Navigation – Plan du site

Les architectes d’arrondissement et la transformation du paysage communal au XIXe siècle

Fabien Baumann
p. 271-290

Résumés

L’embellissement et la transformation du paysage communal en Alsace n’ont débuté qu’au lendemain de la Révolution française et de l’Empire. Dans le cadre de cette vaste politique d’aménagement – qui se poursuit activement pendant plusieurs décennies – l’architecte d’arrondissement occupe le devant de la scène et dispose d’un statut officiel institué par le préfet. Sous l’Ancien Régime déjà, les Inspecteurs des bâtiments publics et communaux – placés sous l’autorité directe de l’intendant – constituaient un précédent comparable en matière de travaux publics, mais qui n’a eu qu’un succès limité en raison du contexte économique difficile des années 1780 et des revendications des institutions provinciales nouvellement créées.

Haut de page

Texte intégral

Sources : Annuaires du Bas-Rhin.

Architectes départementaux et d’arrondissement

Dans le Bas-Rhin

  • 22  BAUMANN (Fabien), « Le service des travaux communaux dans le département du Bas-Rhin entre 1800 et (...)

1Reiner avait été un architecte départemental fort effacé ; Gustave Klotz voit ses attributions s’accroître entre 1839 et 1843, tandis que son successeur Charles Morin assure à la tête d’un service effectif la fonction d’architecte départemental en chef, de 1843 à 187022.

2Les postes d’architectes d’arrondissement sont très prisés, dès leur création en 1827, puisque pas moins de 18 candidats se font connaître en préfecture pour obtenir l’une des places. La durée de la carrière d’un architecte dans son arrondissement est très variable – allant de 30 ans pour Ringeisen à Sélestat, 24 ans pour Furst à Saverne et 20 ans pour Morin à Strasbourg. Pourtant, Léon Fuchs, en poste à Saverne, décède après 4 ans d’activité tandis qu’Euclide Justinien Thiébert préfère démissionner au bout de 7 ans pour retourner à Nancy. Les architectes en place doivent faire preuve d’une forme physique à toute épreuve – et disposer d’un personnel compétent pour une circonscription fort vaste et des services fort divers. Kuhlmann n’y résiste pas : un travail harassant et une santé défaillante entraînent son décès prématuré en 1840. D’autres changent de service : anciens officiers du Génie, Samain en 1841 et Zégowitz en 1843 renoncent aux fonctions d’architecte pour occuper en fin de carrière celles de percepteur.

3Quant au préfet, faisant fi des concours et de leurs résultats, il intervient fréquemment dans le service, nommant, mutant et révoquant des architectes, en particulier en 1840, 1850 et 1863.

  • 23  Il est vrai que Klotz, connu pour être un des chefs du parti démoc-soc bas-rhinois, cumulait le dé (...)

4Le préfet Sers, passionné par les travaux publics, lance la carrière de Klotz comme chef de service en 1839 et fait nommer Albert Haas à Wissembourg en 1840, déplacer Zégowitz en la même année, enfin fait venir Charles Morin à Strasbourg en 1843. L’un de ses successeurs, l’énergique préfet West, révoque définitivement Klotz et Haas en 1850 pour des raisons politiques23. Aucun agent n’est donc à l’abri d’un blâme sévère ou d’une mise à pied puisque le préfet tient régulièrement à faire valoir ses attributions grandissantes. Il existe aussi des transitions en douceur, comme le renoncement de Morin à sa circonscription de Strasbourg en 1863, au profit de Matuszynski, ce qui permet à Timothée Guillaume Roehrich de s’installer à Wissembourg.

Dans le Haut-Rhin

5Le Haut-Rhin se caractérise pourtant par le maintien de postes départementaux d’architecture publique, indépendants des Ponts et Chaussées. En 1801, le préfet nomme Treuttlé comme architecte d’arrondissement de Colmar chargé de superviser les travaux départementaux, ainsi qu’un architecte des bâtiments communaux. En 1814, Treuttlé est remplacé par Janinet, auquel succèdera Griois en 1826, Lejeune en 1842, puis après la révocation de ce dernier, le service est divisé entre architecture des bâtiments civils, confié à Louis Laubser et des monuments historiques confié à Auguste Hartmann.

