Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les périodes de l'histoire
XXe siècle, Guerres mondiales

REYNAUD (Thérèse et Georges), Évacués Expulsés Réfugiés. L’exode des Alsaciens-Lorrains dans le Tarn-et-Garonne

Les Cahiers de la Lomagne, Collection Mémoire, 2012, 130 p.
Léon Strauss
p. 474-475
Référence(s) :

REYNAUD (Thérèse et Georges), Évacués Expulsés Réfugiés. L’exode des Alsaciens-Lorrains dans le Tarn-et-Garonne, Les Cahiers de la Lomagne, Collection Mémoire, 2012, 130 p.

Texte intégral

1La Lomagne est un ancien comté de Gascogne réuni à l’Armagnac au XIVe siècle : son territoire est réparti aujourd’hui entre le Gers et le Tarn-et-Garonne. C’est aux réfugiés et expulsés « alsaciens-lorrains » – nous dirions aujourd’hui alsaciens et mosellans – accueillis de 1940 à 1945 en Tarn-et-Garonne, et surtout dans le petit bourg de Beaumont-de-Lomagne qu’est consacrée cette brochure, produit d’une documentation hétéroclite et lacunaire recueillie avant tout aux Archives départementales.

2Il semble que peu d’évacués de septembre 1939 aient été dirigés vers le Tarn-et-Garonne, réservé à d’éventuelles évacuations du Doubs et de Haute-Saône. Impossible de déterminer la part des Alsaciens et Mosellans dans l’énorme masse de réfugiés qui se déversa sur ce département pendant l’exode de mai-juin 1940 qui aurait fait passer le nombre des habitants de 164 000 à 400 000, pendant quelques jours du moins (je me souviens que, réfugiés de Sarrebourg en route vers le Sud-Ouest, nous avons passé quelques heures à Montauban vers le 24 juin) La région devient vraiment un lieu de refuge durable pour nos compatriotes au moment où y fut affecté une fraction des victimes des grandes vagues d’expulsions de novembre 1940 en Moselle et de décembre 1940 en Alsace d’autant plus que le 10 décembre, le préfet de la Moselle, Charles Bourrat, installa ses services maintenus par le régime de Vichy à Montauban, alors qu’Albert Durocher, ancien sous-préfet de Guebwiller, puis de Saverne, puis de Thionville devenait préfet du département d’accueil. Selon une statistique du 1er septembre 1941, résidaient en Tarn-et-Garonne 3 697 Alsaciens-Lorrains « secourus » (c’est-à-dire percevant l’allocation de refugiés) et 1 801 non secourus. Des renseignements plus précis concernent ceux qui furent installés dans la commune de Beaumont, dont on nous présente une liste mentionnant en général la commune d’origine et assez souvent la date de départ de la commune : on constate la prédominance des Bas‑Rhinois (92 personnes) ; les Haut‑Rhinois sont 46 et les Mosellans sont 12. À proximité de Beaumont, la commune de Comberouger abritait six familles de Marmoutier. Le nombre assez important des familles de Saverne, de Dettwiller et de Marmoutier s’explique peut-être par la présence d’un ancien sous-préfet de Saverne à la tête du département.

3Plus qu’une monographie rigoureuse et exhaustive, l’ouvrage présente quelques aspects de l’implantation des exilés soit dans l’ensemble du département, soit en Lomagne. C’est le fruit du caractère forcément lacunaire des documents administratifs conservés aux Archives (reproduits en fin d’ouvrage). Les photos de groupe assez nombreuses conservées par une famille de Saverne et une autre de Comberouger font regretter que les adultes de l’époque, Gascons ou Alsaciens, ne soient plus là pour livrer leur témoignage. On passera sur des approximations, ainsi sur l’importance de la population juive à Strasbourg en 1939, 50 000 ou 60 000 personnes, alors qu’ils étaient moins de 10 000 au recensement de 1936 et que leur nombre avait diminué surtout depuis septembre 1938. Il est aussi question de « 50 000 juifs apatrides en Alsace et 50 000 en Lorraine », alors que la population juive, en majorité indigène, ne dépassait pas 20 000 en Alsace et 8 000 en Moselle en 1939 ! Les historiens amateurs auraient quand même intérêt à se faire relire par des spécialistes, qui leur conseilleraient aussi de rendre anonyme les exemples de personnes suspectées ou coupables de menus délits. Cependant, sur trois points, les documents tarn-et-garonnais abordent des chapitres peu évoqués jusqu’à présent dans l’histoire de ceux qu’on appelle officiellement les PRAF (Patriotes réfractaires à l’annexion de fait). La liste impressionnante des adhérents alsaciens-lorrains à la Légion française des combattants dans le département en février 1941 confirme l’adhésion majoritaire des expulsés au maréchalisme, du moins en 1940‑1941. L’enquête de gendarmerie du 28 février 1941 évoque les problèmes posés par une composante minoritaire des populations expulsées par les deux Gauleiter, « nomades mal acceptés par la population à cause de leur attitude et de leur refus de travailler ». Enfin, on y trouvera aussi un certain nombre d’éléments sur le maintien en zone libre du régime scolaire particulier de nos trois départements dans des « écoles spéciales » et leur personnel enseignant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léon Strauss, « REYNAUD (Thérèse et Georges), Évacués Expulsés Réfugiés. L’exode des Alsaciens-Lorrains dans le Tarn-et-Garonne », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 474-475.

Référence électronique

Léon Strauss, « REYNAUD (Thérèse et Georges), Évacués Expulsés Réfugiés. L’exode des Alsaciens-Lorrains dans le Tarn-et-Garonne », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/1829

Haut de page

Auteur

Léon Strauss

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page