Navigation – Plan du site

Le prieuré clunisen de Thierenbach (12e - 18e siècles) et son pèlerinage

The Cluny priory of Thierenbach (from the 12th to the18th century century) and its pilgrimage
Das Priorat der Kluniazenser von Thierenbach (12. - 18. Jh.) und seine Wallfahrt
Élisabeth Clementz
p. 27-59

Résumés

Si le semis d’établissements clunisiens est dense en France, il n’en va pas de même en Allemagne, où seules les contrées périphériques sont atteintes. Thierenbach est l’un de ces prieurés fondés dans le Sud de l’Alsace, au départ comme couvent double. Malgré l’existence de cinq documents – tous faux – concernant les origines de Thierenbach, la fondation du prieuré suscite encore aujourd’hui de nombreuses questions. Elle se situe vraisemblablement dans la première moitié du 12e siècle et Ulrich de (Vaudémont-) Eguisheim apparaît comme le fondateur le moins improbable. Dès le début du 14e siècle, Thierenbach n’abrite plus que deux moines et est endetté.

Thierenbach est aujourd’hui le plus grand pèlerinage marial du Sud de l’Alsace. Ce pèlerinage date très probablement du 15e siècle, car c’est à ce moment que l’église a été très fortement agrandie. L’église actuelle a été érigée en 1723 par Peter Thumb, l’architecte d’Ebersmünster et de Birnau, au bord du lac de Constance. Tout au long du 18e siècle, les religieux de Thierenbach tiennent également une école.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Thierenbach
Haut de page

Texte intégral

  • 1 PACAUT (Marcel), Les ordres monastiques et religieux au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 85. WOLLASCH (Jo (...)
  • 2 PACAUT, Ordres monastiques (n. 1), p. 81.

1Le 11 septembre 910, Guillaume, duc d’Aquitaine et comte de Mâcon, donne son domaine de chasse, situé à Cluny dans le Mâconnais, pour qu’y soit fondé un couvent bénédictin. Deux siècles plus tard, ce monastère se trouve à la tête de plus de mille établissements, dont la majeure partie est située en France1. C’est la première fois dans l’histoire du Moyen Âge occidental que des couvents se fédèrent pour former une congrégation. Si le semis d’établissements clunisiens est dense en France, il n’en va pas de même en Allemagne, où seules les contrées périphériques sont atteintes2. En Alsace, les prieurés d’obédience clunisienne se trouvent tous dans le Sud de la région : Froidefontaine, Feldbach, Altkirch, Biesheim et Enschingen, qui sont des dépendances de Sankt-Alban de Bâle, Saint-Pierre de Colmar, dépendance de Payerne (canton de Vaud) - et Thierenbach.

L’épineuse question de la fondation de Thierenbach

  • 3 LAMKE, Cluniacenser, p. 273-389.
  • 4 LAMKE, Cluniacenser, p. 391-416.
  • 5 LAMKE, Cluniacenser, p. 367.
  • 6 ADHR 6H D/2 (18e s.) : « … il ne se trouve … aucun papier ny tiltre ancien, ayant esté esgarés ou p (...)
  • 7 GASSER, Thierenbach, p. 21-28. On trouvera la référence de ces documents ci-dessous, n. 9, 13, 15, (...)
  • 8 GASSER, Thierenbach, p. 30-31.
  • 9 ADHR 6H D3 : copie du 15e siècle, au verso du fo 205 d’un missel incunable de Cluny, du texte de 11 (...)
  • 10 METZ, Jungholtz (n. 7), p. 63-65.
  • 11 WIEGAND (Wilhelm), éd., Urkundenbuch der Stadt Strassburg, I, 1879, p. 114 no139.
  • 12 SCHOEPFLIN (Johann Daniel), éd., Alsatia … Diplomatica, I, 1772, p. 193 no244 ; WENTZCKE, Regesten (...)

2Dans son ouvrage sur les Clunisiens dans le Rhin supérieur, Florian Lamke étudie de façon détaillée le processus de fondation des prieurés clunisiens de Froidefontaine, d’Altkirch, de Feldbach et de Sankt-Alban de Bâle3. Il tente également d’apporter un éclairage nouveau sur la difficile question des relations de Seltz avec Cluny à la fin du 10e et au 11e siècle4. Pour Thierenbach, par contre, il mentionne uniquement que le prieuré a été fondé dans des circonstances inconnues, probablement vers 1130, et que les sources ne nous apprennent rien sur ses origines5. Il est exact que les archives de Thierenbach ont brûlé au moins à deux reprises : lors de la Guerre des Paysans en 1525, et une seconde fois en 1643, lors de l’incendie du monastère du Saint-Mont, où les religieux s’étaient repliés pendant la Guerre de Trente Ans6. C’est ce qui explique que le fonds du prieuré aux Archives Départementales de Colmar ne concerne pratiquement que l’époque moderne, de même que les sources relatives à Thierenbach aux Archives municipales de Soultz. Pourtant, malgré l’ampleur des pertes, l’historien dispose aujourd’hui de cinq documents du second quart du 12e siècle qui évoquent la fondation du prieuré de Thierenbach. Tous ont été édités au 18e siècle, et Auguste Gasser les a republiés sans aucune critique7. Il se contente de citer une lettre de Dom Calmet dans laquelle ce dernier se prononce pour l’authenticité de la charte de fondation8. Or ces documents qui évoquent les débuts du prieuré de Thierenbach sont des faux, qui ne sont conservés que sous forme de copies9. Les plus anciennes remontent au 15e siècle : il est donc difficile de juger de l’époque à laquelle ces faux ont été fabriqués. Une étude détaillée de ces documents permet néanmoins de formuler certaines hypothèses. Mais avant de les analyser, il convient de présenter l’environnement politique dans lequel naît le prieuré de Thierenbach. Dès l’origine et jusqu’en 1881, Thierenbach est au ban de Soultz. Ce ban est immense : il va jusqu’au sommet du Grand Ballon et incluait autrefois Wuenheim, Rimbach-Zell et la plus grande partie de Jungholtz10. Soultz faisait partie de l’Obermundat, qui dépendait de l’évêque de Bâle au spirituel, mais qui appartenait à l’évêque de Strasbourg au temporel. Les Habsbourg en ont eu l’avouerie jusqu’en 1269. Ils ont également un domaine (predium) à Thierenbach ; ils le cèdent à l’évêque de Strasbourg en 1201, et à cette occasion on apprend qu’il y a dans ce domaine une « maison » (domus), sans autres précisions11. D’autre part, depuis 1118, les comtes d’Eguisheim ont, en fief de l’évêché de Strasbourg, une cour domaniale à Soultz12. Thierenbach naît donc à un point de contact de trois seigneuries importantes. Une analyse critique des cinq documents concernant la fondation du prieuré de Thierenbach permet-elle d’entrevoir le rôle joué par ces seigneurs ?

  • 13 GRANDIDIER (Philippe-André), Histoire ecclésiastique, militaire, civile et littéraire de la provinc (...)
  • 14 LEGL, p. 75-76 et index sous Ulrich. MATHIS et BORNERT (n. 7), p. 251, voient en Ulrich le fondateu (...)

3Le premier document a été édité par Grandidier d’après la chronique de Matern Berler13. Il se présente comme une charte de fondation, par laquelle un nommé Ulrich, cité sans patronyme et sans titre, confie l’église Notre-Dame de Thierenbach, qu’il a bâtie, à Cluny et à son abbé Pierre, en stipulant que les frères et les sœurs de Thierenbach auront la libre élection de leur prieur. Ce détail suffit à lui seul à rendre la charte suspecte, car le principe de fonctionnement de l’ordre de Cluny, dès cette époque, est que c’est l’abbé de Cluny qui désigne les prieurs de toutes les maisons de l’ordre. Cette charte ne porte pas de date, mais Pierre le Vénérable est abbé de Cluny de 1122 à 1157. À cette époque, le seul Ulrich susceptible d’avoir fondé ce prieuré est le comte Ulrich d’Eguisheim, attesté de 1118 à 1143, et fondateur, par ailleurs, de l’abbaye cistercienne de Pairis14. C’est lui qui tenait en fief de l’évêque une cour domaniale à Soultz, sur laquelle on n’a aucun détail, mais dont Thierenbach pourrait théoriquement avoir fait partie.

  • 15 GRANDIDIER, Alsace (n. 13), II, p. 289 no632, d’après un cartulaire de Cluny et un parchemin fixé s (...)
  • 16 Hasenburg est le nom allemand d’Asuel, château et village de l’Ajoie, siège d’une famille baroniale (...)
  • 17 STEINACKER (Harald), Regesta Habsburgica, I, 1905, no38-39, 69-70. NUSS (Philippe), Les regestes de (...)

4La deuxième charte, qui est datée de 1135, est hautement suspecte, bien que ni Wentzcke ni Steinacker ne soient allés jusqu’à la déclarer fausse15. Selon elle, les paroissiens de Soultz donnent à Thierenbach, en l’honneur de la Vierge, une portion de leur communal – le futur Propstwald – avec l’accord de leur seigneur, l’évêque de Strasbourg, et du landgrave Werner von Hasenburg16. Qu’une commune dispose de son communal en 1135 n’est déjà pas très vraisemblable. D’autre part, Werner von Hasenburg n’a jamais existé. Admettons cependant que Hasenburg soit une faute de copie pour Habsburg. Or un Werner von Habsburg est attesté de 1129/1130 à 116717, et en tant qu’avoué de l’Obermundat, il a effectivement son mot à dire sur ce qui se passe à Soultz. Autour du berceau de Thierenbach, il y aurait donc les principaux seigneurs de la région : les Eguisheim, les Habsbourg et l’évêque de Strasbourg. Mais ces seigneurs sont en situation de concurrence, et on ne voit pas trop pourquoi les uns soutiendraient une fondation de l’autre.

  • 18 MARTENE (Edmond) et DURAND (Ursinus), Thesaurus novus anecdotorum I, 1717 (rééd. New-York, 1968), c (...)
  • 19 CONSTABLE (Giles), The letters of Peter the Venerable, 2 vol., Cambridge Massachusetts, 1967.

5Le troisième document est une lettre de Pierre le Vénérable au curé de Soultz et à ses paroissiens, datée de 114218 : pour les remercier d’avoir fondé Thierenbach et de l’avoir soumis à Cluny, il les fait bénéficier de toutes les prières qui se font dans tout l’ordre de Cluny. Mais il prescrit aussi que Thierenbach restera toujours soumis à celui-ci. Nous avons ici un nouveau candidat au titre de fondateur de Thierenbach, mais c’est de loin le plus improbable : on n’a jamais vu, au 12e siècle, une paroisse fonder un couvent. Cette lettre ne peut être que fausse, et d’ailleurs l’éditeur de la correspondance de Pierre le Vénérable ne l’a pas retenue19.

  • 20 MARTENE et DURAND (n. 18), Thesaurus, I, c. 390 ; rééd. in : GASSER, Thierenbach, p. 25‑26.
  • 21 WALTER (Theobald), éd., Urkundenbuch der Pfarrei Rufach, 1900, p. 2, no3 ; rééd. in : GASSER, Thier (...)

6Les deux derniers documents font la paire : la paroisse de Soultz, en 113820, et celle de Rouffach, en 1142, font vœu d’aller chaque année en procession à Thierenbach. Le vœu de Rouffach est daté de 1142, sous l’évêque Gebhard, qui est mort en 114121, ce qui suffirait à disqualifier la charte ; mais surtout, de tels vœux collectifs ne sont attestés nulle part au 12e siècle.

7Bref, aucun de ces cinq documents ne nous apporte de certitude sur les origines du prieuré de Thierenbach. Ils ne semblent d’ailleurs pas avoir été fabriqués à la même date ni pour le même motif : la « charte de fondation » semble avoir pour but d’assurer aux moines la libre élection de leur prieur ; elle est donc dirigée contre la centralisation clunisienne. La lettre de Pierre le Vénérable affirme au contraire les droits de Cluny – tout en soulignant fortement les liens entre Thierenbach et Soultz. Quant aux deux vœux de Soultz et de Rouffach, ils visent à donner aux processions de ces deux paroisses plus d’ancienneté et par conséquent de légitimité, peut-être à une époque où elles commençaient tout juste à devenir habituelles.

  • 22 CHARVIN, I, p. 197. Memoriale de domibus quas tenet abbas de Luxiaco, videlicet Tyrebauc, Chauz et (...)
  • 23 Sur lui, cf. WILSDORF, Ferrette, p. 107 et p. 144‑146.
  • 24 BRUEL (Alexandre), BERNARD (Auguste), Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, VI (1211-1300), Par (...)

8Or, après ces cinq documents hautement suspects, il n’est plus question de Thierenbach pendant plus d’un siècle, de sorte que les premières mentions sûres du prieuré remontent aux années 1230-1240. Une note, que Dom Charvin place entre le 14 mai 1234 et le 10 mai 1237, évoque les maisons tenues par l’abbé de Luxeuil (?), dont Thierenbach22. Cette mention laconique ne nous permet pas de préciser quelles étaient les relations entre Luxeuil et le prieuré clunisien de Thierenbach. Un peu plus tard, [vers 1241-1245], Friedrich, fils aîné du comte Ulrich de Ferrette et ancien prieur d’Altkirch, a été envoyé en pénitence à Cluny23. Il s’en échappe et se présente à Vilmarszell (aujourd’hui Sankt‑Ulrich-im-Schwarzwald) en disant que le Grand Prieur de Cluny, où il n’y a pas d’abbé de 1241 à 1245, lui a conféré ce prieuré et celui de Thierenbach. Invité à présenter un titre écrit, il se rend chez un orfèvre de Fribourg pour se faire faire un faux sceau de Cluny, mais l’orfèvre le dénonce24.

  • 25 WOLLASCH, Cluny (n. 1), p. 317-331.

9La note de 1234 et cette ténébreuse histoire sont les premières mentions historiques sûres du prieuré de Thierenbach. Cela ne veut pas dire pour autant que Thierenbach ne remonte qu’à cette époque. En effet, au milieu du 13e siècle, il y a longtemps que l’ordre de Cluny est entré en décadence25. Par ailleurs, il y a au moins deux raisons de croire que Thierenbach remonte bien à la première moitié du 12e siècle, comme le suggèrent les cinq documents évoqués ci-dessus.

