Navigation – Plan du site

Elites judiciaires et culture

Les bibliothèques des magistrats du Conseil souverain d’Alsace au XVIIIe siècle
Judicial elite and culture: the libraries of the magistrates of the Conseil Souverain d’Alsace in the XVIIIth Century
Rechtliche Elite und Kultur: die Bibliotheken der Richter des elsässischen Conseil Souverain im Achtzehn Jahrhundert
Véronique Umbrecht
p. 141-153

Résumés

Les magistrats du Conseil souverain d’Alsace ont marqué leur appartenance à l’élite parlementaire française en se constituant de grandes bibliothèques privées. Oscillant entre une bibliothèque professionnelle et de loisirs, ces collections attestent de la forte imprégnation du français et affichent une évolution dans le choix des thématiques. Au cours du XVIIIe siècle, s’amorce un changement dans les pratiques de lecture. L’émergence de sociétés de lecture à Colmar dénote les besoins d’échanges culturels de ces élites.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  BURCKARD (François), Le Conseil souverain d’Alsace au XVIIIe siècle : représentant du roi et défen (...)

1Les progrès de l’alphabétisation de la population au XVIIIe siècle ne favorisent pourtant pas l’accès au livre du plus grand nombre. Seuls les plus aisés peuvent en acheter. La possession d’une bibliothèque privée confère un prestige qui s’inscrit dans un ensemble plus vaste du paraître et de la distinction sociale. Et il en était de même pour les parlementaires et notamment les magistrats du Conseil souverain d’Alsace. La plupart des conseillers avait commencé leurs études au collège des Jésuites à Colmar pour les poursuivre à la Faculté de Droit de l’Université (protestante) de Strasbourg ; ou à partir de 1756, à l’Université jésuite de Pont-à-Mousson1.

  • 2  UMBRECHT (Véronique), Entre Empire et royaume, les Messieurs du Conseil souverain et leurs demeure (...)

2Plongés dans un bain biculturel, les conseillers se doivent néanmoins de tenir leur rang à l’instar de leurs confrères du reste du royaume. Et un des signes ostentatoires de leur appartenance à cette élite judiciaire est la constitution de bibliothèques privées. Intégrées dans les inventaires après décès, ces dernières reflètent, par leur ampleur et leur contenu, l’évolution du livre imprimé au cours du XVIIIe siècle. Les sources étudiées référencent vingt quatre bibliothèques2. L’analyse de ces bibliothèques laisse apparaître des similitudes avec les parlementaires des autres provinces françaises. Leur contenu met en évidence une évolution dans le choix des langues et des genres des ouvrages. Les collections des conseillers affichent-elles un conservatisme ou bien révèlent-elles une ouverture aux préoccupations de leur temps ?

3La seconde moitié du XVIIIe siècle marque l’avènement de la notion de bibliothèque publique. La création de sociétés de lecture à Colmar, comme la Tabagie littéraire dont un nombre important de conseillers fait partie, encourage les échanges littéraires autour d’une bibliothèque constituée et gérée par leurs membres.

Evolution des bibliothèques au cours du XVIIIe siècle

Les bibliothèques, espaces de lecture

  • 3  Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers : mis en ordre et publ (...)

« Bibliotheque : […] selon le sens littéral de ce mot, signifie un lieu destiné pour y mettre des livres. Une bibliothèque est un lieu plus ou moins vaste, avec des tablettes ou des armoires où les livres sont rangés sous différentes classes […] Outre ce premier sens littéral, on donne aussi le nom de bibliothèque à la collection même des livres […] »3

4La définition de l’Encyclopédie recouvre les deux acceptions du terme. Elle désigne à la fois la collection d’ouvrages et le lieu où ces derniers étaient conservés.

  • 4  VIARDOT (Jean), Livres rares et pratiques bibliophiles. In : Histoire de l’édition française : le (...)

