressources offertes par les bibliothèques généralistes (voir en II et III).

Dénomination

URL

Commentaires

Service commun de la documentation de l’Université de Strasbourg

http://num-scd-ulp.u-strasbg.fr:8080/​

- Ouvrages strasbourgeois anciens ;

- Reconstitutions numériques de bibliothèques scientifiques ;

- Attention : seuls les ouvrages numérisés avant 2010 sont accessibles à partir de ce site ;

- La recherche plein texte n’est pas possible.

Bibliothèque numérique du service commun de documentation de l’Université de Strasbourg

http://scd.unistra.fr/​

Onglet « Bibliothèque numérique »

Onglet « Thèses et mémoires en ligne » pour la littérature grise

- Ce site prend le relais du précédent. L’interface est bien plus aisée ;

- Les ouvrages anciens numérisés ne sont pas forcément des alsatiques, mais appartiennent au fonds patrimonial de l’Université ;

- Nombreux documents iconographiques ;

- Documents soumis à OCR et recherche plein texte disponible dans certains cas.

Atlas historique d’Alsace.

http://www.cartographie.histoire.uha.fr/​atlas-historique-de-l-alsace

- La Société savante d’Alsace et l’Université de Haute-Alsace assurent conjointement la réalisation de ce site consacré à la cartographie alsacienne ;

- Il ne s’agit pas de documents anciens.

Histcarto

http://histcarto.u-strasbg.fr/​accueil.htm

- Programme financé par la Maison interuniversitaire des sciences de l’homme-Alsace (MISHA) et par l’Agence nationale de la recherche ;

- Base de données consacrée à la cartographie : plans et cartes issus des archives départementales du Bas-Rhin, des archives de la Ville et de la communauté urbaine de Strasbourg, de la BNUS, et de l’institut de physique du globe.

Ethno : collections ethnographiques de l’Université de Strasbourg

Le site est accessible à partir de la page d’accueil de la MISHA : http://www.misha.fr/​accueil.htm

Il est référencé dans l’onglet « sites et bases de données »

- Objets africains des collections Lebaudy-Griaule, Morel et Malzy ;

- La recherche peut s’effectuer par pays, ethnie, famille d’objet ou collections.

Gypsothèque de l’Université de Strasbourg

http://www.misha.fr/​gypsothq/​gypso/​index.html

Également accessible à partir de la page d’accueil de la MISHA (onglet « sites et bases de données »)

- Visite virtuelle de la collection de moulages antiques conservée au Palais universitaire de Strasbourg.

Collections byzantines de l’Université de Strasbourg

http://www.misha.fr/​enfance_christ/​index.html

Également accessible à partir de la page d’accueil de la MISHA (onglet « sites et bases de données »)

- Sélection d’articles et banques d’images des collections byzantines de l’université de Strasbourg.

Service commun de documentation de l’Université de Haute-Alsace.

http://www.scd.uha.fr/​flora/​servlet/​LoginServlet

- Sélection d’ouvrages numérisés par d’autres institutions ;

- La littérature grise de ces dernières années est accessible, par auteur et par thème.

I.4 Musées

14Il ne s’agit pas ici d’un répertoire de sites des différents musées alsaciens : ne sont mentionnées ici que les institutions qui permettent un accès en ligne à tout ou partie de leur collection.

Dénomination

URL

Commentaires

Vidéomuseum

http://www.videomuseum.fr/​

Sélection d’œuvres de plusieurs collections et musées français, dont :

- Le musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg ;

- Le musée Tomi Ungerer.

Agence culturelle d’Alsace

http://www.culture-alsace.org/​

- à partir de l’onglet « art contemporain »

- Collections du Frac Alsace.

I.5 Autres institutions publiques

Théâtre national de Strasbourg (TNS)

http://www.tns.fr/​

- onglet « documentation » puis « mémoires des spectacles »

- Affiches, programmes, photographies et vidéos concernant les pièces montées au TNS depuis 1947.

Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace

http://www.alsace-histoire.org/​

- Bulletin fédéral en ligne (téléchargeable en PDF) ;

- Revue d’Alsace de 1850 à 1914 sur Google books ;

- Index de la Revue d’Alsace (1964-1999 et 2000-2010) disponibles en PDF (onglet « publications »).

I.6 Autres initiatives : une sélection personnelle

Dénomination

URL

Commentaires

Archi-Strasbourg

http://www.archi-strasbourg.org/​

- Site contributif qui se propose de répertorier le bâti strasbourgeois (toutes périodes) ;

- Les informations sont systématiquement vérifiées et les sources citées.

Dernières Nouvelles d’Alsace : la boîte à images

http://www.laboiteaimagesdna.com/​

- Site contributif qui recueille des images (photographies, cartes postales) anciennes de localités alsaciennes.

Cent ans de radio

http://100ansderadio.free.fr/​

- On trouvera notamment dans l’onglet « la radio en région » des documents sur Radio Strasbourg (années 1940).

Journal électronique de la Commune étudiante

http://www.cme-u.fr/​commune68/​

- Ressources concernant l’Internationale situationniste (nombreux documents sur le « coup de Strasbourg ») : contribution des archives municipales de Lyon, de la BDIC de Nanterre, et du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris I).

II Bibliothèques numériques

15Nous répertorions ci-dessous les principales bibliothèques numériques généralistes dans l’ordre suivant : françaises, allemandes, européennes et mondiales.

II.1 Gallica

16Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Les documents proposés (livres et revues, manuscrits, documents iconographiques et dossiers documentaires) sont en accès libre. Le site existe depuis 1997.

Dénomination

Gallica - bibliothèque numérique.

URL

http://gallica.bnf.fr/​

Historique

Voir l’article à ce nom dans Wikipédia.

Moteur de recherche

- Gallica ne dispose pas d’un catalogue exhaustif : ceci est d’autant plus dommageable que le nombre de documents proposés ne cesse d’augmenter ;

- Mais le catalogue en ligne de la Bibliothèque nationale de France (site de la BNF) indique le cas échéant si l’ouvrage est accessible sur Gallica ;

- On privilégiera le titre exact, lorsqu’on le connaît, et/ou le nom de l’auteur. Il est possible de classer les résultats par années de publication, ce qui facilite la recherche ;

- Le nombre très important de documents sélectionnés sur une seule occurrence rend parfois la recherche peu aisée : mais l’option « recherche avancée » permet de bien définir et d’affiner les critères de recherche ;

- Les textes sont pour la plupart soumis à OCR, et permettent une recherche plein texte.

Commentaires

- On trouvera sur le site même de Gallica un blog et une newsletter qui indiquent les numérisations récentes ainsi que les projets à venir ;

- Les documents sont facilement et rapidement téléchargeables ;

- Les documents sont essentiellement en français, mais on y trouve par exemple, les livres de Paul Laband qui sont en allemand sur Internet Archive, et dans leur traduction française sur Gallica ;

- Gallica est particulièrement intéressant pour les périodiques et les revues, dont elle possède des collections complètes : la presse quotidienne et hebdomadaire française y est représentée dans toutes ses tendances politiques et éditoriales : La Croix, L’Intransigeant, Le Figaro, L’Humanité, L’Action française, Le Journal des débats politiques et littéraires, Le Temps, etc. ;

- La numérisation des manuscrits reste encore marginale.

Médias et images fixes

- voir en V.

Exemples d’alsatiques numérisés sur Gallica

Manuscrits

17Mémoire concernant l’establissement d’une Chambre souveraine en Alsace, 1601-1700.

