Navigation – Plan du site
L'atelier de l'historien

Le Pays d’art et d’histoire de la région de Guebwiller

Cécile Modanese
p. 339-350

Texte intégral

Un « Pays d’art et d’histoire »

1L’Alsace compte deux « Pays d’Art et d’Histoire », la région de Guebwiller, le Val d’Argent, et une « ville d’art et d’Histoire », Mulhouse. Cette appellation (ou label) est délivrée par le ministère de la Culture aux collectivités territoriales qui consentent à contracter avec lui dans le but de développer une politique culturelle et touristique active et coordonnée, centrée sur la mise en valeur de l’architecture, du patrimoine et du cadre de vie. Cette aide n’est pas seulement financière, en particulier pour la mise en place d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine, mais aussi programmatique, et se traduit par le texte de la convention qui énumère les objectifs du pays, mais aussi par les indications données pour la rédaction et la réalisation du projet scientifique et culturel qui fixe les grands axes et moments de l’animation du pays. Enfin, le « Pays d’art et d’histoire » dispose de la visibilité médiatique que lui accorde l’appellation et des liens qu’il a avec d’autres territoires labelisés : il bénéficie de leur expérience, communiquée au cours de nombreux stages et séminaires et lui apporte la sienne.

2La cheville ouvrière du « Pays d’art et d’histoire » est « l’animateur de l’architecture et du patrimoine ». Il est en charge des nombreuses missions qui incombent au « Pays d’art et d’histoire ». Historien, pédagogue, commissaire d’exposition, graphiste, guide, communiquant, chef de projet, fédérateur, l’animateur du patrimoine prend tour à tour les habits de diverses fonctions et de personnages. Ces rôles endossés jour après jour renouvellent sans cesse ce métier pour le rendre bien plus qu’attachant !

3Nous avons demandé à Cecile Roth-Modanese, auteur d’une maîtrise d’histoire sur « la conservation des ruines de châteaux-forts au XIXe siècle en Alsace (v. Revue d’Alsace 2007), animatrice du patrimoine du « Pays d’art et d’histoire de Guebwiller » de nous présenter ce « Pays d’art et d’histoire » et de décrire son travail. Ce faisant elle décline les différents éléments du « projet » de ce territoire attachant.

Présentation du territoire du Pays d’art et d’histoire de la région de Guebwiller

4Organisé autour de trois principales vallées : la vallée de la Lauch (Guebwiller), le val de Rimbach (aux pieds du Grand Ballon) et la vallée noble (Soultzmatt), le développement de la région de Guebwiller se fait sous le contrôle presque entier de deux grandes puissances ecclésiastiques : la Principauté de Murbach et l’Évêché de Strasbourg, possédant le Haut‑Mundat. À cette domination succède celle des grands industriels textiles après la Révolution Française. La désindustrialisation apparaissant après la Deuxième Guerre mondiale incite à une reconversion économique autour des services mais aussi du tourisme. Le label « Pays d’art et d’histoire » s’inscrit dans une volonté de développement d’un tourisme de qualité.

5Très tôt l’homme a été attiré par ce territoire. Il a progressivement asséché la plaine, zone anciennement humide, pour y permettre les cultures céréalières.

6Des fouilles archéologiques réalisées courant de l’été 2009 ont mis en évidence sur le ban communal de Soultz un bâtiment attribué au Néolithique ancien (5300-4900 av. J.-C.).

7Cette découverte archéologique faite à Soultz est d’une importance considérable, puisque la région de Guebwiller a participé à la première révolution de l’histoire : la révolution du néolithique qui inclut une première sédentarisation de l’homme, jusque-là nomade, ainsi que le début de l’agriculture.

8Différents habitats romains ont été identifiés par les historiens du XIXe siècle. Ils sont globalement situés en plaine (Issenheim, Hartmannswiller).