  • 26 LAMKE, Cluniacenser, p. 354-365.
  • 27 LAMKE, Cluniacenser, p. 362. WALTER (Theobald), « Die Propstei Enschingen », dans : Jahrbuch für Ge (...)
  • 28 LAMKE, Cluniacenser, p. 355. GILOMEN (Hans-Jörg), St. Alban, p. 53 & passim.
  • 29 LAMKE, Cluniacenser, p. 368-374. Il existe quatre documents relatant la fondation, dont deux au moi (...)
  • 30 Sur ce personnage, voir WILSDORF, Ferrette, p. 29-51.
  • 31 LAMKE, Cluniacenser, p. 374-379.
  • 32 WILSDORF, Ferrette, p. 41-43. LAMKE, Cluniacenser, p. 379.

10La première est la comparaison avec les autres fondations clunisiennes dans la région. La plus ancienne est Sankt-Alban de Bâle, fondée en 1083 par l’évêque Bourcard de Fénis et soumise à l’abbaye de Cluny entre 1088 et 109526. De Sankt-Alban dépendent en Haute-Alsace les prévôtés d’Enschingen, fondée peu après 114727, et de Biesheim, citée à la même époque28. Peu de temps après la fondation de Sankt-Alban, en 1105, la veuve et les fils du comte Thierry de Montbéliard donnent à Cluny une cour à Froidefontaine, dans laquelle il y avait probablement une église. Néanmoins on ignore à quelle date précise des moines clunisiens s’y sont établis29. Toujours en 1105, un des fils du même comte Thierry de Montbéliard, Frédéric de Ferrette30, donne à Cluny la collégiale d’Altkirch, pour en faire un prieuré clunisien. La présence et l’accord des cinq chanoines séculiers d’Altkirch et de leur prévôt sont mentionnés dans l’acte, de même que le prétexte du transfert à Cluny : mettre fin à la simonie dont se seraient rendus coupables les chanoines31. En 1144, ce même comte Frédéric fonde un couvent de moniales à Feldbach et le soumet à Cluny32. Le cinquième prieuré clunisien fondé dans la région est Thierenbach. Il n’y en aura pas d’autres en Alsace. Or la fondation des quatre premiers, abstraction faite des sous-prieurés d’Enschingen et de Biesheim, se place entre 1095 et 1144. Celle de Thierenbach peut raisonnablement se chercher dans la même fourchette.

  • 33 Il n’y a aucune mention d’un couvent de femmes dans les rapports de visites (CHARVIN). En 1386, « N (...)

11Deuxième argument : dans la prétendue charte de fondation, le fondateur Ulrich donne l’église de Thierenbach à Cluny « avec l’accord des frères et sœurs » de la maison, et ce seront « les frères et les soeurs » qui éliront le prieur. Cette formulation prouve que Thierenbach était un monastère double, avec une communauté de moines et une de moniales. Il ne l’est pas resté longtemps, puisqu’à partir du milieu du 13e siècle, quand on commence à avoir quelques précisions sur la maison, on n’y trouve plus de religieuses33.

  • 34 PARISSE (Michel), « Le prieuré de Schwarzenthann : Histoire et archéologie », dans : WEIS (Béatrice (...)
  • 35 TROUILLAT, III, p. 673 (1273) ; STINTZI (Paul), Oelenberg. 900 Jahre Geschichte der Abtei 1046-1954 (...)
  • 36 MATHIS et BORNERT (n. 7), p. 95-104. PFLEGER (Luzian), « Das ehemalige Frauenkloster Mirmelberg bei (...)
  • 37 Als. Dipl. (n. 12), I, p. 405 no543, date corrigée in : Regesten der Bischöfe von Strassburg II, 19 (...)
  • 38 DUBLED (Henri), « Note sur les chanoines réguliers de Goldbach », dans : Revue du Moyen Âge latin 8 (...)
  • 39 GILOMEN-SCHENKEL (Elsanne), « Doppelklöster im Südwesten des Reiches », dans : PARISSE (Michel), EL (...)

12Or un monastère double n’est rien d’exceptionnel. En Alsace, c’est notamment le cas de Marbach, d’Oelenberg, de Goldbach, d’Altorf et de Seltz. Mais dans chacun de ces cas, il y a assez rapidement eu un « divorce » : les sœurs de Marbach sont parties pour Schwartzenthann avant 114934, celles d’Oelenberg à Wattwiller en 127335, celles de Seltz à Mirmelberg au plus tard au 13e siècle36. À Altorf, les sœurs ont disparu avant 125137 ; à Goldbach, au 13e siècle, il ne reste plus qu’elles38. Aucun de ces exemples n’est bien documenté, mais si l’on considère aussi ceux d’autres régions, on constate que la grande époque des couvents doubles est le 12e siècle, mais qu’ils ne sont jamais durables. Dès le début du 13e siècle, ils ne sont plus à la mode, et plus on avance dans le temps, plus ils sont mal vus. Ce n’est pas un hasard si, au courant du 13e siècle, ils disparaissent par la suppression d’une de leur composante ou par son transfert en un autre lieu. Le plus souvent, ce sont les femmes qui sont déplacées. Par la suite, les couvents d’hommes ou de femmes issus de ces séparations mènent une existence indépendante39. L’existence d’une communauté de sœurs à Thierenbach parle donc en faveur d’une fondation au plus tard de la première moitié du 12e siècle. On objectera que les sœurs de Thierenbach ne sont connues que par un faux. Mais un faussaire n’a aucun intérêt à introduire dans le document qu’il fabrique un détail sans rapport avec son propos, ne correspondant plus à la réalité, et de surcroît mal vu à son époque. Il n’a donc pu emprunter la mention de sœurs qu’à un document authentique.

  • 40 LEGL, Studien, p. 74-76.

13Admettons donc une fondation du second quart du 12e siècle. Reste une question essentielle : qui est le fondateur ? Un faux nous suggère Ulrich d’Eguisheim, mais le fait que les Habsbourg ont eu un domaine et une « maison » à Thierenbach jusqu’en 1201 parle en leur faveur. Il serait important de savoir qui était l’avoué de Thierenbach, car le plus souvent le fondateur réservait l’avouerie à ses descendants. Mais sur ce point aussi, nous manquons de sources. Toutefois, si l’on considère les autres maisons clunisiennes de la région, on observe que leurs fondateurs connus sont tous d’origine romane : l’évêque Bourcard est de Fénis, au bord du lac de Bienne, et les comtes de Ferrette sont issus de ceux de Montbéliard. Or Ulrich d’Eguisheim est en fait le fils d’une Eguisheim et d’un comte de Vaudémont, en Lorraine40. Lui aussi est donc d’origine romane ; c’est un argument en sa faveur, mais ce n’est pas une preuve. Après tout, les Hohenstaufen eux-mêmes sont allés chercher des moines romans, à Conques, pour leur fondation de Sélestat.

  • 41 LAMKE, Cluniacenser, p. 386-387. WILSDORF, Ferrette, p. 51 : lui-même sera enterré chez les Augusti (...)
  • 42 LEGL, Studien, p. 62 et 197.
  • 43 LEGL, Studien, p. 75 et p. 561-562.
  • 44 BRUNEL (Pierre), « Thierenbach : un pèlerinage millénaire à la lumière de l’archéologie », dans : A (...)
  • 45 LAMKE, Cluniacenser, p. 361.

14Nous pouvons également nous interroger sur les motivations du fondateur de Thierenbach. Ont-elles été identiques à celles du fondateur des prieurés de Feldbach et d’Altkirch ? En créant ces deux prieurés, Frédéric Ier s’était assuré un lieu de sépulture pour lui et ses descendants, un lieu dans lequel serait célébrée la memoria familiale. En effet, en 1105, le père de Frédéric Ier, Thierry Ier, meurt. Il avait accordé toute son attention à l’abbaye de Saint-Mihiel en Lorraine, qui était devenue le monastère où la famille se faisait enterrer. Or, comme Frédéric a hérité des biens situés autour d’Amance, de Ferrette et d’Altkirch, le centre religieux de la famille ne lui est plus accessible. C’est son frère Renaud Ier de Bar-Mousson qui a hérité de l’avouerie sur Saint-Mihiel. Il est donc probable que la refondation d’Altkirch, peu de temps après la mort de son père, témoigne du souci de Frédéric d’assurer à la nouvelle branche de la famille un lieu de sépulture, qui sera transféré plus tard à Feldbach41. Dans l’hypothèse où Ulrich d’Eguisheim serait le fondateur de Thierenbach, a-t-il lui aussi essayé de créer un monastère dans lequel se célébrerait la memoria de la famille ? Le fait que la branche fondée par Ulrich s’éteint avec lui et la perte de l’obituaire de Thierenbach pourraient expliquer qu’on dispose de peu de renseignements à ce sujet. Néanmoins les Eguisheim disposaient d’un Hauskloster à Sainte-Croix-en-Plaine et d’un autre à Oelenberg, fondé par la mère d’Ulrich42. Ulrich lui-même a fondé l’abbaye cistercienne de Pairis43. Comme par ailleurs les fouilles archéologiques réalisées en 1983 n’ont pas mis au jour de pierre tumulaire antérieure au 14e siècle44, la piste de la memoria familiale pour Thierenbach n’apporte pas non plus de certitudes quant au fondateur. Il reste théoriquement une autre voie : celle de l’étude du cercle des donateurs, qui a permis à Lamke de préciser à quel moment Sankt-Alban est rattaché à Cluny45. Malheureusement, pour Thierenbach, cette voie est sans issue, car les sources ne nous livrent aucun renseignement sur les donateurs de l’époque médiévale.

  • 46 allodium de Theirynbach, in quo edificata est domus (n. 11).
  • 47 ADHR 6H D2.

15Revenons à la charte de 1201, par laquelle les Habsbourg cèdent à l’évêque, par échange, leur « domaine de Thierenbach, sur lequel est bâtie une maison »46. La charte ne dit pas de quelle sorte de maison il s’agit. Une maison paysanne serait trop insignifiante pour être mentionnée dans ce contexte. Le prieuré, qui est aussi une maison, n’aurait sans doute pas été désigné ainsi. Reste l’hypothèse d’un château, car les châteaux aussi sont souvent désignés comme domus ou comme hus. On ne sait rien sur un château à Thierenbach, mais une description du prieuré au début du 18e siècle cite « un colombier autour duquel il y avoit de profonds fossés »47 – ce qui est tout à fait anormal pour un colombier ; on peut donc se demander s’il n’occupe pas l’emplacement d’un ancien château ; mais cela supposerait que ces fossés entourent une surface beaucoup plus grande que celle du colombier ; or, on ne peut malheureusement pas en être sûr, car ils ne se voient sur aucun plan.

  • 48 METZ, Jungholtz (n. 7), p. 66-67.
  • 49 TROUILLAT, I, p. 528 n° 354 (1233) ; Als. Dipl. (n. 12), I, p. 402 no537 = TROUILLAT, I, p. 582 no4 (...)

16Mais il y a encore un autre château à proximité de Thierenbach, celui de Jungholtz. Dans son étude à ce sujet, Bernhard Metz estime que Jungholtz a été d’abord un château et ensuite seulement un village, et donc que la première mention des chevaliers de Jungholtz en 1220 est aussi celle de leur château48. Ne pourrait-on supposer qu’il existe déjà une vingtaine d’années auparavant, sous l’appellation de « maison de Thierenbach » ? Mais comment un château passé en 1201 des Habsbourg à l’évêque serait-il tenu, peu après, par les chevaliers de Jungholtz ? Car ceux-ci, à leurs débuts, ne semblent liés ni aux uns, ni à l’autre. Ce sont des ministériaux des comtes de Ferrette – lesquels sont les héritiers d’Ulrich d’Eguisheim49. Nous n’avons aucun texte dans lequel les Jungholtz apparaissent en rapport avec Thierenbach, mais on voit mal comment ils auraient pu bâtir un château si près du prieuré sans l’aval de son avoué. Au total, l’origine du château reste aussi obscure que celle du prieuré et ne permet pas de trancher la question du fondateur. Néanmoins, parmi les candidats en présence, Ulrich d’Eguisheim apparaît, en l’état actuel des connaissances et avec toutes les réserves qui s’imposent, comme le moins improbable.

Le prieuré clunisien au Moyen Âge

  • 50 CHARVIN, I-IX.
  • 51 CHARVIN, II, p. 149 : die sabbati sequenti, visitamus priorem de Tirembech, apud Novum Castrum, ubi (...)
  • 52 CHARVIN, II, p. 324 : domus est obligata in nonaginta libris, sicut dixit prior. Cetera sunt in bon (...)
  • 53 CHARVIN, II, p. 501 : domus de Tirenbat est in centum libris turonensium obligata (1323).

17À partir des années 1230 et jusqu’au 16e siècle, notre principale source de renseignements sur Thierenbach sont les procès-verbaux de visites de l’ordre de Cluny50. Cluny est un ordre centralisé, avec un chapitre général, des visiteurs et des définiteurs, c’est-à-dire une commission qui prend des décisions à partir des rapports que lui font les visiteurs. Régulièrement, des visiteurs vont inspecter chaque prieuré de l’ordre. Mais en fait, ils ne viennent pas jusqu’à Thierenbach51 ; ils convoquent le prieur, qui leur fait son rapport, et on a parfois l’impression qu’il leur raconte ce qu’il veut, et que les visiteurs ne sont pas dupes. Ils écrivent par exemple : « le prieur de Thierenbach dit que sa maison a 90 livres de dettes, mais sinon tout est en bon état »52. Sur la base du rapport des définiteurs, le chapitre ordonne au prieur de rembourser les dettes, et par la suite on constate que l’endettement a augmenté53. Les excuses alléguées par le prieur pour justifier l’état des finances du couvent sont nombreuses : les guerres, les mauvaises récoltes, la réfection de la toiture. Il lui arrive également d’incriminer la gestion de son prédécesseur. Ces arguments ne sont sans doute pas faux, mais le vrai problème, c’est que tout l’ordre de Cluny est en crise, il n’attire plus guère de donations, le recrutement a baissé en quantité et en qualité, parce que le monachisme bénédictin ne correspond plus à l’idéal religieux de l’époque gothique ; les donations et les recrues de valeur vont à d’autres ordres, mendiants ou hospitaliers, par exemple, qui correspondent mieux aux attentes de leurs contemporains, de sorte que la majorité des maisons bénédictines, et surtout de petits prieurés comme Thierenbach, sont dépourvus de réserves financières ; à la moindre dépense imprévue, elles sont obligées de recourir à l’emprunt. Or aux 13e et 14e siècles, on ne trouve pas à emprunter à moins de 10 %. Dans ces conditions, le service de la dette a vite fait de devenir écrasant.