Ouvrages

18REUSS (Rodolphe), l’Alsace au XVIIe siècle, t. 1 et t. 2, Paris 1897-1898.
HANAUER (Charles), Etudes économiques sur l’Alsace ancienne et moderne, Monnaies, Paris 1876-1878. Denrées et salaires, Paris, 1876-1878.
SCHMIDT (Charles), les Seigneurs, les paysans et la propriété rurale en Alsace et au Moyen-Age, Paris, 1897.
BECKER (Henri), Allemagne, Alsace-Lorraine, Annuaire du notariat étranger, avec exposé sommaire de l’organisation notariale et du tarif de chaque pays, Lahure, Paris, 1878.
FARGES-MERICOURT (Philippe Jacques), Description de la ville de Strasbourg : contenant des notices topographiques et historiques sur l’état ancien et actuel de cette ville ; suivie d’un Essai de statistique générale du département du Bas-Rhin ; avec un aperçu des changements, améliorations et embellissements qui ont eu lieu de 1828 à 1840, Levrault, Strasbourg, 1840.
FRETIN (Lucien), Compte-rendu d’un voyage en Alsace-Lorraine fait en août 1901, L. Danel, Lille, 1903.
GRAD (Charles), L’Alsace, le pays et ses habitants, Hachette, Paris, 1906.
HEITZ (Frédéric-Charles), Catalogue des principaux ouvrages et des cartes imprimés sur le département du Bas-Rhin, Berger-Levrault, Strasbourg, 1858.
LAUMOND (Jean Charles Joseph), Statistique du département du Bas‑Rhin, Imprimerie des Sourds-muets, Le Clère, Heinrichs, Treuttel et Würtz, Paris, 1801.
Le Procès du complot autonomiste à Colmar, Comptes rendus des débats, Alsatia, Colmar, 1928.

Périodiques

19Le Bibliographe alsacien, Gazette littéraire, historique et artistique, Strasbourg : pour les années 1865-1869.
Bibliographie alsacienne, Revue critique des publications concernant l’Alsace, Strasbourg : pour les années 1921-1936.
Bulletin de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg : pour les années 1856-1869.
Imprimés de la Délégation d’Alsace-Lorraine, Fischbach, Strasbourg : pour les années 1879-1882.
Rapports et délibérations du Conseil général du Bas-Rhin, Strasbourg : pour les années1834-1869 et 1922-1936.
Revue catholique d’Alsace, Strasbourg : pour les années 1897-1911.
Revue juridique d’Alsace et de Lorraine, Samois-sur-Seine : pour les années 1924-1925.
Le nombre d’ouvrages numérisés s’accroit tous les jours sur Gallica. Il sera donc utile de consulter le site avant toute recherche d’ouvrage.

20N. B. : Les publications des sociétés savantes lorraines bénéficient d’une grande visibilité sur Gallica ; elles sont répertoriées dans un dossier thématique spécifique (onglet « dossier » sur la page d’accueil). On y trouve entre autres : le Bulletin de la Société d’archéologie et d’histoire de la Moselle (1858-1916), les publications de la Société d’archéologie lorraine et du Musée lorrain (1853-1919), les Annales de l’Est (1887-1914) ou encore Le Pays lorrain (1904-1919).

II.2 Persée.fr

21Persée.fr est une bibliothèque en ligne et en libre accès, qui rassemble des revues scientifiques françaises de sciences humaines et sociales. Créé en 2003 par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, le site est mis en œuvre par l’université de Lyon II ainsi que, depuis 2008, par la bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris-Descartes-CNRS.

22Persée.fr numérise des revues anciennes, pour lesquelles il n’existe pas de fichiers informatiques : les documents se présentent à l’écran sous la forme de fac-similés des documents papier.

Dénomination

Persée : portail des revues scientifiques en sciences humaines et sociales.

URL

http://www.persee.fr/​

Historique

Voir l’article à ce nom dans Wikipédia.

Voir également la polémique récente à propos de la suppression des crédits publics dont bénéficiait Persée jusqu’à présent :

http://www.fondamentaux.org/​2011/​03/​09/​persee-fr-en-peril/​

Moteur de recherche

- Voir la liste complète des ouvrages publiés dans l’onglet « revues scientifiques » ;

- Très efficace par mots clefs, le moteur de recherche permet aussi de classer les résultats en fonction de la nature du document recherché (article, compte rendu, résumé, etc.) ;

- Les textes sont soumis à OCR et la recherche plein texte est disponible dans tous les cas ;

- À noter : l’interopérabilité des moteurs de recherche entre persée.fr et revues.org (voir en IV.1).

Commentaires

- L’ergonomie de lecture est favorisée par différents outils (loupe, possibilité de prendre des notes en marge des articles, etc.) ;

- Les articles sont facilement téléchargeables (PDF) et imprimables ;

- Contrairement à Gallica, qui publie également des revues régionales, Persée se concentre essentiellement sur les grandes revues nationales ;

- Persée publie depuis peu des collections de livres : par exemple les publications de l’École française de Rome.

Médias et images fixes.

- voir en V.1.

Exemples d’articles intéressant l’Alsace et publiés dans des revues en accès libre sur Persée.fr

23DEGRON (Robin) et HUSSON (Jean-Pierre), « Les forêts d’Alsace-Lorraine (1871-1918) : les contrastes de l’héritage allemand, reflets de l’annexion », Histoire, économie et société, 1999, volume 18, no3, p. 593-611.
GALLOIS (L.), « Le port de Strasbourg », Annales de géographie, 1919, volume 28, p. 414-424.
MULLER (Claude), « Religion et révolution en Alsace », Annales historiques de la Révolution française, 2004, volume 337, no1, p. 63-83.
RAPP (Francis), « L’Observance et la Réformation en Alsace (1522-1560) », Revue d’histoire de l’Église de France, 1979, volume 65, no174, p. 42-54.
SMITH (Paul), « À la recherche d’une identité nationale en Alsace (1870-1918) », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, 1996, volume 50, no1, p. 23-35.
ZEYL (Robert), « La culture du houblon en Alsace », Annales de Géographie, 1930, volume 39, no222, p. 569-578.

II.3 ZVDD : Zentrales Verzeichnis Digitalisierter Drucke

24Ce portail allemand concerne les livres imprimés en Allemagne du XVe siècle à nos jours, accessibles en ligne et en accès libre : la plupart des bibliothèques numériques allemandes (universitaires, municipales, etc.) en sont partenaires, et l’offre proposée est particulièrement abondante.

Dénomination

ZVDD : Zentrales Verzeichnis Digitalisierter Drucke

URL

http://www.zvdd.de/​startseite/​

Moteur de recherche

- Très fonctionnel, il permet la recherche par mot-clef, mais aussi par siècles.

Commentaires

- L’interface du site ZVDD est très lisible ;

- Le moteur de recherche énumère les documents concernés : chaque occurrence renvoie le lecteur au site source (c’est-à-dire au site de l’université ou de la bibliothèque éditrice de l’ouvrage en ligne) : il y a donc pour la consultation en ligne autant d’interfaces que de partenaires ;

- Les facilités d’impression et de téléchargement diffèrent selon les contributeurs ;

- La recherche plein texte n’est pas toujours possible ;

- Les livres publiés en Alsace-Lorraine entre 1871 et 1918 et qui bénéficient d’une numérisation figurent évidemment dans cette base de données : on y trouvera donc aussi des titres en français.

Médias et images fixes

- voir en V.1.

