Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age

Wilsdorf (Christian), L’Alsace, des Mérovingiens à Léon IX. Articles et études

Strasbourg, Société Savante d’Alsace et des Régions de l’Est, 2011, Collection « Recherches et documents », 82), 405 p.
Benoît-Michel Tock
p. 361-363
Référence(s) :

Wilsdorf (Christian), L’Alsace, des Mérovingiens à LéonIX. Articles et études, Strasbourg, Société Savante d’Alsace et des Régions de l’Est, 2011, Collection « Recherches et documents », 82), 405 p.

Texte intégral

1Qui, en Alsace, ne connaît Christian Wilsdorf ? Directeur des Archives départementales du Haut-Rhin durant près de 40 ans (1952‑1991), il a déployé un zèle infatigable pour la valorisation et l’étude des archives dont il avait la garde, et plus largement pour l’histoire et la culture alsaciennes. Savant aussi remarquable que modeste, il a publié de nombreux travaux consacrés à l’histoire de l’Alsace au Haut Moyen Âge. Des travaux qui restent essentiels, mais qui étaient dispersés dans de nombreuses revues ou publications érudites. La Société Savante d’Alsace a eu l’excellente idée de réunir treize d’entre eux, et d’y joindre trois travaux inédits, en un livre d’un très grand intérêt.

2L’ouvrage commence par une étude inédite sur le blason d’Alsace tel qu’il figure sur les plaques minéralogiques. Ce blason dérive de celui du landgraviat de Haute-Alsace des Habsbourg, lui-même dérivé de celui du landgraviat de Basse-Alsace des comte de Werden : beau symbole d’unité ! Dans L’Alsace et les Nibelungen (1960), à partir d’un épisode des Nibelungen et surtout du Waltharius, C. W. confirme que le toponyme de Tronia correspond bien à Kirchheim ; le nom a ensuite été réinterprété en « Troie ». Un autre texte inédit fait le point sur le Mur païen : ce dernier est mentionné comme fortification du VIIIe au Xe siècle et a sans doute été construit au IVe et restauré au VIIe siècle. Mais des fouilles à grande échelle seraient nécessaires pour conforter ces conclusions. Une brève étude de 1996 permet à C. W. de démontrer que le toponyme Aungehiseshaim cité dans un acte de 768 correspond à Ingersheim. L’article suivant réunit trois travaux publiés de 1955 à 1960 et destinés à mettre en valeur une vie de saint Florent découverte et éditée par Barth, mais plus utile pour l’histoire de l’Alsace au XIIe siècle (elle a été écrite vers 1170-1180) que pour l’Alsace mérovingienne. En 1993 c’est à sainte Adelphe que C. W. a consacré une étude, à partir d’une Vita écrite aux Xe-XIe siècle et éditée par G. Philippart et donc elle aussi plus pertinente pour l’étude de l’époque où elle a été écrite que pour l’époque mérovingienne. Les Gesta Karoli de Notker de Saint-Gall parlent à plusieurs reprises de l’Alsace, en particulier à propos d’un vin de Sigolsheim, ce qui a permis en 1997 à l’auteur de retracer l’histoire de son village. Il est aussi possible de réunir les quelques actions connues de personnages du IXe siècle : Godefroy, abbé de Munster sous le règne de Louis le Pieux (1957) et Haito, évêque de Bâle et abbé de la Reichenau à la même époque (1975).

3Vient ensuite la longue et dense étude publiée en 1975 aussi sur le cartulaire perdu de l’abbaye de Honau, dans laquelle C. W. montre que cette abbaye, fondée par des moines irlandais à l’initiative du duc d’Alsace Adalbert, père du futur fondateur de Murbach Eberhard, avait établi un recueil de copies de plus d’un millier d’actes, ce qui illustre la richesse du patrimoine de ce monastère peu connu. En 1978 et 1980, C. W. consacrait deux études au château du Haut-Eguisheim, mentionné pour la première fois pour l’année 1002, tandis qu’en 1972 il avait relevé les plus anciens textes relatifs à Niedermunster. Suit un autre texte inédit : l’édition (et la traduction par Christine de Joux-Bischoff) d’un récit relatif à l’histoire de la sainte croix de Niedermunster. Si l’histoire elle-même de cette sainte croix est peu crédible, le personnage du donateur, Hugues, est historiquement attesté : il s’agit d’Hugues le Peureux, comte de Tours, mentionné de 811 à 837 et possessionné dans la région ; la croix elle-même fut restaurée en 1197 et enrichie de reliques. En 1963, C. W. s’intéressait aux premiers siècles de l’histoire du prieuré de Liepvre, dépendant de l’abbaye de Saint‑Denis. L’avant-dernier article de ce recueil est le compte-rendu consacré en l’an 2000 au livre de Frank Legl sur les comtes d’Eguisheim. Et le dernier, l’édition, la traduction et le commentaire de la « Paix des Alsaciens », texte dont C. W. défend l’authenticité et qui est un des plus anciens textes de Paix de Dieu dans le monde germanique.

4On l’aura constaté, C. W. a abordé bien des sujets, mais toujours avec cette prédilection pour l’Alsace et le Haut Moyen Âge. On peut en tout cas se réjouir de cette publication, qui va donner un accès plus commode, en particulier hors de la région, aux travaux de ce grand historien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît-Michel Tock, « Wilsdorf (Christian), L’Alsace, des Mérovingiens à Léon IX. Articles et études », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 361-363.

Référence électronique

Benoît-Michel Tock, « Wilsdorf (Christian), L’Alsace, des Mérovingiens à Léon IX. Articles et études », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1657

Haut de page

Auteur

Benoît-Michel Tock

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page