Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Sources et ouvrages de référence

Encyclopédie des mystiques rhénans d’Eckhart à Nicolas de Cues et leur réception

édition française par Marie-Anne Vannier, Paris, Éditions du Cerf, 2011, 1 279 p.
Francis Rapp
p. 357-359
Référence(s) :

Vannier (Marie-Anne), Euler (Walter), Reinhard (Klaus), Schwaetzer (Harald), (dir.), Encyclopédie des mystiques rhénans d’Eckhart à Nicolas de Cues et leur réception, édition française par Marie-Anne Vannier, Paris, Éditions du Cerf, 2011, 1 279 p., 2011

Texte intégral

1Dans l’histoire religieuse de l’Alsace une place importante doit être faite à la mystique spéculative appelée généralement rhénane. Elle a fleuri dans nos monastères et nos béguinages où les maîtres spirituels les plus féconds et les plus écoutés ont enseigné. Cette forme de la réflexion chrétienne sur les relations de l’homme avec Dieu n’a pour ainsi dire jamais été perdue de vue et elle garde de nos jours une réelle actualité, dont témoignent les nombreux ouvrages qui lui sont consacrés. Afin de faciliter les recherches de ceux qui s’intéressent à ce courant doctrinal – et, assurément, il s’en trouve chez nous – Marie-Anne Vannier vient de les pourvoir d’un excellent outil de travail. Son Encyclopédie des mystiques rhénans, dont les œuvres marquent, dit-elle à juste titre, « l’apogée de la théologie mystique de l’Église d’Occident », comprend, outre les auteurs du XIVe siècle, Nicolas de Cues qui à certains égards fut au XVe siècle et leur héritier et leur continuateur. La tâche était lourde, aussi Marie‑Anne Vannier voulut-elle constituer pour l’accomplir une équipe dont les chercheurs réunis sous sa direction à l’Université de Metz forment le noyau, mais auxquels il s’avéra nécessaire d’agréger beaucoup d’autres connaisseurs de la théologie et de la philosophie médiévales. Elle réussit à en rassembler 77 – et ce n’est pas son moindre mérite – auxquels il fallut joindre une quinzaine de traducteurs car les auteurs des 320 entrées contenues dans un volume de 1 279 pages ne sont pas tous francophones : on compte dans leurs rangs des Italiens, des Anglais, des Américains, des Allemands, des Suisses et des Autrichiens. L’ouvrage dont nous rendons compte ici est la version française d’une entreprise franco-germanique. Le Cusanus Institut de Trèves a participé très activement à sa réalisation; son directeur actuel, le professeur Euler, et son directeur émérite, le professeur Reinhardt, en ont, avec Marie-Anne Vannier, assuré la direction.

2La matière de cet imposant ouvrage n’est pas seulement abondante, elle est aussi complexe ; il faut donc l’étudier de points de vue divers. Sont présentées, bien sûr, les personnalités marquantes de la mystique rhénane – les Strasbourgeois Tauler et Merswin figurent en bonne place dans cette galerie de portraits. Ne sont oubliés ni les monastères – Unterlinden en particulier – ni les béguinages où vivaient les auditrices attentives de ces maîtres. Le milieu intellectuel dans lequel s’est développé ce mysticisme spéculatif est bien représenté, d’Albert le Grand à Guillaume d’Ockham en passant par Thomas d’Aquin et Bonaventure. Les entrées consacrées à tous ceux dont les mystiques rhénans sont de quelque manière les héritiers sont nombreuses, on y trouve aussi bien Aristote que Platon, Martianus Capella que Proclus, Denys l’Aréopagite et Maxime le Confesseur. Le lecteur peut découvrir ce que nous ont laissé les auteurs mystiques de deux façons, soit par leurs œuvres elles-mêmes – les Entretiens spirituels de Maître Eckhart, les sermons de Tauler, les Neuf rochers de Merswin ou le Concordantia catholica de Nicolas de Cues entre autres –, soit par le biais des raisonnements que Maître Eckhart ou Nicolas de Cues ont construits pour résoudre des problèmes philosophiques et théologiques tels que l’apophatisme, la coïncidence des opposés ou la naissance de Dieu dans l’âme. Enfin l’Encyclopédie nous permet de mesurer l’influence exercée par le mysticisme rhénan : celle-ci a traversé les siècles puisque nous rencontrons là, à côté de Heidegger et de Marie de la Trinité, Jean-Paul de Dadelsen, après Luther, Spener, Hegel et Schelling, pour ne citer qu’eux. Par le truchement de l’école de spiritualité flamande de la devotio moderna, l’art lui-même n’est pas resté tout à fait étranger à la pensée des mystiques : le cas de Memling, Van Eyck et Van der Weyden tendrait à le prouver.

3Il va sans dire – et mieux en le disant – que chaque entrée est pourvue d’une bibliographie des sources et des études. Au début de l’ouvrage, une vingtaine de pages contiennent les références aux éditions et traductions des œuvres de Maître Eckhart, Tauler, Suso et Nicolas de Cues.

4Pour rendre l’Encyclopédie plus accessible, a été publiée une Anthologie des mystiques rhénans, qui sera suivie de celle de Nicolas de Cues ainsi que d’un volume d’iconographie.

5De la richesse d’un ouvrage qu’un excellent connaisseur Bernard Mc Gieser qualifie d’unique, ces quelques lignes ne donnent qu’une image imparfaite. Remercions très sincèrement Marie-Anne Vannier et l’équipe de ses collaborateurs de nous l’avoir donné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Rapp, « Encyclopédie des mystiques rhénans d’Eckhart à Nicolas de Cues et leur réception », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 357-359.

Référence électronique

Francis Rapp, « Encyclopédie des mystiques rhénans d’Eckhart à Nicolas de Cues et leur réception », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1651

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page