5Les grandes familles françaises de la noblesse de robe ont érigé en tradition familiale la constitution de grandes bibliothèques. « Face à l’aristocratie de naissance, la grande bourgeoisie s’est cherché une légitimité : ne pouvant décemment la trouver dans l’argent qui lui avait permis d’acheter ses offices mais qui était, comme on disait, « sans honneur » et trop marqué socialement, elle la demande à la culture, source de son savoir et de sa compétence »4. La bibliothèque héritée des pères est devenue l’instrument de l’affirmation de la continuité de la lignée, de la transmission de valeurs culturelles face à une aristocratie de souche. Cette importance trouve sa marque dans l’architecture des demeures, hôtels urbains ou châteaux à la campagne qu’habitent les conseillers. Leurs hôtels se singularisent par l’attribution d’un espace spécifique dédié aux livres. Cette pièce s’insère tout naturellement dans la distribution des riches demeures. Dans l’hôtel du conseiller de Boug, la bibliothèque est intégrée dans l’enfilade principale donnant sur le jardin (reconstitution du plan l’hôtel de Boug). L’architecte a donné à cette pièce une place et un rang identiques à celui des pièces de réception que sont la salle à manger et le cabinet de jour.

Hôtel de Boug, 21-23 rue Chauffour à Colmar, rez-de-chaussée (reconstitution)

Hôtel de Boug, 21-23 rue Chauffour à Colmar, rez-de-chaussée (reconstitution)
  • 5  UMBRECHT (Véronique), Un art de vivre français ? Les Messieurs du Conseil souverain d’Alsace dans (...)
  • 6  ADHR, 1 Q 58, inventaire des biens de l’émigré de Boug du 28 juillet 1792.

6Ce parti pris du maître d’ouvrage, particulièrement marqué pour l’hôtel de Boug, n’est toutefois pas systématisé5. La bibliothèque ne prend pas toujours cette place privilégiée et se cantonne généralement aux emplacements plus reculés, où le propriétaire peut s’isoler et se transforme davantage en un cabinet de travail. Sa décoration et son mobilier n’en sont pas pour autant négligés. Les meubles de rangement s’intègrent dans les lambris de la pièce et sont chantournés en volutes rocaille ou en lignes néo-classiques. Faisant partie de l’immobilier, les inventaires après décès ne les mentionnent pas ; il n’en existe donc aucune description. En revanche, le mobilier courant y est recensé. À l’hôtel de Boug, l’inventaire fait état notamment d’un « […] secrétaire avec son dessus en ébène, un bureau avec sa garniture, trois chaises de canne en vernis vert, deux banquettes de canne […] »6. Cette description témoigne de l’usage qu’avait fait le propriétaire de cet endroit. Lieu de retraite ou de travail, la bibliothèque devient un espace d’intimité que le siècle des Lumières a magnifiée.

Les bibliothèques des conseillers

  • 7  Ces mentions se trouvent dans les inventaires après décès de François Joseph Curié, de Nicolas Ale (...)
  • 8  Le Conseil souverain fit promulguer un arrêt de règlement du 23 février 1703 interdisant aux impri (...)
  • 9  Inventaire après décès de François Favier, ADHR, 4 E Colmar III, 14 du 1er septembre 1705 ; invent (...)

7La présence des bibliothèques de conseillers nous est donnée par deux sources principales : les inventaires après décès et les procès verbaux de réquisition des biens des émigrés à la Révolution. Ces deux types d’archives doivent être maniés avec précaution. Le recensement fait par les notaires ne relève que les livres de valeur. Parfois, les mentions « des petits livres de toutes sortes et de peu de valeur » ou « plusieurs livres dépareillés »7 indiquent que l’inventaire était incomplet. Il ne fait donc pas mention des acquisitions de littérature nouvelle, illicite ou licencieuse ou encore publiée à l’étranger8. Cependant, l’inventaire après décès ne reflète pas uniquement le goût du défunt. Ce dernier avait pu hériter de la bibliothèque de son père, le plus souvent conseiller lui-même. Quatre de ces bibliothèques appartiennent aux pères des conseillers (Gordon de Badenoth, Larcher, Michelet et Scherrer) et étaient certainement le point de départ de collections qui ont grossi au fil du temps, notamment dans le domaine juridique. Enfin, certains inventaires nous mettent en présence d’ouvrages fort anciens, comme, en 1705, celui de la bibliothèque du conseiller François Favier ou celle léguée en 1761 par le père du conseiller Jacques Michel de Michelet, avocat au Conseil souverain d’Alsace qui possèdent chacune des ouvrages datant du XVIe et du début du XVIIe siècles9.

