Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

LE MINOR (Jean-Marie), Chronique du Mont Sainte-Odile de 1879 à 1883

I.D. l’Édition, 2011, 230 p.
François Uberfill
p. 488-490
Référence(s) :

LE MINOR (Jean-Marie), Chronique du Mont Sainte-Odile de 1879 à 1883, I.D. l’Édition, 2011, 230 p.

Texte intégral

1On ne compte plus les publications de Jean-Marie Le Minor consacrées au Mont Sainte-Odile : articles savants, livrets de vulgarisation ou livres de référence se succèdent à un rythme alerte. Nous en avons souvent rendu compte ici (RA 2005 et 2009). Entre le professeur de médecine et le haut lieu se sont tissés des liens, faits à la fois de curiosité intellectuelle et de fascination.

2Le présent ouvrage constitue l’édition d’une chronique inédite du Mont Sainte-Odile de 1789 à 1883 qui a été conservée d’abord à l’Évêché, puis a rejoint après 1952 la bibliothèque ancienne du monastère. Elle est l’œuvre de deux vicaires généraux de Mgr Raess, évêque qui eut un fort long épiscopat (1842-1887), enjambant les régimes. Résidant tous deux à Strasbourg, ils étaient en charge de l’administration du couvent.

3Le premier, Nicolas Schir, signa au nom de l’évêque l’acte de rachat du monastère et des forêts par l’Évêché de Strasbourg en 1853, événement majeur pour l’histoire de ce haut lieu, après que le couvent et les biens fonciers aient changé dix fois de mains depuis 1792. Le récit qu’il mène jusqu’à la date de sa mort, en 1864, nous conduit des lendemains de la Révolution, où le monastère fut dévasté et pillé, les tombeaux fracturés, jusqu’à la période des grands travaux dont il fut l’initiateur : la restauration de l’église et de la chapelle contenant le tombeau de la sainte ; les travaux entrepris dans les chapelles des Larmes et des Anges et dans les bâtiments de l’hôtellerie et du couvent. Rien n’avait été entrepris depuis 60 ans.

4Membre de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace, dont il devint vice-président dès 1855, il avait toutes les qualités pour entreprendre de tels travaux. Pour relancer l’activité de pèlerinage, qui avait pratiquement cessé de fonctionner, il en réforma l’administration et installa un groupe de Sœurs franciscaines et des Frères du Tiers Ordre pour mener les travaux agricoles. Toujours dans la volonté de promouvoir ce lieu de pèlerinage, il rédigea un petit ouvrage, Le guide du pèlerinage au Mont Sainte-Odile, paru à Colmar en 1856 et qui connut un grand succès.

5Son successeur, Ignace Rapp, un prêtre plus politique, s’investit moins dans le pèlerinage. Ultramontain, il applaudit aux décisions du Concile de Vatican, où il voyait « le doigt de Dieu », et exprima toute l’horreur que lui inspiraient les événements de la Commune de Paris. Même M. Thiers ne trouvait pas grâce à ses yeux. Le siège de Strasbourg de l’été 1870 nous vaut quelques passages intéressants. Ayant manifesté son opposition aux mesures du Kulturkampf, il fut expulsé d’Alsace en mars 1873. Par contre, son activité d’administrateur apparaît peu. Il ne poursuivit pas les travaux de rénovation entrepris par N. Schir. Sous sa direction, le pèlerinage continua toutefois à progresser, mais le développement d’un tourisme non religieux le chagrinait, puisqu’en 1868, il écrivait : « Le couvent est souvent envahi, le dimanche surtout, par des caravanes de touristes qui n’y viennent nullement avec l’intention d’y prier ». C’est la raison pour laquelle il tenta de s’opposer, à plusieurs reprises, à la construction d’une nouvelle route qui passait par Saint-Nabor (p. 150‑151).

6J. M. Le Minor a enrichi les récits de N. Schir et d’I. Rapp d’un important appareil de notes (480). Elles apportent un éclairage précieux sur les aspects historiques, religieux, biographiques, architecturaux et artistiques de ce haut-lieu. Le lecteur suit, année après année, la lente reconstruction du monastère. Il faudra attendre les années 1930, avec les campagnes de restauration de R. Danis, pour que des travaux aussi importants soient entrepris.

7Le livre est agrémenté d’une vingtaine de pages d’illustrations : gravures sur cuivre, lithographies, gravures sur bois de bout, ainsi que de quelques remarquables dessins au crayon, réalisés par Alfred Touchemolin. Plusieurs lithographies ont été réalisées d’après des dessins de N. Schir.

8Les amoureux du Mont Sainte-Odile, mais plus largement ceux de l’histoire de l’Alsace, découvriront avec plaisir des pans souvent peu connus de l’histoire religieuse, de l’histoire de l’art et de l’histoire des mentalités de la région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « LE MINOR (Jean-Marie), Chronique du Mont Sainte-Odile de 1879 à 1883 », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 488-490.

Référence électronique

François Uberfill, « LE MINOR (Jean-Marie), Chronique du Mont Sainte-Odile de 1879 à 1883 », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/1845

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page