Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Fluck (Pierre), avec le concours de Jean-Marc Lesage, Mulhouse, trésors d’usines

Le Verger, 2011
Gabrielle Claerr-Stamm
p. 416-417
Référence(s) :

Fluck (Pierre), avec le concours de Jean-Marc Lesage, Mulhouse, trésors d’usines, Le Verger, 2011

Texte intégral

1Pierre Fluck, avec plus de 400 publications dont une vingtaine de livres est devenu, sans conteste, le spécialiste de l’histoire industrielle de Mulhouse et des vestiges de son patrimoine.

2Dans son introduction, l’auteur donne le mode d’emploi de son livre : « chacune des pages des différents chapitres de ce livre est composée de deux grands espaces, auxquels se juxtapose une colonne plus étroite dans laquelle viennent se loger les légendes des illustrations et les notes. Le haut de page contient l’exposé courant, le développement de notre sujet, le récit invitant au voyage et pilotant le lecteur. Le bas de page, sur fond coloré, se veut plus précis, soucieux du détail : il renferme en quelque sorte les « fiches techniques pédagogiques » consacrées à un certain nombre de sites choisis… ». On l’aura compris, l’ouvrage est dense, se lit à différents niveaux et est encore enrichi par une illustration judicieuse tirée des archives et mise en parallèle avec de nombreuses photos actuelles.

3L’ouvrage se présente en 7 chapitres qui parcourent les siècles et un épilogue, avec une prolongation par Jean-Marie Lesage sur l’architecture industrielle, réservoir de richesses. Avec « Le silence des manufactures » on découvre la naissance de l’industrie, au sein de la ville médiévale. Les premiers manufacturiers s’installent dans les hôtels particuliers de la noblesse, les moins fortunés construisent des ateliers dans le jardin de leur maison. Par des plans, des photos, des dessins d’archives, l’auteur nous convie à leur découverte dans les rues de la ville. À la charnière XVIIIe/XIXe siècle, c’est l’éclosion « hors les murs », une ceinture d’usines entoure la vieille ville. Au nord, entre le Dollergraben et le Steinbächlein, les usines textiles trouvent l’eau, calcaire ou pure selon le besoin, et les prés pour étendre leur production au soleil. Au sud, naissent des usines mais aussi les jardins de l’industrie, dans le Nouveau Quartier et les fronts de Canal, les structures institutionnelles et les résidences des patrons. Un chapitre est consacré au Steinbächlein, canal usinier qui va concentrer l’implantation de nombreuses usines avec le site de la « Mer rouge ». L’auteur met l’accent sur toutes les destructions de ce patrimoine industriel. Les faubourgs virent s’implanter la « cohorte des petites industries indésirables », fonderies, constructions mécaniques, chimie, valorisation des déchets d’animaux, brasseries, tuileries… Le tracé du canal de décharge de l’Ill libéra des risques d’inondations de vastes espaces au nord de Mulhouse : les filatures qui ont besoin de beaucoup de surfaces s’y construisent. Peu à peu c’est toute la Cité qui est cernée d’usines. La période de l’Annexion voit la construction de grandes usines en briques rouges dont les arêtes des sheds dessinent autant de petites vagues. Avec le XXe siècle, l’auteur aborde les constructions en béton armé.

4« Cet héritage industriel, lorsqu’on change le regard qu’on y porte, se transmute en patrimoine qui s’édifie telle une formidable construction… c’est tout cela qui fait que Mulhouse est différente des autres villes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr-Stamm, « Fluck (Pierre), avec le concours de Jean-Marc Lesage, Mulhouse, trésors d’usines », Revue d’Alsace, 138 | 2012, 416-417.

Référence électronique

Gabrielle Claerr-Stamm, « Fluck (Pierre), avec le concours de Jean-Marc Lesage, Mulhouse, trésors d’usines », Revue d’Alsace [En ligne], 138 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1733

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr-Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page