Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

HERRBACH-SCHMIDT (Brigitte), SCHWARZMAIER (Hansmartin), dir., Räume und Grenzen am Oberrhein

Thorbecke, « Oberrheinische Studien » 30, 2012, 264 p.
Jean-Luc Eichenlaub
p. 484-485
Référence(s) :

HERRBACH-SCHMIDT (Brigitte), SCHWARZMAIER (Hansmartin), dir., Räume und Grenzen am Oberrhein, Thorbecke, « Oberrheinische Studien » 30, 2012, 264 p.

Texte intégral

1La Revue d’Alsace de 2007, l’« Historiographie régionale. Landesgeschichte en France et en Allemagne au second XXe siècle (1950-2000) », a permis au lecteur alsacien qui ne lit pas assez la Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins de se familiariser avec les notions de Landeskunde et de Landesgeschichte, avec en particulier des articles dus à Volker Rödel et à Konrad Krimm. C’est d’ailleurs au second qu’est dédié le présent volume, qui commémore le cinquantenaire de l’Arbeitsgemeinschaft für geschichtliche Landeskunde am Oberrhein (elle a été fondée en 1960 et les communications rassemblées ici ont été présentées en 2010).

2Quant au premier, il ouvre, au nom de la Kommission für geschichtliche Landeskunde in Baden-Württemberg, ce recueil de 14 contributions qui couvre toutes les périodes de l’histoire d’une région dont la définition n’est pas évidente. Il pose les questions de base explicitant les notions d’espaces et de frontières (p. 33‑48). Les textes sont présentés dans l’ordre chronologique des périodes qu’ils traitent : Antiquité, Moyen Age, époques moderne et contemporaine.

  • 1 KURMANN (Peter) et ZOTZ (Thomas), dir., Historische Landschaft, Kunstlandschaft? Der Oberrhein im s (...)
  • 2 « Martin Schongauer, zwar lange Zeit in Colmar tätig und wahrscheinlich sogar dort geboren, ist des (...)

3Regardons de plus près certaines questions : aux pages 29-31, Sven von Ungern-Sternberg pose celle du sentiment commun (aux Badois et aux Alsaciens) d’appartenance à l’Oberrhein ; aux pages 127-138, Peter Kurmann, développant et prolongeant les conclusions des rencontres de Constance intitulées « Historische Landschaft – Kunstlandschaft ? »1, conclut que la seconde expression n’a pas à être employée par les historiens de l’art. Suivons son raisonnement en ce qui concerne Martin Schongauer et Konrad Witz. Au-delà de ses attaches colmariennes Martin Schongauer n’est pas un artiste du Rhin supérieur, mais bien plutôt un artiste européen, quand on considère l’influence de ses gravures2. Quand même une des grandes œuvres de Konrad Witz, originaire de Rottweil mais établi à Bâle, a été destinée et est conservée à la cathédrale de Genève, on ne peut nullement en inférer qu’un art du Rhin supérieur a atteint cette ville. Konrad Witz a rencontré l’évêque de Genève qui lui a commandé cette œuvre au concile de Bâle.

4Avec l’art, on s’éloigne d’une région pour aller vers l’universel. Le cheminement que suit Dieter Mertens est différent, mais on y retrouve ces deux notions. « Region und Universalität im oberdeutschen Humanismus » (p. 139-156) ou comment, partant d’une description géographique qui situe l’homme dans l’univers, on en arrive à la présentation figurée d’un espace plus restreint, l’Oberrhein en l’espèce. À la page 154 est reproduit puis commenté un extrait de l’Atlas de Martin Waldseemüller (1513), la « Tabula nova particularis provincie Rheni superioris », qui montre l’espace entre Bâle et Mayence. Entre les Vosges (Vosagus mons) et la Forêt Noire (Nigra Silva) un mot en plus grand Alsatia – le premier A est à hauteur d’Ensisheim, le dernier à hauteur de Strasbourg, du sud au nord –, et en plus petit, au sud sur la rive gauche du Rhin « Suntgovi », sur la rive droite « Brisagenses ».

  • 3 La contribution de Wilhelm Krentz est cependant consacrée au Palatinat (p. 221‑238).

5Aux p. 175-188, dans la seule contribution exclusivement consacrée à l’Alsace (l’Oberrhein est-il plus badois ?)3, Claude Muller pose la question, en présentant les récits de plusieurs voyageurs, de savoir si l’Alsace du XVIIIe siècle relève plutôt de l’espace français ou de l’espace germanique (« Das Elsass, französischer oder oberrheinischer Raum im 18. Jahrhundert? Aus der Sicht der Reisenden »). Une France allemande plutôt qu‘une Allemagne française, conclut-il (p. 188).

6Grâce à Hartmut Troll (« Entgrenzung und Vernetzung. Barockanlagen am Oberrhein », p. 189‑199, avec 13 planches) et à Wolfgang Wiese (« Rückkehr historischer Räume. Der Historismus und die badischen Schlösser im 19. Jahrhundert », p. 201-219, avec 34 planches) le lecteur alsacien pourra (re)découvrir des sites badois ; il lira enfin avec intérêt les pages que Bernhard Theil consacre aux regards badois sur le Wurtemberg (« Gepflegte Nachbarschaft. Anmerkungen eines Badeners in Württemberg », p. 239-251).

7Ces quelques remarques ne prétendent pas du tout épuiser la richesse de ce recueil mais espèrent donner envie de se plonger dans ce volume foisonnant où il y a matière à apprendre, à réfléchir, ou à envisager de transposer certains questionnements. Ajoutons pour finir qu’un index des lieux et des personnes cités figure en fin de volume.

Haut de page

Notes

1 KURMANN (Peter) et ZOTZ (Thomas), dir., Historische Landschaft, Kunstlandschaft? Der Oberrhein im späten Mittelalter, Konstanzer Arbeitskreis für mittelalterliche Geschichte, 2008.

2 « Martin Schongauer, zwar lange Zeit in Colmar tätig und wahrscheinlich sogar dort geboren, ist deswegen kein “oberrheinischer Künstler”, sondern vielmehr ein solcher, der europaweit agierte, denn seine Kupferstiche fanden ihren Weg in die ganze damalige Welt », p. 137.

3 La contribution de Wilhelm Krentz est cependant consacrée au Palatinat (p. 221‑238).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Eichenlaub, « HERRBACH-SCHMIDT (Brigitte), SCHWARZMAIER (Hansmartin), dir., Räume und Grenzen am Oberrhein », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 484-485.

Référence électronique

Jean-Luc Eichenlaub, « HERRBACH-SCHMIDT (Brigitte), SCHWARZMAIER (Hansmartin), dir., Räume und Grenzen am Oberrhein », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/1840

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Eichenlaub

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page