  • 54 TROUILLAT, II, p. 390 et 402, n° 297 et 309. Sceau de Guido prior de Thierenbach : StAB S. Clara U (...)
  • 55 CHARVIN, II, p. 220. Bouclans est à 16 km à l’Est de Besançon.
  • 56 TROUILLAT, IV, p. 664 (1355). Diesse à 10 km au Sud-Ouest de Bienne.
  • 57 GÖLLER (Emil), Repertorium Germanicum I, Berlin, 1916, p. 125. Vendlincourt à 7 km au Nord-Est de P (...)
  • 58 Repert. Germ. (n. 57) I, p. 62 (1381) ; TROUILLAT, III, p. 530 no255 (1390). Il était économe de Sa (...)
  • 59 Bibliothèque nationale & universitaire de Strasbourg, Ms. 1769/1 f° 72r : bruder Hug Milet, probst (...)
  • 60 StAB, Sankt Leonhard U 706. Il y a une localité du nom de Brétigney à 13 km au Sud-Ouest de Montbél (...)
  • 61 Arch. Dép. Bas-Rhin 140J 40 (1499 VIII 1). Chèvremont à 5 km à l’Est de Belfort.
  • 62 GILOMEN, St. Alban, p. 293, p. 323, p. 375 : prieur de Thierenbach jusqu’en 1526, il quitte ensuite (...)

18À Thierenbach, le problème est aggravé par le fait que les moines envoyés par Cluny sont le plus souvent des francophones, qui restent étrangers au milieu alsacien. Le premier prieur dont on connaisse le prénom, en 1284 et peut-être jusqu’en 1312, s’appelle Guy54. Vers 1304, le moine Renaud de Bouclans qui cause du scandale à Thierenbach est un Franc-Comtois55. Au 14e siècle, les noms des quatre prieurs qui apparaissent dans les archives sont Bourcart de Diesse56, Pierre de Vendlincourt57, Hugues de Porrentruy58 et Hugues Milet59. En 1429, Pierre de Brétigny exerce cette fonction à Thierenbach60. Vers 1500, le prieur s’appelle Richard von Geissenberg61, c’est-à-dire de Chèvremont (Territoire de Belfort)62.

19Il n’est pas difficile d’imaginer que pour un moine francophone, être envoyé dans un tout petit prieuré perdu dans un pays étranger dont il ne connaît pas la langue et les coutumes n’est pas vraiment une promotion. Thierenbach n’est pas un cas isolé : il y a en Alsace toute une série de maisons religieuses peuplées de religieux majoritairement francophones. C’est le cas d’Altkirch, de Saint-Pierre de Colmar, qui dépend de Payerne (canton de Vaud), de Saint-Valentin de Rouffach, dont la maison-mère est près de Metz, de Sainte-Foy de Sélestat, filiale de Conques, des Antonins d’Issenheim, qui relèvent de l’abbaye de Saint-Antoine-en-Viennois. Il est difficile d’évaluer combien de leurs religieux se sont sentis perdus dans un monde inconnu, combien au contraire ont apprécié la large autonomie dont ils jouissaient, très loin de leur maison-mère et très peu contrôlés comme ils l’étaient.

  • 63 CHARVIN, II, p. 324.
  • 64 CLOUZOT (Etienne), Pouillés des provinces de Besançon, de Tarentaise et de Vienne, Paris, 1940, p.  (...)

20L’examen des visites de Thierenbach fait apparaître que dès la 2e moitié du 13e siècle, Thierenbach est un tout petit établissement. Entre 1270 et 1356, seuls un prieur et un moine sont régulièrement cités lors des inspections effectuées par Cluny. À titre de comparaison, il y a à Altkirch en 1312 six moines et un prieur, à Feldbach, 24 moniales, deux moines et un prieur63. Bien entendu, Thierenbach a certainement été fondé pour un effectif supérieur, et le fait qu’il n’y ait plus que deux moines est déjà le résultat d’une décadence. Au milieu du 15e siècle, l’assise temporelle de Thierenbach est toujours aussi modeste. D’après le Liber Marcarum, dans ses deux versions datées l’une vers 1380, l’autre de 1441, le revenu imposable de Thierenbach se monte à 10 marcs d’argent, alors qu’il est de 15 pour le sous-prieuré clunisien de Biesheim, de 40 pour Froidefontaine et de 80 pour Feldbach, Altkirch et Sankt-Alban, et que celui de Murbach est évalué à 30064.

  • 65 CHARVIN, II, p. 114 : item, quia, ut asseritur, missam non celebravit idem prior decennium est elap (...)
  • 66 CHARVIN, II, p. 136 : quia in domo de Tirembac est unus monachus non sacerdos, qui propter ignorant (...)
  • 67 CHARVIN, II, p. 415 : … allemanus conversus domum de Tirembal, Basiliensis diocesis, per violentiam (...)
  • 68 Il y avait peut-être des non-moines à Thierenbach.
  • 69 CHARVIN, II, p. 205.
  • 70 CHARVIN, II, p. 220 : est ibi monachus, Regnaldus de Bouclans nomine, qui irreligiose et indecenter (...)

21Les rapports de Cluny montrent d’ailleurs qu’il y a des moments où tout va franchement mal à Thierenbach : en 1297, par exemple, le visiteur de l’ordre constate que la messe n’a pas été célébrée depuis dix ans65. Deux ans plus tard, en 1299, il est question d’un moine qui n’a pas été ordonné prêtre à cause de son ignorance, et les définiteurs de Cluny estiment qu’il faut le remplacer par un moine-prêtre66. Nous retrouvons également dans ces rapports des personnages hauts en couleurs qui ont défrayé la chronique. En 1282, un convers « allemand » usurpe le prieuré67. Quelques années plus tard, deux moines scandaleux sèment le trouble. Tout d’abord en 1304, un certain frère Jordan harcèle ses confrères dans leurs lits – ce qui est en contradiction avec le nombre de moines cités lors des inspections68 – et un jeune homme de la maison échappe de justesse à ses ardeurs69. De 1304 à 1306, on retrouve à Thierenbach un autre moine scandaleux, Renaud de Bouclans, déjà chassé de Saint-Morand d’Altkirch en 1298. Il est accusé de faux et du vol de trois calices en argent et de deux chapes en soie, dont il dissipe le prix dans les mauvais lieux de Besançon. Les définiteurs le condamnent à la prison perpétuelle, mais nous ne savons pas si leur sentence a été exécutée70.

  • 71 CHARVIN, II, p. 218 : domus de Thierembach regitur per quemdam militem qui, infra certum terminum, (...)
  • 72 ADHR 10H 152/3, éd. TROUILLAT, II, p. 697-699 no528. GATRIO (André), Die Abtei Murbach im Elsaß, I, (...)
  • 73 Voir n. 52.

22En 1304, les visites de Cluny précisent que Thierenbach est administré par un chevalier, dont le nom n’est pas indiqué. Il est chargé d’éponger les dettes du couvent, qui se montent à 300 livres de petits tournois71. Or, en 1300, l’abbaye de Murbach avait confié tous ses biens aux chevaliers vom Hus à charge d’apurer ses dettes72. Quelques années plus tard, les Hus étaient devenus riches et les dettes de Murbach n’avaient guère diminué, de sorte que les moines avaient mis fin à l’expérience. Serait-ce aussi un Hus qui a proposé ses services pour remettre Thierenbach à flot ? En tout cas, le résultat ici a été moins décevant, puisqu’en 1312 l’endettement est tombé à 90 livres73.

  • 74 BM Colmar, Ms 400 fo 143v. ADHR 158J 351-352.
  • 75 ADHR 158J 351-352. Les particuliers sont Conrad Schumacher, de Soultz, Anton Bub et Mathis Radner, (...)
  • 76 ADHR 158J 351-352 : […] er were zu sant Jacob gesin oder nit […].
  • 77 ADHR 158J 355 : Los presentes portadores son quatro gentileshombres alemanes que por su devocion va (...)
  • 78 ADHR 158J 351-352 : Were ouch sach das uber kurz oder lang yemant zu der bruderschafft willen gewun (...)
  • 79 VINCENT (Catherine), Fiat Lux. Lumière et luminaires dans la vie religieuse du 13e au 16e siècle (H (...)
  • 80 VINCENT, Fiat Lux, p. 390.
  • 81 ADHR 158J 351-352.
  • 82 ADHR 158J 351-352 : Item so ist geordnet … das wir machen sollen einen luchter.
  • 83 ADHR 158J 351-352 : Wenn auch einer under uns […] mit thod abgat […] so sollen wir in […] mit vier (...)
  • 84 ADHR 158J 351-352 : […] so begeren wir […] das alle jor uff den pfingst mentag ein jorgezit gehalte (...)

23Les sources ne nous livrent que peu de renseignements sur l’histoire spirituelle du prieuré jusqu’au début du 16e siècle. Un missel provenant de Thierenbach et datant du 14e siècle est conservé à la Bibliothèque municipale de Colmar. Une main du 15e siècle a rajouté la mention suivante : liber sanctissime virginis Marie in Dierenbach74. En 1506, les prévôts (!) de Thierenbach et d’Enschingen, Richard Geissemberg et Jacob Früge, celui de Saint-Marc, Vyt von Asch, le noble Jacob Waldner et trois particuliers de Soultz et de Wattwiller fondent une confrérie Saint-Jacques dans le prieuré de Thierenbach. Les statuts de la confrérie sont conservés75. Ils précisent, entre autres, qu’il n’est pas nécessaire d’avoir fait le pèlerinage de Saint-Jacques pour en devenir membre76. Jacob Waldner semble avoir eu une dévotion particulière pour son saint patron, car en 1512, il part probablement en pèlerinage à Compostelle. En effet, une lettre de recommandation datée de 1512 pour quatre gentilshommes allemands en route pour Saint-Jacques, adressée a los virtuosos señores los corregidores alcaydes y otros officiales del Rey y Reyna nostros señores, est conservée dans les archives de la famille Waldner77. Les statuts de la confrérie nous révèlent encore que le droit d’entrée se monte à une livre de cire, que le futur adhérent donnera en l’honneur de la Vierge, de saint Jacques et de tous les saints. Le droit de retrait se paie également d’une livre de cire, de même que certains manquements78. Au Moyen Âge, la cire est indispensable pour le luminaire dans les églises. Elle coûte cher, et représente sans doute le poste le plus lourd parmi les frais de fonctionnement. Dans son ouvrage sur la lumière et les luminaires en Occident, Catherine Vincent insiste sur le fait que la cire n’est pas une source de lumière à la portée de toutes les bourses et qu’en dehors des sanctuaires, il n’était pas courant de voir la flamme claire d’une bougie de cire trouer l’obscurité79. La préoccupation du luminaire d’église fut à ce point centrale dans l’activité de certaines confréries qu’elle leur laissa son nom dans plusieurs régions80. C’est le cas en Alsace, où le mot kertze (cierge) peut désigner une confrérie. Celle de Thierenbach était dirigée, entre autres, par un kertzenmeister81, « un maître des cierges ». D’après l’acte de fondation de la confrérie Saint-Jacques de Thierenbach, les membres s’engagent également à payer un lustre82. Comme toutes les autres confréries, celle de Thierenbach prévoit un certain nombre de dispositions pour les confrères morts : quatre prêtres célébreront leur enterrement avec une messe des morts chantée, des vigiles et trois messes basses. Chaque prêtre de la confrérie dira une messe des morts pour le défunt ; les laïcs, eux, seront tenus de prier pour lui 15 Pater et autant d’Ave Maria83. La memoria des morts de la confrérie sera célébrée chaque année le lundi de Pentecôte par quatre messes célébrées par quatre prêtres84.

Le pèlerinage

  • 85 ADHR 6H D2 : « Pour ce qui est du petit oratoire ou reposoit l’image de la Très Sainte Vierge, l’on (...)

24Thierenbach n’est pas seulement un prieuré clunisien, c’est aussi un pèlerinage. Au 18e siècle, les moines de Thierenbach ne connaissaient pas grand’chose de l’histoire de leur maison, puisque leurs archives avaient brûlé, mais cela ne les empêchait pas d’affirmer que le pèlerinage remontait au Haut Moyen Âge85. Tous les livrets de pèlerinage publiés au 19e, et même au 20e siècle, reprennent cette affirmation, certains n’hésitant pas à remonter jusqu’à 730. Qu’en est-il réellement ?

  • 86 RAPP (Francis), « Les pèlerinages dans la vie religieuse de l’Occident médiéval aux 14e et 15e sièc (...)
  • 87 CLEMENTZ (Elisabeth), « Die Nahwallfahrten im elsässischen Teil der Diözese Basel », dans : HERBERS (...)
  • 88 RAPP, Pèlerinages (n. 86), p. 141‑143.
  • 89 CLEMENTZ, Nahwallfahrten (n. 87), p. 114 et s.
  • 90 CLEMENTZ, Nahwallfahrten (n. 87), p. 114 et s.

25Pour essayer de répondre à cette question, il nous faut une fois de plus élargir notre champ de vision et nous interroger sur la naissance de l’ensemble des pèlerinages. Le pèlerinage tient une place considérable dans la vie chrétienne en Occident au Moyen Âge. Avant 1300, le pèlerin se rend surtout dans les grands centres de pèlerinage comme Rome, Saint-Jacques de Compostelle et Jérusalem. Après 1300, une foule de pèlerinages locaux apparaissent dans notre région et ailleurs. La première caractéristique de ces pèlerinages est leur multiplication ininterrompue. Avant 1300, il y en a une demi-douzaine dans le diocèse de Strasbourg86. Dans la partie alsacienne de l’ancien diocèse de Bâle, auquel appartient Thierenbach, quatre pèlerinages existent probablement avant cette date87. Mais, à partir de 1300, les mentions de pèlerinages dont auparavant aucune source n’avait parlé se multiplient soudain. Francis Rapp en dénombre 34 nouveaux jusqu’à la Réforme et rien que dans le diocèse de Strasbourg88. Dans la partie alsacienne de l’ancien diocèse de Bâle, 27 nouveaux pèlerinages apparaissent alors89. Autre évolution significative : sur les six pèlerinages observés du 9e au 13e siècle dans le diocèse de Strasbourg, cinq s’étaient fixés sur des tombeaux. Sur les 34 pèlerinages mentionnés pour la première fois entre 1351 et 1525, trois seulement se sont constitués sur une tombe. 18 de ces 34 pèlerinages sont dédiés à la Vierge, deux à sa mère, sainte Anne, un au Christ douloureux, huit à des saints guérisseurs. On observe une évolution similaire dans la partie alsacienne de l’ancien diocèse de Bâle : 27 nouveaux pèlerinages apparaissent à partir de 1300, dont 15 sont dédiés à la Vierge90. À la lumière de ces éléments, l’existence d’un pèlerinage à la Vierge de Thierenbach avant les 14e/15e siècles apparaît donc comme hautement improbable.

