Navigation – Plan du site
In memoriam

In memoriam : Raymond Oberlé (1912-2007)

Odile Kammerer
p. 503-506

Texte intégral

  • 1  Réponse au maire de Mulhouse lors de la remise de la médaille de la Ville, le 22 juin 2003.
  • 2  Chevalier de l’Ordre national du Mérite en 1976, commandeur des Palmes académiques en 1978, cheval (...)
  • 3  Prix Jacques Flach de l’Académie des sciences morales et politiques en 1967, Bretzel d’or de l’Ins (...)
  • 4  Les villes (Mulhouse, Pfastatt), les institutions (Académie d’Alsace, Société Savante, Société d’H (...)
  • 5  L’ouvrage de référence réalisé avec le doyen Livet n’a pas été remplacé. Histoire de Mulhouse des (...)

1« Vous avez parlé de mérite en ce qui me concerne mais a-t-on du mérite à faire ce que l’on aime ? Non, il n’y a pas de mérite à être heureux »1. C’est à cet homme heureux, modeste et érudit, disparu le 5 juin 2007, que la Revue d’Alsace rend hommage. À bien des reprises, lors de sa longue carrière, la société a tenté, en dépit de ses protestations, de témoigner à Raymond Oberlé admiration et reconnaissance. Un bouquet de médailles2 a jalonné sa fructueuse vie professionnelle, des prix3 ont sanctionné la qualité de ses travaux reconnue de part et d’autre du Rhin et les laudationes prononcées4 à l’occasion  de sa retraite, de ses 80 ans ou de son départ résonnent encore de chaleur et de sympathie. Raymond Oberlé est entré dans la mémoire vive de tous ceux qui l’ont rencontré, élèves et étudiants, collègues, chercheurs, élus, agents administratifs, public des archives et tous ceux qui lui ont demandé conseil. Pour tous, il a incarné l’histoire à Mulhouse et l’histoire de Mulhouse5.

  • 6  On se reportera pour plus de détails à l’Annuaire historique de Mulhouse, Hommage à Raymond Oberlé(...)
  • 7  Il avait encore en chantier un article pour l’Annuaire historique de Mulhouse.

2Son parcours se révèle atypique tant il doit à sa ténacité, sa clairvoyance, sa capacité de travail et son incroyable inventivité professionnelle6. Rappelons la trame de son cursus. Instituteur à 18 ans, en 1930, puis professeur d’allemand à Mulhouse, Raymond Oberlé découvre les archives puis l’histoire à son retour du front, en 1944, où il a perdu l’usage de sa main droite. Une singulière harmonie de vie se construit alors entre ses activités d’archiviste de la ville de Mulhouse (1950-1987), d’enseignant au lycée (1945-1968) puis à la faculté des Lettres (dont il sera le directeur en 1974 avant d’être vice-président de l’université de 1977 à 1982) et de chercheur publiant (1948-20077).

  • 8  Son fichier constitué au fur et à mesure des dépouillements systématiques des Ratsprotokolle (cons (...)
  • 9  Raymond OBERLE, La République de Mulhouse pendant la Guerre de Trente ans, Institut des Hautes étu (...)
  • 10  Voir la bibliographie de Raymond Oberlé dans l’Annuaire historique de Mulhouse, Hommage à Raymond (...)

3Raymond Oberlé a inventé (au sens médiéval de révélation) l’histoire moderne de Mulhouse. Lecteur assidu et méthodique8 des archives mulhousiennes, il a abordé l’histoire de la petite République dans sa globalité, à une époque où l’histoire économique avait les faveurs des historiens. Pour comprendre la singularité d’une ville qui a connu si brusquement (en apparence) deux révolutions, l’une industrielle (à partir de 1746), l’autre politique (1798), Raymond Oberlé a cherché dans la période précédente des facteurs d’explication. Une approche renouvelée de Mulhouse pendant la guerre de Trente ans lui a permis de compter les finances, de scruter en détail la vie quotidienne, de remettre en scène le réseau intense de relations diplomatiques destiné à assurer la sécurité. Et il n’a pas craint de dévoiler le fruit de ses recherches dans sa thèse soutenue en 19589 : oui, la guerre a été bénéfique pour Mulhouse. La République a su profiter de sa position géographique et politique dans le couloir de circulation qu’était le fossé rhénan pour jouer un rôle financier, accumuler des capitaux et des atouts économiques : le démarrage en flèche de l’industrie ne doit pas tout, comme les historiens l’avaient affirmé, aux capitaux bâlois. Les banquiers mulhousiens ont été des acteurs à part entière et Raymond Oberlé le démontre vigoureusement à plusieurs reprises10.

