Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Befort (Paul-André), Gastebois (Fernand), Henri Loux, l’artiste de l’âme alsacienne

Éditions « A propos de », 2011
Gabrielle Claerr-Stamm
p. 410-411
Référence(s) :

Befort (Paul-André), Gastebois (Fernand), Henri Loux, l’artiste de l’âme alsacienne, Éditions « A propos de », 2011

Texte intégral

1Qui n’a pas un jour mangé dans des assiettes du service « Obernai » ? Mais qui connaît son artiste Henri Loux ?

2Préfacé par Marc Grodwohl, l’ouvrage est né de la main de deux amis qui, s’ils n’ont pas connu personnellement l’artiste trop tôt disparu, sont des proches de sa famille et surtout de grands collectionneurs de ses dessins, tableaux, esquisses…

3L’ouvrage présente d’abord le contexte historique, l’Alsace-Lorraine annexée, les cercles artistiques qui se créent au tournant du siècle, avant de parcourir la biographie du peintre né en 1873 à Auenheim, un petit village au nord de la plaine d’Alsace, sur la Moder. Deux ans plus tard, son père est nommé directeur d’école à Sessenheim. Manifestant des dons sérieux pour le dessin, Henri suivra des cours à la Kunstgewerbeschule, puis à l’Akademie der bildenden Kunst à Munich. En 1897, il est de retour à Sessenheim, mais son village « n’a jamais, du vivant de ce dernier, reconnu ou adopté Loux. Le fils de l’instituteur est considéré comme un artiste par les paysans, un personnage bohème ne sachant travailler de ses bras, dessinant par agrément. Pourtant c’est à partir de ses contemporains villageois qu’il bâtit son œuvre ». Pour l’Exposition universelle de 1900, les visiteurs de la Maison Kamerzell reconstituée à Paris, reçoivent un livret de 32 pages sur les vins et coteaux d’Alsace illustrés de 17  dessins d’Henri Loux. C’est lui également qui a peint l’affiche.

4À la mort de son père en 1901, il s’installe avec sa mère à Strasbourg et participe et expose avec des groupes artistiques de la ville. La faïencerie de Sarreguemines cherche de nouveaux motifs et s’adresse à Charles Spindler. Trop occupé celui-ci prend l’avis de Gustave Stosskopf qui propose la candidature d’Henri Loux. Début 1903, Henri Loux séjourne à Sarreguemines et réalisent ses premiers dessins pour des assiettes. 1904-1905, il recherche de nouveaux motifs de dessins et vagabonde « à travers l’Alsace riante, pluvieuse ou enneigée ». C’est une frénésie dans le travail. Mais début 1906, il est pris de malaise et obligé de restreindre ses activités. Il décède le 19 janvier 1907 à l’âge de 33 ans et 11 mois. Un mois plus tard ses amis organisent une exposition de 163 de ses œuvres et publient pour la fête de la Pentecôte une « Loux-Mappe ». La dernière partie du livre est consacrée à l’œuvre d’Henri Loux, ses nombreuses représentations de costumes de femmes du Kochersberg et du pays de Hanau, ses illustrations de contes et légendes d’Alsace, des sites, des châteaux, des églises, des décors pour des menus et des affiches et bien sûr les villages alsaciens que la Faïencerie de Sarreguemines va diffuser sur ses assiettes pendant des décennies. Quant au service de table « Obernai » deux versions s’opposent concernant son appellation. Les dessins proposés par Henri Loux pour les décalcomanies de Sarreguemines auraient formé un décor mural de l’hôtel « Saint-Jacques » d’Obernai. Certaines clients auraient aimé aussi voir ces décors dans leurs assiettes. Pour d’autres, le propriétaire et gérant du restaurant « À la Cloche » d’Obernai aurait sollicité la réalisation de décors de vaisselle de table à partir de dessins de Loux qu’il connaissait. Toujours est-il que la conception de ce service a été lancée à Obernai et qu’il eut un succès immédiat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr-Stamm, « Befort (Paul-André), Gastebois (Fernand), Henri Loux, l’artiste de l’âme alsacienne », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 410-411.

Référence électronique

Gabrielle Claerr-Stamm, « Befort (Paul-André), Gastebois (Fernand), Henri Loux, l’artiste de l’âme alsacienne », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/1717

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr-Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page