Navigation – Plan du site

« Nus in das huß » La léproserie de Haguenau et ses habitants du 13e au 17e siècle

Élisabeth Clementz
p. 41-85

Résumés

Aucune léproserie d’Alsace n’a un fonds d’archives aussi bien conservé que Saint-Gilles de Haguenau. Son exploitation a permis d’évaluer le nombre de lépreux qui y ont séjourné entre 1425 et 1526, la durée du séjour d’un certain nombre d’entre eux (4,5 ans en moyenne), leur origine géographique et le milieu social auquel ils appartenaient. Grâce aux livres de comptes partiellement conservés à partir de 1425, nous pouvons également entrevoir ce qu’était la vie quotidienne de ces malades vivant hors les murs de la ville (alimentation, déplacements, absence d’autres soins que les bains, omniprésence de la religion...) et quelles étaient les ressources mises en œuvre par la maison pour subvenir à leurs besoins. Par ailleurs, les documents nous renseignent également sur les modalités de l’inspection des lépreux et sur les diagnostics établis par les chirurgiens. Un malade atteint de lèpre était déclaré unrein und schuldig, impur et coupable, preuve qu’au Moyen Age, la lèpre n’est pas considérée comme une simple maladie, mais aussi comme un mal moral qui a à voir avec le péché. Ce fonds d’archives nous permet donc de mesurer à la fois la force de l’exclusion mais aussi les lacunes de la ségrégation dont les lépreux font l’objet.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  BERIAC (F.), Des lépreux aux cagots, Recherches sur les sociétés marginales en Aquitaine médiévale(...)

1Qu’est-ce que la lèpre autrefois ? Un mot, dont nous ne savons pas au juste quelle réalité il recouvre. Car, d’une part, la lèpre, comme toute autre maladie, a pu évoluer au fil des siècles. D’autre part, nous ne savons pas si les gens que les sources nous présentent comme lépreux l’étaient vraiment. Les diagnostics anciens, on le verra, sont parfois contradictoires, et Ambroise Paré souligne au 16e siècle que sous le nom de lèpre, on désigne aussi la gale et diverses autres affections cutanées1. Ce n’est qu’en 1873 que le Norvégien Hansen identifie le bacille de la maladie qui depuis porte son nom. C’est depuis cette date qu’il est possible de distinguer sûrement la lèpre d’autres affections dermatologiques. Avant 1873, en revanche, la lèpre n’est pour nous qu’un mot - un mot qui inspire la peur et la répulsion, un mot qui suffit à mettre un homme au ban de la société, un mot qui n’a pas fini de résonner puissamment dans l’imaginaire collectif.

  • 2  Les chapitres 13 et 14 du Lévitique contiennent une description de la lèpre de la peau et du cuir (...)
  • 3  TOUATI, Maladie  p.189-190.
  • 4  W. WIEGAND, éd., Urkundenbuch der Stadt Straßburg, I, 1879, 188-89 n°239.
  • 5  AMH AH 87, dossier brillamment exploité par HANAUER, Lépreux.

2En effet, le Moyen Age a trouvé dans l’Ancien Testament l’idée que la lèpre n’est pas une simple maladie, mais une impureté rituelle qui a à voir avec le péché2, mais sa perception du lépreux évolue avec le temps. Ainsi, pour saint Ambroise et saint Grégoire, la lèpre est certes révélatrice de l’état de péché, mais elle offre également une occasion de rachat3. Cette chance de salut concerne bien évidemment le lépreux lui-même, mais aussi toute personne qui se mettra à son service, toute personne qui verra en lui l’image du Christ souffrant. Cette vision du lépreux, fortement soutenue par le mouvement canonial, prédomine au 12e siècle. Etudiant les léproseries de la province ecclésiastique de Sens, Touati a pu établir qu’à cette époque la part relative des malades par rapport aux valides - frères et sœurs laïques, convers et converses, reçus, donnés - y est comprise entre le tiers et la moitié des effectifs. Une telle cohabitation entre une population saine et des lépreux nous est inconnue en Alsace. Hasard des sources ? Pas forcément. En Alsace, on ne sait presque rien sur les léproseries avant le 14e siècle, et la première d’entre elles n’apparaît qu’en 12344. Avant cette date, l’Alsace est-elle dépourvue de léproseries, ou de sources susceptibles de les mentionner ? Quoi qu’il en soit, on retrouve dans ce domaine le retard que l’on constate aussi chez nous, et dans tout l’Empire, en ce qui concerne l’apparition des châteaux-forts, des enceintes urbaines, des institutions charitables ou hospitalières, et dans bien d’autres domaines encore. Le décollage économique plus précoce dans bon nombre de régions françaises y crée les conditions favorables à la fondation d’hôpitaux et de léproseries dès le 12e siècle, alors qu’en Alsace elles ne semblent pas réunies avant le milieu du 13e siècle - à un moment où l’image du lépreux a déjà considérablement évolué aux yeux de la société. Ce qui prédomine désormais, c’est la conception vétérotestamentaire de la lèpre, synonyme d’impureté. La lecture des documents concernant PeterSchriber, un greffier du tribunal de Haguenau dénoncé comme lépreux en 1446 et mettant tout en œuvre pour contester ce diagnostic, est édifiante5. Sans arrêt, lui-même et d’autres lépreux dans le même cas que lui sont dits unrein und schuldig, impurs et coupables. Plus encore qu’un malade, le lépreux est donc un réprouvé, frappé d’une malédiction qui, de plus, semble irréversible, car non seulement la lèpre passe pour incurable, mais même les saints semblent impuissants devant elle : en Alsace, aucune guérison miraculeuse ne concerne de lépreux.

  • 6  Certes, il est anachronique de vouloir projeter nos conceptions pasteuriennes de la transmission d (...)
  • 7  En Alsace, le poêle (trinkstube) désigne une sorte de club où les hommes d’un même milieu se réuni (...)
  • 8  AMH AH 87/3 : ... das sich sin [Peter Schribers] gestalt also gezoiget hat, als das in die stubeng (...)
  • 9  AMH AH 87/37, 1447 : Ich Bernhart von Heidelberg, houbtkanne uff dem alemende zu Hagenowe  ... erk (...)

3La notion de lèpre au Moyen Age est donc chargée d’opprobre. Mais, de façon tout à fait paradoxale, la lèpre, maladie d’ordre moral, inspire également une peur panique de la contagion6. Dans l’affaire Peter Schriber, Claus von Isenhusen dépose que les compagnons qui fréquentaient le même poêle7 en ville que Schriber le craignaient tellement à cause de la lèpre, qu’ils ne voulaient plus manger avec lui et qu’ils brisaient tous les verres et tous les cruchons dans lesquels le malheureux greffier avait bu8. L’échanson Bernhart von Heidelberg rapporte qu’on avait apporté un repas pour Peter au poêle, que personne ne voulait le manger, et quand on le lui a donné à lui, il n’en a pas voulu non plus et il l’a jeté dans la rivière9.

  • 10  Les termes sondersiech et feldsiech sont employés dans les chartes. Le mot ussatz apparaît égaleme (...)

4Dans la pratique, cette peur de la contagion se traduisait par la relégation des lépreux à l’extérieur des villes. Les termes allemands pour désigner un lépreux reflètent cette idée de ségrégation, de mise au ban. Dans les chartes, le lépreux est dit sondersiech, littéralement malade mis à part, ou feldsiech, malade des champs. Ce mot prouve que la vie en ville, en société, n’était pas concevable pour un lépreux. La maladie elle-même est désignée par le terme d’Aussatz, celui qui en est atteint aussätziger, ségrégé10.

  • 11  METZ (B.), Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d’Alsace (1200-1350), RA, tome 128, 2002, (...)
  • 12  Communication orale de M. le Professeur Irsigler. Les comptes de la léproserie de Bâle débutent en (...)
  • 13  AMH AH 88 et 89.
  • 14  Les années conservées sont : 1425-1426, 1429-1430, 1440, 1442-1450, 1452, 1454, 1457, 1460-1461, 1 (...)
  • 15  L’analyse prosopographique se limitera à la période 1425-1526. A cette date, il y a une rupture de (...)

5Jusqu’au milieu du 14e siècle au moins, Haguenau est pratiquement la seconde ville d’Alsace, à égalité avec Colmar11. Son équipement urbain est assez complet, et inclut évidemment une léproserie. Celle-ci nous a laissé un fonds d’archives qui n’a pas d’équivalent en Alsace. Cas rare dans l’aire germanique12, il comprend, en plus d’actes d’acquisition de biens et de rentes13, des comptes, débutant en 1425 et couvrant les 15e, 16e et 17e siècles14 - non certes sans de sérieuses lacunes, mais la série conservée est suffisamment riche pour permettre de saisir le quotidien des malades, d’évaluer la durée de séjour de certains lépreux au courant des 15e et 16e siècles15 et de voir fonctionner cette institution.

Origines de la léproserie

  • 16  AMS AH 11389, f° 111r.
  • 17  TOUATI, Maladie, p. 266.
  • 18  GROMER (G.), éd., Un document alsacien du 13e s. : le plus ancien nécrologe de l’église Saint-Geor (...)
  • 19  Chronique de Colmar, MGH SS 17, 263, l. 23-28.
  • 20  1327 : AMH AA 256/187, photo de l’orig. Staatsarchiv Marburg Y1/187, éd. HANAUER, St Nicolas, 45 n (...)
  • 21  TOUATI, Maladie, 1988, p. 266.

6Il n’y a en Alsace aucune léproserie dont on connaisse la date de fondation, et les débuts de chacune d’elles restent obscurs. Celle de Haguenau ne fait pas exception. Sa première mention sûre est de 1287 : un legs est fait aux Clarisses de Haguenau à charge d’un pain (par semaine ?) den guten luten16. Ce sont en général des maisons récentes, encore mal dotées, qui bénéficient de telles rentes alimentaires : les donateurs ressentent la nécessité de parer au plus pressé en pourvoyant à la nourriture des lépreux17. D’autre part, le premier nécrologe de la paroisse Saint-Georges de Haguenau (2e moitié du 13e siècle) mentionne Ellin de domo leprosorum - une habitante de la léproserie, mais pas nécessairement une lépreuse - qui a donné un manteau à l’Oeuvre18. En 1298, les Strasbourgeois assiègent brièvement Haguenau et détruisent deux faubourgs19. La léproserie, qui était sur leur trajet, a pu souffrir de cette incursion, mais aucune source ne nous en informe. En 1327, la chapelle Saint-Gilles de la léproserie est consacrée et obtient une indulgence ; une autre s’y ajoute en 132820. On peut y voir le signe que le processus de fondation est achevé, la léproserie institutionnalisée et suffisamment dotée, et sa viabilité démontrée. Pour Touati, cette évolution est classique : « le bénéfice courant d’une protection pontificale, une fois passé un délai, que l’on qualifierait volontiers de probatoire, d’une vingtaine à une trentaine d’années en moyenne, consacre la fondation et surtout le niveau atteint par l’institution21 ».

L’emplacement de la léproserie, révélateur d’un état d’esprit ?

  • 22  DENECKE (D.), Methodische Untersuchungen zur historisch-geographischen Wegeforschung im Raum zwisc (...)
  • 23  C’est là que la carte de Cassini (repr. in Etudes Haguenoviennes 27, 2001, 164) situe la maladreri (...)
  • 24  AMH AH 90/20 et AMH AH 90/17.
  • 25  AMH AH 91 : 4 ß, 6 d, die wurden Kniste g[eb]en dem kursener, do das er brot hies und win, do wir (...)
  • 26  AMH AH 91.

7Les léproseries sont si souvent situées au bord d’une grand’route qu’elles sont considérées comme un indice important par les spécialistes de l’histoire routière22. Celle de Haguenau ne déroge pas à cette règle. Elle était en effet située à 2 km au sud-ouest de la vieille ville sur l’actuelle RN 440, tronçon de la voie de Strasbourg à Mayence par Wissembourg et Spire, là où elle franchit le Rotbach, à l’emplacement de l’actuel Motel des Pins23. Si les maladreries sont au bord des routes, c’est pour que les lépreux puissent solliciter la générosité des gens de passage. A Haguenau, la quête effectuée pour les lépreux est évoquée à plusieurs reprises entre 1410 et 1446. Elle semble affermée dès 141024, et d’un modeste rapport. La situation est inchangée en 1440. En cas de nécessité, un valet de la léproserie quêtait des dons en nature25. En 1446, la léproserie achète un panier pour le pain que l’on mendie26.

  • 27  Un exemple de 1406 : zu den guten lüten vor der stat zu Hagenowe uff der Rotbach gelegen  (AMH AH (...)
  • 28  AMH AH 93/17, 1545 : 3 gulden 6 d. ... von eim nuwen brunnen zu machen.  12 ß geben ... von den st (...)
  • 29  En Alsace, la seule exception serait une léproserie au cimetière de Benfeld ; encore n’est-elle co (...)
  • 30  Pour TOUATI, Maladie, p. 270, « loin d’être la conséquence première ou exclusive d’un rejet ou d’u (...)
  • 31  Il s’agit de Claus Hanneman (avant 1438-1450), Ulrich von Sufelnheim (1451-1456) et Heintze Witpru (...)
  • 32  LE GOFF (J.), La civilisation de l’Occident médiéval, 1977, p. 388.

8Les chartes du 14e et du 15e siècles situent régulièrement la léproserie vor der stat zu Hagenowe uff der Rotbach27. Le Rotbach prend sa source au Nord de Harthouse et se jette dans la Moder à Bischwiller. Le ravitaillement en eau était évidemment un élément vital pour la survie de la communauté et pour l’alimentation des bains. La léproserie était même dotée de deux puits, l’un étant spécialement réservé aux lépreux28. Quant à l’expression vor der stat, elle rappelle que la léproserie de Haguenau, comme presque toutes les autres, était extra muros29. Cette localisation traduit le rejet dont les lépreux faisaient l’objet de la part de leurs contemporains, en tout cas à partir du 13e siècle30. Cette volonté de rejeter le lépreux à l’extérieur des remparts de la ville se retrouve même dans les livres de comptes. Entre 1443 et 1461, lorsque les économes ou schaffner31 parlent de l’arrivée d’un nouveau lépreux, ils écrivent « als er nus in das huß kam ». Ce nus [pour hinaus] indique bien qu’entrer à la léproserie, c’est sortir de la ville. Mais ce n’est pas s’en éloigner beaucoup - la maison est à environ 2 km du Kiselsteigertor - et ce n’est pas non plus fuir le contact des humains - elle est au bord de la route la plus fréquentée qui sorte de la ville. Cette ambiguïté mérite une explication. Le Goff évoque une « chrétienté impitoyable, qui semble détester les lépreux et les admirer à la fois, elle en a peur dans un mélange d’attirance et d’effroi. Elle les tient à distance, mais elle fixe cette distance de façon assez proche pour les avoir à sa portée32 ».

  • 33  ZGO 5. 1854, p. 182 : [Sie] kament ... mit maht ... vur die stat [Hagenau] ... und verbranten mùle (...)
  • 34  Ibid. p. 183.

9Même si elle est faible, la distance entre la ville et la léproserie est suffisante pour exclure cette dernière du périmètre délimité par les remparts. Cette situation hors des murs protecteurs de la ville pose une question qui est loin d’être élucidée. Qu’advenait-il des lépreux en temps de troubles et de guerre ? Haguenau a été assiégée par les Strasbourgeois en 1298. En 1359, un litige entre d’une part, la ville de Haguenau et le Landvogt et, d’autre part, l’évêque et la ville de Strasbourg dégénère en guerre. Dans ce contexte, l’évêque et la ville de Strasbourg assiègent la ville de Haguenau et brûlent les moulins, les fermes et tout ce qui se trouvait à l’extérieur de la ville33. On peut se demander quel a été le sort de la léproserie à ce moment-là. La question est d’autant plus pertinente que la même année 1359, Haneman von Lichtenberg, après avoir volé beaucoup de bétail, incendie lui aussi tout ce qui se trouve aux alentours de la ville de Haguenau34. Il est fort probable que la léproserie ait eu à souffrir de ces différents raids.

  • 35  HERTZOG (B.), Chronicon Alsatiae, Edelsaßer Chronik, 1592, II 104-105 : es stunden damals vor Hage (...)
  • 36  SITTLER (L.), Haguenau et la Décapole, Saisons d’Alsace n°58, 1976, p. 52 : en juin 1471, la ville (...)
  • 37  Archiv-Chronik, in Code Historique et Diplomatique de la Ville de Strasbourg, II, 1848, p. 205.

10En 1444, à l’arrivée des Armagnacs, une masse de paysans court se réfugier à Haguenau. Leurs voitures provoquent des embouteillages aux portes, notamment de la léproserie au Kieselsteigertor. Finalement, les Armagnacs occupent la léproserie35. Haguenau a encore vécu dans l’insécurité au cours de la guerre de Wissembourg, vers 147036. A la même époque, l’Electeur Palatin Friedrich envoie une troupe de 30 cavaliers couper les communications de Haguenau avec l’extérieur37.

  • 38  AMH AH 86/43 : were es ouch, das soliche mergliche krieges löuffe kement, do durch die herren nich (...)

11Quel a été l’impact de ces épisodes sur la vie de la communauté ? Une seule chose est sûre : les comptes des années 1471, 1472, 1473 et 1474 ne sont pas conservés. Et curieusement, une donation de 1476 prévoit la conduite à tenir par le prêtre de la léproserie en cas de troubles. S’il ne peut accéder à la léproserie pour faits de guerre, il devra dire la messe à la chapelle du château38. Le texte reste malheureusement muet sur le destin des lépreux en période d’insécurité.

  • 39  AMH AH 86/1.
  • 40  AMH AH 91, 1454.
  • 41  AMH AH 92, 1514.
  • 42  AMH AH 86/46, 1542 : demnach biß anher die armen veldtsiechen ... gemeinlichen, als die wüchenlich (...)

12Pourtant, malgré la situation extra muros de la léproserie, les contacts entre les personnes saines et celles qui avaient été contaminées par le bacille de Hansen étaient plus fréquents que ce que l’on pourrait imaginer. L’indulgence de 1328 est accordée, entre autres, aux pèlerins qui assistent à la messe célébrée à la chapelle des lépreux, le jour de la Saint-Gilles et lors de nombreuses autres fêtes39. La simple présence de pèlerins à la chapelle des lépreux suppose des moments de cohabitation entre les deux communautés. En 1524, les épouses des administrateurs assistent à la kermesse de l’église Saint-Gilles. A cette occasion, l’économe a acheté un demi-ohm de bon vin. Par ailleurs, à deux reprises au moins, les lépreux ont pénétré à l’intérieur des remparts. En 1454, la maison dépense 23 d. pour l’achat de morue séchée « lorsque les lépreux étaient ici en ville40 ». En 1514, les comptes mentionnent une dépense de 5 d. pour un pot de vin. Cette boisson leur a été donnée alors qu’ils étaient en ville chez les Franciscains41. Les Franciscains de Haguenau étant établis intra muros, la présence des lépreux à l’intérieur de la ville ne peut donc être mise en doute. Un texte de 1542 évoque même la pratique hebdomadaire de la quête par les lépreux. A cette occasion, tous les lundis, ils étaient autorisés à pénétrer dans la ville pour mendier pour eux et pour leur cheval42. Ce texte, certes tardif, fait très certainement référence à une coutume beaucoup plus ancienne.

  • 43  AMH AH 91, 1484.
  • 44  AMH AH 93, 1557.

13Le compte de l’année 1484 révèle un transfert de vêtements ayant appartenus à des lépreux qui peut paraître surprenant. En effet, à cette date, l’économe de la maison vend les habits de trois lépreux défunts à un fripier43. En 1557, un habitant d’Ettendorf achète un lit ayant appartenu à un lépreux44. Dans les deux cas, l’attitude des acheteurs est radicalement différente de celle desmembres de la Trinkstube que Peter Schriber fréquentait et qui, pour certains n’avaient pas hésité à briser les verres et cruchons qu’il avait touchés. Comment expliquer des attitudes aussi opposées ? Les compagnons de Peter Schriber sont des gens fortunés qui peuvent se permettre de briser de la vaisselle. Pour l’économe de la léproserie, la vente des habits et des meubles des lépreux représente une source de revenus non négligeable. Ces objets étaient peut-être revendus à un prix intéressant, ce qui expliquerait que, malgré leur provenance, ils trouvent des acquéreurs.

  • 45  AMH AH 92, 1526.

14Occasionnellement, un lépreux pouvait faire office de messager. En 1526, le lépreux Veit est ainsi chargé par les deux administrateurs d’une mission. Les deux mandataires lui allouent la somme de 5 ß 3 d. pour ses frais de voyage45.

  • 46  AMH AH 91, 1490.
  • 47  AMH AH 86/46, 1542. Les lépreux avaient l’habitude de quêter dans le cimetière Saint-Georges, derr (...)
  • 48  Normalement, on enterrait un lépreux au cimetière situé autour de la chapelle Saint-Gilles.

15En 1490, la présence d’un lépreux mort au cimetière Saint-Georges, situé au coeur de la cité, a dû émouvoir la population. Malheureusement, le texte est difficile à interpréter : « 6 d. von eime gutlute manne zu begraben, lage zu sante Jergen uffen kirchhofe46 ». De deux choses l’une : ou le lépreux a été retrouvé mort au cimetière paroissial de Saint-Georges, en ville, peut-être lors d’une tournée de quête47, ou alors il y a été enterré par erreur. Dans cette dernière hypothèse, la non-cohabitation entre lépreux et population saine resterait valable jusque dans la mort et justifierait que l’on déterre un lépreux enterré par erreur dans le cimetière de la paroisse Saint-Georges48. Quoi qu’il en soit, ces exemples et la localisation de la léproserie montrent toute l’ambiguïté du statut du lépreux. Il est certes hors de la ville, mais proche d’elle ; il est isolé de la population saine, mais les contacts existent.

