Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age et Renaissance

CASTEIGT (Julie), dir., Maître Eckhart, Les Cahiers d’histoire de la philosophie

Éditions du Cerf, 2012, 404 p.
Francis Rapp
p. 444-445
Référence(s) :

CASTEIGT (Julie), dir., Maître Eckhart, Les Cahiers d’histoire de la philosophie, Éditions du Cerf, 2012, 404 p.

Texte intégral

1Conformément à l’esprit de la collection dans laquelle il a pris place, cet ouvrage se propose de présenter à ses lecteurs « un état des lieux des études eckhartiennes », et non pas un panorama complet de ce domaine si vaste et si riche, comme l’offre l’Encyclopédie des mystiques rhénans qui permet à ses utilisateurs d’en scruter les moindres recoins. Sous la direction de Julie Casteigt, nous pénétrons dans les ateliers des seize philosophes, historiens de la philosophie et théologiens, de neuf nationalités différentes, dont elle s’est assuré la collaboration. Nous découvrons ainsi la recherche en train de se faire, ce qui nous donne une idée de la diversité des sujets que les chercheurs ont résolu de traiter, des méthodes qu’ils utilisent pour y pénétrer et du style qui est le leur quand ils exposent leurs résultats. Ces dix-sept contributions nous livrent chacune une vue approfondie mais partielle de la montagne de problèmes que contiennent les œuvres de Maître Eckhart. Rendre compte, de façon claire et brève à la fois, de tous ces travaux comme chacun d’eux le mérite, me semble très difficile, pour ne pas dire impossible. Je me bornerai donc à tirer d’une lecture attentive de cet ouvrage des conclusions dont un historien « tout court », qui aurait peut-être quelque peine à suivre les raisonnements des spécialistes, pourrait tirer profit.

2Mystique, Maître Eckhart l’est certainement, mais de la variété spéculative. Magister in Sancta Scriptura, il a à cœur de suivre la méthode scolastique. C’est en usant de la raison naturelle qu’il entend expliquer la Trinité (Aertsen). Il se propose de développer sur le mode philosophique, per rationes naturales, ce que suggère la Bible (Flasch). La naissance de Dieu dans l’âme, cette pièce maîtresse de toute expérience mystique, il l’expose « avec des arguments rationnels », et le professeur qu’est Eckhart d’ajouter « pour que vous puissiez la saisir par vous-même » (Guerizoli). Son souci pédagogique lui inspire la volonté de « conduire un non-lettré au sommet de la théologie scientifique » (de Libera). On comprend que le thème de la naissance ait retenu particulièrement l’attention des philosophes parce qu’il met en lumière un élément fondamental de l’anthropologie, l’être humain étant avant tout relation (Vannier et Casteigt), et qu’il souligne l’importance décisive de la pratique vertueuse (Counet).

3Maître Eckhart n’ignorait pas la pensée de ses prédécesseurs, et ce Cahier d’histoire de la philosophie met en lumière ce qu’il a tiré de leurs œuvres. Qu’il ait utilisé des théories d’Albert le Grand était en quelque sorte naturel (Milazzo). Qu’il ait fait de l’héritage philosophique de Maïmonide « un usage massif et peu commun » (Schwartz) était moins évident. Remontant plus haut le cours du temps, nous rencontrons l’influence de Plotin, du Liber de causis et surtout de l’œuvre dionysienne (Aubry, Milazzo, de Libera). En aval, les contributions de Disperzin, d’Ueda et de Gersch relèvent les parentés de la pensée d’Eckhart avec l’idéalisme allemand, le bouddhisme zen et la philosophie de Jacques Derrida.

4Gardons-nous d’oublier l’article de L. Sturlese, le seul qui relève de l’érudition sans laquelle l’histoire serait creuse. Il s’efforce de répondre à la question que se pose tout éditeur des œuvres eckhartiennes : y-a-t-il eu un corpus des sermons allemands ? Il nous apprend que Maître Eckhart se réfère parfois à son livre (sin buoch), son cahier de brouillon pour ses sermons en langue vernaculaire. Etait-ce ce corpus ?

5L’auteur de cette recension n’a pu retenir qu’une faible part de ce que ce Maître Eckhart renferme de savoir et de pensée. Des lecteurs mieux armés que lui pour en assimiler la substance en feront assurément leur profit. Il est convaincu que ces dix-sept contributions fourniront autant de pièces à ajouter, le moment venu, à la mosaïque d’une réédition complétée de l’Encyclopédie des mystiques rhénans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Rapp, « CASTEIGT (Julie), dir., Maître Eckhart, Les Cahiers d’histoire de la philosophie », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 444-445.

Référence électronique

Francis Rapp, « CASTEIGT (Julie), dir., Maître Eckhart, Les Cahiers d’histoire de la philosophie », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 29 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1795

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page