  • 24  IGERSHEIM (François), op. cit., 2006, p. 104.

6Mais le Haut-Rhin n’a pas adopté le système de l’architecte unique par arrondissement, mais celui de la liste d’architectes agréés, par circonscription de taille variable, auquel doivent nécessairement s’adresser les communes pour leurs travaux. Le règlement sur les travaux communaux de 1831, révisé en 1835, fait connaître ce système et ces listes aux communes24.

  • 25  SCALABRINO (J.), Annuaire des adresses du commerce, de l’industrie, des professions et des adminis (...)
  • 26  BOHLY-MEISTER (Danielle), « Un architecte autodidacte : Jean-Baptiste Schacre (1808-1876) Son œuvr (...)

7En 186025, on relève 17 architectes agréés dans leurs secteurs géographiques : cinq architectes à Colmar, cinq à Belfort, deux à Mulhouse et un seul à Sainte-Marie-aux-Mines, à Ribeauvillé, à Wesserling, à Oberlarg et à Beaucourt. L’architecte Jean-Baptiste Schacre, de Mulhouse, se charge d’un grand nombre de chantiers dans le Sundgau sous le Second Empire26, alors que Joseph Langenstein, natif de Ranspach, concentre à la même époque l’essentiel de son activité dans la vallée de Saint-Amarin. Le système apparaît donc en tout point de vue très libéral puisque les autorités locales ont un choix assez vaste de l’architecte. Ceci explique en grande partie le choix de l’administration allemande d’appliquer une telle organisation des architectes pour la Basse-Alsace (Bezirk Unter-Elsass) dès 1871 et libéraliser un service depuis longtemps sclérosé par le monopole des architectes d’arrondissements.

L’embellissement communal : un enjeu du XIXe siècle

8L’activité de l’architecte d’arrondissement se déploie dans les communes rurales d’Alsace qui lui demandent des projets variés. Attaché aux rôles de concepteur d’édifices et de surveillant des travaux, l’architecte d’arrondissement endosse aussi celui d’urbaniste en projetant des ensembles monumentaux parfois très intéressants et s’inscrivant parfaitement dans le bâti existant.

La reconstruction des bâtiments communaux : une préoccupation constante

9Au cours du XIXe siècle, rares sont les municipalités qui ne projettent pas de réparer leurs édifices anciens, à les agrandir ainsi qu’à les reconstruire, le tout en fonction de leurs moyens financiers et de la tutelle préfectorale qui demeure tatillonne. La modernisation effective des structures bâties appartenant aux communes est liée avant tout à ces deux contraintes. Mais avant de s’occuper uniquement des bâtiments, les architectes voyers du Bas-Rhin devaient aussi à s’occuper de la voirie communale entre 1827 et 1839, dont les travaux étaient nombreux et requéraient une surveillance particulière. Bénéficiant d’abord d’un traitement fixe dans le cadre de cette partie du service (qui s’ajoute à leurs honoraires), les architectes ne perçoivent plus que leurs honoraires de 5 % sur les travaux à partir de 1840 et les frais de déplacement lors des réceptions de mobilier communal (horloges, cloches, orgues, pompes à incendie…).