Les lépreux de Haguenau

  • 49  AMH AH 86/6 : ... also was iares an den vorgenannten nun untzen pfennige geltes uber blibet ... da (...)
  • 50  AMH AH 86/8 : ... die überigen pfennige sullent su geben umbe win, fleisch, und umbe fische den si (...)
  • 51  La série 1425-1526 est le corpus retenu pour l’étude (voir n. 14-15). Parmi les lépreux qui ont ét (...)

16Pour le 14e siècle, aucun nom de lépreux ne nous est parvenu. Mais la communauté des lépreux est évoquée à deux reprises. En 1366, une fondation de luminaire prévoit que si les neuf onces allouées ne sont pas utilisées entièrement, le reste devra être réparti entre les lépreux49. Une fondation de messe de 1372 prévoit une somme pour l’achat de vin, de viande et de poisson pour les lépreux50. Au 15e siècle, les renseignements se font plus abondants. Grâce à une série de comptes couvrant la période 1425-152651, et malgré les lacunes que comporte cette série, l’identité de 168 lépreux, leur origine géographique et dans certains cas la durée de leur séjour à la léproserie avant leur décès ont pu être établis.

  • 52  TOUATI, Maladie, p. 316. L’étude de la léproserie de Haguenau rejoint celle de Touati pour la lépr (...)
  • 53  TOUATI, Maladie, p. 116.
  • 54  Il s’agit d’un garçon de Surbourg cité en 1440 (AMH AH 91 et 90/17), d’une fillette de Batzendorf (...)

17Premier fait qui mérite d’être relevé : sur les 168 lépreux répertoriés, 123, soit 73 %, sont des hommes et seulement 45 des femmes52. Cette inégalité se vérifie aujourd’hui encore dans les pays où la lèpre reste endémique53. Les enfants ne sont pas épargnés par le fléau : deux garçons et deux fillettes apparaissent parmi les lépreux de Saint-Gilles54.

  • 55  AMH AH 91, 1440 et 1455. Pour les cotes AH 91, AH 92 et AH 93, on ne tiendra pas compte de la sous (...)
  • 56  AMH AH 91, 1476 et 1497.
  • 57  AMH AH 91, 1468 et 1490.
  • 58  TOUATI, Maladie, p. 83.

18Parmi les 168 lépreux de Haguenau, il y en a 34 dont on connaît à la fois la date d’entrée à la léproserie et la date de décès. Dans 26 cas sur 34, la durée de séjour à la léproserie est inférieure ou égale à cinq ans. Cinq lépreux sont restés dans la communauté de Saint-Gilles entre 6 et 10ans. Trois lépreux ont battu des records de longévité. Margrede Fussel entre à la léproserie en 1440. En 1455, l’économe retire la somme de 2 lb. 2,5 ß de la vente de ses ustensiles de ménage et de son mobilier55. Une autre femme, Ennel Hack, a vécu 21 ans à la léproserie entre 1476 et 149756. Le record de longévité revient à un homme, Claus Tiergart, entré à la léproserie à la Saint-Martin 1468. Ce n’est qu’en 1490, soit 22 ans après son admission, qu’il meurt à la léproserie57. A l’heure actuelle, la lèpre est considérée comme une « affection pathologique longue, dont on ne meurt pas, du moins pas rapidement et pas forcément directement58 ». En était-il de même au Moyen Age ?

  • 59  Ce calcul a été établi pour les 34 malades dont on connaît la durée de séjour à la léproserie de H (...)
  • 60  AMH AH 86/36 : were es aber, das ettliche siechen, krangheit halp irs libs, nit doby gesien möhten (...)

19Sur l’échantillon étudié, seuls trois cas, soit environ 2 %, présentent une durée de vie exceptionnelle après l’entrée dans la léproserie. L’espérance moyenne de vie des malades entrant à Saint-Gilles n’était que de quatre ans et demi environ59. La gravité de l’état de santé de certains pensionnaires de la maison Saint-Gilles apparaît dans une fondation de messe datée de 1454. La charte prévoit en effet 8 ß 10 d. pour les lépreux qui assistent à la messe et aux vigiles, et précise que si certains lépreux ne peuvent y assister à cause de leur maladie, on leur donnera quand même leur part60.

  • 61  AMH AH 91, 1466.
  • 62  AMH AH 92, 1519 : 8 ß Martini han ich inbehalten von der Ottemennen wegen, die do dis jar vervalle (...)
  • 63  AMH AH 92, 1520.

20Il est difficile d’estimer le nombre de lépreux qui ont séjourné à la léproserie au fil des années. C’est seulement à deux reprises que la population de malades peut être chiffrée avec certitude. En 1466, Hans Koch donne 5,5 ß aux lépreux lors de son entrée dans la maison. Le texte précise que chaque pensionnaire a eu droit à 6 d. Les malades étaient donc au nombre de 1161. En 1519, en revanche, la léproserie est vide. Aucun malade n’y séjourne, si bien que les fondations prévoyant un pécule pour les lépreux ne peuvent être distribuées et que cet argent revient à la maison62. L’absence de lépreux en 1519, même si elle semble indiquer un fléchissement de la maladie, ne signifie pas pour autant la fermeture de la léproserie. L’année suivante, en 1520, les comptes mentionnent l’entrée de trois nouveaux lépreux63.

  • 64  Comme le lien de parenté n’a pas été établi de façon certaine en ce qui concerne la femme de Kobe, (...)
  • 65  AMH AH 91, 1444.
  • 66  AMH AH 91, 1445.
  • 67  AMH AH 91, 1449.
  • 68  AMH AH 87/7.
  • 69  AMH AH 87/7 et 91.
  • 70  TOUATI, Maladie, p. 324, arrive à des conclusions similaires : « la lèpre familiale concerne à pei (...)
  • 71  TOUATI, Maladie, p. 83.
  • 72  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 206, n°193.
  • 73  AMH AH 91, 1501.
  • 74  BARTH (M.), Handbuch der elsässischen Kirchen, c. 1270, cite AMH JJ 241/25.
  • 75  On ne peut toutefois pas exclure que Conrad Müller ait délégué son poste de chapelain chez les lép (...)

21Parmi les lépreux recensés, la lèpre familiale n’apparaît de façon sûre64 qu’à quatre reprises. En 1444, deux femmes de Batzendorf, une mère et sa fille, paient 9 lb. pour leur prébende65. En 1445, la fille d’un dénommé Giselbrecht, tondeur de draps, est admise à la léproserie66. En 1449, c’est au tour du fils de Giselbrecht de solliciter une place au sein de la communauté de Saint-Gilles67. Dans ce dernier cas, il s’agit donc très certainement d’un frère et d’une sœur admis à quatre ans d’intervalle. Le troisième cas concerne un couple, un charron et sa femme qui habitaient près de la maison « zum schwarzen Bär68 ». Le chirurgien nommé Wüstenscherer et sa femme ont tous deux fini leurs jours comme pensionnaires à la léproserie69. Huit personnes de l’échantillon haguenovien sont donc concernées par la lèpre familiale, soit 5 % des cas étudiés. Ce chiffre relance le débat sur le degré de contagiosité de la lèpre70. On estime actuellement que le risque de contagion est faible et essentiellement « dépendant des phénomènes de résistance immunologique. Ainsi, la fréquentation des malades comme leur ségrégation ne seraient d’aucune incidence directe notable sur l’endémicité71 ». Le cas de Conrad Müller semble confirmer les propos de Touati. Ce prêtre, nommé à l’église Saint-Gilles de la léproserie le 23 décembre 145472, est régulièrement cité dans cette fonction jusqu’à la Saint-Martin 150173. Conrad Müller, qui était également curé de Schweighausen en 148174, a donc passé au moins 47 années au service de la léproserie et des lépreux, apparemment sans contracter la maladie75.

Les lépreux de passage

  • 76  AMH AH 91, 1496.
  • 77  AMH AH 91, 1498.
  • 78  Cette position semble habituelle pour les lépreux de passage. C’est le cas à Sélestat (ADAM (P.), (...)
  • 79  AMH AH 91, 1498.

22En plus des 168 lépreux qui apparaissent nominalement dans les livres de comptes, on devine en filigrane une population non négligeable de lépreux de passage qui ont trouvé refuge à la maison Saint-Gilles de Haguenau. Ils disposaient de locaux distincts des lépreux qui avaient payé une prébende. A Haguenau, en 1496, la réfection de la chambre destinée à l’accueil des lépreux étrangers coûte 4 lb. 13 ß 8 d. employées à l’achat de 135 planches76. Deux ans plus tard, le livre de comptes signale encore l’achat d’une porte pour la « chambre d’hôtes77 ». Cette chambre se trouve sur le grand bâtiment de la léproserie78, elle est pourvue de volets et a été étanchéifiée contre la pluie et la neige79.

  • 80  AMH AH 91, 1507.
  • 81  AMH AH 91, 1509.
  • 82  AMH AH 91, 1501 : 3 lb. 11 ß 8 d. 1503 : 2 lb. 1510 : 1 lb. 11 ß 1 heller. 1514 : 13 ß 3 d.
  • 83  SITTLER (L.), Haguenau et la Décapole, in Saisons d’Alsace, n° 58, 1976, p. 51.

23Pour le confort de ces lépreux de passage, la maison Saint-Gilles de Haguenau prévoyait l’équipement nécessaire. En 1507, elle dépense 10 d. pour l’achat de quarante assiettes et pour des écuelles80. Ce nombre relativement important de couverts semble suggérer une bonne fréquentationpar les lépreux de passage. En 1509, cet équipement est complété par des pots de chambre81. En échange de l’hospitalité accordée, le lépreux, selon ses moyens, glissait une aumône dans une boîte. Les comptes très détaillés de l’économe Jacob von Worms mentionnent pour la première fois en 1465, puis régulièrement dans les comptes suivants, la somme encaissée annuellement par la maison sous la rubrique « badegeld und sloffgeld ». Il s’agit de l’argent versé au courant de l’année par les lépreux de passage pour les nuitées et pour les bains pris lors de leur séjour. Cette somme, modeste au départ – 15 ß 9 d. en 1465, 18,5 ß en 1466 - s’élève à 2 lb. en 1477, à plus de 3 lb. en 1486. Elle atteint 4 lb. 9 ß 11 d. en 1499, puis baisse régulièrement82. En 1514, l’intitulé de la recette dans les livres de comptes a changé. Désormais, elle est mentionnée sous la rubrique « schlofgelt und suppengelt ». Ces variations sont difficiles à interpréter : correspondent-elles à une augmentation, puis à une baisse des lépreux de passage ? Ou tout simplement à des aumônes plus ou moins importantes ? Il est difficile de se prononcer. Une seule chose semble acquise : la guerre de Wissembourg83 a certainement affecté la fréquentation de la léproserie par les lépreux étrangers. La somme encaissée en 1470 est de 13 ß. Cinq ans plus tard, elle se monte à 2 lb. 8 ß.

  • 84  AMH AH 91, 1496 : il s’agit de Catharina Moler et de la sœur de Magdalena Maxmilla. Ces lépreuses (...)
  • 85  AMH AH 92, 1525.
  • 86  AMH AH 93, 1555.
  • 87  L’accueil de lépreux étrangers semble toujours être en vigueur à la fin du 16e siècle. Le livre de (...)

24Parmi ces lépreux de passage, on croit pouvoir distinguer deux catégories : d’une part, ceux qui étaient trop pauvres pour l’achat d’une prébende - à Haguenau, il faut attendre 1496 pour voir une admission à titre gratuit84 - d’autre part, les lépreux installés dans une autre léproserie et qui partaient sur les routes. C’est ainsi qu’en 1525, le tailleur Jacob von Hochfelden meurt à la léproserie de Haguenau. L’économe note dans le livre de comptes qu’il venait de la léproserie de Hochfelden et qu’on a trouvé 5 ß sur lui85. En 1555, un autre lépreux de passage, originaire de la léproserie de Neuwiller, meurt à la maison Saint-Gilles de Haguenau. Il laisse un cheval qui est ramené au maître de la léproserie de Neuwiller86. Ces cas sont les seuls pour lesquels il a été possible d’identifier un lépreux de passage et de déterminer son origine. Mais la présence régulière de ces errants a été dûment répertoriée dans les livres de comptes à partir de 146587. Auparavant, la comptabilité est trop succincte et trop stéréotypée pour livrer de tels renseignements.

Origine géographique des malades

  • 88  A Batzendorf, une léproserie a peut-être existé vers 1320(lieu-dit nebent den Malotzen : SCHMIDT ( (...)
  • 89  AMH AH 87/19.

25L’étude de la carte représentant l’origine géographique des malades révèle une première couronne de villages proches de Haguenau. Les mentions de Dauendorf, Schweighouse, Kaltenhouse, Bischwiller, Weitbruch, Batzendorf88 et Mertzwiller ne sont nullement étonnantes. Ces villages, distants de quelques kilomètres de Haguenau, relèvent d’une centralité directe. Les agglomérations situées au Nord-Est de la forêt de Haguenau - Surbourg, Rittershoffen, Betschdorf, Koenigsbruck, Roeschwoog et Seltz - entrent dans l’orbite de la léproserie de Haguenau par défaut. En effet, dans leur voisinage, seule la ville de Seltz était dotée d’une telle institution89.

Fig. 1 : Carte des origines des lépreux

Fig. 1 : Carte des origines des lépreux
  • 90  Oberhausbergen a peut-être aussi eu une léproserie (lieu-dit uf der Malotzgut: SCHMIDT (Ch.), Topo (...)

26Quant aux lépreux des autres villages, leur présence à Haguenau peut tout d’abord laisser perplexe. Pourquoi ceux de Saverne, Wingersheim, Hochfelden, Ingwiller, Rosheim, Strasbourg n’ont-ils pas intégré la léproserie de leur lieu de résidence ? Pourquoi les lépreux des villages proches de ces centres, par exemple Weinbourg et Zutzendorf, proches d’Ingwiller, ont-ils préféré se rendre à Haguenau ? La question est particulièrement aiguë pour la ville de Strasbourg, qui par effet de centralité aurait dû attirer les lépreux de Reichstett, d’Oberhausbergen90, et ceux de la ville elle-même.

  • 91  AMH AH 91, 1475.
  • 92  AMS V 116h, f° 22r-v.
  • 93  AMH AH 91, 1475.
  • 94  AMS AH 206, 1539.

27Plusieurs explications sont possibles. Certaines léproseries, prévues pour un petit nombre de malades, pouvaient être dans l’incapacité, à une date donnée, d’accueillir un lépreux supplémentaire. D’autres pouvaient être temporairement ou définitivement à l’abandon. Des lépreux ont pu migrer d’une maison à une autre pour diverses raisons, par exemple parce qu’ils avaient été renvoyés. Un noble, Friedrich Büchsner, meurt à la léproserie de Haguenau en 147591. Trois ans auparavant, il avait été expulsé de Rotenkirche, la léproserie strasbourgeoise réservée aux gens riches, après avoir défrayé la chronique : il avait menacé des habitants de la léproserie avec une dague, maudit tous ses parents et tous les Strasbourgeois, et déclaré qu’il ferait son possible pour décourager quiconque d’entrer à Rotenkirche92. Ces exploits lui ont valu d’être emprisonné, puis expulsé de la léproserie de Strasbourg, ce qui explique sa présence à Haguenau93. Inversement, les comptes de la léproserie de Strasbourg94 font état en 1539 d’une recette de 10 ß provenant de la vente des habits du lépreux Albrecht Felber, originaire de Haguenau.

  • 95  AMH AH 91, 1477.
  • 96  AMH AH 87/7.
  • 97  AMH AH 87/30.

28D’autres lépreux reviennent à la léproserie de Haguenau après l’avoir quittée. Ainsi Hans Fritsch, en 1477, verse une livre pour sa prébende « als er wieder zu den guten luten kam », lorsqu’il est revenu à la léproserie95. Les motifs de leur départ peuvent être variés. Souvent, quand leurs moyens le leur permettaient, les lépreux essayaient d’obtenir des certificats de bonne santé. Pour cela, ils n’hésitaient pas à se rendre à Strasbourg, Metz, Heidelberg ou Spire. Une liste de 1447 énumère les noms de 15 lépreux qui s’étaient rendus à Strasbourg à cette fin96. Hans Fritsch a peut-être effectué la même démarche. Pour Cune, fils de Bechtold Schwartz, le doute n’est pas permis : après avoir vécu un certain temps à la léproserie de Haguenau, il se rend à Spire, où il obtient un certificat le déclarant « pur ». Il retourne alors à Gisenheim et reprend son travail. Mais finalement, il doit reconnaître qu’il est bien lépreux et revenir à Saint-Gilles97.

29Ces exemples montrent que les lépreux, contrairement à des idées reçues, sont des gens qui circulent beaucoup.

Origine sociale des malades

  • 98  AMH AH 90/21.
  • 99  AMH AH 91, 1490.
  • 100  AMH AH 91, 1444.
  • 101  AMH AH 91, 1490.
  • 102  AMH AH 91, 1448.
  • 103  AMH AH 91, 1440.
  • 104  AMH AH 91, 1495 : 15 ß gelost ab 6 linlachen, woren des Apteckers.
  • 105  AMH AH 91, 1468.
  • 106  AMH AH 91, 1490.
  • 107  AMH AH 91, 1477.
  • 108  AMH AH 91, 1443 et 1465.
  • 109  AMH AH 91, 1450 : 20 lb. von Peter dem reisigen kneht im hofe als er nuß kam.
  • 110  AMH AH 91, 1468.
  • 111  AMH AH 91, 1501.
  • 112  AMH AH 91, 1476.
  • 113  AMH AH 92, 1524.
  • 114  AMH AH 91, 1475.
  • 115  AMH AH 91, 1497.
  • 116  AMH AH 91, 1501.
  • 117  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, n° 37, p. 122.
  • 118  AMH AH 91, 1497.
  • 119  AMH AH 91, 1450.
  • 120  AMH AH 91, 1475.
  • 121  AMH AH 91, 1443.
  • 122  AMH AH 91, 1444.
  • 123  AMH AH 91, 1468.
  • 124  AMH AH 92, 1524.
  • 125  AMH AH 91, 1490.

30La prosopographie des habitants de la léproserie révèle une grande diversité de situations. Pour les lépreux originaires d’autres villes et villages, très rares sont les mentions de leur profession. En 1459, les sources évoquent le barbier (scherer) de Hochfelden98. En 1490, on relève encore la mention du porcher Marzolf (schweinhirt) de Hüttendorf, dont le fils est admis à la léproserie99. Pour les lépreux de Haguenau, le paysage social est beaucoup plus tangible, car le métier du lépreux, de son conjoint, de son père ou de sa mère est très souvent cité. Nous rencontrons ainsi la femme d’un forgeron100, la fille du baigneur Hans Rupe101, la femme du boulanger Snerer102, Heintz, fils de Richwin, également boulanger103, un apothicaire104, la femme d’un armurier105, le sergent (bùttel) Anthenie106 et le fils d’une cirière107. Cette énumération n’est pas exhaustive : on relève encore des tisserands, Peter et Mathis108, un homme d’armes109, un charpentier110, un potier111, deux maraîchers, Burgen Hans112 et Wolf Roeschwoog113, un détaillant114, un tanneur115 et même le fils d’un chirurgien-barbier116. La fortune de ces artisans est très variable. Grâce au prix fixé pour l’obtention de la prébende à la léproserie, nous pouvons nous en faire une idée. En effet, les tarifs d’entrée ont été fixés par la ville de Haguenau en 1354. « Celui qui, en plus du lit, de la literie et de ses habits, possède une fortune de 14 lb. doit payer 14 lb. à la léproserie et un « service » aux lépreux. Celui qui possède moins de 14 lb. doit donner 30 ß à la maison et un repas aux lépreux117 ». Un siècle plus tard, ces prescriptions ne sont plus appliquées à la lettre. En 1497, le tanneur Claus Sommer paie 74 florins, soit plus de 37 lb.118. L’homme d’armes Peter a déboursé la coquette somme de 20 lb. en échange de son admission119. Le détaillant Peter Müller a versé 18 lb. en 1475120, alors que le tisserand Mathis obtient une prébende pour 13 lb.121. Les moins fortunés étaient redevables de la modique somme de 30 ß. C’est le cas de la femme du forgeron Eckehart Smyd122 et de celle de l’armurier123. Dans deux cas, la somme requise est inférieure au minimum de 30 ß : il s’agit de Wolf Roeschwoog, qui paye 2 florins en 1524124, et d’une enfant, la fille de Hans Rupe, qui ne verse que 10 ß125.

  • 126  AMH AH 90/21 : ein jeglich sieche der ... das ... nit hat von im selbes, so sol er heissen und geb (...)

31Un siècle plus tard, les prescriptions fixées en 1354 ne sont donc plus appliquées à la lettre, malgré un règlement exigeant de ceux qui ne possèdent pas les 30 ß requis qu’ils se les procurent en mendiant126.

  • 127  En 1459, un membre de la famille Brechter, Cunrat, occupait le poste de Marschalk : HANAUER/KLELE, (...)

32L’échevinat et les couches dirigeantes de la ville n’ont pas échappé à la fatalité que représente la lèpre. D’illustres familles haguenoviennes sont ainsi représentées parmi les lépreux. Les Brechter, par exemple, dont deux membres finiront leurs jours à Saint-Gilles : Nicolaus Brechter entre à la léproserie en 1475, suivi 3 ans plus tard par Hans Brechter127. Tous deux ont payé une somme importante, respectivement 30 et 25 lb., pour l’achat de leur prébende.

  • 128  En 1391, Voltzel Buchberter est nommé échevin : HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 43. L’année suivan (...)
  • 129  AMH AH 90/21 : clauses d’admission lues à Paulus Buchberter.
  • 130  AMH AH 91, 1463.
  • 131  AMH AH 91, 1463.
  • 132  AMH AH 91, 1463 : 2 ß Arbegast dem botten, als er gon Baden ginge zu Paulus Buchberter, als er tot (...)
  • 133  AMH AH 91, 1463.