9Les vallées ne sont occupées que plus tardivement. Le « Florival » est l’autre nom de la vallée de la Lauch. Le terme, signifiant la vallée des fleurs, est employé pour la première fois au IXe siècle par un moine poète de l’abbaye de Murbach. Jusqu’au VIIIe siècle, ce val est uniquement peuplé d’ermites. Fondés au VIIIe siècle, les monastères de Murbach et Lautenbach (devenu chapitre au XIIe siècle) lui donnent ensuite progressivement vie et activités.

Brochure générale : « Laissez-vous conter le pays de Guebwiller »

Brochure générale : « Laissez-vous conter le pays de Guebwiller »

2007, page de garde

Pays d’art et d’histoire de la Région de Guebwiller.

10L’histoire médiévale de la région de Guebwiller s’écrit presque entièrement sous l’autorité des institutions religieuses, notamment de la puissante abbaye de Murbach, la plus importante et la plus prestigieuse d’Alsace. C’est elle qui fonde la ville de Guebwiller au XIIIe siècle.

11En 1249, l’évêque de Strasbourg fonde celle de Soultz. Avec le titre de ville, Soultz obtient sa juridiction propre, un bourgmestre (le maire), … Les villes se protègent ensuite avec un rempart, à l’intérieur duquel le tissu urbain se développe.

12La vigne est cultivée sur les collines sous-vosgiennes des environs de Guebwiller à partir du Moyen Âge sous l’impulsion de l’abbaye de Murbach. Elle est source de prospérité et cette économie perdure jusqu’à nos jours. Cette activité a marqué le paysage et le patrimoine, par le façonnage du piémont et la construction de belles demeures vigneronnes.

13Suite à la Révolution Française et à la vente comme biens nationaux des différentes propriétés ecclésiastiques, des bâtiments deviennent disponibles pour accueillir l’industrie textile naissante. La première industrie, une indiennerie (impression sur tissu) s’implante dans le château du prince-abbé de Murbach, nommé le château de la Neuenbourg. Plus d’une vingtaine d’établissements textiles s’installent dans le Florival au XIXe siècle, faisant de Guebwiller la deuxième ville industrielle d’Alsace après Mulhouse.

14Cette épopée industrielle, conditionnée par la présence de facteurs favorables, démographiques fonciers et hydrographiques a marqué le territoire du Pays d’art et d’histoire.

15Les bâtiments industriels ont adopté, selon les époques, différentes formes architecturales influencées par le volume des machines, l’organisation des flux au sein de l’industrie, et les sources d’énergie et ses transmissions. Cette période a complètement modifié l’aspect du territoire, par la construction d’usines, de logements ouvriers, et de la voie ferrée.

16Ce passé pluriséculaire a laissé d’importantes traces, tant bâties que paysagères sur notre territoire.

17Le territoire de la région de Guebwiller comprend 52 monuments classés ou inscrits en tant que Monument Historique, deux sites classés (loi de 1930). À ces bâtiments dotés de cette reconnaissance officielle, s’ajoutent de nombreux autres sites remarquables.

18L’objectif du Pays d’art et d’histoire est de valoriser l’ensemble de ces sites, par des actions de popularisation destinées aux habitants et aux touristes, aux jeunes et aux adultes, aux spécialistes, mais aussi au grand public.

19Pour l’ensemble de la politique de valorisation, le patrimoine est considéré dans son acception la plus large. Aux traditionnels châteaux forts et églises médiévales s’ajoute l’architecture industrielle et rurale, mais aussi le patrimoine dit « immatériel », plus difficilement perceptible car moins immédiatement visible. Il embrasse les expressions vivantes, les traditions ou savoir-faire que les communautés ont reçues de leurs ancêtres et transmettent à leurs descendants, souvent oralement.

Les actions de sensibilisation au patrimoine

20L’objectif du label Pays d’art et d’histoire est de faire connaître les richesses du territoire au plus grand nombre et d’y sensibiliser les habitants.

Les expositions

21Ainsi, des expositions voient le jour chaque année, abordant des thématiques variées et innovantes : « Au fil de l’industrie textile, un patrimoine insoupçonné », « Parcs et jardins de la région de Guebwiller, la culture d’un patrimoine florissant », « Laissez-vous conter la vie au Néolithique », et à venir « Laissez-vous transporter à travers les siècles ».