Tableau 1 : l’importance des bibliothèques des conseillers

dates d’inventaire

Nombre de titres

FAVIER François

1705

509

SCHERRER (inventaire du père)

1710

44

CURIE François Joseph

1713

29*

HUG Jean Thiébaut

1724

30

CORBERON Nicolas Augustin

1729

708

GUILLERMIN de CORNY André

1729

106

ROTTEMBOURG Conrad Alexandre

1735

156

LARCHER (inventaire du père)

1738

146

ZAIGUELIUS Jean Ulrich Thomas

1741

310

GORDON de BADENOTH (inventaire du père)

1750

115

KLINGLIN François Christophe Honoré

1755

43

MUNCK François Joseph Ignace

1755

79

MICHELET (inventaire du père)

1761

387*

GOLBERY Jean André

1769

184

GARNIER Nicolas Alexandre

1773

153*

FERIET Charles César

1776

154*

REINACH HIRTZBACH François Casimir Armand

1776

145*

DEMOUGE Melchior Ignace

1778

564

DUCOMTE André Siméon

1780

529

MULLER Joseph Antoine Xavier

1781

65

SALOMON J.B.S. (inventaire de sa veuve)

1786

64

BOUG Henri François Antoine

1792

312

SPON François Nicolas

1793

230

SCHAUENBOURG François Joseph

1816

180

Moyenne

230

* Les sommes indiquées par * sont largement sous-évaluées parce qu’elles ne tiennent pas compte des volumes dépareillés.

  • 10  MARTIN (Jean-Henri), Une croissance séculaire. In : Histoire de l’édition française : le livre tri (...)

8La possession d’une bibliothèque dépend de la fortune du propriétaire et de la progression de l’édition au XVIIIe siècle. Henri-Jean Martin a constaté que la courbe générale de la production imprimée croît régulièrement en France tout au long du siècle. Entre 1701 et 1770, elle a augmenté dans la proportion de 1 à 3, avec une accélération entre 1740 et 1750 et entre 1760 et 177510. Cette effervescence éditoriale transparaît‑elle dans les bibliothèques des conseillers ? D’une manière générale, l’importance des collections est patente surtout dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, exception faite des bibliothèques de François Favier et de Nicolas Augustin de Corberon (tableau 1). Quatre bibliothèques de plus de 500 titres ont été constituées entre 1761 et 1780 (Michelet, Reinach Hirtzbach, Demougé, Ducomte) tandis que quatre sont composées de plus de 200 titres (Garnier, Feriet, Boug, Spon).

9Le calcul de la moyenne nous permet d’établir que la bibliothèque du conseiller colmarien du XVIIIe siècle comptait 230 titres. Ce chiffre peut-il soutenir la comparaison avec celui des bibliothèques des élites françaises du XVIIIe siècle ? Les parlementaires bretons possèdent en moyenne jusqu’à 500 ouvrages, volume global comparable avec les collections des magistrats bisontins. Malheureusement, ces études recensent le nombre total de volumes et ne permettent pas de faire une comparaison tout à fait probante avec les bibliothèques alsaciennes dont les inventaires indiquent souvent uniquement les titres.

10En revanche, la moyenne des bibliothèques des parlementaires aixois s’établit à 380 titres environ, chiffre sensiblement équivalent à celui des Alsaciens.

11En définitive, les conseillers ne dérogeaient pas à leur statut social. Se fondant dans la masse des parlementaires provinciaux, ils avaient constitué des bibliothèques semblables à leurs confrères, sans toutefois atteindre celles de la haute noblesse de robe parisienne.

  • 11  LIEBEAUX (Florence), Trois bibliothèques en Alsace au 18e siècle, essai de typologie. Chantiers hi (...)