Exemples d’alsatiques numérisés accessibles par le portail ZVDD

25Elsässische Büchermarken bis Anfang des 18. Jahrhunderts, Heitz et Mündel, Strassburg, 1892.
ENGELHARDT
(Christian Moriz), Herrad von Landsperg, Aebtissin zu Hohenburg oder St. Odilien, im Elsaß, im zwölften Jahrhundert; und ihre Werk: Hortus deliciarum: ein Beytrag zur Geschichte der Wissenschaften, Literatur, Kunst, Kleidung, Waffen und Sitten des Mittelalters, Stuttgart-Tübingen, 1818.
ENGELHARDT (Heinrich) und STROBEL (Adam),
Vaterländische Geschichte des Elsasses, Schmidt, Strassburg, 1851.
PICTORIUS (Georg),
Von zernichten Aertzten, Knoblauch, Strassburg, 1557.
Das Reichs-Postgebiet : topographisch-statistisches Handbuch für die Reichs-Post- und Telegraphen-Anstalten Deutschlands, Decker, Berlin, 1878.
SCHNEEGANS (Louis), Die Geissler namentlich die große Geisselfahrt nach Strassburg im Jahre 1349, Fritzsche, Leipzig, 1840.
WINTER (Johann), Kurtzer Auszug des Büchlins vonn der Pestilenz für den gemeinen Mann zu Strassburg und anderßwo, Rihel, Strassburg, 1564.

II.4 Verhandlungen des Deutschen Reichstags

26Les comptes-rendus des débats parlementaires allemands (1867-1942) sont en ligne et en accès libre : la richesse de ce fonds et la précision du moteur de recherche en font un outil de travail de tout premier plan, dont bien des pays pourraient s’inspirer. Les registres se présentent sous la forme de fac-similés scannés.

Dénomination

Verhandlungen des deutschen Reichstags.

URL

http://www.reichstagsprotokolle.de/​index.html

Moteur de recherche

- Très efficace, il possède des entrées multiples ;

- L’occurrence « Wetterlé » donne ainsi accès à toutes les prises de parole du député ;

- On peut également chercher par parti : l’occurrence « Elsass-Lothringen Zentrumspartei » énumère par exemple les prises de parole de tous les députés affiliés à ce parti ;

- Une recherche par période électorale, confession, métier, ou simplement par année, est également possible.

Commentaires

- On consultera également avec profit les notices biographiques publiées dans les almanachs parlementaires et également recensées par la base de données ;

- La complexité des informations et la multiplicité des sources traitées requièrent de l’utilisateur un apprentissage évident, mais la rubrique d’aide à la recherche est efficace.

Médias et images fixes

- voir en V.1.

II.5 Européana

27Européana est une bibliothèque numérique créée en 2008 par la Commission européenne, qui recense des ouvrages imprimés, mais également des manuscrits, de l’image, du son et de la vidéo. Il s’agit d’une mise en commun des ressources numériques des vingt-sept États membres : Européana n’entreprend pas la numérisation de documents, mais regroupe les informations dispersées sur plusieurs sites. Les résultats référencés par Européana renvoient toujours au site source : c’est par exemple Gallica qui en est le partenaire français le plus important. Parmi les institutions contributrices, on trouve entre autres : la Deutsche Fotothek, la Bayerische Staatsbibliothek, le Stadtgeschichtliches Museum Leipzig, le Landesarchiv Baden-Württemberg, ainsi que toutes les bibliothèques nationales des pays membres. La liste des contributeurs d’Européana est intéressante, puisqu’elle recense les institutions européennes (bibliothèques, universités, musées, etc.) les plus avancées en matière de publication numérique.

Dénomination

Européana.

URL

http://www.europeana.eu/​portal/​

Historique

Voir l’article à ce nom dans Wikipédia.

Moteur de recherche

- Très fonctionnel, il permet une recherche sur l’ensemble des institutions partenaires ou sur seulement certaines d’entre elles.

Commentaires

- Le moteur de recherche énumère les documents concernés : chaque occurrence renvoie le lecteur au site source (c’est-à-dire au site de l’université ou de la bibliothèque éditrice de l’ouvrage en ligne) : il y a donc pour la consultation en ligne autant d’interfaces que de partenaires ;

- Les facilités d’impression et de téléchargement diffèrent selon les contributeurs ;

- La recherche plein texte n’est pas toujours possible ;

- Européana ne recense pas les livres publiés sur Internet Archive ou sur Google Livres ;

- Mais le nombre des contributeurs et l’assise institutionnelle du site en font un outil majeur pour la recherche ;

- La contribution importante des institutions allemandes rend le site très précieux pour la recherche alsatique.

Médias et images fixes.

- voir en V.1.

Exemples d’alsatiques référencés sur Europeana, issus d’une autre source que Gallica

28BLESSIG (Johann Lorenz), Rede auf Befehl der Obrigkeit von Strasburg bey der feyerlichen Beerdigung des Marschalls v. Sachsen in der Kirche zu St. Thomä den 20. Augustmonat 1777, Strasbourg, 1777.
Panorama des Rheins von Strassburg bis Düsseldorf, Müller, Coblence, 1814.
Procès-Verbal dressé sur la prestation de serment et la prise de possession de Mr. François-Antoine Brendel, Évêque constitutionnellement élu et consacré du Département du Bas-Rhin : Imprimé en conséquence d’une Délibération du Conseil-général de la Commune de Strasbourg, du 25 Mars 1791, Strasbourg, 1791.
Recueil de pièces authentiques servant à l’histoire de la Révolution à Strasbourg, ou les actes des représentans du peuple en mission dans le Département du Bas-Rhin sous le règne de la tyrannie, des Comités et Commissions révolutionnaires, de la Propagande et de la Société des Jacobins à Strasbourg, Strasbourg, 1795.

II.6 Internet Archive

29L’Internet Archive (IA) est une bibliothèque numérique qui rassemble des imprimés, des images fixes, des films, des enregistrements audio. Membre de l’American Library Association, l’IA est officiellement reconnue par l’État de Californie comme une bibliothèque. De très nombreuses institutions anglo-saxonnes y contribuent, parmi lesquelles l’université de Stanford, la Bibliothèque nationale australienne ou les archives d’État de Caroline du Nord.

Dénomination

Internet Archive : Digital Library of Free Books, Movies, Music.

URL

http://www.archive.org/​

Historique

Voir à ce nom dans Wikipédia.

Moteur de recherche

- IA ne dispose malheureusement pas d’un catalogue répertoriant l’ensemble des ressources proposées ;

- Les documents répertoriés incluent le catalogue de Google Livres ;

- Entrer une seule occurrence : par exemple « Revue d’Alsace 1909 » ne donne aucun résultat, mais « Revue d’Alsace » produit la liste complète des exemplaires de la revue numérisés, dont celui de 1909 ;

- Utiliser « AND » et non « ET » dans le cas d’une recherche avancée (voir glossaire à « opérateur booléen ») ;

- De même, on pensera à traduire les termes de la recherche, « Strasbourg » et « Strassburg » donnant des résultats distincts.

Commentaires

- Textes soumis à OCR et recherche plein texte disponible dans la plupart des cas ;

- Les contributeurs du site étant essentiellement des universités anglo-saxonnes, IA propose de ce fait de nombreux ouvrages intéressant l’Alsace dans leur traduction anglaise, ce qui peut avoir un intérêt historiographique évident ;

- IA est plus intéressant pour les ouvrages que pour les périodiques : les universités américaines, par exemple, ne possèdent en général pas de collection complète d’un périodique français ;

- Mais IA est actuellement la seule bibliothèque numérique à rendre accessible des numéros anciens de la Revue d’Alsace et de plusieurs autres périodiques alsatiques : les exemplaires numérisés de la Revue d’Alsace appartiennent à différentes collections universitaires et c’est la multiplicité des contributeurs qui permet la création d’une série ;

- Les documents ne sont pas tous téléchargeables, mais facilement imprimables ;

- L’ergonomie est bonne et une loupe permet d’optimiser la lecture à l’écran.

Médias et images fixes

- voir en V.1.

