Navigation – Plan du site
La Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace
Relations transfrontalières

Chez nos voisins d’Outre-Rhin

François Igersheim
p. 443-450

Texte intégral

Le tome 160 – 2012 de la Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins

Articles

Walter Berschin
Rolf Schmidt

Eine unter dem Namen des Venantius Fortunatus auf der Reichenau überlieferte Explanatio fidei der Karolingerzeit

1-11

Klaus Gereon Beuckers

Sancte Blasi, qui peregrinus his locis, sicut et ego, esse cognosceris. Zu Findan von Rheinau, der Vita Findani und der Übertragung der Blasiusreliquien in die Albzelle von St. Blasien

13-32

Adolf Laufs

Reges Salici. Anmerkungen zur Historiographie und zur jüngsten Salierausstellung in Speyer

33-48

Hans-Dieter Lehman

Die Geschäfte des Grafen Eberhard von Nellenburg. Zur Ausstattung des Klosters Allerheiligen in Schaffhausen und zu Herkunft und Umfeld seiner Stifter

49-104

Thomas Zotz

Konflikt – Kompensation – Kooperation. Zähringer und Staufer in Region und Reich

105-129

Simon Maria Hassemer

Erzählte Geschichte der Welt – Geschichte der erzählten Welt. Narrativität und Diegese der Straßburger Twinger-Chronik

131-164

Thorsten Huthwelker

Das Heidelberger Franziskanerkloster als Grablege der Pfalzgrafen bei Rhein und ihres Hofes

165-182

Klaus H. Lauterbach

Der Oberrheinische Revolutionär und Jakob Merswin. Einige Anmerkungen zur neuesten Verfasserthese

183-223

Helmut Neumaier

Die Herren von Aschhausen zu Merchingen. Eine wenig bekannte Reichsritterfamilie im Bauland

225-251

Maximilian Gamer
Jörg Diefenbacher

Größer und berühmter als Aeneas: Johann Casimir. Zwei Gelegenheitsgedichte des Frankenthaler Apothekers Henric Mirou von 1592 an den kurpfälzischen Hof

253-274

Fabian Brändle

Die Stadt ein Dorf. Zum Hausbuch der beiden Colmarer Schuhmacher Mathias Lauberer, Vater und Sohn

275-289

Kurt Andermann

Der Reichsritterkanton Kraichgau. Grundlinien seines Bestands und seiner Verfassung

291-338

Ulrike Seeger

Der Bologneser Miniaturist Raimondo Manzini und die frühe Ausstattungsgeschichte von Schloss Rastatt. Ein Beitrag zur Kunst im Dienst militärischer Verbindungen

339-370

Jörg Kreutz

Die Korrespondenz Voltaires mit Kurfürst Carl Theodor und anderen Repräsentanten des kurpfälzischen Hofes

371-410

Joachim Brüser

Eine ehrenvolle aber fürchterliche Aufgabe. Freiherr Johann von Türckheim als Straßburger Abgeordneter auf der Nationalversammlung 1789 in Versailles

411-435

Patrick Heinstein

Eine steile Beamtenkarriere im Übergang der Kurpfalz an Baden: Friedrich Wilhelm Beck, Administrationsschaffner zu Kreuznach und rheinpfälzischer Generallandeskommissariatsrat zu Mannheim

437-492

Matthias Steinbach Uwe Dathe

Die aus Urkunden und Akten gekelterten Weine sind Schlaftrunke. Alexander Cartellieri (1867-1955) als Karlsruher Archivar in seinen Tagebüchern und Erinnerungen

493-559

Christopher Dowe

Unterstützung, Solidarität, politisches Erbe. Der Schwabe Matthias Erzberger und die Badische Zentrumspartei

561-599

Philipp Gassert

Raum und Leben: Überlegungen zum Verhältnis von Biographik und Landesgeschichte aus Anlass des Abschlusses der „Badischen Biographien”

601-614

Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins de l’année 2011

1Conforme à une règle désormais établie, la Revue d’Alsace 2011 a publié la table de la ZGO 2011 (p. 600-603). Nous en parcourrons ici les articles, pour porter à la connaissance du lecteur les articles qui peuvent intéresser l’historiographie alsatique.

2Le R.P. Bornert nous donne d’entrée de jeu un long tableau sur les rapports des monastères bénédictins et cisterciens d’Alsace avec les cultures dominantes et la langue populaire : Zweierlei Kultur und Zweisprachigkeit in den elsässischen Benediktiner- und Zisterzienserklöstern vom Frühmittelalter bis zur Neuzeit, p. 1-63.

