Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Bleikasten (Aimée), Staiber (Maryse), (dir.), Arp en ses ateliers d’art et d’écriture

Strasbourg, Édition des Musées de Strasbourg, Association Jean-Hans Arp, 2011
Hervé Doucet
p. 401-403
Référence(s) :

Bleikasten (Aimée), Staiber (Maryse), (dir.), Arp en ses ateliers d’art et d’écriture, Strasbourg, Édition des Musées de Strasbourg, Association Jean-Hans Arp, 2011

Texte intégral

1L’exposition Art is Arp qui s’est tenue au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg entre les mois d’octobre 2008 et février 2009 a suscité plusieurs publications. À côté du catalogue de l’exposition et de la réédition de l’ouvrage intitulé L’Aubette ou la couleur dans l’architecture : une œuvre de Hans Arp, Sophie Taeuber-Arp ; Théo van Doesburg, le livre Arp en ses ateliers d’art et d’écriture, fait partie de ces publications qui ont contribué à mieux faire connaître l’œuvre et la personnalité de l’un des artistes alsaciens contemporains les plus intéressants. Ce dernier ouvrage est en fait la publication des actes d’un colloque qui s’est déroulé en marge de l’exposition, en janvier 2009.

2Le livre rassemble les contributions signées d’historiens d’art, historiens, philosophes, germanistes qui portent des regards croisés sur l’œuvre d’Arp, qu’elle soit littéraire ou plastique, pour brosser le portrait d’un artiste protéiforme, d’une personnalité sensible.

3L’ouvrage est construit en cinq parties. La première, « Arp en son pays », rassemble les textes d’introduction au colloque. La deuxième partie, « le travail d’écriture », réunit les communications centrées sur les écrits de Hans Arp. Plusieurs directions y sont privilégiées qui mettent en avant les talents littéraires d’Arp. Certains textes sont abordés en tant qu’éléments de la théorie artistique développée par Arp. Le jeu de correspondances entre production littéraire et production plastique est particulièrement éclairant. C’est sur ce dernier axe que se concentre le texte d’Aimée Bleikasten intitulé « Palimpsestes, écritures et réécritures ». Aimée Bleikasten montre qu’Arp avait recours à des façons de travailler identiques pour certaines de ses œuvres littéraires et ses œuvres plastiques. Elle repère par exemple la réutilisation d’un même vers dans plusieurs textes d’Arp ou des versions différentes d’un même texte selon des publications successives. Tout au long de sa vie, Arp reprend son œuvre pour la transformer. Cette méthode de travail est comparée à celle utilisée par Arp pour son collage intitulé Duo-Dessin déchiré aux éléments de Sophie Taeuber et de Jean Arp (1947). À partir du dessin déchiré qu’il avait réalisé avec son épouse en 1939, Arp donna naissance à une nouvelle œuvre en 1947.

4La troisième partie, « Fable d’atelier », porte le titre d’un texte publié paru pour la première fois en 1955 en langue allemande. Ce texte, Wekstattfabeln, est d’ailleurs reproduit ici dans sa langue d’origine puis, pour la première fois, dans une traduction française. Les textes des communications regroupées ici entendent donner des clefs de compréhension de la production arpienne. C’est bien dans ce but que Maryse Staiber, quant à elle, insiste sur les trois évènements traumatisants de la vie d’Hans Arp : la guerre, la mort de Sophie Taeuber en 1943 et l’infarctus dont il a été victime en 1953.

5« Les ateliers d’art », la quatrième partie de l’ouvrage, se concentre avant tout sur la production plastique d’Arp tout comme la dernière partie intitulée « Travail en commun ». Ici sont évoqués notamment les liens qu’entretenaient Arp et Tristan Tzara ou les grands chantiers décoratifs exécutés à Strasbourg – dont l’Aubette, bien sûr – avec Sophie Taeuber et Théo van Doesbourg. Ces deux dernières parties abordent des questions déjà bien connues des historiens d’art. C’est surtout à leur lecture que l’on regrette, bien entendu, le faible nombre d’illustrations par ailleurs reproduites dans des cahiers séparés des textes eux-mêmes. Lorsqu’un ouvrage est consacré à un artiste, il est dommage que ses œuvres ne soient pas directement mises en relation avec les textes qui les commentent. Cela participe de l’aridité de la publication.

6Dans de nombreux textes rassemblés ici revient l’idée que la production de Jean-Hans Arp ne peut pas être véritablement comprise si l’on ne considère pas les principaux évènements de sa vie qui l’ont profondément marqué. Si le souvenir de son épouse est partout présent, ses rencontres avec d’autres artistes européens sont également essentielles. À deux reprises dans l’ouvrage est reproduite une très intéressante citation d’Arp qui définit, en 1944, l’art concret – mouvement qu’il fonda en 1930 avec Théo van Doesbourg – : « Nous ne voulons pas copier la nature (…) Nous voulons produire comme une plante qui produit un fruit et ne pas reproduire. Nous voulons produire directement et non par le truchement. Comme il n’y a pas la moindre trace d’abstraction dans cet art, nous le nommons art concret. » L’étude des textes élaborés par Arp permet donc de comprendre sa propre production dans le domaine des arts plastiques. Daniel Payot et Georges Bloess évoquent tous deux l’idée de l’anonymat de l’artiste défendue par Arp. Pour lui, l’exaltation de l’individu fait courir le risque du conflit. Bloess y voit par exemple la raison de l’abandon des majuscules dans les textes de langue allemande écrits par Arp. Ce détail typographique, tout comme, d’une manière plus large, les conséquences psychologiques du premier conflit mondial sur l’idéal des artistes de la première moitié du XXe siècle – et sur leur production –, peut être rapproché du Bauhaus et de la personnalité éminente qui en est à l’origine : Walter Gropius. L’œuvre d’Arp a souvent été rapprochée du mouvement De Stijl – son amitié avec Theo Van Doesburg témoigne, bien sûr, d’une véritable connivence – avec lequel il partageait cette quête d’un art objectif, s’adressant à tous. Il semble toutefois qu’une autre piste puisse être explorée : celle d’un parallèle entre Arp et Gropius. Tous deux furent pareillement traumatisés par la Première Guerre mondiale. De nombreux auteurs ont montré que ce traumatisme est sans doute à l’origine de la volonté de Gropius de former, au sein de l’école qu’il entendait créer, une communauté d’artistes dont les œuvres étaient censées contribuer à la transformation profonde de la société contemporaine. C’est cet ambitieux objectif que partageait Jean-Hans Arp, artiste alsacien d’envergure internationale que cette publication permet de mieux comprendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Doucet, « Bleikasten (Aimée), Staiber (Maryse), (dir.), Arp en ses ateliers d’art et d’écriture », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 401-403.

Référence électronique

Hervé Doucet, « Bleikasten (Aimée), Staiber (Maryse), (dir.), Arp en ses ateliers d’art et d’écriture », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1708

Haut de page

Auteur

Hervé Doucet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page