12Enfin, dans la province, les bibliothèques des conseillers dépassent en nombre de titres les collections de l’élite d’épée ou du clergé recensées jusqu’alors11, mais ne peuvent rivaliser avec les grandes bibliothèques des bourgeois savants de Mulhouse ou des professeurs prestigieux de l’Université de Strasbourg.

La composition des bibliothèques

13Les sources incomplètes des inventaires après décès ne permettent pas de cerner avec justesse la typologie des bibliothèques. Cependant, en étudiant la langue et le genre de ces ouvrages, il est possible de mettre en évidence des constantes et des variations.

La langue des ouvrages

14De par leur origine et leur office royal, les conseillers sont plongés dans un bain biculturel, où se pratiquent l’allemand et le français. Néanmoins, en examinant l’ensemble des inventaires, il s’avère que la proportion de livres en français domine largement avec 75 % des ouvrages dans la langue de Molière (tableau 2). Puis vient le latin, 20 % et enfin l’allemand avec 4 % des livres. Quant aux autres langues, elles se limitent essentiellement à l’italien ou au grec. Alors qu’il leur est demandé de maîtriser l’allemand dans le cadre professionnel, les bibliothèques des conseillers ne comportent que peu d’ouvrages écrits dans cette langue. Il est à noter que l’édition au XVIIIe siècle a fortement développé, dans un contexte de vulgarisation culturelle, la traduction de titres importants. Mais il reste des domaines très spécialisés qui ont maintenu la tradition de rédaction en langue savante. Et le latin est encore à cette époque la langue des érudits en Allemagne. C’est pourquoi, cette langue est largement présente dans les collections des conseillers. La fonction d’officier du roi leur demande de rendre la justice conformément au droit romain et il est donc logique de retrouver une part importante de leurs livres de droit en latin. En outre, défendant la religion catholique, apostolique et romaine, ils possèdent aussi beaucoup de titres religieux en latin.

Tableau 2 : la répartition des langues des titres par période :

En français

En latin

En allemand

1700-1720

70 %

26 %

4 %

1720-1740

82 %

16 %

2 %

1740-1760

68 %

30 %

2 %

1760-1780

79 %

15 %

6 %

1780 et plus

73 %

23 %

4 %

Les genres

15Pour l’analyse des bibliothèques par genres, nous avons repris le classement thématique utilisé par les libraires français du XVIIIe siècle dans leurs catalogues. Les cinq catégories – religion, droit, histoire, Belles-Lettres, sciences et arts – recouvrent des significations spécifiques.

Tableau 3 : la répartition des collections par genre :

