Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XVIe - XVIIe siècles

Weeda (Robert), L’« Eglise des Français » de Strasbourg (1538-1563). Rayonnement européen de sa Liturgie et de ses Psautiers

Collection d’Etudes musicologiques, vol. 94, Baden-Baden et Bouxwiller, Editions Valentin Koerner, 170 p., 2004
Jean-Pierre Kintz
p. 535-536
Référence(s) :

Weeda (Robert), L’« Eglise des Français » de Strasbourg (1538-1563). Rayonnement européen de sa Liturgie et de ses Psautiers, Collection d’Etudes musicologiques, vol. 94, Baden-Baden et Bouxwiller, Editions Valentin Koerner, 170 p.

Texte intégral

1Il y a vingt ans, Jean Rott composait le récit de l’Eglise des réfugiés de langue française à Strasbourg au XVIe siècle qui, pour de nombreux chercheurs et historiens, est resté un document fondamental. L’histoire de la paroisse française pouvait-elle encore être enrichie ? Robert Weeda a réussi à donner un éclairage nouveau de cette présence de Welches à Strasbourg. De par sa liturgie, qui a été parfois adoptée, ne serait-ce qu’en partie, l’Eglise de Strasbourg a marqué le culte de plusieurs communautés en Europe. L’auteur rappelle que Calvin avait écrit en 1542, après son retour à Genève, « nous connaissons par expérience que le chant a grande force et vigueur d’émouvoir et enflammer le cœur des hommes pour invoquer et louer Dieu d’un zèle plus véhément et ardent » (orthographe moderne). C’est évidemment à Strasbourg, où l’on était passé à la Réformation, qu’il a pu en faire « l’expérience ». Il avait alors composé le recueil Aulcuns pseaulmes et cantiques mys en chants (1539) et rédigé la première Liturgie (1540) malheureusement perdue. Une seconde édition augmentée du Psautier a paru à Strasbourg en 1542 : La manyère de faire prière aux églises françoyses, tant devant la prédication, comme après, ensemble psaumes et cantiques françoys quon chante aux dictes églises… Le premier psautier avait paru chez Knobloch. Il contient 13 psaumes versifiés par Marot, 6 par Calvin et ses versifications du cantique de Siméon, du Décalogue et du Credo. Robert Weeda pose tout naturellement le problème du choix de la musique pour guider le chant : adaptation de mélodies strasbourgeoises ? Ce fut Pierre Brully, successeur de Calvin à Strasbourg, qui prépara l’édition de 1542 complétant le psautier de 1539. Elle présente 30 psaumes dont cinq de Calvin (repris du psautier de 1539) et des psaumes de Marot (publiés à Anvers en 1541). Il faut féliciter Robert Weeda de la transcription en annexes de la première strophe et de la musique des six psaumes de l’édition de 1539 et des mêmes psaumes du psautier de 1562 paru à Genève (p. 133-145) et aussi la comparaison des textes et des mélodies de 1539, 1542 et 1553. Il a eu soin de présenter à part le psautier de 1545 et de ne pas reprendre les données de celui de 1548 qui n’a pas été publié sous la responsabilité d’un pasteur de l’Eglise française de Strasbourg.

2L’ouvrage de Robert Weeda comporte un second aspect qui intéressera encore davantage les historiens : l’étude de l’application et du rayonnement de cette liturgie à Strasbourg jusqu’à la fermeture de l’église strasbourgeoise des réfugiés, à Genève (psautier de Genève en 1562), à Metz, à Tournai (chanteries de 1561), en Angleterre. Comme tous les ouvrages scientifiques, une bibliographie et un index des noms de personnes figurent à la fin de l’ouvrage. Nous avons personnellement préféré les indications des 383 notes de bas de pages plus riches en informations que l’on pourrait ordinairement attendre. Voici donc un livre, modeste en apparence, qui sera connu par tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du protestantisme ou à l’histoire de la « grandeur éphémère » (G. Livet dixit) de Strasbourg. Espérons aussi que l’ancienne pratique de la lecture sérieuse en Alsace ne soit pas éteinte. Ce livre mérite de figurer dans toutes les bibliothèques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Kintz, « Weeda (Robert), L’« Eglise des Français » de Strasbourg (1538-1563). Rayonnement européen de sa Liturgie et de ses Psautiers », Revue d’Alsace, 132 | 2006, 535-536.

Référence électronique

Jean-Pierre Kintz, « Weeda (Robert), L’« Eglise des Français » de Strasbourg (1538-1563). Rayonnement européen de sa Liturgie et de ses Psautiers », Revue d’Alsace [En ligne], 132 | 2006, mis en ligne le 15 octobre 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/1347

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Kintz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page