Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XXe siècle, Guerres mondiales

HENSEL (Florian), Le Lingekopf de 1915 à nos jours

Editions Jérôme Do Bentzinger, 2013, 267 p.
Philippe Jéhin
p. 461-463
Référence(s) :

HENSEL (Florian), Le Lingekopf de 1915 à nos jours, Editions Jérôme Do Bentzinger, 2013, 267 p.

Texte intégral

1Alors que les commémorations des combats de la Grande Guerre se profilent, Florian Hensel s’est penché sur le destin posthume du champ de bataille du Linge situé sur une crête délimitant la vallée de Munster et le val d’Orbey. Loin d’un nouveau récit de la bataille, l’auteur renouvelle l’approche de la Première Guerre mondiale. Fruit de plusieurs années de recherches dans les archives mais aussi sur le terrain que l’auteur connaît parfaitement, cette publication reprend un travail universitaire sanctionné par l’obtention d’un master 2 en 2009.

2À l’été 1915, l’état-major français tente une nouvelle percée du front par un contournement sur les hauteurs. Dans le secteur du Linge, la montagne vosgienne est profondément meurtrie par les tirs d’artillerie qui occasionnent d’importants dégâts humains et matériels. L’offensive échoue et le front se fige. La bataille du Linge entre dans l’histoire. L’étude du destin du Linge commence par la description du site dès 1915 à partir des témoignages de poilus (lettres et mémoires). Hormis le récit d’un combattant allemand paru en 1916, les sources allemandes font malheureusement défaut, ce que l’on ne peut que regretter.

3Dans une seconde partie, l’auteur présente les phases successives de la préservation et de la remise en état mise du champ de bataille du Linge. En effet, dès l’armistice, les troupes françaises récupèrent les matériaux militaires et les munitions présentes sur le site. Les autorités civiles envisagent immédiatement la préservation des champs de bataille emblématiques de l’hécatombe que l’Europe vient de subir. Dès juillet 1919, Alexandre Millerand, commissaire général de la République à Strasbourg, demande un rapport sur les zones de combat en tant que « souvenir de guerre ». Ce projet de conservation ne fait pas l’unanimité en France. Certains pensent qu’il convient de supprimer les stigmates paysagers de la guerre pour oublier la tragédie, d’autres soutiennent qu’il faudrait plutôt protéger les traces de la Grande Guerre afin d’en faire un témoignage pour les générations suivantes.

4Dans son rapport d’octobre 1919 dont de longs extraits sont judicieusement publiés en annexe, Frédéric Robida propose le classement des sites militaires des fronts d’Alsace et de Lorraine ainsi que des mesures de protection contre les dégradations naturelles. Des démarches sont alors entreprises pour le classement du site du Linge en dépit des difficultés administratives. Finalement, après le Hartmannswillerkopf en février 1921 et la Tête des Faux en juin 1921, le Linge est à son tour classé au titre des monuments historiques en octobre 1921.

5Loin de constituer un aboutissement, ce statut de monument historique représente un véritable départ pour le Linge qui fait l’objet d’une remise en état, même s’il s’avère problématique car il a été nécessaire de déclasser une partie du site pour permettre les travaux. Le terrain est ainsi sécurisé notamment par les opérations d’évacuation des engins explosifs, le désobusage. Divers matériaux abandonnés sur le terrain tels que des tôles et des fils de fer sont enlevés par des particuliers avant que des entreprises dûment mandatées soient chargées de réhabiliter l’ancien champ de bataille. D’importants travaux de terrassement sont menés. Ils mettent souvent à jour des corps de combattants ensevelis. L’auteur s’attache à montrer que la réhabilitation du Linge passe aussi par la récupération des restes humains et leur ensevelissement dans les cimetières militaires voisins.

6La dernière partie de l’ouvrage aborde la problématique de la patrimonialisation du Linge. Dès la fin de la Première Guerre mondiale, le Linge est devenu un lieu de mémoire, et d’abord pour les anciens combattants, c’est « le tourisme de guerre » des années 1920‑1930. Les autorités civiles et militaires ne manquent d’ailleurs pas d’y organiser des cérémonies de commémoration.

7Pourtant, après la Deuxième Guerre mondiale, le Linge connaît une grande désaffection voire un véritable abandon. Ce n’est qu’à partir de 1967, sous la conduite d’Armand Durlewanger, premier historien de la bataille du Linge, qu’une équipe de bénévoles motivés redonne vie au site. Le terrain est débroussaillé, les détritus accumulés sont évacués, des anciennes fortifications allemandes sont mises à jour. La création du Mémorial du Linge en 1969 parachève cette œuvre de réhabilitation d’un lieu de mémoire. Le réaménagement actuel du Mémorial du Linge qui cherche un second souffle s’inscrit bien dans cette perspective de mémoire de la Grande Guerre analysée par l’auteur.

8L’ouvrage comprend enfin un état de sources et une bibliographie étoffée sur la question. Cette étude sur la réhabilitation du Linge pourrait servir de modèle pour les autres grands champs de bataille de la Grande Guerre, de la Somme au Vieil Armand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Jéhin, « HENSEL (Florian), Le Lingekopf de 1915 à nos jours », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 461-463.

Référence électronique

Philippe Jéhin, « HENSEL (Florian), Le Lingekopf de 1915 à nos jours », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1815

Haut de page

Auteur

Philippe Jéhin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page