Exemples d’alsatiques numérisés sur Internet Archive

Ouvrages

30Architekten-und Ingenieur-Verein für Elsass-Lothringen, Strassburg und seine Bauten, Karl Trübner, Strasbourg, 1894.
AUFSCHLAGER (Johann-Friedrich), Das Elsass: Neue historisch-topographische Beschreibung der beiden Rhein Departemente, Johann Heinrich Heitz, Strasbourg, 1825.
BAQUOL (Jacques), L’Alsace ancienne et moderne, ou Dictionnaire topographique, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin, chez l’auteur, Strasbourg, 1851.
BRENTANO (Lujo), Elsässer Erinnerungen, Erich Reiss, Berlin, 1917.
KRAUS (Franz-Xaver),
Kunst und Alterthum in Elsass-Lothringen, C.F. Schmidts Universitäts-Buchhandlung, Strasbourg, 1884.
MOSSMANN (Xavier), Cartulaire de Mulhouse, t. I-VI, Heitz et Barth, Strasbourg et Colmar, 1883-1886.
MULLER (Paul), La Révolution de 1848 en Alsace, avec une biographie des parlementaires alsaciens de 1789 à 1871, Fischbacher et Bader, Paris et Mulhouse, 1912.
STOSKOPF (Gustave), D’r Hoflieferant: elsässische Komödie in 3 Aufzügen, Schlesier et Schweikhardt, Strasbourg, 1906.

Périodiques

31Beiträge zur Forststatistik von Elsass-Lothringen, Strasbourg, pour les années : 1898-1900, 1901-1902 et 1907-1908.
Bulletin pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg : pour les années 1852, 1858, 1860, 1864, 1869, 1872, 1879, 1889, 1897, 1902, 1906, 1908.
La Revue alsacienne illustrée, Strasbourg : pour les années 1904, 1905, 1906.
La Revue d’Alsace, Colmar : pour les années 1860, 1867, 1871, 1873, 1875, 1877, 1882, 1890, 1891, 1901, 1903, 1909, 1914.

II.7 Google Livres

32Google Livres (Google Books) est une bibliothèque virtuelle, qui rassemble des documents provenant de contributeurs divers : des universités américaines, mais aussi des bibliothèques françaises (la bibliothèque municipale de Lyon par exemple) et bien d’autres institutions européennes y participent. Contrairement à Gallica ou Internet Archive, Google Livres propose aussi des ouvrages récents, mais ceux-ci, compte tenu des droits d’auteurs, ne sont souvent que partiellement accessibles.

Dénomination

Google Livres ou Google Books

URL

Sélectionner « Livres » dans l’onglet « Plus » de la page d’accueil de Google.

Historique

Voir l’article à ce nom dans Wikipédia.

Moteur de recherche

- Important : sélectionner l’option « aperçu ou livre entier » : Google Livres répertorie également des livres non numérisés et simplement possédés par des institutions partenaires ;

- Entrer le plus de renseignements possibles (titre, auteur, éditeur) ;

- Les opérateurs booléens fonctionnent en français comme en anglais ;

- Pour plus d’efficacité, on privilégiera l’option « recherche avancée » qui permet notamment d’affiner la sélection par dates de publication.

Commentaires

- Documents soumis à OCR et recherche plein texte disponible dans la plupart des cas ;

- Aucun catalogue ne recense la totalité des documents proposés ;

- L’ergonomie de lecture est très variable ;

- Le téléchargement n’est pas toujours possible, en revanche l’impression est aisée ;

- Les livres récents, encore soumis aux droits d’auteurs, ne sont publiés que partiellement et sont donc d’un maniement peu aisé. D’autre part, leur publication n’est pas pérenne (en revanche, celle-ci l’est pour les ouvrages libres de droits) ;

- Le fonds de Google Livres s’augmente constamment et rapidement, aussi faut-il renouveler souvent la recherche.

Médias et images fixes

- voir en V.1.

Exemples d’alsatiques numérisés sur Google Livres

Ouvrages

33DUPLESSY (Joseph), Le Guide indispensable des voyageurs sur les chemins de fer de l’Alsace, Levrault, Strasbourg, 1842.
HEITZ (Frédéric Charles), Les Sociétés politiques de Strasbourg pendant les années 1790 à 1795, Extraits de leurs procès-verbaux, Heitz, Strasbourg, 1863.
MORVILLE DE ROUVROIS (T.), Voyage pittoresque en Alsace par le chemin de fer de Strasbourg à Bâle, J. P. Risler, Mulhouse, 1844.
PITON (Frédéric), La Cathédrale de Strasbourg, Piton, Strasbourg, 1861.
Sermons prêchés à Strasbourg par T. Colani, Treuttel et Würtz, Strasbourg, 1857.
SPACH (Louis), Dominique Dietrich, ammeistre de Strasbourg, Berger-Levrault, Paris et Strasbourg, 1857.

Périodiques

34Annuaire du département du Bas-Rhin, Strasbourg : pour les années 1827, 1842 et 1867.

III Bibliothèques numériques de périodiques : Allemagne et Suisse

35Les deux sources majeures pour les périodiques français sont Gallica et Persée. Les périodiques étrangers numérisés sont accessibles via Européana, mais nous donnons ici quelques sites d’institutions allemandes et suisses spécifiquement consacrés à la numérisation des périodiques anciens.

III.1 Le Temps : archives historiques

36Le quotidien genevois Le Temps, la Bibliothèque nationale suisse et les bibliothèques de Genève et de Lausanne ont travaillé conjointement à la publication en accès libre de trois grands journaux suisses : la Gazette de Lausanne (1798-1998), le Journal de Genève (1826-1998) et le Nouveau Quotidien (1991-1998). On peut par exemple y suivre la façon dont la guerre de 1870-1871 a été traitée par la presse suisse de l’époque.

Dénomination

URL

Commentaires

Le Temps :
archives historiques

http://www.nb.admin.ch/​

Le site est accessible à partir de la page d’accueil de la Bibliothèque nationale suisse : onglet « collection », puis « collections numérisées », puis « accessibles par Internet ».

- Recherche par mot clef, mais aussi par numéro ;

- Textes soumis à OCR et recherche plein texte disponible.

III.2 Compact Memory

37Initié par le département de littérature juive-allemande de l’université d’Aix-la-Chapelle, la bibliothèque universitaire Johann Christian Senckenberg de Francfort et la bibliothèque Germania Judaica de Cologne, ce site propose en consultation libre une centaine de périodiques juifs allemands parus entre 1806 et 1938. Particulièrement intéressant pour tout ce qui concerne l’immigration juive vieille-allemande en Alsace-Lorraine entre 1871 et 1918, les rubriques nécrologiques de ces journaux sont également un outil de recherche biographique de premier ordre.

Dénomination

URL

Commentaires

Compact Memory: Internetarchiv jüdischer Periodika

http://www.compactmemory.de/​

- Textes soumis à OCR et recherche plein texte disponible ;

- Chaque périodique bénéficie d’une présentation historique.

III.3 Zentral und Landesbibliothek Berlin

38Cette bibliothèque propose en consultation libre plusieurs périodiques d’architecture (Berliner Architekturwelt, 1899-1919, Zeitschrift für Bauwesen, 1851-1931, Zentralblatt der Bauverwaltung, 1881-1931, etc.) Ces sources sont particulièrement intéressantes pour l’étude de la Neustadt strasbourgeoise et de sa réception en Allemagne.

Dénomination

URL

Commentaires

Zentral und Landesbibliothek Berlin

http://www.zlb.de/​

Onglet « Bücher und Medien », puis « Digitalisierung ».

- La recherche se fait sur la totalité des périodiques ;

- L’ergonomie du site laisse toutefois à désirer et l’interface est plutôt compliquée ;

- Pas de moteur de recherche commun sur tous les périodiques, mais la recherche plein texte est disponible pour chaque numéro.

III.4 Digizeitschriften

39Il s’agit d’une plateforme d’édition électronique allemande, qui rassemble un grand nombre de périodiques scientifiques et de sciences humaines et sociales. Tous ne sont pas en accès libre (notamment les numéros récents de certaines revues) ; mais le site propose beaucoup de périodiques du XIXe siècle, très intéressants pour les chercheurs qui travaillent sur la période 1871-1918, et il est tout particulièrement riche en périodiques artistiques (Die Graphischen Künste, Pan, Jugend, Zeitschrift des Badischen Kunstgewerbevereins zu Karlsruhe, etc.)