  • 11  Raymond OBERLE, L’enseignement à Mulhouse de 1798 à 1870, Paris, 1961.
  • 12  Marie-Claire Vitoux dans le numéro de l’Annuaire historique de Mulhouse à paraître.

4Tout aussi féconde, sa thèse secondaire, portant sur L’enseignement à Mulhouse de 1798 à 187011, mettait en lumière, pour la période industrielle, « les mutations culturelles », la volonté des fabricants « de capitaliser sur la matière grise »12. De nombreuses publications lui ont permis d’approfondir l’évolution des patrons vis-à-vis de la formation et « l’instruction » de leurs ouvriers mais aussi de leurs propres pratiques culturelles. Raymond Oberlé, même dans une enquête portant apparemment sur des questions économiques, a d’abord voulu voir l’homme dans la société et pratiquer ce que l’on appellera plus tard l’histoire globale.

5Mulhouse, cette petite République indépendante, ce Manchester français, cette alliée des Suisses, ce havre réformé, a constitué pour Raymond Oberlé un magnifique laboratoire. Prenant la suite du médiéviste Marcel Moeder, il a dépouillé toutes les archives de la ville à l’époque moderne. Ayant traqué dans les autres villes les documents concernant Mulhouse, il a beaucoup publié et les résultats de ses recherches constituent une bibliothèque à part entière. Il a su restituer toutes les facettes de la vie mulhousienne et à toutes les échelles. Chaque angle d’attaque, même le fait divers, toujours replacé dans une perspective globale, permet de comprendre les préoccupations essentielles des Mulhousiens : défendre leur île contre les marées venues de tous les azimuts et se nourrir. La défense passait toujours par un jeu très complexe d’alliances, parfois par la résistance armée.

  • 13  Centre rhénan d’archives et de recherches économiques (CERARE).

6L’histoire de Mulhouse continue et Raymond Oberlé, pour en sauvegarder la mémoire et en permettre l’étude par les générations futures, s’est dépensé sans compter dans la vie contemporaine de « sa » ville. Avec le président Jacques-Henri Gros et sous l’égide de la Société Industrielle de Mulhouse, il a constitué une association13 pour préserver de la perte irrémédiable les archives des entreprises mulhousiennes contraintes à la fermeture et pour former le personnel des entreprises en activité au bon usage de leurs documents. Les élus mulhousiens n’hésitaient pas à faire appel à ses compétences historiques pour des articles, des noms de rues, des avis concernant le patrimoine bâti.

7Raymond Oberlé, éminent spécialiste de Mulhouse, n’a jamais exercé le moindre monopole. Il a toujours accueilli avec bienveillance et soutien tous ceux qui voulaient travailler à ce chantier. Ses nombreuses préfaces en portent témoignage.

  • 14  L’histoire de l’Alsace du XVIe siècle à nos jours, t. 2 de L’histoire de l’Alsace, Ingersheim, SAE (...)

8Mulhouse est en Alsace. Raymond Oberlé a toujours travaillé de concert dans le cadre alsacien avec Colmar (son ami Lucien Sittler) et Strasbourg (le doyen Livet, Francis Rapp, Philippe Dollinger etc.). Il a été associé à l’écriture de l’histoire de l’Alsace14 et à des instruments de travail tels que le Dictionnaire des communes ou les biographies des Grands notables du Premier Empire. Dans le cadre de la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie dont il a été vice-président de 1979 à 1993, Raymond Oberlé a su transmettre sa passion pour l’histoire et son exigence de qualité pour les publications des sociétés, lui-même très actif dans celle de Mulhouse. Chancelier de l’Académie d’Alsace en 1988 puis président pendant deux mandats successifs, il a impulsé une dynamique amicale à cette vénérable institution en créant le prix de la Décapole qui récompense les travaux notoires et en organisant plusieurs expositions de grande qualité artistique. Il entretenait discrètement une grande passion pour l’art.

9L’Alsace est en Europe et les contacts suivis que Raymond Oberlé a su entretenir avec des chercheurs allemands et suisses lui ont permis d’aborder sans réserve les jeux d’alliances et de négociations à une vaste échelle.

Le comité de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace (21/12/1991)

Le comité de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace (21/12/1991)

Premier rang, de gauche à droite : Jean-Marie Schmitt, François-Joseph Fuchs (vice-président), Marcel Thomann (président), Raymond Oberlé (vice-président), Gabrielle Claerr-Stamm, Roger Ehrsam, Jean-Paul Bailliard. Deuxième rang, de gauche à droite : Jean-Pierre Kintz, Maurice Kubler, Georges Foessel, Marcel Krieg, Francis Lichtlé, Michel Rilliot, Georges Bischoff. Troisième rang, de gauche à droite : Francis Bucher, Jean-Marie Holderbach, Henri Heitz.

