Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age

Hammes (Barbara), Ritterlicher Fürst und Ritterschaft. Konkurrierende Vergegenwärtigung ritterlich-höfischer Tradition im Umkreis südwestdeutscher Fürstenhöfe 1350-1450

Stuttgart, Kohlhammer, 2011, ISBN 978-3-17-021796-6.
Georges Bischoff
p. 364-367
Référence(s) :

Hammes (Barbara), Ritterlicher Fürst und Ritterschaft. Konkurrierende Vergegenwärtigung ritterlich-höfischer Tradition im Umkreis südwestdeutscher Fürstenhöfe 1350-1450, Stuttgart, Kohlhammer, 2011, ISBN 978-3-17-021796-6.

Texte intégral

1Publiée sous l’égide de la Kommission für geschichtliche Landeskunde du Bade-Wurtemberg, l’ouvrage de Madame Hammes s’inscrit dans un courant historiographique particulièrement riche, centré sur la culture chevaleresque et la curialité, autrement dit, l’ensemble des relations d’échanges, de création, de déférence produites par le prince et son entourage. Une historiographie dont la figure de proue est Werner Paravicini.

2Ici, la question porte plus précisément sur une période qui passerait plutôt pour le creux de la vague, entre l’apogée de la chevalerie « classique », vers 1300 et ses derniers feux, dans la seconde moitié du XVe siècle : Cette parenthèse s’inscrit entre la Manessische Handschrift, ce fabuleux recueil de textes et de miniatures à la gloire des Minnesänger et la fondation de l’ordre de la Toison d’Or par Philippe le Bon en 1430. La question centrale est celle de la survivance (survival) ou de la renaissance (revival) des traditions qui sont censées définir cette élite guerrière elle-même identifiée à la noblesse dans toute son étendue, du souverain au plus petit hobereau. En filigrane, on retrouve évidemment le thème de la reproduction tel qu’il a été martelé par Bourdieu et les siens. L’espace retenu correspond au sud-ouest de l’Allemagne, de part et d’autre de la Forêt-Noire et sur le Rhin, un ensemble tout à la fois hétérogène et cohérent, puisqu’il est un puzzle de territoires de nature très différente, en même temps qu’un écosystème nobiliaire (le terme Adelslandschaft employé par l’auteur suggère une notion de communauté, ou, plutôt, de reconnaissance mutuelle des membres de la noblesse). On y repère trois pôles, qu’on peut considérer comme des cours princières, celui du comte palatin, qui se focalise sur Heidelberg, celui du comte de Wurtemberg (qui s’étend à Montbéliard au cours de la période) et celui du margrave de Bade. Les interstices et les intervalles n’apparaissent pas comme des vides, mais s’inscrivent dans d’autres réseaux, notamment ceux des villes.

3À l’instar de nombreuses dissertations d’outre-Rhin, l’ouvrage est construit comme un dossier à tiroirs.

4Le premier volet est un état des lieux de ce qui constitue cette identité, plus spécialement sur les signes extérieurs de celle-ci. Il s’agit d’abord d’objets qui servent à affirmer ce statut : argenterie, joyaux, vêtement, équipement guerrier, de parade ou de chasse, tissus et tapisseries, reliques etc. La question posée ici est celle des supports matériels d’une Errinerungskultur qu’on pourrait interpréter comme un imaginaire mémoriel.

5Ensuite, la mise en œuvre de ce dernier à travers des événements programmés, comme les tournois, la chasse, les fêtes, les réceptions, les réminiscences de la croisade, avec, à la clé, le rôle dévolu à ces manifestations.

6Enfin, la production de mémoire par les monuments, au sens large – les monnaies, les sceaux sont, en effet, d’excellents indices de continuité ou de nouveauté –, la mise en image et en lignage par le biais de la généalogie. On frôle la thématique, mille fois ressassée, de la « communication » ou de la propagande.

7Cette revue de détail est le préalable d’une démonstration fondée sur la comparaison des trois cours étudiées, en se focalisant, cette fois, sur leur mouvance. C’est ici qu’on mesure le rôle joué par le milieu nobiliaire et que l’auteur propose une typologie, qu’on retrouve dans sa conclusion : la relative précocité du Palatinat, bien que le règne du roi Robert n’ait pas été décisif dans l’avènement d’une cour « royale », la relative médiocrité – et le retard – du margrave qui règne à Baden-Baden, et le caractère hybride du comté de Wurtemberg.