Dénomination

URL

Commentaires

Digitzeitschriften: das deutsche digital Zeitschriftenarchiv

http://www.digizeitschriften.de/​en/​journals/​

- Une icône (cadenas ouvert ou fermé) indique si le périodique est en libre accès ;

- L’onglet « open access » répertorie les périodiques en accès libre ;

- Moteur de recherche commun et recherche plein texte disponible.

III.5 Zeitschriften der Aufklärung

40L’université de Bielefeld a numérisé plus de 160 périodiques allemands, datant essentiellement des Lumières, mais certains également du XIXe siècle.

Dénomination

URL

Commentaires

Zeitschriften der Aufklärung

http://www.ub.uni-bielefeld.de/​diglib/​aufklaerung/​

- L’interface du site est particulièrement efficace ;

- Recherche par mot clef, titre ou auteur.

IV Livres et articles récents en libre accès

41NB : ne sont répertoriées ici que les sites qui proposent tout ou partie des textes ou documents en libre accès.

IV.1 Revues.org ; portail de revues en sciences humaines et sociales

42Revues.org est une plateforme d’édition électronique gérée par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), laboratoire associant le CNRS, l’EHESS, l’université de Provence et l’université d’Avignon. Ce portail diffuse plus de 200 revues et depuis peu, publie également des monographies, livres et actes de colloques. Revues.org accueille uniquement des publications à vocation scientifique. Le portail écarte volontairement les périodiques culturels, de vulgarisation, de création ou d’expression politique. Le corpus ainsi créé bénéficie d’une cohérence et d’une homogénéité indéniable, qui garantit sa légitimité au sein de la communauté des chercheurs.

43N. B. La Revue d’Alsace sera en ligne sur revues.org à la rentrée 2011 : les années 2006 à 2008 seront en libre accès, une barrière mobile règlementera l’accessibilité aux trois dernières années.

Dénomination

Revues.org, portail de revues en sciences humaines et sociales.

URL

http://www.revues.org/​

Historique

L’onglet « qui sommes-nous », sur la page d’accueil du site, renseigne le lecteur sur les objectifs, les engagements et les choix éditoriaux de revues.org.

Moteur de recherche

- Un catalogue recense la totalité des revues publiées ;

- L’option « recherche avancée » est particulièrement efficace, qui permet de croiser les critères de sélection ;

- À noter : l’interopérabilité des moteurs de recherche entre Persee.fr et Revues.org.

Commentaires

- La recherche plein texte est disponible sur tous les documents ;

- L’impression et le téléchargement sont aisés ;

- Beaucoup de ces revues sont « nativement électroniques » et n’existent pas sur papier ;

- Même lorsque la revue papier cohabite avec la revue numérique, celle-ci n’est pas publiée sur revues.org sous la forme d’un fac-similé, mais bénéficie d’une mise en page spécifique à l’Internet (absence de numéros de page, par exemple). Voir à ce sujet, à la fin de cet article, « Comment citer une référence numérique » ;

- L’abondance de revues liées à des groupes de recherche universitaires fait de revues.org un excellent « état des lieux » de la recherche en sciences humaines et sociales en France ;

- Revues.org publie également des revues en espagnol ou en anglais ;

- Comme sur Persée, on y trouvera également des livres récents, notamment des actes de colloque.

Sélections d’articles publiés dans des revues en accès libre sur Revues.org

44BUXEDA (Cécile), « Évolution et diffusion spatiale du travail frontalier en Alsace (1968-1999) », Cybergeo: European Journal of Geography, 2003, article 245.
CARITEY (Benoît), « Catholicisme, patriotisme et sport en Alsace (1898-1939) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2002, no88.
CHATELET (Madeleine), « Un deuxième four à chaux mérovingien découvert en Alsace : le four de Sessenheim “Hecklen” (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est, 2005, t. 54.
GRODWOHL (Marc), « L’écomusée de Haute-Alsace », Terrain, 2007, no9.
HUCK (Dominique), « L’enseignement de l’allemand à l’école élémentaire en Alsace. Questions de méthode : les manuels en usage entre 1952 et 1990 », Histoire de l’éducation, 2005, no106.
JORDY (Catherine), « Aime-t-on la peinture en Alsace ? », Le Portique, Revue de philosophie et de sciences humaines, 2002, no10.

IV.2 Érudit.org

45Érudit est une plateforme d’édition électronique fondée en 1998 à initiative des Presses de l’université de Montréal. Aujourd’hui, c’est un consortium universitaire qui regroupe l’université de Montréal, l’université Laval et l’université du Québec à Montréal, et qui bénéficie du soutien financier de plusieurs fonds publics. Érudit publie des revues universitaires, de la littérature grise, des actes de colloques et des ouvrages de recherches : les ressources rassemblées sont récentes, mais de nombreuses revues ont fait l’objet d’une numérisation rétrospective. L’espace « Documents et données » offre aussi aux groupes et centres de recherche la possibilité de publier des données brutes (pré-publications, rapports, notes de recherche, etc.).

Dénomination

Érudit : portail canadien de revues, de dépôt d’articles et d’ouvrages électroniques.

URL

http://www.erudit.org/​

Moteur de recherche

- Recherche par mots clefs.

Commentaires

- Recherche plein texte disponible ;

- À noter : au Canada, une œuvre tombe dans le domaine public 50 ans après la mort de l’auteur, et non 70 ans, comme en Europe : c’est la raison pour laquelle on trouvera par exemple sur les sites canadiens les ouvrages de Marc Bloch.

Sélections d’articles publiés sur Érudit.org

46BEAUDOIN (Réjean), « Québec-Alsace », Liberté, 1977, volume 19, no2, p. 53-57.
CHAMPAGNE (Éric), Raymond Poincaré et la question d’Alsace-Lorraine dans la grande guerre (1914-1919), maîtrise d’histoire, université Laval, Québec, 2008.
CONRAD (Glenn R.), « L’immigration alsacienne en Louisiane, 1753-1759 », Revue d’histoire de l’Amérique française, volume 28, no4, 1975, p. 565-577.
KHETTRY (Françoise), « Attitudes linguistiques de jeunes Alsaciens », Revue québécoise de linguistique, volume 12, no2, 1983, p. 103-136.

IV.3 Hyperarticle en ligne-Sciences de l’homme et de la société : HAL-SHS

47HAL-SHS est une archive ouverte, placée sous l’égide du Service d’ingénierie documentaire de l’Institut de sciences de l’Homme de Lyon.

Dénomination

Hyperarticle en ligne - Sciences de l’homme et de la société : HAL-SHS

URL

http://halshs.archives-ouvertes.fr/​

Historique

Sur les archives ouvertes, voir la page https://www.sup.adc.education.fr/​bib/​Acti/​ao/​ao.htm

Moteur de recherche

- Très efficace, il permet une recherche sur plusieurs critères qui affine bien les résultats ;

- La liste complète des publications (par discipline) est disponible (onglet « parcourir »).

Commentaires

- HAL-SHS accepte uniquement les publications soumises à comité de lecture, ainsi que les thèses (en revanche les masters sont exclus) ;

- On y trouve également des communications de colloques et de journées d’étude, qui n’existent dans aucune version papier ;

- Le site est contributif, alimenté par les chercheurs eux-mêmes, qui déposent ainsi leurs articles dans le libre. Le geste est donc volontaire de la part des auteurs : mais cette pratique, très développée dans le monde anglo-saxon (particulièrement en sciences exactes), reste peu fréquente en France : aussi HAL-SHA est-il encore peu fourni ; l’individualisation du geste contributif implique également une grande hétérogénéité du fonds ;

- Les documents sont facilement téléchargeables (PDF) et imprimables ;

- Les travaux proposés par HAL-SHS datent tous des années 2000.