10Le travail des architectes se déroule selon un calendrier immuable avec la présentation d’un programme, suivi d’un avant-projet, puis du projet définitif. Une fois le projet approuvé on procède à l’appel d’offre pour l’attribution du marché par adjudication au rabais. La phase de construction a lieu sous l’étroite surveillance de l’entrepreneur, du maire et de l’architecte qui produit le métrage de réception, document final qui sanctionne la conformité du bâtiment par rapport au projet et établit son coût définitif. Mais le calendrier des opérations est très souvent remis en cause par divers obstacles, telles les modifications par rapport au projet primitif, les malfaçons diverses… C’est très fréquemment le cas pour les appropriations d’édifices anciens – souvent des bâtiments à pans de bois –, car ils entraînent des changements de distribution et nécessitent de fréquentes reprises des matériaux défectueux. L’appropriation ne demeure jamais qu’une solution de transition pour des communes moins fortunées, ce qui explique qu’elle soit très mal vue des autorités préfectorales qui veulent doter les communes d’édifices publics dignes de ce nom et se distinguant des propriétés particulières. Si la majeure partie des bâtiments sont reconstruits séparément, certains figurent parfois dans un projet plus vaste de reconstruction visant à moderniser l’ensemble de la commune.

Des édifices et des projets urbanistiques bien marqués

11Les conceptions urbanistiques des architectes apparaissent clairement à travers leurs projets. Elles visent principalement à mettre en valeur les édifices construits et à les placer dans un cadre remarquable pour la population.

12C’est le cas de l’hôtel de ville de Wasselonne et de sa grande halle aux Blés, construite en pierre de taille à partir de 1848 selon les plans de l’architecte départemental Morin. Cet imposant édifice est implanté sur une vaste place située au centre du bourg et offre un style inspiré de la Renaissance alsacienne.

  • 27  ADBR, OTC 323. Pièces du projet d’hôtel de ville et de halle aux blés du 24 juillet 1848, par Char (...)

13L’architecte ne manque d’ailleurs pas d’afficher sur son projet les nouvelles devises de la République « Liberté Égalité Fraternité » (voir fig. 3)27.

Fig. 3 : Élévation principale de l’hôtel de ville et de la halle aux blés projetés pour Wasselonne en 1848.

Fig. 3 : Élévation principale de l’hôtel de ville et de la halle aux blés projetés pour Wasselonne en 1848.

14Dans le bourg d’Erstein, les autorités locales chargent Kuhlmann d’un projet de nouvel hôtel de ville placé en perspective dans le prolongement de la rue du Marché. Le plan proposé par l’architecte en 1838 vise aussi à rendre le bâtiment le plus beau possible et de régulariser la « Place d’Armes » (voir fig. 4).

Fig. 4 : Plan d’alignement général de 1838 à l’appui du projet d’hôtel de ville pour Erstein

Fig. 4 : Plan d’alignement général de 1838 à l’appui du projet d’hôtel de ville pour Erstein

(AM Sélestat, fonds Ringeisen, Erstein).

15Ce nouvel alignement est d’ailleurs repris par son successeur qui présente en 1842 un projet d’édifice totalement différent. En raison des acquisitions de propriétés souvent nécessaires à la réalisation de grands projets, l’administration est amenée à prendre des mesures d’alignement en coopération avec le service des Ponts et Chaussées et le celui des Chemins vicinaux, sur proposition des architectes.

16Certaines communes finissent par reconstruire la quasi-totalité de leurs bâtiments publics en l’espace de quelques décennies. C’est le cas de Marckolsheim qui en trois décennies a su remarquablement réorganiser ses services municipaux, notamment son cimetière (1834), son église paroissiale (1836-1838), son hôtel de ville (1842-1843), son corps de garde (1844-1845), l’école de filles (1854-1856), l’école de garçons (1857-1858) et la justice de paix (1862-1864). Dans ce cas précis, chaque édifice a été réalisé séparément et ne répond pas à un projet d’ensemble.

17Néanmoins, il existe des communes rurales dans lesquelles les circonstances ont abouti à d’heureux résultats. À Heiligenstein par exemple, les deux petites écoles ont été construites en prévision de la reconstruction de l’église protestante, dont la conservation du clocher roman a été prescrite par le préfet. Cet ancien clocher a effectivement servi de point de départ et d’axe de symétrie à la construction des écoles en 1843-1844 et celle de l’église en 1851-1852 avant d’être rehaussé à son tour à partir de 1853 (fig. 5 et 6).