Religion

Droit

Histoire

Belles Lettres

Sciences et arts

Divers

1705

Favier

25 %

28 %

10 %

24 %

5 %

8 %

1710

Scherrer

14 %

40 %

23 %

14 %

0 %

9 %

1713

Curié

11 %

26 %

30 %

7 %

7 %

19 %

1723

Guillermin de Corny

21 %

9 %

22 %

31 %

3 %

14 %

1724

Hug

24 %

31 %

9 %

9 %

9 %

18 %

1729

Corberon

12 %

14 %

21 %

35 %

11 %

7 %

1735

Rottembourg

5 %

8 %

22 %

43 %

13 %

9 %

1738

Larcher

6 %

9 %

32 %

47 %

3 %

3 %

1741

Zaiguelius

36 %

21 %

9 %

12 %

8 %

14 %

1750

Gordon de Badenoth

18 %

2 %

20 %

15 %

36 %

9 %

1755

Klinglin

0 %

0 %

9 %

83 %

0 %

8 %

1755

Munck

10 %

51 %

4 %

8 %

1 %

26 %

1761

Michelet

12 %

48 %

12 %

17 %

1 %

10 %

1769

Golbéry

13 %

18 %

9 %

16 %

5 %

39 %

1773

Garnier

30 %

30 %

11 %

11 %

5 %

13 %

1776

Feriet

14 %

19 %

20 %

30 %

8 %

9 %

1776

Reinach Hirtzbach

17 %

8 %

30 %

28 %

9 %

8 %

1778

Demougé

16 %

15 %

20 %

33 %

8 %

8 %

1780

Ducomte

15 %

23 %

10 %

37 %

6 %

9 %

1781

Muller

22 %

48 %

11 %

9 %

5 %

5 %

1786

Salomon

76 %

5 %

3 %

3 %

11 %

2 %

1792

Boug

10 %

27 %

10 %

27 %

4 %

29 %

1793

Spon

9 %

33 %

13 %

11 %

11 %

23 %

1816

Schauenbourg

13 %

8 %

13 %

30 %

27 %

9 %

Moyenne

18 %

22 %

16 %

24 %

8 %

13 %

16D’emblée, nous constatons que le domaine de prédilection des conseillers est le droit (tableau 3). Rien de plus normal de retrouver ce type de livres dans leurs bibliothèques. La première tâche de ces magistrats à la création de la Cour souveraine en Alsace, a été de connaître le droit d’Empire, de le modifier en l’adaptant progressivement au droit romain. Ce dernier avait une réputation de complexité et c’est pourquoi, une abondante littérature a été éditée afin de tenter de rationaliser les diversités du droit d’Ancien Régime. La multiplication d’ouvrages d’ordre pratique comme les répertoires de jurisprudence ou les compilations des Ordonnances royales en témoignent.

17Le domaine de la religion inclut les ouvrages de théologie, d’apologétique et de dévotion. Les œuvres qui relèvent de ce genre sont largement présentes dans les bibliothèques des conseillers. Certes, on pourra soutenir qu’il s’agit des livres les plus anciens de la bibliothèque. Mais à les étudier plus en détail, certains titres font référence aux interrogations et querelles religieuses qui ont jalonné les XVIIe et XVIIIe siècles.

18Le siècle des Lumières est friand d’histoire. Poursuivant la vulgarisation historique qui avait commencé au siècle précédent, les auteurs ont privilégié une écriture romanesque, moralisante et rarement érudite de l’histoire. Les Histoire de France, régulièrement rééditées, se concentrent sur les règnes des différents rois, marquant ainsi de leur empreinte l’orgueil de la nation. À ces grandes fresques s’ajoutent les histoires des provinces et des villes où l’histoire des personnages illustres avait valeur d’exemple.

  • 12  KIRSOP (Wallace), Nouveautés : théâtre et roman. In : Histoire de l’édition française : le livre t (...)

19Les Belles-Lettres, comme son nom l’indique, recouvrent les livres des grands genres littéraires : poésie, théâtre, romans, grammaires… Toutefois, deux genres vont devenir prépondérants : le théâtre et le roman. Reproduisant la tradition renaissante des textes d’inspiration gréco-romaine, le Grand Siècle a renforcé le succès du théâtre dramatique en le propulsant au sommet de la hiérarchie littéraire et lui a assuré une longévité qui ne se démentit pas au siècle suivant. Le roman occupe une place minime dans la nomenclature des Belles-Lettres au XVIIe siècle. Moins respectable, il est plus libre que le théâtre officiel, et c’est sans doute pourquoi il évolue avec plus d’aisance durant un XVIIIe siècle qui le transforme enfin en un genre majeur de la littérature12.

20Enfin, le dernier genre regroupe les sciences et les arts. Cette catégorie reproduit le mieux l’évolution de l’édition des Lumières. Les traités scientifiques, issus d’observations et d’écrits en langue vernaculaire, ont pris le pas à cette époque sur les traductions des textes de l’Antiquité. Les livres de vulgarisation ont orné les rayonnages des bibliothèques des profanes lettrés ; les sciences n’étaient plus uniquement réservées au monde des savants.

21À l’analyse du tableau ci-dessus, nous pouvons constater que le genre de prédilection des conseillers tout au long du siècle demeure les Belles‑Lettres puisque la moyenne regroupe 24 % des titres et que certaines collections comme celle du conseiller Klinglin, pouvaient atteindre près de la moitié des ouvrages. Le second domaine est représenté par le droit avec 22 % – chiffre somme toute élevé au regard de leur profession – suivi par la religion et l’histoire. Cependant, ces derniers résultats ne suivent pas la baisse sensible constatée en France au cours du XVIIIe siècle. Les sciences et les arts demeurent loin derrière avec seulement 8 %. Néanmoins, cette catégorie accuse une forte progression surtout dans la seconde moitié du siècle, période où la production éditoriale était plus prolixe dans ce domaine. Elle affiche des pourcentages importants dans les bibliothèques des conseillers Gordon, Salomon, Spon et Schauenbourg.