3Il part du point de vue qu’il lui paraissait difficile de placer un volume Alsace, tel quel, dans la série d’études entreprises par l’Académie bénédictine allemande dans la Germania benedictina. Pas plus qu’on aurait pu l’intégrer dans une Gallia monastica, « série » française qui, il est vrai, n’a pas dépassé son premier volume. Mais il a désormais résolu le problème avec son « Alsatia Monastica ». Les Monastères d’Alsace, sept volumes Editions du Signe, Strasbourg, 2009-2011, (CR Claude Muller, RA 2011, p. 545).

4Cette position initiale le conduit à examiner les 13 siècles de monachisme bénédictin et cistercien en Alsace en s’interrogeant sur ses rapports avec la culture dominante, celle des pouvoirs, et la langue populaire. Bien sûr, les monastères des rois mérovingiens et empereurs carolingiens et ottoniens, essentiellement Wissembourg et Murbach, ont joué leur rôle dans la « renaissance carolingienne » alliant le latin et la langue populaire franque ou alémanique. Par contre, avec Seltz, Cluny prend la mesure du peu d’influence d’une impératrice et ne parviendra pas à prendre racine en Alsace du Nord et se borne à une zone d’influence dans le Sud de l’Alsace (Altkirch, Feldbach, Thierenbach). La réforme passera par Hirsau. Au XIIe siècle se posent les rapports entre la langue romane des abbés clunisiens et le parler alémanique (idioma…illius regionis, lingua patriae) des monastères clunisiens. Les abbayes cisterciennes se placent par principe sous la protection des empereurs ou rois. Le latin est la langue du culte, l’alémanique la langue de la communication. Mais les liaisons avec une maison mère bourguignonne et les débats du chapitre général y assurent la présence du français (Lucelle, Pairis, Baumgarten). D’autant qu’avec l’essor des études universitaires, Paris s’impose comme étape des études de l’élite monastique et des futurs abbés. La réforme bénédictine promue par l’Union de Bursfeld, (à partir du milieu du XVe siècle) connaît un succès mitigé en Alsace. Tout comme l’abbaye de Bursfeld elle-même, un certain nombre d’abbayes sont sécularisées (Wissembourg) et leurs abbés se convertissent au protestantisme (Honcourt). Les évêques de Strasbourg jouent un rôle plus important, encourageant l’adhésion (Jean de Manderscheid) ou l’interdisant purement et simplement (Léopold de Habsbourg) et la remplaçant par une « congrégation bénédictine de Strasbourg » qui s’étend aussi à la rive droite – l’Ortenau, faisant alors partie du diocèse de Strasbourg (Schwarzach, Gengenbach, Schuttern, Ettenheimmunster)– ; ces monastères sont très marqués par la spiritualité d’Ignace de Loyola et par les jésuites. Les Habsbourg, évêques de Strasbourg, étant aussi archiducs d’Autriche antérieure, étendent cette politique aux abbayes du diocèse de Bâle. La monarchie française, obligée de respecter le concordat germanique doit consentir à l’élection des abbés et renoncer à sa volonté de désigner entre trois candidats, mais elle interdit le vote de non-régnicoles et exerce toute son influence sur les suffrages ; Charles Colbert passe à la postérité avec son mot « le Saint-Esprit est aux ordres du Roi » lors des élections de l’abbé de Munster. En 1683, Dom Mabillon avait entrepris son « Iter germanicum » et visité nombre d’abbayes bénédictines alsaciennes, leurs bibliothèques et leurs archives ; il s’étonne de tomber dans des communautés parlant l’allemand. « Les moines allemands, écrit-il, expriment leur piété dans la splendeur des églises baroques, la musique instrumentale et chorale ». On n’est pas obligé de croire Grandidier pour qui les bénédictins ne s’occupaient que de leurs tables et de leurs caves, toujours est-il que c’est aux mauristes, Dom Thuillier et Dom Ruinart, que le cardinal de Rohan s’adresse pour une nouvelle rédaction du Rituale Argentinense du diocèse de Strasbourg, et c’est au jeune archiviste des évêques-princes de Strasbourg – Grandidier – que l’on fait appel pour l’histoire de la province d’Alsace, dans le cadre des chantiers historiographiques que, de moins en moins nombreux cependant, les mauristes ouvrent dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Dans le diocèse de Bâle, après un intermède d’adhésion à la congrégation de Weingarten ou de Souabe (1646-1656), Munster au Val Saint-Grégoire élit un abbé issu de Saint-Germain-des-Près et adhère à la congrégation lorraine de saint Vanne. Quant à Murbach, son destin est déterminé par la politique française. Ayant refusé en 1718 les conditions d’adhésion qui lui étaient fixées par la congrégation de Strasbourg, elle sera en fin de compte sécularisée en 1759. L’influence française est encore plus nette chez les cisterciens. Bien qu’en 1624, le chapitre général de Cîteaux ait réorganisé l’ordre et intégré les abbayes alsaciennes dans une province d’Alsace-Suisse de la Congrégation cistercienne de Haute-Allemagne, les cisterciens alsaciens participeront à l’essor de la contre-réforme et du baroque comme leurs confrères du Brisgau ou de Suisse. Là encore, la France fait élire des abbés formés en France. Régnicoles, les abbés de Neubourg, Pairis, Lucelle siègent comme abbates exteriores dans les chapitres généraux de Cîteaux, alors que les abbés lorrains pourtant encore étrangers, siègent comme abbates Galliae. Lorsque intervient la Révolution, la vie monastique semblait un fleuve tranquille et rayonnait dans la pastorale paroissiale et l’animation des pèlerinages. Elle s’effondra d’un seul coup. À Lucelle, sur les 38 moines, 14 prennent le chemin de l’émigration, 13 prêtent le serment à la Constitution. Nombre de moines émigrés, quelque fois rattrapés par la sécularisation dans l’Empire germanique, reviennent en Alsace sous le Consulat et l’Empire. Désormais, l’histoire des congrégations alsaciennes fait partie de l’histoire religieuse de France, marquée par les refondations post-révolutionnaires. Bien sûr, les conflits nationaux laissent leur trace sur cette histoire comme en témoigne l’Oelenberg, cette Trappe alsacienne fondée en 1825. Le développement des congrégations religieuses féminines appartient lui aussi à un chapitre tout neuf de l’histoire religieuse, de l’histoire sociale et culturelle, de l’histoire des femmes. En ce qui concerne les ordres anciens, on peut conclure par cette formule de l’auteur : « les vocations religieuses alsaciennes trouvent un milieu plus favorable à l’idéal qu’elles poursuivent dans les communautés françaises que dans le cadre très réglé des grandes abbayes allemandes ». Témoignage autant qu’opinion d’historien ? C’est donc une fresque très vaste que brosse le R.P. Bornert, et qu’il n’a sans doute pas voulu rallonger. Eut-il gagné à approfondir les notions de cultures (Zweierlei Kultur) ou de bilinguisme (Zweisprachigkeit) ? S’agit-il seulement, de l’influence qu’exerce le pouvoir fondateur ou protecteur ? S’agit-il de multilinguisme : latin ? allemand ? français ? Dans cet Empire « multi-national » qu’est le Saint-Empire, qui compte d’ailleurs des territoires de langue vernaculaire française, les monastères bénédictins alsaciens sont-ils exceptionnels ? S’agit-il donc aussi de la culture et de la nationalité d’une historiographie marquée par les deux derniers siècles, thème abordé par les dernières pages ? Tous ces pistes contribuent à enrichir un article qui reprend les thèmes abordés dans l’irremplaçable « Monastères d’Alsace » du P. Bornert.