33Paulus Buchberter, d’une autre famille patricienne de Haguenau128, est admis à la léproserie en 1455129 et meurt en 1463. Sa succession laisse deviner la fortune de la famille : deux gobelets d’argent lui ayant appartenu sont vendus pour 3 lb. 6 ß130, et la vente de son mobilier - il possédait notamment un bureau (schribetisch) - rapporte plus de 7 lb131. La mort de Buchberter, à Baden et non à Haguenau, fournit encore une autre idée de son niveau de fortune et de la mobilité des lépreux. Il s’était probablement rendu outre-Rhin pour prendre les eaux. Son corps est rapporté dans sa ville natale par le messager Arbogast132. A cette occasion, les autres lépreux de la maison ont droit à une livre pour améliorer leur ordinaire133.

  • 134  AMH AH 90/21.
  • 135  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 236. Deux familles du patriciat strasbourgeois portent le même nom (...)

34En 1457, les clauses d’admission à la léproserie sont lues à un dénommé Claus Armbruster134. Ce dernier est peut-être un membre d’une famille de l’échevinat haguenauvien. Un homonyme est cité comme stettmeister en 1480135.

  • 136  AMH AH 91, 1444.
  • 137  AMH AH 91, 1448.
  • 138  AMH HH 17/5.

35En 1444, un dénommé TrabeHans entre à la léproserie moyennant le versement de 12 lb.136. Il y meurt quatre ans plus tard137. Grâce à la liste des Richen Constofler de 1436138, dans laquelle TrabeHans est cité, nous avons une idée du milieu social dans lequel évoluait ce lépreux.

  • 139  AMH AH 91, 1426. Famille inconnue par ailleurs.
  • 140  AMH AH 86/23. Sur la famille Faeßler cf. KINDLER (n. 135), p. 79-80.
  • 141  AMH AH 90/21.
  • 142  Voir notes 91-92, 234, 244 et 246.
  • 143  AMH AH 91, 1486.

36Des membres de la noblesse ont également fréquenté la léproserie de Haguenau. Le premier cité dans les archives est juncker Bartolomeus Schriber. Il paye 10 lb. pour son droit d’entrée en 1426139. Avant 1438, Hans Fesseler, écuyer de Saverne, a vécu à la léproserie Saint-Gilles140. Un certain juncker Hermann entre chez les lépreux de Haguenau141 en 1455, en même temps que Paulus Buchberter. Quant au noble Friedrich Büchsner, expulsé de Strasbourg, il vient finir ses jours à Haguenau142. Le dernier noble connu pour avoir séjourné à la léproserie de Haguenau est juncker Jacob. Il meurt en 1486, laissant des biens d’une valeur de plus de 21 lb.143.

  • 144  AMH AH 91. 1497 : 60 guldin gab mir der ersame her Johannes Offwiller, myns herren von Strasburg s (...)
  • 145  AMH AH 91, 1442, 1444, 1449. AMH AH 92, 1523.

37Si la lèpre a frappé indistinctement toutes les couches sociales, elle n’a pas fait non plus de distinction entre les laïcs et les clercs. Parmi les 168 lépreux répertoriés, 9 sont moines, chanoines, prêtres ou religieux, un autre est le fils d’un prêtre, secrétaire de l’évêque de Strasbourg144 ; trois lépreuses sont béguines et deux autres religieuses145.

  • 146  AMH AH 91, 1444.
  • 147  AMH AH 91, 1445.
  • 148  AMH AH 91, 1477.
  • 149  AMH AH 91, 1490.
  • 150  AMH AH 92, 1514 : It. 46 gulden 2 ß empfangen von her Andres dem siechen uff die 100 gulden, so er (...)
  • 151  AMH AH 91, 1426 : le frère Behtel paye 10 lb. 1430 : une béguine de l’établissement situé au Spita (...)

38Ces religieux sont issus d’abbayes ou de collégiales situées aux environs de Haguenau. En 1444, une soeur converse de l’abbaye cistercienne de Koenigsbruck entre à la léproserie146. L’année suivante, l’abbé de Walbourg paye 14 lb. pour un de ses moines atteint de lèpre147. Un bénédictin de l’abbaye de Seltz achète une prébende chez les lépreux en 1477148 et en 1490 c’est au tour d’un chanoine séculier de Surbourg149. Comme pour les laïcs, le prix d’achat des prébendes est variable. Le chanoine de Surbourg a été admis pour la modique somme de 10 ß, alors qu’un prêtre, Herr Andres, paye 100 florins en 1514150. Mais, dans l’ensemble, les religieux ont payé des sommes relativement importantes pour leur droit d’entrée à la léproserie151.

Le diagnostic

  • 152  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 121. Von den ussetzigen zu den guten lüten ... Harüber so hant mei (...)
  • 153  AMH AH 87/42 et 87/43.
  • 154  AMH AH 87/23 : Hans Foiltzichin der scherer zu Hochfelden ... by den 52 jaren alt ... das ich dick (...)
  • 155  AMH AH 87/43. La charte porte encore les sceaux des trois chirurgiens. Chacun d’eux représente un (...)
  • 156  AMH AH 87/43.
  • 157  AMH AH 87/43.
  • 158  AMH AH 87/43.

39Avant d’être exclu de la communauté villageoise ou urbaine, le lépreux devait se soumettre à un examen. Le 3 mars 1354, la ville de Haguenau institue deux chirurgiens chargés de cet office152. Plus tard, ils seront trois à statuer sur le sort des malheureux qu’ils examinaient153. C’est peut-être par souci de justice et d’équité qu’à une date indéterminée le nombre de chirurgiens passe de deux à trois. Au détour des actes du procès de Peter Schriber, l’identité de certains chirurgiens nous est révélée. Hans Foiltzichin, chirurgien de Hochfelden, âgé de 52 ans, témoigne pour la ville de Haguenau. D’après sa déposition, son père a occupé le poste d’examinateur de lépreux pendant plus de 50 ans. Plus tard, il a lui même accédé à cet office qu’il a exercé pendant 18 ans. Au moment de la déposition, il a renoncé depuis dix ans à son poste154. Par cette déposition, Foiltzichin prouve que la commission chargée de statuer sur le sort des gens suspectés de lèpre a fonctionné durant toute la seconde moitié du 14e siècle et durant les trois premières décennies du 15e. En 1447, les trois chirurgiens qui ont examiné Peter Schriber sont EckenHans, Zimphrion et Fritsche von Offwiller155. Le premier déclare avoir exercé cette fonction pendant plus de 35 ans156, les deux autres pendant plus de 17 ans157. Peter Schriber a donc eu affaire à des chirurgiens expérimentés. Sa contestation du diagnostic semble donc d’autant plus sujette à caution. Ces chirurgiens rappellent encore qu’ils ont prêté serment à Dieu et à ses saints et qu’ils ont promis de n’occulter aucun cas de lèpre158.

Fig. 2 : Sceau du chirurgien EckenHans figurant un scalpel entre 2 étoiles

Fig. 2 : Sceau du chirurgien EckenHans figurant un scalpel entre 2 étoiles

AMH AH 87/43, cf. n. 155.

  • 159  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 121 : wellichen su besehent ...
  • 160  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 121 : ouch so sol ein jegelich bresthafftig mensche, das sü besuch (...)
  • 161  GERSDORFF (H. von), Feldbuch der Wundarznei (rééd. anast. de l’éd. princeps, Straßburg, 1517), Dar (...)
  • 162  Le sang, l’urine,les glandes, la pourriture des membres, la mauvaise haleine et bien d’autres symp (...)
  • 163  GERSDORFF, Feldbuch, (n. 161), p. LXXII à LXXVII.
  • 164  GERSDORFF, Feldbuch, p. LXXIII.

40Comment procédaient-ils pour établir leur diagnostic ? Les sources n’apportent guère de renseignements à ce sujet. Seuls, les statuts de la ville de Haguenau apportent quelques indices. L’inspection du corps est bien sûr un élément déterminant, d’où l’emploi du verbe besehen159 lors de l’établissement du règlement de la léproserie. L’examen du sang est un autre test utilisé pour diagnostiquer la maladie160. Dans le manuel de Hans von Gersdorff, une gravure représente une scène d’inspection de lépreux161. Un chirurgien inspecte la peau, un autre tient un flacon contenant probablement de l’urine et un troisième une petite bassine très certainement destinée à l’examen du sang. Le titre de la gravure résume les symptômes de la lèpre : Blut, harn, knoll, drüßen, glyder fül / Des otems gestanck, und zeychen vil / Für wor red ich, die zoigen an / Das dißer sey ein maltzig man162. Gersdorff détaille encore longuement tous les symptômes de la lèpre et la manière de les identifier dans un chapitre intitulé : « Zeichen der Lepre163 ». Certains tests sont surprenants : si l’on met du sel sur du sang de lépreux, il ne se dissout pas, car le sang est trop épais et trop sec. Et si l’on met du vinaigre sur du sang de lépreux, il devient effervescent164 !

  • 165  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 121.

41Le prix à payer par le présumé lépreux aux chirurgiens de Haguenau était fonction de son degré de fortune et de sa « culpabilité ». D’après les statuts de 1354, il devait payer une livre aux chirurgiens si sa fortune valait dix livres et s’il était reconnu « coupable ». Par contre, s’il était déclaré « pur », la ville payait les frais. Pour une personne dont la fortune était inférieure à 10 lb., l’inspection coûtait 5 ß si la lèpre était diagnostiquée. Sinon, les charges incombaient à la ville. Les statuts prévoient encore deux sous pour le valet des chirurgiens (1 ß ze lassen und 1 ß das blut zu dühende). Dans ce cas également, la ville payait le valet si celui qui subissait l’examen était déclaré pur165.

  • 166  AMH AH 87/7 : liste de 15 lépreux déclarés « coupables » à Haguenau, reconnus « purs » ailleurs, e (...)
  • 167  HANAUER, Lépreux, p. 294-298.

42Les malades reconnus « coupables et impurs » par les chirurgiens de Haguenau ont fréquemment contesté cette sentence, qui signait en quelque sorte leur arrêt de mort civile166. Peter Schriber, ce greffier de la ville, fit la même démarche. Il réussit à obtenir un certificat de bonne santé à Strasbourg, mais ce document ne suffit pas à sa réhabilitation. L’omnipotence et l’infaillibilité des chirurgiens de Haguenau étaient en jeu. La ville mit de gros moyens en œuvre, sollicitant des témoignages du Magistrat de différentes localités et de chirurgiens pour contrer Peter Schriber167. Curieusement, les brouillons des dépositions envoyées par les villes et les villages sollicités par le Magistrat de Haguenau pour prouver l’infaillibilité de ses scherer sont conservés dans le fonds de la léproserie. Cela prouve que la ville de Haguenau a dicté sa version des faits au Magistrat de ces différentes localités. L’enjeu était donc de taille pour Haguenau.

  • 168  TOUATI, Maladie, p. 173.

43Une question demeure, lancinante : quel crédit peut-on accorder aux chirurgiens chargés de l’inspection des lépreux ? Les redoutables inspecteurs de Haguenau n’ont-ils jamais envoyé à la léproserie Saint-Gilles des personnes atteintes d’une affection cutanée et non de lèpre ? Nous ne le saurons jamais précisément. Des fouilles réalisées dans des cimetières de léproseries en Allemagne et au Danemark plaident pourtant pour un diagnostic relativement fiable, puisque 80 % des sujets présentent des caractères ostéologiques spécifiques de la lèpre, comme des lésions du bloc facial168.

L’entrée en léproserie

  • 169  TOUATI, Maladie, p. 411.
  • 170  AMH AH 91. Paulus Buchberter vivra 8 ans à la léproserie avant son décès en 1463.
  • 171  AMH AH 86/37.
  • 172  AMH AH 90/21.
  • 173  Ibid. Les témoins qui assistent à la lecture des clauses d’entrée sont les deux administrateurs, J (...)
  • 174  AMH AH 90/21.

44Pour toute personne convaincue de lèpre, le verdict des scherer signifiait la rupture des relations familiales et sociales. Dans le royaume de France, cette séparation d’avec le monde des vivants était accompagnée d’un rituel religieux dont le symbolisme ne saurait nous échapper : un prêtre disait la messe des morts pour celui qui avait été déclaré lépreux, parfois on procédait même à un simulacre d’inhumation169. En Alsace, de telles pratiques ne sont pas attestées en l’état actuel des recherches. A Haguenau même, les sources évoquent à trois reprises une cérémonie préparatoire à l’entrée à la léproserie. En 1455, le samedi après la Saint-Michel, les clauses d’entrée sont lues à juncker Herman et à Paulus Buchberter170 en présence de Conrad Muller, prêtre de la léproserie, et de Fritsche von Gottesheim, administrateur171. La scène se passe dans le jardin de juncker Herman172. Elle se répète deux ans plus tard pour deux autres lépreux, Claus Armbruster et Jerge Priester173. En 1459, c’est un chirurgien de Hochfelden qui entre à la léproserie. Cette fois-ci, la cérémonie d’introduction se passe en présence de sa femme, de l’économe Heintze Wiprüch et de Hirtz zum Pflüge174.

Fig. 3 : Inspection du lépreux : gravure sur bois attribuée à Hans Waechtlin

Fig. 3 : Inspection du lépreux : gravure sur bois attribuée à Hans Waechtlin

Gersdorff, Feldbuch, cité n. 161.

  • 175  AMH AH 90/21. Ainsi en 1460, l’économe donne deux livres aux lépreux suite au décès du nommé Wüste (...)

45En quoi consistent ces clauses d’entrée ? Mises par écrit le lundi après Quasimodo de l’année 1455, elles semblent avoir eu pour but de mettre un terme à toute tentative de la part des héritiers de récupérer les biens ayant appartenu aux lépreux. Le Conseil rappelle que « selon un usage ancien, tout ce qu’un lépreux apporte à la léproserie lors de son entrée et tout ce qu’il acquiert pendant son séjour appartient à la léproserie lors de son décès. Les administrateurs sont chargés d’informer les lépreux, leur famille et leurs héritiers avant de les accueillir à la léproserie ». Un autre point est précisé : si celui qui a acheté une prébende de pauvre hérite de biens pendant son séjour à la léproserie, il doit céder à la maison l’équivalent du montant d’une prébende de riche. Par ailleurs, si un malade ayant payé une prébende de riche décède, l’économe de la maison doit donner une livre aux lépreux pour l’assistance qu’ils lui auront portée durant sa maladie et pour leur participation à la cérémonie d’enterrement. Par contre, si un lépreux ayant acquis une prébende de pauvre décède, l’économe ne doit rien aux lépreux175.

  • 176  AMH AH 90/17, colligende de 1440 (écriture plus tardive) : TrabeHans und sin frowe gont 6 ß gelts, (...)
  • 177  AMH AH 90/17, colligende de 1440 (écriture plus tardive et raturée) : Peter Röder der schriber und (...)
  • 178  AMH AH 90/17.
  • 179  AMH AH 90/17.

46L’achat de la prébende semble avoir précipité plusieurs familles dans les dettes. Le lépreux TrabeHans emprunte au moins la moitié du prix de la prébende à la léproserie176. Il en est de même pour Peter Schriber, qui emprunte un capital de 21 lb. à la maison Saint-Gilles lors de son admission177. Au prix de la prébende s’ajoutaient encore les frais pour la constitution d’un trousseau, qui restait acquis à la léproserie lors du décès du lépreux178. Ce trousseau consiste en draps, serviettes et nappe. Le malade doit encore prévoir 2 pichets d’étain, d’une capacité d’un pot et d’un demi-pot. A titre de gratification lors de son entrée, la communauté de lépreux perçoit 11 ß pour améliorer l’ordinaire et deux poules. A titre personnel, chaque lépreux touche encore 6 d. du nouvel arrivant, le prêtre de la léproserie reçoit 5 ß, le charretier et la servante 18 d. chacun179. Ainsi, l’installation d’un lépreux occasionnait de gros frais aux familles déjà durement éprouvées par la perte d’un des leurs.

La vie quotidienne

  • 180  AMH AH 86/5.
  • 181  AMH AH 86/36.
  • 182  AMH AH 86/35.
  • 183  AMH AH 86/33.
  • 184  AMH AH 92, 1513.
  • 185  AMH AH 91 et 92.
  • 186  AMH AH 86/43. Sur cet important personnage, cf. NDBA n°31, p. 3242-3243.
  • 187  AMH AH 91.
  • 188  AMH AH 91, 1501.
  • 189  AMH AH 91.
  • 190  AMH AH 91.

47Comment le lépreux, relégué loin des siens, à l’extérieur de la ville, occupait-il ses journées ? La vie religieuse, l’assistance régulière aux offices devaient tenir une place non négligeable dans l’emploi du temps des lépreux. Malgré l’absence de nécrologe, certaines fondations de messes nous sont parvenues. La plus ancienne a été financée par Edelin Steingässer en 1362 pour le salut de l’âme de sa sœur Catherine180. Certaines fondations prévoyaient même un petit pécule à distribuer aux lépreux qui avaient assisté aux offices. C’est le cas de celle de Catherine Ingold, veuve d’un échevin de Haguenau. En 1454, elle fonde des vigiles et une messe le mardi après la saint Barthélémy. Pour les lépreux qui y assistent, la fondation prévoit la somme de 8 ß 10 d.181. L’année précédente, Margrede Bock, une autre bourgeoise de Haguenau, a fondé une messe tous les samedis sur l’autel Notre-Dame dans l’église de la léproserie, en plus d’un anniversaire avec vigiles182. En 1451, Catherine Kips, bourgeoise de Haguenau, a fondé une messe tous les mercredis pour le salut de son âme, de celles de son père, de sa mère et de son frère, sur l’autel Notre-Dame dans l’église de la léproserie183. On célébrait également des offices pour le personnel de la maison. En 1513, lescomptes mentionnent une messe anniversaire pour un ancien maître de la maison184. Les offices pour l’enterrement des lépreux et pour la messe anniversaire un mois plus tard apparaissent régulièrement sous la plume de l’économe dans les livres de comptes185. La chapellenie Saint-Gilles semble avoir attiré les libéralités d’importants personnages. En 1476, le Zinsmeister du Grand Bailliage de Haguenau, Emmerich Ritter, fait une donation pour une fondation de messe hebdomadaire chez les lépreux186. Ces quelques exemples prouvent que les services religieux étaient nombreux et réguliers tout au long de l’année. Les grandes fêtes du calendrier liturgique étaient bien évidemment célébrées à l’église Saint-Gilles. En 1497, la maison offre même des bretzels aux prêtres qui étaient à la léproserie pour la nuit pascale187. En 1501, un prêtre a célébré trois messes à la léproserie pour Noël188. La fête de la Dédicace de l’église donnait lieu à des dépenses pour embellir l’office religieux. En 1508, la maison débourse un sou pour payer le prêtre qui a prêché le jour de la Dédicace189. En 1511, quatre écoliers sont venus chanter l’office à cette occasion et ont touché 8 d.190. On retrouve cette dépense régulièrement dans les années qui suivent.

  • 191  AMH AH 92.
  • 192  AMH AH 92, 1514.
  • 193  AMH AH 86/51, 1522.

48Les sacrements étaient dispensés aux lépreux mourants. En 1514, le prêtre Ulrich touche 14 d. pour avoir confessé le lépreux Bartel, pour lui avoir donné la communion et l’extrême onction191. Il est vraisemblable que les lépreux étaient tenus d’assister à la messe dite lors du décès d’un des leurs et à l’anniversaire célébré un mois plus tard. A la mort de Bartel, le prêtre touche 1 ß pour l’enterrement et 2 ß 8 d. pour l’anniversaire célébré un mois plus tard192. En 1522, dans son contrat d’engagement, Conrad Brumpt, le prêtre de la léproserie, promet de célébrer trois messes par semaine, une le dimanche, une le mardi et une le samedi. Il s’engage également à prêcher chaque dimanche, à bénir l’eau et à être présent la veille des fêtes des Quatre-Temps pour confesser les lépreux le matin. Il promet encore d’honorer les fondations de messes faites dans la chapelle193.

  • 194  AMH AH 91, 1468, 1498. AMH AH 92, 1516, 1518, 1524.

49Autre indice de célébrations religieuses régulières : l’achat d’hosties194. Ainsi le lépreux, exclu de la communauté paroissiale de son lieu d’origine, retrouvait-il une communauté religieuse dans l’enceinte de la léproserie.

  • 195  AMH AH 91, 1426 : 10 ß von swergelts wegen. De même en 1442, 1443, 1444, 1445.
  • 196  AMS V 116 h (1440-16e s.). Jeu de quilles payant : fol. 14. Insultes et vols : passim.
  • 197  AMH AH 92, 1523 : 6 d. geben dem meister, so er eim botten zu lone geben, uff den sübenden hienuß (...)

50Mais, malgré l’existence de cette communauté religieuse, la cohabitation entre malades ne devait pas être facile au quotidien. A cinq reprises, les livres de comptes mentionnent le paiement d’une amende pour avoir proféré des jurons195. Ce sont là les seuls renseignements que nous ayons à ce sujet. A Strasbourg, par contre, le registre des sentences rendues contre des lépreux est conservé. L’écrasante majorité des cas concerne les relations entre les hommes et les femmes : mariages (interdits aux lépreux) et relations sexuelles entre lépreux ou avec des personnes saines. On relève encore des cas d’insultes, de vols - et de jeu de quilles196. En 1523, l’ambiance à la léproserie de Haguenau devait être tendue, puisque la situation exigeait l’intervention des administrateurs pour rétablir le calme197.

