Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XVIIIe - XIXe siècle

Muller (Claude), « Vive l’empereur ! » L’Alsace napoléonienne 1800-1815

I.D. L’Édition 2012
Gabrielle Claerr-Stamm
p. 367-368
Référence(s) :

Muller (Claude), « Vive l’empereur ! » L’Alsace napoléonienne 1800-1815, I.D. L’Édition 2012.

Texte intégral

1Après L’Alsace au XVIIIe siècle, puis L’Alsace et la Révolution, Claude Muller nous entraîne, tout naturellement, au cœur de l’Alsace napoléonienne, suivant le plan désormais classique en trois parties qu’il affectionne : la gloire de l’aigle, l’union du trône et de l’autel et la prospérité économique avec le bémol que représente la double invasion de 1814 puis 1815.

2Napoléon Bonaparte (puis Napoléon Ier), est venu plusieurs fois en Alsace et surtout, voire presqu’exclusivement à Strasbourg (1797, 1805 séjour pour lequel on restaurera l’ancien palais épiscopal des Rohan, 1806, 1809 en avril et en octobre). Après cette date, ses déplacements, tous dictés pour rejoindre ses troupes en Allemagne emprunteront la nouvelle voie militaire de Metz à Mayence. Seule Marie Louis, accompagnée par la sœur de l’Empereur, fera encore escale à Strasbourg en mars 1810.

3Les rouages du pouvoir vont se mettre en place, avec, entre autres, les préfets Félix Desportes (1802) puis plus tard Adrien de Lezay-Marnésia (remplaçant Henri Shée) en 1810. La police est confiée à Charles Popp, fondateur de la loge de la Concorde à Strasbourg. Plusieurs autres loges maçonniques voient le jour : la Vraie Fraternité à Strasbourg, la Triple Union à l’Orient de Wissembourg, la Concorde à Colmar, la Parfaite Harmonie à Mulhouse. « Ceux qui disposent du pouvoir tant politique qu’économique se retrouvent à la fois institutionnellement, à visage ouvert, et souterrainement dans les loges ».

4Particularité de l’Alsace : « aucune autre province… ne semble avoir fourni autant de hauts gradés à l’armée napoléonienne » ; ils sont au moins 65 ! Kellermann, Lefebvre, Rapp… sans oublier quelque 50 000 enrôlés volontaires et plus de 2,5 millions de conscrits alsaciens ! Des cérémonies solennelles pour commémorer la date de couronnement de l’empereur sont instaurées, et l’on célébrera le même jour des mariages de soldats et de jeunes filles !

5Côté religion, l’évêque Jean Pierre Saurine en poste à partir de juin 1802, jusqu’à sa mort en 1813, est un fidèle de l’Empereur, mais conservera une grande liberté de pensée. Sa mission n’est pas facile : la reconstitution du clergé, la nécessité d’en finir avec l’antagonisme entre les prêtres réfractaires et constitutionnels, l’entente des curés catholiques et des pasteurs protestants pour l’usage de l’église mixte (sans compter l’importance de la mixité religieuse avec de nombreux juifs, anabaptistes…).

6Côté économie, « le peuple est content, les trésors enlevés à l’ennemi l’enrichissent, les métiers, les sciences, les arts sont dans un état florissant… » proclame Jean-Frédéric Aufschlager, professeur au Gymnase de Strasbourg. L’affirmation vaut surtout pour Strasbourg, le destin des paysans est plus médiocre, frisant même la crise. La météo exécrable certaine année oblige à acheter les céréales hors de l’Alsace. « Entre mythe et réalité, la prospérité agricole alsacienne sous l’Empire fait débat ». Les manufactures se développent, mais la crise de 1810-1812 provoque l’effondrement du commerce et de l’industrie et fait flamber le chômage.

7La fin du règne, avec la première invasion de l’Alsace, la première Restauration, puis la seconde invasion, vont bouleverser la vie en Alsace. La mort de l’Empereur est un choc ! La province a connu un grand bouleversement en dix ans, elle a vécu une assimilation en douceur, elle a développé ses relations commerciales avec toute l’Europe. Brassant les hommes, l’armée a joué un indéniable rôle d’intégration.

8Saluons un ouvrage passionnant à lire, complété par la publication des mémoires de Mathias Ostermann de 1799 à 1815, par une chronologie de l’Alsace, des biographies et les sources bibliographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr-Stamm, « Muller (Claude), « Vive l’empereur ! » L’Alsace napoléonienne 1800-1815 », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 367-368.

Référence électronique

Gabrielle Claerr-Stamm, « Muller (Claude), « Vive l’empereur ! » L’Alsace napoléonienne 1800-1815 », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1667

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr-Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page