5Dans le survey qu’il fait des développements récents de la recherche sur la maison paysanne et le village, Werner Rösener, Bauernhaus und Dorfentwicklung im Hochmittelalter. Beobachtungen zu ländlichen Innovationen im südwestdeutschen Raum p. 65‑99, fait un point d’étape important, qui vaut aussi pour l’Alsace, (mais accroit notre regret qu’il n’y ait pas encore de travail analogue pour notre région). Relevons les résultats auxquels parvient l’archéologie et l’analyse des sources écrites (urbaires, terriers, coutumiers). L’architecture des maisons est dominée par la maison à pans de bois. On assiste au haut Moyen Âge, dans le Sud Ouest de l’Empire germanique à la transition technologique qui va de la maison à poteaux plantés (Pfostenhaus) à celle des poteaux sur soubassement de pierre (Ständerhaus), qui permet la construction par étages et avec la charpente, l’aménagement d’un comble. Les bâtiments peuvent désormais être accolés et contigus, ce qui encourage la concentration de l’habitat villageois. La thèse admise jusqu’alors selon laquelle le village groupé (Haufendorf) remontait à l’antiquité germanique est une construction des historiens du XIXe siècle. La structuration du village se situe au haut Moyen Âge, produit des déterminations géographiques, économiques et de l’organisation des pouvoirs. La phase de transition permet de déterminer des types bien définis avec des maisons à habitation exclusive à soubassements et granges à poteaux plantés, ou encore bloc regroupant habitation (à cheminée) séparée par un mur de l’étable, le tout dominé par un grenier à foin. La multiplicité des techniques et des types caractérise l’architecture rurale, alors que l’architecture urbaine vise sans cesse à la simplification et l’uniformité de ses types architecturaux. Il semble bien que la maison à soubassements ne se soit développée que tardivement dans les villes (XIIe-XIIIe siècle) ; mais à la fin du XIIIe, sa technique est maîtrisée et désormais commune. La maison à pans de bois sur plusieurs étages y prend le pas sur la maison de pierre, qui sert souvent de rez-de-chaussée pour les étages à pans de bois. Mobilisées par le développement des villes, les techniques, élaborées à partir d’un bagage rural ancien, ont alors pu revenir dans les villages et s’y s’étendre. Ce résultat de la recherche archéologique est relayé par l’étude des sources écrites, par exemple du terrier de Tennenbach avec ses inventaires des « granges » cisterciennes, distinguant les maisons des granges, étables, fours à pain, pressoirs, moulins. Les terriers d’Adelhausen, ceux de Sankt-Blasien etc… donnent également des informations précieuses sur la morphologie des villages et de la maison paysanne. Est frappante la taille de plus en plus importante des granges céréalières (horrea) comme bâtiments spécifiques, dues au développement de l’assolement triennal et de la production céréalière, alors même que la construction d’étages permet l’utilisation des greniers pour les céréales. Elle entraîne aussi le développement de l’équipement en moulins, partout où l’aménagement des cours d’eau le permet. L’emploi de plus en plus répandu de ces techniques de construction se reflète dans les coutumiers locaux. Quand il veut construire ou reconstruire sa maison, le paysan a droit à 4 poteaux de maison et à 4 poutres de toit, prévoit tel coutumier. Il est membre de la communauté dès que sont dressées les 4 poteaux verticaux, avec ses devoirs et ses droits, arrête tel autre coutumier. Il peut certes déménager sa maison, considérée comme un bien meuble, mais ne doit pas toucher aux soubassements de pierre. Les progrès économiques conduisent à une densification du village, avec ses maisons paysannes, où ressortent deux types caractéristiques de toute la zone du Sud Ouest de l’Empire : la maison-cour à 3 cotés (Dreiseitenhof) où le pignon de la maison d’habitation donne sur un alignement de rue respecté, et ses deux autres cotés, occupés par les étables et greniers, ou encore la maison-bloc à deux cotés (Hakenhof) où la maison d’habitation à pignon sur la rue se poursuit par les étables et les greniers et est séparée de la maison voisine par une cour.