  • 91 BIERY (René), « Les enseignes de pèlerinage de St. Thiébaud », dans : Annuaire de la Société d’Hist (...)

26Il n’existe pas non plus d’insignes du pèlerinage de Thierenbach ou de mentions de ces derniers, alors que l’on trouve des insignes du pèlerinage de Saint-Thiébaut de Thann jusqu’à Hambourg91.

  • 92 BRUNEL, Thierenbach (n. 44), p. 134.

27Nous disposons néanmoins d’un élément concret qui nous permet d’avancer une hypothèse pour la naissance du pèlerinage. En faisant un sondage dans l’église, Pierre Brunel a constaté qu’elle a été fortement agrandie au 15e siècle. Le rapport de fouilles précise que la nef seule avait alors 35 m de long sur 10 à 15 m de large, ce qui en fait un bâtiment aux proportions respectables92.

  • 93 GILOMEN, St Alban, p. 83, publie le montant de l’endettement de neuf prieurés clunisiens dans le de (...)
  • 94 Région Alsace/Service de l’Inventaire et du Patrimoine, dossier de Jungholtz 5. – Depuis quand Thie (...)
  • 95 MATHIS et BORNERT (n. 7), p. 252, à la suite de GASSER (n. 7), p. 14, font remonter l’existence du (...)
  • 96 WALTER, Pfarrei Rufach (n. 21), p. 133 no126 : vertzert uff dem crutzgang gen Dierenbach.
  • 97 AAEB A 94/95/1, pièce 8 (1625 VII 29) : … die Wallfahrt sey noch in Schwung, viele leuth gehen noch (...)
  • 98 Ibidem.

28L’essor du pèlerinage date donc très probablement du 15e siècle, car sinon on ne comprendrait pas pourquoi il aurait fallu agrandir dans de telles proportions une église non paroissiale, desservie par deux moines seulement. Par ailleurs, les rapports de visite de Cluny montrent que, des années 1270 aux années 1330, le prieuré est chroniquement endetté93. Cela ne serait probablement pas le cas s’il avait bénéficié des profits généralement substantiels d’un pèlerinage. De surcroît, la statue vénérée par les pèlerins dans le sanctuaire est datée du 15e siècle94. Tous ces éléments forment un puissant faisceau de convergences et plaident en faveur d’un pèlerinage démarrant au 15e siècle95. Quelques années plus tard, nous trouvons la première mention sûre de processions se rendant à Thierenbach : en 1532, la paroisse de Rouffach dépense plus de cinq livres à cette occasion96. Lors de l’inspection de 1625, l’un des témoins interrogés indique que beaucoup de processions y viennent dans la semaine de Pentecôte. Il y en a également le lendemain de l’Ascension, où viennent les habitants de Rumershein, Balgau, Wittenheim, Sausheim, Fessenheim, Ruelisheim et d’une vingtaine de localités de la Hardt. Le rapport d’inspection de 1625 indique aussi que le pèlerinage est toujours très fréquenté et que certains pèlerins apportent des béquilles97. Curieusement, un des témoins précise que cela fait trente ans qu’il n’a pas entendu parler de miracle, ce qui semble indiquer qu’il y en a eu au 16e siècle, mais leur récit n’est pas conservé98.

  • 99 ADHR 6H D2.
  • 100 ADHR 6H D1-3 : Ungefehr vor 9 Jahren, als er in seinem Noficiat bey den Vätteren Capuciner gewesen (...)
  • 101 Ibid. : Er seye gantz allein dahin gangen und in der kirch vor dem Vesperbildt sein Verstand bekomm (...)
  • 102 Ibid. : Der Brunnen zue Thurbach [wurde] ausgeschöpfft, die Band und Schlösser [sind] gesucht worde (...)

29Après la guerre de Trente Ans, un rapport indique que « les bastiments sont tout renversés, les terres tellement en ruines que les revenus ne sont plus que de 130 lb., et la dévotion du peuple presque esteinte »99. Il faut attendre les années 1670 pour qu’un nouveau miracle vienne redonner de l’élan au pèlerinage, qui avait déjà de gros problèmes financiers avant la guerre de Trente Ans. Fait rare, le procès-verbal de ce miracle est conservé. Grâce à lui, nous connaissons les détails de l’événement. Le miraculé est un nommé Georg Dieterle, qui avait été novice chez les Capucins de Soultz, mais qui était devenu fou, ce qui l’avait obligé à quitter l’ordre. Il avait alors mené une vie errante, puisqu’on lui avait mis les fers aux pieds près du pont de Dornach, et aux mains à Bennwihr. Il avait également été détenu à Ribeauvillé dans le cabanon des fous, et conduit à deux reprises à Moyenmoutier en Lorraine. D’après son témoignage, Dieterle aurait aimé se rendre à Thierenbach, ses pensées étaient toujours à cet endroit et il croyait voir Thierenbach devant lui100. Il vint à Thierenbach, et c’est dans l’église, devant l’image miraculeuse de la Pietà, qu’il recouvra la raison et éprouva le désir d’être délivré des chaînes qu’il portait aux mains. Puis, il sortit de l’église, il demanda un morceau de pain aux enfants ; tout en le mangeant au soleil, il appuya avec la main sur la serrure, et, quoiqu’il l’eut à peine touchée, la serrure s’ouvrit instantanément. De peur qu’on ne lui remette les menottes, il les jeta dans le puits. Il ajoute que depuis ce moment, il a gardé toute sa raison101. Pour vérifier ses dires, la commission d’enquête procéda à la vidange du puits et, alors qu’il restait environ un mètre d’eau au fond, on vit les chaînes intactes et les deux serrures qui flottaient sur l’eau102.

  • 103 Ibid. : Zu Meymünster habe der Verstand etwas angefangen, zue Kientzheimb aber von den fueßschellen (...)

30Au cours de sa déposition, Georg Dieterle cite encore deux autres lieux de pèlerinage de la région : Mariastein, où il a accroché la chaîne qui lui entravait les pieds et dont il a été débarrassé miraculeusement, et Kientzheim, où il a perdu les fers qu’il avait aux pieds. Il raconte également qu’il a recouvré la raison progressivement : tout d’abord à Moyenmoutier, puis sa santé mentale s’est encore améliorée à Kientzheim et à Thierenbach103. Georg Dieterle semble être un miraculé en quatre temps.

31Finalement, au terme d’une longue enquête et conformément aux règles du Concile de Trente, l’évêché reconnaît formellement le fait et permet de faire exécuter un tableau représentant ce miracle. Sur ce tableau, aujourd’hui le plus ancien de la basilique, est représentée l’église gothique de Thierenbach, qui a précédé le sanctuaire baroque de Peter Thumb. On peut également y voir une chaire extérieure (cf. illustration).

Ill. 1 : Ex-voto offert par la ville de Soultz après la guérison de Georg Dieterle.

Ill. 1 : Ex-voto offert par la ville de Soultz après la guérison de Georg Dieterle.

Sur le cadre : Under deinen Schutz Unnd Schirm Fliehen wir O Heilige Gottes Gebährerin Unser Gebett Verachte Nicht in Unseren Nöthen. Die Statt Sultz Anno 1680 18 Octobris.

Photo M. Alexandre.

  • 104 ADHR 6H D 2.
  • 105 ADHR 6H D 2/2.
  • 106 GUTSCHER (Daniel), « Oberbüren », dans DUPEUX (Cécile), JEZLER (Peter), WIRTH (Jean) (dir.), Iconoc (...)
  • 107 BRUNEL (Pierre), LESER (Gérard), « Découverte d’ex-votos en fer en forme de crapaud à la basilique (...)
  • 108 BUCHINGER (Bernardin), Miracul Buch, Darin bey hundert und etlich achtzig herrliche Wunderzeichen b (...)
  • 109 RAPP (Francis), « La cathédrale de Strasbourg, sanctuaire de pèlerinage ? », dans : Bulletin de la (...)

32À la fin du 17e siècle, un autre miracle aurait eu lieu à Thierenbach. Il concerne dom Antoine Devillers, envoyé à Thierenbach « comme estant ailleurs inutile a cause d’un défaut de voix depuis dix ans et autres incommodités assés considerables, dont il plut au Seigneur l’en délivrer par l’intercession de la Mere de misericorde, patronne dudit Thierenbach »104. Les miracles se poursuivent tout au long du 18e siècle, comme en témoigne la description des ex-voto accrochés dans le sanctuaire : « les uns nous représentent des personnes qui se noyent dans les eaux et [sont] délivrées miraculeusement par le secours de la mère de Dieu, d’autres des enfants morts-nés et qui sont ressuscités et après ont été baptisés et vescu longtemps après cette faveur que la Sainte Vierge leur avoit obtenu ; c’est ce qui est arrivé à l’enfant du jardinier de Monsieur le Comte de Rose[n] en 1718. Il fut apporté mort et desja tout noir a Thirbach, mit devant l’image de la Sainte Vierge ou il reçut la vie, fut baptisé et a vescu deux ans apres. [Les autres tableaux] nous représentent des personnes ou brisées par leur chute du haut de la maison ou de quelque grand arbre, ou accablées sous de gros bois et deslivrées miraculeusement au moment [où] elles se sont recommandées a Notre Dame de Thirbach105 ». Cette description nous montre que la Vierge de Thierenbach est le recours universel, celle à laquelle on fait appel lors de tous les coups durs de l’existence. Elle nous révèle également que Thierenbach était un sanctuaire à répit, un lieu où les enfants morts ressuscitaient pour pouvoir être baptisés et enterrés en terre chrétienne. Ces sanctuaires à répit étaient particulièrement répandus dans l’Ouest de l’Europe. La chapelle mariale d’Oberbüren près de Soleure avait une renommée internationale dans ce domaine. Lors des fouilles réalisées dans les années 1990, sont apparus les restes des squelettes de 250 petits enfants, parmi lesquels de très petits foetus106. Les fouilles réalisées à Thierenbach en 1983 n’ont pas livré de squelettes d’enfant ou de foetus, mais elles ont mis au jour des ex-voto, en forme l’un de cœur, un autre d’anneau et un troisième de crapaud. Généralement, le crapaud est le symbole de la matrice féminine. Cet ex-voto a très probablement été déposé à Thierenbach par une femme malade de l’utérus ou qui espérait une grossesse ou un accouchement sans problèmes107. Parmi les nombreux champs d’intervention de la Vierge, on relève la délivrance des prisonniers. Sur les images de Marienthal, la Vierge est représentée avec un prisonnier. Dans le livre des miracles de la Vierge de Kientzheim, 10 % des 187 miracles répertoriés concernent la délivrance de captifs et 6 % la guérison de fous108. À Strasbourg, les miracles de la Vierge de la cathédrale commencent également par la libération d’un prisonnier109.

  • 110 AAEB A 94/95.
  • 111 ADHR 6H D 1-3.

33À Thierenbach, le miracle qui avait délivré Georg Dieterle de sa folie dans les années 1670, et qui a conduit à la refondation du pèlerinage, peut être assimilé à la délivrance d’un prisonnier, puisque, comme tous les fous, Dieterle était enchaîné. À partir de cet événement, le pèlerinage prospère tout au long du 18e siècle. Une lettre de 1768 évoque « plus de deux mille tableaux de vœux » offerts à la Vierge de Thierenbach110. Dom Antoine Devillers, prieur en 1720, raconte que lors des processions des villes et villages environnants, il pouvait arriver qu’une véritable marée humaine formée de 5 à 6 000 personnes le même jour se retrouve à Thierenbach, où trois prêtres étaient journellement occupés à confesser et instruire le peuple111. Pour accueillir ces nombreux pèlerins, le chapitre général de Cluny décida de démolir l’ancien sanctuaire, trop petit et vétuste.

L’église de Thierenbach

  • 112 BRUNEL, Thierenbach (n. 44), p. 134-135 ; voir ci-dessus, n. 95.
  • 113 GASSER, Thierenbach, p. 201.
  • 114 CHARVIN, II, p. 149.
  • 115 AAEB A 94/95/1, pièce 8.
  • 116 ADHR 6H D 2.
  • 117 AM Soultz GG 2/1, éd. GASSER, Thierenbach, p. 29 : Anno 1513 obiit Othilia Stehelerin, quae dedit a (...)
  • 118 ADHR 6H D 2.
  • 119 BRUNEL, Thierenbach (n. 44), p. 133. Sur les seigneurs de Jungholtz, voir METZ, Jungholtz (n. 7).
  • 120 BRUNEL, Thierenbach (n. 44), p. 133.
  • 121 ADHR 6H D 2.
  • 122 DERWEIN (Herbert), Geschichte des christlichen Friedhofs, Frankfurt am Main, 1931, p. 67‑68. Un exe (...)