22Ces expositions, essentiellement fréquentées par le public local attirent plus d’un millier de personnes chaque année. Leur succès est grandissant, cet événement automnal devenant un rendez-vous pour les habitants du territoire et même au-delà.

23Ces expositions sont précédées de recherches, et sont accompagnées de cycles de visites sur le terrain, de conférences de spécialistes, d’ateliers pédagogiques et artistiques, et de publication d’un livret d’exposition et de livrets pour enfant.

24Véritables temps forts pour l’animation du patrimoine, elles déclinent la thématique de l’année et de la programmation du Pays d’art et d’histoire.

25Les thématiques sont définies par rapport aux actualités patrimoniales et culturelles, ou dans l’objectif d’approfondir les connaissances par rapport à un sujet particulier. Des partenariats sont alors établis avec des structures et associations sur lesquelles peut s’appuyer le Pays d’art et d’histoire, tels le Service Régional de l’Inventaire, le Pôle d’Archéologie Interdépartemental Rhénan, le Musée Théodore Deck et des Pays du Florival.

26Les associations locales, et notamment les sociétés d’histoire sont sollicitées de façon plus étroite. Certaines sont liées à la Communauté de Communes, porteuse du label « Pays d’art et d’histoire » par convention. Ce conventionnement impliquant un partenariat actif, la participation aux réunions de l’association ou la mise en place d’activités. La première convention a ainsi été signée en 2008 avec l’association Pro Hugstein. Elle a permis la mise en oeuvre d’un chantier de jeunes bénévoles, dont l’objectif était de libérer le château de sa végétation, en appui du travail réalisé par les services techniques des communes propriétaires, Buhl et Guebwiller. Ce chantier s’est tenu depuis trois ans au château du Hugstein. Plus qu’une opération technique de débroussaillage pure, il s’agit essentiellement de sensibiliser ces lycéens au patrimoine qui les entoure et de faire d’eux des ambassadeurs de sa sauvegarde.

Visites thématiques

27Les actions de sensibilisation sont aussi destinées au public adulte. Un programme spécifique leur est dédié. Une visite thématique gratuite est ainsi proposée depuis maintenant 5 ans, tous les troisième samedi du mois, hors période estivale. Par leur thème et par leur date, ces visites sont essentiellement destinées au public local désireux de découvrir autrement ou avec plus de précisions son patrimoine. Elles donnent lieu à des recherches préalables réalisées par le service Pays d’art et d’histoire. Lors du programme 2011/2012, ont ainsi été proposés les sujets suivants : « D’un Retable à l’autre », « Le protestantisme dans la région de Guebwiller », « Les ex-votos de Thierenbach », « Soultz et Wuenheim vigneronnes », etc. Ces visites remportent de plus en plus de succès avec une moyenne d’une cinquantaine de personnes à chaque visite sur l’année 2012.

Affiche : « Laissez-vous conter le pays de Guebwiller »

Affiche : « Laissez-vous conter le pays de Guebwiller »

2008, 40 x 60 cm.

Ateliers didactiques

28À ces visites thématiques, s’ajoutent des activités plus atypiques, comme par exemple des ateliers destinés aux adultes, sur le thème de la Construction au Moyen Âge. Les visiteurs sont ainsi amenés à expérimenter, grâce notamment à la manipulation de plusieurs maquettes. Ces outils particulièrement didactiques ont pour la plupart été réalisés par des artisans, suivant une commande spécifique du Pays d’art et d’histoire.

29Les visites contées, visites en vélo, randonnées, rallye du patrimoine sont autant de moyen de susciter l’intérêt de tous.