6Joachim Dahlhaus Der Adler im Schild. Unbeachtete Urkunden des rheinischen Pfalzgrafen Konrad und anderer deutscher Fürsten (1160-1215) p. 101‑130, décrit une série de chartes avec leurs sceaux données par les comtes palatins du Rhin aux abbayes cisterciennes de Maulbronn et de Clairvaux.

7Wolfgang Schmid Reliquienjagd am Oberrhein. Karl IV. Erwirbt Heiltum für den Prager Dom p. 131-209, nous décrit le « pillage des reliques », en particuliers alsaciennes opéré par Charles IV de Luxembourg au cours des années 1354-1355. Au cours d’un voyage de six mois en Allemagne du Sud, en Alsace et en Rhénanie, Charles IV s’est fait remettre toute une série de reliques destinées à sa cathédrale de Prague. Parmi elles, une côte et une mâchoire de saint Florent à Niederhaslach, le bras de sainte Odile à Sainte-Odile, des restes de saint Lazare le ressuscité à Andlau, d’Urbain et Sixte à Erstein, de Serge et Bacchus à Wissembourg, etc. Cette « razzia » a été décrite par Mathias de Neuenburg et Twinger de Koenigshoven, mais aussi par nombre de chroniques des églises et abbayes concernées ainsi que par une correspondance avec le chapitre de la cathédrale de Prague et les inventaires.