Exemples d’articles accessibles sur HAL-SHS

48FLUCK (Pierre), « Saint-Louis-Eisenthür (Sainte-Marie-aux-Mines, France de l’Est) : sans doute la plus belle mine d’argent de la Renaissance. Bientôt vingt ans d’ouverture au public », 2006.
PROUIN (Yannick), « La nécropole d’Ensisheim/Reguisheimerfeld (Haut-Rhin) : illustration des pratiques funéraires au Bronze final en Alsace », Thèse soutenue à l’université de Bourgogne en 2007.
SCHWIEN (Jean-Jacques), « Strasbourg, 10 ans d’archéologie urbaine : la place de l’Homme de Fer », 2006.
STOSKOPF (Nicolas), « André Koechlin & Cie, SACM, Wärtsilä, histoire de la Fonderie (D’Giesserei) à Mulhouse (1826-2007) », 2007.

V Iconographie : images fixes et médias

49Sont énumérés ici des sites proposant des ressources iconographiques et des médias : ils sont répertoriés dans l’ordre suivant : bibliothèques numériques généralistes (citées en II), institutions françaises nationales, autres initiatives françaises, sites allemands, sites internationaux.

50N. B. Les documents imprimés publiés en accès libre appartiennent au domaine public, soit que les auteurs le décident (dans les cas des archives ouvertes par exemple), soit que le copyright ait expiré. En France, une œuvre de l’esprit tombe automatiquement dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur (mais 50 ans seulement au Canada ou aux États‑Unis). Il en va autrement des images, pour lesquelles il faut tenir compte de l’auteur du cliché, de même que de la propriété du document. Nous répertorions ici plusieurs sites qui tous proposent une libre consultation des documents, mais quelques-uns seulement en permettent la libre reproduction. Lorsque l’image ou le média sont protégés, ce qui est le cas le plus fréquent, la mention légale indique clairement les droits de l’utilisateur. De plus en plus fréquemment, Internet utilise le système dit des « licences ».

V.1 À propos des bibliothèques numériques généralistes

51Les bibliothèques numériques généralistes répertoriées en II proposent pour la plupart des images fixes et des médias, accessibles à partir d’un moteur de recherche commun aux imprimés : nous les énumérons ici à nouveau selon le même ordre de classement (France, Allemagne, Europe, international). Il arrive par exemple que certains articles publiés sur Persée.fr le soient sans les illustrations, l’accord de l’auteur n’ayant pas été donné. Il en va de même des ouvrages récents publiés sur Google Livres.

Sites

Images fixes

Vidéos

Cartes et plans

Gallica

- Fonds photographique et iconographique de la BNF.

Non

- Fonds cartographique de la BNF.

Persée

- Pour les imprimés libres de droits : images fixes illustrant les articles publiés.

Non

- Pour les imprimés libres de droits : images fixes illustrant les articles publiés.

Zentrales Verzeichnis Digitalisierter Drucke

- Pour les imprimés libres de droits : images fixes illustrant les articles publiés.

Non

- Pour les imprimés libres de droits : images fixes illustrant les articles publiés.

Verhandlungen des Deutschen Reichstags

- Portraits des parlementaires publiés dans les almanachs.

Non

Non

Européana

- Fonds photographique et iconographique des institutions partenaires (nombreux musées).

- Fonds vidéo des institutions partenaires.

- Fonds cartographique des institutions partenaires.

Internet Archive

- Pour les imprimés libres de droits : images fixes illustrant les articles publiés.

- Nombreux films d’archives (actualités cinématographiques de la Seconde Guerre mondiale, américaines, anglaises ou allemandes).

- Pour les imprimés libres de droits : images fixes illustrant les articles publiés.

Google Livres

- Pour les imprimés libres de droits et pour les documents possédés par des institutions partenaires : images fixes illustrant les articles publiés.

Non

- Pour les imprimés libres de droits et pour les documents possédés par des institutions partenaires : images fixes illustrant les articles publiés.

V.2 Bases de données du ministère de la Culture

52Les archives iconographiques proposées par le ministère de la Culture sont très riches, mais les bases de données et les banques d’images qui les recensent sont d’un maniement peu aisé, d’autant plus que l’ergonomie de lecture du site laisse à désirer. Trois bases de données sont à signaler ici, qui ne sont que partiellement numérisées : la base Mérimée recense le patrimoine monumental français et contient notamment les notices et les fiches signalétiques issues des enquêtes de terrain réalisées par les services régionaux de l’Inventaire. La base Mémoire contient des images fixes provenant de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine et des services régionaux de l’Inventaire. Enfin, la base Palissy recense le patrimoine mobilier français.

URL

http://www.culture.gouv.fr/​culture/​inventai/​patrimoine/​

Moteur de recherche

- Un site générique regroupe l’ensemble des bases de données gérées par les services du ministère de la Culture ;

- L’offre est très abondante, néanmoins il faut noter qu’il n’est pas aisé de se repérer dans les différentes bases de données qui souvent se recoupent : le maniement de l’interface est plutôt compliqué ;

- La base Mérimée est accessible par l’onglet « architecture » ;

- La base Palissy est accessible par l’onglet « mobilier » ;

- La base Mémoire est accessible par l’onglet « images » ;

- Recherche simple par nom de photographe, type d’édifices ou d’objets, et dans certains cas, localité géographique. Seule la recherche experte permet l’utilisation d’un mot clef ;

- Il faut activer la case « en ligne » pour chercher un document numérisé.

Quelques exemples pour la base Mérimée

53Inventaire du patrimoine scientifique et technique de l’université de Strasbourg (description, photographies, plans anciens, etc.)
Inventaire du patrimoine monumental des cantons de Brumath, Bischwiller, Sarre-Union, Niederbronn, Ferrette et Wintzenheim.

Quelques exemples pour la base Palissy

54Objets scientifiques inventoriés dans le cadre de la mission d’inventaire du patrimoine scientifique et technique de l’université de Strasbourg (photographies, description, etc.)

Quelques exemples pour la base Mémoire

55Les verrières de l’église paroissiale de Thann (notice d’œuvre, photographies, descriptions).
Nombreuses photographies anciennes de Strasbourg.

V.3 ARCHIM : bases de données des Archives nationales

56Les Archives nationales proposent plusieurs fonds numérisés : ARCHIM est la base consacrée aux collections iconographiques.

URL

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/​chan/​index.html

Moteur de recherche

- L’onglet « documents en ligne » permet d’accéder à la liste des fonds numérisés : la base ARCHIM figure dans cette liste ;

- ARCHIM regroupe différentes bases de données et banques d’images qui sont heureusement interrogeables de façon commune ;

- À noter : certains documents d’archives concernant l’Alsace sont également présents dans cette base.

Quelques exemples

57Mémoire historique de la campagne militaire de 1792 par les armées de la Sarre, de Sarre et Rhin et du Centre, commandées par le général en chef Kellermann, manuscrit, 1792.
Plans des édifices publics soumis à l’avis du Conseil des bâtiments civils (an IV-1863) : nombreux plans d’édifices alsaciens.
Affiche de la Croix rouge allemande imprimée à Strasbourg en 1942 et sollicitant des fonds en faveur des soldats blessés.
Affiche concernant les expulsés de Moselle, du Haut et du Bas-Rhin, datée 1940.

V.4 Institut national d’audiovisuel (INA)

58L’institut national d’audiovisuel conserve plus de trois millions d’heures de radio et de télévision dont beaucoup sont accessibles en ligne. Il s’agit de la première banque d’images numérisées en Europe.

Dénomination

INA

URL

http://www.ina.fr/​

Historique

Voir l’article à ce nom dans Wikipédia.