8De fait, on assiste à des situations très différentes selon les cas : Heidelberg est le centre de gravité de toute une région, tandis que les secteurs situés en amont, sur le Rhin et le Neckar, font plutôt figure de zones de basse pression. Ces conditions expliquent l’importance – voire l’émergence – de sociétés nobles, qui peuvent se substituer au prince pour promouvoir un « climat » de cour. Leur corollaire existe dans le champ politique.

9Reste à savoir si le prince confronté à une telle concurrence est à même d’exercer son « leadership » : les stratégies mises en œuvre par les trois « princes » peuvent-elles se résumer à la formule pédagogique, selon laquelle le margrave exploite l’hostilité de la noblesse à l’encontre des villes, tandis que le comte cultive fédère les siens d’une même appartenance souabe et que l’électeur palatin s’impose par seule puissance ? La chevalerie du premier doit être lue en creux, celle du troisième, en relief, comme le meneur du jeu.

10La dernière partie de l’exposé revient sur l’identité chevaleresque, qui se cristallise au tournant du XIVe et du XVe siècle dans le sens d’une héroïsation. On en retient l’idée d’une transition, qu’il faudrait peut-être étayer en faisant apparaître des générations successives au cours de cette période, somme toute, assez longue, qui va de 1350 à 1450.

11La qualité de la recherche menée par Mme Hammes mérite d’être soulignée. La construction de l’imaginaire des trois dynasties étudiées bénéficie d’un beau corpus. Il est vrai qu’elle a été balisée par de nombreux travaux dont le modèle est fourni, entre autres, par Jean‑Marie Moeglin. Pourrait-on appliquer la même grille à la vassalité de ces princes ? La sigillographie permettrait sans doute des statistiques intéressantes (p. ex. par la multiplication des cimiers, par les légendes mentionnant les titres, etc.), et la prosopographie mériterait d’être davantage sollicitée (elle l’est, en partie, pour reconstituer les entourages princiers). On pourra se demander si l’auteur n’a pas privilégié quelque cas bien délimités au détriment de ce qui fait la substance même de la chevalerie : des appartenances multiples et des réseaux plus complexes que ceux qu’elle met en évidence. En effet, à ces principautés si clairement discernables s’ajoutent d’autres lieux et d’autres moments au cours desquels s’affirme la chevalerie. Ainsi, quid des princes de l’Église – au premier rang duquel se trouvent les évêques de Strasbourg, de Spire, de Bâle ou de Constance, et quid des cours nomades ? La noblesse urbaine n’est pas toujours en guerre contre les métiers au pouvoir dans les villes : elle peut s’y exprimer plus souvent qu’à son tour (l’exemple de Strasbourg est, sur ce plan, très révélateur, au moins jusqu’à la guerre de Dachstein, qui pourrait être réinterprétée dans ce sens). Enfin, quelle échelle adopter ? La région examinée par Mme Hammes est à la fois trop grande et trop petite – et elle en a parfaitement conscience. Existe-t-il des noblesses locales, régionales ? Y a-t-il une chevalerie autochtone – ce qui est loin d’être sûr ? L’articulation de ces deux concepts est au cœur du problème. Dans ces pays d’entre deux, où la Bourgogne est si proche, où les Habsbourg sont instables, et où la dynastie des Luxembourg ouvre bien d’autres horizons, la culture chevaleresque s’observe aux dimensions de l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Hammes (Barbara), Ritterlicher Fürst und Ritterschaft. Konkurrierende Vergegenwärtigung ritterlich-höfischer Tradition im Umkreis südwestdeutscher Fürstenhöfe 1350-1450 », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 364-367.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Hammes (Barbara), Ritterlicher Fürst und Ritterschaft. Konkurrierende Vergegenwärtigung ritterlich-höfischer Tradition im Umkreis südwestdeutscher Fürstenhöfe 1350-1450 », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1663

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page