  • 198  AMH AH 91.
  • 199  AMH AH 91. Ce poêle est à nouveau réparé en 1486 (AH 91), en 1513 et en 1524 (AH 92).
  • 200  AMH AH 91.
  • 201  AMH AH 92. En 1511 et 1517, la maison achète d’autres ventouses, chaque fois pour 6 d.
  • 202  AMH AH 91, 1496.
  • 203  AMH AH 91, 1498.
  • 204  AMH AH 87/33, 1447: do habe er [der wirt] zu maniger mole, die wil er [Peter Schriber] by im zu he (...)
  • 205  AMH AH 92, 1512 : 3d. umb ein moß gutteß winß Peter dem sichen, do er sich waß. Cette phrase montr (...)

51Certains jours, les lépreux avaient droit aux bains. L’existence d’une badestube à la léproserie est attestée à partir de 1452198. Ce local apparaît dans les livres de comptes, car il nécessite un entretien régulier : en 1460, il faut remplacer le poêle199. En 1463, on y pose 14 nouvelles planches200. En 1515, la maison dépense 6 d. pour acheter 3 baignoires et 3 d. pour 14 ventouses201. Peut-on considérer la pose de ventouses comme une thérapie, ou faut-il tout simplement l’assimiler à une pratique courante dans les bains au début du 16e siècle ? A aucun moment, les comptes ne mentionnent de dépenses pour un médecin ou chirurgien. Ce dernier se déplace à l’occasion, mais c’est pour soigner le maître de la maison qui est tombé202 ou pour s’occuper de la femme de ce dernier, qui avait des problèmes oculaires203. Il semble que les soins n’étaient pas pris en charge par la maison et qu’ils incombaient à chaque lépreux. On peut d’ailleurs légitimement se demander s’il existait des soins pour une maladie réputée incurable. Les dépositions des aubergistes qui avaient hébergé Peter Schriber à Strasbourg et de leur domestique prouvent qu’il existait des remèdes, sinon pour guérir la lèpre, du moins pour tenter d’en masquer les symptômes. L’aubergiste Diebold Stern témoigne qu’il a vu du son dans une cuvette qu’utilisait Peter Schriber. D’après sa femme, Peter demandait qu’on lui cherche de la farine d’avoine et du son (grieß kligen). Quant à Catherine, la domestique, elle l’a vu utiliser trois pommades différentes204. Pour le reste, quand un lépreux tombait malade, la maison se contentait d’améliorer son ordinaire. En 1512, elle dépense trois deniers pour acheter une mesure de bon vin au lépreux Peter205.

  • 206  AMH AH 91, 1425.
  • 207  AMH AH 91, 1442.
  • 208  AMH AH 91, 1447-1450, 1452, 1454.
  • 209  Voir n. 26.
  • 210  AMH AH 91, 1446 : 8 d. umb ein korp, do der kneht brot in heischet.
  • 211  AMH AH 91, 1425. De même en 1429 et 1430.
  • 212  AMH AH 91, 1429.
  • 213  AMH AH 91, 1465 : 6 ß von dem krautgarten zu hacken.

52A l’instar des offices religieux et des bains, les repas rythmaient la journée du lépreux. Entre 1425 et 1462, les notices des livres de comptes ne nous renseignent guère sur la nourriture de la maison. Seules les dépenses hebdomadaires sont connues. Toutes les semaines, deux onces étaient consacrées au pain et 3 ß à la viande. L’ordinaire pouvait être amélioré lors des grandes fêtes religieuses. Pour les Quatre-Temps, les malades percevaient chaque fois 2 ß206, 1 ß pour la Dédicace de l’église, un autre sou pour Carnaval et pour la Saint-Martin207. Le jeudi saint, les lépreux touchaient de l’argent pour l’achat de poissons208. Que les sommes consacrées à la nourriture soient restées immuables pendant près de quatre décennies pose un problème. Les prix ayant connu de fortes variations, les quantités étaient elles-mêmes fort variables. Par ailleurs, y avait-il toujours le même nombre de lépreux à Saint-Gilles ? Cette hypothèse supposerait un numerus clausus et une maison faisant toujours le plein. Or rien n’est moins sûr. La fixité de la somme allouée chaque semaine à la viande et au pain rappelle les fondations faites pour permettre à une institution de démarrer. Cet investissement de départ a dû s’avérer insuffisant. En 1425, le valet de la léproserie est chargé de mendier du pain et du vin. Comme il est malade, il est remplacé dans cette fonction par le pelletier Kniste209. La quête de pain a toujours lieu en 1446210. Quelques aliments achetés en plus du pain et de la viande ont également laissé des traces dans les archives à cette époque : 400 choux pour faire de la choucroute211, des noix, du sel, des lentilles, des fèves et des pois. Pendant le carême, les lépreux trouvaient dans leur assiette des poires, des lentilles, des fèves et des pois noirs (swartz erweissen)212. Il ne faut pas non plus sous-estimer les ressources qu’ils pouvaient tirer de leur jardin213.

  • 214  AMH AH 91, 1463.
  • 215  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 84 : Jocob von Worms ist dott uff mittwoch nach Nativitatis Marie (...)
  • 216  AMH AH 92, 1510.
  • 217  AMH AH 92, 1525.
  • 218  AMH AH 92, 1515 : 6 d. umb zwey kuchen uff Trium Regum.(En 1539, ces gâteaux sont appelés gâteaux (...)
  • 219  AMH AH 92, 1520.
  • 220  AMH AH 91, 1507.
  • 221  AMH AH 92, 1524.

53Sous l’administration de Jacob von Worms, économe entre 1463214 et 1495215, de nouvelles coutumes alimentaires se mettent en place. A partir de 1476, les livres de comptes mentionnent régulièrement l’achat de gaufres (offeloten) pour le jeudi saint. En 1510, par exemple, les lépreux ont droit ce jour là à 50 gaufres et un demi-pot de vin doux (gesotten win)216. En 1525, ce ne sont plus des gaufres, mais exceptionnellement des bretzels qui sont servis aux lépreux le jeudi saint217. Des gâteaux pour la fête des rois apparaissent à partir de 1515218 et sont cités régulièrement par la suite. Pour leCarnaval de l’année 1520, la maison a acheté un pain d’épices pour les lépreux219. Le pain blanc (wißbrot) est cité la première fois en 1507220. En 1524, le pain blanc se trouve sur la table des lépreux aux fêtes suivantes : les Trois Rois, la Saint-Antoine, clein und groß fastnacht (jeudi avant Esto Mihi et dimanche Invocavit), le dimanche Jubilate, lorsque les administrateurs sont venus à cause des bains, la veille de la Pentecôte, ... pour la veille de Saints-Pierre-et-Paul, la veille de l’Assomption, pour la Dédicace, pour la veille de la Toussaint et pour le soir de Noël221.

  • 222  AMH AH 91, 1508 : 2 ß umb bestnocken, 4 ß 6 d. umb mandeln, vigen, tribel, wurtz und anders uff di (...)

54Au fil du temps, la nourriture se diversifie d’une façon remarquable. Le compte de l’année 1508 mentionne l’achat de panais, de coings, de poires et de châtaignes. Toujours en 1508, la maison a payé 15 d. pour des épices destinées à des plats en gelée. Cette année là, Carnaval a été fêté dignement avec des amandes, des figues, des raisins, des épices et d’autres choses encore222.

  • 223  AMH AH 91, 1507 : Usgeben umb visch: stockvisch, bresemen, hering, carppen, blatissen, salmen.
  • 224  AMH AH 91, 1478 : 6 ß umb fisch in den wiher zu den guten lüten.Ibid., 1488: 3 ß dem jungen Hans M (...)
  • 225  AMH AH 92, 1507 et1524.
  • 226  AMH AH 91, 1508.
  • 227  AMH AH 91, 1468: 3 ß von den reben umbe das huß zu brechen. 1475: 6 ß 8 d. von gruben zu machen in (...)
  • 228  AMH AH 91, 1492, 1496.

55La variété de poissons consommés en 1507 - morue séchée, brême, hareng, carpe, plie, saumon223 - est d’autant plus remarquable qu’à proximité de la léproserie se trouvait un étang qui en fournissait d’autres aux lépreux224. Même diversité dans les viandes : dans son assiette, le lépreux pouvait trouver de l’agneau, de l’oie, du poulet, du veau, du foie et du poumon, de la saucisse de foie et du ris de veau (kopf und kres)225. Le vin, qui au Moyen Age était considéré comme un aliment de base, était produit sur les terres de la léproserie. Une partie était vendue. Les livres de comptes mentionnent pourtant régulièrement l’achat de vin. En 1508, la léproserie se procure du vin à Lampertsloch, Brinstorff (Preuschdorf ?), Bergbieten et Bosselshausen226. Par ailleurs, la maison cultivait des vignes autour de la léproserie227 et dans les bans d’Eckendorf, Dauendorf, Waltenheim et Niederaltorf228.

  • 229  AMH AH 91, 1463.
  • 230  AMH AH 91, 1440 et 1457.
  • 231  AMH AH 91, 1446 : 16 d. verzert TrabeHans als er die maget holte.

56Les livres de comptes nous fournissent des renseignements non seulement sur la nourriture des lépreux, mais aussi sur leurs activités quotidiennes. A l’occasion, en effet, les lépreux étaient employés pour réaliser certains travaux. En 1463, ils font les foins. En paiement, on leur donne 15 d. pour l’achat de deux oies229. A deux reprises au moins, en 1440 et en 1457, on achète des râteaux aux lépreux230, sans doute pour la fenaison. A l’occasion, le lépreux pouvait être délégué pour régler les affaires de la maison. Ainsi, en 1446, le lépreux TrabeHans a été chargé de chercher la nouvelle servante231.

  • 232  AMH AH 91, 1495 : 11 ß 8 d. umb 8 elen growe duch und 2 elen wiß duch Clausen dem pfrüner zum mant (...)
  • 233  AMH AH 91, 1501 : 4 ß hat der meister gelost ab eim growen rock, was Claus seligen gewesen, koufft (...)
  • 234  AMH AH 91, 1475.
  • 235  AMH AH 91, 1503.
  • 236  AMH AH 91, 1484 : 2 lb. 1/2 habe ich gelost abe allerhande cleidern, worent Hans Beckers und her S (...)
  • 237  AMH AH 93, 1557.

57Pour la tenue vestimentaire des lépreux, on utilisait du drap gris et blanc. Ces étoffes servaient à confectionner le manteau, les chausses, le capuchon et les gants232. Le lépreux portait également un habit de dessus de couleurgrise233. L’achat des habits des lépreux défunts par d’autres lépreux est également attesté par les sources. En 1475, Claus Diergart dépense 15 ß pour récupérer habits et chemises faisant partie de la succession du noble Friedrich Büchsner234. Plus surprenante est l’acquisition par la cuisinière de la maison - qui n’était probablement pas lépreuse - d’une vieille fourrure et d’un jupon ayant appartenus à la dénommée Rumeler235. Plus surprenante encore est la vente d’habits de lépreux à un fripier236, ou l’achat par une personne saine d’un lit ayant appartenu à un lépreux237. Certes, les conceptions pasteuriennes de la transmission des maladies n’étaient pas connues. Mais la lèpre véhiculait tant de rejet, tant d’opprobre qu’il est étonnant de voir les habits des lépreux circuler ainsi. Il faut peut-être y voir un élément supplémentaire de l’ambiguïté du statut du lépreux ou l’indice d’une société où l’on ne jetait rien.

  • 238  AMH AH 88/51. D’après une indication orale de M. Haudot, c’est le seul sceau actuellement connu d’ (...)

58La cliquette, attribut traditionnel du lépreux, n’apparaît pas dans les comptes - ce qui ne veut pas dire que les lépreux n’en ont pas utilisé. Par contre, elle est l’emblème de la maison Saint-Gilles. La cliquette figure en effet sur le sceau de la léproserie en 1446238.

  • 239  AMH AH 86/15, 1428 : Anne  [Burner] ... hat ire lebtagen ire wonunge und sonder gemach zu habende (...)
  • 240  AMH AH 87/38, 1447 : Ich CotterHans, der metziger, und ich Johans Windeberg, der schriber, ... erk (...)
  • 241  AMH AH 91, 1477.
  • 242  AMH AH 91, 1448 : 1 lb. von her Peter von Ingenheim umb des egenanten Cune Grymmels seligen badest (...)
  • 243  AMH AH 92, 1510 : 3 ß 1 d. von dem offen zu machen in dem huß, do Peter in ist. 4 ß myner 1 d. Vix (...)
  • 244  AMH AH 91, 1475 : ... 8 d. siner [juncker Friedrich Büchsners] meid zu lon.

59La vie quotidienne des lépreux devait être fort différente selon leur origine sociale. Anna Burner et avant elle CunenBride occupaient un appartement à part239. Avant d’entrer à la maison Saint-Gilles, le greffier Peter Schriber, accompagné de son beau-père, le boucher CotterHans, et de son collègue Johann Windeberg, se rend à la léproserie et s’y choisit un poêle et une chambre240. En 1477, le religieux de Seltz paie 12 florins pour avoir sa vie durant un poêle à lui241. Il semble qu’il existait également à Haguenau des salles de bains privées. En 1448, Herr Peter von Ingenheim paie une livre pour la jouissance de la salle de bains ayant appartenu au défunt Cune Grimmel242. En 1510, le lépreux Peter semble jouir d’une maison individuelle243. De tels arrangements permettaient aux lépreux fortunés d’échapper à la promiscuité engendrée par la vie commune. Quant au lépreux noble Friedrich Büchsner, il avait sa propre servante244.

  • 245  AMH AH 91, 1484 : 1 ß von her Sicheling dem priester zu begraben. 3 ß ime ouch umb ein boum. Ibid. (...)
  • 246  AMH AH 91, 1475.
  • 247  AMH AH 91, 1461 et 1487. Curieusement, cette femme n’avait payé que 30 ß comme droit d’entrée. Par (...)

60Même dans la mort, les lépreux n’étaient pas égaux : ce n’est qu’à six reprises que les comptes mentionnent l’achat d’un cercueil. Trois prêtres, Sicheling, Veltin Rose et Johann Hesse245, y ont eu droit. Parmi les laïcs, Friedrich Büchsner a été inhumé dans un cercueil246. Il en fut de même pour Bechtold Martinet Anne Dielman247.

  • 248  AMH AH 91, 1468 : 7 ß 7 d. von der zitglocken zu machen und von 2 slössern. 3 ß von dem sleher an (...)
  • 249  AMH AH 91, 1486 : 13 d. umb seil zur zitglocken. 1488 : 26 d. Baldlauff slossre von der zitglocken (...)

61Curieusement, la léproserie de Haguenau possédait déjà une horloge pour rythmer la journée avant 1468248. C’est relativement tôt pour une telle institution. L’existence de cette horloge, qui reparaît à plusieurs reprises dans les livres de comptes pour diverses réparations249, semble indiquerque la léproserie de Haguenau était une léproserie de luxe. Malgré les contraintes quotidiennes qu’il subissait, le lépreux ayant une prébende à la maison Saint-Gilles de Haguenau vivait dans une situation très confortable, comparé aux lépreux itinérants, qui n’avaient pas de domicile fixe, et sans doute même aux pensionnaires d’autres léproseries. Il avait à sa disposition une servante (siechenmaid) qui s’occupait de lui et une cuisinière qui préparait les repas.

Fig. 4 : Sceau de la léproserie

Fig. 4 : Sceau de la léproserie

AMH AH 88/51, cf. n. 238.

Les revenus

  • 250  AMH AH 90/20 (1410) et 90/17 (1440).
  • 251  6 rentes sont au taux de 6,25 %, 2 à 6,6 %, 4 à 7,14 %, 9 à 8,3 %, une à 9,1 % et 5 à 10 %.

62Parmi les documents de la léproserie qui nous sont parvenus, il y a deux colligendes, l’une de 1410et l’autre de 1440250. La première répertorie 27 rentes constituées au profit de la léproserie. Le capital varie entre 35 ß et 24 l. Les taux d’intérêt servis varient de 6,25 à 10 %251. Trois décennies plus tard, le nombre de ces rentes a presque doublé. Il y en a 52, auxquelles il faut encore ajouter sept autres rentes qui proviennent d’une lépreuse de la maison, Anne Burner. Celle-ci les a peut-être données pour payer sa prébende, ou bien elles font partie de sa succession.

  • 252  Taux calculés pour les 52 rentes de la maison. Il y en a 10 à 5 %, 9 entre 5,5 et 5,8 %, 1 à 6,15  (...)
  • 253  Sans les rentes d’Anne Burner. Le capital apporté par la lépreuse est de 34 lb.
  • 254  Montant calculé sur la base des 52 rentes de la maison. Les rentes d’Anne Burner rapportaient 1 lb (...)

63En trente ans, les taux d’intérêt ont considérablement baissé. Ils se situent désormais entre 5 et 8,3 %252. Ce résultat n’est nullement surprenant, il correspond à l’évolution générale. En effet, les taux d’intérêt baissent régulièrement depuis la fin du 14e siècle. Le rendement de l’argent placé diminue donc, et avec lui les revenus de la maison. En 1410, la léproserie avait placé un peu plus de 257 lb., qui rapportaient 19,5 lb. par an, soit un taux moyen de 7,6 %. Trente ans plus tard, le capital placé en rentes est de 551 lb.253, soit plus du double, mais il ne rapporte qu’un peu plus de 33 lb.254, soit un taux moyen de 6 %. Cette baisse des taux au courant de la première moitié du 15e siècle a mis en difficultés bien des maisons qui n’avaient pas suffisamment diversifié leurs revenus.

64Les autres revenus perçus annuellement, cens pour la location de maisons, de champs ou de prés, rentes diverses, baissent également en l’espace de trente ans. En 1410, ce poste rapporte 8 lb., 2 chapons et un quart (vierling) de cire. En 1440, la léproserie n’encaisse plus à ce titre que 5 lb. 11 ß 6 d., un chapon et demi et un tiers de vierling de cire.

  • 255  AMH AH 91.
  • 256  AMH AH 91, 1440.

65La léproserie disposait également d’une ferme. Elle pouvait donc vendre des produits de son domaine agricole. En 1429, la vente de 67 quartauts de seigle rapporte 20 lb., l’année suivante plus de 15 lb.255. Parmi les acheteurs, on note le Schultheiß de Mommenheim et les religieux de Stephansfeld256. Par ailleurs, les comptes mentionnent encore régulièrement la vente de beurre et de veaux.

  • 257  AMH AH 91, 1444.
  • 258  AMH AH 91, 1450 : 3 ß von RafenHensels briefen zu schriben, als wir ime das huß zu kouff gobent, d (...)
  • 259  AMH AH 91, 1463.

66La vente des effets ayant appartenus à des lépreux constitue une autre source de revenus. En 1444, ce poste s’élève à plus de 7 lb.257. En 1450, la léproserie vend même une maison ayant appartenu à un lépreux258, malheureusement sans en indiquer le prix. En 1463, elle vend aussi des prés259.

  • 260  AMH AH 91, 1466 : 10 ß wart myr von frowe Hette Bruckerin als sù starp. Ein gulden gab Orte der ku (...)
  • 261  HANAUER (A.), Cartulaire de l’église Saint George de Haguenau, 1898, n° 951, 1504 : der erber Dieb (...)

67A cette liste de revenus, il faut ajouter tous les dons qui au fil des ans sont venus enrichir la maison260, et le produit des diverses quêtes. On a déjà évoqué la quête effectuée tous les lundis en ville derrière le chœur de l’église saint Georges ; les lépreux disposaient également d’un tronc à l’intérieur de cette église261.

Le personnel de la maison

Les économes

  • 262  AMH AH 86/6, 1366 : ... der erbern vrowe Edelin Steingesserin, einer burgerin zu Hagenow, der gute (...)
  • 263  ABR H 1181/23.
  • 264  RAPP (F.), Gestionnaires et gestion des établissements religieux et charitables à Strasbourg au Mo (...)
  • 265  AMH AH 86/5.
  • 266  AMH GG 19/1.
  • 267  AMH HH 19/26.
  • 268  AMH GG 146/4, 1360.

68Comme toutes les institutions religieuses, la léproserie de Haguenau faisait gérer sa fortune et ses biens par un économe (schaffner). Paradoxalement, le premier que signalent les sources, en 1366, est une femme, Edelin Steingesser262. Avec Else von Reichshofen, économe des Franciscains de Haguenau en 1389263, c’est la seule schaffenerin connue dans toute l’Alsace médiévale264. Un économe manie de grosses sommes, se déplace beaucoup, négocie avec des paysans et des artisans, este fréquemment en justice : autant d’activités auxquelles une femme, au Moyen Age, est rarement préparée. Il convient donc de se demander qui était Edelin Steingesser. En 1362, elle fonde une messe à l’église de la léproserie pour l’âme de sa sœur Catharina265. En 1360, elle a déjà légué aux Guillemites de Haguenau une rente de 6 lb. pour une messe pour elle, ses frères et sœurs et sa nièce Catharina Ziermann266. En 1364, elle donne aux malades du Nouvel Hôpital un pré à Haguenau267. Elle a aussi fondé une messe quotidienne à l’église Saint-Georges de la même ville268. Il s’agit donc d’une femme fortunée et pieuse, mais cela ne suffit pas à expliquer qu’elle assume un rôle peu compatible avec ce que nous croyons savoir du statut de la femme dans l’Alsace médiévale.

  • 269  AMH AH 86/7-8.
  • 270  AMH AH 86/9, 1374.
  • 271  Seman von Bernstein en 1379 : AMH AH 89/96. Ulman von Wintershusen, de 1403 (AMH AH 89/48) à 1428 (...)
  • 272  AMH AH 91.
  • 273  AMH AH 91.
  • 274  AMH AH 91, 1463. AH 89/22, 1495.
  • 275  AMH AH 88/32.
  • 276  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 84.
  • 277  AMH AH 90/68.Il est également cité commeéchevin et économe de l’Oeuvre Saint-Georges en 1513 : AMH (...)
  • 278  AMH AH 88/34.
  • 279  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 84-85.
  • 280  AMH AH 88, 1517 : Conrad Brumpt, rotgerwer, burger zu Hagenow und schaffener ...
  • 281  Diebolt Hug, de 1523 (AMH AH 89/113) à 1529 (AMH AH 89/35).Erasmus Schweigler, de 1551 (AMH AH 93/ (...)
  • 282  Ces livres de comptes annuels existaient en double exemplaire. L’un était destiné à l’économe, l’a (...)
  • 283  AMH AH 91, 1444, 1448 et 1449. AMH AH 91, 1447.

