Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XXe siècle, Guerres mondiales

LORMIER (Dominique), Koenig, l’homme de Bir Hakeim

Editions du Toucan, 2012, 358 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 464-465
Référence(s) :

LORMIER (Dominique), Koenig, l’homme de Bir Hakeim, Editions du Toucan, 2012, 358 p.

Texte intégral

1Dominique Lormier nous offre ici la première biographie du seul maréchal de France d’origine alsacienne du XXe siècle (nommé à titre posthume en 1984), Pierre Koenig (Caen, 1898-1970), auquel son père, facteur d’orgues venu d’Altkirch, mutilé de la « guerre de 70 », a répété pendant toute son enfance : « Rappelle-toi que ta mère c’est la France, et qu’il faudra la servir. » Dans un tel environnement, il n’est pas étonnant que, comme l’écrit son biographe, « la vocation militaire du jeune Koenig s’éveille très tôt. À l’âge de huit ans seulement, son père lui demande ce qu’il veut faire plus tard. Il répond sans hésiter : ‘‘Je serai général.’’ Il se passionne pour l’histoire militaire, lisant des journées entières des ouvrages qui racontent l’épopée guerrière de la France. Il témoigne un vif intérêt aux récits des grandes batailles, dont celles de la période napoléonienne ». En août 1914, alors qu’il n’a pas seize ans, Koenig parle de rejoindre l’armée, mais son père lui demande de « passer son bachot d’abord ». Finalement, engagé volontaire le 17 avril 1917 au 36e d’infanterie à Caen, Koenig part sur ces bonnes paroles de sa mère, une Jurassienne : « J’aimerais mieux te voir mort que vaincu ! », ce qui en dit long sur l’atmosphère d’exaltation qui règne dans cette famille des marches de l’Est comme dans tant d’autres ; il termine la Grande Guerre comme sous-lieutenant. L’Histoire a retenu son nom comme celui du vainqueur de Bir Hakeim en mai-juin 1942, premier grand fait d’armes de la France libre ; puis comme commandant des FFI (Forces françaises de l’Intérieur) et gouverneur militaire de Paris en 1944. Mais, mêlant sources d’archives, témoignages et apports de la bibliographie, Dominique Lormier nous dresse ici un portrait beaucoup plus complet du personnage : chasseur à pied, légionnaire dans l’entre-deux-guerres ; pièce importante du dispositif franco-britannico-polonais qui permet la victoire – inexploitable en raison de la situation sur le front de France – de Narvik, en Norvège, en juin 1940 ; puis commandant de la zone d’occupation française en Allemagne en 1945, académicien, député (d’abord gaulliste, puis apparenté MRP - démocrate-chrétien) du Bas‑Rhin, ministre de la Défense nationale de Mendès-France. La carrière de Koenig, particulièrement brillante, est retracée ici de manière fluide, la rigueur de la démarche scientifique – même si l’empathie de l’auteur pour « son » maréchal est visible – ne faisant pas obstacle à la lecture. Cette carrière est emblématique de celle de milliers d’optants, enfants de ces Alsaciens et Lorrains annexés, qui ont choisi après 1871 d’émigrer en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « LORMIER (Dominique), Koenig, l’homme de Bir Hakeim », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 464-465.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « LORMIER (Dominique), Koenig, l’homme de Bir Hakeim », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/1818

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page