Journées nationales

30Le Pays d’art et d’histoire participe bien évidemment aux grands événements nationaux, comme les Rendez-vous aux Jardins, le premier week-end de juin ou les Journées du Patrimoine, le troisième week-end de septembre. Pour cette dernière manifestation, une politique de coordination des associations est menée activement. Un programme est édité au niveau local, recensant l’ensemble des manifestations proposées par les associations locales. Un circuit en bus, sur une thématique transversale relie différentes manifestations sur le territoire. Il est organisé depuis deux ans. En 2010, il a ainsi été proposé de découvrir le patrimoine lié aux Princes-abbés de Murbach, tandis qu’en 2011, le sujet portait sur les possessions des Évêques de Strasbourg sur le territoire du Pays d’art et d’histoire.

Un développement touristique de qualité

31La Communauté de Communes de la Région de Guebwiller est dotée depuis 2005 de ce qu’on appelle désormais « la compétence tourisme », c’est à dire la mission déléguée par chacune des communes de la communauté de développer le potentiel de développement touristique. Outre la création d’un office de tourisme intercommunal, la création du Pays d’art et d’histoire est étroitement liée à cette compétence.

32Certaines missions, fixées par la convention avec le Ministère de la Culture, expriment d’ailleurs ce souci.

Circuits patrimoniaux et guides

33La limite entre les actions de sensibilisation des habitants et celles de développement touristique est floue. Des actions telles que la mise en place d’audioguides et de circuits de découvertes concernent ainsi ces deux types de publics.

34Les circuits de découverte, quadrillant l’ensemble du territoire de la Communauté de Communes labellisé « Pays d’art et d’histoire », se déclinent à travers des approches géographiques, par commune (circuit du Vieux-Soutz, du Vieux-Guebwiller, de Hartmannswiller, de Jungholtz, etc.) ou par des approches thématiques (circuits des châteaux-forts, circuit des légendes, circuit du patrimoine vigneron, etc.). Ils s’appuient sur deux types de support : un document papier, et des panonceaux sur sites, établis selon une charte graphique respectant l’intégration de l’information dans une zone urbaine et historique.

Audioguides de nouvelle génération

35La mise en place d’audioguides de nouvelle génération est testée en 2012. Le Pays d’art et d’histoire a ainsi conçu et enregistré les pistes des nouveaux audioguides, proposant un commentaire des édifices romans du territoire : la célèbre abbaye de Murbach, mais aussi la collégiale de Lautenbach, l’église Saint-Léger de Guebwiller, les clochers de Merxheim et Soultzmatt ainsi que les ruines du couvent du Schwartzenthann. Ces documents téléchargeables gratuitement sur internet, sont aussi accessibles à l’aide d’un smartphone. Elles sont aussi enregistrées sur des lecteurs MP4 (Ipod), disponibles en location à l’office de tourisme afin de permettre aux personnes non équipées d’accéder aux commentaires. Ces documents d’audioguidage sont réalisés avec l’aide du centre audiovisuel des Dominicains de Haute-Alsace, qui est doté d’un studio d’enregistrement professionnel.

36Aux guides sur les monuments, doivent s’ajouter des guides spécifiques comme celui sur le patrimoine vigneron. Ce sujet concerne un grand nombre de communes du territoire. L’objectif de ces guides est de proposer au visiteurs et touristes plusieurs visites, et de les inciter à prolonger leur séjour dans la région.

La formation des guides-conférenciers

37La convention Pays d’art et d’histoire prévoit la formation des guides exerçant sur le territoire labéllisé. Agréés par la Direction Régionale des Affaires Culturelles jusqu’en 2012, les guides-conférenciers doivent désormais avoir suivi un cursus universitaire. Néanmoins, afin de coller à l’histoire locale et aux spécificités du territoire, le Pays d’art et d’histoire de la région de Guebwiller continue de proposer des journées de formation continue.

38La présence de guides-conférenciers professionnels, ayant bénéficié d’une solide formation et amoureux du territoire est une condition sine qua non de la transmission d’une image attractive du territoire.

Page de garde et carte du nouvel audioguide du Pays d’Art et d’histoire, paru en juillet 2012.

Page de garde et carte du nouvel audioguide du Pays d’Art et d’histoire, paru en juillet 2012.

Page de garde et carte du nouvel audioguide du Pays d’Art et d’histoire, paru en juillet 2012.