8L’analyse montre qu’il s’agit pour Charles IV d’une véritable tournée politique dans l’ouest de l’Empire destinée à y renforcer son pouvoir, avant la promulgation à Metz de la Bulle d’Or (1356). Le choix des reliques n’est pas neutre ; Charles IV (bien renseigné) choisit à chaque fois des reliques conservées par des abbayes immédiates fondées par les Empereurs ses prédécesseurs ou données par ceux-ci ; Charles IV rattache ainsi son pouvoir à ceux-ci et aux saints que les Empereurs fondateurs ou donateurs ont vénéré. Le partage des reliques, (car l’empereur se fait ouvrir les sarcophages ou reliquaires et n’en prend qu’une partie) et l’octroi de diplômes impériaux aux abbayes donatrices en confirme l’authenticité. Elle tranche parfois une contestation, ainsi sur celles de saint Florent, entre le chapitre Saint Thomas et celui de Haslach. Il s’agit d’un marché « gagnant-gagnant » : la relique contre un diplôme d’authenticité. Accompagné d’une suite nombreuse d’évêques et d’abbés, il assure aussi au passage la succession d’évêques ses partisans, à Strasbourg celle de Berthold de Buchegg par Jean de Lichtenberg, représentant impérial en Alsace. Enfin, Charles IV, empereur et roi de Bohème, renforce le prestige de sa nouvelle capitale, Prague, promue tout récemment archevêché, siège d’une université (1348) et où l’on vient de commencer à reconstruire la cathédrale Saint Guy et Wenceslas, à présent richement dotée en reliques, venues de tout l’Empire.

9On connaît la thèse de Sabine Klapp, ne serait-ce que par ses positions qu’elle a publiées dans la RA 2011 (Les abbesses des chapitres de chanoinesses d’Alsace du XIVe au XVIe siècle). À la ZGO, elle donne un article sur les comptes des abbesses du couvent de Sainte-Claire-aux-Ondes de Strasbourg (Die Äbtissinnenrechnungen“ des Klosters St. Klara auf dem Werth. Alltag und Festtag einer geistlichen Frauengemeinschaft Strassburgs am Ausgang des Mittelalters p. 211‑248). Les Clarisses fondent deux couvents à Strasbourg, dont en 1299, le couvent de Sainte-Claire-aux-Ondes, qui sera sécularisé en 1524. Les abbesses ont tenu de 1481 à 1499 puis de 1506 à 1509 une série pratiquement continue de comptes, dont Hanauer s’est servi en partie pour établir ses séries de prix. Rédigés en allemand (Frühneuhochdeutsch) ou en latin (à l’attention du récollet Père confesseur du couvent), les comptes s’étendent sur environ 25 pages par année. Ils sont l’œuvre de deux abbesses, une Strasbourgeoise, Odilia Dopplerin, et une sœur venue de Fribourg et devenue abbesse, Magdalena Steimerin, dont l’écriture paraît plus aisée. La capacité juridique des abbesses n’est pas admise intégralement, ne serait-ce que parce que la clôture impose le recours à un régisseur (Schaffner) dont les comptes retracent principalement les entrées (cens, fermages) et mouvements (achats et ventes, remises d’espèces à l’abbesse). Les comptes sont contrôlés tous les ans par un « Pfleger » désigné par le Magistrat, souvent un ancien Stett ou Ammeister, dont le visa contribuait à valider les contrats passés par l’abbesse. Ces comptes annuels sont précédés d’un court résumé des évènements de l’année. Sabine Klapp en fait une source pour une description précieuse de la vie quotidienne des sœurs, décrivant le fil des jours, jours ordinaires et jours de fête. Mais l’alimentation des sœurs, leur état de santé et la qualité des soins dispensés retiennent également l’attention de l’auteur.

10On signalera encore l’article de Sönke Lorenz, (Der Aufbau der via antiqua an der Freiburger Artistenfakultät durch Tübinger Skotisten in den Jahren nach 1486, p. 249-284), qui retrace les conflits philosophiques européens tels qu’ils se reflètent dans le choix des professeurs au cours de la seconde vague de fondations d’universités de l’Empire, parmi lesquelles Bâle et Fribourg (1460), toutes deux importantes pour la formation des Strasbourgeois (qui ne veulent pas d’université). Ainsi que l’article de Franciska Schaudeck, (Die Geschichte des Buchbestands der jungen Freiburger Universität (1460-1500) sur la constitution de la bibliothèque de cette jeune Université. On se reportera à la RA 2011 et à la ZGO 2011 pour les autres contributions de l’Annuaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Chez nos voisins d’Outre-Rhin », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 443-450.

Référence électronique

François Igersheim, « Chez nos voisins d’Outre-Rhin », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1640 ; DOI : 10.4000/alsace.1640

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Professeur émérite, Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page