22Les conseillers colmariens se démarquent-ils de leurs confrères parlementaires ? La première remarque concerne le caractère professionnel des bibliothèques des magistrats alsaciens. Seuls les parlementaires aixois peuvent rivaliser avec eux puisque leurs collections totalisent 35 % d’ouvrages juridiques contre 22 % chez les Alsaciens alors que les Bisontins et les Parisiens en possèdent respectivement 12 % et 18 %. Comment interpréter une telle disparité ? Il serait logique d’en déduire que le volume important de livres de droit chez les Alsaciens s’explique par la nouveauté de la charge – n’oublions pas que la Cour souveraine n’avait été créée que depuis la seconde moitié du XVIIe siècle – et la particularité biculturelle de la province. Néanmoins, pourquoi les Aixois possèdent-ils autant de titres juridiques ? Est-ce dû à un phénomène d’accumulation et d’héritage ?

23Les autres domaines de la connaissance ne présentent pas plus de concordances. La religion souffre au XVIIIe siècle d’une désaffection progressive parmi les élites. Ce désaveu se sent très nettement chez les parlementaires bisontins avec 9 % de livres de religion contre 13 % chez les Provençaux et 12 % chez les Parisiens. Ce dernier chiffre tombe même à 6 % à la fin de l’Ancien Régime. En revanche, le pourcentage alsacien atteint 18 %. Défenseurs de la religion du roi, il était important pour les magistrats alsaciens d’imprimer, par tous les moyens, la suprématie du catholicisme en terre protestante et le livre religieux avait notamment vocation à cette fonction.

  • 13  L’ensemble des chiffres est extrait de : CHARTIER (Roger), Lectures et lecteurs dans la France d’A (...)

24L’histoire recouvre également des différences importantes. Alors que les parlementaires parisiens et bisontins possèdent respectivement 31 % et 36 % de livres historiques, leurs confrères aixois et alsaciens se contentent de 16 %. Les Belles-Lettres sont logées à la même enseigne. Les magistrats franc-comtois et alsaciens tiennent le haut du panier avec 35 % et 24 % de titres tandis que les Aixois n’en ont que 18 %. Enfin, pour les sciences et les arts, domaine qui avait le plus évolué au cours du siècle, les Alsaciens se rapprochent des Bisontins et des Aixois avec 8 %, 6 % et 7 %. Cette catégorie monte à 15 % chez les Parisiens13. En définitive, les bibliothèques des magistrats du royaume reflètent des spécificités régionales bien perceptibles.

La bibliothèque de société savante

  • 14  CHARTIER (Roger), ROCHE (Daniel), Les pratiques urbaines de l’imprimé, in : Histoire de l’édition (...)
  • 15  Pour en savoir plus : SCHMITT (Jean-Marie), Bourgeoisie provinciale entre Lumières et fumées : rec (...)
  • 16  Les huit conseillers étaient : Henri François de Boug, Louis François Français de Galins, Michel J (...)
  • 17  BMC, Ms 701, Catalogue des livres qui se trouvent dans la bibliothèque de la Tabagie littéraire de (...)

