Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Burg (Peter), Saar-Franzose, Peter/Pierre Lorson SJ.

Paulinus.de [Trèves], 2011, 294 p.
François Igersheim
p. 384-387
Référence(s) :

Burg (Peter), Saar-Franzose, Peter/Pierre Lorson SJ., Paulinus.de [Trèves], 2011, 294 p.

Texte intégral

1Personnalité en vue de la résidence des jésuites de Strasbourg depuis 1934, Pierre Lorson, mort en 1954, est encore connu aujourd’hui pour sa biographie de Mgr Charles Ruch, parue en 1949. Il a fait l’objet de notices biographiques dans le Dictionnaire de la France religieuse (1987, Blatz reprenant une notice de l’EA 1984) et dans le NDBA (RP. Bonfils, archiviste de la Province de France SJ 1995). Son ouvrage autobiographique et la présente biographie apportent des compléments bienvenus. Né à Differten près de Saarlouis (Sarre) en 1894, Lorson descend d’une famille de mineurs. L’histoire de ce pays est marquée par l’expérience de la frontière. La Sarre relève du diocèse de Trèves, qui avait pour évêque l’influent Mgr Korum, Alsacien. Est-ce à cette influence que le curé de Differten, comme beaucoup de curés d’Alsace, de Moselle, de Suisse, envoie le jeune garçon doué, qui veut être missionnaire en Chine à l’école apostolique d’Amiens, refugiée par l’effet des lois françaises à Thieu (Belgique) ? Il y apprend le français, qu’il maîtrisera parfaitement. Alors que ce petit séminaire recrute pour toutes les congrégations missionnaires ce sont les Jésuites que le Sarrois choisit de rejoindre. Il fait son noviciat à Antoing (Belgique) puis en 1916 est incorporé dans l’armée allemande et sert au front sur le Chemin des Dames. Fait prisonnier en juin 1918, il brûle ses papiers et se fait passer pour Alsacien-Lorrain. Il est envoyé dans un camp d’Alsaciens-Lorrains (Saint-Just - Saint-Rambert), où il rencontre un confrère jésuite, mais mosellan. Tous deux décident de s’engager dans l’armée française, ce qu’ils font dès octobre 1918. Lorson fait 5 mois de service dans la marine à Toulon et est démobilisé. Il reprend le cursus de la formation de jésuite (Florennes, Canterbury, Vals près le Puy), enseigne au collège de Lille, puis, naturalisé français en 1926, est nommé en 1934 à la résidence jésuite de Strasbourg (située au 1 boulevard d’Anvers). Il va y mener jusqu’à sa mort une activité de prédicateur, en particulier à la cathédrale de Strasbourg, de conférencier et de publiciste, donnant des articles d’analyste politique et religieux et de critique littéraire, en particulier au périodique jésuite, Les Études. Il mène à bien des traductions littéraires de l’allemand (Romano Guardini) et des essais sur les auteurs (Guardini, Gertrud von Le Fort, Langässer). Il publie également des essais, dont une vive critique du racisme nazi, sous le pseudonyme de Louis Valdor. Appelé sous les drapeaux, il est aumônier militaire d’une unité de la ligne Maginot, qui se replie dans la débâcle et est encerclée dans les Vosges à la fin de juin 1940. Avec l’accord de ses chefs, il quitte l’unité pour ne pas être fait prisonnier et retourne à Strasbourg puis à Ribeauvillé chez les Sœurs, enfin à Paris. Il passe alors en zone libre et assume les fonctions de professeur de théologie au grand séminaire du diocèse de Fréjus, dont l’évêque est l’ancien professeur de Strasbourg, Mgr Gaudel. Après la Libération, il revient à Strasbourg, où il reprend ses fonctions à la résidence jésuite, mais s’intéresse de près aux affaires sarroises, et en particulier à l’Université franco-allemande de Sarrebrück, où il est en relations avec le recteur Angelloz. C’est un partisan de l’annexion de la Sarre à la France, se distinguant sur ce point de Joseph Hofmann, le ministre président de la Sarre, qui fait campagne pour un statut européen de la Sarre et sera désavoué par référendum. En Alsace, Lorson fait campagne pour le maintien du statut religieux et scolaire spécifique de l’Alsace, s’exprimant en particulier dans deux ouvrages, une monographie consacrée aux Sœurs de Ribeauvillé (1946) et la biographie de Mgr Ruch (1949). Avec la création du Conseil de l’Europe, Lorson prend vivement parti pour l’unité européenne, multipliant articles et ouvrages, dont l’un préfacé par Robert Schuman, qui l’exposeront aux attaques des critiques de « l’Europe vaticane ». Il participe également aux campagnes de Pax Christi, qui veut promouvoir la paix et la réconciliation franco-allemande. Il prend part à l’entreprise de « Documents », la revue franco-allemande du jésuite P. du Rivau et de Joseph Rovan. Il meurt en 1954.