Moteur de recherche

- Il est préférable d’entrer un terme que l’on suppose être dans le titre du média : « Alsace » référence par exemple les visites présidentielles en Alsace, mais les actualités françaises concernant spécifiquement Colmar ou Strasbourg ne seront pas dans la liste ;

- Les médias récents sont visibles partiellement : possibilité de les louer ou de les acheter ;

- Les médias libres de droits sont intégralement visibles et téléchargeables gratuitement ;

- Les collections de l’INA sont également référencées par Européana (voir en II.5).

Quelques exemples

59Reportages des actualités françaises (1940-1969) : nombreux documents concernant la Seconde Guerre mondiale et l’Alsace.
Films muets de 1923 consacrés à la sylviculture en Alsace.

V.5 Médiathèque de la Défense (ECPAD)

60Ce fonds existe depuis 1915 et rassemble les archives iconographiques et audiovisuelles de guerre : le site permet ainsi de visionner des actualités cinématographiques françaises, les films produits par l’Armée française depuis 1915, ainsi qu’un grand nombre de photographies.

URL

http://www.ecpad.fr/​

Moteur de recherche

- L’onglet « médiathèque » permet de sélectionner plus précisément une période ou un fonds spécifique ;

- Chaque média bénéficie d’une analyse et d’une description très complète.

Quelques exemples

61Dans la série « Les annales de la guerre » (n° 63) : « Mai 1918. Dans un village d’Alsace », film muet daté 1918.
Nombreuses photographies concernant l’avancée de la 2edivision blindée en Alsace ou encore les combats de la poche de Colmar.
Photographies du camp du Struthof.
« Frontière de la liberté », film tourné en 1945 en Alsace par le service cinématographique des armées.

V.6 Bibliothèque du musée des Arts décoratifs de Paris

62La bibliothèque du musée des Arts décoratifs de Paris a numérisé deux importants fonds photographiques : les fonds Henri le Secq et le fonds Atget.

URL

http://www.lesartsdecoratifs.fr/​francais/​bibliotheque/​

Moteur de recherche

- Sur la page d’accueil, cliquer sur « photographies numérisées » puis « consultation du catalogue » ; cocher « photographies » dans le moteur de recherche ;

- Ce dernier ne référence pas uniquement les documents numérisés, mais la totalité des documents possédés par la bibliothèque qui répondent aux critères de recherche ;

- Les onglets d’aide à la recherche sont particulièrement clairs et lisibles.

Quelques exemples

63Photographies de la mission héliographique de 1851 : nombreux documents concernant Strasbourg dans le fonds Henri Le Secq, ce dernier étant chargé de l’est de la France.

V.7 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC)

64La BDIC numérise progressivement son fonds iconographique et photographique dans une base nommée « archives et images ». Il s’agit de documents du XXe siècle (affiches, photographies, etc.)

URL

http://www.bdic.fr/​

Moteur de recherche

- Accès par l’onglet « bibliothèque numérique » ;

- Une recherche sur un mot clef affiche tous les documents du fonds, numérisés ou non. Une icône indique si le document est accessible en ligne ;

- L’icône « diaporama » permet de visualiser les documents en plein écran.

Quelques exemples

65Série de photographies de la Première Guerre mondiale en Alsace (Vieil Armand, etc.)
19 photographies représentant les pages du livre de signature de Guillaume II au château du Haut-Kœnigsbourg.

V.8 Conservatoire régional de l’image

66Ce conservatoire, créé en 1994, est soutenu par le Conseil régional de Lorraine, le Conseil général de Meurthe-et-Moselle, la Communauté urbaine du Grand Nancy et la Ville de Nancy. Cette banque d’images numériques consacrée à la Lorraine recense plus de 23 000 documents. Cette initiative, très bien conçue, complète avantageusement les documents concernant les publications des sociétés savantes lorraines regroupés en un dossier spécial sur Gallica (voir II.1, NB).

URL

http://www.imagesdelorraine.org/​

Moteur de recherche

- Cliquer sur l’onglet « rechercher » pour accéder au moteur de recherche de la base de données.

Quelques exemples

67Photographies de l’usine De Dietrich (Lunéville) en 1900.
Photographies des visites impériales en Lorraine (1871-1918).
Photographies du défilé des Alsaciens à l’exposition internationale de la France de l’Est, Nancy 1909.

V.9 Wochenschau Archiv

68Ce site rassemble les films d’actualité numérisés par les archives fédérales d’Allemagne, ainsi qu’une partie des collections des archives nationales cinématographiques allemandes.

URL

http://www.wochenschau-archiv.de/​

Moteur de recherche

- Il est nécessaire de s’enregistrer pour pouvoir visionner les films, mais non pour effectuer une recherche ;

- À la différence de la plupart des moteurs de recherche allemands, celui-ci n’accepte pas le remplacement du « eszett » par « ss » : une recherche sur « Strassburg » ne donne par exemple aucun résultat.

Quelques exemples

69Archives cinématographiques de la Deutsche Wochenschau (1939-1945).

70NB : les actualités allemandes des années de guerre sont parfois plus simplement accessibles sur YouTube (pour plus d’efficacité, on indiquera la date dans le moteur de recherche ou une indication de lieu).

V.10 Deutsche Wochenschau Filmarchiv (1949-1977)

71Il s’agit des archives cinématographiques de la firme fondée à Hambourg en 1949.

URL

http://www.deutsche-wochenschau.de/​

Moteur de recherche

- Entrer les mots clefs en allemand (y compris pour les lieux) ;

- Il est nécessaire de s’enregistrer pour pouvoir visionner les films, mais non pour effectuer une recherche.

Quelques exemples

72Nombreux documentaires concernant les sessions du parlement européen à Strasbourg (années 50-1977).

V.11 Wikimedia commons

73Wikimedia Commons (aussi nommé Commons) est une médiathèque numérique qui contient des textes, mais surtout des images (photographies, peintures, dessins, partitions) et des vidéos. Contrairement aux banques d’images traditionnelles, les Commons ne publient que des médias libres de droits (médias récents inclus). Les Commons bénéficient de deux contributeurs majeurs : les archives fédérales allemandes d’une part, qui y ont mis en ligne plus de 100 000 photos ayant pour thème l’histoire de l’Allemagne, et la Deutsche Fotothek d’autre part, dont le partenariat avec Wikimedia Allemagne devrait aboutir à la mise en ligne de plus de 250 000 images.

Dénomination

Wikimedia Commons

URL

http://commons.wikimedia.org/​wiki/​Accueil

Historique

Voir l’article à ce nom dans Wikipédia.

Quelques exemples

74Archives cinématographiques de la Deutsche Wochenschau (1939-1945).

Comment citer un article en ligne

  • 6 http://www.bibl.ulaval.ca/doelec/citedoce.html

75De plus en plus souvent, les chercheurs sont amenés à citer en note la référence bibliographique d’un article paru dans une revue numérique : la référence la plus complète, et qui couvre l’ensemble des supports électroniques en donnant des exemples précis, est disponible sur le site de l’université Laval6 (Québec).

  • 7 http://aldebaran.revues.org/

76On consultera également avec profit les différents articles sur ce thème publiés dans la revue Aldébaran, lire et repérer les sciences humaines et sociales sur Internet7, hébergé sur revues.org.