69Par la suite, le poste d’économe est uniquement occupé par des hommes, laïcs et bourgeois de Haguenau. Le premier, Erlewin Reisser, est un drapier, d’une famille d’échevins bien connue. Il est cité en 1367 et en 1372269. Son successeur est Jeckelin Werin, également drapier270. Puis, pendant plusieurs décennies, ce sont des cordonniers qui sont économes de la léproserie271. En 1457, c’est un tailleur, Heinz Witpruch272, qui est nommé économe, poste qu’il occupe jusqu’en 1462273. Son successeur, Jacob von Worms, est à nouveau un cordonnier. Pendant 32 ans, il va gérer lafortune de la léproserie274. Il laisse des livrets de comptes très détaillés, qui permettent de reconstituer la vie quotidienne des lépreux. C’est aussi le premier économe qui ait eu des fonctions municipales. En 1482, il est dit altlonherr275 : il a donc été responsable des travaux publics. Il est nommé échevin en 1494276. A sa mort, son gendre, Michel Port, prend la relève. Il est scribe277, devient Marschalk avant 1508278, avant d’accéder lui aussi à l’échevinat279. Parmi ses successeurs, on relève un tanneur280 et plusieurs scribes281. La compétence d’un scribe est utile à l’économe, tenu de rendre des comptes chaque année aux deux administrateurs institués par la ville pour contrôler le bon fonctionnement de l’établissement282. Le cordonnier Claus Hanneman, économe entre 1438 et 1450, paie régulièrement son fils Benedikt pour la mise au propre du livre de comptes, et en 1447 pour celle du censier283.

  • 284  AMH AH 91. Seules exceptions : un prêt de 39 lb. en 1440 à juncker Heinrich Brucker, un prêt de 33 (...)
  • 285  En 1440 (AMH AH 90/23), 1441 (AMH AH 90/25), 1443 (AMH AH 90/24), 1446 (AMH AH 90/27).
  • 286  AMH AH 86/22, 1438: ... so hat man in ouch, von grosser notdurfft wegen, einen grossen köstlichen (...)

70Quel jugement peut-on émettre sur la qualité de la gestion de ces économes ? Malgré une documentation lacunaire, les livrets de comptes n’étant de loin pas tous conservés, certaines caractéristiques méritent d’être relevées. Claus Hanneman (1438-1450) réinvestit régulièrement l’argent sous forme de prêts à des particuliers d’un montant inférieur ou égal à une vingtaine de livres284. Si sous son administration, la maison a été déficitaire plusieurs années285, on peut supposer que cela est dû aux travaux effectués pour la reconstruction du bâtiment hébergeant les lépreux et éventuellement de l’église286. Pourtant, fort curieusement, aucune dépense liée à une quelconque construction n’apparaît dans les livres de comptes à cette époque.

  • 287  AMH AH 91, 1475 : 100 lb. à la ville de Haguenau pour un intérêt de 4 lb. Ibid., 1477 : 250 florin (...)
  • 288  AMH AH 91 ; Dahn, habitat disparu près d’Offwiller (canton de Niederbronn).
  • 289  AMH AH 91.
  • 290  AMH AH 91, 1509. En 1454, trois ans avant son entrée en fonction en tant qu’économe, Heintz Witpru (...)
  • 291  AMH AH 91.
  • 292  AMH AH 91. 338 quartauts en 1470, 368 quartauts en 1475 et 383 quartauts en 1476.
  • 293  AMH AH 91.
  • 294  AMH AH 89/1.
  • 295  AMH AH 89/58.

71Contrairement à Hanneman, l’économe Jacob von Worms semble avoir privilégié le prêt d’argent à des institutions. En 1475 et à nouveau en 1477, il prête respectivement 100 lb. et 250 florins à la ville de Haguenau à un tarif avantageux287. En 1487, il avance 40 florins aux Guillemites de Haguenau et 100 florins aux chevaliers teutoniques de Dahn288. En 1490, il s’octroie un prêt de 100 florins au taux préférentiel de 4 %. En effet, la même année, il avance la même somme au noble Hans Nagel à 5 %289. Son gendre et successeur, Michel Port, empruntera lui aussi 200 florins à la léproserie290. La balance comptable de Jacob von Worms semble avoir été régulièrement excédentaire, le solde variant entre quelques dizaines de livres et 151 lb. en 1478291. Les réserves en grains sous son administration sont importantes292. On peut se demander s’il ne le stockait pas pour le revendre lorsque les prix flambaient, ce qui témoignerait d’une gestion rationnelle des ressources de la maison. En 1477, par exemple, il vend 190 quartauts de seigle pour la coquette somme de 43 lb.293. Il a également agrandi le domaine de la léproserie en achetant pour 51 lb. 5 ß la ferme voisine avec ses dépendances à juncker Nagel en 1486294. En 1494, il fait renouveler les terres du bien rentier de Mommenheim295.

  • 296  AMH AH 91, 1468.
  • 297  AMH AH 91, 1475.
  • 298  AMH AH 91, 1496.
  • 299  AMH AH 91, 1466.
  • 300  AMH AH 91, 1492,1498, 1509 : 2 ß dem schaffener ouch sollicher moß uff die vastnacht für vische.
  • 301  AMH AH 93, 1593.
  • 302  AMH AH 91, 1487 : 3 lb. umb 1/2 fuder wins, was myn.
  • 303  AMH AH 88/51.
  • 304  AMH AH 90/45.
  • 305  AMH AH 90/45.
  • 306  AMH AH 92, 1523.
  • 307  AMH AH 92. Item in siner ersten rechnung 55 lb. 1 ß 8 d. me dan er geleit hat. Item in der anderen (...)
  • 308  AMH AH 92. Summarum, so das houbt gelt gegen ein ander verglichen wurt, so hat der alt schaffner m (...)

72Que touchait l’économe pour le travail accompli ? Sa rémunération annuelle était de 2 lb. en 1468296. Sept ans plus tard, elle a doublé297. En 1496, l’économe touche 5 lb. pour la gestion des biens de la léproserie298. C’est sous l’administration de Jacob von Worms que l’on voit apparaître en dépenses une gratification d’un florin accordée par les administrateurs à l’économe pour la reddition des comptes299. A l’occasion du carnaval, il touchait également une petite somme pour l’achat de poisson300. A la fin du 16e siècle, l’économe touche une gratification sous forme de pain d’épices301. Il avait par ailleurs encore l’occasion de faire des affaires avec la léproserie, puisqu’en 1487, Jacob von Worms vend un demi-foudre de son vin à l’institution qu’il gère302. En 1446, l’économe Claus Hanneman vend à son fils Benedict, le même qu’il employait aux écritures, une maison appartenant à la léproserie303. Il nous est difficile de juger si ces ventes se sont faites dans la légalité, si le fils n’a pas bénéficié d’un prix plus avantageux, ou si Jacob von Worms ne s’est pas attribué un tarif plus élevé pour la vente de son vin. Quoiqu’il en soit, la passation de pouvoirs à la mort d’un économe pouvait révéler une situation financière passablement embrouillée. En 1523, les héritiers de Conrad Brumat sont convoqués par les administrateurs pour la reddition des comptes. Le défunt devait encore 77 lb. à la maison304. Les héritiers ne peuvent en payer que 53 en liquide305, le reste sera acquitté au courant de l’année 1523306. Une feuille volante conservée dans le compte de 1524, mais qui n’est peut-être pas à sa place, énumère les manquements du précédent économe. S’agit-il de Conrad Brumat ? Ce n’est pas sûr, car aucun recoupement n’a été possible. Toujours est-il que le nouvel économe se plaint de la gestion de son prédécesseur, qui, huit années de suite, n’a pas réinvesti le capital de toutes les rentes rachetées307. Et de conclure : « l’ancien économe a encaissé 250 lb. de capital de plus que ce qu’il a réinvesti. La maison en est appauvrie d’autant308 ».

73Ces quelques exemples tendent à prouver que la gestion des économes de la maison n’était pas toujours exempte d’irrégularités, voire de fraude portant préjudice à la maison.

Les administrateurs

  • 309  HANAUER (A.), Le protestantisme à Haguenau, 1905, p. 196-201.
  • 310  Pauler est drapier (AMH AH 86/31), cité comme administrateuren 1439 (AMH AH 86/24). Il exerce touj (...)
  • 311  AMH AH 86/28, 1440.

74Dans son ouvrage consacré au protestantisme à Haguenau, Hanauer a étudié l’évolution des revenus des administrateurs de la léproserie309 et constaté une nette dérive au fil du temps. Au milieu du 15e siècle, Johann Pauler, administrateur310, « considérant la pauvreté des lépreux », leur donne un bien rentier aux bans de Gebolsheim, Mommenheim et Waltenheim311. Mais, petit à petit, les personnes chargées par la municipalité de contrôler le fonctionnement de la léproserie sont plus soucieuses de profit personnel que du bien-être des lépreux. De modestes au départ, ces gratifications pèsent de plus en plus lourd dans la balance comptable de l’établissement. Et Hanauer d’ajouter : « les échevins qui pendant la dernière moitié de ce siècle [le 16e], dirigèrent avec une si douteuse austérité la commission des lépreux ... étaient tous d’ardents patrons de la Réforme ... sur le terrain religieux ».

Les Meister ou maîtres de la léproserie

  • 312  AMH AH 89/86, 1348.
  • 313  AMH AH 91, 1465 : 6 lb. dem meister und siner frowen zu lone.
  • 314  En 1495, par exemple, Hans Ubel touche 28 d. umb 2 elen wiß duch zu hosen, et 1 lb. 19 ß 8 d. umb (...)
  • 315  ADAM (P.), Histoire des hospices et hôpitaux de Sélestat, 1960, p. 70.
  • 316  AMH AH 91, 1492.
  • 317  AMH AH 91. En 1495, Hans Ubel touche 3 ß à cette occasion, 4 ß en 1496 et autant en 1497.
  • 318  AMH AH 91, 1497 : 3 ß 4 d. verzerten myn herren die pfleger, ouch her Michel zur Thannen, der meis (...)
  • 319  AMH AH 91, 1501 : 2 ß geben dem meister als er Conrat von Kirmen kint hub. 1495: 2 ß der meisterin (...)

75Personnage incontournable dans la vie d'une léproserie, le maître était continuellement sur place. Quelles étaient ses fonctions dans celle de Haguenau ? Nous disposons de peu de renseignements à ce sujet, car aucun règlement interne de la léproserie n’est conservé. Il semblerait cependant que le statut du maître ait évolué au fil du temps. Le premier cité est maître Conrad Sunnesheimer. En 1348, il achète une rente pour la léproserie312. En fait, à cette date, le maître semble faire fonction d’économe. Si tel est le cas, il n’est probablement pas issu de la communauté des lépreux. Par la suite, les sources n’évoquent plus aucun personnage exerçant cette fonction pendant plus d’un siècle. Ce n’est qu’en 1465 que le maître et sa femme apparaissent parmi le personnel rémunéré de la maison313. Comment interpréter ce silence des documents ? S’agit-il tout simplement du hasard des sources à notre disposition ? Non, car les livrets de comptes conservés entre 1425 et 1465 ne le mentionnent pas parmi les employés de la léproserie. On peut légitimement supposer qu’au plus tard après 1366, date de la première mention d’un économe, le maître est responsable de la communauté des lépreux et de la bonne marche de la ferme de la léproserie. Curieusement, après 1466, il n’apparaît plus comme salarié de la léproserie314. On peut se demander si à ce moment il n’est pas choisi parmi les lépreux, comme c’était le cas à Sélestat315. Mais le fait que le maître soit régulièrement nommé avec sa femme plaide plutôt en faveur d’un couple de gestionnaires, responsables de la bonne marche de l’établissement, comme il y en avait dans les hôpitaux à cette époque. En 1492, la femme du maître vend du fromage et du beurre fondu au marché de Strasbourg316. On voit difficilement une lépreuse dans ce rôle. A l’occasion de la reddition des comptes, le maître avait d’ailleurs droit à un pourboire, tout comme l’économe ou les administrateurs317. Il était aussi invité aux agapes qui avaient lieu à cette occasion318. Son rôle de parrain, évoqué à plusieurs reprises319, permet d’écarter avec beaucoup de vraisemblance l’hypothèse d’un lépreux dans le rôle du maître à partir de la deuxième moitié du 15e siècle.

Les domestiques

76La léproserie de Haguenau était une léproserie institutionnelle. Elle disposait donc d’un personnel chargé de s’occuper d’une part des lépreux, et d’autre part de la ferme associée à la léproserie.

  • 320  AMH AH 89/109, 1344. Le taux d’emprunt à 15,8 % est usuraire.
  • 321  Comme cette femme reçoit le titre de frow, elle était peut-être issue d’un milieu social relativem (...)
  • 322  AMH AH 89/111, 1345.
  • 323  On connaît encore une troisième rente achetée en 1345 par une servante, mais la source ne donne pa (...)
  • 324  AMH AH 91.
  • 325  AMH AH 91.
  • 326  Probablement die obermeide, puisque le compte de 1488 cite die undermeide et die siechenmeide : AM (...)
  • 327  AMH AH 91 : la servante des lépreux, die Schuremynnen, est citée en 1488 et meurt en 1498.
  • 328  AMH AH 91, 1501. Cf. note 233.
  • 329  AMH AH 91, 1508.
  • 330  AMH AH 91.
  • 331  Arch. Mun. Colmar, GG 213/1, règlement de 1556 : zum fünfzehenden soll ein jedes siech haußkinde s (...)

77La servante la plus anciennement citée dans les archives est une dénommée Gertrud. En 1344, elle achète en son nom propre une rente de 5 ß pour un capital de 19 onces320. L’année suivante, en 1345, la même, cette fois appelée frow Gerin321, achète à nouveau une rente322. Si ces deux documents sont conservés dans le fonds de la léproserie, c’est probablement parce qu’elle a légué ces rentes à la maison Saint-Gilles323. De 1425 à 1442, on relève une seule servante (meide) dans les livres de comptes324. A partir de 1442, elles sont deux. La servante des lépreux (die siechenmeid) est citée explicitement en 1488325. On peut donc raisonnablement supposer qu’à partir de 1442 au plus tard, l’une de ces deux femmes était au service des lépreux326. Les contacts qu’elle entretenait quotidiennement avec les malades étaient-ils un facteur de risque ? Sans doute, même s’il est difficile de répondre à cette question. L’une d’entre elles est citée dans cette fonction pendant dix ans327. Une autre, frow Maxmil, n’hésite pas à acheter des habits ayant appartenu à un lépreux328. Elles pouvaient venir d’assez loin. En 1508, deux femmes se succèdent à ce poste. La première, Juliana, était originaire de Strasbourg, la seconde de Pforzheim329. En 1498, la servante des malades était native de Fribourg330. L’existence d’une servante mise à la disposition des malades semble prouver que la léproserie de Haguenau était une institution de luxe. A Colmar, les malades devaient laver leurs bandages eux-mêmes. Si leur état de santé ne le leur permettait pas, ils devaient prier la cuisinière de la maison de s’en charger331.

  • 332  AMH AH 91, 1496 et 1498.

78Ces servantes étaient probablement chargées de divers travaux, peut-être également de la préparation des repas. Mais ce n’est pas sûr. Il se pourrait que dans les premières décennies du 15e siècle, les lépreux aient eux-mêmes été chargés de faire la cuisine. En 1496 et en 1498, les sources évoquent trois femmes employées à la léproserie : l’une s’occupe des malades (die siechenmeid), une autre des animaux (die vihe meide), la dernière de la cuisine (die kochmeide)332.

  • 333  ADAM (P.), Histoire des hospices et hôpitaux de Sélestat, 1960, p. 66.
  • 334  Avant cette date, la léproserie fournissait de la viande et du pain pour un montant fixe.

79La présence d’une femme qui préparait les repas pour les lépreux semble prouver que la léproserie de Haguenau fonctionnait bien et qu’elle n’était pas une léproserie ordinaire. Ailleurs, à Sélestat par exemple, les lépreux devaient assurer eux-mêmes leur subsistance333. A partir de 1463, les comptes de Haguenau mentionnent les dépenses faites pour l’achat de toute la nourriture334. Tous les lépreux avaient-ils droit à la nourriture distribuée par la maison ? Probablement, mais il n’est pas exclu que la léproserie de Haguenau n’ait distribué la nourriture qu’aux titulaires d’une richen pfründ. En l’absence d’autres éléments d’information, la question reste posée.

  • 335  AMH AH 91. En 1425, il est appelé vacher (kügehirte), les années suivantes, berger (hirt).
  • 336  AMH AH 91.
  • 337  AMH AH 91. En 1448, par exemple, il touche 10 ß pour l’achat de 5 paires de chaussures et 8,5 ß po (...)

80Parmi ses employés, la maison comptait encore un berger335, qui avait la charge du bétail de la ferme associée à la maison, et un valet. A partir de 1430, ce dernier est appelé voiturier (karchknecht)336. Il touche annuellement la coquette somme de 4,5 lb.en 1425, 5 lb. en 1429, 6 lb. 5 ß en 1442, sans compter une indemnité pour l’achat de drap et de chaussures337. En comparaison, le salaire du domestique responsable des animaux était de l’ordre d’une livre et quelques sous, augmentés d’un forfait pour son habillement.

Les bâtiments

  • 338  AMH, Plan partiel de Haguenau, Plan d’un étang propre à l’hôpital bourgeois et maladrerie par J. M (...)

81Essayer de retracer l’aspect des différents bâtiments de la léproserie de Haguenau peut sembler une véritable gageure. Comme pour la quasi totalité des léproseries alsaciennes, il ne reste rien de ce complexe à l’heure actuelle. Mais, grâce à un plan du 18e siècle338 et aux renseignements livrés par les comptes, il est possible d’esquisser une description des lieux et d’avancer certaines hypothèses.

  • 339  AMH AH 91, 1444 : 2,5 ß Cunrad Zymberman von dem thor in dem garten zu machen. Ibid., 1465: 6 ß vo (...)
  • 340  AMH  AH 91, 1484 : 6 ß ... und ein thor an den rebegarten ...(zu machen). AH 93/15, 1543: 12 ß 8 d (...)
  • 341  Hanauer indique que le pied de France vaut 32,48 cm, la perche vaut donc environ 6,5 m.
  • 342  AMH AH86/6, 1366 : sankt Gilgen Altar. AMH AH 91, 1496: 9 ß 7 d. umb 5 lb. wahs uff die drei altar (...)
  • 343  AMH AH 91, 1478 : 21 d. umb scherter und nehtz unser frowen zu einemmantel zu den guten luten.Ibid (...)
  • 344  AMH AH 86/33.
  • 345  AMH AH 91, 1477 : 15 d. von den kertzen zu machen uff die alter und fùr das heilige grap.
  • 346  AMH AH 91, 1484, 1486, 1495, 1497, 1499, 1503, 1509. AH 92, 1513.
  • 347  Ce prénom existe dans les familles d’échevins Mördel et zur Tannen.
  • 348  AMH AH 91, 1463.
  • 349  AMH AH 91, 1446.

82L’ensemble des bâtiments s’inscrivait dans un quadrilatère dont les deux côtés les plus longs mesuraient environ 45 et 52 m.En 1776, il était encore entouré de murs sur trois côtés. Au sud, on distingue un enclos carré qui correspond au jardin339 et peut-être aussi à des clos de vignes340. Le bâtiment que l’on identifie sans problème sur le plan est l’église. Elle était orientée, avec une nef à vaisseau unique et un chœur à 5 pans d’octogone. Si l’on se fie à l’échelle indiquée par le plan de 1776, elle était longue d’environ 36 m jusqu’au fond du chœur pour une largeur de 13 m341. Son emplacement, au bord de la route, en facilitait l’accès aux pèlerins. Les livres de comptes font entrevoir quelques éléments du mobilier. Le maître autel, dans le chœur, était dédié à saint Gilles, le patron de l’église; mais celle-ci en avait deux autres342. La statue de la Vierge et de l’Enfant Jésus, pour laquelle on achète du tissu à deux reprises343, était très probablement sur l’autel Notre-Dame, cité en 1451344. Quant au troisième autel, les sources ne nous renseignent pas à son sujet. Dans cette église, il y avait aussi un Saint Sépulcre, conformément à une tradition de la fin du Moyen Age. Il apparaît dans les archives en 1477345 et est cité régulièrement par la suite346. En ce qui concerne le mobilier liturgique, on ne sait qu’une chose : en 1463, plusieurs personnes, dont juncker Gabriel347 et jungfrowe Margrede Bock, une représentante du patriciat haguenovien, financent l’achat d’un livre de messe348. Par ailleurs, une armoire eucharistique est citée en 1446349.

Fig. 5 : Plan de la léproserie de Haguenau

Fig. 5 : Plan de la léproserie de Haguenau

AMH, Plan partiel de Haguenau, Plan d’un étang propre à l’hôpital bourgeois et maladrerie par J. M. Pompeati, 1776, cf. n. 338.

  • 350  AMH AA 256/187, photo de l’orig. Staatsarchiv Marburg Y1/187, éd. HANAUER, St Nicolas, 45 n°54.
  • 351  Voir n. 286.
  • 352  AMH AH 91, 1440 : 6 ß von dem helm zu machen an der kirche. 1445: 5 ß von den fenstern an der kirc (...)
  • 353  AMH AH 91, 1448 : 1 ß umb zwei vierteil wins, do man die kirch besach zu buwen.

