Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Die Ortenau. Zeitschrift des Historischen Vereins für Mittelbaden. 85 Jahresband 2005

Offenburg/Baden, Verlag des historischen Vereins für Mittelbaden, 665 p., relié. ISSN 0342-1503
Jean-Pierre Kintz
p. 566-567
Référence(s) :

Die Ortenau. Zeitschrift des Historischen Vereins für Mittelbaden. 85 Jahresband 2005, Offenburg/Baden, Verlag des historischen Vereins für Mittelbaden, 665 p., relié. ISSN 0342-1503, 2005

Texte intégral

1Cette admirable publication de la Société d’histoire de l’Ortenau comporte essentiellement trois grandes parties :

  • une suite de 18 écrits traitant du thème « Religion et Histoire »

  • une série d’articles variés ou « Freie Beiträge »

  • les comptes rendus d’ouvrages.

2La première partie intéressera très certainement les historiens soucieux de découvrir l’histoire du pays de Bade et surtout ceux intéressés par l’influence des Eglises et le rôle des traditions religieuses. Il n’est pas possible de présenter ici toutes les contributions. Citons le cas du pasteur Ludwig Muller qui fut banni par les nazis, récit composé par Ludwig Baumann (p. 79-94). Ludwig Uibel s’est intéressé aux « chroniques » des pasteurs de la paroisse de Lichtenau aux XVIIIe et XIXe siècle (p. 25-46). Il s’agit principalement d’événements européens (diffusés par les journaux). On y lira (p. 31) que Strasbourg a célébré, avec éclat en 1781, le centième anniversaire de son rattachement à la France « alors que la ville a perdu sa liberté ».

3Dans le domaine des mentalités, l’article de Heinz G. Huber sur « Der Tod im Brauchtum des Renchtals » (p. 95-122) permet de judicieuses approches avec d’autres analyses de l’approche de la mort. Les historiens alsaciens liront avec curiosité l’article sur les « visitations » des paroisses de Nonnenweier, de Wittenweier et d’Allmansweier par les présidents du Convent de Strasbourg. Inutile de rappeler que les archives de l’Eglise luthérienne d’Alsace, dites Archives de Saint-Thomas, sont déposées aux Archives de la Ville de Strasbourg et de la CUS. Walter E. Schäfer, bien connu par ses publications sur l’Alsace, a porté, un intérêt nouveau à ces documents (p. 11-24).

4La deuxième partie de cette revue comporte autant d’articles que la première, mais d’une diversité bien plus grande (p. 303 à 572). Citons quelques exemples : une description de 1531 des cours d’eau de l’Ortenau, traduction en allemand d’un texte en latin, les poèmes et écrits récemment retrouvés de Quirin Moscherosch (cf. le compte rendu de l’ouvrage de Walter E. Schäfer dans ce numéro de la Revue d’Alsace), la fondation du premier hebdomadaire mondial à Strasbourg en 1605 (l’auteur aurait pu citer ceux qui ont découvert la date), les rectifications du Rhin par Tulla, la présence juive et le parler de cette communauté, les martyrs du nazisme, etc. Il faut ajouter à cet ensemble une description d’un jeune auteur, Lucas Heizmann, de l’exploitation des mines de baryte à Ohlsbach entre 1868 et 1944 (présence de prisonniers russes dès 1942).

5La troisième partie de l’ouvrage comporte deux genres bien différents : les comptes rendus d’ouvrages (p. 573-588) et les nouvelles de la Société d’histoire du Mittelbaden (pays de Bade moyen). Les textes des recensions sont présentés sur deux colonnes ce qui constitue une originalité dans cet ouvrage. Le lecteur ne sera pas surpris, en raison des liens tissés de part et d’autre du Rhin, de pouvoir lire la table des matières en français du dernier numéro, celui de 2005, de la Revue d’Alsace (p. 587-588). Nous avons beaucoup apprécié la présentation des activités de la Société régionale et des diverses sections locales : hommages à d’anciens membres particulièrement actifs, distinctions, etc. ainsi que les bilans annuels des manifestations d’une vingtaine de sociétés, textes souvent illustrés. S’y ajoutent les comptes rendus des nombreuses commissions : musées, petits monuments, patrimoine (Denkmalpflege), Juifs de l’Ortenau, fresques, archéologie, toponymes et dialecte. La revue se fait aussi l’écho de débats entre les historiens. On apprend ainsi qu’un portrait conservé à Musée de Münster (Westphalie) pourrait être celui de Grimmelshausen, l’auteur de Simplicissimus. Quelle société d’histoire française pourrait se féliciter d’avoir une publication aussi riche et parfaitement présentée ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Kintz, « Die Ortenau. Zeitschrift des Historischen Vereins für Mittelbaden. 85 Jahresband 2005 », Revue d’Alsace, 132 | 2006, 566-567.

Référence électronique

Jean-Pierre Kintz, « Die Ortenau. Zeitschrift des Historischen Vereins für Mittelbaden. 85 Jahresband 2005 », Revue d’Alsace [En ligne], 132 | 2006, mis en ligne le 15 octobre 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/1376

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Kintz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page