Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Collectif, Jacques Gruber et l’Art nouveau. Un parcours décoratif

Gallimard, Musée de l’École de Nancy, 2011, 238 p.
Hervé Doucet
p. 499-502
Référence(s) :

Collectif, Jacques Gruber et l’Art nouveau. Un parcours décoratif, Gallimard, Musée de l’École de Nancy, 2011, 238 p.

Texte intégral

  • 1 Une première exposition monographique avait été consacrée à Gruber en 1983 au Musée Horta de Bruxel (...)

1Depuis 1999, année au cours de laquelle se multiplièrent à Nancy expositions, publications, colloques etc., l’Art nouveau lorrain bénéficie d’un regain d’intérêt. Grâce à Valérie Thomas, conservatrice du Musée de l’École de Nancy, plusieurs expositions se sont succédé depuis lors pour mettre en lumière des figures moins célèbres que celles d’Emile Gallé, Victor Prouvé ou Louis Majorelle, qui avaient concentrées presque à elles seules l’intérêt des amateurs de l’Art nouveau lorrain. Pour n’en citer que quelques-uns : Ernest Bussière, Emile André, les frères Muller, Camille Martin figurent au nombre de ces artistes que les expositions temporaires organisées par le Musée de l’École de Nancy ont contribué, si ce n’est à redécouvrir, du moins, à mieux faire connaître. Le mouvement artistique avant-gardiste qui marqua la Lorraine au tournant des XIXe et XXe siècles est particulièrement intéressant car il est le fruit d’un milieu à la fois riche, fécond et varié auquel l’aura de Gallé a longtemps fait de l’ombre. L’exposition qui s’est tenue à Nancy dans les Galeries Poirel du 16 septembre 2011 au 22 janvier 2012 s’inscrit dans ce contexte. Elle a permis de redonner à Jacques Gruber, l’une des personnalités les plus brillantes de la fameuse Alliance provinciale des industries d’art, autrement appelée École de Nancy, sa place dans le concert de la création lorraine du tournant des XIXe et XXe siècles1. La publication du catalogue offre la possibilité de mieux comprendre son parcours d’artiste, de pédagogue et d’appréhender toute l’étendue de ses talents qui lui permirent de s’exprimer non seulement dans le domaine du vitrail, mais également dans celui de la céramique et du mobilier.

2Né à Sundhouse en 1870, Jacques Gruber est issu d’une famille alsacienne qui, au lendemain du traité de Francfort, quitta l’Alsace pour demeurer française. C’est en 1877 que la famille Gruber s’installe finalement à Nancy. Après avoir retracé la formation successivement nancéienne et parisienne de Gruber, Claire Pélissier, qui prépare depuis 2006 une thèse de doctorat à l’Université de Paris IV intitulée Jacques Gruber (1870-1936) : peintre, ébéniste, décorateur et maître verrier – évoque la rapidité avec laquelle l’artiste est parvenu à s’imposer sur la scène de l’avant-garde lorraine et rappelle que sa célébrité dépassa largement le cadre local, puisqu’il exposa à Paris – notamment dans la célèbre galerie de la rue de Provence que Siegfried Bing baptisa, en 1895, « L’Art nouveau » – et à Bruxelles (au sein du Salon de la Libre Esthétique).

3Symbole de ce milieu artistique nancéien foisonnant, Gruber collabora avec quelques-unes des entreprises d’arts décoratifs les plus en vue de la Lorraine contemporaine comme Daum et Majorelle. En son nom propre, il dessina des modèles de meubles. Designer, au sens contemporain du terme, il dut, pour les réaliser, faire appel à des fabricants locaux comme Weiller, Ferez, Schwartz et Neiss. Comme de nombreux artistes de l’Art nouveau – nancéiens notamment –, Jacques Gruber est avant tout connu pour être l’auteur de quelques œuvres exceptionnelles destinées à une clientèle fortunée. Pour autant, très tôt, il épousa l’idéal de l’art social que partageaient les meilleurs artistes européens contemporains. Artiste touche-à-tout et désireux que ses créations soient accessibles au plus grand nombre, il collabora avec différents industriels lorrains en leur fournissant des modèles de broderies, dentelles et tissus d’ameublement, de céramiques, de publicités, d’affiches… Francis Roussel souligne que dans l’art du vitrail également, Gruber eut le souci de s’adresser à un large éventail de clients : parallèlement à ses vitraux d’art, il produisit en série des vitraux plus simples pour une clientèle plus modeste.

  • 2 À ce sujet, voir notamment : DOUCET (Hervé), « L’École de Nancy et la formation des ouvriers d’art  (...)