Fig. 5 : Les deux bâtiments d’école de Heiligenstein

Fig. 5 : Les deux bâtiments d’école de Heiligenstein

cliché : Florent Ostheimer.

Fig. 6 : Élevation principale des écoles combinées avec l’avant-projet d’église pour Heiligenstein en 1849

Fig. 6 : Élevation principale des écoles combinées avec l’avant-projet d’église pour Heiligenstein en 1849

ADBR, OTC 107.

18Les bons résultats obtenus par Ringeisen à Heiligenstein peuvent expliquer la reprise d’un schéma presque identique pour les écoles de Zellwiller, dont les bâtiments jumeaux sont construits respectivement en 1844 et 1860 (fig. 7).

Fig. 7 : Élevation principale des deux écoles de Zellwiller

Fig. 7 : Élevation principale des deux écoles de Zellwiller

19Pour quelques communes rurales, nous disposons de plans de reconstruction d’ensemble, parmi lesquels ceux de Hessenheim, près de Marckolsheim. À la demande du conseil municipal, l’architecte d’arrondissement propose dès 1842 la réorganisation complète des bâtiments au centre du village. Le plan cadastral (voir fig. 8) présente l’état initial des bâtiments communaux en bleu (de gauche à droite : la maison commune avec corps de garde, l’école, l’église et le presbytère). Cet état laisse entrevoir des constructions petites et mal disposées. Dans son premier avant-projet (fig. 9), Ringeisen propose de construire les édifices communaux en alignement selon l’axe de symétrie mairie-église et de placer l’école et le nouveau presbytère de part et d’autre de l’édifice religieux dont le clocher médiéval conservé est le point de départ. Dans son deuxième plan (fig. 10), moins ambitieux, l’architecte propose de construire une mairie et une école selon un alignement visant à élargir la rue de l’Église et d’aménager le nouvel édifice religieux selon un axe de symétrie formé par cet alignement. Cette formule servira finalement de base à la reconstruction progressive des bâtiments communaux selon une géométrie bien rôdée et un alignement respecté qui embellit la voirie publique.

Fig. 8 : Le centre de la commune de Hessenheim, d’après le plan cadastral de 1829.

Fig. 8 : Le centre de la commune de Hessenheim, d’après le plan cadastral de 1829.

(ADBR, 3P 206/16).

Fig. 9 : Détails du 1er avant-projet de reconstruction des bâtiments communaux de Hessenheim, en 1842

Fig. 9 : Détails du 1er avant-projet de reconstruction des bâtiments communaux de Hessenheim, en 1842

(ADBR, OTC 111).

Fig. 10 : Détails du 2e avant-projet de reconstruction des bâtiments communaux de Hessenheim, en 1842

Fig. 10 : Détails du 2e avant-projet de reconstruction des bâtiments communaux de Hessenheim, en 1842

(ADBR, OTC 111).

Un paysage communal rationalisé et uniformisé ?

20Si les architectes d’arrondissement ont pu exercer leur monopole aussi longtemps sur l’échelle d’un département, c’est qu’ils étaient fortement soutenus par l’autorité du préfet. Pourtant, la demande croissante des communes aurait exigé une libéralisation du service des travaux et la nomination d’architectes agréés. Ainsi nos architectes, fort longtemps en fonction dans une même circonscription, ont sensiblement contribué à imprimer leur marque à l’espace communal et l’on peut établir pour chacun d’eux une typologie d’édifices bien définie et une chronologie de leurs styles.

21Dans un premier temps, entre 1822 et 1840, les architectes ne parviennent pas véritablement à développer de « style » propre et restent tous soumis à la mode du néoclassicisme omniprésent. Ainsi Reiner, Kuhlmann, Thiébert, Zégowitz et Samain proposent successivement de lourds édifices aux combinaisons multiples de colonnes grecques ou romaines pour leurs églises, mairies et corps de garde. Seul le mobilier religieux reflète une certaine originalité, ainsi pour Kuhlmann qui crée le buffet d’orgues de type « caisse » dès 1829.