25Une nouvelle pratique de lecture fait son apparition au milieu du siècle, la société de lecture. Selon l’affirmation de Roger Chartier et de Daniel Roche : « un livre lu n’est pas toujours un livre possédé »14, les conseillers ont participé à cette nouvelle forme du lire. À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, ces sociétés sont initiées dans un esprit de partage d’une culture commune. Elles se dotent de bibliothèques, achètent des périodiques français et étrangers afin de les prêter à leurs membres et d’alimenter leurs échanges littéraires avec des correspondants. Fort de l’expérience de la Société de lecture créée par le poète colmarien Théophile Conrad Pfeffel en 1760, une seconde assemblée littéraire est fondée en 1785 à Colmar, la Tabagie littéraire. Contrairement à la société de Pfeffel qui n’acceptait que des membres protestants, la Tabagie ouvre ses portes aux deux confessions. Cependant, le brassage religieux ne laisse pas transparaître un brassage professionnel. Certes, les adhérents font partie de la bourgeoisie aisée de Colmar mais ce sont les hommes de loi attachés au Conseil souverain qui en représentent la majorité, soit le tiers des effectifs sur les quinze ans d’existence de la Tabagie (35 sur 92)15. Huit conseillers sont inscrits sur les listes. À ce chiffre, il faut y ajouter trois fils de conseillers16. La composition de la bibliothèque de la société de lecture reflète l’évolution de l’opinion de ces élites. La bibliothèque compte, à sa dissolution, plus de 1 100 volumes. Le catalogue, établi en 1787 par l’imprimeur du roi Jean Henri Decker, est divisé en quatre parties17. Les domaines de l’histoire et de la géographie contiennent 68 titres dont 8 en allemand ; l’histoire naturelle et la physique, 9 titres dont un en allemand ; les Belles-Lettres et les beaux arts, 64 titres dont 2 en anglais et 10 en allemand ; enfin la philosophie, les périodiques et « mélés », 100 titres dont 15 en allemand. La Tabagie est abonnée à plusieurs périodiques dont le Mercure de France, le Journal de Paris, le Courrier de l’Europe ou le Journal d’histoire naturelle. Cette nouvelle forme de diffusion des informations, plus synthétique et plus rapide, a connu un engouement en France surtout à partir des années 1760.

Conclusion : vers la bibliothèque publique

26Privées ou associatives dans le cadre des sociétés de lecture, les bibliothèques alsaciennes sont représentatives de la culture de l’élite judiciaire du royaume au XVIIIe siècle. La faible présence d’ouvrages allemands chez les conseillers alsaciens peut surprendre dans ce contexte biculturel. Mais peut-on oublier que la littérature savante allemande est alors encore largement écrite en latin ? Ce constat ne reflète que partiellement la réalité des échanges littéraires outre-Rhin. La Révolution va mettre un frein momentanément à cette effervescence culturelle. La Tabagie est dissoute le 4 Frimaire an II sur ordre du représentant en mission Hérault de Séchelles. Dans ce tourbillon révolutionnaire, les bibliothèques, universitaires, des établissements religieux ou des sociétés de lecture sont confisquées par le nouveau régime. Les bibliothèques privées des conseillers sont à leur tour confisquées comme le sont celles de tous les émigrés. Devant l’ampleur de ces collections, on nomme des commissions, chargées de les inventorier. L’objectif des autorités est de mettre à disposition du public cette masse d’ouvrages, et de rendre la culture enfin accessible au plus grand nombre. Ces saisies sont destinées à constituer les fonds des bibliothèques publiques, ouvertes dans les villes chefs-lieux de départements.

Haut de page

Notes

1  BURCKARD (François), Le Conseil souverain d’Alsace au XVIIIe siècle : représentant du roi et défenseur de la province. Publications de la Société Savante d’Alsace, 1995, p. 134.

2  UMBRECHT (Véronique), Entre Empire et royaume, les Messieurs du Conseil souverain et leurs demeures au XVIIIe siècle en Alsace. Thèse de doctorat, Université Marc Bloch de Strasbourg, 2008. UMBRECHT (Véronique), Position de thèse : Entre Empire et royaume, les Messieurs du Conseil souverain et leurs demeures au XVIIIe siècle en Alsace. Revue d’Alsace, 2009, p. 461.

3  Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers : mis en ordre et publié par Diderot, quant à la partie mathématique, par d’Alembert, 1751, Réédité par Pierre MOUCHON, 1966, article Bibliothèque, t. 2, p. 228.

4  VIARDOT (Jean), Livres rares et pratiques bibliophiles. In : Histoire de l’édition française : le livre triomphant 1660-1830. Sous la dir. de Roger CHARTIER et Henri-Jean MARTIN, 1990, p. 586.