83Telle que nous la percevons à la fin du Moyen Age, l’église de la léproserie est plus qu’une simple chapelle, tant par ses dimensions que par l’aménagement intérieur. Mais à quand remonte l’édifice qui apparaît sur les plans du 18e siècle ? La première mention de l’église est celle de sa consécration en 1327350. En 1438, une source peut-être tendancieuse évoque un bâtiment en piteux état, qu’il faut reconstruire351. Comme il s’agit de justifier le recours à la quête, le rédacteur du document a peut-être noirci le tableau. En 1440 et en 1445, on y fait de petits travaux d’entretien courant352. En 1448, une visite d’inspection est faite à l’église en vue de travaux353. Puis les sources sont muettes pendant quinze ans, et en 1463 elles n’évoquent qu’une dépense minime : 16 ß pour couvrir la maison, la grange et l’église. Là encore, il ne peut s’agir que de travaux d’entretien, la reconstruction se situant très probablement entre 1448 et 1463.

  • 354  AMH AH 91, 1426 : 18 ß kostet das kensterlen in dem kirchof, das slos und den slussel.

84Le cimetière des lépreux, mentionné la première fois en 1426354, était probablement à côté de l’église.

  • 355  Voir n. 338.
  • 356  Voir n. 286. Les comptes de 1486 (AMH AH 91) évoquent le sedelhuse, mot qui désigne un bâtiment im (...)
  • 357  AMH AH 91, 1498.
  • 358  AMH AH 91, 1463.
  • 359  AMH AH 91, 1498 : ... ouch das alt huß underfaren ...
  • 360  LEISTIKOW (D.), «Bauformen der Leproserie im Abendland», Aussatz Lepra Hansen-Krankheit, Würzburg (...)
  • 361  AMH AH 86/51, obligations du chapelain en 1522 : ... alle vier hochzit am obent selbs hienuß zu go (...)
  • 362  AMH AH 93, 1541 : 5 ß 2 d. geben Bartel Glaser von den fenstern in der siechen huß und ins meister (...)

85Que savons-nous des autres bâtiments de la léproserie ? Le plan de 1776355 indique un seul grand bâtiment, situé au sud de l’enclos. Il ne faut pas oublier que cette représentation est tardive, d’une époque où la léproserie en tant qu’institution avait cessé de fonctionner depuis près d’un siècle. De surcroît, les guerres du 17e siècle ont pu considérablement modifier l’aspect des bâtiments. Une fois de plus, les livres de comptes et les chartes restent la seule source d’information pour l’époque médiévale. En 1438, une autorisation de quête signale l’existence d’un grand bâtiment construit récemment pour héberger les lépreux356. Ce bâtiment est réaménagé en 1498. On y installe alors à l’étage la pièce destinée à recevoir les lépreux de passage357. Ce grand bâtiment correspond peut-être au volume encore existant sur le plan en 1776. Les comptes de 1463 évoquent aussi « la maison au-dessus de l’écurie358 », et ceux de 1498 « une vieille maison »359. Certains lépreux avaient-ils une maisonnette à part, comme c’était le cas à Boulogne-sur-Mer360 ? Probablement,car nous avons déjà rencontré une lépreuse de Haguenau qui avait sa maison. Par ailleurs, on sait que le chapelain de la léproserie y avait sa propre chambre361, et au 16e siècle, le maître de la léproserie semble avoir eu une maison à part, ce qui confirme l’hypothèse qu’il n’était pas lépreux à cette époque362.

  • 363  AMH AH 91, 1463 : 16 ß von dem huse uber dem pferdestall und von der schuren und der kirchen zu de (...)
  • 364  AMH AH 91, 1496 : «... als der swinestall gar im sumpff inne einer pfitzen gestanden im wasser und (...)
  • 365  AMH AH 91, 1498.
  • 366  AMH AH 93, 1544.

86Les bâtiments de la ferme apparaissent également au détour des archives. L’écurie et la grange sont cités en 1463363, la porcherie en 1496364. Il y avait également un pressoir365 et un colombier366.

  • 367  LEISTIKOW, Bauformen (n. 360), p. 108.

87Au total, les bâtiments de la maison Saint-Gilles de Haguenau reflètent les différents objectifs que devait remplir une léproserie : isoler les malades, leur assurer le vivre et le couvert, pourvoir à une aide spirituelle et prévoir un lieu de sépulture367.

La léproserie à l’époque moderne

88Qu’advient-il de la léproserie au courant du 16e et du 17e siècles ? Continue-t-elle à abriter des lépreux ? Jusqu’à quelle date est-elle restée fidèle à sa vocation initiale ?

  • 368  Voir n. 14.

89Une fois de plus, les livres de comptes permettent de répondre partiellement à ces questions, malgré le manque de documents entre 1526 et 1539. Les années suivantes ne sont certes pas toutes représentées368, mais elles sont suffisamment nombreuses pour nous laisser entrevoir le destin de la maison Saint-Gilles.

  • 369  AMH AH 93, 1539 : Wolf der sieche. 1541 : 22 d. ... dem siechen knaben für ein par hosen. 1543: 13 (...)
  • 370  Cf. note précédente, année 1555.

90Entre 1539 et 1569, 21 personnes y sont hébergées, dont neuf sont explicitement dites lépreuses369. Pour l’une d’entre elles, le texte précise même qu’elle était aveugle et lépreuse370. La cécité est l’une des conséquences possibles de la maladie dans son stade ultime. Les autres noms de résidents apparaissent lors de leur décès. A ce moment, leurs habits et leurs effets personnels sont vendus, et les frais de sépulture sont pris en charge par la maison. Même si la lèpre n’est pas explicitement mentionnée dans leur cas, la probabilité est néanmoins très forte.

  • 371  AMH AH 93, 1563, 1568, 1569.
  • 372  AMH AH 93, 1569 : It. 1 ß 10 d. geben von eim gutleit meidelin zu begraben, so ime huß gestorben.

91Dans les années 1560, la lèpre semble en recul dans la région de Haguenau. En 1563, en 1568 et en 1569 - il s’agit des trois seuls comptes dont nous disposions pour cette décennie - l’économe ne sait à qui donner l’argent qui devait être distribué aux lépreux à l’occasion des fondations de messe, car il n’y a plus de lépreux dans la maison371. Dans le compte suivant de 1577, l’argent dû aux lépreux à l’occasion des messes fondées n’apparaît plus. Les gratifications données aux lépreux lors des célébrations de ces messes anniversaires fondées à perpétuité au début du 15e siècle ont donc été versées pendant environ un siècle et demi. L’année 1569 ne marque cependant pas la fin définitive de l’accueil des lépreux. Alors que l’économe de la maison a explicitement écrit dans le compte de cette année que la maison est vide de lépreux, le décès d’une jeune fille lépreuse est mentionné un peu plus loin372. Il y a deux hypothèses pour expliquer cet état de fait : soit la jeune fille lépreuse est entrée à la léproserie la même année après le dernier de ces anniversaires, soit elle était juste de passage. Pour la léproserie de Haguenau, il n’y a donc pas de rupture brutale et définitive dans l’accueil des lépreux à une certaine date, mais une très nette régression dans la décennie 1560.

  • 373  AMH AH 93, 1569 : 1 lb. 12 ß 2 d. empfangen ... so ... ein edelman, genant der Affentaler, geben h (...)

92Il est d’ailleurs révélateur qu’en 1569 apparaisse pour la première fois avec certitude un locataire de la maison qui ne soit pas un lépreux. Sa présence, qui semble liée à des passages de troupes373, est révélatrice d’un changement de mentalité et d’attitude à l’égard des lépreux et des lieux dans lesquels ils vivaient.

  • 374  AMH AH 93, 1585.
  • 375  AMH AH 93, 1590 : 112 lb. 1/2 empfangen von Cuntzen Mathisen von Bischweyler, hat damit seinem vog (...)
  • 376  AMH AH 93, 1584.

93Dans le dernier tiers du 16e siècle, les mentions de lépreux se font plus rares. En 1585, un lépreux de passage meurt à la léproserie de Haguenau374. En 1590, le tuteur d’un dénommé Jacob, fils de Diebold Wendling, de Bischwiller, achète une prébende pour une somme de 112,5 lb.375. Le cas d’une malade nommée Magdalena laisse perplexe : en 1585, elle est tenue enfermée dans sa chambre376, mais on ne sait pas pour quelle raison : était-elle lépreuse au dernier degré ou l’avait-on isolée parce que sa santé mentale était défaillante ?

  • 377  AMH AH 93, 1555 : 1 ß 8 d. Steffan Bylger dem serktreger oder dottengreber geben von dem fremden s (...)

94L’observation attentive des livres de comptes permet encore de voir que tout au long du 16e siècle, la léproserie a continué d’accueillir des gens de passage. Les recettes mentionnent régulièrement une somme de quelques livres reçue par la maison pour les nuitées et la soupe (Schlof- und Suppengeld). Ces étrangers de passage étaient-ils tous lépreux ? Il est difficile de l’affirmer avec certitude, mais certains en tout cas l’étaient. En 1555, par exemple, un lépreux de Neuwiller meurt à Saint-Gilles de Haguenau, un autre en 1585377. Par la suite, la situation évolue. Au 17e siècle, la léproserie ne semble plus avoir hébergé de lépreux à demeure. Comme par ailleurs la rubrique Schlof- und Suppengeld indique invariablement le chiffre zéro, on peut en déduire qu’il n’y a plus non plus de lépreux de passage hébergés à Haguenau.

  • 378  AMH AH 93, 1568 : 182,5 ohm. 1569 : 1 fuder, 141,5 ohm et 76 mossen.
  • 379  AMH BB 26.

95Il faut dire qu’entre-temps, la léproserie, qui est située au bord de la route, a une autre fonction : celle de cabaret. Désormais, la rubrique Schlof- und Suppengeld inclut aussi l’argent que rapporte la vente du vin (ab win gelost). Les sommes encaissées passent de 4 ou 5 livres en 1559 (uniquement Schlof- und Suppengeld) à vingt-cinq livres en 1577 (Schlof- und Suppenpfennig, auch ab wein gelöst). A cette date, la maison a vendu plus de 647 pots (moß) de vin. Parallèlement, au chapitre des dépenses, la maison achète des quantités de vin relativement importantes378. Elle en débitera pendant plus de deux siècles. Ce n’est qu’en 1771 que Jean Trendel, fermier de la maladrerie, sollicite l’autorisation de « cesser de tenir cabaret ... et de retirer son bouchon ... pour donner tous ses soins à son labourage379 ». C’est ainsi que s’achève l’histoire d’une institution qui avait vu le jour cinq siècles auparavant.

Conclusion

96En conclusion, il ne faut pas oublier que beaucoup d’éléments relatifs à la léproserie de Haguenau nous échappent. Nous ne savons rien sur les origines, nous ignorons qui a fondé la léproserie et à quelle date elle a vu le jour. Il n’y a pas non plus de règlement conservé, comme c’est le cas à Colmar, ou de registre des sentences, comme c’est le cas à Strasbourg. Mais, malgré ces lacunes, le dossier concernant la léproserie de Haguenau est le moins incomplet qui soit en Alsace. C’est sans doute celui qui permet le mieux de se faire une idée de la vie des lépreux dans ce qu’elle a de terrible, y compris pour les mieux lotis, ceux d’une « léproserie trois étoiles ». Le lépreux est, comme le dit Peter Schriber, « privé de sa femme, de ses enfants, de ses biens, de son métier et de son honneur ». Dans le meilleur des cas, il est incorporé sans l’avoir voulu à une communauté religieuse qui le prive de sa liberté (de la faculté de tester, de sa vie de couple, etc.) ; il devient un enfantau sens médiéval, c’est-à-dire quelqu’un qui n’a pas la libre disposition de lui-même, quelqu’un qui ne mange pas son propre pain. Dans le pire des cas, il est jeté sur les routes.

  • 380  ADAM (P.), Charité et assistance en Alsace au Moyen Age (Public. de la société savante d’Alsace, G (...)

97On a voulu justifier ce traitement par la nécessité d’isoler les lépreux pour limiter la contagion. P. Adam écrit à ce sujet : « On savait qu’il était possible de combattre l’extension, la contagion de la maladie en excluant systématiquement les lépreux de la société et en les isolant dans des asiles spéciaux, placés loin des lieux habités, les léproseries, où les malades seraient entretenus par la ville ou le village. C’était une mesure cruelle mais nécessaire380 ». Est-ce vraiment le cas ? Il y a certes une conscience du risque de contagion dans le cercle de connaissances de Peter Schriber, mais par ailleurs, on observe une inconséquence totale dans certaines pratiques, comme la vente des effets des lépreux morts.

  • 381  Par exemple, Jakob Han, ancien official de Strasbourg entre 1501 et 1510 : VULPINUS (Th.), Die Hau (...)

98Finalement, les termes d’unrein und schuldig mettent sur une autre piste : le lépreux porte le poids d’une malédiction vétérotestamentaire, et tout ce qu’on lui fait subir n’est pas efficace pour faire reculer la maladie - à preuve le fait qu’elle dure en Alsace jusqu’au 17e siècle, alors qu’en France elle s’efface plus tôt, sans que l’isolement des lépreux ait été plus conséquent. D’ailleurs, la rage d’isoler les lépreux diminue plus vite (on a des témoignages de lépreux à domicile dès la 2e moitié du 15e siècle381) que la lèpre elle-même. Les souffrances des lépreux de Haguenau et d’ailleurs ont donc été inutiles.

Haut de page

Annexe

Sigles & titres abrégés :

AMH : Archives Municipales de Haguenau.

AMS : Archives Municipales de Strasbourg.

ZGO : Zeitschrift für Geschichte des Oberrheins.

HANAUER, Lépreux : HANAUER (A.), Lépreux et chirurgiens, RA, 51, 1900, p. 282-302.

HANAUER, St Nicolas : HANAUER (A.), éd., Cartulaire de Saint-Nicolas de Haguenau [l’impression de l’ouvrage ayant été interrompue à la mort de l’éditeur en 1908, il n’en reste que quelques jeux d’épreuves allant jusqu’à l’année 1361 (BNUS, AMS, AMH) ; publie des documents relatifs non seulement à Saint-Nicolas, mais aussi à tous les couvents et béguinages de Haguenau].

HANAUER/KLELE, Statutenbuch : HANAUER (A.) & KLELE (J.), éd., Das alte Statutenbuch der Stadt Hagenau, 1900.

MGH SS : Monumenta Germaniae Historica, Scriptores.

TOUATI (F.O.), Maladie : TOUATI, Maladie et société au Moyen Age. La lèpre, les lépreux et les léproseries de la province ecclésiastique de Sens jusqu’au milieu du XIVe siècle, 1988.

Je tiens également à remercier MM. Traband et Landgraf, archivistes de la ville de Haguenau, pour tous les services rendus, M. Jean-Marie Holderbach pour les photos et pour la carte de l’origine des lépreux, et Bernhard Metz pour les renseignements qu’il m’a fournis et notamment pour m’avoir fait bénéficier de sa connaissance des institutions, des personnes, des sources et de la bibliographie de l’histoire de Haguenau au Moyen Age.

Haut de page

Notes

1  BERIAC (F.), Des lépreux aux cagots, Recherches sur les sociétés marginales en Aquitaine médiévale, 1990, p. 235.

2  Les chapitres 13 et 14 du Lévitique contiennent une description de la lèpre de la peau et du cuir chevelu, soigneusement distinguée d’autres affections cutanées qui ne rendent pas l’homme impur. La lèpre elle-même ne le rend impur que lorsqu’elle produit un ulcère, apparemment parce que c’est seulement dans ce cas qu’elle est jugée contagieuse. L’homme reste alors impur jusqu’à sa guérison - la lèpre est donc guérissable, alors qu’elle ne sera plus considérée comme telle au Moyen Age. Le lépreux guéri est soumis à un rite de purification qui s’apparente au sacrifice pour le péché. Il est question aussi d’une lèpre - contagieuse et impure - des maisons et des objets en tissu ou en cuir, notion que le Moyen Age n’a pas reprise.

3  TOUATI, Maladie  p.189-190.

4  W. WIEGAND, éd., Urkundenbuch der Stadt Straßburg, I, 1879, 188-89 n°239.

5  AMH AH 87, dossier brillamment exploité par HANAUER, Lépreux.

6  Certes, il est anachronique de vouloir projeter nos conceptions pasteuriennes de la transmission des maladies sur une période ignorant les processus de contamination, mais une certaine peur de la contagion existait bel et bien au moins chez certains.

7  En Alsace, le poêle (trinkstube) désigne une sorte de club où les hommes d’un même milieu se réunissaient et où ils prenaient leur repas en commun.

8  AMH AH 87/3 : ... das sich sin [Peter Schribers] gestalt also gezoiget hat, als das in die stubengesellen eins teils uff der selben stuben geschuhet haben, von des gebresten der malatie wegen ... und nit me mit im gewellet essen und ouch die drinckgeschirre, daruß er getruncken hat, gleser und krusen, zerschlagen und von wege geton ...

9  AMH AH 87/37, 1447 : Ich Bernhart von Heidelberg, houbtkanne uff dem alemende zu Hagenowe  ... erkenne ... das man des egenanten Peter uff ein zit essen uff die vorgenannte stube geschickt habe, und das aber nyeman das essen wolte; und zu lest war mir dem egenanten Bernhart das selbe essen geben, do wolt ich sin ouch nit und schut es in den bach.

10  Les termes sondersiech et feldsiech sont employés dans les chartes. Le mot ussatz apparaît également. Le substantif ussetziger, en revanche, n’est pas employé dans les sources consultées.

11  METZ (B.), Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d’Alsace (1200-1350), RA, tome 128, 2002, p. 68-73 pour Colmar, p. 87-92 pour Haguenau.

12  Communication orale de M. le Professeur Irsigler. Les comptes de la léproserie de Bâle débutent en 1520, ceux de Strasbourg en 1523.

13  AMH AH 88 et 89.

14  Les années conservées sont : 1425-1426, 1429-1430, 1440, 1442-1450, 1452, 1454, 1457, 1460-1461, 1463, 1465-1466, 1468, 1470, 1475-1478, 1484, 1486-1488, 1490, 1492, 1495-1499, 1501, 1503, 1507-1509 (AMH AH 91), 1510-1521, 1523-1526 (AMH AH 92). 1539, 1541, 1543-1545, 1551, 1555, 1557-1559, 1563, 1568-1569, 1577-1578, 1584, 1586-1587, 1590, 1592-1593, 1595, 1597-1598, 1600, 1637, 1639, 1642, 1658, 1661-1663, 1684 (AMH AH 93).

15  L’analyse prosopographique se limitera à la période 1425-1526. A cette date, il y a une rupture de 13 années, le livre de comptes suivant datant de 1539.

16  AMS AH 11389, f° 111r.

17  TOUATI, Maladie, p. 266.

18  GROMER (G.), éd., Un document alsacien du 13e s. : le plus ancien nécrologe de l’église Saint-George [!] de Haguenau (Bull. publié par la direction des archives ... de Haguenau,1 [seul paru]), 1922, n°963. La date proposée par Gromer est confirmée et précisée par A.M. BURG, Un échantillonnage de la population haguenovienne à la fin du 13e siècle, Etudes Haguenoviennes, 6, 1979, p. 103-140, ici p. 103 (« entre 1260 et 1300 »).

19  Chronique de Colmar, MGH SS 17, 263, l. 23-28.

20  1327 : AMH AA 256/187, photo de l’orig. Staatsarchiv Marburg Y1/187, éd. HANAUER, St Nicolas, 45 n°54.1328 : AMH AH 86/1.

21  TOUATI, Maladie, 1988, p. 266.

22  DENECKE (D.), Methodische Untersuchungen zur historisch-geographischen Wegeforschung im Raum zwischen Solling und Harz. Ein Beitrag zur Rekonstruktion der mittelalterlichen Kulturlandschaft (Göttinger geographische Abhandlungen, 54), 1969, p. 141-43 ; l’auteur cite aussi FROHN (W.), Siechenhäuser und Verkehrsstraßen im Rheinland, in Rheinische Vierteljahrsblätter 2, 1932, 143-64. Les exemples donnés par Denecke montrent que les léproseries étaient souvent près d’un pont ; c’est aussi le cas de celle de Haguenau.

23  C’est là que la carte de Cassini (repr. in Etudes Haguenoviennes 27, 2001, 164) situe la maladrerie, et le plan du finage de Haguenau vers 1760 (ABR C 560/141) la « ferme et cabaret Gutleuthaus appartenant à l’hôpital ». Une rue des Bonnes Gens existe encore aujourd’hui à proximité. Un courrier adressé au Service Régional d’Archéologiepour savoir si des observations archéologiques ont eu lieu au moment de la construction du motel est resté sans réponse.

24  AMH AH 90/20 et AMH AH 90/17.

25  AMH AH 91 : 4 ß, 6 d, die wurden Kniste g[eb]en dem kursener, do das er brot hies und win, do wir keinen kneht hetten, wen er waß siech.

26  AMH AH 91.

27  Un exemple de 1406 : zu den guten lüten vor der stat zu Hagenowe uff der Rotbach gelegen  (AMH AH 86/12).

28  AMH AH 93/17, 1545 : 3 gulden 6 d. ... von eim nuwen brunnen zu machen.  12 ß geben ... von den steinen am siechenbrunnen auszudelben ... 3 gulden Marxen ... von dem anderen brunen zu machen. Les sources ne permettent pas d’affirmer qu’il y ait eu deux puits au 15e siècle.

29  En Alsace, la seule exception serait une léproserie au cimetière de Benfeld ; encore n’est-elle connue que par DISCHERT (E.), Die Festung Benfeld, 1936, p. 150, qui n’indique pas de source.

30  Pour TOUATI, Maladie, p. 270, « loin d’être la conséquence première ou exclusive d’un rejet ou d’une crainte diffuse de la contagion, ... l’installation des léproseries apparaît plutôt comme le fruit d’une conquête de l’espace extra-urbain ». Cette allégation est peut-être vraie pour la période haute sur laquelle travaille l’auteur, mais elle ne vaut pas pour notre région.