4Une autre manière d’envisager la dimension sociale de l’art de Gruber est de considérer sa carrière d’enseignant. Celle-ci débute en 1893, date à laquelle il est chargé du cours de composition décorative, étude de la plante et stylisation à l’École des beaux-arts. On comprend toute l’importance d’un tel cours dans une ville comme Nancy qui connaissait dans cette dernière décennie du XIXe siècle une intense activité de ses industries d’art. Dans son article, Jérôme Perrin rappelle fort justement les termes du rapport d’inspection de l’école des beaux-arts de Nancy de 1889, selon lesquels, « ce cours de composition décorative ( ) est le cours le plus important de l’école, celui vers lequel tous les autres doivent tendre ». L’activité d’enseignant de Gruber ne se limita pas à l’École des beaux‑arts ; Roseline Bouvier rappelle qu’en 1897, il participa à la mise en place d’un cours du soir de dessin et modelage destiné aux ouvriers d’art. En 1901, les statuts de l’Alliance provinciale des industries d’art affirmaient vouloir créer un enseignement capable de former des ouvriers d’art compétents dont la rareté, si ce n’est l’absence, nuisait au développement des industries locales, on saisit les enjeux des cours dont Jacques Gruber était responsable. Cette ambition éducative des artistes nancéiens ne se concrétisera qu’en 1919 ; date à laquelle, l’École des beaux-arts de Nancy fut rebaptisée par son nouveau directeur, Victor Prouvé, « École municipale et régionale des beaux-arts et des arts appliqués »2.

  • 3 Preuve de l’autorité que Jacques Gruber exerçait alors dans ce domaine, la présidence du jury d’adm (...)

5Si l’art du vitrail fait l’objet de deux des sept textes qui composent le catalogue, c’est que cette discipline est celle dans laquelle Gruber s’est exprimé avec le plus d’originalité. À la manière d’Emile Gallé, il ne se contenta pas de créer des œuvres au dessin séduisant mais il fut à l’origine d’innovations techniques qui contribuèrent à l’originalité de ses œuvres. Si les vitraux les plus connus réalisés par Gruber sont évoqués et reproduits – grâce à des illustrations dont il faut souligner l’exceptionnelle qualité ! – comme ceux de la villa Majorelle (1901-1902), ceux de la maison Bergeret (1903-1904) ou encore ceux de la Chambre de commerce et d’industrie (1909), le catalogue permet également de découvrir des œuvres moins célèbres. Mireille-Bénédicte Bouvet consacre en effet le dernier texte du catalogue au vitrail de la loge maçonnique de Saint-Dié, inaugurée en 1921. On le voit, l’art du vitrail valut à Gruber une reconnaissance qui ne se cantonna pas à la seule période de la vogue de l’Art nouveau. Alors qu’il ne dessine plus de meuble avant même le déclenchement de la Première Guerre mondiale, il continue de travailler le vitrail jusqu’à sa mort en 1936. Parvenant à rompre avec l’esthétique florale de l’École de Nancy, il devient l’un des acteurs du vitrail Art Déco3. En témoignent, par exemple, les vitraux qu’il exécuta pour le siège de la société des Hauts-fourneaux de Pont-à-Mousson à Nancy entre 1927 et 1928. C’est là peut-être que réside l’unique reproche que l’on peut formuler à l’encontre de ce magnifique et indispensable ouvrage : la seconde partie de la carrière de Jacques Gruber y est passée sous silence. Bien entendu, cette production Art Déco n’était pas non plus au cœur de la très belle exposition des galeries Poirel. Considérer la continuité de la production des artistes par-delà les séquences habituelles des mouvements artistiques permet d’estomper les ruptures et de mettre en lumière les continuités ; c’est sans doute dans cette direction qu’il faut désormais travailler sur l’Art nouveau nancéien qui s’est, en quelque sorte, poursuivi grâce à une production Art Déco qui, bien que de qualité, demeure encore injustement méconnue.

Haut de page

Notes

1 Une première exposition monographique avait été consacrée à Gruber en 1983 au Musée Horta de Bruxelles qui donna lieu à la publication d’un catalogue ; près de trente ans après ces premières manifestations, l’exposition de Nancy et le catalogue qui lui est associé étaient donc nécessaires pour faire le bilan des recherches récentes sur cet artiste.

2 À ce sujet, voir notamment : DOUCET (Hervé), « L’École de Nancy et la formation des ouvriers d’art », LAMARD (Pierre), STOSKOPF (Nicolas)dir., Art et industrie. (Actes du colloque de Mulhouse et Belfort des 18 et 19 novembre 2010), Paris, Picard, 2013, p. 85-92.

3 Preuve de l’autorité que Jacques Gruber exerçait alors dans ce domaine, la présidence du jury d’admission de la classe vitrail lui fut confiée lors de l’exposition des arts décoratifs et industriels modernes de Paris en 1925.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Doucet, « Collectif, Jacques Gruber et l’Art nouveau. Un parcours décoratif », Revue d’Alsace, 139 | 2013, 499-502.

Référence électronique

Hervé Doucet, « Collectif, Jacques Gruber et l’Art nouveau. Un parcours décoratif », Revue d’Alsace [En ligne], 139 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/1861

Haut de page

Auteur

Hervé Doucet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page