34Mais avant d’évoquer le sanctuaire actuel construit par Peter Thumb, évoquons ceux qui l’ont précédé, dont on peut se faire une idée grâce aux renseignements glanés dans les archives et lors des fouilles de 1983. Ces dernières n’ont trouvé aucune trace certaine d’une église antérieure au 12e siècle112. Les fragments de sculpture romane insérés dans le mur Sud de l’église actuelle proviennent probablement de l’ancien couvent113. En 1300, d’après les visites de l’ordre, des travaux sont faits à l’église de Thierenbach pour un montant de 80 livres114. Le sanctuaire suivant, qui est très probablement celui du 15e siècle, est relativement bien connu grâce aux découvertes pendant la campagne de fouilles et aux descriptions qu’en ont faites les religieux au 18e siècle au moment de sa démolition. L’intérieur de l’église était mit tromen belegt aber nit vertäffelt115, plafonné, avec des poutres apparentes. L’abbé de Cluny Odilon, qui avait initié la célébration du Jour des morts, était représenté au fond de la chapelle avec ses successeurs. À ses pieds, on pouvait voir « de pauvres âmes du purgatoire qui imploraient leurs suffrages »116. Au-dessus était peinte l’Assomption de la Vierge. Il s’agit là d’une iconographie peu ordinaire. L’image miraculeuse se trouvait alors sur le maître-autel, avec celles de saint Benoît et de sainte Marguerite – il s’agit sans doute des statues qui sont dans la nef à l’heure actuelle. On ne sait rien du retable créé pour l’autel principal vers 1513, à une époque où la production de retables battait son plein117. Le pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle qu’avaient fait Jacob Waldner, le fondateur de la confrérie, et son fermier était également représenté dans l’église, de même que saint Jacques prêchant au peuple et faisant des miracles. Près de la sacristie, il y avait un petit escalier dans la muraille pour monter au dortoir, configuration classique dans les églises monastiques. Le cimetière autour de l’église était entouré d’un mur118. Mais, comme il était normal et fréquent à cette époque, on pouvait également se faire enterrer à l’intérieur de l’église. Les fouilles de 1983 ont mis au jour la pierre tumulaire d’un membre de la famille de Hungerstein, datée du 14e siècle, et celle d’un noble de Schauenburg, d’une famille qui possédait la seigneurie de Jungholtz depuis le 15e siècle119. Actuellement ces dalles sont exposées sur la face externe du bas-côté sud. Les fouilles ont encore révélé l’existence d’un caveau souterrain de plan rectangulaire, voûté en berceau120. Il était destiné à recevoir, face au portail d’entrée, les corps des séculiers jugés suffisamment dignes ou importants pour pouvoir reposer dans l’église. Les moines, eux, reposent face au maître-autel et au chœur. Ces deux caveaux, dont l’emplacement est marqué dans le dallage actuel de la nef principale, sont cités dans les archives avec la mention suivante : « l’un et l’autre se bouche dans la terre par de grosses briques, afin que l’odeur ne puisse point se répandre dans l’église »121. Il s’agit là d’un problème classique dans les églises à cette époque : on se plaint parfois que des gens se sentent mal à cause des odeurs dégagées par les corps en putréfaction122.

Ill. 2 : Bas-relief roman provenant des anciens bâtiments conventuels.

Ill. 2 : Bas-relief roman provenant des anciens bâtiments conventuels.

Photo de l’auteur.

  • 123 ADHR 158J 351-352 : […] ist dryer sargstein wyt.

35L’acte de fondation de la confrérie, en 1506, mentionne l’autel de Sainte-Marguerite, dont elle assume l’ornementation. Aujourd’hui encore, une statue de sainte Marguerite est exposée dans la nef de la basilique. C’est sans doute devant cet autel que se trouvait le caveau collectif de la confrérie, dans lequel les confrères pouvaient se faire enterrer. Mais comme il n’avait que « la largeur de trois pierres tombales »123, il faut croire que tous ne cherchaient pas à profiter de ce privilège.

  • 124 AAEB A 94/95, pièce 8 : […] bei Eröffnung der Kirch [kam] uns solcher Geschmackh, Dunst und Dampf e (...)
  • 125 Ibidem : das Kloster Türmlein neiget sich, als wollte es umfallen.

36D’après un rapport fait par les autorités épiscopales en 1625, l’état de cette église et des bâtiments laisse à désirer. Les termes employés par le visiteur envoyé par l’évêque de Bâle sont éloquents : « En ouvrant l’église, nous avons été saisis par la puanteur et les émanations qui en provenaient. Tout sentait le moisi »124. L’état des autres bâtiments n’est guère plus reluisant : « le clocheton du couvent penche comme s’il voulait s’effondrer », un autre bâtiment est décrit comme un antre infect, eine verwüst Spelunca125. Il n’est donc nullement étonnant qu’un demi-siècle plus tard, après la guerre de Trente Ans, tout soit à reconstruire.

  • 126 AAEB A 94/95, pièce 31 : « Sur la fin du siècle passé, Thierenbach, par le ravage causé par les gue (...)
  • 127 ADHR 6H D 2.
  • 128 Vas aDMIrabILe opVs eXCeLsI.
  • 129 ADHR 6H B 1 : contrat passé en 1719 par Dom Estienne Reinauld, prieur, et Dom Pierre Louis, procure (...)
  • 130 ADHR 6H B 1.

37Après la guerre de Trente Ans, le prieuré de Thierenbach est confié à des administrateurs126. Les religieux de Cluny y reviennent en 1692/1697 et s’attaquent à la réédification des bâtiments conventuels dans des conditions plus que difficiles : « la face du côté de l’Orient [= façade d’entrée] fut entierement bastye dans un an par le soin et les peines de deux religieux, nonobstant les travers et très grandes contradictions qu’ils eurent à soutenir. On auroit dit que l’enfer estoit deschainé pour renverser leur entreprise, car quelques jours avant que l’on devoit mettre la ramure [la charpente], il commencea a pleuvoir avec tant de force pendant trois semaines, il s’y éleva un ouragan si violent que toutes les murailles, humectées par les pluies continuelles que les vents impétueux poussoient contre, que le jour de St. Odon toutes les grandes murailles tombèrent, de sorte que ce ne fut plus qu’un tas de bois et de pierres »127. Courageusement, les moines se remettent au travail, et en 1717 les bâtiments conventuels sont achevés et accueillent neuf religieux. Cette même année, on pose la première pierre de la nouvelle église, qui est achevée six ans plus tard. Le chronogramme, encore visible aujourd’hui au fronton de l’église, indique la date de 1723128. Le maître d’œuvre est un homme aujourd’hui célèbre : Peter Thumb, originaire du Bregenzerwald, dans le Vorarlberg129. Il est alors au début de sa carrière, qui sera brillante. Il sera, entre autres, l’architecte d’Ebersmünster et de Birnau, au bord du lac de Constance. Le contrat qu’il passe en 1719 avec les religieux de Thierenbach est en allemand, et il est dit qu’il a été traduit en français pour que les religieux le comprennent. Mais la légende des plans qui l’accompagnent est en français. Il semblerait donc que ces plans, qui sont datés de 1714 et de 1716, aient été remis à Thumb par les moines, donc qu’ici il n’ait été qu’un exécutant, l’entrepreneur mais non l’architecte. Les religieux lui promettent 6 500 livres tournois, et aussi de le loger et de le nourrir, lui et son cheval, aussi souvent qu’il viendra à Thierenbach – ce qui implique qu’il n’était pas constamment sur place. À ses ouvriers, les moines promettent de fournir tous les outils (sauf les marteaux et les truelles), deux lits (pas plus !) et un emplacement pour faire la cuisine, mais ils devront construire leur four eux-mêmes130.

  • 131 ADHR 6H B.
  • 132 ADHR 6H D 2 : « En 1733, … Dom Etienne Regnauld a obtenu permission du Magistrat de Sultz de faire (...)
  • 133 GASSER, Thierenbach, p. 128-129.

38C’est une église-halle que Peter Thumb érige à Thierenbach, c’est-à-dire que les collatéraux sont aussi élevés que la nef principale, ce qui permet de couvrir l’ensemble d’une seule toiture. C’est là un parti que les maîtres du Vorarlberg n’ont que rarement adopté, et qu’on ne rencontre guère dans la région du Rhin supérieur, et notamment en Alsace. En revanche, en Franche-Comté, on construit des églises de ce type depuis le 17e siècle. Or ce sont des clunisiens francs-comtois qui ont repris possession de Thierenbach en 1692. Ces éléments expliquent l’originalité du parti. La construction d’un clocher était également prévue d’après les plans conservés131. On sait même qu’en 1733, le prieur de Thierenbach obtient du Magistrat de Soultz l’autorisation d’ouvrir une carrière au lieu-dit Erlenbach pour bâtir le clocher132. Les pierres sont effectivement voiturées à Thierenbach, mais le clocher n’est pas édifié, en raison des difficultés financières du couvent – et malgré l’esprit d’abnégation d’un prieur (1765-1771), qui avait calculé que si lui et tous les religieux s’abstenaient de boire leur pot de vin quotidien, on pourrait économiser le prix d’un petit clocheton en bois en un peu plus de neuf mois. Mais cette idée ne plut nullement aux religieux, si bien que le prieur, « pour le bien de la paix », préféra résilier le marché qu’il avait déjà passé pour son clocheton133. Il faudra attendre 1932 pour que la basilique soit dotée d’un clocher.

L’école du prieuré

  • 134 ADHR 6H E 1-2.
  • 135 ADHR 6H E 1-2 : « Antoni Charbonnier, à qui l’on a enseigné à lire et à écrire », est demeuré un mo (...)
  • 136 ADHR 6H E 1-2.
  • 137 ADHR 6H E 3.
  • 138 BOEHLER (Jean-Michel), Une société rurale en milieu rhénan. La paysannerie de la plaine d’Alsace (1 (...)
  • 139 GASSER (Auguste), « La ville et le bailliage de Soultz », Revue d’Alsace 49, 1899, p. 70‑72.
  • 140 ADHR 6H E 1-2.
  • 141 ADHR 6H E 1-2. Dans plus de la moitié des cas, nous n’avons aucune indication quant au lieu de rési (...)

39Dans ce prieuré rénové, les religieux tiennent également une école, qui semble avoir été florissante au 18e siècle. D’après les livres de comptes, c’est dès leur retour à la fin du 17e siècle que les religieux accueillent des élèves : en 1693, ils touchent 18 livres pour la pension du fils de maître Bachelard134. Que leur enseigne-t-on ? Evidemment les apprentissages de base, lire et écrire135, mais au fil du temps, les pensionnaires de Thierenbach bénéficient d’un enseignement plus complet. En 1730, la langue française, l’arithmétique et le chant d’Église sont enseignés par un frère convers136. En 1746, il y a à Thierenbach « trois ou quatre jeunes allemans pensionnaires qu’on forme aux belles lettres et à la langue française »137. L’allusion à l’enseignement du français à Thierenbach mérite d’être relevée. En effet, à cette époque, « l’enseignement élémentaire est exclusivement dispensé en allemand dans les villages : pas un mot de français n’est prononcé en classe un siècle encore après le rattachement de l’Alsace à la France. En 1789 encore, l’allemand est seul enseigné dans sept écoles rurales sur dix en Haute Alsace. Seules des petites villes comme Thann, Guebwiller et Kaysersberg abritent des écoles françaises »138. À Soultz, il faut attendre 1794 pour voir apparaître un instituteur pour la langue française139. Les religieux de Thierenbach, qui maîtrisent parfaitement le français, car ils sont en partie originaires de Franche-Comté, sont donc bien placés pour enseigner leur langue maternelle. Il ne faut donc pas s’étonner si leur école draine de nombreux élèves des villages et même des villes alentours : Soultz, Guebwiller, Issenheim, Ungersheim, Rouffach, Wattwiller, Wittenheim, etc. – mais aussi du Sundgau : Habsheim, Dietwiller et Waltenheim, et même de plus loin. Il y a plusieurs élèves originaires du Doubs140. L’examen de la carte (ill. 3) révèle que la quasi-totalité des élèves du prieuré dont les sources révèlent l’origine géographique se recrute au Sud de Thierenbach, dans l’aire d’influence de Cluny. Pour la majeure partie d’entre eux, la distance entre le domicile familial et Thierenbach n’excède pas une soixantaine de kilomètres. Il y a néanmoins des exceptions : à deux reprises, on relève dans les comptes la mention « de deux escoliers du Comté », sans précisions supplémentaires, d’un autre originaire de Dole et d’un élève de Sancey dans le Doubs141.

Ill. 3 : Origine des élèves de l’école de Thierenbach

Ill. 3 : Origine des élèves de l’école de Thierenbach

Cartographie Jean-Marie Holderbach.

  • 142 BOEHLER, Paysannerie, II, p. 1874.

40Ce qui mérite également d’être relevé dans l’enseignement dispensé à Thierenbach, c’est l’arithmétique. En effet, d’après l’enquête rétrospective de l’an IX, qui concerne la quasi-totalité des 52 communes de la plaine de Haute-Alsace, le calcul ou l’arithmétique sont enseignés dans moins de 10 % des écoles142. Avec le français et l’arithmétique, Thierenbach propose donc un programme d’études bien plus développé que les écoles communales à l’époque.

  • 143 ADHR 6H E 1-2.

41Malgré leur proximité géographique, les relations entre les religieux qui enseignent à Thierenbach et le maître d’école de Soultz semblent n’avoir été nullement concurrentielles, mais plutôt amicales. En effet, à plusieurs reprises, on trouve mention dans le livre des dépenses d’une somme de 1 livre 13 sous donnée au maître d’école de Soultz parce qu’il est venu souhaiter la bonne année aux religieux de Thierenbach143.

  • 144 ADHR 6H E 1-2.

42La durée de résidence des élèves au prieuré est extrêmement variable, de trois semaines à deux ans. Les rares indications que nous possédons au sujet des élèves semblent indiquer des origines sociales très variées. Il y a d’une part le fils du prévôt de Wattwiller, le fils du notaire Reichstetter de Guebwiller, et celui de M. de Landenberg, noble de Soultz, et d’autre part un petit garçon de la verrerie, probablement de la Glashütte au-dessus de Rimbach144.

  • 145 ADHR 6H E 3.
  • 146 ADHR 6H E 3.

43Pour régler leurs frais de pension, les élèves peuvent payer en argent ou en nature. En 1725, l’un d’entre eux verse 40 mesures de froment pour son séjour et les frais de scolarité à Thierenbach145. Lorsque la situation financière de l’élève est trop délicate, il arrive même aux religieux de lui faire grâce des frais d’hébergement. Un état de 1711 cite « deux petits écoliers dont l’un paye pension et l’autre est nourri par charité »146.

  • 147 ADHR 6H E 1-2 : en août 1703, Monsieur Mauris est cité. Apparaissent encore dans les comptes frère (...)
  • 148 CHARVIN, IX, p. 32.
  • 149 CHARVIN, VII, p. 3.