22Mais avec la nouvelle génération d’architectes, celle des Haas, Ringeisen, Matuszynski et Furst apparaissent de véritables styles personnels. Les plans des maisons forestières dressés par Haas dans les années 1840 à Wissembourg évoquent les chalets suisses en bois, tandis que celles de Ringeisen à Sélestat, malgré leur simplicité, sont des maisons trapues alliant des éléments décoratifs antiques et vernaculaires.

  • 28  JARRASSE (Dominique), « Les synagogues de Ringeisen, architecte de l’arrondissement de Sélestat », (...)

23De même, les synagogues de Ringeisen constituent aussi un type tout à fait original d’édifices cultuels dépourvus des signes habituels de judéité28. Ringeisen, en raison de sa longue activité, a été l’un des architectes les plus actifs et les plus doués.

24C’est avant tout pour lui que l’on peut établir une typologie très personnelle d’édifices, écoles, mairies et églises (et clochers). Du coup, en l’absence d’un programme exigeant présenté par les municipalités, Ringeisen présente systématiquement le même projet d’église adapté au chiffre de la population et à la topographie du lieu (fig. 11).

Fig. 11 : Élévation principale de l’église projetée pour Steige en 1855

Fig. 11 : Élévation principale de l’église projetée pour Steige en 1855

(ADBR, 390 D 825).

25Parmi les exemples les plus caractéristiques de cette typologie figurent les maisons communes ou mairies, qui sont souvent mises en perspective d’une manière surprenante dans le cadre villageois (Kogenheim, Rossfeld) et réemploient souvent les mêmes formes architecturales. Les mairies de Kintzheim (1863-1864) et de Kogenheim (1867-1868), avec leurs avant-corps centraux en pierres de taille et moellons piqués offrent des similitudes de traitement remarquables par rapport à d’autres mairies de l’arrondissement de Sélestat (fig. 12 et 13), tandis que la charmante façade de la mairie de Goxwiller (1845) est un « clone » de celle de l’hôtel de ville de Marckolsheim, de trois ans sont aînée (fig. 14 et 15). Est-ce dû à un manque de créativité ou à une volonté réelle d’uniformiser les campagnes alsaciennes ?

Fig. 12 : Élévation principale de la mairie de Kintzheim

Fig. 12 : Élévation principale de la mairie de Kintzheim

Fig. 13 : Élévation principale de la mairie de Kogenheim

Fig. 13 : Élévation principale de la mairie de Kogenheim

Fig. 14 : Élévation de la mairie de Goxwiller

Fig. 14 : Élévation de la mairie de Goxwiller

ADBR, OTC 85.

Fig. 15 : Élévation de l’hôtel de ville de Marckolsheim.

Fig. 15 : Élévation de l’hôtel de ville de Marckolsheim.

Conclusion

26Ainsi, la mise en place d’un service d’architecture publique et son implantation durable dans les départements avaient permis de répondre à une demande forte des communautés villageoises, soucieuses d’adapter leurs édifices à la croissance d’une population située dans une région à démographie forte, qui vit intensément la première révolution industrielle. Il fallait répondre aux besoins administratifs et de sécurité, (mairies, corps de garde et maison de pompe), sociaux et économiques (églises, presbytères, écoles, lavoirs…) de ces villages.

  • 29  Il ne reste plus qu’à confronter le « bâti » avec « l’écrit », c’est-à-dire de consulter les volum (...)

27Ces architectes bien établis, bien encadrés et appuyés par l’autorité préfectorale et la férule des instances collégiales du conseil des bâtiments communaux, marquent l’image de leurs arrondissements, avec les édifices qu’ils y implantent. Dès la fin du XIXe siècle, et tout au long des deux premiers tiers du XXe siècle, la population des villages diminue, et les besoins cultuels considérés comme indispensables un siècle auparavant ont subi des mutations considérables. Pourtant, l’image des villages est encore dominée par le clocher et l’église, celle qui doit être au milieu de la communauté. Avec eux se perpétue l’œuvre de nos architectes départementaux29.