31  Il s’agit de Claus Hanneman (avant 1438-1450), Ulrich von Sufelnheim (1451-1456) et Heintze Witpruch (1457-1461). Cf. notes 271 à 273.

32  LE GOFF (J.), La civilisation de l’Occident médiéval, 1977, p. 388.

33  ZGO 5. 1854, p. 182 : [Sie] kament ... mit maht ... vur die stat [Hagenau] ... und verbranten mùlen und höfe und waz su möhtent umbe die stat verburnen.

34  Ibid. p. 183.

35  HERTZOG (B.), Chronicon Alsatiae, Edelsaßer Chronik, 1592, II 104-105 : es stunden damals vor Hagenaw der statt also viel wagen, daß sie von dem Kieselsteigerthor reichten biß zu den guten luten, daß einer dem andern nicht entweichen mochte, und den Hungerberg herumb biß an Christenhausen an dem Wasserfahl ... zogen sie [die Gecken] zum theil auff Hagenaw und belegerten sich zu den guten leutten.

36  SITTLER (L.), Haguenau et la Décapole, Saisons d’Alsace n°58, 1976, p. 52 : en juin 1471, la ville de Haguenau déclare que les ennemis se trouvent constamment autour de ses murs.

37  Archiv-Chronik, in Code Historique et Diplomatique de la Ville de Strasbourg, II, 1848, p. 205.

38  AMH AH 86/43 : were es ouch, das soliche mergliche krieges löuffe kement, do durch die herren nicht sicher zu den guten luten kommen möhten, so sullen sie die obgenannte messe die zit in der statt Hagenowe tun uff der cappellen in der burge.

39  AMH AH 86/1.

40  AMH AH 91, 1454.

41  AMH AH 92, 1514.

42  AMH AH 86/46, 1542 : demnach biß anher die armen veldtsiechen ... gemeinlichen, als die wüchenlich uff den montag das heilig almusen zu Hagenaw samlen ...

43  AMH AH 91, 1484.

44  AMH AH 93, 1557.

45  AMH AH 92, 1526.

46  AMH AH 91, 1490.

47  AMH AH 86/46, 1542. Les lépreux avaient l’habitude de quêter dans le cimetière Saint-Georges, derrière le chœur de l’église.

48  Normalement, on enterrait un lépreux au cimetière situé autour de la chapelle Saint-Gilles.

49  AMH AH 86/6 : ... also was iares an den vorgenannten nun untzen pfennige geltes uber blibet ... das man das den siechen ... sol teilen in die hant.

50  AMH AH 86/8 : ... die überigen pfennige sullent su geben umbe win, fleisch, und umbe fische den siechen ... uf den disch ...

51  La série 1425-1526 est le corpus retenu pour l’étude (voir n. 14-15). Parmi les lépreux qui ont été déclarés sains à Strasbourg (AMH AH 87/7) ont été retenus ceux qui apparaissent ailleurs dans les archives, ainsi que la femme de Wüstenscherer et celle de Kobe, puisque leurs maris (ou des homonymes ?) vivent à la léproserie (voir n. 64 et 69). Par ailleurs ont été retenus un couple qui semble établi à Haguenau (ein wagener und sin frowe by dem swarzen Bern) et Hanneman in Badegaß, qui est de Haguenau. D’autres lépreux sont cités dans le censier de 1447 : AMH AH 90/21.

52  TOUATI, Maladie, p. 316. L’étude de la léproserie de Haguenau rejoint celle de Touati pour la léproserie de Chartres. Sur les 33 noms de lépreux relevés jusqu’à la fin du 13e siècle, 28 sont des hommes et 5 des femmes. Pour la léproserie de Strasbourg, on connaît 116 noms de lépreux dans la deuxième moitié du 16e siècle. 72 sont des hommes, soit 62 % de l’ensemble : AMS AH 203/2.

53  TOUATI, Maladie, p. 116.

54  Il s’agit d’un garçon de Surbourg cité en 1440 (AMH AH 91 et 90/17), d’une fillette de Batzendorf (AMH AH 91, 1444), du fils du porcher (AMH AH 91, 1490), et de la fille du baigneur (AMH AH 91, 1490, 1492 et 1499).

55  AMH AH 91, 1440 et 1455. Pour les cotes AH 91, AH 92 et AH 93, on ne tiendra pas compte de la sous-cote, car les années ne sont pas classées dans l’ordre. A chaque fois, on précisera l’année.

56  AMH AH 91, 1476 et 1497.

57  AMH AH 91, 1468 et 1490.

58  TOUATI, Maladie, p. 83.

59  Ce calcul a été établi pour les 34 malades dont on connaît la durée de séjour à la léproserie de Haguenau.

60  AMH AH 86/36 : were es aber, das ettliche siechen, krangheit halp irs libs, nit doby gesien möhten, den sol er doch ire anzal am egenanten geld geben.

61  AMH AH 91, 1466.

62  AMH AH 92, 1519 : 8 ß Martini han ich inbehalten von der Ottemennen wegen, die do dis jar vervallen sint, ist kein sich in huß gewesen, geherent dem huß zu. 3 ß 4 d., ouch von Arnoltz Annen wegen, ouch Martini vervallen, war kein sich in huß, gehert huß zu.

63  AMH AH 92, 1520.

64  Comme le lien de parenté n’a pas été établi de façon certaine en ce qui concerne la femme de Kobe, ce cas n’a pas été retenu.

65  AMH AH 91, 1444.

66  AMH AH 91, 1445.

67  AMH AH 91, 1449.

68  AMH AH 87/7.

69  AMH AH 87/7 et 91.

70  TOUATI, Maladie, p. 324, arrive à des conclusions similaires : « la lèpre familiale concerne à peine 10% des lépreux recensés ».

71  TOUATI, Maladie, p. 83.

72  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 206, n°193.

73  AMH AH 91, 1501.

74  BARTH (M.), Handbuch der elsässischen Kirchen, c. 1270, cite AMH JJ 241/25.

75  On ne peut toutefois pas exclure que Conrad Müller ait délégué son poste de chapelain chez les lépreux à une autre personne.

76  AMH AH 91, 1496.

77  AMH AH 91, 1498.

78  Cette position semble habituelle pour les lépreux de passage. C’est le cas à Sélestat (ADAM (P.), Histoire des Hospices et Hôpitaux de Sélestat, Sélestat 1960, p. 58) et à Colmar (Arch. Mun. Colmar, GG 213/1).

79  AMH AH 91, 1498.

80  AMH AH 91, 1507.

81  AMH AH 91, 1509.

82  AMH AH 91, 1501 : 3 lb. 11 ß 8 d. 1503 : 2 lb. 1510 : 1 lb. 11 ß 1 heller. 1514 : 13 ß 3 d.

83  SITTLER (L.), Haguenau et la Décapole, in Saisons d’Alsace, n° 58, 1976, p. 51.

84  AMH AH 91, 1496 : il s’agit de Catharina Moler et de la sœur de Magdalena Maxmilla. Ces lépreuses ont obtenu une prébende gratuite, mais elles paient 10 ß pour le droit d’avènement qui permet d’améliorer la nourriture : 10 ß gab Molers Kethren ... alß myn herren die pflegere sù umb Gottes willen ingenommen hetten. Idem en 1497 pour la soeur de Magdalena Maxmilla (AMH AH 91).

85  AMH AH 92, 1525.

86  AMH AH 93, 1555.

87  L’accueil de lépreux étrangers semble toujours être en vigueur à la fin du 16e siècle. Le livre de comptes de 1593 (AMH AH 93/1) mentionne une recette de 2 lb. 11 ß 1 heller perçus pour les nuitées et la soupe des gens de passage. On ne peut néanmoins affirmer de façon sûre qu’il s’agissait de lépreux, les personnes hébergées pouvaient être de simples voyageurs.

88  A Batzendorf, une léproserie a peut-être existé vers 1320(lieu-dit nebent den Malotzen : SCHMIDT (Ch.), Topographie rurale du Bas-Rhin, BNU, Ms 3861, s. v.).

89  AMH AH 87/19.

90  Oberhausbergen a peut-être aussi eu une léproserie (lieu-dit uf der Malotzgut: SCHMIDT (Ch.), Topographie (note 88), p. 379). On ne peut toutefois exclure que ce lieu-dit fasse référence aux biens à Oberhausbergen d’une léproserie étrangère.

91  AMH AH 91, 1475.

92  AMS V 116h, f° 22r-v.

93  AMH AH 91, 1475.

94  AMS AH 206, 1539.

95  AMH AH 91, 1477.

96  AMH AH 87/7.

97  AMH AH 87/30.

98  AMH AH 90/21.

99  AMH AH 91, 1490.

100  AMH AH 91, 1444.

101  AMH AH 91, 1490.

102  AMH AH 91, 1448.

103  AMH AH 91, 1440.

104  AMH AH 91, 1495 : 15 ß gelost ab 6 linlachen, woren des Apteckers.

105  AMH AH 91, 1468.

106  AMH AH 91, 1490.

107  AMH AH 91, 1477.

108  AMH AH 91, 1443 et 1465.

109  AMH AH 91, 1450 : 20 lb. von Peter dem reisigen kneht im hofe als er nuß kam.

110  AMH AH 91, 1468.

111  AMH AH 91, 1501.

112  AMH AH 91, 1476.

113  AMH AH 92, 1524.

114  AMH AH 91, 1475.

115  AMH AH 91, 1497.

116  AMH AH 91, 1501.

117  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, n° 37, p. 122.

118  AMH AH 91, 1497.

119  AMH AH 91, 1450.

120  AMH AH 91, 1475.

121  AMH AH 91, 1443.

122  AMH AH 91, 1444.

123  AMH AH 91, 1468.

124  AMH AH 92, 1524.

125  AMH AH 91, 1490.

126  AMH AH 90/21 : ein jeglich sieche der ... das ... nit hat von im selbes, so sol er heissen und geben dem huse 30 ß.

127  En 1459, un membre de la famille Brechter, Cunrat, occupait le poste de Marschalk : HANAUER/KLELE, Statutenbuch, n°202, p. 210. En 1452, Peter Brechter est Stettmeister : ibid. n°181, p. 199.

128  En 1391, Voltzel Buchberter est nommé échevin : HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 43. L’année suivante, Bechtolt Buchberter accède à la même dignité.

129  AMH AH 90/21 : clauses d’admission lues à Paulus Buchberter.

130  AMH AH 91, 1463.

131  AMH AH 91, 1463.

132  AMH AH 91, 1463 : 2 ß Arbegast dem botten, als er gon Baden ginge zu Paulus Buchberter, als er tot was. 3 ß den karrich von Paulus Buchberter herheim zu füren.

133  AMH AH 91, 1463.

134  AMH AH 90/21.

135  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 236. Deux familles du patriciat strasbourgeois portent le même nom : KINDLER von KNOBLOCH, Das goldene Buch von Straßburg, 1886, p. 19 et 460.

136  AMH AH 91, 1444.

137  AMH AH 91, 1448.

138  AMH HH 17/5.

139  AMH AH 91, 1426. Famille inconnue par ailleurs.

140  AMH AH 86/23. Sur la famille Faeßler cf. KINDLER (n. 135), p. 79-80.

141  AMH AH 90/21.

142  Voir notes 91-92, 234, 244 et 246.

143  AMH AH 91, 1486.

144  AMH AH 91. 1497 : 60 guldin gab mir der ersame her Johannes Offwiller, myns herren von Strasburg secretarie, und bezalt damit Johannes Offwiler sime sune die pfrund ...

145  AMH AH 91, 1442, 1444, 1449. AMH AH 92, 1523.

146  AMH AH 91, 1444.

147  AMH AH 91, 1445.

148  AMH AH 91, 1477.

149  AMH AH 91, 1490.

150  AMH AH 92, 1514 : It. 46 gulden 2 ß empfangen von her Andres dem siechen uff die 100 gulden, so er umb die pfrunde geben.

151  AMH AH 91, 1426 : le frère Behtel paye 10 lb. 1430 : une béguine de l’établissement situé au Spitalberg à Haguenau paye 10 lb. 1445 : l’abbé de Walbourg paye 14 lb. pour l’admission de herr Peter. 1477 : un bénédictin de Seltz paye 80 florins. 1492 : un prêtre, herr Johann Hesse, paye plus de 36 florins. AMH AH 92, 1514 : un prêtre, herr Andres, paye 100 florins.

152  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 121. Von den ussetzigen zu den guten lüten ... Harüber so hant meister und rot zwene scherer meister gesetzt. Il s’agit probablement de la date d’institutionnalisation d’une pratique empirique.

153  AMH AH 87/42 et 87/43.

154  AMH AH 87/23 : Hans Foiltzichin der scherer zu Hochfelden ... by den 52 jaren alt ... das ich dicke von myme vatter seligen gehort han, daß er me dann fünffzig jor an dem scherermeister ampt, die malatie antreffende, zu Hagenowe gewesen, und ... das ich uber gute zit nach myns vatter seligen tode an dasselbe ampt kommen, und by den 18 joren daran gewesen bin, und es darnach, es ist zehen joren, uffgeben han.

155  AMH AH 87/43. La charte porte encore les sceaux des trois chirurgiens. Chacun d’eux représente un instrument de chirurgien. Je remercie le Dr. Eric Wolf qui a identifié le scalpel sur le sceau d'EckenHans (en allemand schneller ou schnepper).

156  AMH AH 87/43.

157  AMH AH 87/43.

158  AMH AH 87/43.

159  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 121 : wellichen su besehent ...

160  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 121 : ouch so sol ein jegelich bresthafftig mensche, das sü besuchent, irme knechte geben ein schilling pfennyng ze lassen, und ein schilling pfennyng das blut zu dühende.

161  GERSDORFF (H. von), Feldbuch der Wundarznei (rééd. anast. de l’éd. princeps, Straßburg, 1517), Darmstadt 1967, préface de Joh. Steudel,f° LXXVIIV.

162  Le sang, l’urine,les glandes, la pourriture des membres, la mauvaise haleine et bien d’autres symptômes montrent que cet homme est lépreux.

163  GERSDORFF, Feldbuch, (n. 161), p. LXXII à LXXVII.

164  GERSDORFF, Feldbuch, p. LXXIII.

165  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 121.

166  AMH AH 87/7 : liste de 15 lépreux déclarés « coupables » à Haguenau, reconnus « purs » ailleurs, et qui durent retourner finir leurs jours dans une léproserie.

167  HANAUER, Lépreux, p. 294-298.

168  TOUATI, Maladie, p. 173.

169  TOUATI, Maladie, p. 411.

170  AMH AH 91. Paulus Buchberter vivra 8 ans à la léproserie avant son décès en 1463.

171  AMH AH 86/37.

172  AMH AH 90/21.

173  Ibid. Les témoins qui assistent à la lecture des clauses d’entrée sont les deux administrateurs, Jerge Brucker et Fritsche von Gottesheim (AMH AH 90/21), le nouvel économeHeintz Wiprüch (AMH AH 91, 1457) et Heinrich Waldeck.

174  AMH AH 90/21.

175  AMH AH 90/21. Ainsi en 1460, l’économe donne deux livres aux lépreux suite au décès du nommé Wüstenscherer et de la fille de Müller Heintz ; on peut donc les classer dans la catégorie des prébendiers riches : AMH AH 91, 1460. Idem en 1463 pour Paulus Buchberter, Steffan von Burn et Hans von Straßburg : AMH AH 91, 1463. Le cas de Steffan von Burn laisse perplexe car il n’a payé qu’une livre comme droit d’entrée. AMH AH 91, 1461. Aurait-il fait un héritage pendant ce laps de temps ?

176  AMH AH 90/17, colligende de 1440 (écriture plus tardive) : TrabeHans und sin frowe gont 6 ß gelts, stont 6 lb.

177  AMH AH 90/17, colligende de 1440 (écriture plus tardive et raturée) : Peter Röder der schriber und Katherinen, KotterHans dohter, sin frowe, gent 1 lb. 3 ß uff sancte Suffien tag, stont 21 lb. abelosunge.

178  AMH AH 90/17.

179  AMH AH 90/17.

180  AMH AH 86/5.

181  AMH AH 86/36.

182  AMH AH 86/35.

183  AMH AH 86/33.

184  AMH AH 92, 1513.

185  AMH AH 91 et 92.

186  AMH AH 86/43. Sur cet important personnage, cf. NDBA n°31, p. 3242-3243.

187  AMH AH 91.

188  AMH AH 91, 1501.

189  AMH AH 91.

190  AMH AH 91.

191  AMH AH 92.

192  AMH AH 92, 1514.

193  AMH AH 86/51, 1522.

194  AMH AH 91, 1468, 1498. AMH AH 92, 1516, 1518, 1524.

195  AMH AH 91, 1426 : 10 ß von swergelts wegen. De même en 1442, 1443, 1444, 1445.

196  AMS V 116 h (1440-16e s.). Jeu de quilles payant : fol. 14. Insultes et vols : passim.

197  AMH AH 92, 1523 : 6 d. geben dem meister, so er eim botten zu lone geben, uff den sübenden hienuß zu den siechen uß der pfleger befelhe zu gone, die siechen heissen fridden halten.

198  AMH AH 91.

199  AMH AH 91. Ce poêle est à nouveau réparé en 1486 (AH 91), en 1513 et en 1524 (AH 92).

200  AMH AH 91.

201  AMH AH 92. En 1511 et 1517, la maison achète d’autres ventouses, chaque fois pour 6 d.

202  AMH AH 91, 1496.

203  AMH AH 91, 1498.

204  AMH AH 87/33, 1447: do habe er [der wirt] zu maniger mole, die wil er [Peter Schriber] by im zu herberg was in sinem huse, funden ston grieß kligen in geschùre ... Item Barbel ... hat geseit, also der egenant Peter Schriber by inen zu herberg were, do bete er die selbe Barbel ettwie dick, das sù ire kellerin oder ire kinder im hieß holen habermel und grieß kligen ... Katherin hett geseyt, ... sù habe gesehen, das er wisse salbe und gelpscleht salbe gehebt, und sich domit under sinem antlit gesalbet und bestrichen habe ... der selbe Peter [habe] ein hefelin mit grüner salbe in der hant gehebt ...

205  AMH AH 92, 1512 : 3d. umb ein moß gutteß winß Peter dem sichen, do er sich waß. Cette phrase montre l’ambiguïté du mot siech, qui veut dire tantôt « lépreux », tantôt « atteint d’une autre maladie ». Dans ce cas précis, Peter reçoit du vin parce qu’en plus de la lèpre, il a une autre maladie.

206  AMH AH 91, 1425.

207  AMH AH 91, 1442.

208  AMH AH 91, 1447-1450, 1452, 1454.

209  Voir n. 26.

210  AMH AH 91, 1446 : 8 d. umb ein korp, do der kneht brot in heischet.

211  AMH AH 91, 1425. De même en 1429 et 1430.

212  AMH AH 91, 1429.

213  AMH AH 91, 1465 : 6 ß von dem krautgarten zu hacken.

214  AMH AH 91, 1463.

215  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 84 : Jocob von Worms ist dott uff mittwoch nach Nativitatis Marie anno XCV [9 sept. 1495].

216  AMH AH 92, 1510.

217  AMH AH 92, 1525.

218  AMH AH 92, 1515 : 6 d. umb zwey kuchen uff Trium Regum.(En 1539, ces gâteaux sont appelés gâteaux des rois : künigkuchen uff Trium Regum. AMH AH 93). S’agit-il déjà d’un gâteau particulier, d’une galette ?

219  AMH AH 92, 1520.

220  AMH AH 91, 1507.

221  AMH AH 92, 1524.

222  AMH AH 91, 1508 : 2 ß umb bestnocken, 4 ß 6 d. umb mandeln, vigen, tribel, wurtz und anders uff die großvastnacht, 5 d. umb kitten und bieren, 6 d. umb kesten, 15 d. umb wurtze zur gallerege.

223  AMH AH 91, 1507 : Usgeben umb visch: stockvisch, bresemen, hering, carppen, blatissen, salmen.

224  AMH AH 91, 1478 : 6 ß umb fisch in den wiher zu den guten lüten.Ibid., 1488: 3 ß dem jungen Hans Murer von dem wiher zu fischen und zu reinigen.

225  AMH AH 92, 1507 et1524.

226  AMH AH 91, 1508.

227  AMH AH 91, 1468: 3 ß von den reben umbe das huß zu brechen. 1475: 6 ß 8 d. von gruben zu machen in den reben zu den guten luten. 1496: 3ß 1/2 Martin 3 1/2 tagen von stendel zu tragen uß den reben am huse inne die trott.

228  AMH AH 91, 1492, 1496.

229  AMH AH 91, 1463.

230  AMH AH 91, 1440 et 1457.

231  AMH AH 91, 1446 : 16 d. verzert TrabeHans als er die maget holte.

232  AMH AH 91, 1495 : 11 ß 8 d. umb 8 elen growe duch und 2 elen wiß duch Clausen dem pfrüner zum mantel, hosen, culhut, die ele umb 14 d. 3 ß Laurentzen Snyder Clausen dem alten hirten, dem pfründener, von eim mantel, ein paar hosen, kulhut und 2 hantschu zu machen.

233  AMH AH 91, 1501 : 4 ß hat der meister gelost ab eim growen rock, was Claus seligen gewesen, koufft frow Maxmil, die siechen magt.

234  AMH AH 91, 1475.

235  AMH AH 91, 1503.

236  AMH AH 91, 1484 : 2 lb. 1/2 habe ich gelost abe allerhande cleidern, worent Hans Beckers und her Sichelins, ouch der Kursenerin, koufft Peter Kesseler der alt altgewender.

237  AMH AH 93, 1557.

238  AMH AH 88/51. D’après une indication orale de M. Haudot, c’est le seul sceau actuellement connu d’une léproserie alsacienne.