44L’école du prieuré accueille aussi des adultes, qui peuvent être des laïcs, mais le plus souvent il s’agit de religieux147. En effet, en 1750, le prieuré de Thierenbach est désigné comme maison de noviciat148. On peut donc supposer que le prieuré dispense également un enseignement réservé aux novices. Cette hypothèse est conforme à l’Assemblée de l’Ordre de 1600, où il fut décidé que « les abbayes et prieurés conventuels étaient tenus d’avoir un maître de grammaire chargé de la formation intellectuelle des jeunes religieux »149.

  • 150 MULLER (Claude), « L’expansion de l’ordre de Saint-Augustin en Alsace au 18e siècle », Archives de (...)

45L’exemple du prieuré clunisien de Thierenbach permet de mettre en lumière le rôle des religieux de cet ordre dans l’enseignement à l’époque moderne. Ils partageaient cette vaste tâche avec d’autres ordres, comme les Augustins et les Jésuites150.

  • 151 GASSER, Thierenbach, p. 181.
  • 152 SCHLUND (Bertrand), « L’ex-voto de 1797 et la procession votive de Wattwiller à Thierenbach », Annu (...)
  • 153 Il porte l’inscription : Diese Taffel hat die Gemeind von Wattwiller versproche (sic) Zu Ehren der (...)

46L’école du prieuré fonctionne jusqu’à la Révolution, qui entraîne également la fin du prieuré bénédictin – mais non celle du pèlerinage, qui continue à être fréquenté même pendant la Révolution –. En effet, en 1794, on trouve 28 livres d’offrandes dans le tronc de l’église, un peu plus l’année suivante151. En 1797, la communauté de Wattwiller se rend en procession à Thierenbach, sans croix ni bannières. Ce faisant, elle brave l’interdiction des autorités révolutionnaires, qui avaient défendu les processions le 9 novembre 1791. L’ex-voto offert par les habitants de Wattwiller à cette occasion rappelle que par leur démarche, ils espéraient obtenir de la Vierge de Thierenbach qu’elle les protège ainsi que leur bétail152. Ce tableau est encore visible aujourd’hui dans la basilique153.

Conclusion

  • 154 MULLER (Claude), « Les Clunisiens de Thierenbach en 1790 », dans Annuaire de la Société d’Histoire (...)

47En conclusion, il faut souligner que l’histoire de Thierenbach est à la fois celle d’un prieuré clunisien et celle d’un pèlerinage marial. Il faut d’ailleurs noter que les trois plus grands pèlerinages actuels en Alsace, Sainte-Odile, Marienthal et Thierenbach, remontent tous à un monastère. Pèlerinage et prieuré sont liés, mais leur histoire obéit à des rythmes différents et leur destinée n’est pas la même. Celle du prieuré n’est pas originale : il est fondé au 12e siècle, il est en décadence dès le 13e et, en simplifiant, jusqu’au 17e siècle ; il connaît au 18e un modeste renouveau, auquel la Révolution met définitivement fin154. On pourrait résumer dans les mêmes termes l’histoire de bien d’autres maisons bénédictines en Alsace.

48L’histoire du pèlerinage débute beaucoup plus tard, sans doute au 15e siècle. D’après le peu qu’on en sait, il connaît tout de suite un certain succès, qui semble se maintenir au 16e siècle. Les guerres du 17e siècle l’affectent évidemment, mais il redémarre dès les années 1670 et se maintient jusqu’à nos jours, à peine interrompu par la Révolution et nullement freiné par la disparition du prieuré. Au contraire, c’est aux 19e et 20e siècles qu’il devient le plus grand pèlerinage marial de Haute-Alsace.

  • 155 Panneau historique dans l’église de Thierenbach. ADHR 6H D 3 (18e s.), « Mémoire pour la fondation (...)
  • 156 CLEMENTZ, Nahwallfahrten (n. 87), p. 115.

49Le simple fait que Thierenbach s’est hissé au premier rang, donc qu’il a surclassé d’autres pèlerinages, montre qu’il y a entre eux une concurrence objective, qui conduit chacun à faire en quelque sorte sa publicité. Dans ce contexte, un argument souvent mis en avant – même si ce n’est sûrement pas celui auquel les pèlerins sont le plus sensibles – est l’histoire : plus un pèlerinage est ancien, plus il est légitime et vénérable. D’où la tentation de faire remonter Thierenbach à l’an 900 ou même 730155, bien entendu sans l’ombre d’une preuve, ni même d’un indice. La réalité semble plus modeste. Le pèlerinage de Thierenbach n’apparaît dans les sources que plus d’un siècle après celui de Marienthal. Par ailleurs, tout indique que Thierenbach n’était qu’un petit pèlerinage, au rayonnement étroitement régional. Aucune comparaison avec Saint-Thiébaut de Thann, qui, au Moyen Âge, attirait de nombreux pèlerins de tout le nord de l’Europe. Mais le pèlerinage de Thann a disparu depuis longtemps, alors que celui de Thierenbach est toujours vivace. Comment expliquer ce succès ? À première vue, Thierenbach n’avait guère d’atouts : un très modeste prieuré à l’écart des grands axes, desservi par une poignée de moines, dont la majorité, francophone, parlait sans doute mal la langue de la population. En revanche, son site en lisière de la forêt, voire dans les bois, était sans doute un avantage. En effet, en 1503, l’évêque de Bâle demande aux curés de son diocèse de lui signaler les nouveaux pèlerinages qui apparaissent spontanément, « comme on sait, en des lieux retirés dans les montagnes et les forêts »156. C’est donc dans des sites comme celui de Thierenbach que les hommes de la fin du Moyen Âge recherchaient volontiers le sacré. Mais ensuite, qu’est-ce qui a permis à ce pèlerinage de résister aux guerres du 17e siècle, à la Révolution et à la crise actuelle de l’Église catholique ? Même si le rôle de certaines personnalités est important – peut-être Dom Devillers autour de 1700, en tout cas le curé Beyer de 1912 à 1950 – il faut bien avouer que les ressorts décisifs de l’essor du pèlerinage de Thierenbach nous échappent encore.

Haut de page

Bibliographie

CHARVIN : CHARVIN (Dom Gaston), Statuts, chapitres généraux et visites de l’Ordre de Cluny, 9 vol., 1965-1982.

GASSER, Thierenbach : GASSER (Auguste), Le pèlerinage de Thierenbach, Thann, 1925 (tiré-à-part de la Revue d’Alsace 69, 1922, p. 49-69, p. 89-104, p. 290-321, p. 351-366, p. 433-448, de la Revue d’Alsace 70, 1923, p. 17-32, p. 119-138 et de la Revue d’Alsace 71, 1924, p. 114-133, p. 247-255, p. 304-336, p. 424-443, p. 502-524).

GILOMEN, St. Alban : GILOMEN (Hans-Jörg), Die Grundherrschaft des Basler Cluniazenser-Priorates St. Alban im Mittelalter, Basel, 1977.

LAMKE, Cluniacenser : LAMKE (Florian), Cluniacenser am Oberrhein. Konfliktlösungen und adlige Gruppenbildung in der Zeit des Investiturstreits (Forschungen zur Oberrheinischen Landesgeschichte 54), Freiburg-München, 2009.

LEGL : LEGL (Frank), Studien zur Geschichte der Grafen von Dagsburg-Egisheim (Veröffentlichungen der Kommission für saarländische Landesgeschichte & Volksforschung, 31), 1998.

TROUILLAT : TROUILLAT (Jules), éd., Monuments de l’histoire de l’ancien évêché de Bâle, 5 vol. 1852-67.

WILSDORF, Ferrette : WILSDORF (Christian), Histoire des comtes de Ferrette (1105-1324), Riedisheim, 1991.

Haut de page

Annexe

Sigles et titres abrégés

AAEB : Archives de l’ancien évêché de Bâle à Porrentruy

ADHR : Archives départementales du Haut-Rhin

AM : Archives municipales

StAB : Staatsarchiv des Kantons Basel-Stadt

Remerciements

Je remercie M. Alexandre et le père Koehler, ancien recteur de Thierenbach, pour la mise à disposition de la photo de l’ex-voto de 1680, M. Pierre Brunel pour ses informations sur les fouilles, Jean-Marie Holderbach pour la carte des origines des élèves du prieuré et Bernhard Metz pour sa relecture critique du manuscrit.

Haut de page

Notes

1 PACAUT (Marcel), Les ordres monastiques et religieux au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 85. WOLLASCH (Joachim), Cluny – « Licht der Welt », 1ère édition 1996, 2e édition 2001, p. 19‑29.

2 PACAUT, Ordres monastiques (n. 1), p. 81.

3 LAMKE, Cluniacenser, p. 273-389.

4 LAMKE, Cluniacenser, p. 391-416.

5 LAMKE, Cluniacenser, p. 367.

6 ADHR 6H D/2 (18e s.) : « … il ne se trouve … aucun papier ny tiltre ancien, ayant esté esgarés ou perdu ou brulés, surtout quand St Mont fut brulé ». Le Saint-Mont est au-dessus de Remiremont.

7 GASSER, Thierenbach, p. 21-28. On trouvera la référence de ces documents ci-dessous, n. 9, 13, 15, 18, 20 et 21. WENTZCKE (Paul), Regesten der Bischöfe von Straßburg, I, 1908, no453 & 476, avait déjà mis en garde contre deux d’entre eux, mais Gasser n’en a tenu aucun compte. Depuis, le premier à avoir porté un regard critique sur les origines de Thierenbach est METZ (Bernhard), « Jungholtz au Moyen Âge », Les Amis du Vieux Soultz, 76-77, 2000, p. 63‑77, ici p. 65 n. 17. Il n’a malheureusement pas été suivi par † MATHIS (Marcel) et BORNERT (René), « Prieuré Notre-Dame de Thierenbach », in : BORNERT (René), Les monastères d’Alsace, IV, 2010, p. 250-282, qui, en ce qui concerne les origines, en sont restés à Gasser.

8 GASSER, Thierenbach, p. 30-31.

9 ADHR 6H D3 : copie du 15e siècle, au verso du fo 205 d’un missel incunable de Cluny, du texte de 1135 et de la lettre de Pierre le Vénérable. GASSER, Thierenbach, p. 25, la date à tort du 14e siècle. ADHR 6H D2 et AM Soultz GG 1/4, GG 2/1, GG 4/15-16 : copies et traductions du 18e siècle de ces mêmes sources et des voeux de Soultz et Rouffach. ADHR 3G évêché de Strasbourg 58/22/1A : copie du 16e siècle d’une mauvaise traduction du 15e siècle d’une version interpolée, mais sans date, de la charte de 1135 et de la « charte de fondation » publiée par Grandidier (ci-dessous, n. 13), ici datée de 1138.

10 METZ, Jungholtz (n. 7), p. 63-65.

11 WIEGAND (Wilhelm), éd., Urkundenbuch der Stadt Strassburg, I, 1879, p. 114 no139.

12 SCHOEPFLIN (Johann Daniel), éd., Alsatia … Diplomatica, I, 1772, p. 193 no244 ; WENTZCKE, Regesten (n. 7), I, no401.

13 GRANDIDIER (Philippe-André), Histoire ecclésiastique, militaire, civile et littéraire de la province d’Alsace, 1787, II, p. 280 no620 ; aussi in : WÜRDTWEIN (Stephan Alexander), éd., Nova Subsidia Diplomatica, VII, 1786, p. 73 no27 ; rééd. in GASSER, Thierenbach, p. 21-22. La chronique de Berler a brûlé en 1870. – Mauvaise traduction allemande du 15e siècle d’une version interpolée de la même charte, ici datée de 1138 : ADHR 3G évêché de Strasbourg 58/22/1A (copie du 16e siècle).

14 LEGL, p. 75-76 et index sous Ulrich. MATHIS et BORNERT (n. 7), p. 251, voient en Ulrich le fondateur religieux, supérieur de la communauté.

15 GRANDIDIER, Alsace (n. 13), II, p. 289 no632, d’après un cartulaire de Cluny et un parchemin fixé sur l’autel Notre-Dame de Thierenbach ; aussi in : WÜRDTWEIN, Nova Subsidia (n. 13) VII, p. 95 no35 ; rééd. in : GASSER, Thierenbach, p. 25. WENTZCKE, Regesten (n. 7), I, no453 (« ob echt? ») ; STEINACKER (Harald), Regesta Habsburgica, I, 1905, no43 (« etwas auffällig »). Mauvaise traduction du 15e siècle d’une version interpolée, mais sans date, de la même charte : ADHR 3G évêché de Strasbourg 58/22/1A (copie du 16e siècle).

16 Hasenburg est le nom allemand d’Asuel, château et village de l’Ajoie, siège d’une famille baroniale, sur laquelle cf. TROUILLAT (index) et PRONGUE (Jean-Paul), « Les seigneurs d’Asuel, un lignage ajoulot au Moyen Âge », in : Actes de la société jurassienne d’émulation, 1996, p. 229‑290. Les Asuel n’ont jamais été landgraves et aucun d’eux ne se prénomme Werner.

17 STEINACKER (Harald), Regesta Habsburgica, I, 1905, no38-39, 69-70. NUSS (Philippe), Les regestes des comtes de Habsbourg en Alsace avant 1273, 2005, p. 110 no61 ; p. 112 no63, p. 133 no83b. – Le premier à avoir estimé qu’il fallait comprendre Habsburg plutôt que Hasenburg est Grandidier. À sa manière habituelle, il rectifie tacitement ce qu’il considère comme une erreur et imprime lantgravio de Habensburg. Mais la leçon Hasenburg est attestée par toutes les copies antérieures (ci-dessus, n. 9).

18 MARTENE (Edmond) et DURAND (Ursinus), Thesaurus novus anecdotorum I, 1717 (rééd. New-York, 1968), c. 395 ; rééd. in : GASSER, Thierenbach, p. 26-27. Mauvaise traduction du 15e siècle dans ADHR 3G évêché de Strasbourg 58/22/1A (copie du 16e siècle).

