Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Hennequin-Lecomte (Laure), Le patriciat strasbourgeois (1789-1830). Destins croisés et voix intimes

Presses Universitaires de Strasbourg, 2011, 397 p.
Claude Muller
p. 378-379
Référence(s) :

Hennequin-Lecomte (Laure), Le patriciat strasbourgeois (1789-1830). Destins croisés et voix intimes, Presses Universitaires de Strasbourg, 2011, 397 p.

Texte intégral

1Il existe en Alsace, au sein de pléthore de fonds, deux gisements historiques de première importance, tout à la fois en masse documentaire et en qualité d’information. Il s’agit bien évidemment des fonds de Turckheim et surtout de Dietrich, familles luthériennes d’une envergure dépassant la région. Faut-il encore rappeler au lecteur averti l’intérêt de ces centaines de lettres fourmillant d’informations politiques, industrielles, commerciales, amicales et familiales ? C’est surtout la surabondance de ce matériau qui a laissé longtemps pantois et désemparé tout(e) historien(ne), cherchant à exploiter au mieux ces trésors, afin d’en présenter une synthèse aboutie.

2À la suite d’Hélène Georger-Vogt, qui a passé une vie de labeur à décrypter et saisir le fonds de Dietrich remplissant à elle seule quelques rayonnages d’une bibliothèque alsatique digne de ce nom, de Jules Keller qui s’est plutôt intéressé aux de Turckheim, de Michel Hau et de Guy Richard, éminents spécialistes des notables industriels, Laure Hennequin-Lecomte s’est donc, elle aussi, plongée dans cette caverne d’Ali Baba, en fait antre de Clio. Son ouvrage propose, prioritairement, d’étudier les réseaux d’influence du patriciat strasbourgeois, thème dans l’air du temps historiographique.

3On est d’emblée sensible à l’écriture raffinée (féminine ?) de l’auteure et agréablement surpris par quelques belles trouvailles conceptuelles – le temps et l’espace épistolaires, les affinités électives, les vies parallèles –. La place donnée à la littérature, la correspondance et la critique littéraire nous introduit remarquablement dans le monde des femmes cultivées qui vivent aux côtés d’hommes qui gèrent leurs affaires et s’adonnent à la politique. Laure Hennequin-Lecomte insiste surtout sur la cohésion sociale de ce groupe, à juste titre semble-t-il.

4La lecture originale et finalement très personnelle de ces fonds, qualité évidemment et non pas défaut, constitue tout à la fois l’intérêt et la limite de cet ouvrage. À force d’insister sur la cohésion – réelle – de ce groupe, qu’en est-il des ruptures ? Rappelons que les deux enfants de l’emblématique Frédéric de Dietrich et de Sybille Ochs, lui luthérien et elle calviniste, sont catholiques, ce qui provoque l’ire de Jean de Dietrich, le père de Frédéric – « Il a peine à s’accoutumer à les savoir catholiques », dit Schwendt –. Un choix s’expliquant par le fait que, sous l’Ancien Régime, il faut être catholique pour s’élever socialement. Quel est l’impact d’une telle décision ?

5Après l’anicroche confessionnelle, insistons sur la rupture chronologique. Ancien Régime, Révolution girondine puis montagnarde, Consulat, Empire, Restauration se succèdent à un rythme effréné et imposent à chacun(e) une adaptation constante à la nouvelle donne politique. L’empereur a-t-il d’abord été adulé, avant d’être haï ? Toutes ces évolutions apparaissent dans les deux fonds exploités. Pourquoi ne pas y avoir été sensible ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Hennequin-Lecomte (Laure), Le patriciat strasbourgeois (1789-1830). Destins croisés et voix intimes », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 378-379.

Référence électronique

Claude Muller, « Hennequin-Lecomte (Laure), Le patriciat strasbourgeois (1789-1830). Destins croisés et voix intimes », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1681

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page