Page de garde et carte du nouvel audioguide du Pays d’Art et d’histoire, paru en juillet 2012.

La présence d’un service éducatif

39Le Pays d’art et d’histoire est doté d’un service éducatif, prévu dans la convention Pays d’art et d’histoire signée avec le Ministère de la Culture, et qui a été mis en place de façon prioritaire.

Les ateliers pédagogiques du temps scolaire

40Le premier axe développé a été la création d’ateliers pédagogiques à destination des écoles primaires de la région de Guebwiller.

41Les thématiques ont été définies en concertation avec les enseignants, et en lien avec les programmes scolaires. Partant de cinq thèmes la première année, le Pays d’art et d’histoire propose aujourd’hui onze thèmes d’ateliers pour les écoles primaires, et a élaboré un thème d’atelier spécialement conçu pour les écoles maternelles, ainsi que des séances pour collèges et lycées.

42Conçus au départ à destination des établissements du territoire exclusivement ces interventions se font maintenant quelle que soit l’implantation des établissements scolaires.

Les périodes extrascolaires

43Le service éducatif tend actuellement à étendre son activité aux périodes extrascolaires. Il en adapte du coup ses formules. Ainsi, diverses activités ont vu le jour, comme par exemple, le « rallye du patrimoine ». Depuis 4 ans, les jeunes de 12 à 15 ans parcourent ainsi le territoire sur toute une semaine, de site patrimonial en musée, à la poursuite d’indices leur permettant de résoudre une grande énigme qui leur est soumise au départ.

Le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine

44Le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) est une institution clé des « Villes et Pays d’art et d’histoire». Elle regroupe des lieux d’exposition, mais aussi des lieux d’animation et de travail. Enfin, il fédère à de maintes occasions d’autres équipements collectifs mobilisés dans l’action et les programmes du Pays d’art et d’histoire : archives, musées, médiathèques, communes et les associations parties prenantes. Donnés à l’occasion de l’élaboration de la convention et dans le cadre de son exécution, les conseils du ministère de la Culture, qui portent sur l’immobilier, les équipements et les contenus sont précieux.

45Les recommandations évoquent ainsi la présence d’un espace d’exposition permanente de 150 m2 minimum, d’une salle d’exposition temporaire, d’un centre de documentation, d’une salle pédagogique et d’un espace de rencontres, type salle de conférences.

46Le Pays d’art et d’histoire de Guebwiller ne possède pas à ce jour de CIAP et l’équipe du « Pays d’art et d’histoire » travaille à sa mise en place et notamment à la rédaction d’un projet scientifique et culturel. Ce document donne lieu à de nombreux va-et-vient entre l’animateur de l’architecture et du patrimoine, chargé de le rédiger, le comité de pilotage, la DRAC Alsace et le Ministère de la Culture.

47Ce projet retranscrit le contexte géographique, touristique, patrimonial et culturel du territoire concerné par l’appellation « Pays d’art et d’histoire ». Il précise également le projet d’aménagement du lieu. Le contenu scientifique y est détaillé en mentionnant les sources et la bibliographie existante.

48Ce document s’enrichit à chaque avancée du projet, intégrant ainsi, progressivement, le contenu historique, le choix du lieu, la politique des publics adoptée, le scénario d’exposition, etc.

49À ce jour, le corps du Projet scientifique et culturel est achevé, et ne sera complété que par des précisions d’ordre pratique. Le contenu historique est, par exemple, achevé. Le scénario d’exposition, retraçant les grandes unités d’exposition et leurs articulations est lui aussi en cours de finalisation.

50L’exposition permanente sera dotée d’outils facilitant la compréhension des contenus historiques. L’iconographie classique illustrera le propos, mais elle sera complétée par des maquettes tactiles, des cartes dynamiques, des reconstitutions, etc. Des contacts ont d’ores et déjà été pris avec les lycées techniques et professionnels afin de concevoir ces outils en partenariat avec ces filières, dans un souci de sensibilisation des jeunes adultes dans le cadre de leur formation.