19 CONSTABLE (Giles), The letters of Peter the Venerable, 2 vol., Cambridge Massachusetts, 1967.

20 MARTENE et DURAND (n. 18), Thesaurus, I, c. 390 ; rééd. in : GASSER, Thierenbach, p. 25‑26.

21 WALTER (Theobald), éd., Urkundenbuch der Pfarrei Rufach, 1900, p. 2, no3 ; rééd. in : GASSER, Thierenbach, p. 27‑28. WENTZCKE, Regesten (n. 7), I, no476. L’impossibilité de la date n’a pas échappé à Grandidier, qui l’a éditée in : WÜRDTWEIN, Nova Subsidia (n. 13), VII, p. 114 no43. Il a résolu le problème à sa manière habituelle – en « corrigeant » cette date en 1139 ; MATHIS et BORNERT (n. 7), p. 278, s’y sont laissés prendre.

22 CHARVIN, I, p. 197. Memoriale de domibus quas tenet abbas de Luxiaco, videlicet Tyrebauc, Chauz et Oenne. Charvin identifie Luxiacum à Luxeuil, dont le nom latin est normalement Luxovium. Mais je n’ai pas trouvé de localisation plus plausible, Luxé et Lussac (Charente), qui ont en commun le nom latin de Lussiacum, n’étant que des prieurés.

23 Sur lui, cf. WILSDORF, Ferrette, p. 107 et p. 144‑146.

24 BRUEL (Alexandre), BERNARD (Auguste), Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, VI (1211-1300), Paris, 1903, p. 369‑370, no4 870. Merci à M. Wilsdorf, qui m’a signalé cette source.

25 WOLLASCH, Cluny (n. 1), p. 317-331.

26 LAMKE, Cluniacenser, p. 354-365.

27 LAMKE, Cluniacenser, p. 362. WALTER (Theobald), « Die Propstei Enschingen », dans : Jahrbuch für Geschichte, Sprache & Literatur in Elsaß-Lothringen 28, 1912, p. 33-81.

28 LAMKE, Cluniacenser, p. 355. GILOMEN (Hans-Jörg), St. Alban, p. 53 & passim.

29 LAMKE, Cluniacenser, p. 368-374. Il existe quatre documents relatant la fondation, dont deux au moins sont des faux.

30 Sur ce personnage, voir WILSDORF, Ferrette, p. 29-51.

31 LAMKE, Cluniacenser, p. 374-379.

32 WILSDORF, Ferrette, p. 41-43. LAMKE, Cluniacenser, p. 379.

33 Il n’y a aucune mention d’un couvent de femmes dans les rapports de visites (CHARVIN). En 1386, « Nesa de Thierbach, nonne de Rheinthal » (couvent de Cisterciennes à Müllheim/Brisgau), porte plainte contre Elsin Friburger et son mari devant le tribunal de Soultz pour une rente impayée, constituée il y a plus de 16 ans : TROUILLAT, IV, p. 793 (régeste). Que Nese possède une rente à Soultz rend très probable qu’elle ait été originaire de Thierenbach, mais il n’est pas dit qu’elle y ait été religieuse.

34 PARISSE (Michel), « Le prieuré de Schwarzenthann : Histoire et archéologie », dans : WEIS (Béatrice) et alii, Le codex Guta-Sintram, Strasbourg, 1983, p. 31-40, ici p. 37. GILOMEN-SCHENKEL (Elsanne), « Quellenkritische Anmerkungen zum Guta-Sintram Codex von 1154 und zum Marbacher Nekrolog von 1241 », Helvetia Sacra IV/2, p. 47-51.

35 TROUILLAT, III, p. 673 (1273) ; STINTZI (Paul), Oelenberg. 900 Jahre Geschichte der Abtei 1046-1954 (Alsatia monastica 4), Westmalle, 1962, p. 9 ; MATHIS (Marcel), « Les prieurés monastiques et canoniaux d’Alsace », dans : Archives de l’Église d’Alsace 49, 1991, p. 181 ; KREBS (Manfred), « Die Nekrologfragmente des Chorherrenstiftes Oelenberg », dans : Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins 92, 1940, p. 248.

36 MATHIS et BORNERT (n. 7), p. 95-104. PFLEGER (Luzian), « Das ehemalige Frauenkloster Mirmelberg bei Selz » dans : Straßburger Diözesanblatt 20, 1901, p. 419‑424.

37 Als. Dipl. (n. 12), I, p. 405 no543, date corrigée in : Regesten der Bischöfe von Strassburg II, 1928, no1 372.

38 DUBLED (Henri), « Note sur les chanoines réguliers de Goldbach », dans : Revue du Moyen Âge latin 8/1, 1952, p. 305-322.

39 GILOMEN-SCHENKEL (Elsanne), « Doppelklöster im Südwesten des Reiches », dans : PARISSE (Michel), ELM (Kaspar) (éd.), Doppelklöster und andere Formen der Symbiose männlicher und weiblicher Religiosen im Mittelalter (Berliner Historische Studien 18), 1992, p. 115-133, ici p. 117.

40 LEGL, Studien, p. 74-76.

41 LAMKE, Cluniacenser, p. 386-387. WILSDORF, Ferrette, p. 51 : lui-même sera enterré chez les Augustins d’Oelenberg.

42 LEGL, Studien, p. 62 et 197.

43 LEGL, Studien, p. 75 et p. 561-562.

44 BRUNEL (Pierre), « Thierenbach : un pèlerinage millénaire à la lumière de l’archéologie », dans : Annuaire de la société d’Histoire des régions de Thann-Guebwiller, 26, 1985-1987, p. 133‑136, ici 133.

45 LAMKE, Cluniacenser, p. 361.

46 allodium de Theirynbach, in quo edificata est domus (n. 11).

47 ADHR 6H D2.

48 METZ, Jungholtz (n. 7), p. 66-67.

49 TROUILLAT, I, p. 528 n° 354 (1233) ; Als. Dipl. (n. 12), I, p. 402 no537 = TROUILLAT, I, p. 582 no401 (1249), qui indique toutefois qu’un fief que Conrad von Jungholtz tient des Ferrette lui vient de sa mère. – Sur les Ferrette comme héritiers d’Ulrich d’Eguisheim, voir LEGL, p. 76, et WILSDORF, Ferrette, p. 59-60.

50 CHARVIN, I-IX.

51 CHARVIN, II, p. 149 : die sabbati sequenti, visitamus priorem de Tirembech, apud Novum Castrum, ubi venit ad nos (1300 III 19).

52 CHARVIN, II, p. 324 : domus est obligata in nonaginta libris, sicut dixit prior. Cetera sunt in bono statu (1312).

53 CHARVIN, II, p. 501 : domus de Tirenbat est in centum libris turonensium obligata (1323).

54 TROUILLAT, II, p. 390 et 402, n° 297 et 309. Sceau de Guido prior de Thierenbach : StAB S. Clara U 75 (1303 VI 10) et StAB Leonhard U 196 (1312 V 31). Il n’est pas exclu qu’il s’agisse de deux prieurs homonymes.

55 CHARVIN, II, p. 220. Bouclans est à 16 km à l’Est de Besançon.

56 TROUILLAT, IV, p. 664 (1355). Diesse à 10 km au Sud-Ouest de Bienne.

57 GÖLLER (Emil), Repertorium Germanicum I, Berlin, 1916, p. 125. Vendlincourt à 7 km au Nord-Est de Porrentruy.

58 Repert. Germ. (n. 57) I, p. 62 (1381) ; TROUILLAT, III, p. 530 no255 (1390). Il était économe de Sankt Alban en 1375 (GILOMEN, St. Alban, p. 380).

59 Bibliothèque nationale & universitaire de Strasbourg, Ms. 1769/1 f° 72r : bruder Hug Milet, probst zu Thierenbach (1399).

60 StAB, Sankt Leonhard U 706. Il y a une localité du nom de Brétigney à 13 km au Sud-Ouest de Montbéliard.

61 Arch. Dép. Bas-Rhin 140J 40 (1499 VIII 1). Chèvremont à 5 km à l’Est de Belfort.

62 GILOMEN, St. Alban, p. 293, p. 323, p. 375 : prieur de Thierenbach jusqu’en 1526, il quitte ensuite ce lieu mit win und hußrath pour Sankt-Alban, où il devient prieur ; chassé par la Réforme en 1529, il se replie d’abord à Biesheim, puis à Enschingen.

63 CHARVIN, II, p. 324.

64 CLOUZOT (Etienne), Pouillés des provinces de Besançon, de Tarentaise et de Vienne, Paris, 1940, p. 172 (Thierenbach et Murbach), p. 174 (Biesheim), p. 181 (Altkirch), p. 182 (Feldbach et Froidefontaine), p. 202 (Sankt-Alban).

65 CHARVIN, II, p. 114 : item, quia, ut asseritur, missam non celebravit idem prior decennium est elapsum … (1297 V 5).

66 CHARVIN, II, p. 136 : quia in domo de Tirembac est unus monachus non sacerdos, qui propter ignorantiam et illiteraturam non potest ordinari; illo remoto, remittatur ibi, loco illius, unus monachus sacerdos ; et quod prior dicte domus ad exhonerationem debitorum studiose et efficaciter intendat (1299 IV 10).

67 CHARVIN, II, p. 415 : … allemanus conversus domum de Tirembal, Basiliensis diocesis, per violentiam detineat occupatam nec velit in alique obedire … (1282 IV 19).

68 Il y avait peut-être des non-moines à Thierenbach.

69 CHARVIN, II, p. 205.

70 CHARVIN, II, p. 220 : est ibi monachus, Regnaldus de Bouclans nomine, qui irreligiose et indecenter discurrit per patriam, quasi girovagus huc et illuc, et specialiter per Bisuncium, transferando se sepe et sepius, in vituperium Ordinis, ad loca diffamata, prout nobis per priorem Vallis Cluse monstrari fecit archiepiscopus dicti loci, et quod nisi esset ob reverenciam Ordinis, ipsum capi fecisset, et retrudi in carcerem. Ibid. p. 248. Quia in domo de Thierenbach est quidam monachus, Renaudus de Bouclans nomine, qui furatus est tres calices argenteos et duas capas sericas, anno isto, abusus est etiam litteris apostolicis, et ille, privilegio Ordinis, quod vocatur non absque dolore cordis, est falsarius publicus, meritricator (!) manifestus, domino Abbati inobediens et Ordini, et multis aliis criminibus diffamatus ; diffiniunt diffinitores quod capiatur per camerarium, et mittatur apud Cluniacum perpetuo carceri mancipandus.

71 CHARVIN, II, p. 218 : domus de Thierembach regitur per quemdam militem qui, infra certum terminum, debet dictam domum reddere immunem ab omni honere debitorum, prout est actum inter dominum Abbatem et ipsum ; et recepit dictam domum dictus miles in trecentis libris parvorum turonensium obligatam, de quibus solvit medietatem et plus, prout dicit prior dicte domus, et residuum debitorum atterminatur, ita quod dicte domui de cetero predictum debitum non nocebit.

72 ADHR 10H 152/3, éd. TROUILLAT, II, p. 697-699 no528. GATRIO (André), Die Abtei Murbach im Elsaß, I, Strasbourg, 1895, p. 398-401.

73 Voir n. 52.

74 BM Colmar, Ms 400 fo 143v. ADHR 158J 351-352.

75 ADHR 158J 351-352. Les particuliers sont Conrad Schumacher, de Soultz, Anton Bub et Mathis Radner, tous deux de Wattwiller.

76 ADHR 158J 351-352 : […] er were zu sant Jacob gesin oder nit […].

77 ADHR 158J 355 : Los presentes portadores son quatro gentileshombres alemanes que por su devocion van a Santiago […].

78 ADHR 158J 351-352 : Were ouch sach das uber kurz oder lang yemant zu der bruderschafft willen gewunne […] und dorin begert, er sye frow oder man die der eren sint, den oder die sol man dorin entpfohen […] so sol yeglichs der bruderschafft geben ein pfund wachs, sollichs Gott dem allmechtigen siner wirdigen lieben Mutter Maria, dem lieben heiligen sant Jacob und allen heiligen zu lob und eren […] und ob yemant wider uß der bruderschafft wölt, sol ein pfund wachs zu abzug geben.

79 VINCENT (Catherine), Fiat Lux. Lumière et luminaires dans la vie religieuse du 13e au 16e siècle (Histoire religieuse de la France 24), Paris, 2004, p. 48 et p. 71-73.

80 VINCENT, Fiat Lux, p. 390.

81 ADHR 158J 351-352.

82 ADHR 158J 351-352 : Item so ist geordnet … das wir machen sollen einen luchter.

83 ADHR 158J 351-352 : Wenn auch einer under uns […] mit thod abgat […] so sollen wir in […] mit vier priestern bestatten mit einem gesungen selampt und vigilien und dry gesprochen messen […] und die priester so inn der bruderschafft sint sol yeglicher der selen nach sprechen ein selmeß unnd ein ley funffzehen Pater Noster und sovil Ave Maria betten.

84 ADHR 158J 351-352 : […] so begeren wir […] das alle jor uff den pfingst mentag ein jorgezit gehalten solle werden mit vier priestern und sollent zwey empter eins von der zit, das ander von den selen gesungen unnd die andern zwo messen gelesen in Unser Lieben Frauen Kirche zu Thierenbach.

85 ADHR 6H D2 : « Pour ce qui est du petit oratoire ou reposoit l’image de la Très Sainte Vierge, l’on dit que ce fut en l’an 900 qu’il fut fait et qu’il estoit desja fort fréquenté quand on basty le prieuré ».

86 RAPP (Francis), « Les pèlerinages dans la vie religieuse de l’Occident médiéval aux 14e et 15e siècles », dans : Les pèlerinages de l’antiquité biblique et classique à l’Occident médiéval, 1973, p. 117-160. La 2e partie de l’article porte le titre : Les pèlerinages multipliés, l’exemple du diocèse de Strasbourg.

87 CLEMENTZ (Elisabeth), « Die Nahwallfahrten im elsässischen Teil der Diözese Basel », dans : HERBERS (Claus) et RÜCKERT (Peter) (éd.), Pilgerheilige und ihre Memoria (Jakobus-Studien 19), Tübingen, 2012, p. 109-127, ici p. 113-114.

