Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Froville (Daniel), Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

La Nuée Bleue, mai 2012, 320 p.
François Igersheim
p. 387-389
Référence(s) :

Froville (Daniel), Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté, La Nuée Bleue, mai 2012, 320 p.

Texte intégral

1« Une biographie aussi documentée qu’inspirée », nous annonce la quatrième de couverture de l’éditeur, qui a nécessairement une bonne opinion d’un auteur qu’il publie. Peut-on le croire ? Pas toujours, ou presque jamais, serait tenté de répondre.

2Nous partagerons cependant, pour cet ouvrage, la bonne opinion de l’éditeur.

3Daniel Froville, originaire de Normandie, n’a pas connu le Père Bockel comme étudiant. Ce cadre de banque n’est pas un historien professionnel, et c’est sans doute pour répondre à ses interrogations religieuses qu’il a été en contact avec Pierre Bockel pour une série d’entretiens et dans les dernières années de sa vie. Il a depuis mené plusieurs recherches de front, portant sur la Brigade Alsace-Lorraine, sur André Malraux. Un premier ouvrage titré De la Brigade Alsace-Lorraine à la cathédrale de Strasbourg devait paraître en octobre 2011 aux Editions Place Stanislas, mais a disparu dans le naufrage de cette maison.

4Voilà qu’il nous donne un Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté.

5Bien entendu, la Nuée Bleue témoigne ici aussi de son hostilité de règle (sauf exceptions) à un minimum d’appareil scientifique. Pourtant, une lecture attentive nous permet de reconstituer l’itinéraire de sa recherche : les archives Pierre Bockel auprès de la famille Bockel à Thann, les Archives de l’archevêché de Strasbourg, les archives du séminaire des Carmes à Paris, la bibliothèque littéraire Jacques Doucet, et aux ABR, le fonds de la Brigade Alsace-Lorraine constitué lors de l’enquête de Léon Mercadet et enrichi par Bernard Metz et l’Amicale de la Brigade. Enfin, toute une série d’entretiens qui sont mentionnés dans des remerciements. Ouvrage par conséquent « bien documenté ».

6De plus, l’écriture est agréable et l’intérêt du lecteur ne se dément jamais. Sans doute est-ce dû à l’évidente sympathie qu’il éprouve pour son personnage et qu’il arrive à faire partager.

7La période de la guerre occupe un petit tiers de l’ouvrage (de la p. 13 à 113). Elle commence par la jeunesse du futur aumônier. On reste un peu sur sa faim. Est-il possible que Pierre Bockel soit resté aussi imperméable à la politique dans laquelle baignait son père, en particulier au moment du Front Populaire, et qui a nécessairement entraîné des contacts avec les extrémistes thannois, Dungler ou de Saint-Amarin, Kibler ? Le récit de l’engagement de Pierre Bockel dans la Résistance, qui bifurque souvent dans une histoire de la Brigade Alsace-Lorraine, désormais bien établie, est cependant utile par les précisions chronologiques qu’il apporte sur les contacts de Bockel lui-même. Par contre, l’épisode, souvent relaté, du contact entre Bockel et Bidault daté du 4 janvier 1944 aurait mérité d’être mieux explicité. Comment a-t-il pu rencontrer le président du CNR ? Qui l’avait mandaté ? Peut-être aurait-il dû être plus complet dans les citations de sources, puisqu’il les connaît, s’y réfère et leur rend justice dans ses publications antérieures.

8Le véritable apport de l’ouvrage réside dans l’évocation de l’après‑guerre. Pourtant, la carrière active de Pierre Bockel, comme aumônier de lycée, des étudiants et comme archiprêtre de la cathédrale, n’occupe que quarante pages (p. 115 à 155). Elle est cependant précieuse par le récit et par le nombre de noms connus qui interviennent dans ces pages : elles reconstituent une trame qui était peu visible. On voit aussi la présence qu’assure et l’influence qu’exerce ce qu’on peut appeler un « notable » de l’Église d’Alsace, aux amis si divers dans tous les camps politiques, dans les rangs de la majorité au pouvoir inévitablement, du fait du gaullisme dominant, mais aussi du fait de l’importance des amitiés résistantes de ceux que nous appellerons en bloc « les amis de Témoignage Chrétien ». Sans doute aurait-on dû évoquer aussi l’initiative prise avec l’accord de Fonlupt-Espéraber, en décembre 1944 encore, par Bockel, l’abbé Louis Kammerer et Maître Moser de prendre contact avec le tout nouveau MRP [Francisque Gay, Bidault] pour « négocier le rattachement de nos anciens partis alsaciens au MRP, d’inspiration chrétienne et immédiatement issu de la Résistance… ». (L’enfant du rire, p. 79-80). On appréciera l’importance qu’accorde l’auteur à la revue Bible et Terre Sainte. Les liens entre Mgr Bockel et Mgr Elchinger, deux dignitaires marqués par leur expérience de « réfugiés » sont mis en relief.

9L’analyse des livres de Pierre Bockel, qui ressort ici d’abord comme écrivain et artiste, constitue l’un des attraits de l’ouvrage de Froville. Le mémorialiste, de l’Enfant du rire et du Temps de naître occupe une place importante. Les citations sont souvent éclairantes, même s’il y a des redites. On regrette une fois de plus que n’en soit pas données les références. Bien sûr, le choix des citations nous restitue l’image et les positions d’un homme bon, généreux, amical, jusqu’à la naïveté. Dirons-nous d’un Franciscain ? Les propos amicaux des jeunes étudiants, ses amis, qui le sont restés tout au long de sa vie et de la leur, sont de ce point de vue éclairants, même s’ils sont souvent prononcés lors de cérémonies de commémoration ou dans des nécrologies. Du tableau précieux que l’auteur consacre aux amis de Bockel, émerge la figure de Malraux, et deux chapitres sont en fait consacrés quasi exclusivement à ce héros. Entouré de ses paladins, devenus ses amis, comme dans la clairière de Durestal, ou dialoguant avec son chapelain.

10Car le fil conducteur de cet ouvrage, c’est la mémoire entretenue d’une grande épopée, celle de la Résistance et de grandes amitiés, dont celle d’André Malraux avec Pierre Bockel. Grandes amitiés ? On voit sans peine que c’est aussi une œuvre d’écrivain que nous donne Froville, sur des écrivains, des héros positifs, des héros littéraires. Œuvre imparfaite, certes, mais fort intéressante, fort attachante et par le tableau restitué d’une époque, sans doute importante pour l’historiographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Froville (Daniel), Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 387-389.

Référence électronique

François Igersheim, « Froville (Daniel), Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1694

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page