Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XVIIIe - XIXe siècle

Lutterbeck (Klaus-Gert), Politische Ideengeschichte als Geschichte administrativer Praxis. Konzeptionen von Gemeinwesen im Verwaltungshandeln der Stadt Strassburg 1800-1914

Frankfurt am Main, Vittorio Klostermann, 2011, 470 p.
François Igersheim
p. 368-370
Référence(s) :

Lutterbeck (Klaus-Gert), Politische Ideengeschichte als Geschichte administrativer Praxis. Konzeptionen von Gemeinwesen im Verwaltungshandeln der Stadt Strassburg 1800-1914. Frankfurt am Main, Vittorio Klostermann, 2011, 470 p.

Texte intégral

1Cette thèse d’habilitation (2008) en science politique du professeur de Greifswald Klaus-Peter Lutterbeck sur un sujet qui suscite curiosité et intérêt peut surprendre le lecteur historien. L’auteur a bien multiplié les précautions : il ne faut pas appréhender cet ouvrage comme un récit primaire d’histoire administrative qui aurait la prétention d’informer le spécialiste sur les points de détail (p. 30). Pourtant, il les oublie lorsqu’arrivé au bout de son étude, il écrit : « l’histoire locale de Strasbourg dispose avec le présent travail d’une histoire lacunaire certes mais continue de l’administration de la ville de 1800 à 1914 ». (p. 420). Voire !

2Partons des intentions de l’auteur. Il s’agit de mettre en relief les idées politiques qui s’expriment dans la pratique (praxis !)de l’administration municipale strasbourgeoise de 1800 à 1914. Soit ! Mais que recouvre ce terme polysémique ? L’auteur délimite son champ : la pratique administrative recouvre la « police », entendue comme mission de sécurité, de salubrité et de bienfaisance publique (Sicherheits und Wohlfahrtspolizei) d’une municipalité, définie comme communauté (Gemeinwesen). Lutterbeck parcourt donc la bibliographie relative à la municipalité de Strasbourg tout au long du XIXe siècle. Car s’il se fonde sur une série de mémoires imprimés rédigés par les maires ou les services de la mairie, l’ouvrage, à ses risques et périls, repose sur l’historiographie existante. L’étude relève par moments du bulletin bibliographique. L’auteur a-t-il choisi Strasbourg à cause de l’abondance de la littérature de seconde main ? L’analyse du reflet historiographique de l’action des municipalités et des maires pendant le XIXe siècle n’est pas inintéressante, mais il faut être un fort bon connaisseur de l’histoire municipale et de son historiographie pour la mener à bien de façon absolument convaincante.

3Au moins l’étude est-elle utile par les synthèses opérées ? Venons‑en à la période allemande, où l’auteur est visiblement plus à l’aise. Il fait le point sur la longue historiographie consacrée à l’essor urbain de Strasbourg, avec la construction de la Neustadt, la révision du nord-est du plan Conrath par Ott, la grande percée et le Stockfeld, la politique d’assistance de Strasbourg, l’office municipal de placement et l’assurance municipale de chômage, l’intervention municipale dans l’économie et les sociétés d’économie mixte : au total une étude et une exposition complète et bienvenue en particulier sur la politique municipale développée par Schwander (et ses adjoints ou collègues, Dominicus, Cossmann, Blaum, Leoni). À plusieurs reprises, l’auteur resitue l’essor urbain de Strasbourg dans le sillage des progrès de l’administration municipale allemande et en cite le symbole, l’Oberbürgermeister de Francfort-sur-le-Main, Adickes.

4Est-ce pour satisfaire aux exigences de sa discipline que Lutterbeck estime devoir prouver que « cette pratique administrative » doit tout à « l’identité de la ville et à la continuité des politiques que l’on y a développées » (p. 28) ? En outre, il veut apporter une contribution nouvelle à l’histoire des sciences politiques en dégageant, dans l’étude de cas de Strasbourg, des idées politiques partant exclusivement de la pratique (praxis) administrative ? N’est-ce pas délimiter de façon un peu factice les champs respectifs de l’État et des municipalités et des conceptions qui au fil des temps président à leurs interventions ? Car Lutterbeck part du principe qu’elles ne sont pas déterminées par l’État (national – français ou allemand –), mais par la pratique de la municipalité de Strasbourg dans sa continuité historique (Strassburger Verwaltungsverfassung, p. 25, p. 414). C’est, on en a bien peur, une argumentation circulaire. La définition in extremis de « types d’administrateurs », caractérisés pour le premier par l’adhésion à une société de classes et au primat de l’économie de marché et du laisser faire (Kentzinger), pour le second tout aussi libéral, mais paternaliste et prônant le recours à une intervention correctrice (Schutzenberger), le troisième, plus autoritaire et paternaliste mais interventionniste (Coulaux), le quatrième contestant le primat de la lutte de classes et développant l’idée d’une municipalité intégratrice (Schwander) ne vient qu’à la conclusion. Pour que cette comparaison prenne tout son envol, l’on voit bien qu’il faudrait recourir à la traditionnelle histoire des idées et des partis politiques. Que la pratique administrative de la ville de Strasbourg ait été déterminée par le cadre matériel et humain de la ville elle-même, habitat, voirie, eaux, habitants, cela va de soi. C’est le cas de toutes les villes. Admettons encore que ce cadre matériel contribue à définir les traits d’une « Verwaltungsverfassung », concept qui n’évacue pas le risque de l’anhistoricité, même si l’auteur concède que les compétences municipales ont considérablement étendu leur champ pendant la période tant en France qu’en Allemagne. Que l’évolution des conceptions des idées politiques sur l’intervention des villes dans leur champ administratif ne doive rien aux pouvoirs des États nationaux, au développement des idées politiques dans le cadre politique national, le bon et utile exposé sur les « politiques municipales » strasbourgeoises du Reichsland que nous donne Lutterbeck, ne le démontre guère, et bien plutôt le contraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Lutterbeck (Klaus-Gert), Politische Ideengeschichte als Geschichte administrativer Praxis. Konzeptionen von Gemeinwesen im Verwaltungshandeln der Stadt Strassburg 1800-1914 », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 368-370.

Référence électronique

François Igersheim, « Lutterbeck (Klaus-Gert), Politische Ideengeschichte als Geschichte administrativer Praxis. Konzeptionen von Gemeinwesen im Verwaltungshandeln der Stadt Strassburg 1800-1914 », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1668

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page