Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

HELMSTETTER (Louise, Pisla), Sur ces chemins où nos pas se sont effacés. Souvenirs d’une tzigane d’Alsace

La Nuée Bleue, 2012, 220 p.
Gabrielle Claerr-Stamm
p. 483-484
Référence(s) :

HELMSTETTER (Louise, Pisla), Sur ces chemins où nos pas se sont effacés. Souvenirs d’une tzigane d’Alsace, La Nuée Bleue, 2012, 220 p.

Notes de l’auteur

Louise Helmstetter est décédée le 30 juin 2013 à Strasbourg.

Texte intégral

1À l’origine de ce livre, il y a la rencontre de deux musiciens, Jean-Claude Chojcan, professeur de guitare au Conservatoire de Strasbourg, et Engé Helmstetter, guitariste manouche, petit-fils de l’auteur. Jean-Claude Chojcan, au fil des ans, s’est lié d’amitié avec la grand-mère Helmstetter.

2Née femme et tzigane en 1926, Louise Helmstetter a le désir farouche de transmettre l’essentiel de ses souvenirs à la génération de ses petits-enfants, volonté de témoigner, sans nostalgie, de principes humanistes, universels et d’en révéler toute la beauté. Ses poèmes en sont le meilleur exemple. Son humour aussi. « La jeune tzigane, grandie dans les prairies et les collines de l’Alsace septentrionale, au bord des rivières, à l’orée des forêts, à l’ombre des roulottes, est danseuse et chanteuse comme elle respire. Après le romani, sa deuxième langue a été l’alsacien, la troisième seulement le français. De ses ancêtres hongrois elle a hérité la csardas, des Américains venus libérer la France les claquettes. Mais une rupture avec le mode de vie ancestral se produit pendant la Seconde Guerre mondiale. Les familles tziganes sont d’abord expulsées de leur terre d’ancrage, l’Alsace bossue, vers la région lyonnaise et, pour certaines, vers le camp d’internement d’Argelès. Pendant l’Occupation, elles sont dépouillées de tous leurs biens, en particulier les roulottes et les chevaux. L’après-guerre leur inflige l’épreuve du froid et de la faim ».

3Louise a essayé d’échapper à son destin en épousant un non-tzigane, mais une fois mariée, elle a continué à vagabonder. Elle a passé son permis de conduire, réalisé un film. Sa fille Marie a recueilli la première version de ses souvenirs, qu’elle a transcrits du romani en français. L’ouvrage insiste sur l’importance de la transmission orale de génération en génération chez les tziganes. « De la richesse, le tzigane ne voulait rien savoir ! La sienne était de voyager à travers le vaste monde. Aussi, pourquoi certains gadjés se méfient-ils de nous ? Leurs biens, leur argent ne nous intéressent pas. Est-ce que par hasard, ils seraient jaloux de notre liberté ? », s’interroge Louise Helmstetter.

4L’auteur dresse un portrait des villages de l’Alsace Bossue de l’entre-deux-guerres, nous entraîne dans les rues d’Uhrwiller, de Kindwiller. On assiste aux travaux des champs auxquels participaient les tziganes. « Sans eau, pas de vie, plus d’espoir. Pour dresser notre campement, les anciens choisissaient toujours des emplacements en lisière de forêt, et la plupart du temps au bord des rivières. Je me fais vraiment du souci pour l’eau sur terre ». De villages en villages, Louise égrène ses souvenirs paisibles, d’une vie dans la nature, proche des paysans, jusqu’à ce qu’éclate la Seconde Guerre mondiale, l’expulsion, puis, après la guerre, le dramatique retour en Alsace. Elle fait alors la connaissance de Frédéric, Malgré-nous, prisonnier à Tambov, qui s’était juré, s’il rentrait chez lui, d’épouser une tzigane pour vivre libre et vagabonder toute sa vie. Elle l’épouse et commence alors une nouvelle vie pour elle, dans une maison, mais en faisant de nombreux voyages grâce à l’argent gagné par son époux et son auto-casse.

5L’ouvrage s’achève sur les croyances de Louise, le pèlerinage aux Saintes-Maries-de-la-Mer et l’exceptionnelle visite que lui a rendu Yehudi Menuhin, à Barr, en 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr-Stamm, « HELMSTETTER (Louise, Pisla), Sur ces chemins où nos pas se sont effacés. Souvenirs d’une tzigane d’Alsace », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 483-484.

Référence électronique

Gabrielle Claerr-Stamm, « HELMSTETTER (Louise, Pisla), Sur ces chemins où nos pas se sont effacés. Souvenirs d’une tzigane d’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/1838

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr-Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page