Glossaire

Accès libre (Open Access)

  • 8 http://www.doaj.org/

77L’accès libre est la libre disponibilité en ligne des contenus numériques. Il concerne en premier lieu les œuvres de l’esprit appartenant au domaine public. La définition fondatrice de l’accès libre est issue de la déclaration de Budapest publiée en 2001. Signée par de nombreux instituts de recherche, universités et laboratoires scientifiques du monde entier, cette déclaration énumère les enjeux de la libre diffusion sur Internet, tout en préconisant certaines règles d’usage. C’est cette démarche qui prévaut lorsque des bibliothèques ouvrent gratuitement, via Internet, l’accès à leur fonds numérisé. Un auteur ou un éditeur peuvent également consentir à la libre distribution de leurs travaux : cette démarche est aujourd’hui très répandue dans les milieux scientifiques (voir revues.org en IV.1). Une ressource mise ainsi gratuitement à disposition reste néanmoins protégée par le droit d’auteur, qui en interdit par exemple la modification, ou l’utilisation commerciale sans accords des ayants droit. Il ne faut donc pas confondre la notion d’« accès libre », qui est simplement une mise à disposition gratuite, avec celle de « domaine public ». Les revues disponibles sur Internet en accès libre sont toutes répertoriées sur le site du DOAJ, Directory of Open Access Journals8.

Archive ouverte

  • 9 http://www.opendoar.org/index.html

78Une archive ouverte est un site contributif, où les auteurs choisissent de déposer des textes ou des documents iconographiques, les mettant ainsi à la libre disposition de tous. De même que l’accès libre, l’utilisation de ces textes et documents reste réglementée. La plateforme d’édition obéit à une politique éditoriale clairement définie : il en va différemment de l’archive ouverte, dont la constitution est contributive et individuelle (voir HAL-SHS en IV.3). On trouve la liste des archives ouvertes dans OpenDoar, The Directory of Open Access Repositories9.

Droits d’auteur et Internet

79Publier un texte sur Internet implique un processus de contractualisation identique à celui mis en œuvre pour l’édition papier. Les droits d’auteurs tels qu’ils sont définis dans le droit français s’appliquent également de la même façon aux deux modes de publication. Les droits moraux (droit de divulgation, de paternité, d’intégrité du texte et de retrait de celui-ci) et les droits patrimoniaux (reproduction, représentation et droit de suite) sont inaliénables, qu’il s’agisse d’une édition papier ou d’une édition numérique.

80Les conditions d’utilisation de tous les documents publiés sur Internet (archives, imprimés, images, sons, vidéos) sont mentionnées : à charge pour l’utilisateur de vérifier qu’il les respecte, notamment dans le cas des images.

Formats de lecture et de téléchargement

81Les sites de téléchargement proposent plusieurs formats de téléchargement.

82Le plus ancien est le format JPEG, qui est une simple photo de l’ouvrage original. Aucune recherche sur un mot ne sera possible sur ce format. Le plus simple est de consulter index et tables des matières et de faire défiler l’ouvrage.

83Le format PDF, (Portable document format), créé par Adobe Systems, préserve la mise en forme d’un document (polices, images, etc.), et ce quelles que soient les applications utilisées pour visualiser ou imprimer le fichier. Le PDF s’est imposé comme format standard pour la transmission et l’archivage des documents électroniques. Les versions les plus récentes autorisent la recherche par mots dans l’ouvrage. Certaines versions récentes du logiciel prévoient une reconnaissance de caractères (ROC ou OCR) sur les formats images ou JPEG, mais des progrès évidents restent à faire sur ce point.

84Plus récemment sont apparus des téléchargements proposés en format txt. Il reproduit purement et simplement l’ouvrage converti en un format texte réutilisable en « traitement de texte ». Les pages sont numérotées. Il favorise le copier coller, qui n’est admissible que pour les citations…

85D’autres formats ouverts existent, comme Epub, créé par l’International Digital Publishing Forum (IDPF), plus particulièrement adapté aux liseuses et à certains téléphones portables. Très répandu, Epub ne reproduit pas la mise en pages d’origine du document.

86Enfin le format Flash (également créé par Adobe Systems) permet d’intégrer du texte, des images animées (vidéo, graphiques, etc.) et des fonctions d’animation, par exemple pour « tourner les pages » d’un ouvrage numérisé.

Licences d’exploitation

87Une licence d’exploitation régit les conditions d’utilisation d’une œuvre de l’esprit. Les licences qui régissent la publication sur Internet de textes scientifiques (récents) en accès libre sont, dans la plupart des cas, dites « licence libre ». Elles encouragent la diffusion d’une œuvre de l’esprit tout en en restreignant les conditions d’utilisation (interdiction des modifications, par exemple). Dans tous les cas, la diffusion sous licence de libre diffusion est soumise aux restrictions imposées par la législation en vigueur dans le pays concerné : en France, par exemple, la notion de paternité et le droit moral de l’auteur prévalent sur toute autre clause, ce qui fait qu’aucune licence n’autorise une liberté totale à l’utilisateur.

OCR (Optical character recognition, ou ROC)

88Reconnaissance optique de caractère : la première phase de la numérisation consiste à scanner le document ; on obtient ainsi une « image numérique », même s’il s’agit d’un texte imprimé. Un logiciel d’OCR est ensuite utilisé, qui permet de convertir l’image en texte : ainsi le moteur de recherche reconnaîtra chaque caractère de l’ouvrage et pourra effectuer une recherche par occurrence ou par mot-clef, dite « recherche plein texte » : on pourra ainsi chercher un mot précis à l’intérieur d’un document. On parle alors d’un texte « océrisé ».

Opérateurs booléens

89Ces termes désignent les mots ET, OU, SAUF (AND, OR, NOT et AND NOT) : il s’agit des opérateurs de base d’une recherche sur l’Internet, qui sont communs à tous les moteurs de recherche. Certains de ces moteurs de recherche privilégient les termes anglais, mais la plupart d’entre eux, Google par exemple, acceptent également le français.

Plein texte

90« Recherche en plein texte », appelée aussi « recherche en texte intégral » ou « recherche libre » : technique d’une recherche textuelle dans un document électronique, qui fonctionne grâce à un moteur de recherche qui examine tous les mots de chaque document enregistré.

Plateforme d’édition numérique

91Une plateforme d’édition numérique centralise différentes publications : ce système est très utilisé par la communauté scientifique et offre une bien meilleure possibilité de diffusion qu’une publication isolée. Généralement communautaires, les plateformes d’édition s’organisent par thèmes (sciences humaines ou sciences exactes) ou en fonction de la nature des documents proposés (littérature grise, revues, livres). Un moteur de recherche commun permet alors d’effectuer une recherche sur tous les documents publiés sur une même plateforme. Les plateformes d’édition qui regroupent des textes scientifiques obéissent dans la plupart des cas à des objectifs non commerciaux, promeuvent la mise à disposition d’un texte intégral en libre accès et encouragent la patrimonialisation de l’édition numérique. Elles complètent l’action des bibliothèques numériques institutionnelles, en mettant en ligne des articles et des ouvrages récents, évidemment en accord avec les auteurs concernés.

Haut de page

Notes

1 Cet article étant par ailleurs construit à partir de mes propres outils de recherche, j’ai logiquement choisi d’utiliser des exemples qui me sont familiers et dont je connais l’utilité. On y trouvera donc beaucoup d’usuels, et dans la plupart des cas des documents d’abord utiles à l’historien. Pour la recherche de bibliothèques spécialisées, on se référera aux signets de la Bibliothèque nationale de France, accessible à partir du site de la BNF, recensement très complet et régulièrement mis à jour des sites de bibliothèques numériques mondiales.

2 http://www.normannia.info/

3 http://www.e-corpus.org/

4 http://www.alsatica.eu/

5 http://www.geneinfos.fr/

6 http://www.bibl.ulaval.ca/doelec/citedoce.html

7 http://aldebaran.revues.org/

8 http://www.doaj.org/

9 http://www.opendoar.org/index.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Doris Meyer, « Ressources alsatiques sur Internet », Revue d’Alsace, 137 | 2011, 501-538.

Référence électronique

Anne-Doris Meyer, « Ressources alsatiques sur Internet », Revue d’Alsace [En ligne], 137 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/1303 ; DOI : 10.4000/alsace.1303

Haut de page

Auteur

Anne-Doris Meyer

Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page