5  UMBRECHT (Véronique), Un art de vivre français ? Les Messieurs du Conseil souverain d’Alsace dans leurs demeures au XVIIIe siècle, Société Savante d’Alsace, Strasbourg, 2010.

6  ADHR, 1 Q 58, inventaire des biens de l’émigré de Boug du 28 juillet 1792.

7  Ces mentions se trouvent dans les inventaires après décès de François Joseph Curié, de Nicolas Alexandre Garnier, du père de Jacques Michel Michelet, de François Armand Casimir de Reinach.

8  Le Conseil souverain fit promulguer un arrêt de règlement du 23 février 1703 interdisant aux imprimeurs alsaciens de faire publier leurs ouvrages à l’étranger et donc sans contrôle de la censure locale.

9  Inventaire après décès de François Favier, ADHR, 4 E Colmar III, 14 du 1er septembre 1705 ; inventaire après décès de Jacques Michelet, père de Jacques Michel, ADHR, 4 E Colmar III, 180 du 24 janvier 1761.

10  MARTIN (Jean-Henri), Une croissance séculaire. In : Histoire de l’édition française : le livre triomphant 1660-1830, sous la dir. de Roger CHARTIER et Henri-Jean MARTIN, 1990, p. 119 et suivantes.

11  LIEBEAUX (Florence), Trois bibliothèques en Alsace au 18e siècle, essai de typologie. Chantiers historiques en Alsace, 3, 2000 ; SCHRECK (Nicolas), La République de Mulhouse et l’Europe des Lumières, Strasbourg, 1993.

12  KIRSOP (Wallace), Nouveautés : théâtre et roman. In : Histoire de l’édition française : le livre triomphant 1660-1830. Sous la dir. de Roger CHARTIER et Henri-Jean MARTIN, 1990, p. 276.

13  L’ensemble des chiffres est extrait de : CHARTIER (Roger), Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Seuil, 1987. Et de : MARION (Michel), Bibliothèques moyennes du XVIIIe siècle, in : Histoire des bibliothèques françaises : les bibliothèques sous l’Ancien Régime 1530-1789, sous la dir. de Claude JOLLY, Promodis, 1988, p. 252 et 253.

14  CHARTIER (Roger), ROCHE (Daniel), Les pratiques urbaines de l’imprimé, in : Histoire de l’édition française : le livre triomphant 1660-1830, Sous la dir. de Roger CHARTIER et Henri-Jean MARTIN, 1990, p. 533.

15  Pour en savoir plus : SCHMITT (Jean-Marie), Bourgeoisie provinciale entre Lumières et fumées : recherches sur le recrutement de la Tabagie littéraire de Colmar (1785-1800), Revue d’Alsace, 1993, n° 119, p. 241‑269 ; GUETH (Francis), De la « Tabagie littéraire » à la « Société populaire » : étude iconographique, Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Colmar, 1990, p. 113-141 ; BRAEUNER (Gabriel), Le Conseil souverain d’Alsace et la vie intellectuelle à Colmar au XVIIIe siècle, Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Colmar, 1998, n° 43, p. 67-84.

16  Les huit conseillers étaient : Henri François de Boug, Louis François Français de Galins, Michel Jacques de Michelet, François Antoine Payen de Montmor, Etienne Ignace de Salomon, François Antoine Queffemme, François Nicolas de Spon, François Alexis de Zaiguelius. Les trois autres adhérents étaient les fils des conseillers François Joseph de Bourste, François de Bruges, Jean Ulrich Thomas de Zaiguelius.

17  BMC, Ms 701, Catalogue des livres qui se trouvent dans la bibliothèque de la Tabagie littéraire de Colmar, 1787, imprimé par Jean-Henri Decker, Imprimeur du Roi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Hôtel de Boug, 21-23 rue Chauffour à Colmar, rez-de-chaussée (reconstitution)
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Umbrecht, « Elites judiciaires et culture », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 141-153.

Référence électronique

Véronique Umbrecht, « Elites judiciaires et culture », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/148 ; DOI : 10.4000/alsace.148

Haut de page

Auteur

Véronique Umbrecht

Docteur en Histoire, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page