Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Wirrmann (Benoît), Maurice Moerlen. Une vie à l´orgue

Jérôme Do Bentzinger, [ISBN 9782849602799], préface musicale de Jean-Pierre Leguay (Brève II)
Daniel Maurer
p. 397-398
Référence(s) :

Wirrmann (Benoît), Maurice Moerlen. Une vie à l´orgue, Jérôme Do Bentzinger, [ISBN 9782849602799], préface musicale de Jean-Pierre Leguay (Brève II)

Texte intégral

1Benoît Wirrmann travaille au Pôle d’excellence Alsatiques à la Bibliothèque nationale et universitaire à Strasbourg. Chercheur dans le domaine de l’histoire de la musique et de l’Alsace, il unit ses deux passions pour retracer de façon originale la carrière de Maurice Moerlen, grande figure de l’orgue en Alsace avec 70 ans passés au service de cet instrument, dont 30 comme titulaire de la Cathédrale de Strasbourg (1971 à 2002). Son parcours a particulièrement intéressé l’auteur pour l’ouverture de cette biographie vers de nombreux domaines, et son lien avec des grands noms du monde musical comme Alfred Cortot, Albert Schweitzer, Maurice Duruflé, Gaston Litaize, Michel Chapuis ou Jean-Pierre Leguay. Après avoir évoqué ses années de formation, Benoît Wirrmann nous parle de son activité de concertiste international, d’organiste liturgique, de maître de chapelle, de pédagogue (Conservatoire de Colmar, Conservatoire de Mulhouse, Académie d´orgue de St-Dié, stages), des nombreux musiciens qu’il a formés – dont plusieurs sont professionnels de renom –, de ses nombreux enregistrements discographiques et des émissions auxquelles il a participé. Maurice Moerlen a également été administrateur de la Fédération Francophone des Amis de l’Orgue et on lui doit, en tant qu’expert reconnu, la restauration ou la construction d’un certain nombre d’instruments qu’il a par ailleurs inaugurés.

2Le livre de Benoît Wirrmann retrace la carrière d’un musicien complet et accompli, le tout agrémenté de photos, de reproduction d’affiches, de détails techniques sur plusieurs orgues, et d’un tableau chronologique complet de sa carrière.

3Il faut signaler toutefois quelques omissions, comme dans l’évocation de ses origines familiales (qui par ailleurs fourmille de détails) et de ses débuts dans la musique : n’aurait-il pas été utile de préciser, page 12, le nom « d’un cousin de son père », organiste au Temple St-Etienne de Mulhouse, déjà à l’origine de sa fascination pour l’orgue, Jules Moerlen ? De même, page 13, la « fille d’un cousin de son père », professeur de piano au Conservatoire de Mulhouse, qui a initié ses premiers débuts au clavier mériterait aussi d’être nommée : Marthe Moerlen.

4Les citations d’écrits des musiciens côtoyés sont intéressantes et corroborent la quintessence de ces contacts. Mais il aurait été encore plus intéressant de pouvoir les lire plus nombreuses tirées du « live » plutôt que du « livre », apportant ainsi une touche encore plus personnelle.

5En tout cas, le style se veut vivant et non académique, accessible à tous.

6Et, cerise sur le gâteau, en guise de préface, « Brève II », une partition pour orgue inédite de Jean-Pierre Leguay, compositeur, co-titulaire du grand orgue de Notre-Dame de Paris et dédiée à son ami Maurice Moerlen qui en renforce l’originalité !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Maurer, « Wirrmann (Benoît), Maurice Moerlen. Une vie à l´orgue », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 397-398.

Référence électronique

Daniel Maurer, « Wirrmann (Benoît), Maurice Moerlen. Une vie à l´orgue », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1698

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page