Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XXe siècle, Guerre mondiale, époque contemporaine

Pfeiffer (Thomas), Alsace le retour du loup. Un siècle après son éradication, il revient, faut-il en avoir peur ?

Strasbourg, La Nuée Bleue, 2011, 189 p. (préface Georges Bischoff)
Philippe Jéhin
p. 376-378
Référence(s) :

Pfeiffer (Thomas), Alsace le retour du loup. Un siècle après son éradication, il revient, faut-il en avoir peur ? Strasbourg, La Nuée Bleue, 2011, 189 p. (préface Georges Bischoff).

Texte intégral

1Passionné par le loup depuis l’enfance, Thomas Pfeiffer publie de façon très opportune un ouvrage consacré à son animal favori, à l’heure où il réapparaît dans le massif vosgien après une absence d’un siècle. En effet, en juillet 2011, un loup est photographié au col du Bonhomme. À la fin de l’hiver 2012, un second spécimen hanterait les Hautes Vosges. Le loup est donc bien de retour dans le massif, révélant sa présence alternativement sur le versant alsacien et lorrain.

  • 1 PFEIFFER (Thomas), Sur les traces des brûleurs de loups, l’homme et le loup en Dauphiné, Paris, L’H (...)

2Ce livre est le résultat d’un travail de recherche historique, mais aussi d’une passion d’un homme engagé en faveur de la protection du loup, au point que la réponse au sous-titre transparaît dès les premières lignes du prologue, l’auteur se qualifiant « d’ambassadeur du loup ». Pour comprendre ce fauve, Thomas Pfeiffer a erré sur ses traces dans le parc du Gévaudan (Massif Central), dans les Alpes1, puis dans les archives alsaciennes, avant peut-être de le rencontrer au détour d’un bois dans les Vosges ou de la plaine d’Alsace.

  • 2 DELORT (Robert), Les Animaux ont aussi une histoire, Paris, Le Seuil, 1984, 391 p.
  • 3 PASTOUREAU (Michel), L’ours, histoire d’un roi déchu, Paris, Le seuil, 2007, 419 p.

3L’étude de Thomas Pfeiffer s’inscrit dans le cadre de l’histoire de l’environnement, et plus particulièrement l’histoire de la faune lancée en 1984 par le médiéviste Robert Delort2. De tous les représentants de la faune de nos latitudes, le loup est certainement l’animal sauvage le plus évoqué dans les archives. Le loup n’a pas la royauté de l’ours3, la ruse proverbiale du renard ou la discrétion du lynx, son rôle de charognard en a fait le symbole des périodes troublées et sa voracité le parangon de la cruauté. Pourtant, l’auteur entend bien réhabiliter ce prédateur : « Pourquoi la France s’est-elle distinguée par une haine aussi terrible contre cet animal noble, courageux et endurant, organisé socialement en clan ? » écrit-il (p. 186).

  • 4 PFEIFFER (Thomas), « Le loup en Alsace : de mémoire d’homme », Revue d’Alsace, no132, 2006, p. 175- (...)

4L’ouvrage s’article en quatre parties fort distinctes, agrémentées d’un cahier central de photos en couleurs de Vincent Munier. Dans les deux premiers chapitres assez brefs, Thomas Pfeiffer s’interroge sur les conditions du retour de ce prédateur dans la région, puis il apporte d’utiles précisions sur la vie et les mœurs du loup. Les deux parties suivantes paraissent bien plus consistantes, elles forment le cœur de l’ouvrage, le résultat des recherches de l’historien. L’histoire de la présence du loup en Alsace reprend les faits présentés en 2006 dans la Revue d’Alsace4 (p. 175‑203) dont il faudra se référer pour trouver une bibliographie qui fait malheureusement défaut dans le présent ouvrage. Les nombreuses mentions du loup en Alsace sont présentées de façon chronologique. On peut regretter que cet important corpus ne fasse pas l’objet d’une analyse plus fine à travers une typologie des cas, des agressions, des attaques, ou une cartographie avec les densités de loups au fil des siècles. Il semblerait en effet que le loup soit davantage présent dans la plaine que dans la montagne. S’il hante la forêt de la Hardt et le Sundgau ou l’Alsace Bossue, il paraît moins répandu dans les Hautes Vosges. Cette fréquence est-elle effective ou reflète-t-elle la disparité des sources ? La dernière partie évoque les symboles et l’imaginaire lié au loup dans la mentalité occidentale. Ysengrin, le loup ridiculisé par Renart, s’est mué en fauve cruel, l’incarnation du mal sous toutes ses formes, dans les contes, les légendes et les affaires de sorcellerie. Pourtant, le loup imprègne toute la société et les paysages : il se retrouve abondamment dans l’héraldique et dans la toponymie alsacienne.

