Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Bonz (Tobias), Michelon (Éliane), Jean Gaspard Weiss, Autobiographie - Lebens- und Reichsbericht eines Musikers aus dem 18. Jahrhundert

Edition bilingue publiée en collaboration avec les Archives de Mulhouse et Antichi Strumenti - Beeskow : Ortus Musikverlag, 2012, VIII, 150 p.
Geneviève Honegger
p. 400-401
Référence(s) :

Bonz (Tobias), Michelon (Éliane), Jean Gaspard Weiss, Autobiographie - Lebens- und Reichsbericht eines Musikers aus dem 18. Jahrhundert - édition bilingue publiée en collaboration avec les Archives de Mulhouse et Antichi Strumenti - Beeskow : Ortus Musikverlag, 2012, VIII, 150 p.

Texte intégral

1Jean Gaspard Weiss (Mulhouse 1739-1815), flûtiste virtuose et compositeur, a laissé une autobiographie rédigée en allemand dont le manuscrit est conservé aux Archives municipales de Mulhouse, accompagné d’une traduction française réalisée en 1925 par Madeleine Bretegnier-Desaulles, descendante de l’artiste. Si celui-ci est totalement oublié de nos jours, sa réputation a été grande comme l’attestent les témoignages de ses contemporains, vantant non seulement sa maîtrise technique mais sa sonorité, « la plus pure et la plus naturelle qui soit » (Chr. Fr. Schubart). « Ce qui lui importe, dit encore W. Cramer, c’est un beau phrasé chantant ». On ne peut qu’admirer l’itinéraire de ce fils de cordonnier qui, en égard à ses dons, reçoit quelques leçons à Bâle et à Berne, surpasse rapidement ses professeurs et, muni de ce modeste bagage, suit avec opiniâtreté une vocation irrésistible. À 18 ans, il se fixe à Genève où il vit de leçons et a l’opportunité de rencontrer un jeune aristocrate anglais, lord Abingdon, qui devient son élève et son protecteur. Grâce à lui, il va pouvoir parcourir l’Italie, non sans faire auparavant un séjour à la cour de Mannheim, où il se perfectionne auprès de J. B. Wendling, le flûtiste renommé originaire de Ribeauvillé. Weiss découvre ensuite avec émerveillement la vie musicale de la péninsule, se lie avec Grétry à Rome et s’initie à l’écriture auprès de son maître G. B. Casali. De retour à Genève, il a de nombreux élèves mais, encouragé par lord Abingdon et pour des raisons sentimentales, se décide à tenter sa chance à Londres. Il s’arrête au passage à Paris où son talent lui ouvre les portes des salons. La chance fait qu’il y rencontre Johann Christian Bach et Carl Friedrich Abel, fondateurs de célèbres concerts, qu’il retrouvera à Londres. De 1767 à 1783, Weiss va s’imposer dans cette ville comme le plus prestigieux des flûtistes. Epris de liberté, il refuse le poste de première flûte à l’Opéra mais est accueilli par l’aristocratie. Il épouse la fille d’un basson réputé, joue avec les meilleurs instrumentistes, devient un maître recherché et compose de nombreuses œuvres de musique de chambre. En 1783, il décide de revenir dans sa ville natale avec femme et enfants après avoir amassé un joli pécule. Son autobiographie, écrite vers 1785, ne fait pas état de sa nouvelle orientation, où les responsabilités publiques et son activité au sein des entreprises Schlumberger et Dollfus prennent le pas sur la musique.

2Homme modeste, d’une grande sensibilité, Weiss ne cherche pas à se mettre en valeur mais plutôt à faire partager ses impressions. Particulièrement vivants sont les récits de ses voyages. En ce siècle des lumières où les artistes sillonnent l’Europe, ses déplacements sont l’occasion de rencontres cosmopolites. On glane par ailleurs dans ces pages nombre de renseignements précieux sur la vie quotidienne d’un musicien. Le texte est préfacé et annoté par Tobias Bonz avec une grande rigueur musicologique, cependant qu’Éliane Michelon replace l’artiste dans le contexte local. Généalogies, index, catalogue des œuvres musicales, portraits du flûtiste complètent cette publication très soignée qui enrichit le patrimoine régional.

3Parallèlement, l’ensemble à géométrie variable Antichi Strumenti a enregistré sous le label de Stradivarius (STR 33916) un disque qui réunit un florilège attrayant d’œuvres de musique de chambre. François Nicolet ressuscite la pureté de la flûte du compositeur, entouré par Laura Toffetti (violon), Claudia Monti (alto), Tobias Bonz (violoncelle), Francis Jacob (clavecin). L’éventail très varié des partitions permet de découvrir le talent plein de fraîcheur d’un musicien qui mérite de sortir de l’ombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Honegger, « Bonz (Tobias), Michelon (Éliane), Jean Gaspard Weiss, Autobiographie - Lebens- und Reichsbericht eines Musikers aus dem 18. Jahrhundert », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 400-401.

Référence électronique

Geneviève Honegger, « Bonz (Tobias), Michelon (Éliane), Jean Gaspard Weiss, Autobiographie - Lebens- und Reichsbericht eines Musikers aus dem 18. Jahrhundert », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1707

Haut de page

Auteur

Geneviève Honegger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page