Haut de page

Notes

1  Werner (Robert), Les Ponts et Chaussées d’Alsace au XVIIIe siècle, Strasbourg, 1929, p. 1-34. Le service se compose d’un directeur, d’un inspecteur principal, d’inspecteurs particuliers, de sous-inspecteurs et d’élèves à la veille de la Révolution de 1789.

2  Ibid.

3  LEHNI (Roger), « L’église Saint-Étienne de Rosheim », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et environs, 1970, p. 7-39 ; ABEL (Louis), Kembs en Sundgau rhénan. L’église et l’architecte du XVIIIe siècle. François-Antoine Zeller (1740-1816) et son activité en Haute-Alsace, Strasbourg, 1986, p. 139-265 ; MARTIN (Étienne), J.B. Kléber architecte (1784-1792), Catalogue d’exposition, Colmar, 1986, p. 17-28.

4  ADBR, 32 J 4. Règlement du 15 février 1780 (version imprimée).

5  Notice sur Gabriel Ignaz Ritter (1732-1813) par LEHNI (Roger), NDBA, t. 31, 1998, p. 3244-3246.

6  Notice sur Nicolas Alexandre Salins (1753-1839) par LEHNI (Roger), NDBA, t. 32, 1998, p. 3350-3351.

7  Notice sur François Martin Burger (1747-1804) par BONNEL (Yves), NDBA, t. 21, 1993, p. 1979-1980. Jean-Baptiste Kléber (1753-1800), suite au remariage de sa mère avec le père de Burger, est devenu son demi-frère par alliance.

8  Notice par RIEGER (Théodore), NDBA, t. 41, 2003, p. 4363.

9  ADBR, 32 J 2. Acte de nomination du 17 mars 1780 par Chaumont de la Galaizière.

10  ABEL (Louis), op. cit., 1986, p. 181-248, 259.

11  LEHNI (Roger), op. cit., 1970, p. 12. Selon Th. Rieger (Rieger T. et Vogler B. Alsace baroque et classique 1660-1790, Strasbourg 1993, p. 175 et ss), ces inspecteurs sont parfois confondus avec les inspecteurs des Ponts et Chaussées. Il n’en est rien, puisque aucun des nouveaux inspecteurs n’a travaillé dans le service des Ponts et Chaussées, avant ou après leur nomination.

12  Procès-verbal des séances de l’Assemblée provinciale d’Alsace, tenues à Strasbourg aux mois de novembre et décembre 1787, Strasbourg, 1788, p. 193-194.

13  Ibid., p. 264.

14  Ibid. p. 194. Cette supplique a été lue par le rapporteur du bureau des travaux publics, le baron de Turckheim, lors de la séance de clôture de l’Assemblée, le 10 décembre 1787.

15  Précis des opérations de la Commission intermédiaire provinciale d’Alsace jusqu’au 15 février 1789, Strasbourg, 1789, p. 44-45.

16  ABEL (Louis), op. cit., 1986, p. 225.

17  FRANZ (Erich), Pierre-Michel d’Ixnard 1723-1795. Leben und Werk, Weissenhorn, 1985, p. 25 et 212.

18  ABEL (Louis), op. cit. 1986, p. 249 et suiv. Selon lui, il aurait été remplacé par un certain Jean-Baptiste Alexis Rondoin pendant trois ans.

19  MARTIN (Étienne), J.B. Kléber architecte 1784-1792, catalogue d’exposition, Colmar, 1986, p. 22-24.

20  Notice de Félix de Rungs (1752-1794) par SCHMITT (Jean-Marie), NDBA, t. 31, 1998, p. 3326.

21  MARTIN (Étienne), op. cit., 1986, p. 25-27. À titre provisoire, Kléber est remplacé à Altkirch par l’architecte Roelly, nommé le 8 juin 1793.

