Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XXe siècle, Guerres mondiales

CHAPATTE (Auguste), Hartmannswillerkopf 1915-1916 : Souvenirs d’un poilu du 15-2

Bernard Giovanangeli Éditeur, 2011, 157 p.
Thérèse Krempp
p. 456-457
Référence(s) :

CHAPATTE (Auguste), Hartmannswillerkopf 1915-1916 : Souvenirs d’un poilu du 15-2, Bernard Giovanangeli Éditeur, 2011, 157 p.

Texte intégral

1Haut lieu de la Grande Guerre, l’Hartmannswillerkopf fut l’enjeu de combats acharnés durant l’année 1915. Attaques et contre-attaques ensanglantèrent les pentes de ce belvédère surnommé le « mangeur d’hommes ». Le 152e régiment d’infanterie fait partie des unités françaises qui s’y sont particulièrement distinguées, à la fois par la vaillance des soldats et par les pertes consenties. Les éditions Bernard Giovanangeli, spécialisées en histoire militaire, nous proposent ici la réédition des souvenirs d’un ancien du 15-2, Auguste Chapatte, qui participa à deux attaques mémorables du sommet de la montagne en 1915. Ce jeune comptable, fils d’un boulanger du Haut-Jura, commença son service militaire en 1913 à l’âge de 20 ans. Après la déclaration de guerre, il termina son instruction à Hûmes, au dépôt du 152e régiment d’infanterie, avant d’être envoyé sur le front en janvier 1915 à Steinbach, au lendemain de la prise du village par son régiment. Auguste Chapatte a participé à l’attaque française du 23-26 mars 1915 à l’Hartmannswillerkopf, puis subi la reprise par les Allemands (25 avril) du terrain conquis en mars. Légèrement blessé à l’œil le 17 juin, il fut renvoyé au Vieil-Armand à la fin du mois d’août. Il a été à nouveau blessé, beaucoup plus gravement cette fois-ci, lors de l’offensive française du 21 décembre 1915.

2Ce récit, écrit dans les années 30, est empreint de patriotisme, mais aussi du pacifisme alors extrêmement répandu chez les anciens combattants : tout en affirmant la nécessité de faire son devoir, le scripteur insiste sur la barbarie de la guerre. Bien entendu, il a effectué un tri dans ses souvenirs, et ne raconte que les événements les plus marquants : sa première nuit de sentinelle, les attaques auxquelles il a participé, la remise de la croix de guerre au 15-2, l’attente angoissante pendant des heures avant d’être relevé par les brancardiers après sa blessure, mais aussi son séjour dans les différents hôpitaux de l’avant et de l’arrière. Chapatte émaille son récit d’anecdotes sur les combats et la vie quotidienne du soldat. Ainsi, quand un assaut de l’adversaire était craint, on donnait l’ordre aux hommes de tirer sans arrêt à ras du sol, devant eux. Mais les fusils chauffaient très vite à ce rythme et il devenait rapidement impossible de les tenir, les soldats étaient donc obligés de se relayer tous les quarts d’heure environ. En novembre 1915, la neige ayant complètement comblée les tranchées, les soldats français et allemands ont été obligés de passer sur celles-ci pour aller aux corvées : impossible de ne pas être vu. Une trêve d’un jour fut alors tacitement respectée par les deux camps. D’autres anecdotes courantes sont évoquées dans le récit et lui donne consistance : la ration de gnôle avant l’attaque, les nettoyeurs de tranchées ou encore la confession, la veille de l’offensive, auprès du camarade prêtre. Écrits simplement, sans emphase ni sentimentalisme mièvre, les souvenirs d’Auguste Chapatte sont très plaisants à lire. Ils sont porteurs de la portée morale d’un vétéran qui raconte son expérience de guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thérèse Krempp, « CHAPATTE (Auguste), Hartmannswillerkopf 1915-1916 : Souvenirs d’un poilu du 15-2 », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 456-457.

Référence électronique

Thérèse Krempp, « CHAPATTE (Auguste), Hartmannswillerkopf 1915-1916 : Souvenirs d’un poilu du 15-2 », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1809

Haut de page

Auteur

Thérèse Krempp

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page