51Le tissu culturel de la Communauté de Communes de la Région de Guebwiller est particulièrement riche grâce à la présence de nombreuses institutions et associations culturelles. Un travail d’étude de l’environnement culturel est réalisé en amont de la conception du CIAP afin d’éviter les redondances thématiques.

52Diverses expositions temporaires complètent et animent le lieu au cours de l’année.

Un approfondissement de la connaissance du territoire

53Le Pays d’art et d’histoire enrichit progressivement la connaissance du territoire. La confection des différentes expositions, la création de circuits urbains, ou la rédaction des brochures thématiques, nécessitent des recherches bibliographiques et d’archives. Deux bases de données sont progressivement alimentées.

La base de données « documentaire »

54La Base de données « documentaire », réalisée en 2010, recense plus de 14 000 notices, sur la bibliographie et l’iconographie concernant le territoire. Elles précisent le lieu de conservation des documents.

55Le Pays d’art et d’histoire regroupe d’ailleurs de nombreux ouvrages et copies d’articles, à disposition des guides-conférenciers, et de tous ceux qui expriment le souhait de les consulter.

La base « patrimoine »

56La deuxième base de données recense les édifices du territoire. Conçue avec le service d’informations géographiques et cartographiques dont dispose la Communauté de Communes, plus exhaustive que les études d’ores et déjà réalisées, la base « Patrimoine » a pour objectif de regrouper les informations sur les différents bâtiments ou sites. La base comporte 25 champs, choisis de façon à s’approcher de ceux du Service de l’Inventaire du Patrimoine de la Région Alsace, afin de faciliter le travail en partenariat. Les édifices sont géolocalisés au fur et à mesure.

57La réalisation de cette base de données est un travail pluriannuel.

58La base sera consultable par formulaire de recherche, et sera tout d’abord un outil de travail pour le Service Patrimoine du Pays d’art et d’histoire.

59Les acquis irremplaçables de l’Inventaire et les études entreprises

60Ces bases de données seront mises en ligne, progressivement et consultables dans le futur Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine.

61En relation avec le Service de l’Inventaire du Patrimoine de la Région Alsace depuis l’obtention du label, le partenariat se prolonge encore aujourd’hui. Le territoire a largement bénéficié d’études menées par l’Inventaire. La première, menée au début de l’existence de ce service, a été publiée dans « Canton de Guebwiller : Inventaire topographique / Inventaire général des Monuments et des Richesses artistiques de la France », 1972, et concerne plus particulièrement le canton de Guebwiller.

62Cette publication, complétée par les dossiers conservés au Service de l’Inventaire du Patrimoine de la Région Alsace, est une source d’information essentielle.

63Le Service de l’Inventaire du Patrimoine de la Région Alsace lance à partir de l’été 2012 une campagne d’inventaire sur le patrimoine industriel et rural. Ce travail permettra au Pays d’art et d’histoire d’approfondir sa connaissance du territoire et de poursuivre les actions de valorisation.

64Les associations locales et sociétés d’histoire publient régulièrement des articles. Accompagnées de quelques études universitaires sur des thématiques précises, elles permettent au service de compléter les connaissances historiques et patrimoniales du territoire, et d’en poursuivre la valorisation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Brochure générale : « Laissez-vous conter le pays de Guebwiller »
Légende 2007, page de garde
Crédits Pays d’art et d’histoire de la Région de Guebwiller.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Affiche : « Laissez-vous conter le pays de Guebwiller »
Légende 2008, 40 x 60 cm.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Page de garde et carte du nouvel audioguide du Pays d’Art et d’histoire, paru en juillet 2012.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Page de garde et carte du nouvel audioguide du Pays d’Art et d’histoire, paru en juillet 2012.
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/1632/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Modanese, « Le Pays d’art et d’histoire de la région de Guebwiller », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 339-350.

Référence électronique

Cécile Modanese, « Le Pays d’art et d’histoire de la région de Guebwiller », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1632 ; DOI : 10.4000/alsace.1632

Haut de page

Auteur

Cécile Modanese

Animatrice du Pays d’art et d’histoire de la région de Guebwiller

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page