  • 5 MORICEAU (Jean-Marc), Histoire du méchant loup. 3 000 attaques sur l’homme en France (XVe-XXe siècl (...)
  • 6 A.D.H.R. E 1170
  • 7 Battues et primes aux loups début XIXe siècle dans le Haut-Rhin, A.D.H.R. 7 M 22-25.
  • 8 JEHIN (Philippe), « La chasse aux loups dans le Sundgau au début du XIXe siècle », Annuaire de la S (...)
  • 9 A.D.H.R. E 693.

5L’étude de Thomas Pfeiffer apporte donc un élément important dans le débat sur le retour du loup dans la région. Son point de vue s’oppose catégoriquement à la thèse du « méchant loup » de Jean-Marc Moriceau5. Thomas Pfeiffer soutient en effet que le loup est un animal craintif et inoffensif pour l’homme ; il ne serait qu’un « bouc émissaire », expression récurrente et même inconsciemment paradoxale quand on songe à ses proies comme la chèvre. La démonstration de Thomas Pfeiffer souffre cependant d’une grande faiblesse : l’auteur apporte de multiples exemples qui contredisent sa thèse, sans qu’il juge nécessaire de le souligner. Les archives alsaciennes ne signaleraient aucune attaque gratuite de loup sain (p. 182). Pourtant, des contre-exemples émaillent le récit (p. 82 à 87), comme à Hohrod où « un loup s’attaque à un jeune berger et arrache la tête d’une femme » en 1640, à Jebsheim où « beaucoup de personnes ont été mordues et dévorées par des loups en 1679 »… Et de conclure « si les loups étaient aussi dangereux pour les hommes qu’on s’est complu à le prétendre depuis si longtemps, pourquoi aucun seigneur n’a pris la décision d’organiser de vastes battues systématiques, destinées à éradiquer l’animal ? » (p. 183). Or, il se trouve que des traques aux loups sont organisées aux XVIIe et XVIIIe siècles dans la forêt de l’Ill par la ville de Sélestat en accord avec la chancellerie de Ribeaupierre à la suite des attaques de troupeaux6. Depuis le Moyen Âge, les autorités ont lutté contre la prolifération des loups, soit par des battues qui s’intensifient au début du XIXe siècle7, soit par la délivrance de primes, soit par l’usage du poison au XIXe siècle8. En 1780, la seigneurie de Ribeaupierre décide même la construction d’une cabane pour protéger du froid ses chasseurs de loups dans la vallée de Sainte-Marie-aux-Mines9. Globalement, les attaques de loups touchent principalement les troupeaux, les agressions d’êtres humains demeurent exceptionnelles en Alsace. Si l’homme cherche à éradiquer le loup, c’est surtout pour lutter contre la menace qu’il représente pour le bétail.

6En dépit de ces quelques contradictions, l’étude de Thomas Pfeiffer illustre le renversement d’image du loup dans la société contemporaine, désormais coupée de ses racines rurales et agricoles.

Haut de page

Notes

1 PFEIFFER (Thomas), Sur les traces des brûleurs de loups, l’homme et le loup en Dauphiné, Paris, L’Harmattan, 2009, 206 p.

2 DELORT (Robert), Les Animaux ont aussi une histoire, Paris, Le Seuil, 1984, 391 p.

3 PASTOUREAU (Michel), L’ours, histoire d’un roi déchu, Paris, Le seuil, 2007, 419 p.

4 PFEIFFER (Thomas), « Le loup en Alsace : de mémoire d’homme », Revue d’Alsace, no132, 2006, p. 175-203.

5 MORICEAU (Jean-Marc), Histoire du méchant loup. 3 000 attaques sur l’homme en France (XVe-XXe siècle), Paris, Fayard, 2007, 623 p., L’Homme contre le loup, une guerre de deux mille ans, Paris, Fayard, 2011, 479 p.

6 A.D.H.R. E 1170

7 Battues et primes aux loups début XIXe siècle dans le Haut-Rhin, A.D.H.R. 7 M 22-25.

8 JEHIN (Philippe), « La chasse aux loups dans le Sundgau au début du XIXe siècle », Annuaire de la Société d’histoire du Sundgau, no17, 2006, p. 329‑338.

9 A.D.H.R. E 693.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Jéhin, « Pfeiffer (Thomas), Alsace le retour du loup. Un siècle après son éradication, il revient, faut-il en avoir peur ? », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 376-378.

Référence électronique

Philippe Jéhin, « Pfeiffer (Thomas), Alsace le retour du loup. Un siècle après son éradication, il revient, faut-il en avoir peur ? », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1677

Haut de page

Auteur

Philippe Jéhin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page