88 RAPP, Pèlerinages (n. 86), p. 141‑143.

89 CLEMENTZ, Nahwallfahrten (n. 87), p. 114 et s.

90 CLEMENTZ, Nahwallfahrten (n. 87), p. 114 et s.

91 BIERY (René), « Les enseignes de pèlerinage de St. Thiébaud », dans : Annuaire de la Société d’Histoire des régions de Thann-Guebwiller, 1, 1948-1950, p. 15-18. RÖPCKE (Andreas), « St. Theobald und die Wallfahrt nach Thann im Spätmittelalter », dans : HERBERS et RÜCKERT, Pilgerheilige (n. 87), p. 129-143 et tout particulièrement p. 139. Il existait aussi des insignes pour le pèlerinage de Dusenbach : ADHR E 2722 V, 1484, Ausgaben zum Bau, fo 15r : 1 gulden geben umb ein form zu Unser Frowen zeichen im Thussenbach. 10 1/2 ß geben dem munch her Diebolt vir bli, Unser Frowen zeychen zu giessen, und vir sin arbeit.

92 BRUNEL, Thierenbach (n. 44), p. 134.

93 GILOMEN, St Alban, p. 83, publie le montant de l’endettement de neuf prieurés clunisiens dans le dernier tiers du 13e siècle.

94 Région Alsace/Service de l’Inventaire et du Patrimoine, dossier de Jungholtz 5. – Depuis quand Thierenbach est-il dédié à la Vierge ? Dès l’origine, selon tous ses historiens, puisque la « charte de fondation » et les autres sources « du 12e s. » (voir n. 13, 15, 20-21) l’indiquent. Mais comme rien ne prouve que ces faux soient antérieurs au 15e siècle, le premier indice est le sceau du prieur Guido, qui le figure en prière aux pieds d’une Vierge à l’Enfant en buste : StAB St. Clara U 75 (1303). Néanmoins, rien ne donne à penser qu’il y ait eu un changement de vocable.

95 MATHIS et BORNERT (n. 7), p. 252, à la suite de GASSER (n. 7), p. 14, font remonter l’existence du pèlerinage au 12e siècle. Leur seul argument sont les indulgences que le pape Alexandre II aurait accordées à Thierenbach. Là aussi, le document qui nous est parvenu (AM Soultz GG 2/1, 17e siècle, éd. GASSER, p. 28) est plus que suspect. Par exemple, il ne précise pas de quel pape Alexandre il s’agit. Comme ces indulgences auraient été confirmées par Alexandre III et qu’Alexandre I a vécu au 2e siècle, il ne peut s’agir que d’Alexandre II (1061-73) ; c’est pourquoi Gasser, imitant en cela Grandidier (n. 17 et 21), qu’il admirait tant, « rectifie » la source qu’il édite en imprimant « Alexander Papa II ». Or PAULUS (Nikolaus), Geschichte des Ablasses im Mittelalter, I, Paderborn, 1922, p. 147-153, a montré que la plupart des indulgences du 11e siècle étaient fausses ; Alexandre II, en particulier, n’en a accordé qu’une dont l’authenticité soit assurée – à la cathédrale de Lucques, dont il a été évêque ! MATHIS & BORNERT, p. 252 et 271, invoquent aussi les fouilles de 1983 (n. 44) en faveur de l’existence d’un lieu de culte antérieur à l’église du 12e siècle. Mais les indices trouvés par Pierre Brunel (que je remercie de ses précisions) sont uniquement des moellons en réemploi, dont l’aspect rappelle ceux d’Ottmarsheim. On ne saurait fonder sur ce seul critère une datation tant soit peu précise. D’ailleurs, à supposer même que ces moellons aient bien été du 11e siècle, il resterait à prouver qu’ils ont été récupérés sur place et qu’ils proviennent bien d’une église. Par ailleurs, GASSER, Thierenbach, p. 36-37 cite également des procès-verbaux de visite de Cluny pour les années 1294, 1412 et 1505, non édités par CHARVIN.

96 WALTER, Pfarrei Rufach (n. 21), p. 133 no126 : vertzert uff dem crutzgang gen Dierenbach.

97 AAEB A 94/95/1, pièce 8 (1625 VII 29) : … die Wallfahrt sey noch in Schwung, viele leuth gehen noch dahin … Etliche bringen krùckhen.

98 Ibidem.

99 ADHR 6H D2.

100 ADHR 6H D1-3 : Ungefehr vor 9 Jahren, als er in seinem Noficiat bey den Vätteren Capuciner gewesen zue Sultz seye er etwas kleinmütig worden und wegen seiner Verruckung aus dem Orden gemüeßt. Zue Dornach an der Bruckhen erstlichen an den Füessen angeschmiedet worden, von welchem er miraculos erledigt worden, und selbe kötte [kette] beÿ Unser Lieben Frauen im Stein auffgehenckt seÿe, die handtschelle aber sey ihm zu Benweyer angeschmiedet worden. Er seye eine zeitlang im Tollstublin zu Rapoltschweyer, theils zue Benweyler angeschmidet gewesen und zweymahl nach Meyenmünster in Lotringen geführt worden. Es seye ihm alle Zeit gewesen, wan er nur uff Thürbach könnte, seine Gedankhen seyen allezeit dahin gestanden, und vermeint er sehe Thürbach vor ime.

101 Ibid. : Er seye gantz allein dahin gangen und in der kirch vor dem Vesperbildt sein Verstand bekommen, die litanÿ und Salve gesungen und gebetten ; in den gedanckhen, er zu Kientzheimb von den fußbanden erlediget worden, war ime dan ietzo, dass an den Händen geholffen würde, er wider arbeithen khönnte ; darüber hinaus gangen, von den kindern ein stuckh Brot begehrt, in der Sonne geessen und in sein Gedankhen von der rechten Handt mit dem Ysen auf das linke Schloss getruckht und wenig angerührt, seye dass schloss gleich auffgangen, und auf gleiche weiss auch das andere. Hab aus Forcht, man ime die Schellen wider anlegen möchte, die Schloss und Band in den Brunnen geworfen, habe auch seither seinen verstandt behalten […].

102 Ibid. : Der Brunnen zue Thurbach [wurde] ausgeschöpfft, die Band und Schlösser [sind] gesucht worden. Als nun beinahe noch halb mannshoch wasser, und zwar mit dem Schöpff Eymer, wegen grossen Stein und Höltzer, nicht auf den grund kommen können, da war wunder das in dem Schöpffer zu oberst uffm wasser das unversehrte bandt und entlich die beede schlösslin auch, so verschlossen wahren gefunden und auffgehalten worden.

103 Ibid. : Zu Meymünster habe der Verstand etwas angefangen, zue Kientzheimb aber von den fueßschellen, wie zue Thürbach von den handtschellen erlediget worden, sich auch der verstandt vermehrt, und allezeit sein gemüeth auff Thürbach gemuetet […].

104 ADHR 6H D 2.

105 ADHR 6H D 2/2.

106 GUTSCHER (Daniel), « Oberbüren », dans DUPEUX (Cécile), JEZLER (Peter), WIRTH (Jean) (dir.), Iconoclasme. Vie et mort de l’image médiévale, Paris, 2001, p. 252, no103.

107 BRUNEL (Pierre), LESER (Gérard), « Découverte d’ex-votos en fer en forme de crapaud à la basilique de Thierenbach (Haut-Rhin) », dans : Cahiers Alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire 39, 1996, p. 81‑87.

108 BUCHINGER (Bernardin), Miracul Buch, Darin bey hundert und etlich achtzig herrliche Wunderzeichen begriffen, die sich bey unser lieben Frawen Walfahrt zu Kienßheim im Elsaß in St. Regulae Kirchen daselbst vor Zeiten zugetragen, Porrentruy, 1662.

109 RAPP (Francis), « La cathédrale de Strasbourg, sanctuaire de pèlerinage ? », dans : Bulletin de la cathédrale de Strasbourg, 24, 2000, p. 131-138, ici p. 132.

110 AAEB A 94/95.

111 ADHR 6H D 1-3.

112 BRUNEL, Thierenbach (n. 44), p. 134-135 ; voir ci-dessus, n. 95.

113 GASSER, Thierenbach, p. 201.

114 CHARVIN, II, p. 149.

115 AAEB A 94/95/1, pièce 8.

116 ADHR 6H D 2.

117 AM Soultz GG 2/1, éd. GASSER, Thierenbach, p. 29 : Anno 1513 obiit Othilia Stehelerin, quae dedit ad structuram tabulae maioris altaris 5 libras … A.D. 1513, obiit … Petrus Schmucker, civis de Sultz, qui obtulit … 10 florenos, qui venerunt ad picturam tabulae maioris altaris.

118 ADHR 6H D 2.

119 BRUNEL, Thierenbach (n. 44), p. 133. Sur les seigneurs de Jungholtz, voir METZ, Jungholtz (n. 7).

120 BRUNEL, Thierenbach (n. 44), p. 133.

121 ADHR 6H D 2.

122 DERWEIN (Herbert), Geschichte des christlichen Friedhofs, Frankfurt am Main, 1931, p. 67‑68. Un exemple alsacien du début du 18e siècle : « mais il arriva contre espérance qu’ils [les corps] n’étoient pas bien consommés, et répandirent un peu de mauvaise odeur dans la chapelle [des Antonins à Strasbourg], que quelques dames délicates ne purent pas soutenir », AM Strasbourg, RP 165.

123 ADHR 158J 351-352 : […] ist dryer sargstein wyt.

124 AAEB A 94/95, pièce 8 : […] bei Eröffnung der Kirch [kam] uns solcher Geschmackh, Dunst und Dampf entgegen, das wir uns darob verwundert. Nuchtelet alles.

125 Ibidem : das Kloster Türmlein neiget sich, als wollte es umfallen.

126 AAEB A 94/95, pièce 31 : « Sur la fin du siècle passé, Thierenbach, par le ravage causé par les guerres dont cette province a été si longtemps le théâtre, avoit tombé dans un tel état de ruine qu’il n’y avoit qu’un ou deux religieux du St Mont, qui en qualité d’administrateur en faisait la desserte » (1768 III 23).

127 ADHR 6H D 2.

128 Vas aDMIrabILe opVs eXCeLsI.

129 ADHR 6H B 1 : contrat passé en 1719 par Dom Estienne Reinauld, prieur, et Dom Pierre Louis, procureur à Thierenbach, avec Meister Peter Thom, baw- und werckenmeister vom Bregentzer Waldt und Bezau gebürtig. Bezau est à l’Est de Dornbirn.

130 ADHR 6H B 1.

131 ADHR 6H B.

132 ADHR 6H D 2 : « En 1733, … Dom Etienne Regnauld a obtenu permission du Magistrat de Sultz de faire ouvrir une carrière au lieu-dit Erlebach pour bâtir un clocher ; il a fait la dépense d’environ 100 écus pour la faire ouvrir, et en tirer les pierres qui se voyent devant la neuve ménagerie [l’actuelle Ferme des Moines]. »

133 GASSER, Thierenbach, p. 128-129.

134 ADHR 6H E 1-2.

135 ADHR 6H E 1-2 : « Antoni Charbonnier, à qui l’on a enseigné à lire et à écrire », est demeuré un mois à Thierenbach en janvier 1701.

136 ADHR 6H E 1-2.

137 ADHR 6H E 3.

138 BOEHLER (Jean-Michel), Une société rurale en milieu rhénan. La paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), 2, Strasbourg, 1994, p. 1 879.

139 GASSER (Auguste), « La ville et le bailliage de Soultz », Revue d’Alsace 49, 1899, p. 70‑72.

140 ADHR 6H E 1-2.

141 ADHR 6H E 1-2. Dans plus de la moitié des cas, nous n’avons aucune indication quant au lieu de résidence des élèves. Sancey : nom de 3 localités à 16 km à l’Ouest/Nord-Ouest de Maîche.

142 BOEHLER, Paysannerie, II, p. 1874.

143 ADHR 6H E 1-2.

144 ADHR 6H E 1-2.

145 ADHR 6H E 3.

146 ADHR 6H E 3.

147 ADHR 6H E 1-2 : en août 1703, Monsieur Mauris est cité. Apparaissent encore dans les comptes frère Hugue, frère Ferdinand et frère Jacquinot, de Dole.

148 CHARVIN, IX, p. 32.

149 CHARVIN, VII, p. 3.

150 MULLER (Claude), « L’expansion de l’ordre de Saint-Augustin en Alsace au 18e siècle », Archives de l’Église d’Alsace, 43, 1984, p. 194‑197.

151 GASSER, Thierenbach, p. 181.

152 SCHLUND (Bertrand), « L’ex-voto de 1797 et la procession votive de Wattwiller à Thierenbach », Annuaire de la Société d’Histoire des régions de Thann-Guebwiller, 16, 1985-1987, p. 139-149.

153 Il porte l’inscription : Diese Taffel hat die Gemeind von Wattwiller versproche (sic) Zu Ehren der Heiligen Mutter Gottes, da mit Sieh unsre fürbitt Erhört und von der sucht uns und das Viech Gesund Erhaltet.

154 MULLER (Claude), « Les Clunisiens de Thierenbach en 1790 », dans Annuaire de la Société d’Histoire des régions de Thann-Guebwiller 16, 1985‑1987, p. 137‑138.

155 Panneau historique dans l’église de Thierenbach. ADHR 6H D 3 (18e s.), « Mémoire pour la fondation du monastère de Thierbach. Il doit son origine a une image miraculeuse de la très sainte Vierge, qui au huitième siècle estoit deja honoré par un concours de fidelles dans une chapelle dependante de la ville de Soultz ».

156 CLEMENTZ, Nahwallfahrten (n. 87), p. 115.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1 : Ex-voto offert par la ville de Soultz après la guérison de Georg Dieterle.
Légende Sur le cadre : Under deinen Schutz Unnd Schirm Fliehen wir O Heilige Gottes Gebährerin Unser Gebett Verachte Nicht in Unseren Nöthen. Die Statt Sultz Anno 1680 18 Octobris.
Crédits Photo M. Alexandre.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Ill. 2 : Bas-relief roman provenant des anciens bâtiments conventuels.
Crédits Photo de l’auteur.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Ill. 3 : Origine des élèves de l’école de Thierenbach
Crédits Cartographie Jean-Marie Holderbach.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Clementz, « Le prieuré clunisen de Thierenbach (12e - 18e siècles) et son pèlerinage », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 27-59.

Référence électronique

Élisabeth Clementz, « Le prieuré clunisen de Thierenbach (12e - 18e siècles) et son pèlerinage », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1609 ; DOI : 10.4000/alsace.1609

Haut de page

Auteur

Élisabeth Clementz

Maître de conférences d’histoire de l’Alsace à l’Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page