  • 15  L’École des Chartes formaient les conservateurs des Archives Départementales.

10En tant qu’enseignant d’histoire, soucieux de l’avenir professionnel de ses étudiants, Raymond Oberlé a, dans ce domaine également, été un pionnier. Le premier en France, il a mis en place (que de démarches et de force de conviction il a fallu !) une formation universitaire d’archivistes pour les communes15 et les entreprises. En tant qu’archiviste, il a mis à disposition des chercheurs (et de l’administration) une série d’inventaires d’archives essentiels et des outils de travail, eux aussi indispensables.

11Jusqu’à son dernier souffle, Raymond Oberlé a suggéré des thèmes à traiter dans l’Annuaire de la Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse ou même des cours : il tenait à l’historiographie et au traitement des images.

12Un hommage doit rester ouvert pour que durent la mémoire et le travail à venir. Les historiens de l’Alsace et de Mulhouse continueront la trace...

Haut de page

Notes

1  Réponse au maire de Mulhouse lors de la remise de la médaille de la Ville, le 22 juin 2003.

2  Chevalier de l’Ordre national du Mérite en 1976, commandeur des Palmes académiques en 1978, chevalier de la Légion d’honneur en 1980, médaille de la Ville de Mulhouse en 2003.

3  Prix Jacques Flach de l’Académie des sciences morales et politiques en 1967, Bretzel d’or de l’Institut des arts et traditions populaires d’Alsace en 1990, l’Oberrheinischer Kulturpreis de la Goethe-Stiftung en 1992.

4  Les villes (Mulhouse, Pfastatt), les institutions (Académie d’Alsace, Société Savante, Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse etc.).

5  L’ouvrage de référence réalisé avec le doyen Livet n’a pas été remplacé. Histoire de Mulhouse des origines à nos jours, en coll. avec Georges LIVET, Strasbourg, 1977.

6  On se reportera pour plus de détails à l’Annuaire historique de Mulhouse, Hommage à Raymond Oberlé, t. 7, 1996 et à la même revue à paraître en novembre 2008. Notice de François Joseph Fuchs dans le Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne.

7  Il avait encore en chantier un article pour l’Annuaire historique de Mulhouse.

8  Son fichier constitué au fur et à mesure des dépouillements systématiques des Ratsprotokolle (conservés à partir de 1550) est déposé aux Archives municipales de Mulhouse cf. Annuaire historique de Mulhouse, t. 17, 2006, p. 57-58.

9  Raymond OBERLE, La République de Mulhouse pendant la Guerre de Trente ans, Institut des Hautes études alsaciennes, publications de la Faculté des Lettres de Strasbourg, Paris, 1965.

10  Voir la bibliographie de Raymond Oberlé dans l’Annuaire historique de Mulhouse, Hommage à Raymond Oberlé, t. 7, 1996, p. 57-67.

11  Raymond OBERLE, L’enseignement à Mulhouse de 1798 à 1870, Paris, 1961.

12  Marie-Claire Vitoux dans le numéro de l’Annuaire historique de Mulhouse à paraître.

13  Centre rhénan d’archives et de recherches économiques (CERARE).

14  L’histoire de l’Alsace du XVIe siècle à nos jours, t. 2 de L’histoire de l’Alsace, Ingersheim, SAEP, 1983. Raymond OBERLE, Toute l’Alsace, t. 4 : L’histoire, Wettolsheim, 1987.

15  L’École des Chartes formaient les conservateurs des Archives Départementales.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Le comité de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace (21/12/1991)
Légende Premier rang, de gauche à droite : Jean-Marie Schmitt, François-Joseph Fuchs (vice-président), Marcel Thomann (président), Raymond Oberlé (vice-président), Gabrielle Claerr-Stamm, Roger Ehrsam, Jean-Paul Bailliard. Deuxième rang, de gauche à droite : Jean-Pierre Kintz, Maurice Kubler, Georges Foessel, Marcel Krieg, Francis Lichtlé, Michel Rilliot, Georges Bischoff. Troisième rang, de gauche à droite : Francis Bucher, Jean-Marie Holderbach, Henri Heitz.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Kammerer, « In memoriam : Raymond Oberlé (1912-2007) », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 503-506.

Référence électronique

Odile Kammerer, « In memoriam : Raymond Oberlé (1912-2007) », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 20 octobre 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1433 ; DOI : 10.4000/alsace.1433

Haut de page

Auteur

Odile Kammerer

Professeur émérite de l’Université de Haute Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page