239  AMH AH 86/15, 1428 : Anne  [Burner] ... hat ire lebtagen ire wonunge und sonder gemach zu habende in dem huse zu den egenanten guten luten, do Cunen Bride selige vorziten inne gewesen ist.

240  AMH AH 87/38, 1447 : Ich CotterHans, der metziger, und ich Johans Windeberg, der schriber, ... erkennen ... das Peter Röder von Burne, den man nennet Peter Schriber, ... nach uns geschickt und uns geseit hat, das er von den scherermeistern zu Hagenowe von des gebresten der malatien wegen besehen und für unrein geben worden wer, und sovil mit uns geret, als das wir mit im in das gutelüte hus uff der Rotbach ... gangen sint ..., und das wir auch mit ime in dem selben huse ein kemerlin und ein stubel besehen hant, do er meinte sin wonunge zu haben.Une stube (pièce à vivre chauffée par un poêle) et une kammer (chambre à coucher non chauffée) suffisent ensemble à constituer un appartement, le lépreux n’ayant pas besoin d’une cuisine individuelle.

241  AMH AH 91, 1477.

242  AMH AH 91, 1448 : 1 lb. von her Peter von Ingenheim umb des egenanten Cune Grymmels seligen badestube.

243  AMH AH 92, 1510 : 3 ß 1 d. von dem offen zu machen in dem huß, do Peter in ist. 4 ß myner 1 d. Vix dem glaser von den venstern zu machen, als Peter in die klein stub kam.

244  AMH AH 91, 1475 : ... 8 d. siner [juncker Friedrich Büchsners] meid zu lon.

245  AMH AH 91, 1484 : 1 ß von her Sicheling dem priester zu begraben. 3 ß ime ouch umb ein boum. Ibid., 1487: 2 ß 8 d. her Veltin Rosen umb ein boim als er starp. Ibid., 1495: 3 ß ... umb ein boim.

246  AMH AH 91, 1475.

247  AMH AH 91, 1461 et 1487. Curieusement, cette femme n’avait payé que 30 ß comme droit d’entrée. Par contre, la vente de ses effets rapporte plus de 6 lb. Et les autres lépreux ont droit à 1 lb. lors de son décès, ce qui indique qu’elle avait une prébende de riche. Aurait-elle fait un héritage pendant son séjour ?

248  AMH AH 91, 1468 : 7 ß 7 d. von der zitglocken zu machen und von 2 slössern. 3 ß von dem sleher an der zitglocken zu machen.

249  AMH AH 91, 1486 : 13 d. umb seil zur zitglocken. 1488 : 26 d. Baldlauff slossre von der zitglocken zu bessern und sunst allerhand zu machen. 1507: 11 d. im ouch vom hammer an der zitglocken, so gebrochen was, wider zu machen. AH 92, 1525 : 6 d. geben fur ein isen zu der zittglocken an das schlag ratt.

250  AMH AH 90/20 (1410) et 90/17 (1440).

251  6 rentes sont au taux de 6,25 %, 2 à 6,6 %, 4 à 7,14 %, 9 à 8,3 %, une à 9,1 % et 5 à 10 %.

252  Taux calculés pour les 52 rentes de la maison. Il y en a 10 à 5 %, 9 entre 5,5 et 5,8 %, 1 à 6,15 %, 11 à 6,25 %, 1 à 6,3 %, 5 à 6,6 %, 11 à 7,14 %, 1 à 7,5 %, 1 à 8 % et 2 à 8,3 %. Les rentes provenant d’Anne Burner n’ont pas été prises en compte : une ne mentionne pas d’intérêt, une autre est en nature ; une seule, et le fait mérite d’être relevé, est encore à 10 %. Voir GEISSERT (C.), « Les rentes constituées de l’œuvre Saint-Georges, Haguenau (14e-17e s.) », Archives de l’Eglise d’Alsace, 41, 1982, pp. 1-41. RAPP (F.), Réformes et Réformation à Strasbourg, Eglise et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525), Paris, 1974, p. 244-248.

253  Sans les rentes d’Anne Burner. Le capital apporté par la lépreuse est de 34 lb.

254  Montant calculé sur la base des 52 rentes de la maison. Les rentes d’Anne Burner rapportaient 1 lb. 18 ß, non comptabilisés dans cette somme, et 2 quartauts de foin ; rappelons que l’intérêt d’une rente n’est pas connu.

255  AMH AH 91.

256  AMH AH 91, 1440.

257  AMH AH 91, 1444.

258  AMH AH 91, 1450 : 3 ß von RafenHensels briefen zu schriben, als wir ime das huß zu kouff gobent, das uns wart von eins siechen wegen.

259  AMH AH 91, 1463.

260  AMH AH 91, 1466 : 10 ß wart myr von frowe Hette Bruckerin als sù starp. Ein gulden gab Orte der kursener, das man den siechen ir mole solte mit bessern. Ibid., 1468: 5 ß 3 d. gab her Claus Schonstein von einer person wegen, die do gestorben ist und ein gulden dem guten lute huse und der ellenden herbergen gesetze hette.

261  HANAUER (A.), Cartulaire de l’église Saint George de Haguenau, 1898, n° 951, 1504 : der erber Diebolt Zugswert und Demute Schillingen geben 32 ½ ß gelts für ein jorgezit mit 16 priestern, ... 5 ß den armen schulern, ... 1 ß den guten lüten uf den sontag vor dem jorgezit in ire schüssel zu S. Jergen.

262  AMH AH 86/6, 1366 : ... der erbern vrowe Edelin Steingesserin, einer burgerin zu Hagenow, der guten lute schaffnerin zu sant Gilgen zu Röpach ...

263  ABR H 1181/23.

264  RAPP (F.), Gestionnaires et gestion des établissements religieux et charitables à Strasbourg au Moyen Age, Archives de l’Eglise d’Alsace 43, 1984, p. 73-86, ne cite aucune femme parmi les 128 économes qu’il recense.

265  AMH AH 86/5.

266  AMH GG 19/1.

267  AMH HH 19/26.

268  AMH GG 146/4, 1360.

269  AMH AH 86/7-8.

270  AMH AH 86/9, 1374.

271  Seman von Bernstein en 1379 : AMH AH 89/96. Ulman von Wintershusen, de 1403 (AMH AH 89/48) à 1428 (AMH AH 86/15 et 88/49). Hans Ulman, de 1433 (AMH AH 89/50) à 1435 (AMH AH 86/17 et 86/18). Claus Hanneman, de 1438 (AMH AH 86/17 et 86/18) à 1451 (AMH AH 90). Ulrich von Sufelnheim, de 1451 (AMH AH 90) à 1456 (AMH AH 88).

272  AMH AH 91.

273  AMH AH 91.

274  AMH AH 91, 1463. AH 89/22, 1495.

275  AMH AH 88/32.

276  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 84.

277  AMH AH 90/68.Il est également cité commeéchevin et économe de l’Oeuvre Saint-Georges en 1513 : AMH GG 184. Il est encore cité comme échevin en 1522 et 1523 : ABR H 1177 f° 198v et 214r.

278  AMH AH 88/34.

279  HANAUER/KLELE, Statutenbuch, p. 84-85.

280  AMH AH 88, 1517 : Conrad Brumpt, rotgerwer, burger zu Hagenow und schaffener ...

281  Diebolt Hug, de 1523 (AMH AH 89/113) à 1529 (AMH AH 89/35).Erasmus Schweigler, de 1551 (AMH AH 93/18 et 88/64) à 1563 (AMH AH 90/48). Philipp Fries, de 1580 (AMH AH 88/66) à 1588 (AMH AH 89/84). Sebastian Edelman, de 1604 (AMH AH 89/33) à 1606 (AMH AH 89/4). Jacob Zecklen, de 1615 (AMH AH 89/27) à 1625 (AMH AH 89/25). Conrad Weyß en 1654 (AMH AH 89/62).

282  Ces livres de comptes annuels existaient en double exemplaire. L’un était destiné à l’économe, l’autre était remis aux deux administrateurs institués par la ville. AMH AH 90/37, 1491: ...als das zwen rechenbücheln ußwisent und sagent, des die vorgenanten pflegere eins und der schaffner das andere habent. Pour certaines années, les deux cahiers sont conservés.

283  AMH AH 91, 1444, 1448 et 1449. AMH AH 91, 1447.

284  AMH AH 91. Seules exceptions : un prêt de 39 lb. en 1440 à juncker Heinrich Brucker, un prêt de 33 lb 1/2 à la femme de Peter Schriber en 1446.

285  En 1440 (AMH AH 90/23), 1441 (AMH AH 90/25), 1443 (AMH AH 90/24), 1446 (AMH AH 90/27).

286  AMH AH 86/22, 1438: ... so hat man in ouch, von grosser notdurfft wegen, einen grossen köstlichen gebuw müssen buwen und machen, sich darinne zu enthalten. So habent sù ouch eine bufellige kirriche, die ouch notdurfftig ist zu buwende...

287  AMH AH 91, 1475 : 100 lb. à la ville de Haguenau pour un intérêt de 4 lb. Ibid., 1477 : 250 florins pour un intérêt de 10 florins.

288  AMH AH 91 ; Dahn, habitat disparu près d’Offwiller (canton de Niederbronn).

289  AMH AH 91.

290  AMH AH 91, 1509. En 1454, trois ans avant son entrée en fonction en tant qu’économe, Heintz Witpruch emprunte 16 lb. à la léproserie à 5 % : AMH AH 91.

291  AMH AH 91.

292  AMH AH 91. 338 quartauts en 1470, 368 quartauts en 1475 et 383 quartauts en 1476.

293  AMH AH 91.

294  AMH AH 89/1.

295  AMH AH 89/58.

296  AMH AH 91, 1468.

297  AMH AH 91, 1475.

298  AMH AH 91, 1496.

299  AMH AH 91, 1466.

300  AMH AH 91, 1492,1498, 1509 : 2 ß dem schaffener ouch sollicher moß uff die vastnacht für vische.

301  AMH AH 93, 1593.

302  AMH AH 91, 1487 : 3 lb. umb 1/2 fuder wins, was myn.

303  AMH AH 88/51.

304  AMH AH 90/45.

305  AMH AH 90/45.

306  AMH AH 92, 1523.

307  AMH AH 92. Item in siner ersten rechnung 55 lb. 1 ß 8 d. me dan er geleit hat. Item in der anderen rechnung 51 lb. 3 ß 3 d. me dan er an geleit hat ...

308  AMH AH 92. Summarum, so das houbt gelt gegen ein ander verglichen wurt, so hat der alt schaffner me houbt gelt in genomen dan er an geleit hat, die will er schaffner ist gewessen, nemlich 250 lb. 2 ß, ist das hus so vil armer.

309  HANAUER (A.), Le protestantisme à Haguenau, 1905, p. 196-201.

310  Pauler est drapier (AMH AH 86/31), cité comme administrateuren 1439 (AMH AH 86/24). Il exerce toujours cette fonction en 1443 (AMH AH 86/31). Il ne vit plus en 1446 (AMH AH 89/53).

311  AMH AH 86/28, 1440.

312  AMH AH 89/86, 1348.

313  AMH AH 91, 1465 : 6 lb. dem meister und siner frowen zu lone.

314  En 1495, par exemple, Hans Ubel touche 28 d. umb 2 elen wiß duch zu hosen, et 1 lb. 19 ß 8 d. umb 18 elen growe duch und 16 elen wiß duch dem meister zum mantel, rock, hosen, kulhut und futer under das wamß, die ele umb 14 d. Est-ce l’habit du lépreux ? La même année, on donne 11 ß 8 d. umb 8 elen growe duch und 2 elen wiß duch Clausen dem pfrüner zum mantel, hosen, culhut, die ele umb 14 d. La femme du maître a droit à 15 ß 2 d. umb 10 elen growes duch und drige elen wiß duch zu eim under rocke und zu eim ubermyder und zu futer darzu, die ele umb 14 d.: AMH AH 91. Par contre, en 1507, la femme du Meister touche 2 florins pour son salaire annuel : AMH AH 91.

315  ADAM (P.), Histoire des hospices et hôpitaux de Sélestat, 1960, p. 70.

316  AMH AH 91, 1492.

317  AMH AH 91. En 1495, Hans Ubel touche 3 ß à cette occasion, 4 ß en 1496 et autant en 1497.

318  AMH AH 91, 1497 : 3 ß 4 d. verzerten myn herren die pfleger, ouch her Michel zur Thannen, der meister und ich ... uff den tag als die nechste rechenung geschah.

319  AMH AH 91, 1501 : 2 ß geben dem meister als er Conrat von Kirmen kint hub. 1495: 2 ß der meisterin ein kynt zu Schweighusen zu heben. 1508: 2 ß dem meister ... des scheffers von Harthusen dochterman ein kindt uber douff zu heben.

320  AMH AH 89/109, 1344. Le taux d’emprunt à 15,8 % est usuraire.

321  Comme cette femme reçoit le titre de frow, elle était peut-être issue d’un milieu social relativement aisé.

322  AMH AH 89/111, 1345.

323  On connaît encore une troisième rente achetée en 1345 par une servante, mais la source ne donne pas le nom de cette dernière : AMH AH 89/110.

324  AMH AH 91.

325  AMH AH 91.

326  Probablement die obermeide, puisque le compte de 1488 cite die undermeide et die siechenmeide : AMH AH 91.

327  AMH AH 91 : la servante des lépreux, die Schuremynnen, est citée en 1488 et meurt en 1498.

328  AMH AH 91, 1501. Cf. note 233.

329  AMH AH 91, 1508.

330  AMH AH 91.

331  Arch. Mun. Colmar, GG 213/1, règlement de 1556 : zum fünfzehenden soll ein jedes siech haußkinde seine tiechlin, und waß zue verbindung seiner blödigkeit gehort, selbß weschen, so eß aber kranckhait halber sollicheß nit vermag zue thuen, mag eß die kechin freündtlich deßhalb pitten.

332  AMH AH 91, 1496 et 1498.

333  ADAM (P.), Histoire des hospices et hôpitaux de Sélestat, 1960, p. 66.

334  Avant cette date, la léproserie fournissait de la viande et du pain pour un montant fixe.

335  AMH AH 91. En 1425, il est appelé vacher (kügehirte), les années suivantes, berger (hirt).

336  AMH AH 91.

337  AMH AH 91. En 1448, par exemple, il touche 10 ß pour l’achat de 5 paires de chaussures et 8,5 ß pour du drap (schantz duch und hose duch).

338  AMH, Plan partiel de Haguenau, Plan d’un étang propre à l’hôpital bourgeois et maladrerie par J. M. Pompeati, 1776. La léproserie apparaît aussi sur le plan de finage de 1760 : ABR C 560/141 et C 560/141b.

339  AMH AH 91, 1444 : 2,5 ß Cunrad Zymberman von dem thor in dem garten zu machen. Ibid., 1465: 6 ß von dem krautgarten zu hacken.

340  AMH  AH 91, 1484 : 6 ß ... und ein thor an den rebegarten ...(zu machen). AH 93/15, 1543: 12 ß 8 d. SchultheissenHansenJorgen und sinem bruder zu Olungen fur 420 wellen dornen uff der rebgertten zün.

341  Hanauer indique que le pied de France vaut 32,48 cm, la perche vaut donc environ 6,5 m.

342  AMH AH86/6, 1366 : sankt Gilgen Altar. AMH AH 91, 1496: 9 ß 7 d. umb 5 lb. wahs uff die drei altarer inne der kirchen. Ces trois autels sont encore cités en 1507 (ibid.).

343  AMH AH 91, 1478 : 21 d. umb scherter und nehtz unser frowen zu einemmantel zu den guten luten.Ibid., 1488 : 4 ß 3 heller von 2 alben, ouch von unser frowen mantel und dem Jesus knebel eyme rockel zu machen.

344  AMH AH 86/33.

345  AMH AH 91, 1477 : 15 d. von den kertzen zu machen uff die alter und fùr das heilige grap.

346  AMH AH 91, 1484, 1486, 1495, 1497, 1499, 1503, 1509. AH 92, 1513.

347  Ce prénom existe dans les familles d’échevins Mördel et zur Tannen.

348  AMH AH 91, 1463.

349  AMH AH 91, 1446.

350  AMH AA 256/187, photo de l’orig. Staatsarchiv Marburg Y1/187, éd. HANAUER, St Nicolas, 45 n°54.

351  Voir n. 286.

352  AMH AH 91, 1440 : 6 ß von dem helm zu machen an der kirche. 1445: 5 ß von den fenstern an der kirchen und von den stuben fenstern zu machen.

353  AMH AH 91, 1448 : 1 ß umb zwei vierteil wins, do man die kirch besach zu buwen.

354  AMH AH 91, 1426 : 18 ß kostet das kensterlen in dem kirchof, das slos und den slussel.

355  Voir n. 338.

356  Voir n. 286. Les comptes de 1486 (AMH AH 91) évoquent le sedelhuse, mot qui désigne un bâtiment important, mais en général plutôt à caractère agricole.

357  AMH AH 91, 1498.

358  AMH AH 91, 1463.

359  AMH AH 91, 1498 : ... ouch das alt huß underfaren ...

360  LEISTIKOW (D.), «Bauformen der Leproserie im Abendland», Aussatz Lepra Hansen-Krankheit, Würzburg 1986, p. 111.

361  AMH AH 86/51, obligations du chapelain en 1522 : ... alle vier hochzit am obent selbs hienuß zu gon und die nacht douß zu ligen in mynem sondern gemach ...

362  AMH AH 93, 1541 : 5 ß 2 d. geben Bartel Glaser von den fenstern in der siechen huß und ins meister huß zu machen.

363  AMH AH 91, 1463 : 16 ß von dem huse uber dem pferdestall und von der schuren und der kirchen zu decken. Il y avait peut-être deux granges, car le compte de 1498 (AMH AH 91) signale une dépense pour la grande grange.

364  AMH AH 91, 1496 : «... als der swinestall gar im sumpff inne einer pfitzen gestanden im wasser und die swellen gar verfallet ...».

365  AMH AH 91, 1498.

366  AMH AH 93, 1544.

367  LEISTIKOW, Bauformen (n. 360), p. 108.

368  Voir n. 14.

369  AMH AH 93, 1539 : Wolf der sieche. 1541 : 22 d. ... dem siechen knaben für ein par hosen. 1543: 130 gulden ... von Hans Ottelen von Wittersheim für die pfrun. 1551: 1 ß 4 d. geben von dem siechen zu begraben. 1555: 2 ß 1/2 ... ab ein alt röcklin, so auch eins siechen gewesen. 1555: 15 gulden ... für die pfründe, so su Diebolten, Welfels Diebolts sune, welcher leprosus und darzu blynt gewesen, gekaufft hat. 1557: 4 1/2 gulden gelöst ab eim alten bethlin, so eines veldsiechen gewesen. 1563 : Cüntz Jacob est cité comme lépreux. 1569: 1 ß 10 d. geben von eim gutleit meidelin zu begraben.

370  Cf. note précédente, année 1555.

371  AMH AH 93, 1563, 1568, 1569.

372  AMH AH 93, 1569 : It. 1 ß 10 d. geben von eim gutleit meidelin zu begraben, so ime huß gestorben.

373  AMH AH 93, 1569 : 1 lb. 12 ß 2 d. empfangen ... so ... ein edelman, genant der Affentaler, geben hat als er ime huß etlich zit gelegen, do der hertzog von Zweienbrücken in Franckreich gezogen ist.

374  AMH AH 93, 1585.

375  AMH AH 93, 1590 : 112 lb. 1/2 empfangen von Cuntzen Mathisen von Bischweyler, hat damit seinem vogtsohn die süchenpfrundt im guttleuthauß alhie sein lebenlang erkaufft.

376  AMH AH 93, 1584.

377  AMH AH 93, 1555 : 1 ß 8 d. Steffan Bylger dem serktreger oder dottengreber geben von dem fremden siechen, war von Neuwyller, zu begraben, geben als er im huse gestorben und ein pferd verließ, wart dasselbig dem mainster (!) zurugk hinweg gefurt. Ibid., 1585.

378  AMH AH 93, 1568 : 182,5 ohm. 1569 : 1 fuder, 141,5 ohm et 76 mossen.

379  AMH BB 26.

380  ADAM (P.), Charité et assistance en Alsace au Moyen Age (Public. de la société savante d’Alsace, Grandes public., 22), Strasbourg, 1982, p. 159.

381  Par exemple, Jakob Han, ancien official de Strasbourg entre 1501 et 1510 : VULPINUS (Th.), Die Hauschronik Konrad Pellikans von Rufach. Ein Lebensbild aus der Reformationszeit, Strasbourg, 1892, p. 11.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte des origines des lépreux
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 2 : Sceau du chirurgien EckenHans figurant un scalpel entre 2 étoiles
Crédits AMH AH 87/43, cf. n. 155.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 3 : Inspection du lépreux : gravure sur bois attribuée à Hans Waechtlin
Crédits Gersdorff, Feldbuch, cité n. 161.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1525/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 : Sceau de la léproserie
Crédits AMH AH 88/51, cf. n. 238.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1525/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 5 : Plan de la léproserie de Haguenau
Crédits AMH, Plan partiel de Haguenau, Plan d’un étang propre à l’hôpital bourgeois et maladrerie par J. M. Pompeati, 1776, cf. n. 338.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1525/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Clementz, « « Nus in das huß » La léproserie de Haguenau et ses habitants du 13e au 17e siècle », Revue d’Alsace, 132 | 2006, 41-85.

Référence électronique

Élisabeth Clementz, « « Nus in das huß » La léproserie de Haguenau et ses habitants du 13e au 17e siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 132 | 2006, mis en ligne le 15 novembre 2011, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1525 ; DOI : 10.4000/alsace.1525

Haut de page

Auteur

Élisabeth Clementz

Maître de conférences à l’Université Marc Bloch, Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page