22  BAUMANN (Fabien), « Le service des travaux communaux dans le département du Bas-Rhin entre 1800 et 1840 », Chantiers Historiques en Alsace, t. 8, 2004-2005, p. 171-186.

23  Il est vrai que Klotz, connu pour être un des chefs du parti démoc-soc bas-rhinois, cumulait le département, l’œuvre Notre-Dame et des maîtrises d’œuvre dans l’arrondissement de Saverne, situation dénoncée par le Conseil général. Mgr Raess n’interviendra pas pour lui retirer l’œuvre Notre-Dame, pas plus que le bonapartiste Coulaux, maire de Strasbourg.

24  IGERSHEIM (François), op. cit., 2006, p. 104.

25  SCALABRINO (J.), Annuaire des adresses du commerce, de l’industrie, des professions et des administrations des départements du Haut et du Bas-Rhin, Strasbourg, 1860.

26  BOHLY-MEISTER (Danielle), « Un architecte autodidacte : Jean-Baptiste Schacre (1808-1876) Son œuvre religieuse », Annuaire de la Société d’histoire sundgauvienne, 1992, p. 23-42.

27  ADBR, OTC 323. Pièces du projet d’hôtel de ville et de halle aux blés du 24 juillet 1848, par Charles Morin.

28  JARRASSE (Dominique), « Les synagogues de Ringeisen, architecte de l’arrondissement de Sélestat », Annuaire des Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, t. 41, 1991, p. 33-48.

29  Il ne reste plus qu’à confronter le « bâti » avec « l’écrit », c’est-à-dire de consulter les volumineuses liasses d’archives qui nous renseignent sur ces vastes chantiers, afin d’en tirer des conclusions tangibles. C’est ce travail que nous nous proposons de réaliser dans le cadre de notre thèse en histoire sur l’un de ces architectes prolifiques du XIXe siècle, Antoine Ringeisen (1811-1889).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 3 : Élévation principale de l’hôtel de ville et de la halle aux blés projetés pour Wasselonne en 1848.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 4 : Plan d’alignement général de 1838 à l’appui du projet d’hôtel de ville pour Erstein
Crédits (AM Sélestat, fonds Ringeisen, Erstein).
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 5 : Les deux bâtiments d’école de Heiligenstein
Crédits cliché : Florent Ostheimer.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 6 : Élevation principale des écoles combinées avec l’avant-projet d’église pour Heiligenstein en 1849
Crédits ADBR, OTC 107.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 7 : Élevation principale des deux écoles de Zellwiller
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 8 : Le centre de la commune de Hessenheim, d’après le plan cadastral de 1829.
Crédits (ADBR, 3P 206/16).
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 9 : Détails du 1er avant-projet de reconstruction des bâtiments communaux de Hessenheim, en 1842
Crédits (ADBR, OTC 111).
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 10 : Détails du 2e avant-projet de reconstruction des bâtiments communaux de Hessenheim, en 1842
Crédits (ADBR, OTC 111).
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 11 : Élévation principale de l’église projetée pour Steige en 1855
Légende (ADBR, 390 D 825).
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 12 : Élévation principale de la mairie de Kintzheim
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 13 : Élévation principale de la mairie de Kogenheim
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 14 : Élévation de la mairie de Goxwiller
Crédits ADBR, OTC 85.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 15 : Élévation de l’hôtel de ville de Marckolsheim.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1322/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Baumann, « Les architectes d’arrondissement et la transformation du paysage communal au XIXe siècle », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 271-290.

Référence électronique

Fabien Baumann, « Les architectes d’arrondissement et la transformation du paysage communal au XIXe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 30 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1322 ; DOI : 10.4000/alsace.1322

Haut de page

Auteur

Fabien Baumann

Doctorant en Histoire. Comité de la Société d’histoire des Quatre Cantons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page