Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

SCHLAEFLI (Louis), Le Collège épiscopal Saint-Etienne

Éditions du Signe, 2011, 352 p.
François Uberfill
p. 493-495
Référence(s) :

SCHLAEFLI (Louis), Le Collège épiscopal Saint-Etienne, Éditions du Signe, 2011, 352 p.

Texte intégral

1Tous les grands établissements scolaires strasbourgeois ont fait l’objet d’une monographie retraçant leur histoire. Longtemps le Collège Saint-Etienne a fait exception. La célébration en 2011 du 150e anniversaire de l’installation du Petit Séminaire a permis de combler cette lacune. Qui mieux que Louis Schlaefli, le spécialiste incontournable du monde catholique alsacien qui a fait ses études et passé toute sa carrière dans cet établissement était qualifié pour mener à bien cette entreprise ? Durant des décennies, il a labouré les archives, rassemblé des collections, chroniques et documents de toutes sortes relatifs à Saint-Étienne et accumulé des souvenirs. Le résultat est probant : un livre dense, solidement construit, foisonnant d’informations à la fois sur la petite et la grande histoire, analysant avec la même rigueur et la même minutie la période qui a conduit à l’acte fondateur de 1861 et les nombreuses vicissitudes qu’a connues durant un siècle et demi cette vénérable institution.

2La première étape est l’installation, en 1823, d’un premier « Petit Séminaire », grâce à l’action et aux fonds du vicaire général Thiébaut Lienhart. L’installation est éphémère, puisqu’à partir de 1830, la Manufacture des Tabacs occupe les bâtiments et que plane sur l’église la menace d’une démolition. S’ensuivent près de 30 années d’incertitude avec, entre autres, un projet d’implantation du Petit Séminaire sur un terrain acheté à la Krutenau ; et il a fallu attendre dix ans, pour que, après la signature de l’acte d’échange, les travaux de construction des nouveaux bâtiments puissent démarrer. Les tractations n’auraient sans doute jamais abouti, sans les efforts inlassables de l’abbé Muhe, prédicateur à la cathédrale et ami de Mgr Raess. La première rentrée du « Petit Séminaire » se fit le 17 octobre 1861.

3L’évêque ne se doutait pas que l’établissement qu’il avait fait construire après tant d’efforts n’allait finalement pouvoir fonctionner que durant 15 ans. En effet, pendant deux longues années, le Petit Séminaire devint l’un des enjeux du conflit qui opposa, dans le contexte du Kulturkampf, l’Oberpraesident von Elsass-Lothringen von Moeller à l’évêque de Strasbourg. Grâce au journal tenu par le Supérieur, le P. Mury, on suit les étapes de l’affrontement presque jour après jour. La crise s’est conclue en juillet 1874 par la décision de fermeture du collège. Le P. Mury a campé ferme sur ses principes, fort de l’appui unanime du corps professoral. Mgr Raess apparaît comme un négociateur hésitant, souvent malhabile, gêné par sa double fonction de pasteur du diocèse et de député au Reichstag.

4Le Petit Séminaire rouvre à nouveau ses portes en 1883 sous la nouvelle appellation de Höhere katholische Schule an St Stephan. Les prêtres alsaciens ont été remplacés par des pédagogues d’origine allemande. Après une période délicate de mise en route, le Collège, qui a maintenant le titre de Bischöflisches Gymnasium, joue pleinement son rôle : à partir de 1888 et jusqu’en 1914, il fournit tous les ans entre 17 et 42 Abiturienten, dont entre la moitié et les 2/3 se destinent au Grand Séminaire.

5Au cours des deux conflits mondiaux, l’institution tout comme les bâtiments sont soumis à rude épreuve. Le Collège, ainsi que l’église sont transformés en hôpital militaire durant la Grande Guerre. Durant la Deuxième Guerre mondiale, le Collège est occupé par un bataillon de Schutzpolizei, puis par d’autres occupants et bombardé à plusieurs reprises.

6L’adaptation au régime français dans les années 1920, puis l’arrivée des Marianistes ne causèrent pas de problème majeur. Par contre, les lendemains de la Deuxième Guerre mondiale furent difficiles : bâtiments en ruine, absence de matériel pédagogique, nécessité de faire appel à une nouvelle équipe de professeurs. Si le Collège épiscopal eut la chance d’avoir toujours à sa tête des directeurs avisés et ouverts au changement, le départ forcé de l’un d’eux en 1972 engendra une crise interne. Par contre, le passage à une direction laïque en 1990 se déroula sans accroc.

7L’évocation des cinquante dernières années de la vie du Collège épiscopal fourmille de données sur la vie scolaire et les activités pédagogiques. Le rayonnement de certains professeurs a débordé les enceintes de l’établissement : le Chanoine Ohresser, un prêtre très érudit, mais aussi célèbre pour son récit de la mort de Louis XVI ; l’abbé Ringeissen et sa 2 CV mythique ; l’abbé Epp dont le « Cercle d’Histoire-Géographie » a fini par faire des émules. Les anciens parcourront le livre avec nostalgie, les spécialistes de l’histoire de l’enseignement y recueilleront une foule de données.

8La longue liste des supérieurs, des directeurs et des professeurs qui clôt les différents chapitres aurait pu être lassante. Mais, pour chacune des personnalités, Louis Schlaefli complète par une brève notice biographique et quelques lignes, toujours nuancées, caractérisant le pédagogue ou le directeur. À la lecture de ces petites biographies, on saisit « l’esprit Saint-Etienne » qu’un professeur actuel définit dans le prologue comme « cette manière de recevoir les choses et de réagir face à elles, cette façon de se comporter face aux événements de la vie, de les penser, de s’y soustraire ou d’y riposter (qui) s’est transmise par osmose, par Einprägung au fil des années ».

9Le livre s’achève par la « liste de célébrités » qui ont fréquenté l’établissement. Si les ecclésiastiques y côtoient les hommes politiques (ministres, députés, sénateurs, conseillers généraux), on trouve également de nombreux universitaires, des chefs d’entreprise, un footballeur et même un acteur de cinéma : en 1952, Jean-Claude Brialy, élève de classe de philosophie, fut désigné pour réciter le compliment à Mgr Weber lors de l’une de ses visites au Collège épiscopal. Une vocation précoce !

10Cet ouvrage, agréable à lire malgré sa densité, destiné à tous les publics, est d’une grande richesse d’informations et est un guide indispensable pour toute personne qui souhaite connaître l’histoire de l’enseignement catholique, et, plus largement, celle de la vie religieuse dans le diocèse de Strasbourg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « SCHLAEFLI (Louis), Le Collège épiscopal Saint-Etienne », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 493-495.

Référence électronique

François Uberfill, « SCHLAEFLI (Louis), Le Collège épiscopal Saint-Etienne », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/1850

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page