2En 2002, une association « Peter Lorson » se constitue en Sarre, qui souhaite faire connaître la personne et l’œuvre du jésuite à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa disparition, et confie au professeur d’histoire moderne sarrois de l’Université de Munster en Westphalie, Peter Burg, la rédaction d’une biographie. Le groupe pilote fait la découverte aux archives de la Compagnie de Jésus à Vanves, d’une autobiographie de Lorson, rédigée en français. Elle est traduite en allemand et publiée comme la présente biographie, avec le concours de la Fondation chrétienne-démocrate de Sarre (Union Stiftung), en 2004, sous le nom, René Baltus, Pater Lorson, Grenzländer, Domprediger, Europäer, 1897-1954. Le pseudonyme Baltus, nom de sa grand-mère, et titre d’un livre de René Bazin, Baltus le Lorrain, est fréquemment utilisé par Lorson. Le texte français de ces mémoires, « Franco-Sarrois, histoire d’une vie » commencées en 1943 à Fréjus et s’arrêtant en juin 1945, et où Lorson n’a pas rédigé le chapitre sur son activité à Strasbourg depuis 1934, est publié sur le site de l’auteur du présent ouvrage, Peter Burg www.peter-burg.de (9/6/2012) et mériterait sans doute une édition moins confidentielle et plus pérenne.

3Trop linéaire, la biographie de Burg, introduite par un résumé de la vie de Lorson, suit de près l’autobiographie jusqu’en 1945. Et en général, elle se cantonne trop exclusivement à l’analyse résumée des publications de l’auteur, au fil de leurs parutions énumérées en annexe par une bibliographie développée. Elle ne relève pas la question que soulève la parution pendant la guerre, et sous son propre nom, de « l’Avenir mystérieux des âmes et du monde » (1941) et de « la Révolution des Cœurs » (1942), lieu d’édition Colmar/Paris. Elle ne tente pas d’analyser le rôle et l’influence de la résidence jésuite de Strasbourg où est nommé Lorson quelque temps après le renvoi du P. Riedinger. On aurait aimé avoir une analyse plus fouillée des analyses du P. Lorson sur le racisme nazi, en relations avec celles de ses confrères belge le P. Charles et lyonnais le P. Chaillet. Elle donne bien un aperçu sur les opinions mitigées que ses confrères de la résidence, les Pères jésuites aumôniers et prédicateurs de l’après-guerre, Bernard et Minéry, ont de lui, mais n’en donne pas les raisons de fond. Très centrée sur la Sarre, où l’on situe les lecteurs de l’ouvrage, elle se défend trop de mettre en valeur un « Saar-Franzose » (quasiment un traitre !), et on ne voit pas assez les liens et les différences de la politique que défend Lorson et celle de Johannes Hoffmann. Pourtant Burg s’est intéressé de près à l’action du ministre-président sarrois. Il en va de même pour tous les mouvements et réseaux s’occupant de réconciliation franco-allemande de cette dure après-guerre. Que dire de l’ouvrage de Burg ? La personnalité du jésuite strasbourgeois méritait une biographie et il faut lui être reconnaissant de l’avoir tentée. Mais elle n’épuise pas le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Burg (Peter), Saar-Franzose, Peter/Pierre Lorson SJ. », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 384-387.

Référence électronique

François Igersheim, « Burg (Peter), Saar-Franzose, Peter/Pierre Lorson SJ. », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/1692

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page